ALODGA s’engage – pour les droits de l’enfant.

Le 20 novembre 1989, l’ONU adoptait à l’unanimité la Convention relative aux droits de l’Enfant : les droits de chaque enfant du monde étaient désormais reconnus par un traité international, ratifié par 195 états ! Depuis, le 20 novembre a été déclaré “Journée internationale des droits de l’enfant”. C’est cet immense progrès du XXe siècle que nous voulions célébrer avec vous, chères lectrices, chers lecteurs, en vous proposant une sélection de livres qui, à un moment ou à un autre de notre vie, nous ont permis d’aborder cette question primordiale avec les enfants de notre entourage.

Editions du Chêne
L’avis de Pépita

*******

J’ai le droit… à une identité

Un album fort qui montre l’importance d’avoir une identité : une petite fille et son papa, migrants, vont être reconduits à la frontière car sans papiers.

Sans papiers, Rascal, Ane bâté

L’avis de Pépita

******

J’ai le droit… de vivre en famille

Dans Quatre sœurs, Malika Ferdjoukh partage le quotidien des sœurs Verdelaine, fraichement orphelines. Si cette tétrade met surtout l’accent sur la vie de cette famille, sa joie, ses peines et ses amours naissants, on perçoit en toile de fond le combat de l’aînée pour maintenir son droit de tutelle sur ses cadettes et leur permettre de rester ensemble dans la maison de leurs parents. Une série dont l’éditeur publie cette semaine une édition poche collector en un seul volume.

******

J’ai le droit… à l’éducation

Les deux romans de Jacqueline Kelly : Calpurnia et Calpurnia et Travis sont captivants pour leur intérêt scientifique et culturel mais également pour la question qu’ils soulèvent sur la place des filles dans la société et leur accès à l’éducation. En effet, si Calpurnia rêve de recherches scientifiques et d’études, encouragée par un grand-père qui partage son amour de la nature et des découvertes, elle se confronte à la réalité d’une société qui relègue les femmes à la cuisine et à une mère qui veut que son unique fille reçoive une éducation simple pour en faire une parfaite petite ménagère.

Les avis de Lucie, Pépita, Isabelle et Linda sur Calpurnia. Et leurs avis sur Calpurnia et Travis ICI, ICI, ICI et LA.

******

J’ai le droit… aux loisirs

Le temps libre est crucial pour grandir et se développer. Ce temps que les enfants doivent pouvoir utiliser pour jouer, faire du sport ou d’autres activités, ou même ne rien faire, est mis en péril par la pauvreté et la guerre dans certains pays, mais aussi par la course la performance et les mode de vie moderne. Il est important d’en prendre conscience. Et il est un roman qui, s’il a été rédigé en 1973, met très bien le doigt sur la valeur du temps et les dérives liées à la course à la productivité, au consumérisme et aux écrans qui semblent voués à combler chaque vide. À travers les aventures d’une petite fille aux prises avec une bande de « voleurs de temps », Michael Ende nous fait prendre conscience de la valeur inestimable du trésor que représente le temps de toute notre vie. L’intrigue est de celles qui vous accrochent de la première à la dernière page : la vie de jeux et de partages de Momo et ses amis est menacée par des messieurs gris qui convainquent les habitants de gérer le temps comme un capital à faire fructifier. Page après page, on prend conscience de la valeur de notre temps – des moments de partage, de rêve, d’ennui, de jeu et d’inaction.

Momo, de Michael Ende, Bayard Jeunesse, 2009.

Les avis de Lucie et d’Isabelle.

Un magnifique album qui nous emmène au pays de la culture : musique, théâtre, lecture, danse, peinture….Une ronde joyeuse et poétique pour rappeler ce droit fondamental.

Tous les enfants ont droit à la culture, Alain Serres et Aurélia Fronty, Rue du monde

******

J’ai le droit… d’avoir un toit

Partis sans laisser d’adresse est un livre captivant et bouleversant, mais aussi une lecture qui invite à réfléchir à plusieurs droits, notamment au logement, puisque le jeune protagoniste et sa mère vivent dans un camion. Ce texte suscite la soif de connaître le fin mot de l’histoire, l’envie de céder à l’humour irrésistible de Susin Nielsen et une vraie prise de conscience de ce que signifie la pauvreté. La misère se matérialise de façon très concrète, douloureuse et stigmatisante. On réalise la valeur d’un réfrigérateur plein, d’une prise électrique, de toilettes à disposition. On accueille mille autres réflexions sur la famille, l’entraide, la tolérance, les dilemmes moraux aussi. Et pourtant, à chaque page, le roman est lumineux et plein d’espoir.

Partis sans laisser d’adresse, de Susin Nielsen. Helium, 2019

Les avis de Pépita et d’Isabelle

******

J’ai le droit… d’être soigné et d’être nourri

C’est l’histoire d’un homme pas tout à fait comme les autres. Je dirais même : c’est l’histoire d’un homme extraordinaire. C’est l’histoire de Janusz Korczak. Dans cet album, nous découvrons comment le jeune homme, né Henryk Goldszmit, va se passionner d’éducation en observant les enfants autour de lui, dans les rues de Varsovie. Il décide d’abord d’apprendre à les soigner en devenant médecin “parce que le premier des droits des enfants est celui d’être en bonne santé”. Puis il fonde la Maison de l’orphelin, un endroit où libertés, droits et devoirs prennent sens, définis par les enfants eux-mêmes. Hélas, le monde dans lequel vit Korczak est un monde au bord de la guerre et le pire va arriver. Mais jamais Korczak n’a abandonné les enfants à qui il a dédié sa vie.

Korczak pour que vivent les enfants, Philippe Meirieu, Pef,
Rue du monde, 2012.

