Claude Ponti, un classique ?

Pour inaugurer notre premier rendez-vous avec les “classiques de la littérature jeunesse”, un premier nom est venu à l’esprit d’Ada : Claude Ponti. Tout d’abord parce qu’il écrit maintenant depuis plus de 30 ans pour la jeunesse et que ses œuvres semblent passer l’épreuve du temps et puis parce que dans ses albums, le sens tourbillonne comme la langue et les images qu’il crée pour nous inviter à y penser.

“Mon auteur préféré”, école des loisirs.

******

Dans la vitrine de sa collection d’histoires précieuses, Ada a mis au premier plan le fabuleux album intitulé L’arbre sans fin.

Voilà pourquoi, en 10 raisons !

  1. Parce qu’il y est question d’une quête initiatique, celle d’Hipollène, petite créature zoomorphisée comme seul sait en inventer Claude Ponti et que cette quête est pleine d’épreuves à relever.
  2. Parce que cet album est un voyage, obscur et lumineux à la fois, mais en même temps un précieux retour aux sources.
  3. Parce que le merveilleux y est foisonnant que ce soit à travers les personnages, l’arbre (presque) sans fin, l’époque indéfinie, les monstres, les passages vers des univers souterrains ou aériens, les métamorphoses de l’héroïne et son courage exemplaire.
  4. Parce que le thème de la transmission de mère en fille, de grand-mère en petite fille y est merveilleusement orchestré.
  5. Parce que l’inventivité de l’auteur dans la manière de nommer ses personnages est d’une créativité jubilatoire, en témoigne la page 23 où Hipollène arrive devant la plus ancienne racine de l’arbre sans fin, “la Mère-Vieille-du-Monde” où elle écoute “la brume de musique qui lui chante la chanson de l’arbre. Avec la voix de toutes ses Grand-mères.” On peut alors entendre cette litanie poétique : “Aubière-l’aventureuse, la première a planté la maison. Ensuite il y eut : Florée-Zon-Déramée-La-Grande-Enfanteuse, Pousse-Touffue-L’Embrouillée-Des-Narines, Brindillonête-L’Apamarante…”
  6. Parce que la vie y est un arbre, un arbre sans fin dont on découvre les frontières en le parcourant.
  7. Parce que la lectrice, le lecteur y apprend à se construire de quoi affronter ses peurs, même les plus lointaines, les plus enracinées.
  8. Parce que la mort y est sublimée avec une poésie infinie dès les premières pages : “Grand-mère est portée dans son berceau de voyage sur la branche d’été, jusqu’au bord de la nuit. Son nom de vie était : Orée-d’Otone-La-Tisseuse-De-Contes.”
  9. Parce que ce texte ressemble à s’y méprendre à un texte fondateur, Odyssée intemporelle à hauteur d’enfant.
  10. Parce que c’est un album qui nourrit l’enfant en chacun de nous en montrant, sans le dire, ce que c’est que grandir, se choisir un nom, devenir soi-même, sans renier son héritage, en s’élançant vers son avenir.

Pour Pépita, maman de famille nombreuse, c’est ce titre qui lui vient immédiatement à l’esprit : Le catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer.

Résultat de recherche d'images pour "le catalogue de parents ponti""Catalogue de 10 raisons !

  1. Parce que c’est un grand format et que j’aime les grands livres pour mieux s’y plonger ! Et ce titre, il est génial !
  2. Parce qu’il n’y a pas de raison : pourquoi les enfants n’auraient-ils pas le droit de vouloir changer de parents ? (parce que oui, ça arrive aux parents d’être parfois effleuré par l’idée-mais seulement effleuré !- de changer d’enfants….mais chut ! C’est un secret…).
  3. Parce que Claude Ponti n’a pas son pareil pour aborder avec humour et ses jeux linguistiques uniques des sujets si importants.
  4. Parce que tout se tient dans cet album : c’est vraiment un catalogue de parents avec service après-vente, bon de commande,  et tout et tout ! Claude Ponti pense à tout.
  5. Parce que sous l’humour, Claude Ponti tend à la fois aux parents et aux enfants un miroir de leurs propres travers, en laissant aux enfants la priorité du regard et ça, c’est drôlement fort !
  6. Parce que le processus d’identification ainsi mis en marche permet de prendre du recul et de mieux savourer au final ses propres parents, qu’on échangerait finalement pour rien au monde !
  7. Parce que cet album renforce les liens d’amour parents/enfants et vice versa, parce que hein, les parents, faudrait aussi faire des efforts de temps en temps ! Pas toujours que les enfants !
  8. Parce que rire en famille, il n’y a rien de meilleur !
  9. Parce que cet album peut permettre de se dire des choses qu’on aurait peut-être pas osé se dire : C’est quoi un bon parent ? Comment tu perçois les tiens ? Tu voudrais en changer toi ? Pourquoi ?
  10. Parce que, parce que, parce que, il est chouette tout simplement ! 🙂

 

Pour Solectrice et les Lutines, c’est Blaise et le château d’Anne Hiversère qui s’impose.

10 raisons pour vous convaincre !

  1. Parce que c’est tellement chouette d’ouvrir ce livre géant et de se glisser tout entier dedans !
  2. Parce qu’on peut compter les poussins tout en admirant les décors accueillants.
  3. Parce c’est un album coloré, qui foisonne de personnages. Quel bonheur de chercher à chaque page Blaise le poussin masqué.
  4. Parce qu’il regorge de trouvailles graphiques et lexicales pour donner de l’élan à notre imaginaire. On savoure ces mots tirés du chapeau de Ponti. Comme on aime éclapatouiller la farine, splitouiller la pâte avant de la rataplatisser ou tarislouper les crèmes ! On s’autorise toutes les folies avec ces poussins facétieux.
  5. Chaque jour nous apporte des surprises de taille… Allez donc voir à la page 16 !
  6. Parce qu’entre la forêt de champignons au chocolat, le sucre des cimes, la fabuleuse cueillette des fruits et la Tatouille, cet illustré à de quoi satisfaire notre gourmandise !
  7. Parce qu’on se régale les yeux en découvrant l’immense gâteau : on salive devant les 10 étages de ce phénoménal château (biscuit, crème, chocolat, croquant, mousse, biscuit, etc.).
  8. Parce qu’on fait partie de la fête : des préparatifs jusqu’à la dégustation toute en onomatopées. “C’est tellement irrésistibilicieusement incroyabilicieux” !
  9. Parce qu’on s’amuse follement à chercher les personnages invités par Blaise aux pages 38-39, autant de références littéraires et cinématographiques qui parlent à toutes les générations. On peut aussi les retrouver en partant des noms listés sur les pages intérieures de la couverture.
  10. Parce que Ponti nous invite dans un univers intemporel, cocasse et vivant. Et parce qu’il ne laisse rien au hasard, jusqu’au code-barres qu’il intègre dans ses illustrations de couverture quand on referme le livre mais qu’on n’a pas vraiment envie de le quitter.

 

Sur leur île au trésor, Isabelle et ses garçons ont eu envie de vous parler d’un album grand comme un univers, qui nous fait entrer dans la vallée où vivent les étranges et sympathiques créatures que sont les Touims…

10 raisons parmi d’autres de sauter à pieds joints dans la vallée !

  1. Pour l’objet-livre, son grand format qui sublime des illustrations foisonnantes et fascinantes, et toutes les petites surprises qui se nichent un peu partout (jusqu’au code barre) et que les enfants n’ont pas leur pareil pour repérer.
  2. Pour la mignonnerie irrésistible de ses petits protagonistes, adorables boules de poil pleines de vie, de créativité et de bonne humeur.
  3. Parce que les aventures des Touims nous font du bien et nous font grandir, à la manière des histoires universelles qui nous parlent de la vie – ses joies, ses peurs, ses colères, ses moments de contemplation et d’agitation, ses secrets et ses surprises. La fantaisie n’est-elle pas le meilleur moyen d’appréhender tout cela ?
  4. Pour l’immense plaisir de laisser l’imagination sans borne de Claude Ponti repousser les frontières de notre horizon, avec notamment mille inventions réjouissantes, de la Balanquette, géniale combinaison de balançoire et de banquette, aux épatantes embarcations que sont les arbres Abato…
  5. Parce que Claude Ponti est le maître des jeux sur les sonorités des mots et des noms (notre palme spéciale, après avoir longuement débattu, à Olie-Boulie, petit frère du narrateur). Cette histoire pourrait n’avoir aucun sens, elle resterait jubilatoire pour cette drôle de musique qui résonne comme une comptine et ravit les enfants.
  6. Parce que c’est une vraie monographie du monde des Touims et que l’alliage de la fantaisie et d’une présentation quasi-scientifique, avec force schémas et cartes à la clé, est tout simplement réjouissante.
  7. Parce que cette lecture nous donne l’envie de savourer la vie qui fourmille dans la nature, de nous laisser bercer par le rythme rassurant et inexorable des saisons qui passent…
  8. Pour la gaieté entraînante des Touims dont l’entrain à inventer mille jeux est communicatif – avec une mention spéciale pour leur technique de construction de bonhommes de neige !
  9. Pour l’invitation à rêver sans limite, qu’il s’agisse de la double-page où le petit narrateur contemple le large à la façon du célèbre tableau de Caspar David Friedrich, ou de la joie ressentie à l’idée de voler en se laissant emporter par un grand vent ou de débarquer sur l’île molle, entièrement comestible…
  10. Pour la page finale qui nous prend de court en renversant radicalement la perspective.

Dans le Petit Bout de Bib(liothèque) de Bouma, ce sont de joyeux poussins que l’on retrouve. Personnage emblématique de l’œuvre de Claude Ponti, on retrouve le poussin dans bien des ouvrages mais Tromboline et Foulbazar sont vraiment à part.

10 petits bouts d’explication

  1. le petit format à l’italienne est parfait pour les petites mains ;
  2. Tromboline et Foulbazar sont deux poussins espiègles, joueurs et inventifs (et on aimerait bien être comme eux) ;
  3. avec peu d’éléments pour chaque histoire, Claude Ponti imagine pourtant un univers qui regorge de trouvailles tant dans le vocabulaire que dans le dessin ;
  4. Le Château fort ou bien encore L’avion entrainent les petits lecteurs dans des constructions follement imaginables ;
  5. Les Masques ou Le chien et le chat recommandent vivement d’apprendre à se déguiser pour devenir un autre ou se retrouver soi-même ;
  6. les personnages évoluent au fur et à mesure de leurs aventures. ils ne murissent pas vraiment mais leurs traits oui ;
  7. on retrouve forcément tous les jeux de mots chers à Ponti (le nom de ses héros le trahit) ;
  8. loin d’être sages comme des images, Tromboline et Foulbazar sont un exutoire pour tous les enfants qui aimeraient parfois faire des bêtises (des grosses surtout, parce que les petites sont plus faciles à entreprendre) ;
  9. parce qu’avec une quinzaine d’aventures aujourd’hui (la première datant de 1993), on peut les découvrir à foison ;
  10. parce qu’il y a forcément un peu de poussin en vous (comme en chacun d’entre nous).

******

Et vous ? Quel est l’album de Claude Ponti qui vous a plus marqué(e) et pourquoi ? Si vous ne le connaissiez pas encore, nous espérons vous avoir donné envie de le découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *