Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2021 : Brindilles et Petites Feuilles

Une passion commune pour la littérature jeunesse, des découvertes perpétuelles, un émerveillement constant, des partages nourris et enrichissants, pour vous présenter les livres de 2020 qui nous sont allés au cœur afin que vous, grâce à vos votes, puissiez récompenser ceux qui ont eu votre préférence. Tel est l’objectif du Prix ALODGA depuis sept ans.

Nos échanges enthousiastes ont abouti à une sélection de trois titres pour chacune des six catégories.

Après vous avoir révélé celles des Grandes feuilles (romans jeunesse) et Belles Branches (romans ado), des Racines (documentaires) et Branches Dessinées (BD), voici celles des Brindilles (petite enfance) et Petites Feuilles (albums).

Deux sélections fortes de diversité, d’originalité et d’onirisme, portées par des approches graphiques aussi variées que marquées, qui confèrent à chacun des livres choisis une singularité propre.

Découvrez pourquoi nous les avons aimés et votez pour votre titre préféré ! Les votes sont ouverts jusqu’au 10 décembre et les gagnants annoncés dans la foulée, lundi 13 décembre.

*******

~ CATÉGORIE BRINDILLES (PETITE ENFANCE) ~

ABC de la nature. Bernadette GERVAIS. Editions Les Grandes Personnes, 2020

Les abécédaires sont toujours enthousiasmants : à partir d’un concept unique, leur réalisation est toujours différente. Celui-ci nous a conquises par son originalité avec son très grand format, idéal pour s’immerger ou la lecture en groupe, son papier épais, ses mots choisis, sa simplicité travaillée et son graphisme qui allie vintage, réalisme et modernité. Hommage à la nature végétale et animale, il donne envie d’aller à son contact.

Tous emmitouflés. Marie-Noëlle HORVATH. La Joie de Lire, 2020

L’hiver est là et son froid est redouté par les animaux qui cherchent à s’en protéger. Heureusement, un fil rouge les entoure, les réchauffe et les relie. Littéralement. Mais à qui est-il ? Métaphorique et étonnant, Tous emmitouflés est un petit album cartonné sur la solidarité qui se passe de mots. L’évidente, la spontanée, la naturelle. Son graphisme est aussi évocateur que tactile, contrasté entre le lin, le rouge de la broderie et le gris du crayon. Avec brio, il invite à lire l’image et à faire ses propres descriptions.

Le jour où je serai grande. Une histoire de Poucette. Timothée DE FOMBELLE et Marie LIESSE. Gallimard Jeunesse, 2020

Un album cartonné et solide, une couverture discrète, un clin d’œil à un conte pour un hommage à l’enfance, un thème si cher à Timothée de Fombelle, pour partager et transmettre. Avec ses mots empreints de poésie et de mélancolie, il s’adresse à l’enfant appelé à grandir, comme à celui resté au cœur de chaque adulte. Il invite chacun à créer de l’extraordinaire avec de l’ordinaire, à profiter des petits moments de bonheurs et à s’en souvenir par le prisme des émotions les instinctives, les pures, les vraies, pour garder et puiser spontanéité et émerveillement enfantins. Pour grandir mais pas tout à fait, pour grandir dans et par le cœur.

Pour l’accompagner, les magnifiques photographies de Marie Liesse qui joue entre flous et gros plans, lumière et couleurs, entre nature et contes. C’est beau, c’est doux, elles nous immergent et résonnent en nous.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Brindilles ?

View Results

Loading ... Loading ...

~ CATÉGORIE PETITES FEUILLES (ALBUMS) ~

Toi et moi. Ce que nous construirons ensemble. Olivers JEFFERS. Ecole des Loisirs, 2020

Dans un texte poétique et métaphorique, Oliver Jeffers aborde la relation entre lui et sa fille, entre un père et son enfant, entre êtres humains. Il use d’outils réels, tels scie, marteau et vis, pour l’imager, la construire, la renforcer, la réparer même. Inventions, ajustements, protection, compréhension, respect, il énumère de manière concrète tous ces concepts abstraits. Sans oublier de créer et de garder des souvenirs. Pour s’y réchauffer le cœur les jours de grand froid ou de difficulté.
Il y a beaucoup d’amour et beaucoup d’espoir dans cet album qui lie l’intime à l’universel.

