Sous ta peau, le feu – de Séverine Vidal, roman reçu avant publication

Le dernier roman de Séverine Vidal, Sous ta peau, le feu, nous transporte dans le Bordelais, une vingtaine d’années avant la Révolution française, en pleine épidémie de variole. Ange, 17 ans, accompagne son père médecin qui l’initie au métier et tente de canaliser un peu ses rêves révolutionnaires : pas toujours évident face à tant de fougue – plus encore depuis sa rencontre avec la jeune Esmée dont la famille a été décimée par la maladie… Un roman historique aux accents très actuels, donc, que nous avons eu la chance de découvrir en avant-première, suite à l’entretien que Séverine Vidal nous a accordé en mars 2021. Quelques semaines plus tard, nous recevions Sous ta peau le feu avant parution, pour une lecture attentive et enthousiaste, assortie de l’invitation à faire part de nos retours à l’autrice. Dans ce billet, nous revenons sur cette expérience qui ne nous a pas laissées indifférentes !

Sous ta peau, le feu de Séverine Vidal, Nathan, 2021.

Comment avez-vous eu connaissance de l’opportunité de lire Sous ta peau, le feu avant publication ? Aviez-vous déjà eu de telles occasions ? Si oui pour quels textes ?

Isabelle : C’est Pépita, branche fondatrice de notre bel arbre, qui a été contactée début 2021 par Séverine Vidal suite à l’entretien qu’elle nous avait accordé. L’autrice était intéressée d’avoir des retours sur son manuscrit. Je savais déjà que j’appréciais ses livres, je n’avais jamais eu l’occasion de commenter un roman en amont de sa publication, j’aimais l’idée que nous soyons plusieurs par ici à nous prêter à l’exercice en même temps : j’ai saisi la perche !

Lucie : Tout comme Isabelle. Pour moi, c’était une première pour un roman jeunesse, mais j’ai l’habitude de le faire pour les romans de mon mari. Cela dit, l’expérience a été très différente ici, car j’ai aussi beaucoup apprécié de pouvoir en discuter avec vous. Comme toujours, on ne voit pas toutes les mêmes choses et c’est enrichissant !

Colette : Je n’avais jamais non plus eu une telle opportunité. J’ai vraiment vécu cela comme un cadeau, une précieuse faveur d’autant plus que je venais de lire plusieurs romans de Séverine Vidal que j’avais vraiment beaucoup appréciés, Des astres et Soleil glacé. Qu’une autrice comme Sévérine Vidal nous confie son texte, c’était pour moi la preuve très concrète que ce que nous faisons A l’ombre du grand arbre compte pour les auteur.e.s.

LiraLoin : Tout comme vous, c’est après l’interview qu’elle nous accordé que, très vite, nous avons été sollicitées pour lire son roman avant publication. J’ai été tout de suite très émue et enthousiaste. En effet, j’avais déjà lu la Drôle d’évasion, Pëppo et L’Été des Perséides.

Que vous a apporté cette expérience ?

LiraLoin : Beaucoup, car c’était une première et j’ai trouvé cette démarche intéressante. Le plus amusant c’était de vous savoir toutes en train de lire le roman, un p’tit lien malgré cette distance. Après, j’étais hyper stressée car pas du tout à l’aise avec l’exercice : j’aime analyser, mais pas critiquer. Je n’ai pas assez confiance en moi pour expliquer à un auteur que tel ou tel passage n’est pas plaisant ou qu’il manque des précisions… Séverine Vidal n’est pas une débutante ! Lorsque j’ai lu vos retours, je me suis sentie un peu naze car les miens n’étaient pas aussi précis que les vôtres. J’ai bien aimé mais je ne suis pas certaine d’être à la hauteur de ce que peut attendre un écrivain.

Colette : J’ai adoré cette expérience car elle a légèrement modifié ma manière de lire ce texte : j’ai été beaucoup plus attentive à la structure du récit, d’autant plus que dans Sous ta peau, le feu, la structure en deux parties est vraiment fondamentale. Savoir que nous participions à un texte en cours d’écriture, une sorte de work in progress, c’était vraiment enthousiasmant intellectuellement : nous étions en quelque sorte en train d’écrire le texte à plusieurs mains et j’ai toujours été très intriguée par les procédures d’écriture collective découvertes lors de mes études de lettres (démarches de l’OULIPO, ou des surréalistes avec les cadavres exquis par exemple). Au-delà de la démarche artistique, il y a aussi la démarche relationnelle qui m’a beaucoup plu : une auteure nous faisait confiance, nous étions toutes en train de lire le même texte, en même temps, de manière unanime, c’est finalement une expérience de vie assez extraordinaire.

Lucie : Je vous rejoins sur le sentiment de légitimité qu’une telle proposition apporte à notre blog, le plaisir de vous imaginer en train de découvrir le texte en même temps que moi (et en avant-première !), nos échanges à son sujet… Mais aussi sur la difficulté à cerner ce que Séverine Vidal attendait réellement de nous. Comme tu le dis Frédérique, ce n’est pas son premier roman : attendait-elle simplement une validation ou des retours sincères ? Et, le cas échéant, qui suis-je pour lui dire que tel personnage agit de manière illogique ? Pas simple de trouver l’équilibre et le ton juste dans le mail que je lui ai envoyé ! En bref, j’ai adoré partager cette expérience avec vous, mais ce n’était pas forcément évident.

Isabelle : C’est vrai que c’est excitant d’avoir dans les mains un texte encore ouvert. J’ai surmonté les questionnements que vous évoquez en me disant que Séverine Vidal s’intéressait à l’avis de celles et ceux à qui ce roman s’adresse : ses lecteur.ice.s. Et en la matière, nous étions légitimes pour lui faire part de notre sentiment, en tant que grandes consommatrices de livres !

En quoi est-ce une expérience de lecture différente d’une lecture de texte publié ?

Isabelle : La demande d’un retour, sur un texte qui pouvait encore bouger a beaucoup modifié ma manière de lire. Je ne me suis pas complètement autorisée à glisser dans l’histoire, me posant en cours de lecture des questions qui n’émergeraient normalement qu’au moment d’écrire mon billet, après avoir terminé le livre (ou même pas du tout) : le récit était-il cohérent sur tous les points ? Bien construit ? Manquait-il quelque chose ? C’est comme ça que j’ai remarqué que si on recoupait les informations sur l’histoire d’Ange, on se rendait compte que ce personnage avait dû prendre une décision très importante à seulement cinq ans. Je n’aurais jamais remarqué cela en lisant “normalement” le roman, mais certain.e.s lecteur.ice.s, notamment les jeunes, peuvent être très attentifs à ce genre de détails. C’est un point que l’autrice a modifié dans le manuscrit final, je suis heureuse si mes remarques ont été utiles.

LiraLoin : J’ai lu avec attention mais je n’ai pas pris le temps d’analyser comme vous l’avez fait et je dois avouer qu’une deuxième lecture aurait eu plus d’impact. Ma première lecture n’a pas suffi pour repérer tous les détails. Comme je le disais, j’avais la pression : qui suis-je pour me permettre de faire des retours ? Je suis restée trop focalisée sur les sensations que m’apportait l’écriture et j’ai eu du mal à me détacher de cette sensation que me procuraient les mots. Si c’était à refaire, j’aborderais ma lecture différemment.

Colette : J’ai vécu cette opportunité comme une occasion de pouvoir faire mes remarques de lectrice en direct à l’auteure, mais pas du tout dans l’esprit d’une correctrice. Je n’ai pas pensé que Séverine Vidal changerait des choses dans son récit et d’ailleurs je n’ai toujours pas lu la version définitive mais à te lire, Isabelle, je comprends que l’auteure a tenu compte de certaines de nos remarques – et j’en suis encore plus honorée ! Pour résumer c’était une expérience de lecture différente parce que je pouvais communiquer avec l’auteure mais comme Frédérique je me suis complètement laissée emporter par les mots, enfiévrée par cette passionnante histoire d’amour naissant et de femmes puissantes !

Lucie : Tout à fait d’accord avec Colette, je l’ai plus lu comme un texte achevé, avec toutefois la possibilité d’émettre quelques petites remarques, mais pas celle d’en modifier la structure ou l’histoire. Là, pour le coup, je ne me serais pas sentie légitime du tout !

Qu’est-ce qui vous a marquées à la lecture, quels sont les aspects sur lesquels vous avez échangé avec l’autrice ?

LiraLoin : J’ai apprécié l’actualité de cette lecture : satané virus ! Un point que j’ai transmis à l’autrice concernait le besoin, de mon point de vue, de plus de descriptions de paysages pour bien ancrer les scènes. Ça commençait bien avec la description du château mais je ne sais pas pourquoi, je m’attendais à plus de détails.

Lucie : Je te rejoins Frédérique. Je n’ai peut-être pas été assez attentive au début, mais je n’avais pas compris où se situait l’histoire : j’ai un peu manqué de descriptions ou d’indices géographiques. Séverine Vidal m’a répondu avoir situé l’action à Lacanau (La Canau, à l’époque), mais elle n’a pas eu envie de tout nommer avec précision. J’ai noté aussi de très jolies phrases et trouvé le parallèle entre les chimères et Ange intéressant : sa situation (n’en disons pas plus ici pour ne pas divulgâcher) est tellement étonnante pour l’époque !

Isabelle : C’est drôle ce que tu dis sur les chimères, c’est un aspect qui m’a interrogée aussi. Je me suis demandé pourquoi le père d’Esmée a des préoccupation aussi particulières (livres en cuir humain – qui ont vraiment existé, je suis allée vérifier, taxidermie, construction de ces fameuses chimères), ou plus précisément quel rôle cela jouait pour l’intrigue. Je n’avais pas pensé à faire ce parallèle avec Ange !
Si quelque chose m’a fait un peu tiquer, ce serait peut-être des doutes quant à la crédibilité d’un homme comme le père d’Ange. Je me suis demandée si la tonalité de certains dialogues marqués par la connivence entre Ange et son père manquait de crédibilité. Les deux évoquent leur époque avec beaucoup d’ironie (« Prête à épouser un beau garçon et le servir, ta vie durant ? »), tout cela me semblait difficile à s’imaginer au XVIIIe siècle. J’ignore peut-être certaines prémisses des idées « féministes », mais il me semble que c’est quelque chose qui se développe de façon aussi explicite plutôt au siècle suivant.

LiraLoin : Je me suis aussi demandé si, à l’époque, même un médecin était aussi ouvert d’esprit.

Colette : L’époque de la narration est celle qui voit la naissance d’Olympe de Gouges, pionnière du féminisme en France, donc il ne me paraît pas incongru que des jeunes gens portent déjà – à voix basse – les réflexions menées par Ange. D’ailleurs ce n’est sans doute pas un hasard si sa mère se prénommait Olympe.

Isabelle : Oui. Mais Olympe de Gouges est vraiment une pionnière. Ce n’est pas facile pour un enfant de médecin élevé par son père à la campagne de penser hors des cases en s’affranchissant de toutes les normes de son époque – beaucoup plus tard, dans un tout autre contexte, Marx avait développé son concept d’aliénation pour susciter des prises de conscience qui semblèrent longtemps impossible malgré des injustices criantes et des situations de facto insupportables. Pour vous donner une comparaison, j’ai trouvé que la prise de conscience et le cheminement vers l’émancipation étaient plus crédibles dans le roman sur Rosa Bonheur : nous sommes cinquante ans plus tard, son père est un Saint-Simoniste et donc formé aux idées progressistes et malgré cela, son discours (apprends la couture pour pouvoir rester indépendante matériellement) doit être replacé dans l’époque pour en saisir tout le côté pionnier. Et Rosa chemine pas à pas.

Comment avez-vous vécu la correspondance avec Severine Vidal ?

Colette : J’ai trouvé cette correspondance très motivante car c’est à cette occasion que j’ai découvert que Sévérine Vidal vivait près de chez moi et surtout dans le village d’une collègue chère à mon cœur qui est très engagée pour la culture. Des liens se sont créés entre nous trois : ma collègue a commandé plusieurs livres de Séverine Vidal pour la bibliothèque de son village, se servant de mes chroniques pour les valoriser et communiquant avec Séverine pour des animations à la bibliothèque. J’ai eu la chance de rencontrer Séverine Vidal au festival Lire en poche de Gradignan et elle m’a tout de suite associée au Grand Arbre et à notre lecture commune de Sous ta peau, le feu. C’est un sentiment tellement agréable que celui d’appartenir à un cercle d’autrices et de lectrices !

Lucie : Comme je l’ai dit, j’étais dans mes petits souliers. Pas facile de trouver les mots justes, faire attention à la sensibilité de l’auteur qui prenait le risque de nous faire lire son roman encore inachevé.

LiraLoin : C’était aussi assez angoissant pour moi, comme une attente de résultat lors d’un entretien d’embauche. Je n’attendais pas grand chose vu le peu de remarques que j’ai pu faire sur mon retour de lecture et c’est pour cela que je n’étais pas à l’aise. Je ne me sentais pas du tout légitime. Mais j’ai été ravie que Séverine Vidal me réponde et prenne en compte mes suggestions.

Isabelle : Je trouve que vous mettez bien en mots ce qu’un tel échange peut avoir de grisant et d’intimidant en même temps. Quand on chronique des livres, on a parfois la chance de pouvoir dialoguer avec l’auteur.ice. C’était la première fois pour moi qu’un tel dialogue se faisait en amont de la publication, mais l’expérience se rapprochait de la situation où un.e. auteur.ice lit notre billet et prend le temps de réagir. Cela fait toujours immensément plaisir et donne l’impression d’être prise au sérieux par celles et ceux qui écrivent nos livres. Ils sont souvent curieux de sonder notre expérience de lecture. En même temps, c’est intimidant comme vous le soulignez. Et cela peut être étrange quand on a lu déjà plusieurs livres parce qu’écrire et lire, c’est quelque chose d’assez intime et que même si on ne se connait pas personnellement, on peut avoir l’impression d’avoir partagé quelque chose d’assez personnel.

Suite à nos échanges, Séverine Vidal a eu la gentillesse de nous répondre de façon individuelle et de nous envoyer un exemplaire de son roman paru en août avec cette dédicace.

Sans oublier notre collectionneuse de papillons, Colette…

La dédicace finale a-t-elle eu une résonance particulière pour vous ?

LiraLoin : Une très grande fierté m’a envahie, celle d’appartenir à ce groupe de blogueuses : A l’Ombre du Grand Arbre. C’était la première fois aussi que mon prénom était cité en remerciement. J’ai été très touchée.

Colette : D’une certaine manière oui, car j’ai été oubliée par l’éditeur dans la dédicace ! Je pense que je ne m’en serais pas rendu compte mais Séverine Vidal y a été très attentive et me l’a signalé par mail. J’ai trouvé cette attention assez exceptionnelle. Le plus important me semble-t-il, comme le disait Lucie, c’est la reconnaissance du travail mené ensemble à l’ombre de notre grand arbre : lire Sous ta peau, le feu en avant-première a été une aventure très fédératrice ! Et je suis prête à recommencer !

Lucie : J’ai trouvé cette attention très sympa, et surtout me retrouver citée avec vous, en collectif (même s’il manquait Colette qui avait partagé cette lecture avec nous) m’a vraiment plu. Petite fierté partagée. J’espère avoir l’occasion de renouveler l’expérience !

Merci encore à Séverine Vidal pour sa disponibilité et sa gentillesse !

Pour finir de vous donner envie de lire Sous ta peau, le feu, n’hésitez pas à lire les avis complets de Linda, Isabelle et Lucie !


Lecture commune : Incroyable !

Incroyable de Zabus & Hippolyte, Dargaud, 2020.

Cet été, Colette la collectionneuse de papillons, Isabelle de L’île aux trésors et Frede Liraloin se rencontraient lors d’une journée plage et librairie autour de la littérature de jeunesse. De ces échanges, l’envie est née de proposer une prochaine lecture commune autour de la bande dessinée. Véritable coup de cœur pour Liraloin, Incroyable ! nous a fait rencontrer un personnage tout à fait original qui nous a entraînées dans une histoire… incroyable. Pour en savoir plus, c’est ci-dessous que se déroule la discussion…

******

LIRALOIN : Qu’avez-vous pensé de la couverture ? Quel genre d’histoire peut en émerger ?

LUCIE : Tous ces livres, ça m’a immédiatement donné envie de m’y plonger ! On sent bien l’atmosphère de (vieille) bibliothèque avec ces tons chaleureux jaunes et marrons. Il y a ces étoiles et ces planètes dont on se demande un peu ce qu’elles font là, pour moi elles annonçaient un personnage rêveur. Mais il y a aussi cet enfant seul sur lequel plane une ombre démesurée, peut-être inquiétante… Bref, une couverture intrigante à tous points de vue et aucune idée de l’histoire qui pouvait en émerger !

COLETTE : J’ai complètement craqué sur cette couverture : ce tout petit personnage au milieu de ces immenses murs de livres, je l’ai vu comme une invitation aux voyages, multiples et fascinants, que peut offrir la littérature. J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour les bibliothèques et notamment pour celles que l’on peut voir dans certains films où les livres montent jusqu’au plafond. L’exclamation du titre Incroyable ! a rajouté à ma fascination. J’ai adhéré tout de suite ! Mais j’ai été complètement surprise et déroutée par ce que j’ai trouvé derrière cette couverture. Ce n’était pas du tout l’histoire à laquelle je m’attendais !

LIRALOIN : Pour ma part, j’ai été de suite attirée par cette immense bibliothèque et ce personnage tellement petit au milieu de ces volumes ! Je n’ai pas repéré l’univers en bas de page. Du moins, je n’y ai pas fait assez attention. Et pourtant, ce détail a toute son importance.

ISABELLE : Moi non plus, je n’ai pas vu tout de suite les étoiles. Mais j’ai été happée par cette couverture lumineuse, la délicatesse du trait et la mignonnerie du minuscule lecteur. Colette, est-ce que tu faisais référence à la quatrième de couverture quand tu disais avoir été surprise ? Parce que je vous avoue que de mon côté, je n’ai pas été attirée par le résumé qui parle de TOC et d’hypocondrie et qui m’a semblé annoncer quelque chose de pesant. Heureusement que je me suis fiée à vos impressions, il aurait été dommage de rebrousser chemin !

COLETTE : Isabelle, je faisais référence à la multitude de livres sur la couverture qui pour moi annonçait une histoire sur le plaisir de lire… alors que ce n’est finalement pas du tout le sujet.

LIRALOIN : Maintenant, il nous faut parler de ce drôle de prologue ! Il est étonnant, décalé, drôle et donne un ton particulier, non ? Qu’en avez-vous pensé ?

ISABELLE : Tout à fait d’accord, voilà une entrée en matière tout à fait intrigante. Le narrateur nous parle de l’histoire et nous invite à l’inspecter d’abord “de l’extérieur”, brossant le décor (savoureusement belge), listant les personnages comme au début d’une pièce de théâtre, dont bien sûr le petit Jean-Loup. On prend une distance par rapport au récit avant d’y plonger. C’est un peu vertigineux lorsque le narrateur attire notre attention sur la conjonction improbable de contingences qui conduisent à la présence du petit bonhomme dans la bibliothèque où tout commence. Et en introduisant “l’accessoire” de la peau de banane assortie d’une citation de Tchekov qui suggère qu’elle aura forcément un rôle-clé, les auteurs placent le récit sous tension, avant même qu’il ne commence. J’ai trouvé ça malin et réjouissant.

LUCIE : J’ai beaucoup aimé aussi cette manière de nous inviter à découvrir le contexte de l’histoire. Et c’est une introduction décalée mais pertinente, car la Belgique (en tout cas son roi) va jouer un rôle déterminant et cette réflexion sur les conditions nécessaires à la naissance de Jean-Loup est vraiment liée à son mode de pensée.

COLETTE : Je soulignerais en plus le style graphique d’Hippolyte qui tient lui aussi du savant équilibre : sa manière de cadrer, son trait un peu flou, son utilisation de la couleur – parfois très peu, parfois beaucoup – , sa manière singulière d’utiliser le blanc de la page, de ne pas dessiner de cadre autour des vignettes, de ne pas délimiter les choses, introduit de manière esthétique tout ce qui va faire la poésie de Jean-Loup. Et quel bonheur de terminer le prologue sur ses deux pages teintées d’ocre avec cette fabuleuse bibliothèque de l’école St Vincent, celle-là même qui me fascinait déjà sur la couverture !

LIRALOIN : Le prologue se joue dès la couverture intérieure, cette poignée de porte avec un prénom et deux étoiles. Est-ce celui du personnage qui est sur la première de couverture ? Puis cette page de titre et oui, on retrouve cette petite tête blonde “qui plane dans le cosmos”… qui en dit long sur ce qui va se jouer ensuite. Quelle entrée en matière que ce levé de rideau ! Enfin quelle joie que cette histoire se déroule en Belgique, pays frontalier de mon enfance. Oui, tout à fait, c’est décalé et astucieux et longtemps dans ma lecture j’ai attendu “le moment de la banane” en référence à Tchekhov et enfin le lecteur comprend que ce p’tit gars s’appelle Jean-Loup et qu’il plane réellement.
Après le prologue, on a cette première formidable page d’ouverture de chapitre, en noir et blanc, qu’on retrouvera tout au long de la BD et qui témoigne d’une certaine virtuosité en matière de dessin ! J’ai adoré ces planches, presque documentaires, si élégantes ! Et vous ?

ISABELLE : Nous avons adoré aussi ces planches. La curiosité semblait déjà à son comble à la fin du prologue, elle monte encore d’un cran quand on tombe sur cette Fiche 965 qui semble effectivement tirée d’un ouvrage documentaire. Outre l’élégance du dessin, dont tu parlais, nous voilà confrontés, au fil de l’intrusion de ces fiches dans le récit ici et là, à des faits étourdissants et fascinants. Car là se trouve le fil conducteur – les fiches, c’est le grand dada de Jean-Loup…

COLETTE : Concernant les fiches, les informations que nous apprenons sur les acariens par exemple dans la fiche 2441, ont fait le tour de la famille ! Elles ponctuent le récit avec un humour décalé tout à fait délectable.

LUCIE : Pareil, nous avons beaucoup apprécié ces fiches. Les informations sont présentées avec un aspect concret qui plaît bien. Par exemple, cette première “fiche 965” (déjà ce nombre qui donne une idée de la passion de Jean-Loup !) ne se contente pas des “deux millions cinq cent mille litres de sang”, elle fait le lien avec les 4 piscine olympiques qui permettent de visualiser la quantité.

LIRALOIN : Comment avez-vous abordé la lecture du premier chapitre ? Est-ce que cela n’a pas été trop pesant?

COLETTE : Je me souviens surtout que je me suis demandée dans quel genre de narration je m’étais embarquée. Je n’arrivais pas vraiment à voir où les auteurs voulaient nous mener, c’était très intriguant ce petit bonhomme plein de TOC, si seul et pourtant tellement habité par ses fantômes, fantômes mystérieux, un brin absurdes, que ce soit son grand-père paternel ou le roi des belges. J’ai vraiment apprécié la manière dont les auteurs ont rendu palpable la vie intérieure et tourmentée de Jean-Loup. Et j’ai surtout totalement adoré la manière dont cet enfant résiste. Résiste à quoi ? Au chapitre 1, c’est encore un mystère…

LUCIE : Je ne savais pas trop à quoi m’en tenir : Jean-Loup est-il un enfant à l’imagination débordante qui met en place des challenges et des jeux sur la route du retour ? Ou est-ce plutôt des TOC envahissants qui le contraignent ? C’est à la page 17 que l’on se rend compte que ce n’est pas un jeu et que cette histoire de points a vraiment de l’importance pour Jean-Loup. Cela installe une certaine tension, qui s’accentue avec le “Papa sera content. Ou du moins, il ne se fâchera pas” et augmente encore avec cet ancêtre atroce qui lui dit cette phrase horrible “Tu es la honte de la lignée paternelle”.
Je te rejoins, Colette, les auteurs ont réussi à vraiment transmettre le désordre intérieur qui secoue Jean-Loup. Heureusement qu’il y a ce roi des Belges pour alléger l’atmosphère !

LIRALOIN : Tout comme vous j’ai été un peu mal à l’aise avec ce chapitre, c’est lourd cet héritage familial : être quelqu’un, devenir quelqu’un. Ce qui me frappe le plus, c’est cette solitude. Une solitude si pesante que Jean-Loup s’invente des personnages dont un cruel pour un enfant de son âge. Oui heureusement que le Roi des belges tant apprécié détend l’atmosphère.

ISABELLE : Je ne dirais pas pesant pour ma part. Plutôt déconcertant : on ne sait pas trop sur quel pied danser face à cet adorable énergumène. S’il s’agit d’un jeu, de troubles alarmants, d’une imagination absolument débridée ou, comme tu le disais Colette, d’une stratégie de résistance. On ne sait pas s’il faut pleurer, mais le rire n’est pas loin non plus.

LIRALOIN : Justement parlons un peu d’humour et comme le dit très bien Isabelle, on ne rigole pas pour le moment même si des situations font sourire comme les tocs de notre jeune héros. Le chapitre 2 nous fait entrer dans l’histoire autrement rien qu’avec l’évocation de la fiche 2639. Qu’en pensez-vous ?

COLETTE : La mort semble avoir une place prépondérante dans les préoccupations de notre jeune héros, mais sa manière de l’aborder à travers ses recherches sur les rites funéraires est vraiment passionnante ! Quant à l’humour, tu as raison, il s’immisce ici et là, dans la page d’ouverture du chapitre 2 – vive la trivialité qui nous fait redescendre sur terre- et dans les apartés du narrateur qui nous invitent à mettre de la distance et à ne pas sombrer dans le pathétique qui caractérise quand même le quotidien de Jean-Loup.

ISABELLE : Je vous rejoins, bien sûr, sur le fait que le quotidien de Jean-Loup s’avère tout de suite assez alarmant, mais j’ai trouvé que le rire était là aussi dès le tout début – au plus tard avec l’intrusion du roi des Belges dans l’histoire ! Son surnom, sa façon étrange de parler, sa manière ironique de célébrer la Belgique, et bien sûr les petites remarques du narrateur dont tu parlais Colette, tout cela est drôle et l’on rit d’autant plus volontiers que le contexte est angoissant. Tout cela va monter crescendo, mais en restant bien dosé. Alors que les défis de Jean-Loup se corsent, l’humour prend un autre tour avec la fiche 2639 que l’on va retrouver par la suite et qui confine au burlesque (je pense notamment à la scène dans les toilettes du palais).

LUCIE : Ce deuxième chapitre est très riche ! La trivialité de la fiche 2639 est effectivement assez représentative du ton de cette BD. On aborde des sujets graves, mais on ne se prend pas au sérieux, et l’humour permet clairement de désamorcer les tensions. Parce que niveau pathétique, il y a quand même du dossier entre ce père qui multiplie les “attends une minute Jean-Loup, j’arrive“, la résolution du mystère autour de cette boite et le mystérieux coup de téléphone qui semble récurrent. C’est confirmé, cet enfant n’est vraiment pas aidé !
Heureusement, l’exposé faussement improvisé, la passion de Jean-Loup pour ce sujet macabre emporte toute la classe le révèle, d’une certaine façon. Les ailes et l’élan que donne la réussite est vraiment bien transcrite je trouve. On a l’impression que Jean-Loup est enfin libéré, au moins pour ce moment, de tout ce qui lui pèse.
Vous souvenez-vous ce que vous avez pensé des coups de téléphone ?

ISABELLE : Le téléphone qui sonne sans personne d’autre au bout du fil d’une respiration faible contribue encore à instaurer un climat inquiétant. Je me suis demandée si j’avais à faire à un scénario de film d’horreur dans lequel quelqu’un s’attacherait à persécuter le pauvre Jean-Loup ou si c’était encore un effet de son imagination. Dans les deux cas, le malaise est là.

LIRALOIN : Mais justement l’humour prend le pas et Lucie a raison, la légèreté s’installe : “rentrant chez lui… Jean-Loup est tellement content… qu’il vole dans le ciel, embrasse les passants et engueule son père qui ne prend jamais le temps de l’écouter ! “, cette pleine page est un peu “tromperie sur la marchandise” ou “chasser le naturel, il revient au galop”, les angoisses reprennent le dessus.
Est-ce que vous pensiez, à ce moment de l’histoire, que Jean-Loup allait s’en sortir. Est-ce que l’arrivée du Parrain change les choses ?

LUCIE : Mais oui, l’arrivée du parrain change tout ! Bon, je ne suis pas très objective, j’adore ce personnage, mais quand même : enfin un adulte qui se préoccupe de Jean-Loup. À sa manière, maladroite, avec un humour bien gras et des goûts musicaux douteux, mais heureusement que ce parrain est là !

COLETTE : Comme Lucie, j’adore le personnage du parrain. Je trouve que ce parrain tient le merveilleux rôle de “consoleur”.

ISABELLE : Ce parrain, c’est aussi un peu tout le contraire de ce qu’on a vu jusque-là. La vie de Jean-Loup est solitaire, silencieuse et peuplée d’angoisses, son parrain est exubérant, volumineux et insouciant. Son intrusion bruyante détonne !

LIRALOIN : Son arrivée dédramatise la vie de Jean-Loup, je dirais : enfin une personne qui l’aime. Un instant le lecteur oublie le père hyper occupé et l’absence de la maman. Heureusement qu’il est là notre parrain rigolo !

ISABELLE : Cette BD est pleine de philosophie, non ? Il me semble que c’est quelque chose qui la traverse de bout en bout, j’aurais été intéressée d’avoir votre ressenti là-dessus !

LUCIE : Autant j’ai senti la résilience et la force de vie de Jean-Loup en dépit de toutes les difficultés auxquelles il fait face et aimé le rôle donné aux petits riens (la peau de banane, l’acarien…) autant je suis passée totalement à côté de la philosophie que tu évoques.

ISABELLE : Je faisais référence aux réflexions du narrateur et de Jean-Loup sur ce que la vie a de contingent. Dès le prologue, on est invité à s’étonner de la suite prodigieuse d’événements improbables qui aboutissent à l’existence-même de Jean-Loup. Il y a vers le milieu de la BD cette parenthèse philosophique. Cette exaltation sur ce que la réalité a d’incroyablement contingent revient dans les dernières pages, après le passage de la comète et dans le discours final. Tout cela a vraiment quelque chose de réconfortant, comme si les auteurs nous chuchotaient de ne jamais désespérer : la vie n’est-elle pas faite des développements les plus inattendus ? On peut avoir l’impression que le sort et les déterminismes (incarnés ici par l’ancêtre qui assène ses convictions sur ce qu’on fait et ne fait pas dans cette famille) s’acharnent, il faut se dire que le moindre petit acarien présent au bon endroit et au bon moment, la moindre petite peau de banane de Tchekov peut TOUT changer.

LIRALOIN : Je comprends ce que veut dire Isabelle, oui cette BD est très philosophique car pleine d’espoir. L’espoir de pouvoir réussir à dépasser ses névroses, à accepter d’avoir sa propre personnalité sans ressembler à son père ou sa mère !

LUCIE : Je vois aussi Isabelle, maintenant ! C’est peut -être ce à quoi l’Incroyable du titre fait référence d’ailleurs. Incroyable que nos ancêtres se soient rencontrés successivement pour aboutir à notre existence, incroyable comme un détail peut changer notre vie…
Et, je vous rejoins : beaucoup d’espoir. Heureusement vu la situation dans laquelle on découvre Jean-Loup !

COLETTE : J’ai pensé à tous les petits gestes de Jean-Loup que j’ai qualifié de toc dès le départ alors qu’en fait ils peuvent être vus comme des rituels qui assurent Jean-Loup et le rassurent, qui lui permettent de se lancer et d’avancer. Finie la vision misérabiliste de notre petit héros et vive cette vision enthousiasmante de la magie qu’il a su mettre dans sa vie malgré la solitude ! Je me suis dit que j’avais encore beaucoup de choses à apprendre de notre jeune héros.

LUCIE : Cela dit, il me semble qu’on est au-delà du rituel rassurant parce qu’il se met une grosse pression pour réussir ses challenges. Plus que les petits “jeux” qu’on peut mettre en place sur un trajet régulier, c’est cet aspect qui m’a questionnée tout de suite.
Nous qui vivons en république, nous ne sommes pas familières du rapport aux monarques. J’ai trouvé que Jean-Loup avait une relation très particulière au roi des Belges : il lui écrit, c’est la forme de son compagnon imaginaire, il compte sur lui pour trouver le sujet de son exposé… C’est un lien plutôt personnel, et il ne me semble pas que l’on ait ce type de rapport avec un président. Est-ce que ça vous a interpellées vous aussi ?

LIRALOIN : Je n’ai pas été plus étonnée que ça, les belges sont très attachés à leur roi. Après je dirais que son attachement est autre, comme Jean-Loup souffre de l’absence de ses parents, il le manifeste ainsi, en s’imaginant avec lui. Il est une figure paternaliste en quelque sorte.

COLETTE : J’ai trouvé cette relation très positive. Je me souviens avoir vu un épisode de Nus et culottés où Mouts et Nans, les deux protagonistes, étaient en Belgique et devaient rencontrer le roi des belges pour manger des chocolats avec lui. Et ils ont pu très facilement rencontrer des ministres belges, qui prennent le métro ou sortent dans la rue comme tout le monde. J’ai trouvé ça formidable, cette proximité dirigés/dirigeants.

LIRALOIN : Tout comme nous l’indique la fiche 2752, les hommes modernes n’occupent que 0.0001% de l’histoire de la Terre. Finalement celle de Jean-Loup n’est qu’une toute petite histoire d’enfant parmi tant d’autres et pourtant elle a bien alimenté nos conversations. Qu’allez-vous retenir de l’aventure de ce petit gars sur Terre ?

LUCIE : Je retiendrai cette espérance qui se dégage de la fin. Quand on rencontre Jean-Loup il cumule les difficultés familiales notamment mais pas que. Et en quelques jours, en quelques rencontres, il perçoit de la lumière. Tout n’est pas résolu pour autant, mais j’ai été soulagée de le quitter mieux accompagné et armé pour la suite. C’est une jolie histoire de résilience.

ISABELLE : Oui, l’humanité semble dérisoire, mise en perspective par rapport l’univers dans son entier. Et ce petit garçon plus minuscule encore. Mais justement, ses réflexions nous invitent à nous émerveiller des millions de petits hasards qui, parmi l’infinité des possibles, ont fait qu’on soit là tel qu’on est. Et à nous réconforter, quand la vie se montre dure, à l’idée des hasards futurs qui peuvent faire bifurquer la vie dans de chouettes directions.

COLETTE : Ce que je retiendrai c’est la force créative de ce petit humain que la vie malmène. Une force créative qui permet de sublimer l’obscurité de l’existence.

******

Et vous, avez-vous lu Incroyable ?

Nos coups de cœur de novembre

Sous les belles branches de notre grand arbre fleurissent chaque mois des lectures inoubliables. Découvrez les livres qui ont fait chaviré nos cœurs de blogueuses en ce mois de novembre !

******

Pour Liraloin c’est un voyage hypnotique qui emporte le coup de cœur pour ce mois-ci. Il s’agit d’Odyssée de Peter Van Den Ende publié chez Sarbacane en 2020. Il s’agit d’un premier album.

Cet album sans texte est une formidable aventure à travers les mers. Les illustrations en noir et blanc pleine page soulignent une atmosphère propice à la rêverie.  Une route longue et fantastique s’ouvre devant un si petit bateau en papier, cet origami plié par des générations d’enfants. Justement, Peter Van Den Ende invite le lecteur à voyager dans son imagination, à trouver dans son odyssée des créatures qui rassurent ou qui font peur pour cheminer et arriver à bon port afin de grandir en étant son propre capitaine.

Odyssée de Peter Van Den Ende, Sarbacane, 2020

******

Chez Lucie, la sortie du deuxième tome d’Alma de Timothée de Fombelle était attendu avec impatience.

Si comme eux vous avez envie de retrouver les personnages qui vous ont fait vibrer, suivez leurs aventures entre la France, l’Afrique, l’Amérique et l’Australie dans un grand jeu de piste comme sait si bien en concevoir cet auteur malicieux. Alma : l’enchanteuse est un enchantement !

Alma : l’enchanteuse de Timothée de Fombelle, Gallimard Jeunesse, 2021.

Son avis ICI.

******

J’en rêvais depuis longtemps a aussi attiré l’attention de Lucie et de son fils. Par son format inhabituel tout d’abord, mais surtout par son contenu. Outre les illustrations toujours expressives et réjouissantes d’Olivier Tallec, il joue ici avec l’identité du narrateur de manière très amusante.

J’en rêvais depuis longtemps d’Olivier Tallec, Actes Sud Junior, 2021.

Son avis ICI.

******

Pour Blandine, le choix ne fut pas facile tant novembre lui a fait battre le cœur. Puisqu’il faut bien choisir, voici les deux livres qui résonnent particulièrement!

Le Passeur de fantômes – Tome 1. Alain GROUSSET et Johan HELIOT. Éditions Auzou, 2018

Malo emménage dans une nouvelle maison, que l’on dit hantée… à raison. Il y fait la connaissance de Jérémy, fantôme d’un garçon de son âge, amnésique et qui ne peut aller dans l’au-delà. Avec l’aide de Silène et d’Octave, son aïeul fantôme d’un Poilu de 1914, il lui vient en aide et se découvre un pouvoir.

Ce roman aborde des thèmes forts comme l’amitié, la culpabilité et l’entraide avec un peu d’Histoire Surtout, il nous permet d’entrevoir un univers riche autour de l’occultisme, sans aspect effrayant.

Son avis complet ICI.

*****

Les Croques – Tome 3
Léa MAZÉ. Éditions de la Goutière, 2020

Les Croques, ce sont Céline et Colin, deux jumeaux turbulents, harcelés au collège en raison du métier de leurs parents, croque-morts, et délaissés par ces derniers trop pris par leurs difficultés. Renvoyés une énième fois, les jumeaux se mettent en tête de résoudre un mystère après avoir vu des marques étranges sur certaines tombes… Ils s’attendaient à vivre une aventure palpitante, les voilà plongés au cœur d’une enquête haletante et pleine de dangers.

Avec son triptyque, Léa Mazé nous happe tout du long et nous plonge dans un thriller au cadre atypique: un cimetière! Elle joue sur les apparences et les cadrages, son travail autour des couleurs est magnifique. Nous sommes maintenus en haleine et ce troisième tome, avec sa double chute, clôt parfaitement la série!

L’avis complet de Blandine ICI.

******

C’est un voyage au Bois de Burrow qui a conquis Linda. Thibault Guichon utilise la fable animalière pour dénoncer les travers de notre société moderne : fashion addict, surconsommation ou encore addiction aux réseaux sociaux sont pointées du doigt dans un texte plein de poésie et d’humour. Superbement illustré par Frédéric Pillot dans un style noir et blanc proche des gravures du XIXe siècle, cet album très grand format est aussi un très bel objet-livre.

Les Fabuleuses Fables du Bois de Burrow de Thibault Guichon, illustrations de Frédéric Pillot, éditions Little Urban, 2021.

Son avis complet est ICI.

******

Pour Colette, le mois de Novembre fut l’occasion de renouer avec la Bande-Dessinée. Et c’est avec Nowhere girl de l’auteure Magali Le huche, qu’elle suit depuis si longtemps avec ses petits pilotes, qu’elle a redécouvert les plaisirs enchantés de ce genre si créatif. Dans Nowhere girl, Magali Le huche raconte son adolescence, et plus précisément son entrée au collège. Et l’impossibilité de s’y sentir en sécurité. Seule la musique, seuls les Beatles vont lui permettre d’ouvrir une brèche enchantée dans son quotidien angoissant. C’est avec eux, qu’elle traversera les route qui mène à l’âge adulte, confiante en ses dons, en sa créativité.

Nowhere girl, Magali Le huche, Dargaud, 2021.

Son avis complet est ici.

******

Isabelle n’a fait que des belles pioches ce mois-ci. En album, elle s’est régalée avec Tombée du ciel, la nouvelle pépite des frères Fan, dont on aime toujours autant la proposition esthétique et philosophique. Cette fable autour d’une Merveille colorée qui serait tombée du ciel dans un pré d’herbes folles évoque joliment ce que peut provoquer en nous la rencontre avec l’inconnu : la curiosité, la perplexité, les questionnements métaphysiques ou spirituels, la gourmandise ou la convoitise… Elle nous interroge sur les manies humaines de vouloir s’approprier et marchandiser tout ce qui pourrait rester commun. Un album à couper le souffle, entre poésie, perche tendue à notre conscience et hymne au partage.

Tombée du ciel, des Fan Brothers, Little Urban, 2021.

L’avis d’Isabelle ICI

Et en roman, Isabelle et son moussaillon cadet ont adoré lire à voix haute le deuxième tome de la série Angie ! de Marie-Aude et Lorris Murail. Une enquête policière de haut vol portée par des personnages qu’on est ravi.e de voir retrouver et voir évoluer. L’intrigue s’inscrit à la fois dans notre époque de pandémie et dans le temps long de l’histoire du Havre. Tout cela est pimenté d’humour et porté par une plume énergique, vivante et très visuelle. Un roman plein de vie !

Souviens-toi de septembre ! de Marie-Aude et Lorris Murail. L’école des loisirs, 2021.

Son avis complet ICI

******

Et vous, qu’avez-vous lu de beau ce mois-ci ?

Lecture d’enfant #38 : La Maison aux 36 clés

Il y a quelques semaines, Lucas et moi avons lu La Maison aux 36 clés de Nadine Debertolis publié chez Magnard jeunesse. Ce roman avait été proposé par Blandine du blog Vivrelivre dans la sélection Grandes Feuilles du Prix ALODGA. Voici ce qu’en pense un jeune lecteur de treize ans !

La Maison aux 36 clés de Nadine Debertolis, Magnard jeunesse, 2020

Que t’évoque la couverture ? Qu’attends-tu comme style de livre en y regardant de plus près ?

Je n’ai pas tout de suite été attiré par la couverture. La maison est intrigante, tout de même. On se doute que l’action va se passer à la campagne à cause de la frise ornementale. Je me suis dit que cette histoire serait d’un style fantastique à cause des plantes justement.

Que penses-tu de la relation entre Tessa et Dimitri ?

Ils s’entendent bien. Tessa est très fonceuse et taquine souvent son frère. C’est une relation réelle et c’est « fantastique » d’être complice comme cela.

Est-ce que tu as eu peur en lisant cette histoire ?

Il y a beaucoup de suspense et l’histoire est bien menée mais je n’ai pas eu peur. Une découverte appelait une autre découverte, ce qui donnait envie de continuer la lecture !

Est-ce que toi aussi tu aimerais découvrir un secret de famille ?

Oh oui ! Ça doit être génial de partir à l’aventure !

Que penses-tu de ce livre ? A qui le recommandes-tu ?

Il est pour tout public. Pour les enfants à partir de onze ans voir dix, s’ils sont bons lecteurs. J’ai beaucoup aimé ce roman !

Merci Lucas !

Retrouvez l’avis de Blandine ici.

Nos classiques préféré.e.s : s’émerveiller avec Jean-Claude Mourlevat !

Jean-Claude Mourlevat est un auteur prolifique qui se renouvelle de façon étonnante : ses écrits revisitent les genres du conte, de la fable, du polar et de la dystopie. Il ravit ses lecteur.ice.s dans tous les registres grâce à sa plume vive, son art de conteur et son talent pour nous interroger sur les sujets les plus percutants. À tel point qu’il a reçu récemment le prix Astrid Lindgren, considéré comme le Prix Nobel de littérature jeunesse (nommé d’après une autrice dont nous avons d’ailleurs eu l’occasion de parler par ici). Un prix qui contribue à rendre visible à l’international la richesse inouïe de la littérature jeunesse francophone, mais qui nous invite surtout à (re-)découvrir les livres de cet auteur. Un billet s’imposait dans notre série sur les “classiques” de la littérature jeunesse !

Vous connaissez le principe : chacune de nous choisit un titre qu’elle a particulièrement aimé et vous dit pourquoi.

Jean-Claude Mourlevat, source : son site Internet

******

Lucie a envie de mettre en avant La Troisième Vengeance de Robert Poutifard. Voilà pourquoi !

La Troisième Vengeance de Robert Poutifard de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard Jeunesse, 2004.

– Parce que c’est le roman de Jean-Claude Mourlevat préféré par son fils (pour le moment !)
– Que l’on soit élève ou enseignant, ce roman est un délicieux jeu de massacre.
– Parce que Robert Poutifard ne déteste pas seulement ses élèves mais aussi ses collègues, et que ses commentaires in petto sont hilarants.
– Parce que les enfants peuvent se montrer particulièrement cruels et que les effets de la méchanceté ne sont pas anodins.
– Pour les trois machinations mises en place, qui sont tout simplement diaboliques.
– Pour Bourru, le chien du cousin garagiste de Robert, à pleurer de rire.
– Parce que Poutifard a beau être animé par la vengeance, il est humain et particulièrement attachant.
– Parce que la vengeance qui compte réellement, comme le titre l’indique, c’est la troisième qui apporte compréhension et pardon.

******

Comment ne pas braquer tous les projecteurs sur Cornebique et entonner en cœur sa ballade ? Pour Isabelle, les arguments sont multiples et convergents !

La ballade de Cornebique, Jean-Claude Mourlevat, Gallimard, 2003.

– Pour l’irrésistible bouc Cornebique, gaillard tout en jambes, doté d’un solide appétit, d’une bonne dose d’auto-ironie et d’un cœur tendre à souhait.
– Par ce que Jean-Claude Mourlevat est un conteur hors-pair qui place ce récit sous haute tension.
– Pour les émotions fortes qui nous font passer du rire aux larmes…
– … et pour le son entraînant et émouvant du banjo qui fait écho à nos états d’âme et nous donne envie de danser.
– Pour les frasques de Cornebique dont l’esprit de compétition, la fantaisie et la liberté vont droit au cœur des enfants (même ceux qui sont adultes).
– Pour les dialogues, trésors d’humour et de répartie.
– Évidemment, pour le savoureux concours d’insultes.
– Et pour la convivialité de ce roman où tout s’arrange toujours autour d’un repas chaud.

******

Pour Linda, la fable animalière Jefferson est une invitation à voyager, à rêver, à penser mais aussi à rire. Voilà quelques raisons de le mettre en avant.

Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard jeunesse, 2018.

– Parce que c’est le roman préféré de ma fille, celui qu’elle relit régulièrement, qu’elle chérit comme un doudou,
– Pour cette couverture toute simple qui nous présente Jefferson, et son résumé qui dévoile juste ce qu’il faut de l’intrigue (avec humour) pour donner envie d’en savoir plus,
– Pour son intrigue policière qui prend la forme d’un voyage parfois terrifiant,
– Pour les valeurs d’amitié et de joie de vivre qui dominent,
– Pour ses personnages animaliers qui, caricaturant les humains, dressent des portraits touchants et drôles,
– Pour le questionnement sur notre rapport aux animaux et sur leurs droits,
– Parce que derrière ce questionnement humaniste et écologique, l’histoire n’en reste pas moins bourrée d’humour,
– Parce qu’un bon polar c’est aussi une enquête qui nous entraîne à l’aventure en laissant de la place au suspens,
– Enfin, parce que Jean-Claude Mourlevat, tout simplement.

******

Pour Liraloin, l’épopée contée du roman Le Chagrin du Roi Mort emporte très loin l’imagination du lecteur aventurier !

Le Chagrin du Roi Mort de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard jeunesse, 2009

– Pour cet incipit : « Je dédie ce roman, une fois n’est pas coutume, à mes camarades de littérature, celle qu’on dit «de jeunesse ». »
– Pour ce titre, genèse de ce conte qui va se dérouler sous vos yeux.
– Pour l’amour, ce sentiment humain dont l’essence enveloppe nos héros.
– Pour la sorcellerie, ligne directrice parfaitement orchestrée.
– Pour les deux parties de l’histoire : l’enfance si douce et mystérieuse / la guerre : combats fraternels et l’amour possible ou impossible ?
– Pour le sort tragique d’une mère légitime ou non.
– Pour le combat d’un père qu’il soit légitime ou non.
– Pour le souffle court d’Aleks lorsqu’il évoque Lia (une série de chapitres dont les voix résonnent très longtemps)
– Pour les quelques pages impossibles à terminer par peur de la chute, d’un réveil trop brutal.
– Pour cette histoire qui restera longtemps à vibrer.

******

Pour Colette, Mourlevat c’est la magie de La Rivière à l’envers avant tout !

La Rivière à l’envers, Jean-Claude Mourlevat,PKJ, 2009

– Parce que les quelques mots du prologue sont juste… parfaits ! “L’histoire que voici se passe en un temps où l’on n’avait pas encore inventé le confort moderne. Les jeux télévisés n’existaient pas, ni les voitures avec airbags, ni les magasins à grande surface. Or ne connaissait même pas les téléphones portables ! Mais il y avait déjà les arcs-en-ciel après la pluie, la confiture d’abricot avec des amandes dedans, les bains de minuit improvisés, enfin toutes ces choses qu’on continue à apprécier de nos jours. Il y avait aussi, hélas, les chagrins d’amour et le rhume des foins, contre lesquels on n’a toujours rien trouvé de vraiment efficace. Bref, c’était… autrefois.
– Parce que tout commence dans une épicerie, une épicerie qui est un véritable petit royaume de poésie.
– Pour l’incroyable foisonnement du merveilleux qui se niche entre ces pages : de la Forêt de l’oubli à la prairie des Parfumeurs, ce récit explore le moindre recoin du pays des merveilles !
– Parce qu’il y est question d’amour, d’amour naissant, un amour qui ne se dit jamais explicitement, mais un amour qui engage et qui emmène.
– Parce que Tomek est le héros par définition : courageux, vaillant, droit, sincère.
– Parce que son pendant féminin, Hannah, est l’héroïne par définition : courageuse, vaillante, droite, sincère.
– Parce que le style de Mourlevat y est précis, limpide, d’une clareté aussi lumineuse que celle de l’eau de la rivière Qjar.
– Parce que la chapitration du roman a permis à nombreux de mes élèves, même petits lecteurs, de se lancer dans une lecture longue, un défi qui n’est pas mince à relever !
– Pour ce processus ingénieux de la double narration, celle de Tomek, dans un livre, celle d’Hannah dans l’autre, un processus qui nous invite à changer de point de vue, à relire sans cesse, à ne jamais être trop sûr de soi. Une belle leçon d’humilité en somme. De poésie aussi.
– Pour les moments précieux que sa lecture à voix haute m’a permis de vivre au côté de mon fils aîné qui en avait livré, jadis, ici même, sa lecture d’enfant.

******

Et vous, avez-vous lu Jean-Claude Mourlevat et lequel de ses romans auriez-vous choisi de mettre en avant ?