******

J’ai le droit… d’avoir mon avis et de l’exprimer

Et oui, les enfants ont le droit d’avoir leur propre opinion, y compris lorsque celle-ci diffère de celle de leurs parents ! Pour réfléchir aux implications de ce droit, pourquoi ne pas lire cette histoire décapante où une femme au caractère excentrique reçoit un paquet contenant un enfant en conserve, garanti par le fabricant « joyeux, agréable et prometteur », « facile à prendre en main et à surveiller ». Les petits lecteurs riront aux éclats des situations ubuesques créées par le décalage entre la fantaisie de Mme Bartolotti et les bonnes manières de Frédéric. Les plus grands apprécieront aussi, de la part d’une autrice qui a grandi dans l’Autriche national-socialiste, une réflexion distanciée sur l’éducation et les qualités des « bons » parents, le mythe de l’enfant-modèle tourné en dérision et la morale de l’histoire, résolument anticonformiste et anti-autoritaire. Un livre qui fait plaisir à tout le monde !

Le môme en conserve, de Christine Nöstlinger, Le Livre de Poche, 2014.

L’avis d’Isabelle.

Devenir délégué de classe, représenter ses camarades auprès des adultes, porter leur parole, n’est-ce pas là exercer ce droit de l’enfant ? La série culte- Max et Lili- des enfants aborde ce sujet.

Max veut être délégué de classe/D. de Saint Mars et Serge Bloch, Calligram

Chez les poules aussi, on donne son avis ! Quand une poule disparue donne lieu à des avis contraires, comment s’y prendre pour aller dans le même sens ? Un album épatant pour aborder ce droit.

S’unir, c’est se mélanger : une histoire de poules, Laurent Cardon, Le père fouettard

******

J’ai le droit… à la protection de ma vie privée

Une petite fille poste des photos et des vidéos à partir de son portable…sauf qu’elle ne le fait pas bien. Une revisite du conte Boucle d’or sur les réseaux sociaux et c’est bien vu. “Car avant de poster , réfléchis !”. Cela engage d’autres personnes qui ont le droit de ne pas vouloir.

#boucledor de Jeanne Willis et Tony Ross, Little Urban

Et si exercer ce droit, c’est aussi apprendre aux enfants et en famille à réguler leur consommation des écrans ! 10 jours sans écrans, vous essayez ?

Dix jours sans écrans de Sophie Rigal-Goulard, Rageot

******

J’ai le droit… d’être protégé de l’exploitation

De façon très subtile, Fish Girl nous parle de captivité, d’exploitation et de maltraitance. On voit combien il est difficile d’en prendre conscience lorsqu’elle est exercée par quelqu’un qui se présente comme protecteur, qu’on vit captive, qu’on n’a pas trop confiance en soi et qu’on se sent différente… S’il est pas évident de parler de tout cela de manière frontale avec des enfants, Fish Girl permet de le faire, sous une forme largement métaphorique et grâce à la pincée de magie et de merveilleux qui rendent un livre adapté à de jeunes lecteurs. Il faut reconnaître la prouesse des auteurs qui parviennent, avec beaucoup de sensibilité, à nous montrer le cheminement interne de Fish Girl vers la l’émancipation et la liberté.

Fish Girl, de David Wiesner & Donna Jo Napoli, Éditions du Genévrier, 2017.

L’avis d’Isabelle

******

J’ai le droit… d’être protégé de la violence

L’histoire de BOO se destine aux adolescents et aborde à leur niveau le problème du harcèlement scolaire, les violences que peuvent subir les jeunes et les conséquences dramatiques que cela a sur leur développement et sur leur vie. Sans porter de jugement, l’auteur soulève la question de la responsabilité et de la protection des enfants et adolescents.

BOO de Neil Smith, éditions L’école des loisirs, 2019

Les avis d’Isabelle, #Céline et Linda.

******

J’ai le droit… d’être protégé des discriminations

L’histoire des Little Rock Nine est particulièrement inspirante pour évoquer la lutte contre les discriminations. Suite à un arrêt de la cour suprême qui mit légalement fin à la ségrégation raciale dans les écoles publiques américaines, ces neuf élèves noirs s’inscrivirent dans un lycée jusque-là réservé aux Blancs. Neuf adolescents qui rêvaient d’une éducation digne de ce nom et d’égalité, mais c’était sans compter la violence des manifestations racistes qui embrasèrent toute la ville. Avec Sweet Sixteen, Annelise Heurtier montre le courage immense des pionniers de la conquête de nouveaux droits, qui s’exposent en première ligne pour permettre à d’autres d’être acceptés, respectés et éduqués. On prend aussi la mesure de la difficulté de faire évoluer les esprits, même lorsqu’on a la loi de son côté. Mais ce texte montre surtout comment, pas à pas, les luttes émancipatrices peuvent faire bouger les lignes, y compris dans un contexte où l’obscurantisme règne en maître.

Sweet Sixteen, d’Annelise Heurtier, Casterman, 2015.

Les avis de Bouma, d’Isabelle et de Pépita.

Les discriminations entre filles et garçons sont aussi un sujet à aborder.
Les éditions Cache-cailloux proposent deux albums sur ce thème : La plus belle des Moutardes pour les petits (niveau maternelle), et CAMILLE ou Camille ? plus adaptés aux enfants en primaire. Ces deux albums ont aussi l’intérêt de se terminer avec une page documentaire : sur les femmes dans le sport pour le premier et leur accès à l’éducation dans le second.

Les avis de Lucie ici et .

******

Et si vous souhaitez faire réfléchir les enfants et les adolescent.e.s autour de vous à leurs droits, n’hésitez pas à leur proposer de participer à la consultation nationale d’UNICEF France : les enfants ont la parole !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *