Jeux Olympiques – A vos marques, prêts, partez !

C’est ce mardi 16 avril que sera allumée, à l’aide des rayons du soleil, la première torche du Relais de la Flamme Olympique de Paris 2024. La cérémonie se déroulera, selon la tradition, dans le sanctuaire d’Olympie, en Grèce, où se déroulaient les Jeux antiques.

Cet évènement majeur de l’année en France, nous a donné envie de proposer une sélection de livres sur les jeux d’hier et d’aujourd’hui, en attendant de passer avec vous un été sportif !

******

Murielle Szac, forte de ses connaissances en mythologie grecque, revient avec un récit en quatorze épisodes pour nous présenter les jeux antiques dans toutes leurs étapes : de la sélection des hellanodices, ces juges des jeux, à la grande victoire de celui qui donnera son nom aux jeux de l’année. Au travers de ses personnages elle met en en avant les valeurs des jeux olympiques depuis leurs origines : amitié, respect et excellence, tout en apportant un peu de modernité avec des valeurs de tolérance au travers du combat pour défendre l’égalité de genres, des droits et pour le respect des minorités.

Le feuilleton des Jeux d’Olympie en quatorze épisodes de Murielle Szac et Olivier Balez, Bayard Jeunesse, 2024.

******

Présenté comme un parcours fléché, Louvre Olympique est bien plus qu’un simple documentaire sur la représentation des jeux antiques dans l’art. C’est aussi un parcours fléché et un véritable guide de visite pour une balade dans le musée du Louvre, à la découverte des œuvres du passé qui mettent le sport à l’honneur. Il sera un compagnon idéal pour accompagner les lecteurs dans leur découverte de ces amphores, coupes et autres sculptures ou statuettes qui valorisent les jeux dans leur représentations symboliques et historiques.
Proposition intéressante et pertinente que de nous présenter les jeux en revenant aux origines et nous faire comprendre le but de cet événement, ses bienfaits sur le corps et l’esprit dans ce que cela représente aux yeux des grecques de l’époque, les lieux, les disciplines, les récompenses mais aussi la place des femmes, la trêve politique… Le tout à grand renfort de représentations mythologiques et artistiques, et d’explications lexicales.

Louvre Olympique – Le sport dans la Grèce antique de Daniel Soulié, éditions courtes et longues & Louvre éditions, 2024.

******

Dans Les jeux Olympiques, Sylvie Baussier et Catherine Destephen proposent un tour d’horizon des principaux moments et des épreuves de cet événement mondial. Après un petit rappel historique, les disciplines classées par grandes catégories (athlétisme, gymnastique, cyclisme, sports nautiques ou de ballon…) sont rapidement expliquées. Un documentaire simple et efficace pour se renseigner et rêver en attendant de pouvoir admirer les athlètes en action !

Les jeux Olympiques, Sylvie Baussier en collaboration avec Catherine Destephen, illustrations de Robert Barborini, Milan Jeunesse, 2008.

******

Dans cette pièce on assiste à une vie de sportive qui ne connaît aucun repos, aucun amour, juste la passion d’aller toujours plus loin pour gagner.
Être sportif de haut niveau, c’est le destin que s’est choisi Julie Linard, jeune athlète qui dispute aujourd’hui les Jeux Olympiques. Le spectateur-lecteur assiste au rythme effréné des commentaires des deux journalistes sportifs obnubilés par une éventuelle victoire de ce bel espoir ! Il faut dire qu’elle a un sacré mental cette jeune femme : « Trois fois championne de France, vice-championne d’Europe. Je suis trop petite pour le huit cents mètres. Mais moi aussi, je vais marquer l’histoire. » De l’autre côté, son frère Alex, trop fragile pour n’importe quel sport, assiste à la chute de sa sœur à travers la petite lucarne…
« Le sport est lié au plaisir et à la souffrance. Le plaisir de dépasser sa souffrance et le sentiment d’avancer, d’aller toujours plus loin, de construire quelque chose d’unique. Les plus grandes sensations sont liées au plus grand dépassement de soi. » Conditionner sa tête, conditionner son corps mais que se passe-t-il lorsque tout s’effondre en quelques millièmes de secondes ?

Je ne cours pas, je vole ! d’Elodie Menant – L’avant-scène théâtre, 2021.

******

« Plus vite, plus loin, plus fort » n’est pas seulement la devise des jeux olympiques, c’est aussi celle de tout accro aux livres qui se respecte.
Oui, elle/il va plus vite que son ombre en librairie, loin de chez elle/lui s’il le faut, dénicher les livres des auteurs/illustrateurs qu’elle/il aime fort fort fort !
Par exemple le dernier album, paru chez Seuil Jeunesse, écrit par Guillaume Guéraud, illustré par Ronan Badel, deux artistes qui ne manquent pas à chacune de leur parution, de faire vibrer et pleurire (entre pleurer et rire, on ne sait que choisir). Celui-ci, excellente alternative pour parler de sport avec les enfants quand on n’est pas forcément très inspiré par le sujet au quotidien, ne fait pas exception. A quelques mois des jeux olympiques de Paris, ces Jeux Folympiques rivalisent d’humour et d’imagination pour faire s’activer les zygomatiques des lecteur.ices, petit.es et grands.es. Il permet également d’une part, de réviser ou découvrir quelques disciplines sportives, d’autre part, de s’amuser à en inventer. Pédagogique et ludique à la fois, c’est donc un champion toutes catégories. Il remporte d’or(es) et déjà la médaille de la joie, parce qu’il est absolument jubilatoire !

Les Jeux Folympiques, Guillaume Guéraud, illustrations de Ronan Badel, Seuil jeunesse, 2024.

L’avis de Séverine et celui de Linda.

******

Voilà un documentaire pas comme les autres qui se présente comme une liste quelque peu surréaliste de curiosités olympiques : les sports de démonstration. Colombophilie, Ski-jöring, course de tandem, pelote basque, ballet à ski, combat de cannes… Au fil des pages, nous découvrons une ribambelle de sports étranges et poétiques qui nous invitent à voir le sport dans toute sa créativité ! Les illustrations de Cécile Gariépy avec ses corps élastiques et ses couleurs franches participent de l’originalité de cet album qui ne se contente pas de donner des informations savantes sur cette catégorie spéciale créée en 1912 par le Comité international olympique, et font de cet album un objet ludique, drôle, voire même émouvant.

Drôles de sports, curiosités olympiques, Cécile Gariépy, Simon Drouin, La Pastèque, 2021.

******

Allez-vous suivre les Jeux Olympiques de Paris 2024 ? Avez-vous des titres à nous recommander ?

Un genre pas comme les autres : place au théâtre !

Colette. – Hé, les copinautes, ça vous dirait une sélection thématique dédiée au théâtre ?

Frédé. – Ah ! Oui ! Très bonne idée

Isabelle. – Ouh la la, les filles, je vais avoir du mal à vous suivre car J’ADORE aller au théâtre mais je ne lis jamais de pièce de théâtre.

Blandine. – Idem, autant j’aime beaucoup aller au théâtre mais je ne suis pas du tout sensible à sa forme livresque.

Héloïse. – Idem, je n’en lis jamais.

Lucie. – J’ai vu des adaptations d’albums ou de romans au théâtre mais je ne crois pas avoir lu du théâtre en littérature jeunesse, je suis curieuse de découvrir vos suggestions !

Linda. – Ca tombe bien ! J’ai quelques propositions à vous faire en effet !

Au cœur du forum, un brouhaha se fait entendre, entrecoupé de silences gênés. Les arbronautes continuent de discuter et se mettent finalement d’accord pour vous proposer une ST.

Les trois coups retentissent.

Rideaux !

******

Pour Colette, il est une maison d’édition incontournable en ce qui concerne le théâtre jeunesse : ce sont les fabuleuses éditions théâtrales jeunesse (mais nous aurons sans doute l’occasion de vous en reparler !) Et au cœur de leur incroyable catalogue, deux pièces reviennent chaque année ponctuer les lectures des élèves de sixième de la collectionneuse de papillons et d’histoires, deux pièces de Suzanne Lebeau : L’Ogrelet et Gretel et Hansel. A chaque fois, il s’agit pour la dramaturge de revisiter des figures archétypales issues des contes traditionnels et à chaque fois il s’agit pour elle de redonner le pouvoir aux enfants à travers une langue poétique, délicate, savoureuse qui nous amène à explorer, au delà du merveilleux, les liens qui se tissent au sein des familles : dans L’Ogrelet, il s’agira de triturer ce qui se joue entre une mère et son fils, dans Gretel et Hansel, c’est la fratrie qui est mise à mal. Mais à chaque fois, de leur quête initiatique, les personnages de Suzanne Lebeau ressortent grandis, magnifiés, puissante et puissant. Tout ce que l’on souhaite aux jeunes lectrices et aux jeunes lecteurs qui se plongeront dans leur histoire.

L’Ogrelet, Suzanne Lebeau, éditions théâtrales jeunesse, 2003.
Gretel et Hansel, Suzanne Lebeau, éditions théâtrales jeunesse, 2014.

Pour une lecture commune de L’Ogrelet, c’est par là.

******

Pour Linda, la collection Théâtre des éditions L’école des loisirs est un autre incontournable en théâtre jeunesse dont le catalogue offre une grande diversité de beaux textes à lire à voix haute et à plusieurs et, pourquoi pas, mettre en scène. Parmi leur abondante collection, deux titres ont su toucher Linda et ses demoiselles, notamment grâce à leur mise en scène par des compagnies professionnels : Le pays de rien et La jeune fille, le diable et le moulin. A chaque fois, les auteurs empruntent aux codes du conte pour écrire un récit plus personnel qui amènent des questionnements sur la prise de pouvoir décisionnaire de l’enfant dans son émancipation.
Ainsi dans Le pays de rien, Nathalie Papin écrit une pièce philosophique qui interroge la question du pouvoir et de son endoctrinement. De part une écriture précise et concise, elle parle d’émancipation et de la quête de liberté chez une enfant prisonnière de son héritage.
Alors que de son côté, Olivier Py construit son intrigue à partir de personnages et symboles stéréotypés des contes traditionnels, ici La jeune fille sans main des frères Grimm, tout en parvenant à créer une œuvre à part entière, écrite d’une plume imagée et poétique. Il conserve ainsi le merveilleux et la lutte entre le bien et le mal pour interroger la cupidité dans la prise de décision d’un père prêt à tous les sacrifices.
Récits initiatiques, il est question, dans les deux pièces, d’une rencontre déterminante dans le cheminement d’une jeune fille qui puise force et courage d’affronter l’autorité paternelle pour conquérir sa liberté.

Le pays de rien de Nathalie Papin, l’école des loisirs, 2002.
La Jeune Fille, le Diable et le moulin d’Olivier Py, l’école des loisirs, 1995.

Pour un retour sur la pièce Le pays de rien par la compagnie La petite fabrique, c’est ICI.

******

Pour Liraloin, le théâtre est une belle histoire. Durant ses jeunes années la pratique de cet art fut un réel plaisir et maintenant en lire est devenu une évidence. Les Editions espaces 34 – collection Théâtre jeunesse offrent une multitude de textes avec des thématiques actuelles. Voici quelques pièces inspirantes !

Ma langue dans ta poche de Fabien Arca, 2020

Loubia est un vrai moulin à paroles, elle est tout le contraire de Louis. Après tout, il a peut-être raison Louis de ne pas s’exprimer ? Loubia ça la rassure ce silence en compagnie de Louis, elle pense ou réfléchit à des situations qui l’aide à mieux comprendre le monde : «Ton silence il me rassure. Dans ton silence, je peux m’entendre. ». Louis lui permet d’exister car entre une mère dépressive qui répète sans cesse d’être « gentille » et un frère trop intrusif, Loubia tente de se « défendre » de cette vie trop morose comme elle peut. Dans cette pièce Loubia nous livre des pensées et nous parle de situations pas toujours faciles à vivre au quotidien. Forte tête et bavarde, Loubia respire au même rythme que Louis dès leur première rencontre. Ralentir pour observer et mieux comprendre le monde des adultes. Ce quasi monologue ponctué de poèmes nous révèle une écriture d’une belle fraicheur.

*

Melody et le Capitaine de Gilles Granouillet , 2022

Le Covid est passé par là, Mélody est forcée de passer ses vacances avec un papy qu’elle ne connait pas. La joie n’est pas au rendez-vous surtout que pour rejoindre la maison de son grand-père il faut effectuer une traversée en rafiot, qui n’a pas l’air de toute première jeunesse. Incompréhension et rébellion règnent sur le bateau mais bientôt d’autres perturbations sont attendues. Vivant et joyeux ce texte nous réserve bien des surprises dont les événements vont crescendo pour notre plus grand plaisir.

