C’est du propre !

Grand nettoyage de printemps ! On lave, on frotte et on astique tout un tas de trucs dégoûtants ! Du nettoyage, il en est question dans tout un tas d’albums pour enfants, et même dans quelques romans. Allez, on passe nos histoires à la machine, au bain, on essore et on fait sécher !

 

Nous, pas propres ? Didier Levy et Vanessa Hié.
Tourbillon

nous pas propresSnif..snif… Quelquechose  par ici ne sent pas bon… Ne serait-ce pas le doudou de Lino ? Il va bien falloir le laver. Et comme Lino ne se sépare pas de son doudou, il va passer au bain aussi. Une histoire drôle et très tendre, joliment illustrée par Vanessa Hié.

En lire plus ici

_______________________

Comment bien laver son mammouth laineux,

Michelle Robinson et Kate Hindley
Milan Jeunesse. 2013

Enfin un manuel bien pratique de la vie quotidienne. Pour répondre à cette question que vous vous posez tous les jours, le déroulé clair et détaillé de la marche à suivre, schémas à l’appui. C’est sacrément drôle, astucieux et décalé.

A découvrir ici ou

 

_______________________

Le bain de Pascale Bougeault. Ecole des Loisirs

http://1.bp.blogspot.com/-WkQBIEI6hoM/Uk80mi2zAEI/AAAAAAAAF1A/mSNUx4Uh_4c/s1600/Bougeault-Pascale-Le-Bain-Livre-893931177_ML.jpg

 

Un album qui nous emporte au Japon pour nous faire découvrir les bains japonais.

 

A découvrir chez les lutines

_______________________

Jour de lessive de Christian Bruel

Tendez un drap, passez de l’autre côté et trouvez un tout autre monde…
Un album déjà réédité trois fois et qui fait partie pour moi des pépites de l’édition jeunesse.

A découvrir chez Bouma

 

_______________________

Fanfantôme de Charlotte Sjöstrand à L’école des loisirs

fanfantome.gif

Voilà l’histoire d’un petit fantôme qui tarde un peu trop avant d’aller faire pipi. Heureusement, Fantômama veille et hop, un petit tour à la machine et tout va mieux !

A découvrir chez Sophie LJ

 

_______________________

Qu’est-ce que je lave ? de Mélanie Combes chez Tourbillon

qu-est-ce-que-je-lave.gifCet album pour le bain rendra le moment du lavage ludique et amusant avec une petite roue qui indique quelles parties du corps laver.

 

A découvrir ici

_______________________

La porte ! de Michel Van Zeveren

Pastel, 2008.

Mais c’est pas possible ! Il n’y a donc pas moyen de se laver tranquille dans cette maison. LA PORTE, je vous dis ! Un adorable, drôlatique, réjouissant album sans texte pour ceux qui aimeraient bien avoir enfin un peu d’intimité pour se laver. Non mais !

A découvrir dans le Tiroir et sur littérature enfantine 

.

_______________________

Le Bain de Berk de Julien Béziat.
Pastel, 2016
.
.
Oups ! Doudou a glissé du bord de la baignoire jusque dans le bain ! Vite, ses amis Drago le dragon,  Poulp le poulpe, Aspiro l’éléphant et Trouillette la tortue tentent de lui venir en aide. Que d’aventures pour ces jouets peu téméraires !
.
.

_______________________

Cracra Noël de Jean Maubille
Pastel, 2014
De retour de sa tournée, après être passé dans toutes les cheminées,  le père noel est un peu cracra, alors avant de recevoir ses cadeaux de la part des lutins, rien ne vaut un bon bain !
.
A découvrir au pays d’Alice
.

