Prix A L’Ombre Du Grand Arbre 2020 – Branches dessinées et Racines

Après avoir révélé le mois dernier les parutions sélectionnées pour les catégories Brindilles et Petites Feuilles, nous avons le plaisir d’annoncer les livres nominés dans les catégories Racines (meilleur documentaire) et Branches dessinées (meilleure BD).

Le fonctionnement est toujours le même : à vous de voter pour départager ces petites merveilles et désigner le gagnant dans chaque catégorie ! Vous avez jusqu’au dimanche 3 mai. Les gagnants seront annoncés le 9 mai, jour de l’anniversaire du blog.

Et d’ici là, la sélection peut donner des idées pour occuper les longues journées de confinement…

***************************

Prix ALOGDA 2020, catégorie Racines

(meilleur documentaire)

Quel est votre titre préféré parmi la catégorie Racines ?

View Results

Loading ... Loading ...

***************************

Prix ALOGDA 2020, catégorie Branches Dessinées

(meilleure bande-dessinée)

Quel est votre titre préféré parmi les Branches dessinées ?

View Results

Loading ... Loading ...

***************************

À vos lectures et… à vos votes !

Prochain rendez-vous le lundi 20 avril pour les deux sélections de romans (Grandes Feuilles et Belles Branches)

 

Sélection thématique : L’Histoire avec un grand H

En ce week end de commémoration, petit focus sur les livres pour enfants consacrés à la discipline historique : documentaires, fictions, bandes-dessinées. Tout un panel pour éveiller la curiosité de nos petites têtes blondes car pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient ! Voici une sélection de nos préférés.

  • Les documentaires

La collection “La grande imagerie” des éditions Fleurus. Bien qu’aux allures un peu vintages, le garçon d’Aurélie en raffole. (Ses coups de coeur : 1ère et 2ème guerre mondiale et Débarquement).

 

**************************************

Les p’tits docs à coller de chez Milan

Un texte court et clair pour introduire toutes les thématiques abordables dès le plus jeune âge.

********************************************

Dans le même genre, Aurélie a découvert la collection Idole des éditions Néapolis, un peu plus détaillé, les enfants peuvent coller et colorier les différents détails du documentaires et s’amuser tout en apprenant.

Son avis d’Aurélie prochainement sur son blog

****************************************

Pour revenir à Milan, la collection mes docs histoire est clair et concise avec un large éventail, Aurélie apprécie aussi le côté tout terrain avec les pages plastifiées.

Son avis

*************************

La collection Quelle histoire chez l’éditeur du même nom et  chez Fleurus pour le magazine s’allie aussi au numérique avec la version ebook, la version à écouter sur la lunii et les vidéos youtube.

L’avis d’Aurélie

*******************************

Une grande expédition à travers l’histoire de la Terre, ça vous dit ? Voilà l’objectif ambitieux de cet album magnifique qui se déploie en accordéon sous nos yeux ébahis. C’est signé Clémence Dupont et paru en 2017 chez les Éditions de l’Agrume !

L’avis d’Isabelle

*******************************

Parce qu’il est à la fois passionnant et d’une beauté à couper le souffle, parlons également de l’album Egyptomania, par Emma Giuliani et Carole Saturno, paru en 2016 aux Éditions des Grandes Personnes !

L’avis d’Isabelle

*******************************

Ensuite il y a plusieurs versions romancées mais non fictives comme la collection “Il était une fois” des éditions Belize et “Les grandes vies” chez Gallimard jeunesse.

 

L’avis d’Aurélie et ici.

***************************

La collection “Histoire d’histoire” de chez Rue du monde est une série de fictions mais qui restent documentaires.

  • Les albums

Les albums d’Eric Battut font beaucoup référence à l’Histoire du monde (esclavage, guerre etc..)

Voici quelques avis d’Aurélie, Pépita

  • Les romans

Parfois, rien de mieux qu’une histoire captivante pour nous faire une page d’histoire ! La liste est longue – on pourrait presque proposer une sélection thématique par période historique, mais voici des romans qui valent le détour !

Pour découvrir la Rome antique, rien de mieux que la série Caïus de Henry Winterfeld, qui n’a pas pris une ride ! Addictifs, très informatifs tout en restant accessibles à des enfants très jeunes, ces romans offrent au passage une initiation au genre policier…

   

L’avis d’Isabelle sur le tome 1 et le tome 2.