*

L’arbre boit de Christophe Tostain, 2015

Après l’hiver, Jeune Branche profite du printemps pour pousser, se faire belle et accueillir de nouveau son amie hirondelle, celle qui revient de voyage, celle qui fait rêver Jeune Branche d’un ailleurs si exaltant… rien à voir avec la vie menée et rythmée par les bons vouloirs de Vieille Racine qui décide de la distribution d’eau. La soif tiraille non seulement Jeune Branche mais aussi Grand Tronc et la Colonie des Feuilles… Au cœur de cette pièce pour le très jeune public il est question non seulement du vivre ensemble mais aussi de la soif de liberté et le prix à payer pour l’atteindre peut être parfois très fort…

******

Et Isabelle, donc, ne lisait pas de pièces de théâtre, préférant aller voir jouer les pièces – en tout cas jusqu’à la cogitation sur cette sélection qui la fera sans aucun doute changer d’avis. Quel plaisir, pourtant, de compléter cette sélection avec un titre consacré à LA star de la littérature anglaise : Sir William Shakespeare himself ! Avec lui, c’est l’histoire du théâtre qui se dévoile, au fil des pages du fabuleux documentaire édité par les éditions Little Urban. À Londres, à l’époque, 1/5 de la population assistaient quotidiennement à un spectacle. Ce n’était pas de la tarte entre les risques d’épidémie (le premier théâtre londonien se situait hors des murs de la ville, plus prudent), une bonne dose d’impro vu le nombre de pièces que les comédiens devaient s’approprier en peu de temps, le taux de mortalité parmi les personnages et le sang qui giclait par le truchement de poches de sang d’animaux… Les anecdotes sont réjouissantes, mises en valeur par ces pages joyeusement colorées. Au fil des pages, on ne peut qu’être sidéré.e par la richesse de l’œuvre shakespearienne qui couvre tous les genres, de la tragédie à la comédie et aux pièces historiques, en passant par la romance et la poésie. Maintenant « to read or not to read, that is the question ! »

Le Monde Extraordinaire de William Shakespeare, d’Emma Roberts, Little Urban, 2022.

******

Lisez-vous du théâtre ? Avez-vous quelques textes à nous partager?

Black History Month

Qu’est-ce que le Black History Month, appelé également African American History Month ?

Le Black History Month est une commémoration annuelle qui dure tout le mois de février. Il a pour but de rappeler l’histoire des Noirs aux Etats-Unis, du commerce triangulaire et de l’esclavage jusqu’à aujourd’hui. Avant d’être célébrée durant tout le mois de février, le Black History Month a d’abord été le « Negro History Week » (1926). En 1976, dans le cadre du bicentenaire des États-Unis, le président Gerald Ford appelle les Américains à « saisir l’opportunité d’honorer les réussites trop souvent ignorées des Noirs américains dans tous les domaines à travers notre histoire ». C’est en 1986 que le Congrès déclare le mois de février « National Black History Month ».
Par le biais de livres, films, documentaires, témoignages, expositions, etc, sont mis en avant des modèles, des traditions, des cultures, des luttes (notamment celle pour les Droits Civiques), des héritages mais aussi les discriminations et revendications qui n’ont pas cessé mais qui ont pu se transformer au fil du temps.

******

Esclavage, commerce triangulaire

Un roman-fleuve sur l’esclavage, en trois tomes et en vers libres, cela pique la curiosité ! Kwame Alexander, fervent défenseur de la poésie, a su donner à son texte un rythme tenant du récit oral, un peu comme une mélopée qui épouse parfaitement son propos.
Ce premier tome est composé de deux parties. La première consacrée à la présentation de Kofi : sa famille, son quotidien dans le Haut-Kwanta (libre réinterprétation du Ghana par l’auteur) au milieu du XIXème siècle. Riche en personnages au fort caractère, en couleurs et en lumières, elle rend la seconde partie d’autant plus violente puisqu’elle raconte sa capture et le commerce triangulaire, du point de vue des prisonniers. Un roman qui allie puissance narrative et poétique, à réserver aux lecteurs aguerris.

La porte du non-retour, Kwame Alexander, Albin Michel, 2023.

L’avis de Lucie.

*

Autre trilogie sur l’esclavage, dans un genre très différent mais tout aussi poétique : Alma de Timothée de Fombelle. Nous avions fait une lecture commune de ce roman au souffle épique porté par une jeune fille au fort tempérament. Si l’histoire débute dans une vallée enchanteresse (et imaginaire), la famille d’Alma se retrouve rapidement éparpillée aux quatre coins du continent africain, puis de part et d’autre de l’océan Atlantique. L’auteur, marqué dans sa jeunesse par la visite des forts parsemant la côte africaine, s’est considérablement documenté pour rendre justice aux hommes, femmes et enfants arrachés à leur terre, traités et vendus comme du bétail. Mais il a su fait oublier ce travail de recherche pour emporter ses lecteurs dans une fresque historique aussi époustouflante que nuancée. Ce n’est pas peu dire que nous attendons le troisième – et dernier – tome avec impatience !

Les avis d’Isabelle, Lucie et LiraLoin sur le tome 1 et de Lucie sur le tome 2.

*

Des sauvages et des hommes contribue à raviver la mémoire d’un phénomène historique terrible, mais longtemps refoulé : celle des zoos humains où des habitants de pays colonisés furent exposés sous couvert d’expositions d’ethnographie coloniale. Attiré par la perspective de voir du pays et la promesse de pouvoir présenter sa culture, Edou quitte la Nouvelle-Calédonie et embarque à bord du navire pour la France. Le groupe déchante rapidement lorsqu’il se retrouve installé dans un enclos affublé d’une pancarte : « CANNIBALES ». Edou est un beau personnage dont on partage les rêves et la curiosité, l’amour de sa mère, la désorientation, la peur, la révolte – bref, l’humanité. Une humanité qui nous renvoie à la sauvagerie des faits dont le roman reste très proche, soulignée par de saisissants documents d’époque insérés au fil des page. L’alternance de points de vue révèle aussi le cynisme méprisant des tenanciers de zoos humains et la curiosité malsaine des visiteurs (plus d’un milliard et demi entre 1810 et 1940 tout de même, nous dit l’historien Pascal Blanchard en post-face). Si les romans d’Annelise Heurtier sont si inspirants, c’est qu’ils évoquent toujours le courage infini de ceux qui osent ouvrir les yeux et s’exposer en première ligne pour repousser les obscurantismes et conquérir de nouveaux droits.

Les avis de Lucie, Isabelle et Liraloin

*****

Ségrégation

Glaçant, Missié est le récit tragique d’une époque pas si lointaine où la ségrégation avait court dans nombreux états américains. Si l’esclavage y était aboli depuis 1865, le racisme n’en était pas moins violent à l’égard d’une population privée de ses droits élémentaires et tenue responsable de tous les maux. C’est ainsi qu’en dix minutes à peine, Martin fut condamné à mort pour le meurtre de deux fillettes blanches.
Christophe Léon signe un roman, court et terriblement percutant, inspiré de l’histoire vraie de George Junius Stinney Jr., condamné en 1944 à la chaise électrique alors qu’il n’avait que 14 ans. Sans preuves, le jugement fut expédié et l’enfant fut exécuté trois mois plus tard sans avoir même pu revoir ses parents. Il reste aujourd’hui encore le plus jeune condamné à mort de l’histoire des Etats-Unis.
Le texte, écrit à la première personne du singulier, s’adresse directement au lecteur, l’immergeant complètement dans cette terrible époque, rythmé par les « missié » de Martin qui se répètent inlassablement comme une prière, un appel à l’aide qui résonnera encore bien après la lecture. Les illustrations sobres de Barroux viennent appuyer la dureté et la violence de certaines scènes.

Missié de Christophe Léon, illustré par Barroux, D’eux, 2022.

L’avis complet de Linda.

*

Née petite dernière d’une fratrie de quatre enfants, Katherine montre très vite des aptitudes hors normes en mathématique. Protégée, aimée et encouragée par sa famille, cette jeune femme modeste ira jusqu’au bout pour y arriver. Elle deviendra cette femme, celle de l’ombre qui jouera un rôle essentiel dans l’avancée des recherches de la conquête spatiale américaine. 
« Je ne suis pas meilleure que les autres, mais les autres ne sont pas meilleurs que moi » telle est la phrase que Katherine Coleman (avant de devenir Johnson) se répètera sans cesse pour lutter contre la ségrégation et enfin accéder à un métier où les femmes restent minoritaires surtout lorsqu‘elles sont de couleur.
Carole Trèbor nous livre un récit très bien documenté avec beaucoup de références sur la vie des Afro-Américains en 1930. La ségrégation, hélas, trop présente dans le système éducatif nord-américain. Les notes en bas de page apportent de l’éclaircissement. D’ailleurs l’histoire est ponctuée de références : « Elle gagnerait 50 dollars par mois. Une telle rémunération lui paraissait énorme ! Et lorsqu’une de ses amies de l’AKA lui avait proposé que l’Etat attribuait 65 dollars mensuels aux enseignantes blanches du comté, Katherine avait balayé cette réticence d’un revers de la main : elle avait pris la résolution de ne pas s’appesantir sur les aspects négatifs. »

Combien de pas jusqu’à la lune de Carole Trébor, Albin Michel – collection Litt, 2020

*

Dans Bluebird, Tristan Koëgel met en scène Minnie et son père chanteur itinérant alors qu’ils font escale dans une plantation. Minnie rencontre Elwyn, dont elle tombe amoureuse, mais se voit obligée de fuir dans le Nord suite au passage à tabac de son père par des membres du Ku Klux Klan. Voyage au cœur des Etats Unis du milieu du 20ème siècle, à la fois social et culturel. Le périple de Minnie permet au lecteur de traverser la campagne agricole, mais aussi les villes de plus en plus urbanisées grâce aux descriptions inspirées de l’auteur.
Ce roman aborde donc la ségrégation, mais aussi les débuts du Blues, musique éminemment liée à l’histoire afro-américaine.

Bluebird, Tristan Koëgel, Didier Jeunesse, 2015.

*

Ce joli roman graphique fait résonner le souvenir des aventures de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn : on y retrouve les rives du Mississippi, des répliques réjouissantes, des affaires louches et surtout des mouflets qui font les 400 coups et que les manigances des adultes laissent perplexes. Ces pages célèbrent la manière dont les amitiés enfantines transcendent les clivages sociaux et raciaux. Si vous craignez les chaleurs de plomb, les mocassins d’eau, les alligators et les bateaux hantés, passez votre chemin ! Mais ne vous y trompez pas, le graphisme rond et les blagues potaches des protagonistes masquent un propos plus grave. L’innocence des enfants agit comme un révélateur de la violence des rapports de classe et de race sudistes. Beau et émouvant.

L’avis d’Isabelle

*

Est-il encore besoin de présenter Sweet Sixteen, roman phare d’Anne-Lise Heurtier ?
1957, alors que la Cour Suprême vient de mettre légalement fin à la ségrégation raciale dans les écoles publiques américaines, neuf élèves noirs s’inscrive dans le lycée le plus prestigieux de Little Rock, jusque-là réservé aux Blancs. Il leur faudra faire preuve de courage et de ténacité pour faire face à l’hostilité des 2500 autres élèves et de leurs familles. Pour ce roman, l’auteure s’est inspirée de faits réels pour confronter les points de vues de Molly Costello, l’une des « neuf », à celui de Grace Sanders, jeune fille de bonne famille qui se retrouve dans la même classe. La ségrégation les sépare comme un fossé insurmontable, mais l’une comme l’autre voit l’année qui devait être celle de ses sweet sixteen complètement bouleversée.

Sweet Sixteen d’Annelise Heurtier, Casterman, 2013.

L’avis d’Isabelle et de Blandine

******

Lutte pour les droits civiques

Ce matin-là en classe l’enseignante présente un tableau à ses élèves et leur demande ce qu’ils voient et pensent de cette scène surprenante où l’on voit une petite fille encadrée de quatre adjoints du marshal. Ce tableau s’intitule The problem we all live with et a été peint par Norman Rockwell en 1964 durant le Mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. Il représente la petite Ruby Brigdes, protégée par les agents fédéraux, alors qu’elle se rend à l’école. La scène se déroule en Louisiane et dénonce la ségrégation, pourtant abolie, et la violence qui en découle au travers de cette enfant noire qui vient d’être admise dans une école jusqu’ici réservé aux seuls enfants blancs.
S’inspirant de ce tableau et de ce fait, Irène Cohen-Janca raconte l’histoire de la petite Ruby, qui du haut de ses six ans, ne comprend pas la situation qu’elle vit : elle ne sait pas la haine de l’homme blanc, elle ne comprend pas ce que font ces gens devant l’école chaque matin à crier et scander des messages de haine, elle n’a même pas conscience qu’ils sont là contre elle.
Avec pertinence et sensibilité, le message passe à l’enfant qui écoute le récit, l’enfant ne manque pas de s’interroger lui aussi sur cette situation. Qu’a donc bien pu faire cette petite fille pour être ainsi accompagnée à l’école ? Pourquoi ne peut-elle aller à l’école comme tous les autres enfants ? Message de tolérance, le texte est magnifiquement mis en images par Marc Daniau dont les peintures s’inspirent de celle de Rockwell et viennent lui rendre hommage.

Ruby tête haute d’Irène Cohen-Janca & Marc Daniau, Editions des éléphants, 2017.

L’avis de Blandine

*

S’il est une figure qui émerge instantanément à l’évocation de l’histoire des Noirs Américains, c’est celle de Martin Luther King. De nombreux livres de la littérature jeunesse le présente, lui et son engagement et lui rendent ainsi hommage.
Cet album se divise en deux parties. La première, biographique et dessinée, raconte en les croisant les parcours de Martin Luther King et de Rosa Parks. La seconde, documentaire, nous immerge dans cette époque par des photographies et des documents pour restituer le contexte historique avec les différences Nord/Sud, les lois Jim Crow, le Ku Klux Klan, les différents combats jusqu’à aujourd’hui (2008), l’hymne du mouvement pour l’égalité des Droits (« We shall overcome »). Un album essentiel !

Martin et Rosa. Raphaële FRIER et Zaü. Rue du Monde, 2013

L’avis de Blandine

*

Si Mohamed Ali fut un très grand champion de boxe, il fut aussi une figure de lutte pour les Droits Civiques. L’album reprend donc les grands moments de sa vie sportive comme ses prises de positions. Les mots, tout en rimes, se font poésie, comme un clin d’œil à ceux qu’il récitait inlassablement, pour déstabiliser, sur et hors du ring.

Mohamed Ali. Champion du monde. Jonah WINTER et François ROCA. Albin Michel Jeunesse, 2015

L’avis de Blandine

******

*

Et aujourd’hui ?

Le racisme et les combats pour l’égalité restent, plus que jamais, d’actualité. Pour le Black History month, pourquoi ne pas lire aussi des textes qui présentent le vécu et le point de vue de personnes racisées ?

Ghost, c’est une chouette leçon de vie signée Jason Reynolds. Il y est question de sport, de dépassement et de réalisation de soi, pour celui à qui la société et le sort n’ont pas donné les meilleures cartes. En rencontrant un coach et une équipe d’athlétisme, Ghost découvre que la course pourrait prendre un autre sens que celui de fuir pour sauver sa peau : une motivation puissante, l’intégration dans une équipe et, pourquoi pas, une source de fierté ! Mais l’adolescent parviendra-t-il à laisser derrière lui la violence et à canaliser sa rage pour parvenir à rester dans la course, déjouant ainsi les déterminismes sociaux et raciaux ? Malgré la misère, les stigmas sociaux et le poids du passé, Ghost fait tout ce qu’il peut pour trouver son chemin. Son histoire tient en haleine de bout en bout. L’auteur s’inspire de textes de rap, ses mots claquent et vont droit au cœur.

L’avis complet d’Isabelle

*

L’autrice de Signé poète X dédie ce roman en vers libres à ses élèves et aux « petites sœurs qui rêvent de se voir représentées ». Effectivement, Elizabeth Acevedo tend un miroir à celles qui ont trop peu l’occasion de se reconnaître en littérature – et, sans doute, encore moins en poésie. Mais c’est une lecture dont les autres ne devraient surtout pas se priver ! Car ce livre, c’est une fenêtre ouverte sur des mondes qui ne nous sont pas familiers – Harlem et les communautés américaines-dominicaines, le slam, la poésie. Une altérité qui n’empêche en rien de s’identifier à Xiomara, seize ans, qui grandit dans une famille d’immigrés dominicains et se pose de plus en plus de questions sur son corps qui change, sur ce Dieu qui préoccupe tant sa mère, sur la façon dont l’Église et la société traitent les filles, sur les garçons et le désir. Mais ses doutes et ses révoltes grondent en silence, sous une carapace bien verrouillée – qui, de toute façon, s’intéresse à ce qu’elle aurait à dire ? Un jour, cependant, se crée un club de slam dans son lycée. Et puis il y a l’attention d’une professeure, l’amour du frère jumeau, l’amitié de Caridad et la douceur d’Aman… Xiomara range ses bottes de combat, descelle ses lèvres et trouve peu à peu sa voix. L’intensité, les colères et bouleversements adolescents sont dits avec une férocité implacable mais souvent drôle. Mais Xiomara dit aussi et surtout, avec une justesse bouleversante, la libération de pouvoir les exprimer, d’être entendue et de renouer le dialogue. Impossible de ne pas vibrer passionnément pour elle, par la magie des mots, qu’on soit une femme, un.e ado dont le corps devient à la fois trop grand et trop étroit, ou tout simplement humain.

L’avis complet d’Isabelle

******

Voici l’histoire de Starr Carter, 16 ans, mais aussi de Kahlil, Maverick et Lisa, Seven et Sekani, Kenya, DeVante, Carlos, Maya, Chris, etc. Nous les suivons sur treize semaines, cinq parties et vingt-six chapitres.
Starr a 16 ans, jet est la fille d’un ancien membre respecté de gang, Maverick surnommé Big Mav’ qui tient une épicerie, elle habite à Garden Heights, un quartier ghetto décrépi. Mais elle va dans un lycée de Blancs à 45 mn de chez elle et sort avec un Blanc, Chris.
Alors qu’elle quitte une soirée où il y a eu des coups de feu avec son ami d’enfance Khalil, ils sont arrêtés par un policier. Ce dernier fait feu sur Khalil. Il meurt. Elle est la seule témoin. Starr accepte d’aller faire une déposition mais à aucun moment l’innocence de Khalil ou la culpabilité du policier, matricule cent quinze, ne sont mentionnées, envisagées. Starr va accepter de parler, de témoigner, pour qu’on rendre justice à Khalil, et d’une manière plus large, à la communauté noire, si souvent bafouée.
Le titre de ce roman est un hommage à Tupac Shakur, rappeur noir américain (1971-1996), fils de Black Panthers, et à l’origine de l’acronyme T.H.U.G. L.I.F.E (The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody, soit « la haine qu’on donne aux bébés fout tout le monde en l’air.« ) La « Thug Life » n’est pas une apologie de la violence mais bien une philosophie de vie, un appel à la tolérance, à l’égalité raciale et sociale, en s’élevant soi-même par l’effort, le travail et la résilience, mais aussi avec une action venant du monde politique.
Il y a donc tout ça dans ce roman. La ghettoïsation, le déterminisme social, les préjugés en fonction de la couleur de la peau, la haine raciale, le racisme ordinaire, les gangs, la violence latente, la drogue, l’argent (facile), mais aussi la volonté de changer les choses en agissant à son niveau et avec ses possibles. Il délivre différents messages de Lutte pour les Droits des Noirs et s’inspire d’autres figures historiques. Ainsi, Martin Luther King est à peine évoqué quand Malcom X ou Huey P. Newton (membre fondateur des Black Panther avec Bobby Seale) le sont tout du long.

The Hate U Give – La haine qu’on donne. Angie THOMAS. Nathan, 2018

L’avis de Blandine

*

Injustement accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Amal a été condamné parce qu’il était au mauvais endroit au mauvais moment. Depuis le centre pénitentiaire, le lycéen maintient son humanité au travers de son art qui s’exprime par la peinture et les mots. Et ce sont les mots qui nous happent ici puisque le texte, écrits en vers libres, nous raconte l’enfance, le procès mais surtout l’emprisonnement de ce jeune homme sensible condamné d’avance à cause de la couleur de sa peau…
Inspiré de l’histoire de Yusef Salaam, l’un de ses auteurs, le récit dénonce les violences raciales et les condamnations abusives contre la communauté afro-américaine, encore bien trop courantes aux Etats-Unis, et fait écho au mouvement Black Lives Matter. La puissance des mots se déverse dans une palette d’émotions qui renvoie à la force moral de son jeune héros qui tente de survivre à l’enfer du monde carcéral et de maintenir son humanité au travers de l’expression artistique qui l’anime. Puissant !

Mes coups seront mes mots d’Ibi Zoboi & Yusef Salaam, Gallimard jeunesse, 2021.

******

Connaissez-vous certains de ces titres ? En avez-vous à nous recommander ?

Et si on lisait un western ?

Si le western est un genre cinématographique incontournable sur la conquête de l’Ouest américain, il est moins fréquent en littérature. Pourtant, certaines de nos lectures (plus ou moins) récentes nous ont donné envie de remettre à jour la sélection Indiens et cow-boys publiée il y a presque dix ans. En selle !

*

Tout a commencé avec notre lecture commune de La longue marche des dindes. Nous y avons trouvé des marqueurs du western avec le grand trajet à effectuer, les rencontres, les dangers. Et, surtout, cette adaptation en BD du roman de Kathleen Karr par Léonie Bischoff faisait la part belle aux paysages grandioses !
Nous avons adoré suivre le périple de Simon qui mène à bien une idée à priori folle et prend confiance en lui au fil du chemin et des rencontres, mais aussi le contexte historique fort dans lequel l’histoire prend place.

La longue marche des dindes, adapté par Léonie Bischoff à partir du roman de Kathleen Karr, Rue de Sèvres, 2022.

Les avis d’Isabelle, Linda, Blandine et Lucie.

******

Roman que nous vous recommandons d’ailleurs pour aller plus loin dans la découverte mais aussi parce que le format se prête idéalement à la lecture à voix haute.
La longue marche des dindes est un récit initiatique original au cours du quel on fait des rencontres parfois surprenantes, parfois problématiques mais qui, toujours, viennent pimenter un récit d’aventure intelligent et bourré d’humour. L’auteur nous entraîne dans une longue marche à travers l’Amérique, à la découverte des turkeyboys, moins connu que les cowboys, et de la difficulté d’un voyage de mille kilomètres avec des volatiles.
Le récit rappelle par certains aspects l’Amérique de Tom Sawyer avec ses chercheurs d’or, ses brigands, l’esclavagisme ou encore les chasseurs de bisons.

La longue marche des dindes de Kathleen Kaar, L’école des loisirs, 2018.

Les avis d’Isabelle et Linda.

******

Lucie a aussi eu l’occasion de découvrir Et le ciel se voila de fureur dans le cadre du Prix Vendredi 2022. La vengeance est au cœur de cette histoire, comme de nombreux westerns cinématographiques, et Taï-Marc Le Thanh y a malicieusement glissé un certain nombre de personnages iconiques. Si cette lecture n’a pas tout à fait été le coup de cœur escompté, l’ambiance du western y est bien présente et apporte une réelle épaisseur au récit. D’autant qu’il est agrémenté de magnifiques croquis.

Et le ciel se voila de fureur, Taï-Marc Le Thanh, L’école des loisirs, 2022.

Les avis Lucie et d’Isabelle

******

Plus récemment encore, c’est avec une grande curiosité que certaines branches du Grand Arbre se sont penchées sur Pony. Après avoir aimé Wonder, elles avaient très envie de découvrir ce que leur réservait le nouveau roman de R. J. Palacio. Et cela a été un nouveau coup de cœur ! La quête de Silas, parti à la recherche de son père enlevé sous ses yeux par des bandits, l’entraîne à travers les grand espaces américains. Lui aussi fera un certain nombre de rencontres qui l’amèneront à grandir et à en apprendre plus sur ses origines. L’auteure a su mêler paysages, découvertes techniques (notamment en photographie), suspens et une ambiance très particulière qui flotte sur un roman qui ne ressemble à nul autre.

Pony, R. J. Palacio, Gallimard Jeunesse, 2023.

Les avis de Lucie et d’Isabelle.

******

Calamity Jane n’a pas toujours été l’héroïne du Wild West Show de Buffalo Bill, alternant performance équestre impressionnant un public peut habitué à voir une femme armée de colts! Calamity Jane veut être maîtresse de son destin : « Très vite, elle adopte l’habit de daim et le pantalon, le colt à la hanche et la cigarette à la bouche. Sous son chapeau de feutre brillent un regard crâne, un esprit farouche, une âme rebelle. » Voilà, il n’y a pas d’autre choix pour gagner cette liberté des grands espaces ancrés en elle. Mais Calamity aime trop et bouscule les codes, veut aider les plus faibles : justicière et généreuse! Cet album relate une histoire, une légende, une ode à la liberté. Cette liberté et la souffrance de cette femme que l’on retrouve dans les mots d’Anne Loyer. Le courage, l’indomptable Calamity-rouge comme l’amour qu’elle porte à sa fille. Cette touche de couleur si vive qui illumine les illustrations de Claire Gaudriot.

Calamity Jane, Anne Loyer & Claire Gaudriot, A pas de loup, 2019

******

Ab Stenson est libre, libre d’avoir choisi son destin, du moins celui qu’on lui a imposé dès son plus jeune âge. Sauvage? Dur et solitaire? Ab Stenson s’habille comme un homme, s’agite comme eux. Elle vit, vol les banques… jusqu’au jour où elle croise la route du jeune Garett qu’elle prend en otage un matin comme un autre pour celle dont la tête est mise à prix. Bien vite Garett est fasciné par cette femme « sans foi ni loi » et découvrira des sentiments qu’il n’a jamais connu : l’amour et la liberté : « Je n’ai jamais été amoureux d’Abigaïl Stenson. La fascination qu’elle exerçait sur moi était d’un autre ordre. Peut-être que j’aurais aimé lui ressembler, peut-être qu’elle incarnait tout ce qu’on m’avait appris à détester. Je ne sais toujours pas exactement. »

Marion Brunet revient sur une période où l’homme connaît toute domination. A travers son personnage d’Abigaïl Stenson, elle donne la parole à toutes les femmes libres et conquérantes. Etre sans foi, ni loi pour tenir, pour survivre, pour ne pas trop aimer et se protéger. Le personnage de Garett la rend plus forte et indomptable. Le lecteur ne s’émeut jamais pour elle, elle n’en a pas besoin. En revanche, un peu comme Ab, le lecteur prend Garett sous son aile pour lui faire oublier son passé et faire de lui un homme loyal et aimant.

Sans foi ni loi, Marion Brunet, Pocket jeunesse, 2019

L’avis d’Isabelle

******

Celle qui venait des plaines, c’est Winona. Si Charlotte Bousquet nous invite à suivre Virgil Wyatt dans sa quête de vérité, elle est la figure centrale de cette histoire. Et quelle figure ! Fille d’une soldat et de la sœur de Crazy Horse, elle a été à la fois l’amante et l’ennemie jurée du père de Wyatt, a survécu aux sévices du pensionnat, côtoyé hors-la-loi et U.S. marshals, appris à leurs côtés à soigner et à tuer… Tout comme Virgil, le lecteur se retrouve envoûté par la fameuse Vipère de l’Oklahoma. Mais raconte-t-elle la vérité ?
« On est dans l’Ouest, ici. Quand la légende dépasse la réalité, on publie la légende ! »
Charlotte Bousquet propose une réflexion sur la vérité et le mythe (un peu à la manière de « L’homme qui tua Liberty Valance » de John Ford, d’où est tirée cette citation), mais s’appuie aussi sur des faits historiques pour évoquer la place des femmes au Far West et les atrocités commises dans les pensionnats où étaient retenus de force les enfants indiens jusque dans les années 80.

Celle qui venait des plaines, Charlotte Bousquet, Gulf Stream éditeur, 2017.

******

L’époustouflante couverture des contrées salées annonce la couleur : celle de la rencontre du western et de la magie. Ce roman graphique semble d’abord s’inscrire dans un registre historique ancré dans l’Oklahoma de 1919. Depuis qu’Elber est rentré des tranchées, sa petite sœur Vonceil ne le reconnaît plus. Moins insouciant, plus adulte, voilà qu’il se met en ménage avec l’insipide Amelia. Mais un jour débarque une envoutante dame blanche qui exige qu’Elber la suive. Furieuse de son refus, elle empoisonne la seule source d’eau potable des environs. Pour lever le sort, Vonceil n’hésite pas à se lancer tête baissée vers les contrées salées. Ses aventures nous font brusquement basculer dans une autre dimension… Entre enquête, épopée et fantasy carrollienne, cet album ne cesse de nous prendre de court. L’intrigue merveilleuse et le contexte historique se nourrissent réciproquement dans une symbiose étonnante. L’épopée s’appuie par exemple sur des éléments historiques comme les difficultés des fermiers américains, les traumatismes des survivants de la guerre ou la prohibition. Étonnant !

Les contrées salées, de Hope Larson et Rebecca Mock (Rue de Sèvres, 2022)

L’avis complet d’Isabelle

******

Conquête de l’ouest, vengeance, voyage initiatique et quête d’identité sont les thèmes centraux de ce western qui nous entraîne dans un Far West digne des meilleurs films du genre. Porté par des personnages attachants, le récit alterne les scènes violentes et d’autres plus contemplatives. Ces dernières permettent de découvrir les personnages, leur histoire et de vraiment saisir la complexité d’appartenir à deux cultures différentes, à deux mondes qui s’opposent, surtout quand l’une est persuadée d’être dans son bon droit en faisant disparaître l’autre. Natifs américains et irlandais puisent leur force dans le désir de garder leur identité et de sauver ce qu’il leur reste d’humanité.
Avec des thématiques très actuelles, ce roman graphique s’inscrit dans l’actualité en interrogeant notre rapport aux autres et à la nature. Par ces personnages attachants, il interroge nos actions et notre Histoire, car s’identifier à un personnage et vibrer avec lui, c’est aussi apprendre à se mettre à la place de l’autre.

Hoka Hey ! de NEYEF, Label 619, 2022.

L’avis complet de Linda.

******

C’est aussi le point de vue des natifs qu’adopte Nathalie Bernard dans Le dernier sur la plaine. S’inspirant de personnes et de faits réels, l’auteure nous emporte dans la seconde moitié du 19ème siècle, ce moment de bascule où les rangers traquent les dernières tribus refusant de se faire enfermer dans des réserves.
A travers le point de vue de Quanah Parker, dernier chef Comanche, elle montre le combat qu’il mena toute sa vie pour tenter de sauver la culture, les croyances et les terres de son peuple. Ce personnage est magnifique, sensible et solide, d’une humanité désarmante et bouleversante. Et le contexte historique n’est pas en reste : on voit sous nos yeux le paysage transformé par le développement des lignes de chemin de fer et de l’agriculture ; le quotidien des amérindiens qui vivent, survivent, tentent de s’adapter ; la condition des femmes, dans les deux camps ; la nature façonnée par le rythme des saisons et la guerre.

Le dernier sur la plaine, Nathalie Bernard, Editions Thierry Magnier, 2019.

Les avis d’Isabelle et de Lucie.

******

Cela fait déjà dix ans que Blandine a lu Western Girl d’Anne Percin et son souvenir de lecture demeure intact et toujours aussi bon! Présentation :
Ce roman nous transporte dans le Middle West américain, au cœur d’un groupe de 12 « frenchies », cinq garçons et sept filles, partis trois semaines en stage dans un ranch au milieu d’un élevage de races [de chevaux] américaines, et principalement auprès d’Elise Bonnel, rousse flamboyante de 16 ans qui adore western et country depuis ses 6 ans, allant même jusqu’à prendre des cours d’équitation.
Le roman est très bien écrit et propose, en alternance avec les déboires relationnels (plutôt classiques) de la jeune fille, une description géographique, une analyse historique et sociologique des Etats-Unis. On découvre une Réserve, de hauts lieux de batailles, nous roulons sur les immenses Interstate, ces routes linéaires presque sans fin du centre des Etats-Unis, on écoute de la musique dans un snack diffusé par un juke-box, etc. Il est aussi question du préjugé, de la différence, du racisme, notamment avec Derek B. Johnson, un jeune Noir venu de Philadelphie.

Un roman exaltant qui donne envie d’écouter de la country, de faire du rodéo et de boire des ginger beers!

Western girl. Anne PERCIN. Editions du Rouergue,

L’avis de Blandine.

******

États-Unis, 1884. Les bisons sont en voie d’extinction. Un grand musée d’histoire naturelle dépêche un jeune taxidermiste pour ramener des cornes, des sabots et des peaux avant que l’espèce ne disparaisse. Ce dernier ne se doute pas qu’il va vivre un moment de grâce, l’une de ces expériences qui marquent à jamais et donnent un sens à notre existence… Rascal et Louis Joos abordent le drame du massacre de millions de bisons par les colons venus d’Europe sous l’angle lumineux de l’initiation d’un homme qui trouve bonheur et sens au contact de la nature. Le texte lyrique et les illustrations à l’encre et à l’aquarelle subliment la beauté des grandes plaines, du soleil couchant et de la nuit qui s’empare de la forêt, où les humains et leurs machines industrielles semblent des intrus. Et pourtant, on assiste dans cet album à une communion bouleversante entre l’homme et la nature. On aime retrouver des saveurs qui nous avaient transportées dans Le voyage d’Oregon : celle du voyage (ici de New-York vers le Kansas puis le Canada) et surtout celle de la liberté. Un immense bol d’air, cet album !

Buffalo Kid, de Rascal, illustré par Louis Joos (Pastel, 2023)

L’avis complet d’Isabelle

******

Et si on allait toujours plus à l’Ouest? Alors à l’Ouest, que se passe-t-il ? Eh bien, comme nous le dit le titre, rien de bien nouveau à l’ombre des cactus ! Au Far West, on rencontre toujours les mêmes personnages : shérif, danseuse de cancan, Indiens comme cowboys qui se font toujours la guerre à base d’or convoité, de passage au saloon, de poursuite dans le désert… Mais à l’Ouest, il y a quand même du nouveau ! Car Anne-Sophie Tilly a glissé dans son texte autant de rebondissements et de situations cocasses que de nombreuses références et multiples clins d’œil qui raviront les petits comme les grands lecteurs!

A l’Ouest, rien de nouveau. Anne-Sophie TILLY et Fabienne BRUNNER. Frimousse, 2016

L’avis de Blandine

******

Et pour terminer, un indémodable: Billy, un hamster!

