C’est la rentrée ! Nos tables de chevet…

… s’écroulent sous le poids des lectures à venir. Entre la rentrée littéraire, le retour en médiathèque et les PAL déjà bien remplies, nous ne manquons jamais de livres.

Il y en a pour tous les goûts, dans les rayons jeunesse (ou non) et nous avions envie de partager avec vous les photos de nos tables de chevet et celle(s) de nos enfants : ces lectures que nous allons dévorer prochainement !

******

Sur Sirthis&Ladythat, la rentrée se prépare depuis un moment et les PAL de Linda et sa demoiselle sont déjà bien remplies. La priorité ira aux classiques entre l’étude du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux au programme de 4e (nous sommes en instruction à la maison) et la lecture de La ferme des animaux de George Orwell avant d’attaquer l’adaptation en BD aux éditions Jungle dans le cadre d’un partenariat et une adaptation plus libre Le Château des Animaux. Et c’est très probablement 1984, d’Orwell toujours, qui suivra, en roman et en BD. De son côté la demoiselle a déjà attaqué Le syndrôme du spaghetti de Marie Vareille dans sa version ebook et compte bien mener en lecture à deux voix La cité des livres qui rêvent de Walter Moers, La cavale d’Ulf Stark et Le phare aux oiseaux de Morpurgo. Elles ont aussi prévu quelques albums qui respirent encore l’été et les vacances ainsi que quelques romans graphiques que la demoiselle a déjà commencé à lire de son côté.

******

Chez la collectionneuse de papillons, la rentrée est toujours un évènement puisqu’il faut reprendre le chemin du collège et quoi de mieux que de puiser dans les livres des idées nouvelles pour susciter l’enthousiasme de ses futur.e.s élèves. Ce qui explique pourquoi les livres théoriques et les journaux de profs ont une place particulière dans sa PAL de septembre ! Mais la littérature jeunesse n’est pas en reste pour faire découvrir la langue, les grand.e.s auteur.e.s ou la mythologie grecque aux ados masqué.e.s qu’elle va rencontrer dans quelques jours !

Quant à son plus jeune fils, il a dévalisé la médiathèque pour faire le plein de livres sur… les animaux, encore et toujours ! Que de belles soirées lectures en prévision !

******

Dans la PAL de Lucie se trouvent les rescapés de son dernier passage en librairie : Esther Andersen, qui permettra de patienter jusqu’à la sortie du deuxième tome d’Alma et L’enfant, la taupe, le renard et le cheval dont les illustrations l’ont charmée. Le hasard y a aussi réuni deux romans en lien avec le Canada : le quatrième tome du Royaume de Pierre d’Angle et Sauvages. Et, pour finir, Sous un ciel d’or, un livre qui se trouve sur sa liste depuis la critique d’Isabelle.

Après avoir dévoré Esther Andersen et L’enfant, la taupe, le renard et le cheval, son fils a eu envie de faire durer l’ambiance sportive des JO en lisant des biographies de sportifs. Cette rentrée lui permettra de découvrir les parcours de Cristiano Ronaldo et d’Usain Bolt, mais aussi les toujours impressionnants Records du monde du football. La série des romans du Petit Nicolas, commencée cet été, lui permettra de comparer l’école et la société des années soixante avec sa propre expérience entre deux éclats de rire !

******

Pour la rentrée Liraloin a décidé de présenter une série d’articles sur le thème de la Lune. Pop-Up Lune de A. Jankeliowitch, O. Charbonnel et A. Buxton ainsi que Pleine Lune de A. Guilloppé viendront compléter d’autres lectures en cours.

Deux BD, pour varier les plaisirs :  Incroyable de Zabus & Hippolyte et sa superbe couverture d’un petit personnage lisant dans une immense bibliothèque. Elise de F. Menor au sujet, lui, plus grave.

Enfin, une série de romans conseillés, chroniqués par mes très chères copinautes du blog. La Maison au 36 clés de N. Debertolis et Tumée, l’enfant élastique de M. Achard tous deux font partie de la sélection Grandes Feuilles (romans jeunesse) du blog.

