La Pyramide des besoins humains de Caroline Solé

Ce fut un de mes romans préférés cette année,
un de ces livres qui vous trotte dans la tête une fois refermé,
un de ceux qui posent des questions et vous laissent trouver les réponses,

alors, forcément, j’ai eu envie d’en parler à l’Ombre du Grand Arbre.

Sophie de la Littérature Jeunesse de Sophie et Judith,
Pépita de Mélimélo de livres,
Solectrice et ses lectures lutines
et Carole et ses 3 étoiles

se sont jointes à moi, Bouma et mon Petit Bout de Bib(liothèque) pour en parler.

Découvrez avec nous le roman de Caroline Solé publié à l’école des loisirs :

LA PYRAMIDE DES BESOINS HUMAINS

Bouma : Comment ce roman vous est-il tombé dans les mains ? Qu’est-ce qui vous a donné envie de le lire ?

Pépita : J’ai vu passer la pyramide de Maslow et cela m’a donné envie de creuser. Et quand j’ai lu de quoi il s’agissait, je me suis dis : voilà un roman dans la veine que j’aime, du social, de la réflexion sur la société actuelle, un jeune paumé, …bref, du bien envoyé, alors j’ai foncé dans ce roman et je n’ai pas été déçue.

Carole : C’est le titre qui a attisé ma curiosité ! Je connaissais la pyramide de Maslow, étudiée à la fac. J’ai trouvé le sujet original et surprenant. Et puis un premier roman, c’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle plume. Bref j’étais doublement curieuse.

Solectrice : Moi aussi, c’est le titre qui m’a donné envie. Pourtant, je ne connaissais pas le concept. J’ai lu le résumé et j’ai eu envie d’entrer dans cet univers sur fond de société actuelle.

Sophie : Je l’ai vu passer sur des blogs avec l’image de la fameuse pyramide. Je ne connaissais pas ce concept et ça m’a fortement intriguée ! J’ai vu aussi l’aspect jeu télé, et je me suis dit que ça pouvait donner une réflexion intéressante.

Bouma : La Pyramide de Maslow organise les besoins humains en différente catégorie en partant des besoins physiologiques. Sa théorie affirme qu’il faut avoir rempli ces besoins de base pour passer aux suivants moins élémentaires, et ainsi de suite jusqu’aux besoins d’accomplissement de soi.

La campagne médiatique autour de ce livre mentionnait une émission de télé-réalité, des niveaux à passer, des concurrents. J’ai donc d’abord cru à une dystopie plus contemporaine et je me suis bien trompée. Que raconte donc ce roman pour vous ?

Sophie : Je pensais aussi a une dystopie plus au cœur du jeu. Finalement, cette histoire est celle d’un jeune garçon qui a fui de chez lui et se retrouve à vivre dans la rue. Un jour, il va commencer ce jeu télé qu’il peut faire caché derrière un ordinateur… mais jusqu’à quand ?

Pépita : la confrontation de deux mondes : le réel et le virtuel et au milieu un jeune garçon SDF qui en fait les frais ou au contraire en tire intelligemment les ficelles.

Carole : Je rejoins Pépita sur les limites entre réel et virtuel. C’est aussi un prétexte pour questionner la virtualité, les réseaux sociaux et plus précisément l’image de soi, celle qu’on a, celle qu’on donne à voir, celle que les autres perçoivent. A l’adolescence, cette question est cruciale il me semble, on se construit, on se cherche, on s’essaye.

Solectrice : Pour moi, ce roman raconte la fuite d’un adolescent fragile, qui se raccroche encore à une raison d’exister pour les autres en participant à ce jeu. Par défi, il participe pour montrer qu’on peut vivre autrement et donner l’illusion.

.

Bouma : Et justement que donne à voir ce jeune SDF ? Sa réalité vous a-t-elle paru crédible ? Ses intentions aussi ?

Pépita : je dirais qu’il s’empare du jeu plus par ennui que par défi au départ. Puis il est presque pris au piège de cette pyramide qui montre sous ses réponses les limites de la société et de l’image qu’elle renvoie de l’échelle sociale. Ces mécanismes du mirage aux alouettes sont très bien rendues : l’effet de la masse, du mouton de Panurge, de la manipulation sous-jacente. Oui sa réalité de SDF est plus que tangible, elle est même terrible dans le contraste des deux mondes. Ses intentions oui, elles me semblent bien réelles : il n’ a rien à perdre de toutes façons, il a tout à gagner. En tant que lecteur, on a vraiment envie qu’il aille au bout ! Comme une revanche sur la vie qu’il mérite amplement. Le plus dur, c’est qu’on perçoit d’emblée que ce jeu est factice et peut le perdre.

Sophie : Je rejoins Pépita, notamment sur l’idée de limite. En grimpant les échelons de la pyramide alors qu’il vit dans la rue, il montre la limite de ce système et il envoie dans les yeux des spectateurs ce qu’ils préfèrent ne pas voir. Il ne cherche pas à choquer, il montre juste sa réalité avec beaucoup de justesse.

Carole : Son triste quotidien est rendu avec justesse en effet. Il est d’emblée atypique, dénote, il est à part, inconnu pour la majorité, et c’est précisément ça qui va le rendre visible.

Solectrice : Les révélations de son univers sont progressives et calculées : le jeune homme ne veut pas susciter la pitié. Son quotidien dans la rue est peu décrit. J’avais du mal à imaginer que, dans cette situation, un adolescent s’opposant à cette société n’abandonne pas plus vite le jeu, cet univers virtuel où il ne cherche pas de reconnaissance particulière. J’étais étonnée aussi de la tournure que prenait l’histoire : on ne comprend pas tellement ce qu’il veut démontrer car l’adolescent ne se voit pas comme un représentant de la cause des SDF.

Bouma : Moi, j’ai beaucoup aimé l’humanité qui se dégageait de ce jeune homme. La vie ne l’a pas épargné. Il est à la fois résigné sur la société mais plein d’espoir dans ce que l’être humain peut apporter, peut surpasser.

.

Caroline Solé signe avec ce titre son premier roman. Quels caractéristiques donneriez-vous à sa plume ?

Carole : une plume plutôt efficace, simple, sans détour et sans superflu puisqu’en quelques pages le lecteur a assisté à l’ascension virtuelle d’un ado en marge de la société, le tout construit de façon claire en distillant des critiques ici et là. C’est un premier roman réussi à mon sens.

Solectrice : La narration m’a semblé très construite. Le parti est pris de donner le résultat dès le départ, avec cette ambiguïté sur les craintes et les attentes du jeune homme. On découvre ensuite ses motivations et son histoire difficile. J’ai aimé l’habileté avec laquelle l’auteur donne à voir les coulisses du jeu face à la naïveté du candidat. C’est donc une plume sans apitoiements et suffisamment acerbe sur le le monde virtuel et réel.

.

Bouma : Et que pensez-vous de la fin du roman (sans la dévoiler si possible) ? Je vous pose la question car c’est la seule partie de ce roman qui ne m’a pas semblé crédible.

Sophie : Effectivement, ça part dans quelque chose d’un peu (beaucoup) surréaliste et ça dénote pas mal avec le reste du roman. Pour autant, à la lecture, ça ne m’a pas choquée plus que ça. Par contre, j’aurais aimé que ce soit un peu plus approfondi.

Pépita : Oui la fin n’est pas vraiment une fin en fait : je pense que l’auteure a vraiment voulu s’attacher à démontrer sa thèse. En cela je la trouve vraiment intéressante à proposer à des adolescents cette lecture.

Carole : D’accord avec vous sur la fin pour le moins surprenante et un peu expéditive. Mon namoureux l’a même qualifiée de « fin genre super-héros » quand il a fini le livre.

Solectrice : Cette chute ne m’a pas tellement marquée non plus. Décrochée du reste de l’histoire, cette fin semble prolonger la fuite… vers l’imaginaire.

.

Bouma : Dernière question façon portrait chinois, si vous deviez définir ce roman en un mot, quel serait-il et pourquoi ?

Pépita : Je dirais ACCOMPLISSEMENT DE SOI car ce roman c’est ça aussi : la recherche de l’épanouissement personnel à tout prix même si on doit se brûler les ailes.

Carole : je choisirai le mot IMAGE pour toute sa complexité et ses symboles

Sophie : Je dirais SOCIÉTÉ parce que je trouve que ça en montre pas mal d’aspect : la vie dans la rue, le pouvoir de la télé, les réseaux sociaux…

Solectrice : Moi, je retiendrais CARTON pour le double-sens de la vie du personnage : son refuge comme SDF et l’envie d’atteindre une cible.

.

J’espère que cette discussion vous aura donné envie de découvrir ce roman et de vous faire votre propre avis dessus.

En attendant vous pouvez lire les avis plus détaillés de Carole, Sophie, Bouma et Pépita sur leur blog respectif.

Un pavé pour Noël ?

Qu’est-ce que c’est que ce titre bizarre ? Un pavé ? Pour Noël ?

Oui, vous ne vous êtes pas trompé d’adresse.
Vous êtes bien sur un site consacré à la littérature de jeunesse.

Ce que nous vous proposons aujourd’hui, c’est une petite sélection de séries romanesques (ou de cycles si vous préférez) déjà terminées.

A mettre dans une chaussette en cadeau de Noël ou à vous faire offrir bien entendu !

gratuit-calendrier-de-l-avent-petit-train-de-noel-bLes Autodafeurs (3 tomes) de Marine Carteron

Voici une série plus qu’addictive sur la famille Mars qui depuis des générations se bat contre les autodafeurs, malveillants d’un autre âge, qui veulent s’emparer du savoir via les livres. 3 tomes qui vous mènent dans une aventure avec Auguste et Césarine dans une lutte faite de rebondissements sans fin, d’une bonne dose d’humour aussi. Bref, c’est génial !

Et s’il fallait vous en convaincre un peu plus, retrouvez les avis de Pépita, Carole et Bouma et sachez qu’il fait partie de la sélection du Prix des Incorruptibles 2015/2016 catégorie 5ème/4ème

 

Le Cœur en braille (3 tomes) de Pascal Rutter

Victor et son père, Mari-José la rousse joueuse de violoncelle… et plein d’autres personnages qui gravitent autour, on ne les oublie pas, on est triste de les quitter mais on est content à la fin du chemin parcouru. On sait qu’ils vont bien ! Une série humaniste au grand cœur !

Là encore une série qui fait l’unanimité sous le Grand Arbre avec les avis de Pépita, de Sophie, Carole et Kik

 

Les Haut conteurs (5 tomes) d’Oliver Peru et Patrick McSpare

Une plongée au cœur d’un Moyen Âge fantastique où on suit un jeune garçon qui va devenir Haut Conteur. Il intègre ainsi un groupe d’aventuriers qui racontent leurs aventures face à des loups-garous, vampires, sorciers… de village en village.

L’avis de Sophie

.

.

Les Filouttinen (3 tomes) de Siri Kolu

Trois tomes sortis pour l’instant, peut-être un quatrième ? On se pose la question. En tous cas, si vous n’avez pas encore succombé au charme de ces brigands d’un genre nouveau et au grand cœur, n’hésitez pas, vous serez dépaysés !

L’avis de Pépita

 

Le Chaos en marche (3 tomes) de Patrick Ness

Sur un monde inconnu, suivez Todd à la recherche d’un moyen de survie, ouvrez votre esprit à la voix du couteau et partez pour une expérience innovante.
Une série désarçonnante aux premiers abords mais qui vous promet de longues heures de plaisir et la découverte d’un brillant auteur contemporain !

L’avis de Bouma

 

 

Madame pamplemousse (3 tomes) de Rupert Kingfisher et Sue Hellard

La jeune Madeleine est obligée de travailler pour un restaurant et se retrouve malgré elle embarquée dans des aventures culinaires incroyables.
Des tomes délicieux avec un soupçon de magie et du grand cœur pour déjouer les maléfices à coup de recettes. Un régal de lecture !

Les avis de Bouma et Pépita

 

Fedeylins (4 tomes) de Nadia Coste

Dans un monde peuplé de petites créatures ailées qui vivent autour d’une mare, Cahyl le héros de cette histoire va grandir dans le mensonge.
Un série de fantasy que j’avais beaucoup aimé à sa sortie (nous dit Sophie).

Retrouvez donc son avis

.

.

Azilis (3 tomes) de Valérie Guinot

Durant l’Antiquité, les femmes doivent tenir leur rôle d’épouse et de maîtresse de maison. Azilis, benjamine et seule femme de sa famille, refuse cette destiné et décide de prendre sa vie en main.

Une série historique qui se tient de bout en bout et qui réserve son lot de rebondissements.

L’avis de Bouma

.

43, rue du vieux cimetière (7 tomes) de Kate & M. Sarah Klise

Une série où l’on se sent bien et où l’on a plaisir à retrouver au fil des tomes cette famille pas comme les autres dans son manoir hanté. La particularité de cette série : elle est basée sur des échanges épistolaires entre les personnages, ce qui fait tout son charme !

Les avis de Pépita et des Lutines

 

Le Worlshaker et Le Libérator de Richard Harland

Deux tomes pour cette série du genre steampunk avec une réflexion sur le totalitarisme. On se laisse embarquer !

Les avis de Pépita et Bouma

.

.

Apocalypsis (5 tomes) d’Eli Esseriam

5 tomes, un pour chaque cavalier de l’apocalypse et un qui les réunit. Une bonne série apocalyptique dans un monde contemporain.

L’avis de Sophie

.

.

Roulette russe (3 tomes)
de Séverine Vidal, Sandrine Beau et Anne-Gaëlle Balpe

Attention trilogie à hauts risques de dépendance, de rires, de suspens ! Ici se tissent les liens, se créent des souvenirs, se résolvent des énigmes. C’est bien de cela dont il s’agit : du lien, envers et contre tout. Au-delà du suspens, des aventures, des expériences, le fil conducteur de ces romans c’est le lien. Immuable.