Un papa hamster, bandit de métier, aimerait bien que son fils le soit aussi. Mais il se rend bien compte que Billy est bien trop gentil pour le devenir. Il décide néanmoins de lui offrir sa première, et plus importante, leçon ! A savoir, brandir son arme devant un animal et tonner d’une voix forte : « Haut les pattes ! » Billy s’en va…Et bien sûr, rien ne se passe comme son père l’avait prévu. Mais c’est peut-être mieux ainsi?!
Derrière son décor de Far West (où tout y est!), cet album aborde les désirs paternels pour le fils, l’amitié, l’entraide et la fierté ! Une réussite!

Hauts les pattes de Catharina Valckx. Ecole des Loisirs, 2010

L’avis de Blandine

******

Et vous, aimez-vous les westerns ? En avez-vous déjà lu ? Lesquels nous recommanderiez-vous ?

Des livres qui se lisent dans tous les sens !

Un livre, c’est une couverture qui ouvre sur tout un monde à découvrir.
Mais certains auteurs décident de jouer avec ce support et d’en changer le sens de lecture. Dans cet article, nous vous proposons de partir à le découverte de ces drôles de livres, qui – à la manière d’un palindrome – peuvent se lire dans un sens ou dans l’autre, voire comme une boucle infinie.

*

D’un côté il y a Léo. Il vit dans une ville près d’un port où les bateaux vont et viennent.
De l’autre il y a Phara, elle vit sur une île où nagent des poissons aux mille couleurs.
De l’autre coté de la mer, c’est la vision de l’un qui, en traversant l’étendue qui les sépare pousse le lecteur à se rendre compte que les choix des uns influent sur le quotidien des autres. Tout est étroitement lié, par la mer et les océans. Il est urgent d’en prendre conscience et d’adpater notre manière de consommer !

Les avis d’Isabelle, Lucie et Liraloin

******

Ah la sacro-sainte histoire du soir ! Le rituel immuable tant attendu ! Voici un classique du Père Castor qui renverra petits et grands à la répétition de ce moment privilégié avec beaucoup d’humour. Car si Martin Lapin raconte à ses enfants l’histoire de Florent Eléphant, que celui-ci raconte celle de Paolo Manchot, pendant que Louis Perroquet raconte celle de d’Eloi Dauphin, que va raconter ce dernier à ses bébés ?

L’histoire du soir, Laurence Gillot et Philippe Thomine, Flammarion, Père Castor, 2008.

******

Les Editions du pourquoi pas ? proposent les collections « Faire Société » et « Faire humanité » composées de textes narratifs ​et d’illustrations contemporaines, pour amener le lecteur à réfléchir sur le vivre ensemble. La plupart des titres sont composés de deux textes en recto-verso, deux regards croisés sur une même thématique.
Les livres peuvent se lire indépendamment dans un sens ou dans l’autre. Les deux parties se complètent ou se répondent. Elles invitent à multiplier les points de vues et aiguisent l’esprit critique.

******

Peu importe si nous prenons l’album par le début ou la fin, il y a LA question que vont se poser les ours de cette aventure : « Qu’est-ce qu’il y a derrière ce mur ? ». Le jeu de la première et quatrième de couverture peut éventuellement donner un petit indice. Cette histoire tient sur le suspens : d’un côté un ours solitaire aperçoit un trou dissimulé dans le mur puis un ballon bleu flottant au-dessus de ce dernier. D’observation en exploration l’ours va faire une jolie découverte. A vous de deviner laquelle ? De l’autre côté, deux ours peureux vont tomber sur un œil les observant par un trou dissimuler dans le mur. A partir de là, ils vont imaginer le pire… « Au secours ! Il arrive ! C’est un très très grand monstre ! »

Un album pour les petits qui se régaleront, eux aussi, à se faire peur !

D’un côté…et de l’autre de Gwendoline Raisson et Ella Charbon – Ecole des Loisirs, collection : Loulou et Cie, 20

******

Les livres de « couleurs » d’Hervé Tullet utilisent cette particularité! Leur auteur aime le jeu, le contact et l’espièglerie, ce qu’il glisse dans ses albums que les enfants sont invités à manipuler, tourner, secouer, à souffler ou appuyer dessus… et quand la dernière page est tournée, on renverse le livre et on recommence! Des albums colorés et joyeux pour des moments d’échanges, de rires et de partages garantis!

Présentation de Blandine ici.

******

Les éditions « Le port a jauni » proposent des albums de poésie illustrée pour la jeunesse tous bilingues, en français et en arabe. Les textes écris en français sont traduits vers l’arabe mais aucun sens de lecture n’a plus de valeur que l’autre ni même de sens. Les illustrations sont d’ailleurs très bien agencées, de façons à convenir à la lecture dans les deux sens.

Tisser un projet éditorial en deux langues, sans se soucier des cartes d’identités, en cherchant une résonance dans les thèmes poétiques. Donner à voir et à entendre les deux langues ensemble dans un contexte artistique, loin des poncifs idéologiques attendus. C’est proposer un autre accès au monde, c’est entrer en poésie…

lE PORT A JAUNI

******

S’il y a bien une artiste dont nous adorons le travail destiné à la petite enfance, c’est Lucie Felix ! Que de malice, d’ingéniosité, d’espièglerie dans ses albums à manipuler dans tous les sens ! Avec Prendre & donner, l’artiste réinvente l’imagier pour égrener des verbes qui prennent corps grâce à la matérialité du livre. L’enfant est invité à saisir des formes dans la chair même de la page et à les déplacer au fil de mots qui s’opposent. Et à la fin, surprise : on peut faire le chemin en sens inverse !

Prendre & donner, Lucie Felix, Les Grandes personnes, 2014.

******

En 1980, paraît aux Etats-Unis The turn about, think about, look about book. Il faudra attendre 2022 et l’audace des éditions Les Grandes personnes, pour que cet album cartonné de Beau Gardner soit enfin publié en Français.

Tourne, pense, regarde, Beau Gardner, Editions Les Grandes personnes, 2022.

Et quel plaisir de découvrir le travail de cet artiste qui nous invite à travers un éventail de formes épurées à changer de point de vue au fil des quatre côté de la page. Rien de mieux pour comprendre le fonctionnement de ce petit bijou que les mots du préambule :

« Tu peux lire ce livre de plusieurs façons. Comme son titre l’indique, plus tu le tournes, plus il y a de choses à voir. Tiens-le à l’endroit, et tu verras une image… tourne le livre sur le côté, à l’envers, à gauche, à droite et la même image sera complètement différente ! Tu peux donc regarder chaque illustration de quatre points de vue… ou faire appel à ton imagination et voir encore autre chose. »

Voilà un album qui agit sur le regard à la manière d’une baguette magique !

******

Aimez-vous ce genre de livres ? Avez-vous des titres préférés ?