***************************

Pour une escapade dans le Moyen-Âge le plus sombre, n’hésitez pas à vous plonger dans L’Estrange Malaventure de Mirella, de Flore Vesco, qui vient d’obtenir le prix Vendredi ! On frissonne, la langue fleurie de Flore Vesco nous réjouit, nous faire rire souvent… mais au passage, on en apprend beaucoup sur cette période !

Notre lecture commune, ainsi que les avis d’Isabelle, de Pepita, de Hashtagcéline et de Bouma.

***************************

Pour plonger en immersion dans des pages plus récentes de notre histoire, les romans de Michael Morpurgo sont une valeur sûre. Ses histoires, toujours très bien racontées, nous font revivre de façon très vivante notamment des épisodes marquants de la première guerre mondiale (Le mystère de Lucy Lost ; Soldat peaceful), le conflit sino-japonais dans les années 1930 (Le Roi de la forêt des brumes), la deuxième guerre mondiale (Dans la gueule du loup), l’après-guerre (Seul sur la mer immense ; Le Royaume de Kensuké) ou même des épisodes plus récents, comme la terreur exercée en Afghanistan par les Talibans (avec L’histoire d’Aman).

  

L’avis de Sophie                                L’avis de Pepita

    

L’avis de Bouma                                  Les avis de Hashtagcéline et de Sophie

L’avis d’Isabelle                                    L’avis de Bouma

L’avis de Pepita

***************************

Les romans de Davide Morosinotto renouvellent brillamment le roman jeunesse historique. Le célèbre catalogue Walker & Dawn paru en 2018 aux éditions de l’École des loisirs, nous faisait vivre un road-trip incroyable à travers tous les États-Unis du début du 20ème siècle. L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges, paru cette année (chez les même éditeur), nous emmène cette fois pour une aventure en Russie, pendant la Seconde guerre mondiale. Des objets-livre à couper le souffle : vintage à souhait, truffés d’extraits de dessins, de cartes géographiques, de photographies et de coupures de presse si authentiques qu’on les prendrait presque pour des documents d’archives…

   

L’avis de Pepita et d’Isabelle sur Le célèbre catalogue Walker & Dawn, l’avis d’Isabelle sur L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges.

  • Les bandes-dessinées

Chez Casterman, vous pourrez faire découvrir la collection “L’histoire de France en BD“.

Et vous quelles sont vos collections préférées pour parler d’Histoire à vos enfants ?

Lecture commune : Je m’appelle livre et je vais vous raconter mon histoire

Qui mieux que le Livre lui-même pourrait nous raconter son histoire ? C’est à ce jeu que s’est amusé John Agard dans ce documentaire où le Livre est le narrateur. Des premières écritures au numérique, Alice et moi avons aimé plonger dans cette lecture. On vous en dit plus aujourd’hui…

http://adp-pedago.com/wp-content/uploads/2016/11/Je-mappelle-livre-Copie.jpg

“Je m’appelle livre et je vais vous raconter mon histoire” John Agard Éditions Nathan, 2015

Sophie : Que t’attendais-tu à trouver dans ce livre au titre énigmatique ?

Alice : Et bien pas si énigmatique que ça le titre !
Au contraire je le trouve suffisamment clair et précis pour ne laisser aucun doute sur le contenu du roman : en tournant les pages on va tout savoir sur la naissance et la vie d’un livre. La couverture, avec ces arbres, complète cette déduction : le papier fabriquant les livres venant des fibres de bois.
Enfin, tout ça c’est mon point de vue, peut-être que tu n’as pas accueilli ce livre de la même façon ?
Par contre, ce qui est surprenant, c’est le point de vue et la forme choisis par l’auteur qui offre une perspective très dynamique…. Tu ne penses pas ?

Sophie : En effet, j’étais plus intriguée que ça à l’ouverture de ce livre que je range finalement plutôt du côté des documentaires (alors que tu parles de roman). Je pense que c’est un savant mélange entre les deux en fait et cela vient en effet du point de vue qu’a choisi l’auteur. Et oui ici, c’est le livre qui nous raconte sa propre histoire de son origine qu’est la Voix jusqu’à aujourd’hui avec son frère le e-book.
Et toi, ça t’a plu de découvrir l’histoire du livre racontée par lui-même ?

Alice : Oh oui, je parle de roman, car il est au format roman avec des chapitres et tout et tout…
Mais c’est vrai que c’est à la fois une fiction (on n’a jamais vu un livre écrire son autobiographie, hein !) mais aussi un véritable documentaire puisqu’il apporte une grande richesse d’informations authentiques.
Un point de vue intéressant et pas du tout plombant !
Le style est rythmé, enjoué et on ne s’ennuie pas du tout ! Ce livre qui nous parle en toute sincérité nous fait comprendre son Histoire en toute simplicité en commençant de l’origine du papier jusqu’à l’e-book, comme tu le dis !
Un moment de lecture très plaisant pour toi aussi ?

Sophie : Oui c’était très agréable de découvrir l’histoire du livre de cette façon. Et ça apporte même une certaine émotion par moment.

Alice : En tant que bibliothécaire, j’aimerai bien savoir comment tu a trouvé les dernières pages du livres sur notre rôle, l’arrivée du livre numérique ?

Sophie : C’est une partie sur laquelle j’ai un avis partagé. D’un côté, j’ai trouvé ça très bien qu’on parle des nouvelles technologies, des DVD et des ordinateurs qui côtoient les livres dans les bibliothèques, de l’évolution des bibliothèques et des bibliothécaires donc. Par contre, j’ai trouvé un peu dommage qu’on sente le Livre de cette histoire encore très en opposition avec tout ça même s’il leur reconnaît quelques avantages. Il aurait très bien pu les voir comme des amis, des alliés qui comme lui étaient passeurs d’imaginaire et de culture. En même temps, c’est lui qui raconte sa propre histoire, alors peut-être est-il simplement inquiet de voir d’autres objets marcher sur ses plates-bandes.
Et toi, qu’as-tu pensé de tout ça ?

Alice : Oohhh, j’ai vraiment vu ça d’un regard très optimiste ! D’une cohabitation possible et complémentaire, donc j’ai trouvé que c’était un bel hommage aux bibliothèques et… aux bibliothécaires ! À l’évolution, du métier, des attentes, des pratiques, des publics… sans qu’il y ait de résignation.

Sophie : Le livre est parsemé de citations autour du livre et de la lecture. Y en a t-il une qui t’a particulièrement plu ?

Alice : Devine ? Une Reine rouge qui parle du décodage de l’alphabet à une certaine Alice par exemple… ?
Non je ne sais pas. Aucune particulièrement je pense. Mais dans tous les cas ces citations arrivent toutes au bon moment et illustrent parfaitement l’information qui vient de nous être donnée. C’est vraiment enrichissant, tout comme ces illustrations, dessins, schémas… qui ponctuent aussi le livre, sans jamais entrecouper la lecture, et qui complètent cette OVNI littéraire à la fois fiction et documentaire.
Je te retourne la question : peut-être que tu as une citation à partager ?

Sophie : Il est difficile d’en choisir une alors je laisse la phrase de la fin au hasard :
“Il y a [à Paris] des librairies exquises, plus aromatiques que des échoppes d’épices…”. Tout est dit là !

Petite lecture commune dégoûtante !

Non non, ne partez pas tout de suite, elle n’est pas si dégoûtante que ça cette lecture ! Tout ce que je vous dis, c’est qu’on va parler de la collection Les petits dégoûtants d’Élise Gravel, publiée aux éditions Le Pommier. Avant de dire beurk, lisez plutôt ce qu’on en a pensé…

* * * * *

Sophie : La collection Les petits dégoûtants, c’est peu ragoutant dit comme ça, mais c’est quoi exactement ?

Elise Gravel - Le rat.Pépita : Une collection de p’tits docs pour se réconcilier avec les p’tites bêtes et les plus grosses qui nous font un peu frissonner… mais en plus, on apprend plein de choses sur elles avec humour.

Kik : Une collection de livres pour parler de ces bestioles incontournables quand on est gosse, mais pour lesquelles on leur dit souvent : “Ahhhhh !!! Mais c’est sale !”