La passoire. Clarisse LOCHMANN. Atelier du Poisson Soluble, 2020

Comment parler des rêves ? Comment représenter leur évanescence ? Cette impression de précision qui nous reste au réveil et pourtant cette impossibilité d’y poser des mots ? Par ses peintures aux contours flous, qui se mélangent ou, au contraire, qui se referment sur des espaces blancs et vides, Clarisse Lochmann saisit cette ambivalence, cette dispersion des rêves tel le sable entre nos doigts, cette impossibilité de cohérence verbale pour décrire les situations, lieux ou personnes qui peuplent nos songes. Et pourtant ! demeure cette impression de vague réalité qu’on voudrait retrouver, ne pas quitter, ne pas perdre surtout ! Cet album, c’est tout cela. Et c’est juste magnifique !

J’ai vu un magnifique oiseau. Michal SKIBINSKI et Ala BANKROFT. Albin Michel Jeunesse, 2020

Eté 1939, le jeune Michal est envoyé en pension familiale avec son frère et leur nourrice. Il a pour devoir de vacances de noter chaque jour une phrase dans son carnet, avec la date. Une activité, une visite, le quotidien et l’extraordinaire. Juste une phrase. Une illustration réalisée à la gouache l’accompagne, l’enveloppe, la représente, ou pas. Peu à peu, les phrases raccourcissent, les couleurs se ternissent, la nature laisse place à la guerre qui se profile, avant d’envahir chaque mot, chaque implicite, chaque teinte…

Cet album bouscule d’autant plus qu’il est inspiré d’une histoire vraie. L’auteur de ces quelques lignes, Michal Skibinski, polonais, avait huit ans lorsqu’il a écrit ces phrases, reproduites, avec son écriture au crayon à papier, à la fin du livre, accompagnées de son histoire. Elles ont inspiré Ala Bankroft qui nous restitue puissamment toute l’insouciance de l’enfance emportée trop vite par l’horreur de la guerre, conférant aux souvenirs précieux (mais abîmés) de l’enfance l’aura du témoignage.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Petites feuilles ?

View Results

Loading ... Loading ...

Quels livres vous ont le plus touchés, émus, attirés? Merci pour votre vote! Et n’hésitez pas à nous laisser un petit mot pour nous en dire plus!

Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2021 : Racines et Branches dessinées

Pour la septième édition du Prix A l’Ombre du Grand Arbre, les délibérations ont abouti à une sélection de trois titres par catégorie :

  • Grandes feuilles (romans jeunesse)
  • Belles branches (romans ado)
  • Petites feuilles (albums)
  • Brindilles (petite enfance)
  • Racines (documentaires)
  • Branches dessinées (BD)

À vous de jouer pour désigner le lauréat dans chaque catégorie, en votant pour votre titre préféré ! Les votes seront ouverts jusqu’au 10 décembre et les gagnants annoncés dans la foulée, lundi 13 décembre.

Après vous avoir révélé la sélection des romans jeunesse et ado en septembre, il est aujourd’hui temps de vous présenter les titres qui ont retenu notre attention pour les catégories Racines et Branches dessinées. Vous pouvez voter en bas de chaque catégorie. Et rendez-vous dans un mois pour la suite de la sélection !

******

~ Catégorie Racines : Documentaires ~

Nous en avions largement discuté lors de notre lecture commune, ce n’est pas une surprise de retrouver le diptyque politique d’Equipo Plantel parmi les titres de notre sélection. Ces deux albums de vulgarisation politique permettent d’aborder des sujets complexes avec les jeunes lecteurs en mettant les concepts à leur niveau. Il n’est jamais trop tôt pour encourager nos enfants à prendre conscience de leurs droits, à forger leur esprit critique et à débattre dans le respect de sujets encore trop peu abordés en littérature jeunesse.

Tout nu ! Le dictionnaire bienveillant de la sexualité de Myriam Daguzan Bernier, illustré par Cécile Gariépy, éditions du ricochet, 2020.

La découverte de la sexualité est une étape importante qui cristallise de nombreuses questions. Tout nu ! se propose d’y répondre sans tabou, de façon précise et directe. Ce dictionnaire saura dédramatiser, rassurer et déculpabiliser tout en sensibilisant aux risques, aux discriminations et au consentement. Le tout avec la bienveillance promise par le sous-titre pour montrer que la sexualité est quelque chose de naturel et de positif. Un titre must have pour ouvrir et aider les adolescents (et leurs parents) à aborder sans jugement l’entrée dans la vie sexuelle.

Le musée des émotions – 40 chefs(d’oeuvre livrent leurs secrets d’Elsa Whyte, éditions La Martinière jeunesse, 2020.

La couverture saisissante et les illustrations sublimées par le format majestueux et le papier glacé font de cet album un bel objet-livre. Le classement par ordre chronologique permet de découvrir les principales périodes artistiques et leurs mouvements les plus importants. Un voyage dans le temps fascinant car il donne à voir comment les émotions et leur expression, que l’on pourrait croire universelles, changent au fil des siècles. Chaque œuvre d’art est mise à l’honneur sur une double page et associée à une émotion. Parmi les incontournables, comme La Joconde, le Cri de Munch ou Guernica de Picasso, se sont glissées des peintures, des sculptures et des photographies moins célèbres. Elles esquissent une palette d’émotions aux quarante nuances, montrant ce que tristesse, chagrin, colère, sérénité, déception, honte, souffrance, etc. font aux corps. Le texte interroge chaque scène et tend à éveiller la sensibilité artistique des jeunes lecteurs, en leur faisant prendre conscience que chaque œuvre renferme une histoire.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Racines ?

View Results

Loading ... Loading ...

~ Catégorie Branches dessinées : Bande dessinée ~

Olive, tome 1/4 : Une lune bleue dans la tête deVéro Cazot, illustré par Lucy Mazel, éditions Dupuis, 2020.

Une lune bleue dans la tête introduit une héroïne différente et un univers fantastique qui contraste avec la réalité tant dans la forme que dans le fond. Impression renforcée par les couleurs beaucoup plus vives dans l’imaginaire fantastique d’Olive que dans la réalité plus morne. La lecture est surprenante voir carrément déconcertante car on ne sait jamais vraiment si ce monde fictif est réellement imaginaire ou si, peut-être, il s’agit d’une réalité parallèle. La différence d’Olive est au cœur de l’histoire même si elle n’est pas vraiment expliquée. Est-ce une forme d’autisme comme le suggère les propos de ses camarades de classe? Y a-t-il un lien avec l’incident survenu durant la grossesse de sa mère? L’intrigue met en place différentes choses intéressantes, bien que souvent confuses, qui nous laissent avec beaucoup de questions. L’héroïne est attachante et agréable à suivre. Elle nous pousse à réfléchir au concept de différence, à nous demander s’il s’agit d’une norme établie selon des paramètres abstraits de « normalité » ou s’il s’agit plutôt d’une perception au monde différente, ici matérialisé par ce monde onirique et poétique dans lequel elle aime tant se réfugier.

Cachée ou pas J’arrive ! de Lolita Séchan, illustré par Camille Jourdy, éditions Actes Sud BD, 2020.

Une bande dessinée pour les plus petits, ou un album au format à l’italienne, Cachée ou pas j’arrive nous a séduites par de nombreux aspects : son format idéal pour les petites mains, la parfaite harmonie des deux univers des auteures/illustratrices, les multiples références, détails et les petits clins d’œil à leurs univers propres ainsi que la mise en page avec le comptage des points qui placent le lecteur en acteur de cette partie de cache-cache endiablée.

Soeurs d’Ys de M.T. Anderson, illustré par Jo Rioux, éditions Rue de Sèvres, 2020.

Avec sa magie et ses créatures fantastiques, Sœurs d’Ys s’inscrit dans le registre du conte fantastique tout autant qu’il est une légende dans la tradition populaire des peuples celtes. celle-ci inspire à Jo Rioux des graphismes sombres et envoûtants. Ses illustrations sont assez particulières, mais très expressives, faisant la part belle aux contrastes entre la lumière de la nature et l’obscurité des mondes marins – et des relations humaines. Cette imbrication entre éclat et noirceur est au cœur de l’histoire qui interroge les contreparties de la puissance. On peut y lire une métaphore sur l’orgueil des humains qui persistent à vouloir dompter les forces de la nature, mais aussi la soif d’accumulation qui met en péril le renouvellement des ressources naturelles. Un ouvrage étonnant qui offre une belle opportunité de découvrir la fascinante légende de la ville engloutie d’Ys.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Branches Dessinées ?

View Results

Loading ... Loading ...

******

A vos lectures… et à vos votes !

Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2021 : Grandes feuilles et Belles branches

Curieux, enjoué, plein d’énergie et de bonne humeur lorsqu’il s’agit de célébrer les pépites de la littérature jeunesse, le prix À l’Ombre du Grand Arbre est de retour pour la septième année consécutive !

Depuis le temps, vous connaissez sans doute déjà le principe ? C’est très simple : parmi toutes leurs lectures de l’année 2020, les branches de l’arbre ont trié sur le volet une sélection de trois titres par catégorie :

  • Grandes feuilles (romans jeunesse)
  • Belles branches (romans ado)
  • Petites feuilles (albums)
  • Brindilles (petite enfance)
  • Racines (documentaires)
  • Branches dessinées (BD)

À vous de jouer pour désigner le lauréat dans chaque catégorie, en votant pour votre titre préféré ! Les votes seront ouverts jusqu’au 10 décembre et les gagnants annoncés dans la foulée, lundi 13 décembre.

Quels sont donc les livres sélectionnés au cours d’un intense processus de lectures et de délibérations à l’ombre de l’arbre ? Dès aujourd’hui, on vous révèle les romans sélectionnés pour les catégories Grandes feuilles et Belles branches et on vous raconte pourquoi on les a choisis. Vous pouvez voter en bas de chaque catégorie. Et rendez-vous dans un mois pour la suite de la sélection !

******

~ Catégorie Grandes feuilles : Romans jeunesse ~

L’anguille, de Valentine Goby, Thierry Magnier, 2020.

Valentine Goby a fait de l’histoire de Camille, née sans bras, qui doit trouver sa place dans un nouveau collège, un roman d’amitié solaire. Parce qu’une différence peut être profondément libératrice pour celles et ceux qui ont du mal à entrer dans le moule. Autrement dit… pour chacun, ou presque. L’histoire est racontée d’une plume vive et chaleureuse, avec une forme chorale pertinente et de malicieux apartés de l’autrice. Les personnages sont touchants et très sympathiques – mention particulière pour l’ouverture d’esprit et la joie de vivre de Camille ! Nous avons aussi aimé le ton résolument optimiste et la manière intéressante dont ce roman bouscule nos clichés sur le handicap et nous interroge sur ce que cela signifie. Un roman sensible qui donne envie de croire aux pouvoirs de l’entraide et de la tolérance. Et de célébrer nos différences.

L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace, de Thomas Gerbeaux (illustrations de Pauline Kerleroux), La Joie de Lire, 2020.

Prison Break façon homard, il fallait y penser ! Impossible de résister au suspense de cette histoire rocambolesque : un crustacé se fait la malle du restaurant où il était promis à la casserole et s’allie à une jeune fille pour libérer ses compères restés dans le vivier. La plume de Thomas Gerbeaux mêle ironie et tendresse et irradie le récit du charme des contes, des comptines enfantines et des parties de jeu remportées contre un ami imaginaire. Les illustrations stylisées de Pauline Kerleroux font écho à cette poésie. L’ensemble nous transporte dans un charmant décor de vacances bretonnes où prendre une grande bouffée d’air marin et se balader à vélo parmi les moutons. Ce petit livre se lit comme un roman d’aventure, une perche tendue à nos consciences, un hymne à la liberté, à la joie de la rencontre et à la solidarité. Une pépite haute en couleurs, émouvante et très divertissante.

Une photo de vacances, de Jo Witek, Actes Sud Junior, 2020.

Nous voici en vacances avec une famille modeste qui doit composer avec un budget serré et les envies de chacun. On s’attache vite à tout le monde, particulièrement à Eugénie, dix ans, prise entre un bébé et une aînée en pleine adolescence, entre ses rêves et les contraintes familiales, entre enfance et adolescence… Jo Witek trouve les mots justes pour dire l’ennui et les sorties, les relations élastiques entre sœurs et le baume des tranches de rigolade, la famille qui prend ses marques et invente ses petits rituels dans un tendre ballet. Et surtout, le passage vers l’adolescence, ses nouvelles émotions, ses transformations physiques et ses questionnements. Très immersive et sensorielle, l’écriture nous fait ressentir le soleil sur la peau, le frisson de plonger dans la rivière, le plaisir de se promener au marché avec ses parents. Un roman frais, drôle et touchant.

Quel est votre titre préféré de la catégorie Grandes feuilles ?

View Results

Loading ... Loading ...

~ Catégorie Belles branches : Romans ados ~

Deux fleurs en hiver, de Delphine Pessin, Didier Jeunesse, 2020.

Deux fleurs, Capucine et Violette, passent l’hiver à Bel-Air. L’une est une toute jeune fille qui porte une perruque bleue, l’autre une vieille dame au crépuscule de sa vie. Elles sont à la dérive, mais leur rencontre dans cette maison de retraite pourrait bien les aider à retrouver un cap… Delphine Pessin nous fait ressentir les difficultés des résidents des EHPAD, mais aussi celles des accompagnants dont chaque geste est chronométré et budgétisé. Et l’humanité dans tout cela ? Justement, elle transpire à chaque page de ce roman qui voit les deux parties s’associer. Delphine Pessin trouve le ton juste pour raconter une belle histoire sans verser dans le pathos. Elle sait doser l’humour et les alternances de points de vue, nous intriguer pour mieux nous faire tourner les pages avec des personnages pleins de nuances et de doutes, qui ne se livrent pas facilement. Un doux dialogue à deux âges de la vie qui donne envie de célébrer les liens intergénérationnels. Et montre qu’il ne faut jamais désespérer d’une floraison !

L’incroyable voyage de Coyote Sunrise, de Dan Gemeinhart, PKJ, 2020.

Coyote vit avec son poète de père dans un ancien bus scolaire qui les emmène à travers les États-Unis au gré de leurs envies. Une liberté qui pourrait faire rêver ! Mais comment en sont-ils venus à cette douce fuite ? Le passé finit par les rattraper et Coyote n’a pas le choix : en quatre jours, pas plus, il faut gagner l’État de Washington. Seul problème : ils sont à l’autre bout des États-Unis et son père s’est juré de ne jamais y retourner. La quête de Coyote place cet incroyable voyage sous haute tension, mais on comprend vite à quel point cet immense chemin parcouru et les magnifiques rencontres qui le ponctuent comptent en eux-mêmes. A travers le personnage fascinant de Coyote – tout un poème ! – ce roman évoque joliment la charnière entre l’âge de l’enfance et celui de l’adolescence où se révèle la complexité des choses. À partir de sujets douloureux, Dan Gemeinhart compose un texte lumineux car irradié de l’entraide et des liens qui se nouent en cours de route. En tournant les pages, on passe du rire aux larmes, on rêve. Et cela fait un bien fou de se lover, le temps de quelques centaines de pages, dans un monde de partage, de tolérance et de générosité.

Steam Sailors, tome 1 : L’héliotrope, de Ellie S. Green, Gulf Stream éditeur, 2020.

Quatre siècles après la Grande-Fracture, la révolte gronde dans le Bas-Monde contre le joug des élites des Hauts-Mondes. Prudence est traitée en paria à cause d’étranges pouvoirs qui semblent la relier aux Alchimistes, ces savants exterminés des siècles plus tôt. Enlevée à bord du navire volant des pirates de l’Héliotrope, la jeune fille va découvrir les territoires suspendus et les intrigues incroyables qui s’y trament ! Ce roman, c’est d’abord un objet-livre splendide qui renferme une intrigue pleine d’aventures et de rebondissements. E.S. Green raconte tout cela d’une plume si alerte qu’on a du mal à croire qu’il s’agit d’un premier roman, entretenant le suspense, étoffant de manière très cohérente son univers de ports, d’auberges mal famées et d’intrigues mondaines. Elle invente un genre à la croisée du steampunk et des romans feuilleton du 19ème siècle. Nous avons adoré les personnages, notamment la mystérieuse Prudence et les pirates qui élèvent les courses-poursuites avec la flotte royale. Leur audace (le mot est faible) donne au roman un souffle réjouissant et beaucoup de panache. Et cerise sur le gâteau, il y a une suite !

Quel est votre titre préféré de la catégorie Belles branches ?

View Results

Loading ... Loading ...

******

À vos lectures… et à vos votes !

Les lauréats du prix À l’Ombre du Grand Arbre 2020 !

En ce huitième anniversaire de notre bel arbre, nous avons l’immense plaisir de vous annoncer enfin les lauréats de l’édition 2020 du prix ALOGDA !

Catégorie Brindille (album petite enfance)

Une sieste à l’ombre, de Françoise Legendre et Julia Spiers, Seuil.

Ce livre aux belles illustrations japonisantes nous entraîne dans une inoubliable balade onirique et colorée, à l’heure de la sieste… L’avis de Sophie

Petites feuilles (albums pour “grands”)

Petit Renard, de Edward van de Vendel et Marije Toman, Albin Michel Jeunesse

Avec Petit Renard, on touche au sublime ! Un album hors-classe, en forme d’ode aux rêves avec un grand « R », à la nature, à la vie, aux expériences qui nous font grandir. Notre lecture commune et les avis d’Isabelle, de Pépita et de Hashtagcéline.

Grandes feuilles (romans junior)

La Chose du MéHéHéHé, de Sigrid Baffert, illustrations de Jeanne Macaigne, MeMo (Polynie).

Il s’en passe des choses sous la mer ! Vous l’apprendrez en lisant ce roman réjouissant et profond à la qualité littéraire et graphique luxuriantes, à la chute épatante. Les avis de Bouma, Isabelle et Pépita.

Belles branches (romans ado)

Félines, de Stéphane Servant, Le Rouergue.

Un titre intriguant, une couverture magnétique qui interpelle et semble déjà appeler à la rébellion. Découvrez le récit vibrant de l’une des protagonistes du mouvement des Félines… Un roman qui a fait l’unanimité sous le grand arbre, et partout ailleurs ! Notre lecture commune et les avis de Pépita, Hashtagcéline, Isabelle et Sophie.

Branches dessinées (BD)

Arthur et la Corde d’or, de Joe Todd-Stanton, Sarbacane.

Lorsqu’une bête terrible s’en prend à son village viking, le petit Arthur n’écoute que son courage… Le talentueux Joe Todd-Stanton puise avec bonheur dans la mythologie nordique pour imaginer une splendide épopée. Une BD pour rêver, s’évader dans un univers magique et prendre confiance en soi ! L’avis d’Isabelle.

Racines (documentaire)

Curieux mammifères, de Florence Guiraud, Saltimbanque.

Époustouflantes, les immenses illustrations de Florence Guiraud rendent grâce à la beauté et à la diversité des membres de la grande famille des mammifères. Le texte les éclaire de façon complémentaire, évoquant leurs caractéristiques et super-pouvoirs, les mythes qui les entourent et l’évolution souvent préoccupante de chaque espèce. Un majestueux cabinet de curiosité dont chaque double page charrie sa dose de grains dans le sablier de notre conscience. Les avis de Sophie et d’Isabelle.

******

Merci à celles et ceux qui ont voté et un grand bravo aux lauréat.e.s !

Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2020 : Grandes feuilles et Belles branches

Voici les deux dernières catégories portées à vos votes :

Grandes feuilles pour les romans jeunesse jusque 11 ans et Belles branches pour les romans ados à partir de 12 ans.

Nous avons eu infiniment de mal à les départager ! Nous avons donc décidé de laisser deux titres du même éditeur pour les Grandes feuilles et 4 titres au lieu de 3 pour les Belles Branches.

Pour voter, vous avez jusqu’au dimanche 3 mai. Les gagnants seront annoncés le 9 mai, jour de l’anniversaire du blog.

On compte sur vous !

***********************

Prix ALOGDA 2020, catégorie Grandes feuilles

Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage – Éditions Sarbacane

éditions MeMo — Hamaika et le poissonéditions MeMo — La Chose du MéHéHéHé

Quel est votre titre préféré de la catgorie Grandes feuilles ?

  • La chose du MéHéHéHé (43%, 6 Votes)
  • Violette Hurlevent t le jardin sauvage (36%, 5 Votes)
  • Hamaïka et le poisson (21%, 3 Votes)

Total Voters: 14

Loading ... Loading ...

***********************

Prix ALOGDA 2020, catégorie Belles branches

Un si petit oiseau de Marie Pavlenko - Editions Flammarion JeunesseFélines | rouergueActes Sud Junior jo witek Premier arrêt avant l'avenirNos mains en l'air | rouergue

Quel est votre titre préféré de la catégorie Belles branches ?

  • Félines (59%, 10 Votes)
  • Un si petit oiseau (18%, 3 Votes)
  • Dernier arrêt avant l'avenir (12%, 2 Votes)
  • Nos mains en l'air (12%, 2 Votes)

Total Voters: 17

Loading ... Loading ...

***********************

Pour voter pour les autres catégories :

Brindilles et Petites feuilles (Petite enfance et Albums)

Branches dessinées et Racines (BD et Documentaires)