En mai 2021, Flore Vesco s’est amusée à répondre à nos questions et donc D’or et d’oreillers et venu s’installer sur ma table de chevet. Enfin pour compléter cette sélection, trois romans d’aventures tous très différents. Il s’agit de Robot sauvage de P. Brown que je ne connais qu’à travers ses albums jeunesse, vivement conseillé par Isabelle. Les Willoughby de L. Lowry car c’est un roman « abominablement écrit et ignominieusement illustré par l’autrice », intriguant non ? La Rivière à l’envers de J-C Mourlevat, un auteur incontournable dont je n’ai lu qu’un seul roman pour le moment, aïe : personne n’est parfait.

******

En période de rentrée comme le reste de l’année (avec seulement un peu plus de difficultés que d’habitude pour trouver du temps !), Isabelle se plonge avec curiosité dans les coups de cœur de ses enfants. Dans les semaines à venir, cela lui donnera le plaisir de découvrir Biotanistes, une dystopie ancrée dans une société matriarcale aux prises avec d’immenses défis, piquée à l’aîné des moussaillons, mais aussi la BD 5 mondes et le roman La folle épopée de Victor Samson, road-trip à travers le monde et l’histoire qui a enchanté son petit frère. Les lectures à voix haute ne seront pas en reste et navigueront entre mystère et louffoquerie, avec L’île aux mensonges de Frances Hardinge et Félicratie de H. Lenoir. Cerise sur le gâteau, deux guides parus récemment sur la littérature jeunesse et la littérature ado, indispensables pour les passionné.e.s que nous sommes !

Et de leurs côtés, les moussaillons continuent leurs explorations, chacun dans son univers à lui. En ce moment, l’un se régale de bandes-dessinées – prochaine sur la liste, Créatures, de Stéphane Betbeder – et de romans animaliers. Il a pour l’heure jeté son révolu sur le raton-laveur de Rascal, de Sterling North, en attendant de lire Le fils de l’Ursari de Xavier-Laurent Petit, que nous avons justement initialement découvert grâce à ses “histoires naturelles”. Son frère nage en pleine littérature de l’imaginaire, à la frontière entre dystopies – The Ones, Grisha – et science-fiction, un genre qu’il a découvert ces derniers mois et qu’il continue d’explorer avec le classique Dune et un titre plus récent de Brandon Sanderson, Vers les étoiles.

******

LA PAL de rentrée de Blandine est aussi haute et variée que réconfortante. Quel plaisir d’avoir un horizon de lectures! Autant de promesses d’évasions, d’ailleurs, de découvertes et de palpitations… Avec, toujours, une possibilité de surprise, d’imprévu!

Des lectures éclectiques, qu’elle compte bien partager avec ses garçons en lecture du soir (Sous les arbres, Malenfer ou Ne te retourne pas!); en Lecture Commune pour le challenge sur l’Inde qu’elle co-anime (Mes sacrées tantes); pour découvrir des destins (Eiffel ou Une fille en or); retrouver des plumes aimées et avoir les émotions chamboulées (Les fins de moi sont difficiles – non mais quel titre!!; Un simple soupçon, En finir avec le Groc, ou encore Faire chavirer les icebergs), lire un auteur adoré quand il signe de son nom et qui a “grandi” avec Six pieds sur terre; ou encore entretenir le suspense avec un titre mystère… Ce mois de septembre s’annonce vraiment très bien!

N’hésitez pas à partager vos lectures à venir avec nous !

Au printemps, Le Grand Arbre fleurit !

En cette semaine anniversaire, c’est aujourd’hui l’occasion de vous présenter une nouvelle venue.

Blandine – Blog Vivrelivre (Instagram, Facebook, Pinterest et Twitter)

Nous lui avons posé nos questions rituelles afin de vous la présenter.

******

La littérature jeunesse, pour toi, c’est quoi ?

La littérature jeunesse est pour moi un trésor d’enfances, qui n’a pas de frontière d’âge. Enfance nostalgique avec retrouvailles livresques et d’imaginaires, puis transmissions. Enfance fantasmée avec ce que j’aurais aimé vivre/lire/ressentir. Enfance de mes enfants, créatrice de moments de complicités, de partages et d’échanges, comme de souvenirs. Enfance curieuse et foisonnante avec toutes ses différents supports, formes, sujets qui la composent et la rendent si riche. La littérature jeunesse est vaste, multiple, passionnante, et inspirante. Elle est pour moi un florilège d’émotions.

Parlons donc un peu de tes lectures : quand, comment, avec qui ?

Je lis dès que je le peux, mais pas pour cinq minutes. J’aime être posée pour profiter de ma lecture comme de ce temps volé au temps. Je lis donc souvent le soir, et même la nuit. Ce qui crée une ambiance particulière qui me plaît beaucoup. J’aime aussi lire en voiture et dans les transports en commun. Je suis dans ma bulle.

Et je lis avec mes garçons pour l’histoire du soir, ou chacun avec son livre, tous les trois côte à côte. Ces moments partagés se raréfient, alors je les savoure.

As-tu des livres ou des auteur.e.s fétiches ?

Quelle question difficile ! Il y a les livres refuges de mon enfance/adolescence, tels Le Magicien des couleurs ou Ming Lo déplace la montagne d’Arnold Lobel ; Ronya, fille de brigand d’Astrid Lindgren ; Le Petit Prince de Saint-Exupéry qui est une redécouverte à chaque relecture ; Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, mon classique préféré.

Il y a les découvertes faites depuis et qui m’enchantent rien que d’y penser : Banquise Blues de Jory John et Lane Smith pour voir ce qui va bien aussi ; les sublimes albums du duo Fred Bernard et François Roca ; les délicieux détournements de contes de Mario Ramos ; les univers stylisés de Benjamin Lacombe ou Rébecca Dautremer ; l’écriture si douce de Nancy Guilbert ou celle qui me touche toujours tant de Sandrine Beau ; Paul Auster et cette question prépondérante de l’identité dans son œuvre ; l’autodérision d’Amélie Nothomb ; la Première Guerre Mondiale dans son ensemble ; Maxime Chattam pour frissonner.
En BD, font battre mon cœur : la Quête des Elfes des époux Pini ; les questionnements existentiels de Calvin & Hobbes de Bill Watterson ; Valentine de Vanyda ; Young d’Aurélien Ducoudray et Eddy Vaccaro ; Ceux qui restent de Josep Busquet et Alex Xoul. Pour ne citer que ceux-là.

Quelle a été ta plus belle découverte littéraire de ces derniers mois ?

J’aime lire mais j’aime aussi relire. Aussi ai-je lu et relu autour du personnage de Peter Pan : le roman original de J. M. Barrie, puis des adaptations, interprétations, réécritures, prolongements. Tout simplement fantastique !

Nous sommes ravies de t’accueillir sous le grand arbre. As-tu des attentes, des idées ou des envies particulières qui pourraient y prendre forme ?

Merci pour votre accueil, je suis très heureuse de me trouver à vos côtés sous ce grand arbre ! J’ai hâte de d’échanger et de participer à vos nombreux et passionnants projets en cours. Puis de vous en proposer à mon tour, pour toujours plus de découvertes et de partages.

ALODGA a 9 ans !

ALODGA a 9 ans aujourd’hui !

9 ans d’échanges passionnés autour de la littérature jeunesse.

9 ans à faire l’école buissonnière à travers des albums cartonnés à mâchouiller,

à travers les pages de romans ados où fiévreusement s’abandonner,

en passant par les images lumineuses et sombres des bandes dessinées, des mangas, des albums, des pop-up,

sans jamais les documentaires, les revues  et autres objets littéraires non identifiés délaisser.

 9 ans  que Le Grand Arbre abrite sous ses branches une sorte de Neverland,

un Neverland qui se découvre chaque année de nouveaux territoires.

*****

Et oui, cette année encore A L’Ombre Du Grand Arbre de nouvelles catégories ont vu le jour !

Vous avez pu parcourir des billets où l’on vous présente les œuvres de Nos classiques préféré.e.s :

Vous avez pu découvrir des billets dans lesquels ALODGA s’engage :

On a savouré les occasions de s’entretenir avec des auteures qui nous font vibrer :

On a tenté les mois thématiques :

  • En février, un mois dédié à l’amour sous toutes ses formes.
  • En mars, un mois dédié aux droits des femmes.
  • En avril, un mois dédié aux étoiles.

Et on s’est même essayé à l’écriture à plusieurs mains !

Bien entendu,  on a continué de proposer tous les premiers lundis du mois nos coups de cœur, le plus souvent possible des lectures communes, des sélections thématiques, des lectures d’enfants, des billets d’été et des déballages de SWAPs.

******

A l’ombre du grand arbre, on lit, certes, mais on vit aussi et de nouvelles branches ont poussé : on a accueilli Linda et Claudia, Frédérique et Lucie.

Parfois les branches se transforment en papillons et prennent leur envol : ce fut le cas de Claudia.

Et puis parfois le printemps voit naître un bourgeon inattendu, éclore une fleur vive et colorée.

C’est le cas en ce joli moi de mai qui commence :

une nouvelle venue est arrivée.

Et c’est l’occasion, en cette semaine anniversaire de vous la présenter.

Rendez-vous demain pour la découvrir !

NOËL dans le Grand Arbre

Pour varier des sélections et divers conseils de livres sur Noël, on a eu envie ici d’écrire collectivement un CONTE DE NOËL, illustré par nos artistes en herbe, à savoir nos propres enfants, d’âges différents. Le voici !

******

“Mais ça existe un coiffeur pour arbre?”

“Il était une fois un grand arbre, qui durant l’année écoulée, avait essuyé une terrible tempête. Il était tout ébouriffé, beaucoup de ses épines étaient tombées sous le souffle du vent, celles qui restaient étaient tordues. “Il faudrait que je trouve un coiffeur ! se disait-il. Mais ça existe ça, un coiffeur pour arbre ? De plus, son tronc était penché, il avait peur de s’écrouler. Les oiseaux ne venaient presque plus se poser dans ses branches. Il était triste et seul. En plus, ce qui l’angoissait, c’est que Noël approchait ! Et pour lui, Noël, c’était Noël !

Au loin, durant la journée il pouvait entendre les bruits de la ville. La nuit c’était pire que tout, les lumières dressées ici et là éveillaient la quiétude du soir. Leur brillance l’émerveillait car lui aussi souhaitait se parer de milles couleurs. Le grand arbre se souvint du temps où ses branches auraient pu porter ses lumières fièrement. Maintenant, elles ne ressemblaient à rien. Il avait bien entendu parler d’un coiffeur pour arbre mais n’était pas très sûr de savoir comment s’y prendre pour le trouver ? Alors il interrogea les oiseaux nichés sur ses branches. Eux qui survolaient les villes et les villages de long en large avaient peut-être entendu parler d’un coiffeur de brindilles, d’un expert des ramures, d’un enchanteur de folioles ? L’arbre interrogea pies bavardes, merles, merlettes et rouges-gorges.

Chaque jour de cet automne si particulier, d’étranges bruissement de feuilles et de pépiements pouvaient s’entendre à qui prêtait l’oreille…Cela faisait un tel raffut que des enfants, qui jouaient non loin de là, s’approchèrent et se mirent à écouter les oiseaux tintinnabuler. Parmi eux, une jeune fille. Elle se nommait Samaa. Elle était intriguée. Ce n’était pas normal tous ces oiseaux dans un seul arbre ! Cela cachait quelque chose ! Était-ce dû au réchauffement climatique ? Son père lui en parlait souvent. Elle décida de lui en toucher un mot le soir en rentrant. Car il était jardinier et peut-être saurait-il trouver une explication à ce phénomène. En attendant, elle s’émerveillait de ce spectacle. C’était si féérique ! Ce n’était plus un arbre mais un arbre-oiseau ! Comme si chacune de ses branches n’existait plus ! Pour un peu il aurait pu s’envoler ! On ne remarquait même pas son tronc un peu penché. Le soir même, elle en parla à son père qui était intrigué et lui promit d’aller voir le lendemain. Il tint sa promesse. Au petit matin, devant cet arbre décharné, il comprit. Il comprit que les oiseaux l’embellissaient en attendant qu’il soit soigné. Alors, il s’attela à le remettre en état. Samaa, quand elle l’apprit, voulut l’aider et elle mobilisa ses amis et des gens du quartier. C’était beau à voir toutes ces personnes taillant, ramassant, redressant cet arbre affaibli. Ils lui demandèrent l’autorisation de brûler ses anciens atours mais Samaa eut une meilleure idée : et si on se retrouvait sous cet arbre tous ensemble pour la nuit de Noël ? On pourrait faire un feu de joie, lire des histoires, partager nos spécialités culinaires ? Et c’est ce qu’ils firent. Jamais on n’avait vu arbre plus heureux que de se se sentir si bien entouré… Il existait bel et bien un coiffeur pour arbres !”.

Un arbre-oiseau !

Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année !

