Le Prix Vendredi est de retour !

Le Prix Vendredi devait être décerné le 2 novembre, mais nous venons d’apprendre qu’en soutien aux métiers du livre durement touchés par le nouveau confinement décidé cette semaine, la décision du jury ne sera connue que lorsque les librairies pourront rouvrir ! En attendant, nous partageant avec vous comme l’année dernière nos avis sur les dix romans sélectionnés pour cette quatrième édition !

******

Âge tendre est un roman atypique. Il se donne à lire comme… le rapport de stage de service civique de Valentin. Une expérience inoubliable qui nous entraîne, à sa suite, dans un établissement de soin à des personnes atteintes d’Alzheimer au concept peu commun : il s’agit de reconstituer le décor de leur jeunesse. Autrement dit, les années 1960 ! Un roman touchant et drôle sur « l’âge tendre » de l’adolescence – ce moment de prendre son envol, de réaliser que certaines choses sont plus nuancées qu’on ne le pensait et de partir à la recherche de son identité.

Âge tendre de Clémentine Beauvais.

N’hésitez pas à lire les avis d’Isabelle et de Linda pour en savoir plus !

******

Alma a été un des coups de cœur de l’été d’un grand nombre d’entre nous. Ce premier tome de la grande fresque sur l’esclavage de Timothée de Fombelle, illustré par son complice François Place, nous a tout simplement emportées. Nous avons retrouvé le souffle d’aventure que nous avons tant aimé dans ses précédents romans, des personnages au caractère fort mais nuancé et un contexte historique fouillé et passionnant.

Retrouvez les avis de Pépita, Isabelle et Lucie ainsi que notre lecture commune.

******

Et le désert disparaîtra, est un roman d’aventure et d’apprentissage emportant le lecteur dans une dystopie passionnante. Un ouvrage poétique, porteur d’espoir et très pertinent sur l’avenir de notre planète et de notre survie. L’auteure aborde la question de l’écologie, du féminisme, des traditions, de la survie de l’espèce humaine, animale et végétale. 

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko

Nous vous en avions proposé une lecture commune dès sa sortie tellement ce récit nous avait questionnées : vous retrouverez notre discussion ici .

N’hésitez pas à lire les avis de Claudia et de Pépita pour en savoir plus.

******

L’âge des possibles est un roman qui aborde le passage à l’âge adulte et les choix qu’il faut faire pour y entrer en toute conscience. L’écriture est douce, les héros issus d’une communauté amish sont une ouverture sur le monde bienveillante et bienvenue dans un monde où l’on peut se sentir agressé par le quotidien.

L’âge des possibles de Marie Chartres.

N’hésitez pas à découvrir les avis de Pépita et de Linda.

******

L’Attrape-Malheur est le premier volet d’une trilogie qui s’annonce déjà très originale et captivante. Portée par une plume très vivante et les illustrations crayonnées de Tom Tirabosco, l’intrigue de ce conte moderne est riche de péripéties, de dialogues savoureux et de personnages tous plus romanesques les uns que les autres. Et en toile de fond, des questionnements saisissants sur l’ambivalence du bien et du mal, de l’amour et du « progrès ».

L’Attrape-Malheur, de Fabrice Hadjadj, La Joie de Lire

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’avis complet d’Isabelle.

******

Les derniers des branleurs est un roman mordant, interpellant, brut, qui ne laisse pas indifférent. Beaucoup de thèmes sont évoqués de manière réaliste, ce qui en fait un ouvrage prenant et percutant. Au final, quatre gosses ordinaires, très attachants et cherchant un avenir ou une place, dans notre société actuelle. Les années lycée sont maintenant derrière eux, c’est une page qui se tourne… La fin de l’insouciance. Ce passage à l’âge adulte qui les effraie tant et vers lequel, ils ne se projettent pas du tout. A découvrir, à partir de 15 ans. 

Les derniers des branleurs de Vincent Mondiot

L’avis de Claudia est disponible ici.


******

Sans armure de Cathy Ytak est un roman d’amour touchant sur “une différence invisible” de l’une d’elles. Comment atteindre l’autre dans sa souffrance ? Comment faire grandir l’amour qu’on se porte malgré tout ? Un très beau roman porté par une plume sensible.

Sans armure, de Cathy Ytak, Talents hauts

L’avis de Pépita.

******

Soleil glacé : un roman magnifique sur la rencontre d’un frère et d’une sœur qui apprennent à se connaitre. Pierrot souffre du syndrome de l’X fragile. Luce va savoir le “bousculer” un peu avec sa franchise, son sens de l’observation, sa gentillesse bourrue, son ironie mordante. Ils sauvent tous les deux ce qu’on leur a volé.

Soleil glacé, de Séverine Vidal
R-Jeunes Adultes

L’avis de Pépita ici.

******

Tenir debout dans la nuit est un livre à mettre dans toutes les mains. Un roman abordant un thème essentiel et d’actualité  : Le consentement. Mais aussi, sur les violences faites aux femmes, les relations humaines, la question du respect, sur l’adolescence… C’est un texte intelligent, subtil et parfaitement destiné aux adolescents.

Tenir debout dans la nuit d’Eric Pessan

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire les avis de Claudia et de Pépita !

******

Touche-moi est le dernier roman de la prolifique Susie Morgenstern. Publié dans la nouvelle collection L’Ardeur de Thierry Magnier, il propose une vision de la sexualité adolescente à travers l’histoire de Rose, jeune lycéenne albinos.

L’avis de Lucie est disponible ici.

******

Et vous, lequel aurait votre préférence ?

Esprit, es-tu là?

Revenants, fantômes et autres esprits sont des personnages très exploités en littérature jeunesse. A quelques jours d’Halloween, voici une sélection de quelques lectures pour frissonner en famille !

**********

Lucie rappelle à votre mémoire Les amours d’un fantôme en temps de guerre, lauréat du Prix Vendredi 2018, qui avait fait l’objet d’une lecture commune ici. Très joli roman graphique, il apporte une vision singulière de la seconde Guerre Mondiale à travers les yeux d’un jeune fantôme.

Les amours d’un fantôme en temps de guerre de Nicolas de Crécy, Albin Michel

Les avis de Bouma, Pépita, Isabelle et Lucie.

******

Dans un genre différent, L’étrange vie de Nobody Owens propose l’histoire d’un orphelin recueilli par un couple de revenants. Sa vie quotidienne et son éducation sont prises en charge par les fantômes hantant le cimetière qui lui sert de foyer, jusqu’à ce que la vie rattrape Nobody. Une inventive réécriture du Livre de la Jungle.

L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman, Albin Michel

L’avis de Lucie.

******

Ce matin, Jonah se réveille seul chez lui, dans le Yukon. Ses parents sont partis chercher des plumes d’oie pour fourrer des oreillers. Se sentant à l’étroit dans la minuscule pièce qui leur sert de logement, il décide de partir en reconnaissance dans la forêt malgré le froid glacial. Le vieux Stegner lui a pourtant conseillé de se tenir à distance de cet endroit.

La Route Froide
La route froide, de Thibault Vermot, Editions Sarbacane.

Une aventure qui emmène le lecteur dans une atmosphère glaçante dans les deux sens du terme ! 😉

L’avis de Claudia.

******

Un album sombre et angoissant qui aborde avec pudeur le délicat sujet du suicide des adolescents. Le train fantôme devient ici la métaphore de la dépression et du chemin à parcourir pour en sortir. Lina, affrontant le mal être de son frère ainé représenté par des fantômes et autres créatures monstrueuses, porte le récit avec espoir et optimisme.

Le train fantôme, de Didier Lévy, illustré par Pierre Vaquez, Editions Sarbacane.

L’avis de Linda.

******

Ce roman graphique est sombre comme une nuit d’encre ! À l’image de la tranche noire du livre, cette lecture est plongée tout entier dans les ténèbres, le lierre et les barbelés. Entre passé et présent, c’est le fantôme d’une habitante de l’orphelinat de Thornhill qui fait le trait d’union… Thornhill promet une bonne dose de frissons, mais ce n’est pas que ça. Cette histoire évoque avec justesse les affres de la solitude et du harcèlement.

Thornhill, de Pam Smy, Le Rouergue

L’avis d’Isabelle

******

Effrayant dès les toutes premières pages, il nous entraîne dans un décor spectral de garrigues et de vallons, au creux d’une nuit d’été où tout, absolument tout peut arriver… Le cocktail est détonnant : une intrigue haletante, des personnages (morts et vivants) inoubliables, des dialogues savoureux et un art sidérant de faire rire des choses les plus terribles.

Hugo de la nuit, de Bertrand Santini, Grasset Jeunesse.

Les avis de Pépita, de Linda, de Bouma et d’Isabelle.

******

Ce qu’on peut trembler à la lecture de ce roman ! Colorado train, c’est un roman âpre, entre conte et légende des montagnes, mais aussi la réalité d’un monstre humain qui rôde autour de la chair fraîche des enfants. 
Âmes sensibles s’abstenir ou plutôt évitez donc de lire ce thriller le soir !

Colorado Train de Thibault Vermot, Sarbacane

******

Une série sur les fantômes ? Si, ça existe : Ava et les fantômes ! Ava a un don très particulier mais bien embarrassant : depuis l’âge de trois ans, elle voit les fantômes, peut leur parler et eux-mêmes s’en apercevoir. Cela va la mener dans des enquêtes pour le moins stupéfiantes puisque les fantômes lui demandent directement de l’aide. Cinq volumes parus.

Série Ava en 5 volumes , de Maïté Bernard, Syros, Grand format

******

Un recueil de nouvelles fantastiques, huit histoires de fantômes écrites par de grands auteurs classiques. Entre humour, horreur ou épouvante, ces histoires font frissonner de peur et de plaisir. De Guy de Maupassant à Oscar Wilde, en passant par Gustavo Adolfo Bécquer ou encore Edgar Allan Poe, voici un tour du monde des histoires fantastiques horrifiques dans un format album illustré par le talentueux Maurizio A.C. Quarello.

Et parfois ils reviennent…, Collectif, Sarbacane

L’avis de Linda.

******

Ce thriller fantastique pour adolescents se joue sur fond de phénomènes paranormaux et de maison hantée. La petite sœur se réveille en hurlant la nuit puis se met à parler avec une amie qu’elle seule peut voir, des formes humaines sortent des murs… Seul à prendre conscience de cette situation terrifiante, Malo se lance dans une enquête surnaturelle qui met son courage à rude épreuve. Une lecture pour se donner quelques frissons!

Celle qui marche la nuit de Delphine Bertholon, Albin Michel

L’avis de Linda.

******

Récit fantastique, cette bande dessinée aborde les difficultés de l’adolscence et de s’intégrer quand on se sent différent. La rencontre d’Anya avec le fantôme d’Emily, morte quelques 90 ans plus tôt, apporte un tour inattendu au récit qui fait froid dans le dos.

La vie hantée d’Anya de Vera Brosgol, Rue de Sèvres

Les avis de Bouma et de Linda

******

Et vous ? Aimez-vous trembler de peur en tournant les pages d’un livre ? Quels sont vos fantômes préférés ?

La presse, à la une !

Quel plaisir, pour les petits (comme pour les grands) de trouver dans sa boîte aux lettres le nouveau numéro de son magazine ou son journal à soi ! Heureusement, on peut aussi en découvrir au coin presse de la médiathèque (et emprunter une pile d’anciens numéros, en espérant que tous les jeux ne seront pas crayonnés) ou au CDI (c’est bien pratique à feuilleter le temps d’une récré).

Depuis quelques mois, on se dit entre copinautes qu’une sélection sur la presse jeunesse serait la bienvenue pour présenter nos découvertes, nos préférences et nos expériences d’abonnement. Mais parmi toute l’offre en kiosque, quelles parutions mettre à l’honneur ? Alors, plutôt que de suggérer un ou deux titres par âge, nous vous proposons une sélection thématique ou chacun.e devrait trouver son bonheur.

Commençons par l’actualité

Dong ! est une très belle revue destinée aux jeunes de 10 – 15 ans qui permet d’aborder l’actualité à travers des reportages et des témoignages de qualité, dont la rédaction nous rappelle l’importance de l’investigation. Les illustrations qui accompagnent reportages et entretiens sont particulièrement originales et soignées. Pour vous faire votre propre idée, vous pourrez découvrir cette revue ici.