_______________________

 Le pigeon à besoin d’un bon bain de Mo Willems,
Kaléidoscope
 le_pigeon_a_besoin_d__un_bon_bain.jpgSale, le pigeon? Mais non voyons, n’importe quoi, d’ailleurs il a pris un bain il y a seulement, heu, bon, il ne sait plus mais sans doute pas longtemps. Et puis l’eau est trop chaude. Ou trop froide. Ou trop profonde. Bref, il veut pas se baigner, na!
.
.
.
.
A découvrir sur littérature enfantine.
 _______________________
Guili Lapin Mo Willems,
kaléidoscope.
guililapin.jpgC’est jour de lessive! Papa et Trixie se rendent à la laverie. la fillette s’amuse bien, pendant que son père remplit la machine. Mais, sur le chemin du retour, Trixie s’aperçoit de… Quelque chose!
.
.
.
.
.
A découvrir sur littérature enfantine

Lecture Commune : Star Trip

Il y a des lectures qui donnent forcément envie de discuter, surtout quand nous ne sommes pas toutes du même avis.

A trois, Alice, Pépita et Bouma, nous nous sommes donc penchées autour du roman Star Trip d’Eric Senabre paru en 2017 chez Didier Jeunesse.

Alice : Elle est belle cette couverture vous ne trouvez pas ? Moi elle m’a flashé dans l’œil et à y regarder de plus près je la trouve appropriée au contenu. Si on commençait par un petit résumé ? A vous l’honneur !

Pépita : Oui très belle, d’ailleurs les romans Didier jeunesse sont toujours très soignés. Ouh là ! Un résumé, tu y vas fort…tellement cette histoire est au départ a priori normale et ensuite elle devient complétement surréaliste. May a 15 ans et elle vit dans un trou perdu de l’Idaho. Nous sommes en 1968. Elle garde son petit frère handicapé à la suite d’un accident. Ils sont seuls car leurs parents scientifiques ont dû partir pour une mission top secret. Son petit frère est fasciné par la série TV Star trip et pour l’occuper, elle décide de lui construire avec l’aide de son petit ami une navette spatiale dans la grange, en cachette. Lors d’une virée en ville pour faire quelques courses et se changer les idées, elle apprend que celui qui incarne le capitaine Burke dans la série est en dédicace à la librairie. Ni une, ni deux, elle s’y rend avec son ami. L’échange n’est pas des plus cordial. Sauf que le lendemain, le capitaine Burke débarque chez elle…et là, tout commence vraiment…

Bouma : Je rajouterai que la famille de May est déjà à part dans ce petite village, de part leur conception très scientifique de la vie. Avec le départ des adultes, May prend malgré elle la responsabilité de sa maison et de ses occupants. Et puis, en grande sœur attentive, elle essaie de rendre à son frère la gaité qui était sienne avant l’accident. Et pour la couverture, je lui trouve un petit côté vintage dans sa composition très centrée. Ce qui finalement va de paire avec le texte d’Eric Senabre.

Qu’avez-vous pensé de l’arrivée du Capitaine Burke ?

Alice : Le hasard fait bien les choses ! Un petit tour en ville et hop ! pile poil quand l’acteur préféré du petit frère est en dédicace … bon, ok … Un odieux personnage en plus, imbu de sa personne et qui n’a pas grand respect pour son public !
Bref, cette première rencontre n’est pas glorieuse et de suite ce personnage ne m’a pas paru très net. Sa venue dans la ferme de May et son frère est suspecte aussi, on sent bien qu’il y a quelque chose de louche là dessous., mais l’intrigue ne nous tient pas non plus en haleine ! Finalement quel est l’intérêt de ce bonhomme qu’on sent pas très honnête ?

Pépita : Ah ben moi, j’ai adoré, je me suis laissée emporter par cet improbable sans me poser de questions, ça m’a bien divertie du coup. Oui il est odieux, égoïste, insupportable, calculateur mais en même temps un côté nounours fragile. Et puis, on se demande jusqu’où il peut aller…et il va loin au sens propre comme au figuré. J’ai beaucoup aimé ce mélange désuet des années 1968 à ce côté science-fiction. Y a de l’action en plus, enfin, dés qu’ils partent, c’est complètement déjanté par moments mais c’est drôle à lire, très divertissant. Je l’ai proposé à des ados qui ont vraiment beaucoup aimé.

Alice : Attention, si je n’ai pas aimé ce personnage précis, je ne dénis pas qu’il a toute sa place dans cette ribambelle de personnages tous bien campés dans leur rôle. Ils sont tous bien dessinés, bien profilés et d’ailleurs, pour moi, ce sont eux qui portent toute la folie, le divertissement déjanté de cette histoire dont tu parles, et non pas l’intrigue.

