Nos classiques préféré.e.s : Jeanne Ashbé.

Nous poursuivons nos rendez-vous consacrés aux “classiques de la littérature jeunesse” avec Jeanne Ashbé. Avec plus d’une soixantaine d’albums à son actif, cette autrice-illustratrice a joué un rôle primordial dans le développement de la littérature pour les tout-petits auxquels elle sait s’adresser avec beaucoup de tendresse et d’efficacité.

https://www.ecoledesloisirs.fr/auteur/jeanne-ashbe

************

Dans la collection de papillons d’Ada, il y a le souvenir émerveillé de la découverte dans nos bibliothèques préférées des petits albums souples de Jeanne Ashbé alors que mes deux Petits-Pilotes étaient encore bébés. Nous n’en avons pas achetés beaucoup, car justement nos bibliothèques avaient misé sur cette autrice-illustratrice et nous en avons toujours facilement trouvés. Mais il y en a un que nous gardons précieusement, c’est Au revoir !

Les 10 raisons qui expliquent pourquoi ce petit livre là est conservé chez nous comme un trésor

  1. Parce qu’il évoque un moment clé dans la vie d’un tout petit : le moment de la séparation, un moment que les parents appréhendent et qu’ils ne savent pas toujours comment aborder. Ce petit livre permet de dédramatiser. Et c’est à cela qu’il a “servi” au moment où mes deux garçons sont allés chez Nounou pour la première fois.
  2. Parce que les bouilles des bébés de ce petit album sont irrésistibles, rondes, roses avec juste ce qu’il faut de rouge aux joues, de grands fronts dégarnis, de petits yeux noirs, et des expressions tellement sincères, du rire aux larmes, de la colère à la confiance.
  3. Parce que l’alternance image à gauche, texte à droite, texte à gauche, image à droite crée comme un rythme particulier pour le regard du tout-petit.
  4. Parce qu’il y a de la matière dans la technique d’illustration de Jeanne Ashbé, de la peinture généreuse et lumineuse à toutes les pages.
  5. Parce qu’avec une grande simplicité, de nombreuses situations de séparation de la vie quotidienne sont abordées : une visite chez des ami.e.s, la journée chez nounou, le départ du zoo, les vacances chez mamie, le départ de Bon-papa, et bien sûr l’heure du coucher. Tous ces moments qui sont pour le tout-petit qui les découvre des moments de grande inconnue.
  6. Parce qu’à travers toutes ces situations, c’est à tout l’entourage proche du bébé à qui l’album rend hommage. Tous les êtres chers sont ici réunis : les parents, les grands-parents, nounou, les copains, les copines.
  7. Parce que la petite ritournelle qui accompagne la litanie des séparations est un enchantement pour les petites oreilles qui découvrent un récit structuré par cette étrange expression, promesse de bonheur à venir : “Au revoir, au revoir !”
  8. Mais les jeux de langage ne s’arrêtent pas là : le texte se présente comme une petite comptine avec de nombreux échos, des mots qui se répètent, des mots qui riment, des mots qui sont rigolos. Le jeu prend peu à peu le dessus sur la déception de devoir se quitter.
  9. Parce que finalement tout l’album est une invitation au langage, ici le bébé du livre parle à travers ce “je” propre à l’identification littéraire, invitant le tout-petit à entendre à travers la voix du lecteur, de la lectrice sa propre voix, de petit roseau pensant.
  10. Parce que lire des livres à mes bébés fut un des moments les plus précieux de mes débuts en tant que maman, grâce à Jeanne Ashbé ces moments ont été facilités !

*******

Dans le Méli-Mélo de livres de Pépita, peu de livres chroniqués de Jeanne Ashbé mais pourtant une bibliothèque qui laisse une part belle à ses livres. Donc difficile de choisir… Mais il y en a un qui a une place toute particulière.

Et pit et pat… voici pourquoi en 10 explorations

  1. Cet album rappelle combien la découverte est constitutive du tout-petit.
  2. Mais surtout rappelle à l’adulte la vision que peut avoir le tout-petit dans sa découverte quotidienne du monde.
  3. Pas besoin d’aller bien loin, TOUT est découverte et imaginaire !
  4. Cet album induit aussi profondément le besoin d’être rassuré.
  5. Les sonorités : Et “pit et pat”, “non pi non pa”, très rythmées, balisent le chemin des petits pas du tout-petit : on peut non seulement le suivre, mais l’entendre ! Exactement comme quand l’adulte le laisse découvrir mais étant en alerte pour ne pas qu’il se mette en danger.
  6. L’adulte est du coup invisible sur ces pages, mais il est bien là : comme spectateur de son tout-petit explorateur-acteur.
  7. Les objets du quotidien, dans leur transformation, constituent un petit jeu que même un grand frère ou une grande sœur peuvent apprécier. Ils sont vivants ces objets, ont leur vie propre. C’est aussi le cas dans l’imaginaire des enfants.
  8. Les coloris chaleureux avec leur unité de tons donnent un espace rassurant dans ces objets déformés et grandioses.
  9. C’est un album que j’utilise en formation petite enfance pour ce qu’il oblige à se mettre à la portée du tout-petit et à lui laisser l’espace nécessaire dans son appropriation de ce qui lui est donné à lire.
  10. En un mot un album idéal sur l’autonomie aussi bien pour le tout-petit que pour l’adulte. C’est ça le secret des albums de Jeanne Ashbé : savoir s’adresser aux deux !

*******

Chez sir this and lady that, il n’y a pas de livres de Jeanne Ashbé car la médiathèque en proposait toutes les publications. Si nous en avons acheté quelques uns, ils sont aujourd’hui rangés et remisés dans un carton pour le jour où une nouvelle génération de bébés viendra agrandir la famille. Pourtant, il existe un souvenir tout particulier pour la série Lou et Mouf qui figure en tête des livres de bébés les plus lus lorsque les petites ladies étaient très jeunes; le souvenirs de leurs petites mains s’emparant encore et encore des différents volumes à chacun de nos passages dans le rayon des tout petits et du plaisir évident que la lecture provoquait en elles.

Lou et Mouf… en 10 petits plaisirs

  1. Parce que Lou est un enfant sans genre qui permet à tous les bébés de s’y identifier.
  2. Parce que Lou découvre le monde par l’expérimentation; ses parents lui laissant par ailleurs la place dont il a besoin pour découvrir, arpenter, expérimenter à sa guise.
  3. Parce qu’à l’image des petits lecteurs, Lou emmène Mouf, son doudou, partout avec lui.
  4. Parce que bébé est au cœur de l’histoire ; les parents n’apparaissent pas vraiment. Jeanne Ashbé choisit de raconter le quotidien de bébé aux bébés.
  5. Parce que le format convient parfaitement aux petites mains : entre couverture moelleuse, pages cartonnées, pages éventails qui ouvrent sur une troisième image ou les petits volets à soulever pour découvrir une surprise.
  6. Parce que le dessin est réaliste au niveau des expressions et de la physionomie du tout petit entre le visage tout rond, les fesses enveloppées dans une couche, mais aussi dans les émotions ou la gestuelle, les petites “maladresses”.
  7. Parce que Jeanne Ashbé sait se mettre dans la tête de bébé pour décrire ses émotions dans l’exploration et la découverte de son quotidien. Avec intelligence et bienveillance, elle représente la façon dont le jeune enfant s’approprie le monde qui l’entoure.
  8. Parce que le texte parle aux bébés de la même manière que l’adulte, en les interpellant par des “ah!” et des “oh!”
  9. Parce que le texte a une musicalité qui résonne avec l’enfance et qu’il compte autant que l’image
  10. Et parce que chaque album de la série s’ouvre et se ferme de la même façon, comme un rituel rassurant: “Ah! Voilà Lou. Et Mouf. Bonjour Lou!“, “Au revoir, Lou!“.

*******

Pour ce billet, Isabelle est allée chercher l’un des trésors de son île : Non ! L’un des tous premiers albums avec lesquels elle a instauré le moment quotidien de lecture en famille. C’est l’histoire d’un petit poisson rouge qui a faim. Enfin… faim d’un bonbon. Mais grand poisson rouge a dit « non », déclenchant un rapport de force qui monte en intensité…

Dix raisons de plonger avec petit poisson rouge !