Dong ! 4 numéros par an
48€/an

TOPO, édité par Topolino, est une superbe revue bimestrielle composée de bandes dessinées sur des sujets d’actualité variés, à partager en famille. Un grand reportage offre un regard détaillé sur un fait international. Nous aimons entre autres les rubriques “c’est quoi, ce travail ?” qui présente une profession en suivant une personne qui l’exerce, “sans cliché” qui analyse une photo de presse, “clair et net” qui informe sur les tendances de la toile et “cash sex” qui aborde une facette de la sexualité sans tabou.

Topo, 6 numéros par an, 75 €/an

Pour vous faire une idée, quelques reportages sont disponibles intégralement en ligne ici.

• Le Petit Quotidien est un journal d’informations papier ou numérique de 4 pages qui permet aux 6-9 ans de s’informer, « un peu comme les adultes ». Il est composé d’une information principale, présentée sur la Une et développée dans la double page intérieure. Cette information porte essentiellement sur les enfants, les animaux, les régions du monde ou les métiers. Quand un sujet difficile est abordé (guerre, catastrophe naturelle, pandémie…), l’équipe de rédaction l’indique sur la Une et invite ses lecteurs à se faire accompagner par un adulte dans leur lecture.

Nous apprécions le lexique expliquant les mots compliqués et le planisphère indiquant la localisation de toutes les informations évoquées.

Sur la dernière page, on trouve une bande dessinée humoristique Scoupe et Tourbillon de Philippe Malausséna, souvent en lien avec l’information mise en avant.

Le Petit Quotidien est proposé à la vente avec le supplément hebdomadaire My Little Weekly. Conçu sur le même modèle que Le Petit Quotidien, ce journal est intégralement traduit en français, ce qui en réduit considérablement l’intérêt.

En revanche, Les Fiches du Petit Quotidien sont des dossiers thématiques remarquablement biens faits et très complets.

• Mon quotidien est le journal d’actualité qui prend le relais de Le Petit Quotidien en s’adressant aux enfants de 10 à 13 ans. Il se présente sous la forme d’un feuillet de huit pages.

L’information principale présentée à la Une est développée sur la premières double page, très souvent scientifique, cette information peut aussi être géographique, historique, sportive ou aborder une question de société. La double page suivante aborde l’actualité en France, elle est suivie d’une page sur l’actualité dans le monde. Enfin les deux dernières pages sont consacrés aux lecteurs avec des avis sur un livre, une présentation d’une jeune rédacteur en chef et la réponse à une question posé à l’équipe.

Outre le fait que ce journal permet d’aborder l’actualité avec les enfants, nous aimons son format, l’humour des petites bandes dessinées, le lexique qui vient expliquer les mots compliqués et l’événement historiques du jour proposé en première page, ainsi que le supplément photos thématiques qui accompagnent le journal ponctuellement.

Give me Five est une application, développée par Phosphore, qui mérite le détour car elle permet de découvrir gratuitement en 5 minutes 5 actus de la semaine, clairement présentées. Une question de lecteur/lectrice et des liens donnent aussi l’occasion d’approfondir ses connaissances sur les sujets proposés.

Pour observer la nature

La Petite Salamandre, pour les petits explorateurs de la nature entre 4 et 7 ans, est une revue qui s’articule autour d’un dossier consacré à un animal. On y découvre aussi des jeux, des recettes, des bricolages, une fiction et au cœur de la revue un très beau poster. Et sur le site de la revue, il y a plein de petits bonus !

Petite Salamandre, 6 numéros, 29€/an.

• Salamandre Junior, pour les explorateurs nature de 8 à 12 ans, a la même construction que sa petite sœur. Le contenu est plus poussé pour convenir à un lectorat plus grand.

Salamandre Junior, 6 numéros, 29€/an.

Wapiti est un magazine idéal pour les amoureux de la nature ! On adore les splendides reportages photo sur les animaux, les posters et fiches-animaux détachables, les BD, les infos incroyables sur la nature au sens large. Et les hors-série « mission sciences », ludiques et passionnants. La nouvelle formule lancée en 2020 est très agréable à lire.

Wapiti, 12 numéros, 64€ (94€ pour recevoir aussi les six hors-série)

Et les arts

• Les enfants sont sensibles à l’art et oui, il y a une revue qui aborde la découverte artistique : Olalar. Destinée aux 4-7 ans, très pédagogique, elle aborde chaque mois un dossier sur un peintre, une civilisation, et Noé et Lisa nous embarquent dans leurs découvertes des musées, une belle façon de voyager en lisant. Des jeux et des bricolages complètent le tout. J’apprécie beaucoup cette revue, je tiens à l’avoir dans un fonds de médiathèque même s’il est nécessaire de la faire connaître.

Olalar, 11 numéros par an, 55€/an

Dada, une revue de papier glacé aussi précieuse qu’un beau livre pour s’initier à l’histoire de l’art en famille. Cette revue permet de découvrir toutes les formes d’art, non seulement la peinture, mais aussi la sculpture, la photographie, le street art, le cinéma (un de nos numéros préférés est celui consacré à l’œuvre de Miyasaki !) Dans chaque numéro un dossier très fourni consacré à un.e artiste mais aussi des ateliers plastiques pour expérimenter la matière à la manière de l’artiste du numéro en question.

9 numéros thématiques par an,
59 €/an

Des titres touche-à-tout pour retrouver un peu tout cela à la fois !

Astrapi, c’est une mine d’idées, d’infos et d’invitations à la réflexion, au voyage et au bricolage ! Une lecture très ludique et pleine de bonne humeur, où les Astrapiens ont plaisir à retrouver, deux fois par mois, des séries BD, des énigmes et des jeux, mais aussi des réponses éclairantes aux questions qui se posent. Et bien sûr la légendaire et incontournable page finale des TRUC astuces.

Astrapi, 22 numéros/ an, 105€ (117€ pour recevoir également trois hors-série)

L’éléphant junior se présente comme une revue de culture générale. Dit comme ça, ça n’a pas l’air forcément hyper rigolo, mais cette nouvelle revue est incontestablement une lecture ludique et très plaisante, avec des énigmes à résoudre, de chouettes infographies et des reportage aux thématiques très variées. Un excellent choix pour les petit.e.s curieux.ses qui s’intéressent à tout !

L’éléphant junior, 6 numéros par an, 50€

Enfin, pour lire et se divertir

J’aime lire chez Bayard-Jeunesse, un grand classique mensuel qui nous a bercées et fait encore rêver nos enfants avec ses belles histoires, ses jeux, ses BD, ses infos culturelles et ses défis. On le conseille donc volontiers.

J’aime lire, 12 numéros par an, 60 €/an

• Et pour les lectrices et les lecteurs débutants, Bayard a pensé à tout avec Mes premiers j’aime lire. On y trouve un épisode de la BD Emile et Margot, un gag d’Anatole Latuile, une histoire à lire à deux (notre moment préféré avec mon presque 7 ans), un roman court dont certains mots sont expliqués et illustrés dans la rubrique “Le Petit dico”, une poésie et des jeux. Pour accompagner son enfant lors de son entrée dans le monde de la lecture, ce magazine est idéal. Et en bonus, l’enfant pourra écouter un CD avec le roman lu à haute voix. Pour feuilleter un extrait de ce magazine, rendez-vous par là.

Mes premiers j’aime lire, 12 numéros par an,72 €/an

TétrasLire est un magazine indépendant qui propose de découvrir de grands auteurs de la littérature à travers des nouvelles ou des extraits de roman. Destinés aux lecteurs de 8 à 12 ans, chaque numéro propose d’entrer dans la lecture en variant les styles, les thèmes et les niveaux de lecture. Les textes sont proposés dans leur version originale, non simplifiée ou adaptée. Chaque numéro propose un dossier en lien avec l’artiste et/ou du thème du numéro, un bricolage, un conte et des idées de lectures et de sorties pour aller plus loin.

TétrasLire, 12 numéros, 64€/an

Curionautes des sciences – 8/12 ans : Embarque pour l’aventure scientifique ! Pourquoi ? », « Depuis quand ? », « Comment ça marche ? » Votre enfant est curieux et attend des réponses ? Il est prêt à rejoindre les Curionautes ! Avec une bande de filles et de garçons qui lui ressemblent et une mascotte rigolote, votre enfant vit de fabuleuses aventures, tout en découvrant la démarche scientifique. Il renforce son esprit critique.

Il est acteur des sciences à travers de multiples disciplines : astronomie, biologie, mathématiques, histoire, etc. Ce qui semblait compliqué devient simple, clair et accessible. Le pari des Curionautes : intéresser tous les enfants à la science, grâce à un juste équilibre entre récits ludiques et notions scientifiques.

Curionautes des sciences
10 numéros, 59 €/an

Nous espérons que tous ces titres vous auront donné des idées et que vous aurez plaisir à découvrir ces magazines ! N’hésitez pas à nous faire partager les lectures appréciées par les jeunes lecteurs et lectrices de votre entourage.

Du bonheur !

“Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage.”

Albert Schweitzer

Et si on finissait cette période pas si facile par une sélection thématique sur le bonheur ? Un thème large comme le bras, mais que la littérature jeunesse ne boude pas. Et comme ici on aime partager, c’est parti…

Avant d’aborder nos billets d’été et notre écoloswap !

******

Dans la collection d’Ada, un merveilleux-prodigieux-fabuleux album de Béatrice Alemagna : La Gigantesque petite chose ! Un album géant, réconfortant, dans lequel on pourrait presque se lover et partir, rêveur, à la recherche de cette si précieuse petite chose qui nourrit les coeurs et fait pétiller les regards !

La Gigantesque petite chose, Beatrice Alemagna, autrement jeunesse, 2011.

******

Dans le monde d’Alice, juste une poignée de sable,… quelques grains restés au fond de la chaussure pour faire pousser les souvenirs et remédier au cafard. Il n’y a rien de plus beau que les petits bonheurs éphémères de l’enfance !

Graines de sable de Sibylle Delacroix. Bayard, 2017

******

…installe-toi confortablement. Tu ne dois pas bouger. Essaie de ressentir la chaleur du soleil sur ta peau, d’écouter le bruit des feuilles qui s’agitent dans le vent et celui des insectes qui bourdonnent…et ne pense à rien du tout. Maintenant, ferme les yeux.

N’est-ce-pas cela le bonheur ?

Un album attendrissant et zen nous rappelant les moments simples de la vie. Claudia

Laissez-moi tranquille… de Galia bernstein
Nathan, 2019

******

Un morceau de bambou, quelques feuilles, le travail délicat de la vannerie donne naissance à l’oiseau de brindilles porteur d’espoir. Le bonheur se trouve parfois dans de bien petites choses, c’est l’importance qu’on leur donne qui fait la différence. Et si le bonheur se trouvait dans l’autre et l’amour qu’il nous donne? Linda.

L’oiseau de brindilles de Agnès Bertron-Martin et Qu Lan
Gautier Languereau, 2018

******

“Pour tous les enfants des villes qui illuminent les ruelles de leur imagination débordante…”
Et tout ce vacarme dans la maison qui empêche Albert de lire. Ce dernier trouve refuge dans une sort de débarras où trône une jolie peinture représentant un couché de soleil sur la plage. Quoique de plus propice à la rêverie et à la lecture? Ah enfin, Albert va pouvoir lire au calme quand soudain deux rempoteuses de fleurs font leur apparition. Ce n’est pas gênant, Albert s’imagine sur sa chaise longe tandis que les fillettes font des châteaux de sable. Un autre camarade, amateur de badminton, cherche des joueurs, hélas notre Albert est trop occupé. Une petite fille accepte et c’est drôlement bien de faire des raquettes sur la plage. Ainsi de suites, d’autres enfants vont venir dans ce débarras jusqu’à temps qu’Albert s’emporte ! Trop trop de bruit l’empêche de lire. Et si pendant un petit moment, tout le monde s’arrêtait, prenait un bouquin ?

La quête d’Albert d’Isabelle Arsenault – la Pastèque, 2019 

A la lecture de cette BD, le lecteur est transporté tour à tour par la recherche de la quiétude que provoque la lecture et par les relations qu’entretiennent ce groupe d’enfants. La construction est intéressante, elle interroge sur le fait de se détacher de son quotidien et de faire d’un tableau un endroit où se réfugier tout comme dans la lecture. Les illustrations toutes nuancées d’orange, bleu-vert apportent une touche vintage à cette BD un peu hors du temps ancrée dans la rêverie et l’amusement. Par Liraloin.

******

Il est où, le bonheur, il est où ? Et bien parfois, il est là-bas et il ne faut pas perdre espoir lorsqu’on l’a perdu de vue… Voilà ce que nous rappelle cette pépite d’album portée par les illustrations extraordinaires de Matt Ottley et la poésie des mots de Rebecca Young. Un livre plébiscité sur l’île aux trésors !

Là-bas, de Rebecca Young et Matt Ottley, Éditions Kaleidoscope, 2020.

******

Le bonheur peut-il être trouvé dans un rêve, une fantasmagorie, un monde imaginaire lorsque la réalité est trop plate et morose ? Voici la question passionnante qui est au cœur du roman Éden. Quelle que soit la réponse, la lecture de ce livre immersif et très original a été un vrai bonheur pour Isabelle !

Éden, de Rebecca Lighieri, L’école des loisirs, 2019.

******

Le bonheur peut aussi être l’évocation de moments simples mais précieux, parce qu’ils sont partagés. C’est en tout cas le ressenti de Lucie suite à sa lecture de Le souffle de l’été d’Anne Cortey. Cet album propose quatre épisodes qui semblent anodins mais font le sel d’un été réussi. Un très joli livre pour attendre les vacances !

Le souffle de l’été, de Anne Cortey et Anaïs Massini, Grasset Jeunesse, 2017

******

“Après l’attente…le bonheur !”. Parfois, le bonheur, c’est se donner les moyens de réaliser son rêve… C’est le cas d’Imani et de son taxi. Un album chaleureux et optimiste !

L’avis de Pépita.

Le taxi d’Imani, Thierry Lenain et Olivier Balez, Albin Michel jeunesse

Il est des albums qui savent dire en peu de mots l’essentiel : Quelque chose de grand est de ceux-là. Car parfois le bonheur tient à un petit rien du tout mais qui emplit une sortie entre deux frères d’un bonheur plus grand encore.

L’avis de Pépita

Quelque chose de grand, Sylvie Neeman & Ingrid Godon, La joie de lire

******

“Le bonheur est dans le pré…Cours-y vite, cours-y vite,

Le bonheur est dans le pré…Cours-y vite, il va filer !

Les loups

C’est vraisemblablement la figure la plus emblématique de la littérature enfantine. Traditionnellement, il fait peur et permet aux enfants de vivre -dans la sécurité d’une histoire- toutes leurs angoisses de dévoration, de donner forme aux pulsions les plus cruelles, de trouver le bouc-émissaire parfait pour tous leurs cauchemars.

Ces dernières années, pourtant, il est plus souvent représenté gentil, naïf ou carrément benêt, il est souvent le dindon de la farce.

Pourtant le loup continue de fasciner, de faire trembler et les enfants recherchent avidement les livres qui lui sont consacrés.

Alors explorons ensemble les différentes facettes de cette figure majeure du genre, à travers une sélection de nos ouvrages préférés.

*******

Le loup en slip, de Lupano et Mayana Itoïz chez Dargaud, a été offert à Aurélie par une arbronaute l’été dernier et est devenu le livre de chevet de sa dernière :hehe: Une histoire hilarante avec un clin d’œil à la BD Les vieux Fourneaux.

******

Debout le loup ! d’Isabelle Bonameau chez l’École des loisirs : un petit cartonné qui nous montre la vie quotidienne du loup, va-t-il manger une mouche ? Non ! Peut-être un enfant ? Non plus ! Vous savez le loup a aussi une vie… L’avis d’Aurélie

******

Quand le loup a faim de Kris di Giacomo et Christine Naumann Villemin chez Kaléidoscope : un album sur la thématique des voisins. Et oui, grosse frayeur pour les habitants de cette tour : un loup arrive en ville ! Un livre très drôle. L’avis d’Aurélie

******

Et pour changer du bon petit chaperon rouge traditionnel, voici un lien vers des propositions de contes détournés vus dans l’atelier !

******

Le petit loup de papier, de Céline Person et Francesca Dafne, paru en 2018 aux éditions Circonflexe. Un irrésistible petit loup de papier, dessiné avec tant d’amour par une petite fille, qui, pour contrer l’ennui et la solitude, se détache du frigo et part à la découverte du vaste monde… Un album plein de douceur et de poésie qui rend joliment grâce à l’esprit de l’enfance. L’avis d’Isabelle

******

Loup-garou ! de Cornelia Funke, publié en 2016 par les éditions Rageot. Matt n’est ni très grand, ni très fort, ni très courageux dans le noir. Or, après s’être fait mordre par un chien, ses sens s’aiguisent, sa voix devient plus grave, son corps plus fort et plus velu… Matt est bien embarrassé vis-à-vis de son entourage… Mais souhaite-t-il finalement réellement faire disparaître le loup en lui ? Un excellent petit roman parfait pour se lancer dans la lecture de textes plus longs, avec un format adapté aux dys ! L’avis d’Isabelle

******

Geoffrey de Pennart a fait du loup une figure centrale de ses albums et se propose de le réhabiliter. Comme dans Le déjeuner des loups, l’histoire d’un cochon apprivoisant un loup grâce à ses multiples talents. L’avis de Lucie

******
 
Dans Un loup tout nu de Thierry Robberecht, un loup en peine va trouver secours auprès d’une courageuse poulette. Mais sa vie en sera transformée ! L’avis de Lucie
 
 

******

Ma culotte de Alan Mets : dans cet album, il est question d’un loup amoureux, d’une belle culotte rouge, d’un gigot sur pattes qu’on enferme à clé avec du thym pour lui donner bon goût, d’un rendez-vous galant et d’un imprévu. Très drôle !

Résultat de recherche d'images pour "ma culotte mets"

******

Attention ! Les pages de l’album Où est le loup ? de Martine Perrin (Ed. Saltimbanque) dissimulent une multitude de loups ! Caché, en morceaux, coupé, silhouette parmi d’autres ou encore en lettres… Ouvrez l’œil, le loup est peut-être derrière vous ! Les avis de Bouma, de Pépita et de HashtagCéline.

******

Dans cet album, il y a un loup mais aussi un canard et une souris. Ces deux derniers se sont fait avaler par le premier et ils le vivent plutôt bien ! Le loup, le canard et la souris, une histoire décalée et amusante à souhait écrite par Mac Barnett, illustrée par Jon Klassen et parue à l’école des loisirs. Les avis de Pépita et de HashtagCéline.

******

Quand on parle de loups, il ne faut pas se fier aux apparences. Pour vous le prouver, arpentez la forêt où rode Fenris le féroce, vous verrez : derrière les pupilles écarlates, il y a toute une histoire à retracer. C’est cette histoire que vous découvrirez dans Féroce de Jean-François Chabas et David Sala. L’avis d’Ada

******

Dans Cœur de bois, de Régis Lejonc et Henri Meunier, notre ami le loup a pris un sacré coup de vieux… Et entre pitié, fascination et vengeance, on ne sait plus trop à quel saint se vouer pour l’apprivoiser. Ce magnifique album avait donné lieu ici même à une lecture commune et à des lectures d’enfants, très riches à l’image de cet album hors-norme.

******

Y a un loup ! de Mathieu Maudet chez Loulou & cie est un régal de construction, d’humour, d’observation et d’absurde : les petits adorent ! L’avis de Pépita

******

Mort au loup ! de Philippe Jalbert, Seuil jeunesse : Rires à tous les étages dans cet album au rythme effréné et au second degré à toutes les pages ! L’avis de Pépita

*******

Dans Lulu et le loup bleu de Daniel Picouly et Frédéric Pillot, Lulu Vroumette vient en aide à un grand loup bleu végétarien dépourvu d’agressivité, handicapé par un bégaiement qui amuse ses victimes potentielles. Lulu et ses amis vont s’unir pour l’aider à s’intégrer. Cet album, aux illustrations colorées et très détaillées, aborde le handicap et la différence intelligemment et avec humour; il met en avant l’importance de la solidarité dans l’intégration. (Linda)

*******

Et vous, quel est votre livre préféré sur le loup ?