Nos coups de cœur d’avril

En avril, le temps maussade nous a convié à rester sous notre plaid bien douillet. Quoi de mieux que de belles lectures réconfortantes pour accompagner un petit thé fruité et fumant ?! En attendant de retrouver le soleil, voici nos nombreux coups de cœur !

******

Pour Liraloin c’est une déconnexion totale qui s’est opérée après la lecture du magnifique album le Voyage de Shuna de l’immense Hayao Miyazaki.

« Ces évènements ont pu se dérouler il y a fort longtemps, ou bien allaient-ils se produire dans un lointain futur ? Plus personne ne le sait vraiment. » Sur une terre aride la force humaine est mise à rude épreuve, les récoltes ne sont que désolation. Ici vit Shuna, jeune prince héritier de la couronne qui, au détour d’un chemin, recueille un étranger : un vieillard à l’article de la mort. Usant ses dernières forces, ce dernier lui narre son épuisant périple à la recherche d’un trésor inestimable. Une richesse qui pourrait sauver les habitants de toutes les contrées. Intrigué et téméraire, Shuna décide de partir à la poursuite de ce trésor…
Véritable quête initiatique, Shuna se retrouvera plus d’une fois à prendre des décisions qui bouleverseront ses convictions en son for intérieur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y trouver une résonnance avec le fabuleux roman de Damasio : La Horde du Contrevent. Les éléments de la nature, le vent, le sable ne sont que douleurs pour les personnages, les poussant au bout de leurs forces physiques et psychologiques.  Le chemin est infini…

Le Voyage de Shuna de Hayao Miyazaki, Sarbacane, 2023

******

De son côté, Lucie avait noté La Parure suite à un billet d’Isabelle et elle n’a pas été déçue ! Cette réécriture du classique de Guy de Maupassant par Annelise Heurtier est extra. Elle répond de manière étonnante à une autre réécriture de l’auteure, Combien de terres faut-il à un homme ?, sur le thème de la pléonexie. Les héros de ces deux albums ne se satisfont pas de leur quotidien et vont le risquer en tenant de s’élever (socialement, financièrement). Ce « plus » était-il indispensable à leur bonheur ? Eux le pensent, le lecteur est invité à y réfléchir. Tout d’abord déstabilisée par les illustrations de Delphine Jacquot qui a fait le choix de l’anthropomorphisme, Lucie a finalement trouvé qu’il permettait d’installer une certaine distance qui aidera sans aucun doute les enfants à entrer dans le récit et à se questionner.

La Parure, Annelise Heurtier d’après Guy de Maupassant, illustrations de Delphine Jacquot, Thierry Magnier, 2022.

Les avis complets d’Isabelle, Linda, Blandine et Lucie.

******

Si le premier tome était déjà impressionnant (voir la lecture commune qu’en avaient fait les copinautes ICI), le second tome de la saga Pallas, Sur les flancs de l’Ida est encore un cran au-dessus d’après Lucie. Peut-être parce que les personnages sont plus familiers et que l’échéance de la guerre de Troie approche. Au cœur des intrigues, comme l’a si bien dit Isabelle dans sa critique du premier tome : amours, trahisons, vengeances, c’est « Dallas » dans la Grèce antique. Et les femmes sont bien entendu les premières victimes des hommes comme des dieux. Pas une n’est épargnée par la violence, que celle-ci la touche directement ou soit dirigée vers ses enfants. Cette série est clairement à réserver aux plus grands tant la brutalité irrigue toutes les relations entre les personnages. Ceci posé, Lucie est admirative de la manière dont l’auteure a su créer des liens et des intrigues entre ses célèbres protagonistes. Tout est clair, implacable et brillant. La guerre de Troie approche, elle est inéluctable et nous sommes impatientes de lire de quelle manière Marine Carteron l’utilisera dans le troisième (et dernier) tome de cette série.

Pallas, Sur les flancs de l’Ida, Marine Carteron, Le Rouergue, 2024.

Les avis de Lucie et Frédérique.

******

Héloïse (ileautresor) a eu envie de partager son coup de cœur pour Médiévalmania. Cet album grand format avec rabats permet de faire connaissance avec le Moyen-âge. Le château fort apparaît à travers un jeu de volets : le pont-levis se déplie et permet d’accéder au château. Ce livre permet d’aborder la vie des personnes à l’époque médiévale. Au Moyen-âge, se construisent aussi les villes toute en verticalité avec leurs tours et leurs clochers. Elles réunissent de multiples fonctions (politique, économique, militaire, festive, religieuse et créative) et sont bâties en aspirant à la beauté. A la fin, l’album évoque de nombreuses inventions (imprimerie, boussole, poudre à canon, horloge, lunettes, caravelle). Il est aussi question de figures comme Jeanne d’Arc ou le roi Arthur. En bref, Médiévalmania est un album pour mieux comprendre la période médiévale et la saisir dans toute sa finesse à travers toute la beauté de pages animées.

Médiévalmania, Emma Giuliani et Carole Saturno, Éditions Les Grandes Personnes, 2023.

Son avis complet ICI.

******

Pour Séverine, le coup de cœur d’avril, c’est pour un roman ados d’un auteur trop peu (re)connu, à savoir Hervé Giraud. Publié chez Thierry Magnier quand il s’adresse aux adolescents, et plus récemment chez Seuil Jeunesse pour la collection « Le grand bain » destinées aux enfants de 8-10 ans, il compte à son actif une dizaine de romans, où se mêlent toujours profondeur et fantaisie, le tout agrémenté d’un humour fin et subtil, y compris dans ses œuvres les plus sombres.

Celui-ci ne fait pas exception, on valse sans cesse entre sourires et émotion. Il est d’autant plus intéressant qu’il traite de sujets peu vus en littérature jeunesse : la vie au sein d’un cirque familial itinérant, la condition animale dans les parcs animaliers, le trafic d’animaux sauvages et plusieurs autres thématiques contemporaines, telle la solitude, la solidarité, le respect… Le roman est plein de rebondissements et de suspense, il est peuplé de personnages hauts en couleur, puisqu’on y rencontre entre autres un yogi philosophe fan de Johnny, une chienne obéissante et une grand-mère qui n’a pas froid aux yeux…Mais surtout, on s’attache énormément à son jeune héros, Angelino, dont le meilleur ami est n’est autre que le  tigre du Bengale avec lequel il a grandi et qui lui est enlevé, parce que les lois ont changé et que les animaux sauvages sont désormais interdits dans les cirques. Révolté par cette situation au début du roman, il fera tout pour pouvoir récupérer KroK, en prenant des risques, en surmontant ses peurs, prise de conscience au passage, et il aura une autre vision sur les animaux privés de liberté à la fin de l’histoire. Il sortira grandi de son aventure, et peut-être même un peu amoureux…

Séverine a retrouvé dans ce roman toute la saveur de la sauce Giraud ! Elle pique un peu, avec une pointe de causticité, juste ce qu’il faut pour donner un goût de reviens-y. Mais son ingrédient secret est cette tendresse omniprésente pour les jeunes gens bousculés par les décisions des adultes, les coups du sort, la solitude parmi leurs pairs, pour des raisons qui tiennent au hors normes, ou la sauvagerie du monde. Bref, elle se délecte à chaque fois de sa plume aiguisée, pointue, mais qui, toujours, sait aussi rentrer les griffes pour se faire poésie, douceur et pattes de velours.

KroK, Hervé Giraud, Editions Thierry Magnier, 2024

L’avis complet de Sev se livre.

******

De son côté Linda a fait de bien belles découvertes dont un très joli roman d’apprentissage découvert au hasard de ses pérégrinations libraires. Ainsi, Madou en 5 actes lui a littéralement tendu les bras après que sa couverture lui ait fait pétiller la rétine.
Dans ce roman en cinq actes, Guillaume Nail dresse le portrait d’une adolescente qui porte en elle les doutes et questionnements de se génération, en proie à une inquiétude permanente de trouver sa place dans un monde en plein changement, et à l’intérêt de faire des études qui ne la conduiront nulle part.
Récit initiatique, Madou en 5 actes est un roman qui se révèle exaltant dans les passions de son héroïne et dans l’écriture moderne de son auteur, dont les descriptions de paysages sont une invitation au voyage, et dont la poésie se fait la fenêtre d’une âme luttant avec un puissant désir de liberté.

Madou en 5 actes de Guillaume Nail, Milan, 2024.

L’avis complet de Linda est ICI, et celui de Séverine .

******

Mais c’est aussi Une aventure au royaume de porcelaine qui a su la toucher par la puissance de ses illustrations élégantes, exécutées avec une précision incroyable qui donne vie à l’histoire dans une succession d’obstacles et d’étapes à franchir pour parvenir à la suivante.
Album sans texte, on y découvre le parcours de son héros à la poursuite de son chapeau emporté par le vent au-travers d’un service en porcelaine qui enchante par sa diversité et fait voyager par son style asiatique.
Katerina Illnerova a été récompensé du Prix du Silent Book Contest 2022 pour ce premier album, alors qu’elle était encore étudiante.

Une aventure au royaume de porcelaine de Katerina Illerova, Obriart, 2024.

Son avis complet est à lire ICI.

******

Pour Colette, le mois d’avril a le goût particulier du silence, un silence noir et blanc, rythmé comme une danse que l’on commence à deux sur un rythme endiablé pour la terminer à la cadence de son propre souffle, alenti par le temps qui creuse rides et cernes au visage comme au cœur. Duo mambo de Wei Middag et Aurèle Arima est un album de peu de mots, qui commence par une naissance et les pirouettes de deux bébés. Puis les bébés se lèvent, grandissent, se rencontrent, leurs mouvements se font glissements, battements, élans, frissons, leurs mouvements se font sensuels, étreintes, embrassades, leurs mouvements se font famille. Puis les corps se courbent, se raidissent, s’éloignent, se séparent. Et commence un voyage à travers le temps. Voilà un petit album qui laisse le souffle coupé. Un album épuré, d’une grande simplicité qui raconte quand il se tait. Un album de toute une vie comme Colette les aime tout particulièrement.

Duo mambo, Wei Middag, Aurèle Arima, La Joie de lire, 2023.

******

Pour Héloïse (helolitlà), Avril a été l’occasion d’une belle rencontre printanière, celle d’Auguste, le renard qui n’aime pas les surprises. Or, son amie Suzy, l’intrépide écureuille, lui en a promis une. Le voilà qui stresse, prévoyant le pire…

La grande angoissée qu’est Héloïse a énormément aimé cet album adorable, qui lui a beaucoup parlé. Elle a craqué devant ses couleurs vibrantes, ses illustrations printanières qui rendent hommage à la nature dans toute sa splendeur. C’est pour elle un ouvrage idéal pour dédramatiser ces peurs incontrôlées, pour apprendre à lâcher prise.

Et puis, une surprise… peut aussi se révéler être un joyeux moment de partage !

Je n’aime pas les surprises, Myriam Bos, Bayard Jeunesse. Mars 2024

Son avis complet ICI.

******

Côté romans, Héloïse a fait de beaucoup de très belles lectures, dont l’envoûtant De délicieux enfants, de Flore Vesco. Et la lecture-doudou, le roman qui revisite habilement la mythique école de sorciers version pickpocket, ce fut le premier tome de Crookhaven.

Gabriel est un voleur hors-pair. Orphelin, il grandit dans la pauvreté avec sa grand-mère. Repéré pour ses talents hors norme, il est invité à Crookhaven, une mystérieuse école…

Héloïse est retombée en enfance le temps de cette lecture passionnante. Dans cette école de voleurs au grand cœur, elle a retrouvé avec joie tous les ingrédients du genre : cours originaux, amis hauts en couleurs, bibliothèque, épreuves qui sortent de l’ordinaire, grands méchants… et surtout, elle a découvert un texte addicitif qui pose de belles interrogations sur la justice et la répartition des richesses.

Crookhaven, tome 1 : L’école des voleurs, de J.J. Arcanjo, Pocket Jeunesse. Mai 2023

Son avis complet ICI, celui d’Isabelle, de Linda et de Lucie.

******

Pour Blandine, ses coups de cœur sont autant affaires de visuels, de visions que d’originalités narratives.

Cet album carré au touché velouté nous permet de connaître les différents noms que l’on attribue aux groupes d’animaux. Entre sobriété et originalité, la découverte est de mise! Et le parti-pris illustratif est génial: Les animaux sont représentés minimalistes, en perles à repasser.

Un troupeau de moutons. Jean DA ROS. La Partie, mars 2024

******

Cet album nous permet de voir passer une vie

À travers les barreaux d’un lit, d’une fenêtre
À travers le prisme d’une loupe, d’un télescope
À travers l’écran d’une télévision, d’un ordinateur
À travers le verre d’une serre, de jumelles

À travers le temps qui passe et ses changements
Subtils, délicats, évidents, difficiles, lumineux
À travers les décisions prises, choisies, subies, révélées
À travers l’âge qui change les données
À travers la vie qui se poursuit sous ses différentes formes

La couverture toute en sobriété donne le ton grâce à sa découpe
Entre ses pages, nul autre texte qu’une date qui égrène les années une à une, et un lieu
Chaque double page nous offre deux visions: le personnage principal avec ce qui l’entoure, et ce que lui voit
Une palette de couleurs restreinte, et pourtant très évocatrice, qui permet de fines et ingénieuses mises en perspective, des détails en apparence anodins, une ombre qui veille, d’autres vies qui bruissent
De l’infiniment petit à l’infiniment grand

Un album d’une grande maîtrise, silencieux et pourtant puissamment évocateur.

A travers. Tom HAUGOMAT. Thierry Magnier, septembre 2018

L’avis complet de Blandine ICI

******

Ce mois-ci, Isabelle (ileauxtresors) s’est laissé désarmer par un splendide roman graphique venu du Québec. Le pèlerinage d’une jeune femme dans sa maison d’enfance ravive les souvenirs, ceux d’une vie de famille comptant un enfant différent. Son petit frère, surnommé Major Tom – le petit astronaute, c’est lui. Outre le poids du handicap qui entrave la communication et la mobilité du garçon, la société ne facilite pas les choses pour les enfants comme Tom. Ces pages évoquent un sujet douloureux avec beaucoup de poésie (en cela il rappelle le roman S’adapter, de Clara Dupont-Monod, paru la même année). Elles ouvrent notre horizon, serrent le cœur tout en sachant nous réconforter par la tendresse qui les imbibe. Jean-Paul Eid compose notamment un splendide personnage de grande sœur, solaire, dans sa vie de petite fille qui grandit, mais attentive et aimante. Impossible de ne pas être bouleversé en comprenant, au détour de la dernière page, que cette BD lui a été inspirée par sa propre expérience familiale.

Le petit astronaute, de Jean-Paul Eid, La Pastèque, 2021.

******

Et vous, qu’avez-vous lu en avril ? Quels ont été vos coups de cœur ?

Nos coups de cœur de mars

En ce lundi de Pâques qui est aussi un premier avril, nous vous proposons un autre genre d’accumulation. Parce que les beaux jours arrivent et qu’il est doux d’en profiter étendu sur l’herbe un livre à la main, voici les titres que nous avons lus et aimés le mois dernier !

******

C’est en discutant avec Ludovic Lecomte et Irène Bonacina lors d’un salon que Lucie a eu envie de découvrir La Cabane. L’illustratrice était si enthousiaste au sujet de ce roman qu’il était impensable de passer à côté. Et en effet, l’auteur parvient avec maestria à glisser ses lecteurs dans la tête d’un ado reclus chez lui depuis six mois. Que s’est-il passé ? Quelles sont les conséquences de cette incapacité soudaine à sortir ? Va-t-il parvenir à se tirer de cette situation ? Avec beaucoup de délicatesse, Ludovic Lecomte sème des indices sans tout expliquer, tisse des liens et des incompréhensions entre des personnages nuancés et propose à ses lecteurs de découvrir le cheminement d’Enzo. Une lecture courte mais bouleversante.

La Cabane, Ludovic Lecomte, L’école des loisirs, 2024.

Son avis complet ICI.

******

Pour Liraloin c’est un road-movie à la fois très mouvementé et rempli de tendresse qui emporte son p’tit cœur de lectrice !
Saviez-vous qu’en rase campagne, il existe des hôpitaux pour animaux ou plutôt une infirmerie itinérante avec à sa tête une taupe par très douée pour la pose de perfusion ce qui ne manque pas d’agacer le loup. En plus la bouffe n’est pas très exquise (un gâteau à la vanille !), heureusement qu’un lapin n’est pas loin…mais pas le temps d’y planter un croc que les chasseurs débarquent et dans la panique générale à bord, le loup embarque le lapin qui lui vient de lui sauver la vie (sans faire exprès hein) mais pour un loup solitaire, c’est un geste qui compte…

Voyage de malade de Josephine Mark, Gallimard Bande Dessinée, 2023

Son avis complet ICI, et ceux d’Isabelle, de Lucie et de Helolitla.

******

Linda avait besoin d’un peu de poésie dans son quotidien et ce sont les mots de Thomas Scotto qui l’ont faite vibrer d’émotions et de nostalgie.
Après s’être fait la voix des Filles du Conte, il revient les bras chargé d’objets de conte auxquels il donne une vie d’éternité. Tout ce qui Conte nous rappelle que nous avons un rôle à jouer dans la sauvegarde de notre patrimoine culturel au travers de la transmission des histoires qui ont bercé des milliers d’enfants au fil des générations. Dans cet inventaire du merveilleux, les mots de l’auteur, les rîmes du poètes nous invite à un jeu d’énigmes dans lequel chaque conte est dissimulé dans ses vers et haïkus, mais également dans un objet réalisé au scotch, technique improbable et impressionnante que Nicolas Lacombe maitrise à la perfection. Le tout forme un ouvrage de grande qualité qui tient visuellement du grimoire magique.

Tout ce qui Conte de Thomas Scotto, illustré par Nicolas Lacombe, Balivernes, 2023.

L’avis complet de Linda et celui de Séverine.

******

Héloïse/Helolitla a découvert de superbes romans ado en mars, comme l’envoûtant Pony, de J. R. Palacio, ou encore le percutant Guerrière, de Cécile Alix. Deux titres parus récemment l’ont particulièrement enchantée.
Le premier, c’est Saules de Brume, de Jeff Wheeler, un passionnant début pour une saga de fantasy ado. Des manoirs qui flottent, une société coupée en deux, des luttes de pouvoir et des intrigues, une magie mystérieuse… et surtout une galerie de personnages variés ! Entre aventure, découverte et critique d’une société inégalitaire, c’est un premier tome très prometteur, qui pose les bases d’un univers sombre, complexe et fascinant.

La saga des mystères, livre 1 : Saules de brume, de Jeff Wheeler, Rivka, 2023.

Son avis complet ICI.

*

Le second, c’est Népomucène et Eudoxie, de Lucile Caron-Boyer, pour lequel Héloïse a eu un gros coup de cœur.
Népo et Doxie, les deux protagonistes aux prénoms originaux, ont vécu un immense drame. Depuis, ils vivent chacun dans une bulle un peu à l’écart des autres.
Sur fond de deuil et de romance, l’autrice parle avec sensibilité et poésie de résilience, et de ces rencontres qui changent le cours de la vie. C’est doux, délicat, sur un sujet pourtant difficile, et extrêmement touchant.

Népomucène et Eudoxie, de Lucile Caron-Boyer, Scrineo, 2024.

Son avis complet ICI.

******

Héloïse/Ileautresor (au singulier) à de son côté été saisie d’emblée par la beauté des illustrations de Balade en forêt. Un album un peu particulier : conçu pour les tout-petits, il s’agit d’un livre à déplier… D’un côté il montre les différentes étapes d’une promenade dans les bois et de l’autre, c’est un imagier sur la forêt avec les différents éléments présentés lors de la balade dans les bois : renard, fougères, raton laveur, biche légère, escargot, hibou, gland, sans oublier le pivert, la libellule et même la fraise des bois. Ce livre-accordéon est idéal à déplier sur le tapis à côté des bébés… dès leurs plus jeunes années. Balade en forêt est un vrai coup de cœur !

Balade en forêt, Charlotte Molas, Amaterra 2024.

Son avis complet ICI.

******

Pour la collectionneuse de papillons, le coup de cœur de mars ira à un petit album tout doux : Les couleurs de Dadaji de Rashmi Sirdeshpande et Ruchi Mhasane. Les illustrations aux contours tendres et les couleurs pastels sont vraiment un régal pour les yeux. Il y a quelque chose de très apaisant à parcourir du bout des doigts cet album qui nous conte les tableaux que peignent ensemble un garçon et son grand-père, quelque part dans un petit village d’Inde. Il est ici question de transmission, de ce qui nous reste après la disparition d’un ancêtre, et surtout du temps qu’il nous faut pour réaliser à quel point ce qui nous a été transmis résonne puissamment quelque part à l’intérieur. Et resurgit parfois des années plus tard. Il y a certes quelque chose du conte dans ce récit mais aussi quelque chose qui est très proche du réel, des lentes prises de conscience qui rythment nos existences. Un album précieux donc, à partager en famille, de génération en génération.

Les Couleurs de Dadaji, Rashmi Sirdeshpande, Ruchi Mhasane, Circonflexe, 2022.

******

Après Colette et Liraloin, c’est au tour de Blandine de succomber à cet album ! Un album, épais, à la belle couverture toilée et aux pages cartonnées et découpées. Au fil des pages qui se tournent, passent les années de ce bébé en couverture, jusqu’à la vieillesse. Quasiment chacune s’orne d’une découpe figurant un souvenir, quelque chose qui reste en mémoire, parfois pour longtemps, parfois pas du tout. Et ainsi défile sa vie.
C’est un album délicat, pudique et extrêmement fort dans ce qu’il dit, montre, suggère, et laisse imaginer !

Les Printemps, Adrien Parlange, La Partie, 2022.

******

Blandine aime passionnément la vie et les œuvres des Brontë, aussi lui fallait-il cet album qui éclaire un pan peu connu de l’histoire de cette fratrie au destin tragique. Cet album revient sur l’enfance des quatre enfants qui se sont nourris d’histoires, de lectures et de poèmes pour alimenter leur imagination et construire les leurs. Histoires d’abord consignées dans de tous petits livres avant de devenir les romans qui sont toujours lus. Les illustrations tout en rondeurs et couleurs offrent des couleurs et de la douceur à des existences que la postérité a toujours représenté sombres. L’album se clôt sur un petit dossier fort riche et intéressant.

Au pays des histoires L’enfance de Charlotte, Branwell, Emily et Anne Brontë. Texte de Sara O’LEARY Illustrations de Briony May SMITH .Gallimard Jeunesse, janvier 2024

L’avis de Blandine ICI.

******

Pour sa première contribution à l’ombre du grand arbre, Séverine vous propose le dernier album de Rascal, qui est l’un de ses auteurs jeunesse préférés de tous les temps. Rien que ça !
Encore une fois, ça fonctionne ! Encore une fois, ça la touche. Mais avec ce dernier-né de sa longue union avec Pastel/Ecole des loisirs, il se présente là où elle ne l’attendais pas, à savoir du côté de l’humour et c’est une très belle surprise !
Il faut dire qu’il est ici superbement accompagné par un illustrateur à la bonne humeur contagieuse, qui muscle systématiquement nos zygomatiques, son compatriote Michel Van Zeveren, dont le petit chaperon rouge posant toujours la même question agaçante nous est resté en mémoire.
Impossible, donc, de résister à ce duo qui nous invite à combattre les stéréotypes trop souvent véhiculés dans les histoires que nous racontons à nos chères petites têtes de toutes les couleurs.
L’album est drôle, malin, plein de fantaisie et de malice, et plus profond qu’il n’y paraît, notamment en ce qu’il glisse aussi un message universel entre ses pages : l’enfant venu.e au monde est à lui/elle seul.e la plus belle histoire qui soit.
Il a évidemment beaucoup plu à sa fille de 8 ans, qui n’est jamais la dernière à revendiquer la tolérance et le respect de la personnalité de chacun.e.

Mille et une histoires, texte de Rascal, illustrations de Michel Van Zeveren, Pastel École des loisirs, 2024.

Pour sa chronique complète, c’est ICI ou .

******

En mars, l’équipage de L’île aux trésors à NEB, le dernier roman de Caroline Solé illustré par Gaya Wisniewski. NEB, c’est LE jeu en ligne qui fait fureur, attirant toujours plus de joueurs du monde entier. Parmi eux, Alex et ses frustrations, fragilités et rêves d’ado. Comment résister à l’immersion dans cette dimension virtuelle tellement plus exaltante que le quotidien, à l’ivresse d’exister enfin en s’identifiant à un avatar, aux récompenses savamment distillées, à l’envie de connexion avec les autres joueurs, aux pulsions consuméristes, au goût de la compétition ? Mais voilà qu’un jour, l’écran s’éteint. Le jeu aurait été hacké… Pirates, industriels du jeu : qui tire les ficelles et à quelles fins ?

Ce thriller joue sur plusieurs tableaux pour mieux nous accrocher – celui du jeu où on aimerait voir gagner Alex, celui de la vraie vie où l’on s’inquiète un peu pour elle, celui du projet mystérieux des pirates qui se sont emparés du NEB. Tout ce suspense fait que l’on n’a pas conscience de la densité de réflexions développées sur les ressorts de l’addiction et les remèdes possibles. À aucun moment ces réflexions ne prennent le pas sur l’intrigue : elles viennent nourrir l’histoire, nous rendant aussi accro que les joueurs du NEB. Tout cela n’est pas moralisateur pour un sou, impeccablement écrit et servi par une mise en page moderne où font intrusion les gribouillis adolescents, textos, brèves de presse ou captures d’écrans. Sombres et puissantes, les encres de Gaya Wisniewski donnent une profondeur supplémentaire. Fascinant et incontournable par les temps qui courent !

L’avis complet d’Isabelle ICI.

******

Et vous, quelles lectures vous ont enthousiasmés en mars ?

Nos coups de cœur de février

Quelques primevères, des tapis de violettes et des bourgeons bien dodus qui virent au blanc, pas de doute, le printemps arrive. Quel bonheur de partager nos coups de cœur qui, encore une fois, sont très riches et diversifiés ! Voici des idées de lectures qui pourraient sans doute vous ravir.

*

Parmi de jolies découvertes, deux lectures se sont nettement détachées chez Lucie. Deux coups de cœur ayant pour point commun un merveilleux bienvenu en ce mois de février !

Tout d’abord, La plus grande de Davide Morosinotto. L’auteur nous avaient séduites avec ses trois romans-fleuve dont nous avions fait une lecture commune. Il confirme avec ce roman sa capacité à faire voyager ses lecteurs dans le temps et dans l’espace, en les plongeant dans la Chine du 18ème siècle. S’inspirant librement de la figure de Ching Shih, l’auteur met en scène une femme qui va déjouer les préjugés sur son sexe et son milieu social pour parvenir à la tête de la plus grande flotte de pirates. Le personnage de Shi Yu force l’admiration avec son caractère bien trempé et sa maîtrise du wushu de l’Air et de l’Eau, un art martial légendaire. Epreuves, aventures et trahisons se succèdent sans temps mort au fil des 639 pages, laissant le lecteur à bout de souffle mais ravi !

La plus grande, Davide Morosinotto, L’école des loisirs, 2023.

Les avis d’Isabelle et de Lucie.

******

Côté album, Lucie a été séduite tant par la forme que par le fond du Coffre enchanté, issu de la collaboration entre Jean-François Chabas et David Sala. L’histoire est d’une efficacité redoutable : un empereur cupide met tout en oeuvre pour parvenir à ouvrir un coffre lui semblant receler un fabuleux trésor. Mais quelle que soit la méthode employée (force, magie…) celui-ci lui résiste. Les jeux sur la répétition et le vocabulaire sont savoureux et la morale pleine de sagesse. Et comme l’écrin créé par David Sala est aussi beau de le coffre enchanté, il serait dommage de passer à côté !

Le Coffre Enchanté, Jean-François Chabas, illustrations de David Sala, Casterman, 2011.

Son avis complet ICI.

******

Pour Liraloin, la douceur est au rendez-vous avec cet album dont les jeunes parents ne pourront plus se passer. Une histoire à lire et à offrir sans modération.

« Dans un coin d’herbes soyeuses, naît aujourd’hui un petit ver », si minuscule dans cet univers si grand. On pourrait croire que le monde pourrait l’absorber et pourtant… « Tout petit et tout nu » qu’il peut être, il va ouvrir un à un « ploc » les yeux et s’émerveiller de la vie qui l’entoure. Peu à peu, en grandissant, le petit ver se pare de belles couleurs, respire le doux parfum des fleurs sous les grands yeux ébahis de ces congénères.
Quelle incroyable douceur dans cet album. Le texte se lit comme une poésie, celle qui accompagne la naissance d’un petit être tout à l’écoute de la silencieuse nature. Un éveil des sens qui se fait au fur et à mesure qu’il grandit. Les illustrations sont le reflet de la quiétude que nous procure cette lecture. Le bleu nuit de la couverture intérieure va laisser place à de somptueuses couleurs allant du vert au jaune et autres belles nuances colorées habillant toute cette famille émerveillée des exploits de ce nouveau-né.

Quelque part sous les étoiles de Ramona Badescu & Amélie Jackowski – La Partie, 2023

*****

Pour Linda, deux titres se démarquent nettement de ses dernières lectures.
Il y a tout d’abord un classique, plutôt méconnu, d’Emile Zola, valorisé par les illustrations de Timothée Le Véel. On y rencontre un gros matou de salon fatigué du confort que lui offre sa maitresse et désireux de goûter à la liberté des chats de gouttière. Aussi prend-t-il la poudre d’escampette dès que l’occasion s’offre à lui, pour se rendre compte, lorsque son ventre crie famine, que la liberté a un prix… Le texte amène une réflexion intéressante sur la notion de liberté, tout en conservant l’authenticité d’une époque révolue qui se retrouve dans les illustrations aux crayons de couleur et le représentation de la ville de Paris. Timothée Le Véel donne vie aux divers chats du récit d’un trait précis et réaliste, emprunt de références artistiques qui donnent de l’épaisseur à l’univers créé par Zola.

Le paradis des Chats d’Emile Zola, illustré par Timothée Le Véel, L’école des loisirs, 2023.

******

Mais Linda a aussi été très touchée par la lecture du premier roman d’Antonio Carmona, vainqueur du Concours premier roman jeunesse des éditions Gallimard.
Depuis la mort de la mère d’Elise, son père a enfermé la douleur et la tristesse derrière une liste de règles absurdes qui tendent à tenir cet être aimé à distance. Mais alors qu’elle grandit, Elise cherche des réponses à ses questions. Entre quête d’identité et travail du deuil, elle va devoir prendre son courage pour oser poser LA question qui occupe son esprit. Elle peut compter sur le soutien de son amie Stella, fantasque, solaire et pleine d’exubérance pour la pousser à se surpasser, et sur sa grand-mère, fraichement débarquée du Japon, pour mener une révolution.
L’écriture aborde le deuil avec une justesse touchante et utilise de nombreuses métaphores pour parler du chagrin et de la quête d’identité. Mais c’est aussi un immersion dans la culture japonaise avec ce qu’elle amène de traditions, de spécialités culinaires et de héros issus de manga.

On ne dit pas sayônara d’Antonio Carmona, Gallimard jeunesse, 2023.

******

Pour sa première participation, Héloïse n’a pas su choisir un seul coup de cœur, elle a eu beaucoup de belles surprises en février ! Et notamment Noblesse Oblige, le roman Young adult de Maïwenn Alix qu’elle ne s’attendait pas à autant aimer, ou encore Nous traverserons des orages, la pépite d’Anne-Laure Bondoux…

Et finalement, son choix s’est porté sur La maison sous la maison, d’Émilie Chazerand, pour son aspect délicieusement régressif, qui l’a replongée en enfance, entre aventure et fantaisie, espièglerie et sérieux. Une lecture réconfortante et pétillante.

Une étrange annonce amène Albertine et sa famille à emménager dans une maison qui cache bien des secrets. C’est tout un monde qui s’ouvre pour la jeune fille, qui possède la capacité de dialoguer avec les plantes. Un monde d’aventure et de féerie, qui n’est pas sans dangers.

Des personnages atypiques, hauts en couleurs et délicieusement attachants, un message écologique de fraternité entre les êtres vivants, La maison sous la maison est une lecture addictive, pleine de poésie et de fantaisie !

La maison sous la maison, Emilie Chazerand, Sarbacane, Août 2023

Son avis complet ICI.

******

Côté albums, Héloïse a bien ri avec Steve, un cheval exceptionnel, de Kelly Collier, réfléchi et rêvé avec le petit Barnabus, (Le projet Barnabus, des Fan Brothers), discuté bonheur et partage avec Petit Bonheur de Yue Zhang, contemplé les nuages avec le merveilleux Tête-en-l’air de Rémi Durin. Mais celui qui l’a le plus fait craquer, c’est Quand on est au milieu, d’Anika A. Denise, illustré avec brio par Christopher Denise.

C’est un album d’une grande tendresse qui nous parle de la fratrie, et plus particulièrement de l’enfant du milieu. Une place pas toujours évidente, mais qui offre aussi de jolis avantages… Entre disputes et moments de complicité, le plus important, ne serait-ce pas le fait de faire famille ?

La thématique et la délicatesse avec laquelle elle est abordée ont totalement convaincu Héloïse, qui a en outre totalement fondu devant les superbes illustrations. Des dessins pleins de lumière, au charme désuet.

Un album rempli de tendresse, de douceur et d’amour familial. Un gros coup de cœur !

Sa chronique complète à retrouver ici.

Quand on est au milieu, Anika A. Denise et Christopher Denise, Kaléidoscope, Janvier 2024

Son avis complet ICI.

******

Pour Colette, coup de coeur absolu pour l’album Les Printemps d’Adrien Parlange. Dans ce bel album cartonné qui se présente à la fois comme un écrin et un berceau, c’est toute une vie qui se dessine, de l’enfance à la vieillesse. Le narrateur s’y montre particulièrement sensible à la beauté du monde, à la fois dans ce qu’il a d’intemporel et d’incroyablement mouvant. Et cet album est d’une poésie délicate non seulement dans les mots choisis par l’artiste mais aussi dans son dispositif même : en effet comme dans ses albums précédents, notamment Le Ruban, Adrien Parlange se joue de la matérialité du livre pour représenter concrètement par des découpes dans la page ces éclats de souvenirs qui rythment nos vies, éclats qui se complètent, se superposent, s’oblitèrent. Eclats dont nous sommes tout entiers constellés, au fil des printemps qui s’égrènent. Un livre qui pourrait rejoindre notre précieuse sélection « Les-livres-de-toute-une-ie, quintessence de papier ».

Les Printemps, Adrien Parlange, La Partie, 2022.

******

Le coup de cœur de Blandine est une belle réussite! Adapter Au Bonheur des Dames à destination des tout-petits, tel est le pari d’Anne-Sophie Tilly et d’Amélie Videlo! Elles en ont fait un bel album cartonné et carré qui prend l’apparence d’un imagier des vêtements. Nombre de détails du roman se cachent entre les mots et dans les illustrations. L’idée est vraiment ingénieuse !

Au Bonheur des Dames. Anne-Sophie TILLY et Amélie VIDELO. Marmaille & Compagnie, août 2014

L’avis complet de Blandine.

******

Le coup de cœur mensuel d’Isabelle va à une BD aussi décoiffante qu’émouvante. Quand un lapin mal en point tombe sur un loup à l’infirmerie – il leur arrive aussi de se blesser – cela devient immédiatement électrique. Mais un chasseur vient s’inviter à coups de fusil et les deux patients vont malgré eux faire équipe dans la traque impitoyable qui s’ensuit. Le loup écope d’un léporidé et de sa perfusion à roulettes, assortie d’une liste de médicaments d’un mètre de long… Ce titre se démarque par sa composition dynamique, son trait plein d’énergie, son intrigue burlesque et une sacrée dose d’humour malgré le thème. L’ingénuité désopilante du lapin et le bagout du loup sont véritablement réjouissants, mais il y a plus, on s’en rendra compte au fil du voyage. Impossible de ne pas être tourneboulée de voir les deux compères entonner « Born to be wild » alors que le dernier cheveu de Lapin s’envole et que Loup s’efforce de stabiliser le véhicule. Lire ces pages offre un chouette bol d’air et de bonnes ondes, tant il est joli de voir ces deux-là tisser des liens… et surmonter une grave maladie.

*

Et comment ne pas parler du manifeste récent publié par Clémentine Beauvais dans la collection ALT chez La Martinière qui propose des essais à destination des jeunes (mais pas que ?). Clémentine Beauvais nous invite à cultiver notre plaisir de lire en questionnant nos goûts les plus évidents, en prenant conscience de ce qui les conditionne et de ce qu’on manque à cause de cela, et à tenter des choses pour découvrir ce qui nous fait vraiment prendre notre pied. Ce manifeste évoque les mille et une manières dont un texte peut nous extasie, rappelant de mémorables moments de lecture. Vous l’aurez compris, ces pages composent un réjouissant programme. Mais cela va plus loin que ce à quoi je m’y attendais – et c’est là qu’on glisse vers un terrain plus politique. Il ne s’agit pas (que) d’une quête hédoniste individuelle. D’une part, on comprend que l’initiation au plaisir de lire est un enjeu d’éducation qui ne demande qu’à être embrassé. D’autre part, on le sait, les livres ouvrent des fenêtres sur le monde. En nous libérant des conceptions dominantes de la littérature, nous nous autorisons des désirs littéraires qui ont le potentiel de repousser l’horizon des possibles et… de changer le monde. Rien que ça !

******

Et vous, quelles lectures vous ont enthousiasmés en ce mois de février ?

Nos Coups de Cœur de Janvier

Janvier, premier mois de l’année, nous a réservé bien des surprises et ce n’est pas la météo qui nous aura tenu loin de la bibliothèque. Bien au contraire, la saison se prête encore idéalement à la lecture confortablement installé sous un plaid, non loin d’une source de chaleur. Nous vous présentons nos derniers coups de cœur !

******

Il y a eu bien des lectures enthousiasmantes chez Linda en ce début d’année. Elle aurait pu glisser Pony de RJ Palacio ou Nous traverserons des orages d’Anne-Laure Bondoux, mais elle s’est dit qu’il serait bien de sortir de sa zone de confort en mettant en avant deux titres qui s’écartent clairement de ses lectures habituelles.
Pour commencer, Linda a donc choisi les deux premiers volumes d’une série manga qu’elle a adoré redécouvrir dans un nouveau format plus grand, plus épuré et enrobé de couvertures soignées qui viennent rehausser la beauté de chacun des tomes. Si l’histoire traite d’un premier amour entre deux adolescents que tout oppose, c’est la maitrise narrative et la complexité de ses personnages qui font l’intérêt de cette série qui reste un incontournable du genre. La force de leur attachement se fait dans la force qu’ils mettent à affronter les épreuves passées et le soutien indéfectible qui les unit et les pousse à se protéger mutuellement.

Retrouvez son avis complet ICI.

******

Et parce qu’elle lit peu d’album pour les tout-petits, Linda avait envie de présenter le dernier titre d’Anne Cortey qui a su la séduire par son format, ses illustrations colorées et son écriture poétique.
Il est ici question de l’enfant qui grandit et qui, petit à petit, quitte le cocon rassurant de son foyer et des bras de sa maman, pour aller à la découverte du vaste monde. Linda aime particulièrement l’idée de jouer sur la profondeur des plans pour montrer toute l’immensité du monde au regard de l’enfant dans des collages pétillants de couleurs. Mais c’est aussi la douceur du texte, mise à hauteur d’enfant, qui a su si bien la toucher en montrant la force et le courage qu’il faut au tout-petit de s’affranchir tout en gardant à l’esprit que maman n’est jamais bien loin.

Le monde est immense d’Anne Cortey et Marion Cocklico, Grasset Jeunesse, 2024.

Retrouvez les avis de Linda et LiraLoin.

******

17 millimètres, c’est minuscule mais c’est tout de même suffisamment grand pour bouleverser une vie. 17 millimètres, c’est la taille du problème de Mona, 16 ans, qui a fait l’amour avec son petit ami pour la première fois lors d’un camp de vacances. Ils ont pris leurs précautions, mais le préservatif a craqué et ils n’ont pas osé en parler. La voilà donc quelques semaines plus tard avec une dizaine de tests de grossesse positifs sur les bras, ne parvenant pas à réaliser. Mais il va falloir prendre une décision, la seule qu’elle envisage à son âge et dans sa situation : l’IVG. Où aller ? Par qui se faire conseiller et accompagner ?
Lucie a été séduite par ce texte en vers libres délicat et empathique. Refusant tout raccourci ou jugement, Florence Médina entraîne les lecteurs dans les pensées de son héroïne face à une situation douloureuse vécue par tant de femmes. Angoisses, regrets, rencontres culpabilisantes ou au contraire pleines d’humanité, le parcours est semé d’embuches, même en France. Et le passage à l’acte marque à vie. Un texte magnifique pour mieux comprendre et accompagner.

17 millimètres, Florence Médina, ScriNeo, 2024.

Son avis complet ICI.

******

Pour ce mois-ci Liraloin s’est plongée dans des souvenirs d’enfance avec la série animée Juliette je t’aime. Quels merveilleux moments partagés avec les membres de la Maison Ikkoku.

Yusaku Godaï est un jeune homme d’une vingtaine d’année qui essaye, tant bien que mal, de réussir un peu ce qu’il entreprend mais toujours maladroitement. Faut dire qu’il n’est pas aidé par son entourage proche un tantinet très envahissant. Si vous vous sentez seul(e), comptez sur Akemi la barmaid dont la nuisette est la tenue préférée, Mr Yotsuya l’étrange voisin dont on ne se sait rien à part qu’il aime écouter aux murs (creusés s’il vous plait) et Mme Ichinose qui a toujours un prétexte pour danser éventails déployés. Un trio infernal qui passe son temps à « fêter » tout et n’importe quoi dans leur lieu favori : la chambre de Mr Godaï. Tout ce petit monde est pensionnaire à la Maison Ikkoku une vieille bâtisse légèrement délabrée qui va accueillir incessamment sous peu une nouvelle gardienne : Kyoko Otonsahi jeune et jolie veuve…

Durant la lecture des dix volumes la le lectrice lecteur va s’amuser grandement entre les déboires de Mr Godaï, les réflexions complétement décalées du trio de locataires mais surtout prendre plaisir à se régaler des quiproquos et des situations loufoques parfois émouvantes qui vont se glisser quotidiennement entre les personnages. Chaque épisode connaît son lot de rebondissements mais cela je vous laisse le soin de le découvrir.