1 – Pour le petit format carré très maniable de ce livre, même par les petites mains de bébé.

2 – Et pour ses pages cartonnées qui résistent à tous les usages des dévoreurs de livres en herbe, y compris les plus affamés.

3 – Parce qu’en quelques pages, Jeanne Ashbé parvient à raconter une vraie histoire, avec ce qu’il faut de tension dramatique !

4 – Parce que cette histoire est un bonheur de lecture à voix haute qui se prête à être jouée avec force expressions, intonations et grimaces.

5 – Pour la musicalité et le rythme du texte qui résonne comme une comptine qui berce les tous petits avant même qu’ils aient l’âge de saisir le texte.

6 – Parce que ces rimes sont sublimées par des mots réjouissants, pêchés dans les fonds marins : la soupe aux vairons et la tourte au plancton, vous n’avez jamais goûté ?

7 – Parce que quand les petits lecteurs grandiront, ils apprécieront cette histoire qui parle de façon très juste des situations d’opposition entre enfants et parents, souvent mêlées d’amour malgré tout.

8 – Pour les jolis graphismes chatoyants qui accrochent l’œil et sont imprégnés de l’esprit des dessins d’enfants : quelques traits, et un univers se déploie où l’histoire peut commencer !

9 – Pour le dénouement qui donne envie de se tomber dans les bras.

10 – Parce que cet album est de ceux qu’on relit si souvent qu’on les connaît encore par cœur, des années plus tard…

*******

Si HashtagCéline connaissait les albums de Jeanne Ashbé, c’est véritablement à la naissance de ses enfants qu’elle s’est mise à les explorer avec un regard neuf. Et puis, en 2018, il y a eu cette rencontre avec Jeanne Ashbé, lors d’un temps fort autour de la petite enfance . En voyant l’autrice raconter Pas de loup face à un public captivé, HashtagCéline a été bluffée et cet album est venu rejoindre la bibliothèque familiale, s’y imposant par sa simplicité et son efficacité.

Pam Papam Papam, dix bonnes raisons de lire Pas de loup

1 – Si cet album peut paraître déstabilisant au premier abord, je vous assure, c’est un bonheur à lire à voix haute. Il faut vraiment le tester pour s’en rendre compte !

2 – Pam papam papam, reum reum reum reum… le texte semble d’une apparente banalité. Avec les tout-petits, grâce aux répétitions des sonorités, on accroche tout de suite l’attention. Succès assuré. Et participation garantie.

3 – Il y a un vrai rythme dans cet album. Un rythme que l’on peut adapter à sa propre envie de lecture. De façon rapide ou lente, chaque page laisse une grande liberté dans la cadence adoptée !

4 – Pas de loup est coloré. Le graphisme est vif et simple. Très contrastées, les illustrations sont aussi d’une grande diversité : carreaux noirs et blancs, grandes bandes jaunes et oranges, mains roses sur fond vert… C’est une découverte à chaque page tournée !

5 – Cet album est plein de surprises. Il y a des rabats qui se déplient sur chaque page de droite, laissant apparaître un élément étonnant. Cela fait mouche à chaque fois.

6 – Les enfants sont acteurs dans cet album. Entre les bruits qu’ils peuvent facilement reproduire, les rabats qu’ils peuvent soulever, cela en fait un album parfait à lire avec eux ou à leur laisser feuilleter seuls.

7 – Comme à chaque fois avec Jeanne Ashbé, les thèmes choisis, au fil des pages, sont adaptés à l’univers des tout-petits.

8 – Jeanne Ashbé l’a elle-même avoué : cet album est l’un de ses préférés.

9 – Dans cet album, avez-vous bien cherché…? Il n’y a pas de loup? Regardez bien. Il y en a un.

10 – Et pour finir, juste parce que cet album a toujours été un bonheur à lire à ma fille même après des dizaines et des dizaines de fois.

*******

Et vous ? Avez-vous lu Jeanne Ashbé et quels sont ses albums qui vous ont le plus marqué(e) ?