L’arbre est au complet : faites la connaissance de Lucie et de Frédérique !

Mercredi, nous avions le plaisir de vous présenter Linda et Claudia et nous vous annoncions deux nouveaux portraits pour aujourd’hui. Roulement de tambour… c’est aujourd’hui au tour de Lucie et Frédérique de répondre à nos questions. Bienvenue à elles sous le grand arbre !

******

Lucie (profil Livres d’avril sur Babelio)

La littérature jeunesse, pour toi, c’est quoi ?
Pour moi, la littérature jeunesse, c’est de la littérature à destination des plus jeunes, mais qui ne les prend pas pour des sous-lecteurs. L’existence de ce blog et le nombre d’adultes lisant des livres de cette catégorie montrent bien que c’est avant tout de la littérature. Tous les sujets peuvent être abordés, en général de manière assez directe et sans trop de fioritures.
Les auteurs qui écrivent pour les jeunes ont souvent un message et une volonté de transmettre qui me touchent, et je trouve qu’ils ont tendance à moins “se regarder écrire” ou enchaîner les effets de style gratuits.

Depuis quand t’intéresses-tu à la littérature jeunesse ?
Ma rencontre avec la littérature jeunesse date de ma lecture de Junk de Melvin Burgess en 2002. Un sujet grave traité avec puissance et réalisme, une claque ! L’année précédente (avec pas mal de retard) j’avais découvert Harry Potter. Deux univers très différents qui m’ont tous deux interpellée. Et je n’ai plus arrêté !

Et depuis quand partages-tu tes lectures sur Babelio ?
Je suis aussi une petite nouvelle sur ce terrain de jeu. Je suis inscrite sur Babelio depuis février 2019. À l’origine, c’était pour garder une liste à jour des livres déjà lus, car il m’est arrivé plusieurs fois de m’apercevoir au bout de dix pages que j’avais déjà lu un livre. Je me suis mise à rédiger des avis, à échanger avec des babeliotes et l’aventure était lancée !

Parlons donc un peu de tes lectures : quand, comment, avec qui ?
Trois types de lecture chez moi :
– Personnelle, souvent guidée par mon documentaliste de mari dénicheur officiel de pépites ; principalement le soir.
– Partagée, avec mon loulou de 8 ans ; quand l’envie nous en prend mais au minimum lors du rituel du coucher. Des beaux moments de complicité. J’aime particulièrement le moment entre deux lectures pendant lequel il s’imagine la suite, émet des hypothèses… Il est toujours très enthousiaste et demandeur. La plupart du temps ce sont des relectures pour ma part.
– Dans le cadre de mon métier d’enseignante, souvent de manière thématique. Je fais de belles découvertes sur des blogs de collègues ou à la bibliothèque et je trépigne dans l’attente du moment où je les partage enfin avec mes élèves.

As-tu des livres ou des auteur.e.s fétiches ?
Plutôt des auteurs fétiches. En littérature jeunesse : Roald Dahl, Timothée de Fombelle, Jean-Claude Mourlevat, Philippe Corentin, Geoffrey de Pennart, Annelise Heurtier, Michael Morpurgo, Patrick Ness, Brian Selznick, Hervé Tullet, et beaucoup d’autres ! Mais j’adore aussi découvrir des auteurs que je ne connais pas : tout un nouvel univers s’ouvre alors à moi.

Quelle a été ta plus belle découverte littéraire de ces derniers mois ?
Il y en a eu plusieurs, mais l’énorme coup de coeur a été l’adaptation en BD de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de Harper Lee, par Fred Fordham.

Aurais-tu une recommandation de lecture pour s’évader pendant le confinement ?
En période de doute, je me tourne facilement vers les classiques. J’en ai relu beaucoup ces derniers semaines entre Voltaire, Oscar Wilde, R. L. Stevenson ou Stefan Zweig.
En littérature jeunesse, je recommanderais des fresques magiques comme La Passe-miroir de Christelle Dabos, par exemple. Nous avions besoin d’un rendez-vous quotidien qui nous permette de nous évader. Nous avons donc enchaîné Tobie Lolness, Gardiens des cités perdues et nous venons de terminer le premier tome d’Harry Potter. Jusqu’à présent cela nous réussit bien !

Nous sommes ravies de t’accueillir sous le grand arbre. As-tu des attentes, des idées ou des envies particulières qui pourraient y prendre forme ?
Je compte déjà essayer de m’intégrer au mieux dans votre belle équipe et participer aux projets en cours.
J’imagine que des idées et des envies viendront avec le temps.
Pour l’instant, j’observe le fonctionnement et l’organisation assez impressionnante que représente ce blog et je savoure le plaisir de cette nouvelle expérience et ces échanges passionnés. Merci encore pour votre chaleureux accueil !

******

Frédérique, profil LiraLoin sur Facebook et Instagram

La littérature jeunesse, pourquoi ?

Pour l’image et le texte qui se fondent et ne font qu’un. Pour sa variété et ses inspirations. La littérature jeunesse s’ouvre de plus en plus et devient une lecture indispensable pour les enfants comme pour les adultes. Elle est extraordinaire et généreuse, ainsi que ses autrices et ses auteurs.

Depuis quand t’intéresses-tu à la littérature jeunesse ?
Depuis toujours je crois. Cet amour a commencé lors de mes études DUT métiers du livre. Une libraire nous avait présenté Navratil d’Olivier Douzou et ça été une révélation. Plus tard j’ai fait du bénévolat pour l’association Lis avec Moi à Lille, où j’ai appris à lire pour les petits et participé à de nombreuses formations sur la littérature jeunesse….

Et depuis quand partages-tu tes lectures en ligne, sur ton blog et sur les réseaux sociaux ?
Depuis peu finalement car j’ai eu peur… très longtemps de mon écriture, mais je n’ai pas peur de mes émotions, donc je me suis lancée ! 2018 mais avant j’ai partagé (et je partage toujours) beaucoup oralement.

Parlons donc un peu de tes lectures : quand, comment, avec qui ?
Le plus souvent possible mais je trouve que je manque toujours de temps. Je mets ma frustration de côté et je fais ce que je peux lorsque j’ai envie c’est pour ça que je déteste les PAL, le fait de s’imposer des lectures. Je lis souvent seule mais lorsque mes enfants étaient petits c’était lecture tous les soirs. Et maintenant, j’arrive à en choper un pour lui lire une histoire. Je lis souvent le soir et le lundi matin pour mes chroniques.

As-tu des livres ou des auteur.e.s fétiches ?
Oui, Raison et sentiments, de Jane Austen. Georgia et tous mes rêves chantent, aussi, de Timothée de Fombelle. Bon, j’aime trop Timothée de Fombelle ! Et d’autres : Soie et Novenceto pianiste de Alessandro Baricco ; Milly Vodovic, de Nastasia Rugani ; Les ronces et Noir volcan, de Cécile Coulon ; L’enchanteur de Barjavel ; Black out, de Brian Selznick ; Just kids, de Patti Smith ; Chaos de famille de Franz Bartelt ; Midi pile de Rébecca Dautremer ; L’enfant de la haute mer, de Jules Supervielle ; Neverwhere et Sandman de Neil Gaiman ; Lock and Key, de Joe Hill ; les Supers de Dawid et Maupomé ; Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais ; Betty Boob de Vero Cazot ; Le silence des pierres, de Marion Janin ; L’homme gribouillé de Serge Lehman ; Pilules bleues, de Frederik Peeters ; Zai Zai Zai, de Fabcaro ; les albums de Jeanne Macaigne ; toutes les BD d’Alan Moore qui est un des meilleurs scénariste de BD de la Terre hahahaha ; et plusieurs séries manga : Fruit Basket ; A silent voice ; Last man...

Quelle a été ta plus belle découverte littéraire de ces derniers mois ?
Cécile Coulon car la puissance de ses mots est trop forte, je ne sais pas comment, à même pas 30 ans, cette autrice peut écrire ainsi !

Aurais-tu une recommandation de lecture pour s’évader pendant le confinement ?
Des sagas comme Les chroniques de San Francisco, ou Broadway limited de Malika Ferdjoukh. Pour se retrouver avec des gens et les voir évoluer.

Nous sommes ravies de t’accueillir sous le grand arbre. As-tu des attentes, des idées ou des envies particulières qui pourraient y prendre forme ?
Je suis très heureuse et honorée de faire partie de ce bel arbre… J’aimerais proposer des vidéos de lectures et faire pleins d’interviews !

******

Le grand arbre est maintenant au complet ! Et vous allez voir, plus on est de branches, plus on rit !