Hommage à Axl Cendres

Elle nous a souvent touchés par sa sensibilité et sa mélancolie.
Autant qu’elle nous a surpris par sa singularité et sa franchise.

Elle nous a fait rire, elle nous a émus.

Elle avait cette liberté de langage et cette extravagance qui cachaient une crevasse d’amertume.

Elle gardait autour d’elle une part de mystère mais c’est à travers ses livres qu’elle se dévoilait à chaque fois un petit peu.

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès d’Axl Cendres.

A l’Ombre du Grand Arbre, nous souhaitons lui rendre hommage et vous inviter à découvrir ou re-découvrir quelques uns de ses ouvrages qui sont de véritables expériences littéraires…..

**

Confessions d’un apprenti Gangster. Sarbacane, 2013.

Un roman flash-back d’un ado qui suit les traces de son père en entrant dans le banditisme. Fragments de vie, ce livre se construit comme un puzzle alors que l’enquête policière avance.

Retrouvez l’avis d’Alice

**

Aimez-Moi maintenant. Sarbacane, 2008

Rencontrée à Montreuil, sur sa dédicace Axl Cendres a écrit “Les beaux mensonges valent mieux que les sales vérités”. Voilà, tout est dit.

**

Mes idées folles. Sarbacane, 2009

Abel Francis Sandro est un jeune psychiatre au pavillon 43 qui s’occupe des malades chroniques. Il cherche à comprendre comment les gens marchent. Mais il se rend compte que ce n’est pas les gens qu’il comprend mais leurs maladies. Pour les grands ados.

Les avis de #Céline et Sophie

**

Echecs et but ! Sarbacane, 2010.

Quand les échecs et le foot se rencontrent. Et surtout les supporteurs respectifs.

L’avis de Sophie

**

Le voyage d’Esteban Sarbacane, 2012

La beauté de l’écriture d’Axl Cendres aborde ici la tauromachie, à travers le destin du jeune Esteban qui va marcher sur les pas de son grand-père, matador de grand renom et disparu mystérieusement. Ce roman-là prend des airs de légende sur fond de transmission.  Epoustouflant.

 

L’avis de Pépita

**

La drôle de vie de Bibow Bradley, Sarbacane, 2012.

Juin 1964, USA. Le jeune Bibow Bradley est envoyé au Vietnam où, en toute logique, il devrait perdre un œil comme papy (en Normandie) ou une jambe comme papa (en Corée).
Sauf que Bibow a un don : il ne connaît pas la peur.

 

L’avis de Sophie

**

Dysfonctionnelle, Sarbacane, 2015.

Fidèle, jeune adolescente, grandit entourée de ses six frères et sœurs dans une famille dysfonctionnelle : son père enchaîne les allers-retours en prison, sa mère est à l’asile. Dotée d’une “intelligence précoce”, elle s’intègre à un lycée des beaux quartiers où les élèves la regardent comme un alien. Mais c’est là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui transforme, celui qui sauve…

L’avis d’Alice

**

Cœur battant, Sarbacane, 2018

Après avoir essayé d’éteindre son cœur, il se retrouve dans une clinique pour y être “réhabilité à la vie”. Il y rencontre Alice, aussi belle que cynique ; Victor, aussi obèse que candide ; la vieille Colette, aussi espiègle qu’élégante ; et Jacopo, aussi riche que grincheux.

À eux cinq, ils décident de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo. Le but du voyage ? Se jeter d’une falaise, tous ensemble !

Mais la route va leur réserver plusieurs surprises. Assez pour qu’Alex se demande si finalement, la vie n’en vaut pas la douleur…

L’avis de #Céline

Un entretien datant de 2010 sur le blog de Sophie, un moment drôle et complice.

Et puis les mots touchants de ses compagnons d’écriture : Antoine Guilloppé, Antoine Dole, Benoit Minville et tant d’autres sur la toile. Ses lecteurs.trices. Son éditeur Tibo Bérard et les éditions Sarbacane. Et un article du Monde.

“Vole les lumières, toutes les lumières que tu peux… Les ténèbres ont un appétit féroce, alors vole les lumières… Peut-être que le ciel réalise les rêves que la terre assassine.” Coeur Battant, Axl Cendres. 

Tomi Ungerer s’en est allé….

Résultat de recherche d'images pour "tomi ungerer"

Beaucoup d’émotions, hier 9 février 2019, à l’annonce du décès de ce grand auteur et illustrateur de littérature jeunesse : Tomi Ungerer, 87 ans, s’en est allé…

La presse nationale et internationale, les réseaux sociaux ont unanimement reconnu l’oeuvre féconde de ce grand homme qui ne se prenait pas au sérieux mais prenait les enfants au sérieux.

Image associée

Il laisse pas moins de 140 livres et 40000 dessins dont les plus connus : Les trois brigands, Le géant de Zéralda et Jean de la Lune. Et bien d’autres encore.

Mais il faut surtout saluer la personnalité de l’homme : grand esprit de liberté, grande humilité et humour décoiffant, qui va tant manquer.

Comme je suis un éternel enfant, si je sors un livre jeunesse, c’est pour l’enfant en moi, je ne pense pas aux autres enfants. Mais si ça amène de la joie aux enfants, si ça peut les aider dans le démarrage de leur vie, c’est une belle consolation.

(Extrait de la revue Grand, Ecole des loisirs, janvier 2019)

Un bien grand monsieur !

Son portrait ICI.

 

Sur nos blogs :

-Les trois brigands chez L’Atelier de cœurs, La littérature de jeunesse de Judith et Sophie et Un petit bout de bib(bliothèque)

Crictor et Flix chez La littérature de jeunesse de Judith et Sophie

Jean de la lune chez Méli-Mélo de livres

L’image contient peut-être : table et intérieur

Jeu “Les trois brigands” Ecole des loisirs

Gudule est partie…

Gudule a marqué bon nombre de jeunes lecteurs depuis plusieurs générations avec ses romans pour la jeunesse. Nous aurions pu écrire quelques mots sur sa vie, mais finalement quoi de mieux que de la laisser parler elle-même avec cette interview réalisée par le site ActuSF ICI.

Elle nous a quittés, en laissant derrière elle une centaine de livres qui continueront à être lus encore longtemps. Parmi eux, quelques titres qui vous évoqueront sûrement quelques souvenirs…

La bibliothécaire La vie à reculons  Gudule - L'amour en chaussettes.

Le petit prince Pissenlit  Gudule - Le club des petites filles mortes - L'Intégrale des romans fantastiques, Tome 1.

 Gudule - Au Gringo's bar.  Gudule et Marc Lizano - Le pirate en sucre rose. Comment Pauvre Jean roula le Malin et autres fabliaux

 Gudule - Barbès blues. Un amour de pou

Pour lire ses derniers écrits : son blog.

Le petit prince pissenlit chez Céline T.
Comment Pauvre Jean roula le Malin et autres fabliaux chez Kik.

Les couvertures des livres sont des portes qui donnent, non sur des textes arides comme on le croit souvent, mais sur de fabuleux univers.

Gudule, La bibliothécaire

Alain Le Saux, le papa des “Papas”

Un auteur incontournable de la littérature pour les plus jeunes nous a quitté hier.

A l’Ombre du grand arbre, nous reconnaissions de loin ses illustrations identifiables entre toutes.

A l’Ombre du grand arbre, nous avons souvent bien rigolé à la lecture de ses albums où les mots et les textes étaient choisis avec attention.

A l’Ombre du grand arbre, nous partagions ses albums avec nos enfants.

Alors, A l’Ombre du grand arbre, nous rendons hommage au papa des “Papas”  et nous retrouvons  La boîte des papas, dans la bibliothèque du p’tit bout de Bouma:

boite

Retrouvez la chronique sur son blog : ici

.

Merci Monsieur Alain Le Saux pour l’héritage que vous laissez à la littérature jeunesse.

.