Billet d’été : dans le baluchon des élèves d’Ada.

Quand vient l’été, viennent les valises, les sacs de plage, les coffres de voiture bien remplis, bien remplis de… livres ! De ces livres qui s’annoncent comme des horizons à parcourir, découvrir, savourer, de ces livres qui vont sublimer notre été, ces instants fragiles et fugaces de petits bonheurs retrouvés. Mais que conseiller en ce moment crucial du grand départ en vacances ? C’est à cette tâche que nos chères  arbronautes vont s’atteler chaque semaine de l’été.

*******************************************

Voilà l’été est arrivé, et quand il arrive c’est le moment où je dis au revoir à mes grand.e.s adolescent.e.s de 3e. Et au moment de se dire au revoir je leur laisse une petite liste de conseils de lecture. Très, très classique ma liste avec des tas d’œuvres du XVIe au XXe siècle, de Rabelais à Robbe-Grillet. Mais cette année, il s’est passé un truc étrange, cette année on a énormément débattu et une question est revenue sans cesse dans nos analyses de texte, dans nos séances d’oral ou de soutien : la question de la place des filles et des femmes dans notre société contemporaine. Pas la place des filles dans la société du moyen-âge, pas la place des filles dans la société du XXe siècle, non, la place des filles aujourd’hui en 2019, notamment dans la cour et les couloirs du collège où l’on travaille ensemble ! Et je peux vous dire que nos débats furent passionnants, enthousiasmants, parfois même délirants. On a parlé de la bise non consentie, du harcèlement de rue (et de cour de récré), des « nudes » envoyées via insta, des insultes sexistes dans les groupes classes sur Snapchat, de la charge mentale, des jouets genrés, du plaisir féminin, etc… Et oui, quand la parole se libère, on peut explorer tous les sujets !  En tout cas, ces débats m’ont nourrie bien plus que je n’aurais voulu l’admettre au premier abord. Et je pense qu’ils ont bien bousculé la petite fée-ministe en moi. Par conséquent la liste des livres que je mettrai dans leur baluchon cette année serait bien différente de celles que je propose d’habitude : cette année mes conseils de lecture seraient 100 % « livres et égaux » pour reprendre le nom d’une collection d’une maison d’édition qui aborde avec justesse et engagement cette thématique si enivrante de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Alors dans votre baluchon, mes cher.e.s élèves en transition entre la 3e et le lycée-le CFA -la MFR, je vous glisserais bien :

  • No et moi, de Delphine de Vigan, pubié aux éditions Le Livre de Poche. C’est l’histoire de Lou, adolescente de 13 ans surdouée, et de No, jeune SDF de 18 ans. Lou va tenter de sauver No, en lui offrant tout ce qu’elle semble avoir perdu, un toit, une famille, un travail et des ami.e.s. Mais leur amitié, si forte soit-elle, ne peut venir à bout des blessures qui hantent No. No continue de sombrer. Quant à Lou, elle explore à travers cette amitié les questions qui la tourmentent et peu à peu y trouvent des réponses. Ce livre est traversé de figures féminines complexes, dont le corps est bousculé, mais pas que, dont l’histoire originelle a été placée sous le signe du traumatisme et dont les combats s’éloignent et se rejoignent sans cesse pour une humanité plus juste.

  • Le journal d’Anne Frank, un roman graphique d’Ari Folman et David Polonsky publié chez Calmann Levy. C’est une élève de 3e justement qui me l’a prêté cette année, et quel bonheur complètement inattendu cela a été de redécouvrir l’histoire de cette ado qui m’avait bouleversée quand moi-même j’avais 14 ans. Au fil des pages, où les auteurs se jouent des limites de la case, de la bande, de la planche, nous voilà replongés dans les tourments, les questionnements, les compromis que la jeune allemande va vivre pendant plus de 2 ans, enfermée avec toute sa famille dans l’annexe de l’immeuble du 263, Prinsengracht, à Amsterdam. Les auteurs ont su retracer avec justesse un monument de la littérature du moi. Intense, cruel, parfois farfelu, fantaisiste. Toute la complexité d’un esprit adolescent privé de liberté.