Les avis de Carole et de Pépita

gratuit-calendrier-de-l-avent-petit-train-de-noel-b

Il y a bien sûr bien d’autres séries à mettre au pied du sapin.
Citons entre autres : Tobie Lolness et Vango de Timothée de Fombelle
les très populaires dystopies : Hunger Games, Divergente ou Never Sky
ou les séries girly Simone Elkeles et Melissa De la Cruz

et vous, laquelle nous conseilleriez-vous ?

 

 

Best of mai

Vous connaissez le dicton : en mai, lis ce qu’il te plaît !

Une fois n’est pas coutume, nous nous sommes appliqués

Et le 1er juin, nous partageons avec vous et entrain !

Chez Kik :

11267555_1597932087151938_407213540_n

 L’invention d’Hugo Cabret de Brian Selznick , Bayard Jeunesse, 2012.

Une belle découverte. Un coup de coeur. Un conseil de lecture très apprécié.
Un roman en texte et en images. L’invention d’Hugo Cabret de Brian Selznick c’est un peu tout ça en même temps.
À ne pas manquer. Et l’argument « Mais j’ai déjà vu le film », ne tient pas du tout !

Chez Colette100239442

Le bain d’Abel d’Audrey Poussier, école des loisirs, 2014.

Où file donc l’eau du bain quand on ouvre la bonde de la baignoire ? C’est à ce voyage extraordinaire que nous invite le charmant petit Abel à travers une aventure riche de rencontres ! Si vous voulez le suivre, n’hésitez pas à embarquer à bord de cet album tendre, drôle, délicat à souhait !

Chez Pépita :

FullSizeRender (5)

Mon tout petit de Germano Zullo et Albertine, La joie de lire,  2015.

Un grand album dans un écrin végétal qui nous parle de l’amour maternel et filial d’une façon si sensible, si délicate, si juste qu’on est tout chamboulé de l’intérieur. Plus qu’un album, un petit bijou de tendresse à s’offrir, à offrir, à lire et relire…

Chez Alice :

ronde

 

Ronde comme la lune de Mireille Disdero, Seuil, 2015.

Avec des mots simples, une pointe d’humour et des personnages attachants, Mireille Disdero évoque l’âge délicat de l’adolescence au travers de Saskia « ronde comme la lune » et mal dans sa peau.
Un roman en toute sincérité.

Chez Sophie :

9782226251015FS

 

Les super-héros détestent les artichauts de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, Albin Michel jeunesse, 2014.

Vous allez tout savoir sur les super-héros dans ce bel album/documentaire. Une petite merveille graphique d’une grande originalité !

Chez Céline et son tiroir :

104003382

 

Jean-Loup fait des trucs de Clémentine Mélois, les Fourmis Rouges, 2015.

Coup de coeur dans Le Tiroir à histoires pour ce sacré fainéant de Jean-Loup et pour son peignoir. En Mai, fais ce qu’il te plait… Oyez braves gens, sachez le et faites-le savoir : Jean-Loup fait des trucs ! Qu’est ce qu’on se poile !

Chez Céline et son flaconimg199

Là où naissent les nuages d’Annelise Heurtier, Casterman, 2014.

Avec cette réédition en format poche, (re)plongez-vous durant quelques heures dans un univers à la fois rude et splendide: celui d’une Mongolie à la croisée des mondes, entre traditions et modernité. Vous y découvrirez le périple d’une ado qui, pour se réaliser à son tour, doit s’affranchir des images trop lisses qu’elle s’est forgées de ses parents, quitte à les écorner quelque peu ! Bref, laissez-vous emporter à votre tour là où naissent les nuages… Dépaysement garanti !

Chez Carole :

9782203091092FS-197x300

Refuges d’Annelise Heurtier, Casterman, 2015.

Un roman à lire d’urgence pour garder les yeux ouverts sur une triste réalité quotidienne et toute proche de nous….

Best-of février

La fin février est arrivée

Le mois le plus court de l’année

Nous avons encore dévoré

Encore l’occasion de partager

Chez Alice enferUn hiver en enfer de Jo Witek. Actes Sud, 2014

Edward a grandi avec une mère distante car très fragile psychologiquement. Lorsqu’à la mort accidentelle de son père, il se retrouve seul avec elle ; commence alors pour lui, un véritable enfer.
Mené sur un rythme haletant, ce thriller nous piège rapidement et nous entraîne au plus profond de la folie et de la paranoïa.

Chez Colette Comment-jai-appris-la-géographie_couverture-1

Comment j’ai appris la géographie, Uri Shulevitz, 2008,  Kaleidoscope

La culture, un mot si grand et si vague qu’on pourrait s’y perdre… ou s’y retrouver vraiment comme le héros de ce livre, démuni et affamé par la guerre, qui va découvrir grâce à un cadeau très particulier de son père que le monde l’attend !

Chez Pépita 9782361932664FS

Le ciel nous appartient , Katherine Rundell,  Les grandes personnes

un roman jeunesse qui vient de remporter le prix Sorcières catégorie roman junior. Un roman qui nous emporte dans une histoire fantasque faite d’amitié et d’amour. Un roman aux très belles pages qui émeuvent, font sourire et presque pleurer.

Chez Bouma petit-loup-rouge-206x300

Le Petit loup rouge, Amélie Fléchais, Ankama – étincelle, 2014

Entre album et bande-dessinée, Amélie Fléchais revisite avec esthétisme, charme et subtilité le très connu conte du Petit Chaperon Rouge. Un coup de cœur indéniable.

Chez Céline img037

Fantoccio de Gilles Barraqué, Grand Format, Ecole des loisirs, 2015

Avec Fantoccio, l’auteur réinvente un récit bien connu des petits et des grands, celui du Pinocchio de Carlo Collodi. Une version passionnée et passionnante qui donne un beau coup de modernité à cette histoire séculaire.

Chez Chlop Mere_meduse_m

Mère Méduse, Kitty Crother, pastel

Un album plein de symboles qui parleront aux adultes mais surtout une histoire touchante, qui charmera les enfants.

Chez Sophie 9782352901341FS

Des vagues, Isabelle Simler, Éditions Courtes et Longues, 2014

Une belle plongée douce et poétique en pleine mer.

Chez Kik blogger-image--475721276

Café 0405, Yi Hyeon, Flammarion, 2011

Un roman qui fait découvrir la litterature pour la jeunesse coréenne. Quand internet perturbe la vie de classe, dans le bon et le mauvais sens du terme.

Chez Carole Deschavannes-Pierre-Belle-gueule-de-bois-206x300

Belle gueule de bois, Pierre Deschavannes, Rouergue, 2014

Un premier roman ado aux griffonnés autobiographiques qui exprime la relation passionnelle entre un fils et son père alcoolique.

Chez Nathalie de Déclickids : sélection des meilleures applis testées et approuvées ( des histoires, des jeux d’exploration, d’éveil ou d’apprentissage, des applications de révision, des documentaires, etc )

Chez Nathan

Nelson Jandy - I'll give you the sun - Le soleil est pour toiLe soleil est pour toi de Jandy Nelson – Gallimard jeunesse

Je l’ai lu en anglais, il sort le 12 Mars en France … Plus que 10 jours à attendre pour découvrir ce roman brillant, ce rayon de vie, cet éclat de beauté.
Pour découvrir l’histoire de Noah et Jude, deux jumeaux fusionnels que la vie va séparer. L’histoire de l’un, gay, dessinateur, passionné d’art, désespérément amoureux. L’histoire de l’autre, un peu plus rebelle, un peu plus fougueuse, passionnée d’art, rongée par la culpabilité. Deux histoires traversées par un drame.
Un roman bouleversant sur l’art, la famille, l’amour, la mort.
La vie, en somme.

Chez Céline et son tiroir

102290304

Caprices ? c’est fini ! de Pierre Delye, Didier jeunesse.
Une princesse capricieuse, un roi démissionnaire, un prétendant plus futé qu’il n’en a l’air, et des péripéties aussi drôle qu’inattendues. Complètement emballée par ce roman espiègle et virevoltant !

Nos voisins sont vieux et ronchons

Des voisins qui ronchonnent,
Des vieux du quartier, qui n’ont pas un air aimable,
Des personnes âgées, qui changent la vie d’un enfant ou d’un adolescent.

Pour une fois il y a plus de romans, que d’albums dans cette sélection. Il est question de très belles rencontres, d’échanges, de partages, entre des inconnus, entre plusieurs générations.

Des albums …

Mon secret rit tout le temps, Séverine Vidal, Vanessa Hié, Kilowatt.

C’est une petite fille qui parle. Lui, c’est un monsieur mystérieux, sans âge et sans famille, qui semble vivre là, et dont on lui a bien défendu de s’approcher.

Lu dans Le Tiroir à histoires, et par Kik.

 

 

Emile invite une copine, de Vincent Cuvellier et Ronan Badel, Gallimard Giboulées.

Les lecteurs d’Emile ont déjà pu le remarquer : quand Emile a une idée, elle est bien accrochée. Cette fois il invite une copine, elle n’est même pas dans son école. C’est une vieille dame et alors ? hein ? Emile a le droit d’avoir une copine vieille dame, non ? Elle n’est pas peut être pas spécialement plus aimable que lui, mais en tout cas ils se sont bien trouvés, et qu’est-ce qu’ils peuvent rigoler …! »

Lu dans Le Tiroir à histoires.

Mon voisin de Marie Dorléans avecGuillaume Galienne, éditions des Braques.

Un nouveau voisin ? Quelle aventure !

Lu par Kik, À lire au Pays des Merveilles et DéclicKids.

 

 

Des romans … 

Amaia cherche une grand-mère de Ghislaine Biondi, Oskar.

Loin de ses grands-parents, Amaia se cherche une mamie par « intérim » mais pas facile de trouver la bonne. Une histoire originale et touchante pour ce roman destiné à de jeunes lecteurs.

Lu par Sophie.

 

 

Cupidon Power, de Luc Blanvillain, L’école des loisirs.

Le héros collégien de ce roman hilarant hérite d’un super pouvoir bien encombrant :  en transmettant le message d’amour d’un garçon à une fille et vice et versa, hop, ils tombent instantanément amoureux. Il est bien entouré : son chien Tilby, son petit frère Milo, sa meilleure amie Dorothée qui le comprend mieux que personne, mais surtout Mme Yvonne, la voisine du quartier, toujours à sa fenêtre, un monument d’anthologie.

Lu dans Le Tiroir à histoires et par BoumaPépitaKik.

Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, d’Eric-Emmanuel Schmidt, Magnard.

Il y a des rencontres qui changent la vie !  Celle de Moïse, un jeune garçon juif de 11 ans privé d’amour, et de monsieur Ibrahim, « l’Arabe du quartier », est de celles-là… De triste et terne, la vie va alors se parer de mille couleurs…

Lu par Céline.

 

La bulle de secrets de Sophie Bénastre, Oskar jeunesse.

De retour de son jogging matinal, Pierre-Yves, retraité, a la surprise de trouver un ado dans son salon et bien décidé à y rester ! La tchatche facile, qui frise souvent à l’insolence, de Polo, son « invité » surprise, va quelque peu décontenancer son « hôte ».

Lu par Pépita.

 

 

Clodomir Mousqueton de Christine Naumann-Villemin, illustré par Clément Devaux, Nathan.

Le livre du petit Marcel est arrivé par erreur chez son voisin, Clodomir Mousqueton. Le grincheux ne lit jamais, mais il refuse de rendre le bouquin: avec, il a enfin réussi à caler sa porte ! Mais le garçon ne va pas se laisser faire ! Entre Clodomir et lui, la guerre est déclarée !

Lu par Kik.

La fourmilière de Jenny Valentine, L’école des loisirs.

Personne ne choisit vraiment de vivre au 33, Georgiana Street. L’immeuble est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Seul avantage du lieu : Steve, le propriétaire, ne pose pas de questions. Pour un garçon de 17 ans qui a fugué, l’endroit est idéal. Sam s’est réfugié à Londres parce que, ici personne ne sait qui il est, ni ce qu’il a fait. Au 33, Georgiana Street, on évite de se mêler des affaires des autres. Mais Bohême va bouleverser la vie de l’immeuble. Elle a besoin d’un ami, et c’est Sam qu’elle a choisi.

Lu par Céline, Bouma, Kik, Pépita et à plusieurs dans une lecture commune, ici.

Premier chagrin, d’Eva Kavian, Mijade.

Sophie est plutôt fière d’elle lorsqu’elle répond à une petite annnonce pour du baby-sitting.  Elle a « l’impression d’avoir pris dix centimètres en un coup de téléphone ».  Mais les choses se corsent lorsqu’elle découvre que c’est une grand-mère qui a besoin de ses services…

Lu par Céline et Pépita.

 

Dur dur d’être une star d’Ingrid Thobois,Thierry Magnier.

Chanter, Mathis adore ça ! Être célèbre et riche, comme Justin Bieber, il en rêve. Encouragé par Simone, sa vieille voisine qui croit très fort en son talent, il va passer une audition. Et là ça se corse ! Pas si facile d’être une star …

Lu par Kik.

Souvenirs de ma nouvelle vie, de Marie Colot, Alice Jeunesse.

Plutôt que de s’enfermer dans le souvenir morbide d’un passé qui ne reviendra plus, Charlie s’évade et construit les souvenirs heureux de son avenir.  A travers ses expéditions des étages et des appartements de son immeuble, elle multiplie les rencontres riches en échanges et fait la connaissance d’une vieille dame particulièrement excentrique.
Lu par Céline, Pépita, et Kik.

Ce qui ne nous tue pas d’Antoine Dole, Actes Sud Junior.

Lola se perd dans les évènements de sa vie, dans les éclats de sa famille, dans ses émotions et en elle-même. C’est donc par hasard, égarée, affamée, qu’elle se retrouve dans l’appartement chaotique d’une vieille femme un peu folle, perdue elle aussi, seule. A elles deux, elles se créent une solitude rassurante.

Lu par Nathan, et Pépita.

Et il y a aussi … 
Mado m’a dit de Christophe Léon, La Joie de Lire.

Pour lequel vous pouvez lire les avis de Pépita, Alice et Kik, mais dont il sera question plus amplement en janvier prochain, avec une discussion entre ces trois blogueuses.

Et vous, vos voisins, ils sont vieux et ronchons ? 

Kik, son arrière-arrière-arrière-grand-père et la Première Guerre Mondiale

« 9e jour – Samedi 17 octobre 1914

La nuit a été calme, on n’a pas revu de Français. Ce matin on a essayé de cuire du pain sans levain au grand four. C’est du véritable tourteau. Il faudra bien s’en contenter et s’il y en a encore au boulanger, j’en doute, il n’y a plus moyen d’en aller chercher.

Vers huit heures on commence à entendre des coups de fusil dans la direction de Fromelles mais plus près; Il arrive maintenant des Français que l’on voit passer chez Fournier, il y en a en vélos, à pieds. Une mitrailleuse est portée au Boer, beaucoup se plaçant dans les fossés. Une fusillade continue depuis 9 heures. Passera-t-on la nuit prochaine au milieu des Allemands ou des Français ? Anxiété ! À 2h1/2, tout est noir. Troupes françaises sur le gravier jusqu’à chez Julien Leplus. La pâture de chez Fournier s’emplit, on les voit qu’ils portent des sacs pleins sur leur dos, qu’ils prennent chez Fournier.

Vers 3h les Anglais placent des canons vers l’estaminet du trou et bombardent le village de Fromelles pour y déloger les Allemands qui s’y sont fortifiés. Une mitrailleuse était montée au clocher. Ils ont aussi envoyé des bombes sur le vert touquet où des maisons ont eu à souffrir mais la plupart ont éclaté un peu en deçà. »

par Désiré Delporte – écrit d’octobre 1914 à mars 1917 –

Fromelle_panoramique1914

Deutsches Bundesarchiv – depuis Wikipédia

J’essaye de me repérer dans cette vue panoramique des alentours, lorsque Désiré Delporte note la direction quand laquelle il entend les combats. Il écrit chaque jour, sauf quand il est malade et doit garder le lit. Il note ce qu’ils mangent, le déplacement des troupes et se désole de cette guerre qui dure, des semis qui ne seront pas faits à temps.
Cet aïeul, je ne l’ai pas connu, par contre son petit fils, l’Oncle Joseph, je suis souvent allée prendre le goûter chez lui. Il y était là-bas à Fromelles, dans le nord de la France, en 1914.  Il était enfant, au milieu de la Guerre. En lisant les carnets de cette arrière-arrière-grand-père, je l’imagine sous les bombes à Fromelles, puis déporté à Lille. J’ai eu connaissance trop tard de ces carnets. J’étais trop petite pour faire le lien entre la Guerre des livres d’Histoire et cet oncle, là bien vivant. Lorsque j’ai lu ces carnets, il n’était plus là, pour répondre à toutes mes questions.

C’était un enfant pendant la Guerre. Comme ceux dont il est question dans cette émission de radio, il a peut être jouer aux tranchées, peut être …

La Grande Guerre à hauteur d’enfant
à écouter ICI
La Marche de l’Histoire du mardi 11 novembre 2014 sur France Inter –
avec Jean Lebrun et Manon Pignot

*****************************************************

Une adolescente qui s’engage et part au front, pour échapper à sa famille.
Un regard sur la société de 1914, sur la place d’une jeune fille au milieu de la Guerre.
Un roman que je vous conseille, car il y est aussi question de la vie à l’arrière du front.
Là où l’Oncle Joseph était, et attendait la fin de la Guerre.

Le choix d’Amélie de Catherine Cuenca, Oskar, 2014.

Halloween, le retour !

Jusque là tapie dans l’ombre, elle revient…..pour vous hanter, vous faire frissonner et trembler, ou hurler de rire ! Non, il ne s’agit pas de l’heure d’hiver ( quoique..), mais bien de la terrible nuit du 31 octobre….Halloween ! Les sorciers, à l’ombre du grand arbre, vous ont mijoté une sélection pas piquée des chaudrons !

frise-citrouilles

Dans la marmite de Chlop 

elephantsEléphant de Sara, Thierry Magnier.

Un face à face sans texte entre un jeune éléphant et un loup menaçant. Un album d’une grande force qui suscite bien des réactions de la part des enfants.

N’aies pas peur Teddy, je te protégerai des bêtes sauvages de M.Alexander, EdL.n__aie_pas_peur_teddy

Un petit garçon est perdu en pyjama seul dans la foret. Heureusement, il a son ours en peluche.

Chhht! S. Grindley P. Utton, EdL.

Indémodable et toujours aussi efficace, LE livre pour jouer à se faire peur.

L’ogre qui n’avait peur de rien, Sandrine Beau et Soufie, Les ptits braques.

Et pour finir, un ogre encore mais cette fois la peur n’est pas du coté où on l’attend le plus ! Et chez Pépita aussi.

l__ogre_qui_n__avait_peur_de_rien

frise-citrouilles

La potion d’Alice 

 cornichonGros cornichon d’Edouard Manceau, Seuil jeunesse.

Un livre pour s’amuser à ne plus avoir peur !

frise-citrouilles

Dans le tiroir secret de Céline

La sorcière dans les airs, de Julia Donaldson et Axel Scheffler, Gallimard. téléchargement (2)

Une histoire de sorcière avec même un dragon terrifiant et un drôle de monstre tout gluant… De quoi bien remplir votre chaudron et frissonner … en rigolant. On se régale de retrouver cette nouvelle histoire signée par les « parents » du Gruffalo.

J’aime mes cauchemars, Séverine Vidal et Amélie Graux,
Gallimard Giboulée.

95547402Des monstres, des créatures terrifiantes et des cauchemars : en veux-tu, en voilà ! Séverine Vidal en a plein son placard, et la petite fille de son histoire n’est pas décidée à le dire aurevoir. Une histoire intelligente et pleine d’humour sur les bienfaits de la peur !

Bouma aime aussi les siens !

frise-citrouilles

Dans le grimoire de Pépita

L’étrangleur du 15 août et l’étrangleur est de retour de Sandrine Beau Oskar jeunesse coll. Court-métrage. 9791021402454FS

Quand un étrangleur sévit et qu’on a été témoin de ce qu’il ne fallait pas…Au secours !

Toute seule dans la nuit de Sandrine Beau, Alice jeunesse.

9782874262050FSQuand un cambrioleur pénètre dans la maison et qu’une petite fille doit faire preuve de sang-froid…Vous allez trembler !

Un hiver en enfer de Jo Witek, Actes sud junior. 10593089_663192343770916_7779609284927192813_n

Un thriller psychologique où la peur domine entre une mère et son fils.

Mon monstre de Marie Sellier, éditions Courtes et longues.

9782352901204FS

Quand le monstre n’est pas celui qu’on croit…Un album hommage à l’imaginaire des enfants.

L’ogre au pull vert moutarde de Marion Brunet, Sarbacane Pépix. 9782848656830FS

Un ogre comme gardien de l’orphelinat ? ça va pas bien non ? mais est pris qui croyait prendre !

Et la lecture commune !

9782848657097FS

La gueule du loup de Marion Brunet, Sarbacane.

Un monstre humain à la poursuite de deux jeunes filles à Madagascar…Un roman glaçant. Nathan tremble aussi !

frise-citrouilles

Chez Kik, l’arracheuse de dents..GRRR !!!

Une dentiste qui fait froid dans le dos, des bonbons à ne plus pouvoir en avaler un seul… Cette histoire est parfaite pour Halloween. 10611091_1564355373787474_1191771264_n

Diabolique Dentiste de David Walliams, Albin Michel Jeunesse.
frise-citrouilles
Dans le chaudron de Bouma
Du bruit sous le lit de Mathis, Thierry Magnier.
du-bruit-sous-le-lit-216x300Sous notre lit il y a un vide. Souvent on en a peur. Souvent on s’imagine le pire. Un cauchemar ? Un monstre ?
Mathis, avec son humour habituel, arrive à rendre cocasse une des plus grandes peurs enfantines.
Une histoire sombre… très sombre de Ruth Brown, Gallimard.
Classique parmi les classiques, Ruth Brown délivre un album dont le suspens n’a d’égal que l’obscurité….
histoire-sombre-tres-sombre-245x300
cauchemar-oriol-232x300
Le Cauchemar d’Elsa Oriol, Kaléidoscope.
Vous cherchez une sorcière pour vous faire peur ? Vous l’avez trouvée. Avec son grand couteau et ses yeux effrayants, le cauchemar devient réalité.
Le petit pêcheur et le squelette de Chen Jiang Hong, EdL.
Dans une ambiance asiatique envoûtante, découvrez la rencontre de ce jeune pêcheur et d’un squelette animé, tout droit sorti des eaux les plus cauchemardesques…    petit-pecheur-et-le-squelette
frise-citrouilles
Dans le placard des Lutines :
Les monstros : les sentiments de Moira Butterfield
Quel délice d’apprivoiser sa peur avec de petits monstres en carton colorés qui surgissent d’un petit album !
DSC02732
frise-citrouilles
Dans la fiole de Céline
Les chroniques de Harris Burdick de Chris Van Allsburg, EdL.
Un recueil de quatorze textes d’auteurs inspirés des célèbres planches d’un certain Harris Burdick publiées par Chris Van Allsburg en 1984. Quatorze histoires qui vous feront frisonner et plus si affinités ! Mise en page 1