Bouma : Mon avis rejoint celui d’Alice. J’ai eu plusieurs fois envie de reposer ce roman, l’intrigue ne m’ayant pas embarqué plus que ça. Mais je suis restée pour May et son petit ami si serviable, histoire de voir s’ils allaient finalement réussir à se débarrasser de ce boulet d’acteur. Et puis je suis restée aussi, forcément, pour voir si ce rêve de gamin allait se réaliser… Après, pour moi, le roman a été un peu longuet…

Alice : Alors par contre je rejoins Pépita et je pense que cette histoire déjantée, ce mélange de fiction et de réalité peut faire rêver les gamins !
Tout de même il y a une sacrée critique de l’Amérique profonde la dessous, vous ne trouvez pas ?

Pépita : ah oui complètement et franchement ça ne fait pas rêver !

Bouma : Il y a en effet une certaine réalité de la campagne américaine, surtout dans les années 70, où tout un chacun pense avoir un droit de regard sur la vie de ses voisins. L’insistance du prêtre et son envie de guider ses ouailles est assez risible, en tout cas du point de vue de May.

Alice : Pour moi, il y a tout ce côté ou May étouffe dans le fin fond de sa campagne. A plusieurs reprises, elle rêve de mettre les voiles, d’aller en ville voir un peu de vie et finalement cette proposition de road trip, même si elle sent l’entourloupe, lui permet de prendre une bonne bouffée d’air. La campagne américaine dans ces années là, c’est un peu le fin fond du trou …
Et puis il y a ces rencontres tout au long de cette aventure, l’indien, le gérant de motel par exemple ou bien le shérif noir irlandais, l’auteur ne les crée pas par hasard. Leur atypisme, leur côté farfelu sont là pour nous parler d’autre chose, non ? De claires caricatures pour moi de l’Amérique profonde…

Tant de personnages d’ailleurs ! Le petit frère, le petit ami, l’acteur, les diverses rencontres… en auriez-vous un que vous aimeriez mettre en avant ?

Pépita : C’est marrant, je ne l’ai pas vu du tout comme ça. Je n’étais pas en Amérique, mais sur une autre planète ! Comme dans un décor de carton pâte avec des acteurs dont les traits sont caricaturés à outrance. Une sorte de film en dehors du film.
Alors les personnages : j’ai beaucoup aimé May, son caractère, sons sens de la répartie, et son petit ami aussi. Il m’a bien fait sourire ce petit couple qui n’en est pas encore un. Des personnages hauts en couleur, c’est certain ! Un roman où à chaque tourne de page, on ne sait pas trop ce qui va jaillir. C’est ce côté-là que j’ai aimé car très divertissant et tu as raison de souligner que les personnages y sont pour beaucoup. A un moment donné, je me suis interrogée sur la raison de l’absence des parents, je ne l’ai plus trouvée si normale que ça.

Bouma : Moi aussi le petit-ami a retenu mon attention. Sa manière de rester toujours présent, de manière indéfectible, comme un phare auquel se raccrocher, est primordial pour May. J’ai rit avec le shérif et les mésaventures qui lui arrivent malgré lui. Il doit faire face aux préjugés liés au mélange des cultures noires américaines et irlandaises.

Et le titre ? On en parle du titre ? Est-ce que, comme moi, vous y avez trouvé plusieurs significations ?

Alice : Star trip, ce voyage vers les étoiles offert à Sam ?
Star trip, ce voyage d’une star de ciné déchue ?
Star trip, cette référence à la série SF Star Treck ?
Star Trip come un road movie un peu déjanté ?

Oui, c’est un peu tout ça Star Trip une histoire de voyage et d’étoile … à chacun de suivre son chemin …

Pépita : Et star Wars non ? oui un titre à multiples entrées : le voyage d’une star sans doute, allusion à ce capitaine Burke déchu et bien sûr à toutes les déclinaisons cinématographiques. Bien trouvé en tous cas.

Autre question (sans trop en dévoiler) : et la fin ? Vous l’avez trouvée comment ?

Alice : Une happy-end joyeuse … mails il ne pouvait pas en être autrement, elle est complétement dans le ton et l’ambiance du livre.

Bouma : J’avoue que je ne m’en souviens pas trop de cette fin. Le proverbe dit “Ce n’est pas la destination mais la route qui compte” et c’est vraiment l’effet que m’a fait ce roman. Il y a un tel foisonnement de personnages, de paysages et de rebondissements que la fin ne m’a pas tant marquée.

Pépita : Cette fin, elle est abracabrantesque ! Beau pied de nez ! C’est complètement déjanté !

Un mot pour de futurs lecteurs/lectrices ?

Bouma : Un avis de lecture mitigé en ce qui me concerne mais j’aime à me dire qu’il y a un livre pour chaque lecteur et un lecteur pour chaque livre.

Alice : Malgré mon avis mitigé, c’est un livre que j’ai conseillé a un collègue qui l’a adoré ! Connaissant ses gouts,  je savais que je ne me tromperai pas trop.Mais surtout, je pense que les ados peuvent complètement accrocher à ce livre et cette aventure un peu dingue.
Soyons professionnelles, ne nous laissons pas envahir par notre propre ressenti et mettons STAR TRIP sur les étagères de nos bibliothèques !

Pépita : Je rejoins totalement ton avis : c’est un roman qui plait beaucoup aux ados et aux adultes ! j’ai été moi-même surprise de me laisser embarquer par cette histoire, un bon moment de détente !

Retrouvez nos avis sur nos blogs : A lire aux pays des merveilles

Les lauréats du 4ème Prix A l’Ombre du Grand Arbre

6 ans que ce collectif de blogueuses (et oui, que des filles !) existe et qu’il partage avec passion son amour de la transmission de cette si belle littérature jeunesse. Nous avons eu envie il y a quatre ans de créer notre prix !

Cette année, les catégories ont évolué et ont pris une connotation arboricole. Nous avons sélectionné et voté en interne les livres et applications numériques qui nous ont séduites, puis nous vous avons sollicité pour voter à votre tour. Vous avez été plus de 300 à donner votre avis et nous vous en remercions.

Fin du suspense !

http://alombredugrandarbre.com/wp-content/uploads/2015/06/Logoprix-300x300.jpg

Et voici donc, en ce jour opportun de blog anniversaire, les lauréats de la quatrième édition du Prix A l’Ombre du Grand Arbre :

Catégorie Brindilles: Albums Petite enfance

Caché ! Corinne Dreyfuss Editions Thierry Magnier

Catégorie Petites feuilles: Albums pour les plus grands

Quand j’étais petite… Sarah O’Leary et Julie Morstad Editions L’Etagère du bas

Catégorie Grandes feuilles : Romans jeunesse jusque 11 ans

Pax et le petit soldat Sara Pennypacker et Jon Klassen Editions Gallimard jeunesse

Catégorie Belles Branches : Romans ados à partir de 12 ans

Naissance des cœurs de pierre Antoine Dole Editions Actes sud junior

 

Catégorie Branches dessinées : Bandes dessinées

La guerre de Catherine Julia Billet et Claire Fauvel Editions Rue de Sèvres

Catégorie Sous-Bois : OLNIS (Objets Littéraires Non Identifiés)

Demain entre tes mains Cyril Dion et Pierre Rahbi Editions Actes sud junior

Catégorie Branches virtuelles : Applications numériques

La grande histoire d’un petit trait Editions La Manufacture XN

Un grand bravo aux lauréats et à l’année prochaine ?!

Coups de cœur d’Avril

En Avril, ne te découvre pas d’un fil… dit le proverbe… Et en mai, fais ce qu’il te plaît !

Alors, sous le grand arbre, on a eu envie de vous faire découvrir en mai nos lectures préférées d’avril !

Vous suivez ? Les voici !

^^^^^^^^^^^^^^^^

Peu de chroniques en ce mois d’avril chez MéLi-MéLo de livres, mais que des coups de cœur ! Mais tout de même, ce roman sensible et d’une rare humanité est cher à mon cœur : J’ai suivi un nuage de Maëlle Fierpied à l’Ecole des loisirs.

^^^^^^^^^^^^^^^^

Chez Un Petit Bout de Bib(liothèque), Bouma a craqué pour un album grand format mêlant humour à croquer, références culinaires et littéraires. Une succulente lecture aux petits oignons que Le Festin des Affreux de Marti et Salomo chez Seuil jeunesse.

^^^^^^^^^^^^^^^^

C’est aussi un album pour Alice !

Comment ne pas succomber une nouvelle fois à la fantaisie de Gilles Bachelet qui nous raconte-là, avec une grande virtuosité, une drôle et romantique histoire d’amour ? Une petite merveille !

Une histoire d’amour de Gilles Bachelet au Editions du Seuil

^^^^^^^^^^^^^^^^

Chez littérature enfantine, une petite envie de vacances et de nature a conduit Chloé à choisir un album qui sent bon la chlorophylle, et une découverte du jardin à hauteur d’enfant. Pas de géant, Anaïs Lambert, éditions des éléphants.^^^^^^^^^^^^^^^^

Les arbronautes ont de bonnes idées pour les naissances de l’arbre. Il y a quelques mois, elles avaient donc offert l’album qu’il fallait à Sophie pour l’arrivée de la petite Arwen. Ce grand livre plein de poésie raconte l’amour d’un père à sa fille avec justesse et beauté !
Tu seras ma princesse de Marcus Malte et Régis Lejonc chez Sarbacane.

^^^^^^^^^^^^^^^^

Des romans pour changer chez Aurélie et son atelier de coeurs avec la nouvelle collection des éditions Mémo. Un coup de coeur en particulier pour les aventures et les bêtises de Truffe et Machin !

Truffe et Machin d’Emile Cucherousset et de Camille Jourdy chez Mémo.

^^^^^^^^^^^^^^^^^

Dans le Tiroir à histoires de Céline, on a été transporté par L’ascension de Saussure, adapté du journal de l’alpiniste et raconté et illustré avec virtuosité par Pierre Zenzius. De quoi laisser son esprit parcourir la montagne et s’envoler vers les sommets.

Résultat de recherche d'images pour "ascension de saussure rouergue"

L’ascension de Saussure de Pierre Zenzius. Editions du Rouergue.

^^^^^^^^^^^^^^^^^

Nous vous donnons rendez-vous jeudi pour l’annonce des lauréats du prix d’A l’ombre du grand arbre 2018.

Prix A l’ombre du grand arbre : tous les nommés par catégories !

Voici un récapitulatif des nommés pour la quatrième édition du prix A l’Ombre du Grand Arbre. Pour ceux qui n’ont pas encore voté, retrouvez les articles ci-dessus.

A vous de jouer !

http://alombredugrandarbre.com/wp-content/uploads/2015/06/Logoprix-300x300.jpg

                     Catégorie Grandes feuilles : Romans jeunesse jusque 11 ans

                     Catégorie Belles branches : Romans ados à partir de 12 ans

                                     Catégorie Brindilles : Albums petite enfance

                               Catégorie Petites feuilles : Albums pour les plus grands

                                     Catégories Branches dessinées : Bandes dessinées

                    Catégorie Sous-bois  : les Olnis  (Objets Littéraires Non Identifiés)

                                Catégorie Branches virtuelles :  applications numériques

 

Vous avez jusqu’au 7 mai pour vous prononcer.

Annonce des lauréats le 9 mai pour les 6 ans du blog !

********************

Prix A l’ombre du grand arbre : Branches virtuelles

Le prix À l’ombre du grand arbre poursuit le chemin de sa quatrième édition avec la  dernière catégorie : Branches virtuelles, qui concernent les applications.

http://alombredugrandarbre.com/wp-content/uploads/2015/06/Logoprix-300x300.jpg

Vous êtes mis à contribution pour voter pour votre préféré dans chaque catégorie à partir de nos sélections, après votes en interne sur des livres proposés par nous toutes.

La semaine prochaine, un article récapitulatif vous permettra d’avoir une vision d’ensemble et de vous rattraper au cas où…Vous avez jusqu’au 7 mai pour vous prononcer.

Annonce des lauréats le 9 mai pour les 6 ans du blog !

********************

~Catégorie Branches virtuelles~

tip tap, mon imagier interactif from louis rigaud on Vimeo.

Cache-cache-ville from vincent godeau on Vimeo.

Quelle est votre application préférée ? Catégorie Branches virtuelles

View Results

Loading ... Loading ...

À vos tablettes et… à vos votes !

Prochain rendez-vous le lundi 30 avril pour un récapitulatif.

Aimé, un prénom pas comme les autres …

Aimé de Claire Clément et Benjamin Strickler, publié aux éditions Talents hauts est un petit roman, de ceux que l’on peut proposer en premières lectures. Un petit roman qui dresse le portrait tendre et très cruel de cette enfance qui raille aussi bien qu’elle joue, qui blesse autant qu’elle caresse.

Un petit roman qui nous a questionnées sur le rôle des prénoms que les parents donnent à leurs enfants, sur leur portée symbolique, sur ce que nous y mettons et sur ce qui nous échappe. D’ailleurs nommer, n’est-ce pas le début d’exister ?

****************************************************************************************************

Colette : En lisant le titre de ce petit roman, qu’est-ce que vous avez imaginé ? A quoi vous a fait pensé ce petit mot tout simple “Aimé” ?

Pépita : Tout de suite à un enfant désiré très fort. Si fort que le prénom qu’il portera toute sa vie en sera la preuve vivante….mais parfois lourd à porter non cette si belle intention ?

Sophie : J’ai tout de suite compris qu’il s’agissait du prénom de ce petit garçon sur la couverture. On imagine que cela est synonyme de l’importance de sa naissance et de l’amour qui l’entoure. Et en même temps, le nuage noir qui sert de fond au prénom présage qu’il n’est pas si simple à porter.

Colette : Pour la maman du petit héros de ce livre, le prénom de son fils recèle une vraie force symbolique qu’elle lui explicite très clairement : « Aimé, tu es l’enfant de l’amour, du plus grand amour de toute ma vie. ».

Quelle importance a pour vous le prénom que l’on porte ou que l’on donne à ses enfants ? Pensez-vous que cela soit important d’expliquer le choix de son prénom à son enfant et que cela lui donne des clés, une force, une confiance particulière… ?

Sophie : Je ne sais pas si c’est si facile que ça. Bien sûr parfois, le prénom que l’on donne est fort de symbole ce qui peut le rendre lourd à porter. Mais d’autre fois, il s’impose aussi comme une évidence sans que les parents ne comprennent vraiment : une sonorité, une référence plus ou moins précise. Je ne doute pas qu’un prénom puisse influencer celui qui le porte, mais je pense que c’est surtout l’inverse : celui qui le porte va lui donner un sens pour les autres.

Colette : Un prénom lourd à porter en effet dans ce petit roman, non pas parce qu’il est riche d’une précieuse symbolique pour les parents du petit garçons mais parce que les élèves de l’école de notre petit héros s’en moquent ouvertement : «Aimé-mé-mé, si tu crois qu’on va t’aimer. » En parlant de ce roman avec des enseignants notamment, j’ai entendu “encore un livre sur le harcèlement”… est-ce vraiment encore un livre sur le harcèlement à vos yeux ?

Pépita : Je ne parlerais pas de harcèlement non mais de moqueries qui pourraient déboucher sur un harcèlement si rien n’était fait. Heureusement, Aimé s’en sort ! C’est tout de même une lecture qui s’adresse à de jeunes lecteurs et on est chez Talents hauts, un éditeur qui sait aborder des sujets lourds avec tact et intelligence. Je trouve que c’est un raccourci qui démontre la proportion de l’adulte à interpréter.

Et si vous souhaitez lire l’avis complet de mes copinautes :

  • pour Bouma c’est par là  
  • pour Pépita c’est par ici
  • pour Sophie c’est tout droit.

***************************************************************************

Après cette lecture commune, nous nous sommes offerts une joyeuse digression sur le choix des prénoms de nos enfants, de nos pseudos ou des noms de nos animaux ! Je vous en livre ici quelques bribes :

Nos enfants

Colette : en amoureuse inconditionnelle des mots, j’ai toujours eu une passion pour l’étymologie, alors je voulais des prénoms qui avaient un secret caché dans leur étymologie pour mes garçons, un prénom qui raconte déjà une histoire dans le mystère de ses origines. Il y a tout ce que représente pour nous l’enfant dans le choix de leur prénom : quelque chose de sacré, quelque chose de généreux et quelque chose d’ancestral.

Solectrice : Pour les prénoms de mes filles, comme on aime voyager, on voulait des prénoms internationaux et de deux syllabes (comme leur nom est déjà long). Comme Colette, j’attachais aussi de l’importance à l’étymologie : l’une est liée à la lumière, l’autre à la noblesse.

Pépita :  j’aime particulièrement les prénoms “anciens”, je les associe souvent à des personnes âgées et cela m’émeut souvent, je ne saurais dire pourquoi. Après dans mon travail, je côtoie tellement de prénoms de culture étrangère, avec leur musique toute différente que ma foi, je prends les prénoms comme ils viennent et que je m’attache surtout à mettre un visage dessus. C’est un minimum je trouve. Et ce n’est pas toujours facile.

Alice : Choisir le prénom de ses enfants … c’est pas toujours évident… parce qu’on est deux… que cela appelle des souvenirs, des images, ….et je trouve que c’est encore plus difficile pour le deuxième que pour l’aîné. Le prénom de notre aînée était acté, alors qu’elle n’était même pas en route ! Pour le petit frère, j’aurais aimé un prénom plus original, moins courant. D’ailleurs avec le temps, je trouve qu’il l’aurait mieux porté, que cela correspondrait plus à sa personnalité ! Mais mon meilleur souvenir dans tout ça, c’est de ne jamais avoir voulu connaître le sexe de mes enfants avant naissance. J’ai adoré ça ! Fille/ garçon, peu importe ! Juste 4 prénoms à choisir au lieu de deux !

Nos animaux

Sophie : Pour les animaux, on puise notre inspirations dans la force des chevaliers du zodiaque. Nos 4 rats : Shaka, Dohko, Milo et Camus. Et les 2 chichis : Shina et Yuna.

Pépita : Alors nos animaux, c’est notre chatte pelote qui a lancé le P : ça fera 10 ans cette année. Et puis on a eu des lapins : blanche-neige, grisette, Indiana , Pan pan (arrivée du P de Pelote) et puis nos poules ! Panache le coq, et deux autres depuis : Portos ( plume blanche dans sa belle queue noire), Pisabeau ( on pensait que c’était une poule couleur isabelle alors on l’a rebaptisé), Prudence, Paula ( référence à l’album) et Plumette (référence à un autre album). Ce sont souvent les enfants qui trouvent et on rigole bien ! On attend toujours un peu pour trouver une caractéristique chez l’animal qui pourrait nous inspirer, du coup on a encore deux poules à baptiser….

Nos pseudos

Pépita : pour Pépita ça m’est venu comme ça par rapport à la chanson “Pépito mi corazon” que j’ai mis au féminin.

Bouma : puisqu’on parle des pseudos : Bouma est tout simplement la contraction de mes deux noms de famille, un surnom donné par mes copains d’IUT et qui est resté.
au final je me rends compte que j’attache beaucoup d’importance à porter le nom de mes deux parents et comme je ne pouvais en transmettre qu’un seul à mes enfants, je n’en ai donné aucun, pas de jaloux !

Colette (qui s’appelle aussi Ada de temps en temps ) : Ada, c’est l’héroïne de la Leçon de piano, premier film d’une absolue poésie découvert à l’adolescence. Même si cette femme étrange et muette ne me ressemble pas du tout, son prénom était pour moi d’une lumineuse étrangeté.

Voilà où nous mène la littérature jeunesse quand elle est délicate, subtile, tendre et VRAIE, elle nous invite aux partages, à l’identification, aux questionnements. A l’échange, terreau si précieux pour que pousse notre grand arbre.