Céline du Tiroir : Des petits bouquins sympas pour ce réconcilier avec les rampants, les gluants, bref, ceux qu’on trouve souvent dégoûtants ! C’est court, c’est drôle et instructif. Des petits documentaires qui ne se prennent pas du tout au sérieux !

Sophie : Plein de petits dégoûtants donc. Mais qu’est-ce qui a bien pu vous donner envie de lire ces livres ?

Pépita : Les couvertures super rigolotes !

Céline du Tiroir : Justement, cette originalité ! : si les lapins, les adorables souris ou même les loups ou les cochons sont des stars de la littérature jeunesse, qui se soucie des limaces ou des poux ? C’est ce côté un peu décalé qui m’a tout de suite attirée !Elise Gravel - Le ver.

Sophie : Pour rendre sympathique ces petites bêtes, le gage de qualité, c’est l’humour incontournable d’Élise Gravel. Est-ce que vous connaissiez déjà cette auteure et est-ce qu’elle a changé votre vision de ces petits dégoûtants ?

Kik : À la découverte de cette collection et plus particulièrement avec le pou, je n’ai pas cherché à savoir ce que l’auteur avait publié auparavant et je ne la connaissais pas particulièrement. Le point que j’ai le plus apprécié est l’anthropomorphisation des animaux. La limace d’habitude gluante et plutôt repoussante, devient rigolote.

Pépita : Oui, je connaissais cette auteure avant et j’apprécie son trait et son humour toujours très décalés. Si mon regard a changé sur ces bestioles ? J’aimerais bien mais pas vraiment ! Par contre, j’ai appris une foule de choses sur leurs mœurs et finalement, même si je ne suis toujours pas copine avec elles, je les regarde un peu différemment quand même. Et je trouve que oui, ça peut changer le regard des enfants sur elles : elles sont présentées d’une façon tellement rigolote !

Elise Gravel - Le pou.Céline du Tiroir : Oui, c’est une auteure dont j’apprécie l’humour et l’énergie ! Heeuu… J’ai quand même toujours pas adopté de limace ! Je dis en riant que Le Pou a été une sorte de psychothérapie pour moi, mais c’est pas tout à fait faux dans la mesure où j’ai vraiment appris des trucs, et qu’on a toujours un peu moins peur de ce qu’on connaît mieux ! (Je garde quand même l’huile de lavande et les peignes à lentes prêts à être dégainés à la moindre alerte !)

Sophie : Cette collection, c’est aussi l’occasion d’aborder une question plus large autour des documentaires pour enfants. Il y a quelques années les documentaires étaient des livres un peu austères et pédagogiques. Aujourd’hui, on voit une belle évolution avec l’apparition de beaux livres pour les enfants et des livres comme ceux dont nous parlons. Ce sont des documentaires pour les plus petits, tournés beaucoup sur l’humour. Que pensez-vous de ce type de livres et surtout ont-ils encore un but documentaire ?

Pépita : Très bonne question ! C’est vrai cette évolution, ce type de livres se situeraient davantage entre l’album et le documentaire. Il y a de plus en plus de formes hybrides de nos jours. Je pense que c’est une offre qui s’adapte en quelque sorte à l’air du temps. Séduire les petits lecteurs (et leurs parents !) pour les amener à la lecture plaisir et ludique, sans contraintes et avec peu d’effort. On succombe plus de nos jours à l’aspect esthétique aussi (le culte de l’apparence). Les éditeurs l’ont bien compris. On peut en dire autant pour les premières lectures et les romans d’ailleurs. Mais franchement, ce sont des livres très plaisants et de qualité alors c’est le principal.

Kik : Différents livres pour différentes attentes. Dans le cas de cette collection, le “dégoûtant” devient un être à considérer avec beaucoup d’importance, car très intéressant même si dégoûtant. Il y a des mises en scène autour de ce pou ou de cette limace. Par contre, on ne trouve pas de données chiffrées, d’informations précises.
Le livre joue sur l’humour. Avant les documentaires étaient destinés aux scientifiques en herbe, maintenant ils peuvent s’adresser à de plus jeunes enfants, et ouvrent une porte. Si jamais un sujet en particulier les intéresse plus, il y a toujours les documentaires plus riches.

Elise Gravel - La limace.Sophie : Un petit mot sur les illustrations de ces livres. Elles ont une place très importantes au point que texte et images se confondent parfois. Vous les avez aimées ?

Pépita : Ah oui, elles sont trop top ! Ces bestioles peu ragoutantes dans la réalité sont ici montrées sous un jour bien plus sympathique si bien qu’on les adopterait ! Ce sont des dessins frais et humoristiques qui permettent de ne plus visualiser la sale bestiole. Elles ont un trait simplifié, des yeux rigolos, nous parlent, bref, des copines !

Céline du Tiroir : Ha oui, elles sont drôles comme toutes les illustration d’Elise Gravel, en rondeur, pleines d’énergie et de fraîcheur ! Et l’influence BD avec les petits bulles, ça en fait aussi un album très ludique je trouve !

Kik : Peu de couleurs, l’animal qui prend toute la place, les illustrations m’ont beaucoup plu. D’autant plus qu’elles sont associés à du texte avec des polices de caractères de différents styles et de différentes tailles.
Une mise en page réussie, pour happer le lecteur, et lui faire découvrir un “dégoûtant” tout en rigolant.

* * * * *

Ouf, vous êtes rassuré ? Ce n’était pas si dégoûtant que ça ! Bah non, au contraire, c’est parfait pour mieux connaître ces petites bêtes !

Et si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincus, jetez un œil sur les articles de nos blogs :

– Céline du Tiroir : Le pou
– Sophie : La limace, Le rat

Avec des Photos – Pour les Grands

Hier, il était déjà question de photographies à l’Ombre du grand arbre,
Hier, il était question d’albums remplis de photographies,
Aujourd’hui, on a voulu aller plus loin,
Aujourd’hui, il est question de livres pour les plus grands.

Dans notre album-photo il y a  …

Deux documentaires qui aiguisent le regard du jeune lecteur, car les photos sont partout, et que bien souvent elles sont retouchées, ou “légèrement” sorties du contexte.

10175313_1490025867895332_472317739_n

Il y a des photos que tout le monde connaît, Il y a des photos qui se retrouvent partout, comme Einstein qui tire la langue, un groupe d’ouvriers qui mangent en hauteur sur une poutre métallique, ou encore ces deux amoureux qui s’embrassent devant l’Hôtel de Ville.

L’histoire vraie des grandes photos, – David Groison & Pierangélique Schouler, Actes Sud Junior, 2014.

 

……………..

Quand George Clooney prend un café avec des agriculteurs à la place de François Hollande, quand on veut rendre la princesse Kate Mindleton encore plus mince, quand on se rend compte qu’en 2011, au Japon, la retouche de photo a permis de conserver des souvenirs de famille …

PhotoschopéesLes images disent-elles la vérité ?  David Groison et de Pierangélique Schouler, Actes Sud Junior, 2013.

Deux romans, conçus autour de la photographie, comme matière première pour l’un et comme point de départ de l’histoire pour l’autre.

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été accueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants “particuliers”.

Ce roman a été construit autour de photographies réalisées, bien avant l’écriture du roman. L’auteur les a dénichées chez des collectionneurs, ou au détour d’un vide-grenier. Ces photographies qui ont été retouchées, alors que les ordinateurs n’existaient pas, donnent une touche très particulière à l’histoire.

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs, Bayard, 2012.

10375650_247028015504389_978357216_n

Pour faire passer son chagrin, un appareil photo sous le bras, Charlie part à la découverte de son immeuble. Il lui faut une excuse pour sortir de chez elle, prendre l’air, aller dire bonjour à ses voisins. Elle n’a pas le droit d’aller dehors, elle saura tout sur le dedans, et prendre une photo de l’extérieur depuis chaque fenêtre.

Souvenirs de ma nouvelle vie, de Marie Colot, Alice Jeunesse, 2013.

Lu aussi chez Pépita et Céline, qui en ont fait une lecture commune à l’ombre du grand arbre.

Deux applications, pour observer, et créer à partir de photographies, pour aller plus loin que la photo prise “vite fait, mal fait” avec son smartphone. 

ONF StopMo Studio est une application permettant de créer simplement et rapidement des animations en stop motion.

 

 

Mpro est une excellente application de prise de vue monochrome (en noir et blanc). Vraiment extra.