  • Je me défends du sexisme d’Emmanuelle Piquet, illustré par Lisa Mandel, publié chez Albin Michel Jeunesse. Un livre incroyable pour la lectrice, le lecteur qui souhaite faire face au sexisme quotidien. Parce qu’il livre les témoignages de jeunes qui ont entre 11 et 15 ans qui ont vécu un sexisme ordinaire injustifiable et inacceptable – mais que toute une culture les pousse à taire, à éviter. Parce qu’il propose une stratégie de défense que je trouve formidable, active et enthousiasmante : la stratégie du 180 degrés, une stratégie de combat si peu transmise aux filles, traditionnellement, dans leur éducation. Parce que l’auteure Emmanuelle Piquet, psychopraticienne, fait un travail extraordinaire avec les jeunes qu’elle reçoit en consultation. Parce que les illustrations de Lisa Mandel sont drôles et efficaces. Parce qu’il faut que les choses changent !

  • Les Règles… quelle aventure ! d’Elise Thiebaut et Mirion Malle publié aux éditions La Ville Brûle. Encore un livre un peu O.L.N.I, ni documentaire scientifique, ni essai philosophico-féministe, voilà un petit bouquin (70 pages) qui aborde un sujet qu’aucune femme, aucun homme ne devrait ignorer et pourtant ! On apprend vraiment énormément de choses, sur les croyances, les mythes, les tabous, les périphrases qui entourent les règles. Et les illustrations sont percutantes ! Un vrai bol d’air !

  • Mon super cahier d’activités anti-sexistes de Claire Cantais, publié également aux éditions La Ville brûle. Pour s’amuser un peu cet été, tout en réfléchissant à la place que l’on donne à chacun depuis l’enfance selon son sexe. On réfléchit aux rôles des princes et des princesses dans les contes, aux rôles des garçons et des filles à la maison au quotidien. On y découvre aussi quelque chose d’essentiel : le combat pour l’égalité des sexes n’est pas réservé aux femmes, les hommes aussi sont concernés comme le prouve la page où l’on découvre 6 féministes célèbres : Louise Michel, Simone de Beauvoir, Nicolas de Condorcet, Pierre Bourdieu, Olympes de Gouges et Michel de Montaigne. On se détend et on apprend en s’amusant !

  • Et puis pour mettre un peu de poésie dans ce baluchon, je vous inviterais bien à lire le recueil Femmes : Poèmes d’amour et de combat de Taslima Nasreen, femme engagée, née au Bengladesh, en exil encore aujourd’hui, qui lutte contre l’injustice à travers ses mots. D’ailleurs, je vous laisse avec un de ses textes les plus célèbres.

La femme casse les briques assise sur un trottoir,

La femme au sari rouge casse les briques,

Sous le soleil brûlant,

La femme couleur de bronze casse les briques.

A vingt et un ans, elle en paraît plus de quarante,

Et sept enfants l’attendent là-bas, à la maison.

La femme casse les briques toute la journée,

En échange de quoi elle recevra dix takas, pas un de plus.

Dix takas ne suffisent pas à la nourrir, ni elle ni les sept autres.

Pourtant, jour après jour, la femme casse les briques.

L’homme assis près d’elle casse aussi les briques,

Abrité sous une ombrelle.

Il touche vingt takas par jour,

Vingt par jour parce que c’est un homme.

La femme a un rêve, elle rêve d’avoir une ombrelle.

Un autre de ses rêves serait, par un beau matin,

De devenir un homme.

Vingt pour les hommes, le double pour les hommes.

Elle attend que son rêve se réalise, mais rien ne la fait

Devenir un homme,

Rien ne lui fait avoir une ombrelle,

Pas même une ombrelle déglinguée.

On construit de nouvelles routes et d’immenses tours avec les briques qu’elle a cassées, mais le toit de sa maison s’est envolé avec la tempête l’an dernier, depuis l’eau goutte à travers une tenture, elle meurt d’envie d’acheter un toit en tôle.

Alors elle hurle dans tout le voisinage,

Les gens s’esclaffent, oh la la, disent qu’il lui faudrait

De l’huile pour les cheveux, de la poudre pour le visage.

Les sept enfants doivent être nourris,

La peau de la femme s’assombrit de jour en jour,

Ses doigts deviennent durs comme des briques,

La femme elle-même devient une brique.

Plus dur que les briques, le marteau peut casser une brique mais ne peut pas casser la femme.

Rien, ni la chaleur, ni le ventre vide, ni le regret de ne pas voir un toit en tôle,

 

Rien ne peut la briser.

 

 

Nos tables de chevet en ce moment…

Pour bloguer, il faut aussi lire, c’est le cœur de ce partage, et nos bureaux témoignent de nos Piles A Chroniquer (PAC) alors que nos tables de chevet regorgent de nos Piles A Lire (PAL) !

Alors, voici, pour chacune d’entre nous, ces fameuses tables de chevet pleines de nos futures lectures ou en cours, gage de prochains articles…

Vous verrez ainsi ce qui pourrait regagner votre propre table de chevet !

**********************

Pour HashtagCéline, la table de chevet se remplit mais jamais ne se vide. Et bien souvent, les tours de livres finissent par s’effondrer. Après un léger tri, voici ce qui s’empile sur sa table de chevet et dont vous entendrez parler très prochainement sur son blog…

Côté albums, Emerveillements de Sandrine Kao (Grasset Jeunesse), Comment rater sa vie de Bertrand Santini et Bertrand Gatignol (Grasset Jeunesse) et Cumulus de Guillaume Perreault ( 400 coups).

Côté romans, c’est une catastrophe ! Sa PAL est gigantesque et vous ne verrez ici que la partie émergée… Les faits et gestes de la famille Papillon de Florence Hinckel (Casterman), L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges de David Morosinotto (Ecole des Loisirs), Journal d’un amnésique de Nathalie Somers (Didier Jeunesse), Blé noir d’Aurélie Wellenstein (Gulf Stream), L’Estrange Malaventure de Mirella de Flore Vesco (Ecole des Loisirs) et La fille du monstre de Florence Aubry (Gallimard Jeunesse).

**********************

Pour Alice, la table de chevet s’est télétransposée le temps d’un rayon de soleil sur la terrasse à l’heure du thé.

Essentiellement des romans qui attendent depuis bien longtemps que l’espace temps se fige pour avoir espoir d’être ouvert (oui, il y a un mois c’était DEJA la même table de chevet ….!)

On y retrouve L’archipel de Bertrand Puard (Tome 1 et 2 – Casterman), George le monde et moi d’Illiana Cantin (Hachette), Ma vie de monstre d’Anne Pouget (Scrinéo), Toute la beauté du monde n’a pas disparu de Danielle Younge-Ullman  Gallimard) et A coeur battant de Charlotte Bouque (Gulf Stream)t… Vivement le vacances !

********************

Chez Pépita, son MeLI-MéLO de livres porte vraiment bien son nom :  il y a certes la table de chevet jamais assez grande avec les lectures en cours et sa collection de marque-pages utilisés selon l’humeur du moment (sans oublier mes désormais si précieuses lunettes !), mais surtout un petit tabouret en-dessous réceptacle des lectures à venir, comprenant des albums (déjà lus ! Et qui seront re-lus !) et des romans achetés en librairie ou reçus. Tous choisis avec gourmandise, gage de futurs moments délicieux de lecture (mais pourquoi faut-il donc travailler ?).

En ce moment, je suis plongée dans Broadway Limited de Malika Ferdjoukh à l’Ecole des loisirs que je n’avais jamais lu,  en parallèle (oui, oui, je peux !) je lis La revanche des princesses chez Poulpe fictions (il y a un lien entre les deux, vous ne trouvez pas ?), je me suis régalée avec Emerveillements de Sandrine Kao chez Grasset jeunesse et de Chnourka de Gaya Wisniewski chez MeMo sans parler de la pile de livres à chroniquer qui m’attend sur mon bureau , dont le super roman de Flore Vesco L’estrange malaventure de Mirella que j’ai terminé hier soir. Bref, de quoi tenir un siège !

**************************

Chez Aurélie et son atelier, les chroniques se font rares sur son blog ces temps-ci mais sur sa table de chevet, elle a toujours    de la lecture dans sa liseuse. En ce moment elle alterne entre les livres d’éducation et les romans ado. L’éducation approximative d’Agnès Labbé chez Marabout en pointillé et pour les vacances, elle a embarqué Nos vies en l’air de Manon Fargetton chez Rageot et Sur le fil d’Estelle Maskame chez Pocket jeunesse .

**************************

Chez Sophie de La littérature jeunesse de Judith et Sophie, il y a la pile de la table de chevet, celle du salon, celle du bureau, celle de… Bref, il y a ce qu’il faut en piles ! Aujourd’hui, elle a choisi la pile qui descend plutôt vite en ce moment : celle pour le prix Litteralouest (un prix breton de littérature jeunesse). Comme Sophie participe au comité de sélection, il faut en lire des livres des auteurs du grand Ouest ! Voici ceux de la semaine.

Vous pourrez notamment apercevoir La tarte aux cornichons sauvages de Antonin Louchard, Oups ! Il y a encore un loup ! de Audrey Bouquet et Fabien Ockto Lambert ou encore Un nuit de Marie Lescroat et Emmanuelle Houssais pour les albums. Du côté des romans, il y a l’excellent L’été où j’ai vu le tueur de Claire Gratias, le premier tome de Zombies zarbis de Marie Pavlenko et Carole Trébor ou encore Les enquêtes de Clem de Catherine Kalengula et Mary Gribouille.

**************************

Pour Bouma, son Petit Bout de Bib(liothèque) est loin d’être si petit et ses piles à lire pourraient former un château fort tant elles montent vers le ciel. Aussi plutôt que de vous donner le vertige a-t-elle choisi de vous montrer les lectures qui occupent son temps en ce moment :

un GROS CARTON plein de romans pour dénicher les titres qui seront sélectionnées pour le Grand Prix des lecteurs du Journal de Mickey et pour garder tout le suspens, elle ne vous montre que les 3 premiers : Charlie Fisher le gang des Witz de Colin Meloy, Partis sans laisser d’adresse de Susin Nielsen et Eliott et la bibliothèque fabuleuse de Pascaline Nolot

**************************

  • Et vous , quels livres avez-vous dans votre PAL ?

 

Envie de nous rejoindre ?

Chers lecteurs,

Vous adorez lire des romans, albums, BD et documentaires jeunesse et/ ou vous possédez un blog et vous souhaitez partager avec nous vos coups de cœur ?

A l’ombre du grand arbre recrute une ou plusieurs nouvelle(s) plume(s) pour continuer à faire grandir notre arbre.

Lectures communes, sélections thématiques, coups de cœur mensuels, débats, lectures d’enfants, prix ALODGA,  mais surtout échanges passionnés autour de la littérature jeunesse font le quotidien de ce blog collectif qui existe depuis 6 ans !

L’équipe est présente pour seconder, expliquer et mettre sur les rails dans la bonne humeur !

Envoyez-nous votre candidature sur notre adresse mail et peut-être à bientôt : contact@alombredugrandarbre.com

Ce qu’il y avait dans ma valise d’été : des bookplants !

Je suis déjà revenue et le travail est repris mais quel plaisir de prolonger un peu ses vacances à travers cet article !

Déjà, et tous mes arbronautes l’ont vécu avant moi (voir les précédents articles), voilà mon état d’esprit avant de partir…

Pourtant, comme vous pouvez le constater, ma Pile A Lire à emporter et concoctée avec soin, est assez fournie. Assez éclectique. Et QUE des romans, oui, je sais, des nouveautés seulement mais c’est mon péché mignon. Chacun ses vices.

Et voici comment cette Pile A lire s’est transformée en bookplants en utilisant les éléments de mon séjour en lien avec l’histoire en question (enfin, j’ai essayé !).

Du coup, la photo précédente donne ceci (Il y a un “intrus” qui s’est ajouté, à vous de jouer aux différences !).

 

#SAC DE LIVRES DU DEPART

Comme toute bibliothécaire qui se respecte, j’ai évidemment commencé par le Célèbre catalogue Walker & Dawn de Davide Morosinotto chez l’ Ecole des Loisirs. Qui avait une bonne place parmi les livres de révisions de ma fille ! Car oui, nous partons avec un sac entier de ces chers compagnons…J’ai beaucoup aimé ce roman d’aventures et d’initiation, c’est un livre parfait pour s’évader ! D’ailleurs, je l’ai commencé avant de partir, comme un avant-goût des vacances !

#BOOKPLANT 1

C’est à Madrid, sous une chaleur écrasante, que je me suis évadée au Japon, dans Ueno Park d’Antoine Dole chez Actes sud junior, un roman choral  à 8 voix d’adolescents, qui viennent fêter, tous pour une raison qui leur est propre, l’éclosion des cerisiers dans le plus grand parc de Tokyo. On y retrouve toutes les ambivalences de la société japonaise, la pesanteur des traditions et la difficulté pour ces jeunes de sortir de ses carcans et d’affirmer leurs choix. C’est fort, juste, triste mais aussi plein d’espoir.

#BOOKPLANT 2

J’ai continué avec Le goût amer de l’abîme de Neal Shusterman chez Nathan : une plongée dans le monde de la schizophrénie, qui m’a assez déstabilisée au départ dans sa construction. Mais j’ai bien fait de m’accrocher car ce roman est tout simplement bouleversant. J’ai choisi l’hortensia (et non la mer) car cette fleur est symbole de gratitude, de grâce et de beauté. De plus, elle peut se décliner en plusieurs couleurs, tout comme les méandres de cette maladie. C’est exactement ce que j’ai ressenti en lisant ce roman tiré d’une histoire vraie.

#BOOKPLANT 3

Puis changement de décor pour une région bien plus sauvage : Le Maestrazgo. Le roman Sauvages de Nathalie Bernard chez Thierry Magnier s’accordait parfaitement aux paysages. Et quel roman ! J’ai été embarquée par le destin de ces jeunes amérindiens envoyés en orphelinat pour “tuer l’Indien en eux”. Très bien documenté, très bien construit dans les allers-retours entre le présent et le passé, on tremble pour ces jeunes enfants arrachés à leurs racines. Et quelle magnifique couverture ! Touchée en plein cœur.

#BOOKPLANT 4

Un peu de légèreté m’a été apportée avec ce premier roman de Séraphine Menu chez Thierry Magnier : Les déclinaisons de la marguerite. Une plongée rafraîchissante dans le monde de Marguerite, jeune fille qui étouffe sous le giron maternel. Alors quand un voyage scolaire s’annonce en Italie, elle fonce. Mais bien des surprises l’attendent. De la légèreté mais aussi de la profondeur dans ces lignes !

#BOOKPLANT 5

Une petite incursion dans la science-fiction m’a été offerte avec La planète des 7 dormants de Gaël Aymon chez Nathan. Ce n’est pas forcément un genre que j’affectionne. J’avoue n’avoir pas tout saisi dans cette histoire de colonisation de planètes même si j’ai bien entrevu le message de destruction radioactive de la Terre. Un magnifique coussin brodé que j’ai trouvé parfait pour illustrer en contre-point ce message et un bel arbre hommage à ce blog.

#BOOKPLANT 6

Lire un roman de Jean-Philippe Blondel, c’est toujours s’assurer un bien beau moment de lecture. Cette fois, dans Dancers chez Actes sud junior, il aborde la passion de la danse chez des garçons et des filles que rien ne prédestinait à se rencontrer. Sur fond de rivalité amoureuse. Mais pas que. De bien beaux personnages que l’auteur sait si bien camper sur fond de thématiques actuelles. Et non, ils ne se sont pas tous transformés en citrouille une fois le bal terminé !

 

 

#BOOKPLANT 7

Je viens juste de terminer ce roman qui était sur ma pile depuis bien 4 mois. J’en redoutais la violence à vrai dire. Et je ne regrette pas de l’avoir ouvert, même si quelques références américaines sont parfois difficiles à appréhender. The hate U give : la haine qu’on donne d’Angie Thomas chez Nathan aborde le sujet du racisme et des violences policières. Starr, 16 ans, est la seule témoin du tragique assassinat de son ami du même âge par un policier. Elle va surmonter son deuil et sa colère. Un vrai page turner.

Et ma lecture du moment ? La voici, idéale pour une reprise : une gourmandise acidulée ! Pëppo de Séverine Vidal chez Bayard.

Je vous le dis : passion romans…:)

Aucun texte alternatif disponible.

C’est ainsi que se terminent nos voyages livresques estivaux, qui avaient débuté avec des bookfaces transformés en bookplants !

Le blog va aborder lui aussi la reprise…

Lectures sur l’île papillon…

Contrairement à Mallarmé, jamais je ne me dis :

“La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres !”

Car à l’ombre du grand arbre sont nées des amitiés qui ne cessent de nourrir mon imaginaire d’une pagaille de récits, de contes, d’images et de poésies ! C’est donc les paupières gonflées de rêves de lectures que j’ai glissé dans ma valise 4 livres pour occuper mes soirées guadeloupéennes bercées par la “brise marine”. Oui car cette année nous avions décidé de “Fuir là-bas, fuir !” Et quel enchantement ! Pour vous dire vrai c’est la nature, ses chants incroyables, sa lumière enveloppante, sa végétation luxuriante qui, plus que les mots couchés sur le papier, m’ont fait cette année tourbillonner. Mais comme je n’arrivais pas à dormir, mes compères d’encre noire ont été de précieux compagnons de voyage, remplaçants les rêves vers lesquels je ne pouvais me laisser aller.

Il y a eu, tout d’abord, un roman de littérature générale dont on m’avait beaucoup parlé : La tresse de Laëtitia Colombani, publié chez Grasset, lu dans la galerie d’une jolie case créole de Saint-François. Puis il y a eu Gustave Eiffel et les âmes de fer, de Flore Vesco, terminé sur la plage de Malendure :

Et l’intense D’un trait de fusain, de Cathy Ytak, publié aux éditions Talents hauts, dévoré plusieurs nuits d’affilée dans notre chambre visitée par les anolis à Bouillante, au coeur de la forêt tropicaleAvant de rentrer, pour me reconnecter à nos projets familiaux, j’ai entamé non loin du magnifique jardin botanique de Deshais le best seller du zéro déchet, prêté par une amie, qui elle-même le tenait d’une amie :

Voyez un peu mes lectures hétéroclites de l’été ! Et je regrettai de n’avoir point emporté de poésie pour habiter ce fabuleux voyage, car sans cesse debout face aux paysages captivants de cette île papillon,

pensant à mes amies d’À l’ombre du grand arbre, j’entendais le chant de Baudelaire,  :

“Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas
vivre ensemble!
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble ! “