Maison Ikkoku – perfect édition- de Rumiko Takahashi, Delcourt-Tonkam, 2020 – 10 volumes

******

De l’aventure, des cascades spectaculaires, des secrets, des personnages délicieusement imprévisibles, des répliques cultes et un souffle épique – bref, de la fiction avec un grand « F » : La plus grande, le tout nouveau roman de Davide Morosinotto est aussi fabuleux que les précédents ! Isabelle et son moussaillon de 12 ans ont adoré voyager, par la magie des mots, dans la Chine du 18ème siècle. Une époque mouvementée où l’empereur ne règne que de loin, laissant libre-cours aux manigances des mercenaires, des « diables étrangers » et autres pirates. Dans ce monde impitoyable, l’orpheline Shi Yu semble bien vulnérable. Et pourtant… Son destin extraordinaire ressemble à une magistrale partie d’échecs qui la mènera à commander une immense flotte pirate, le tout dans un décor exotique où Hong-Kong est encore une baie sauvage, où l’on mange des racines de lotus et de la soupe de cuisse de grenouille, et où le cheongsam est la tenue de rigueur. Quel plaisir de voir Shi Yu déjouer tous les déterminismes et de se laisser porter par les ondes féministes et émancipatrices qui irriguent cette intrigue ! De quoi faire rêver d’être capable de pratique le Wushu de l’air et de l’eau, et donner envie d’en savoir plus sur Ching Shih, la pirate de légende qui a inspiré ce roman.

La plus grande, de Davide Morosinotto. Médium, L’école des loisirs, 2023.

*

Et en BD, c’est Pépin et Olivia qui a suscité le coup de coeur de l’équipage de L’île aux trésors qui n’a pas su résister aux réminiscences de Tom-Tom et Nana ni à la fantaisie inimitable du trait de Camille Jourdy. Pépin et Olivia forment un duo frère-sœur aussi ingénu que tonique. Si vous les entendez s’animer, attendez-vous à tout. Mais si cela fait trop longtemps que vous ne les entendez plus, imaginez le pire ! L’esprit d’enfance règne en maître sur ces pages et il ne fait aucun doute que les mouflets de tous âges rigoleront, histoire après histoire, des frasques des protagonistes. En tout cas ceux qui ont eu la manie d’égarer leur cartable, ceux qui aiment jouer avec un « J » majuscule, se laisser dépasser par leur propre imagination, célébrer des fêtes de rien du tout. Les adultes sont moins outranciers que dans la famille Dubouchon, on aime quand ils déraillaient un peu, eux aussi. En même temps, ce sont aussi eux qui permettent de très jolis moments de partage intergénérationnels. Adorable !

Pépin et Olivia : La grande fête de rien du tout, de Camille Jourdy. Éditions Dupuis, 2023.

******

Et vous, qu’avez-vous lu et aimé en ce mois de janvier ?

Coups de Cœur de l’Année 2023

Alors que l’année 2023 s’achève, il est venu le temps de faire le bilan de nos lectures dont nous vous proposons une sélection de nos coups de cœur de l’année, des titres qui nous ont touché et ont marqué cette année. Toute l’équipe d’A l’Ombre du Grand Arbre vous souhaite une très bonne année livresque 2024 !

******

Pour Liraloin, Tu es là de Laëtitia Bourget et Joanna Concejo publié en 2022 par les éditions Les Grandes Personnes illustre parfaitement la lecture qu’un album remplit de poésie peut apporter : de l’émotion à l’état brut !
Cet album s’ouvre sur une forêt de sapins, des souliers flottent pour venir, au fil de l’égrainage des pages usant de transparence, se retrouver aux pieds d’une petite fille. Elle est seule et se souvient de cette « bulle de silence entre deux mots », de cette relation si précieuse entre deux êtres. Puis le paysage change et c’est au milieu des fleurs que les souvenirs explosent : « Je t’ai saisi, tu m’accompagnes toujours, je te transmets, je te multiplie, je te mange, je te digère. »
Un album où la poésie n’est pas seulement dans le texte mais également dans sa forme. La superposition des feuilles transparentes qui vont se poser les unes sur les autres au fur et à mesure du récit ne font qu’augmenter l’émotion transmise par l’écriture. Un effet de transparence où l’on devine la suite du souvenir où l’on voit la page se tourner sur un mot, une phrase terminée comme on essaye de clore une histoire. Un sentiment qui donne l’impression d’aller très loin en soi à la recherche de ce souvenir.

******

Linda aurait pu choisir le même album que LiraLoin, mais il aurait été dommage de ne pas mettre en avant l’album d’Olga Tokarczuk illustré par Joanna Concejo tant le message lui a paru essentiel. Invitation à ralentir, Une âme égarée dresse le constat de vies humaines passées à courir pour remplir ses journées au point d’oublier de s’arrêter juste un moment pour penser à soi, faire quelque chose pour soi, voir ne rien faire du tout et juste profiter du moment qui s’offre à nous. Et l’objet-livre nous offre d’ailleurs l’opportunité de vivre l’un de ces moments où l’on prend plaisir à se poser avec un beau livre entre les mains.

Si quelqu’un pouvait nous regarder d’en haut, il verrait que le monde est rempli de gens pressés, qui courent dans tous les sens, fatigués, en sueur, mais il verrait aussi leurs âmes égarées, à la traîne…

Texte et illustrations s’entremêlent pour conter l’histoire de cet homme qui un jour décide de se poser, d’arrêté de courir. Là où l’auteure nous raconte la douleur de la perte puis la prise de conscience, l’illustratrice nous raconte le temps passé à courir, puis le temps passé à attendre le retour de cette âme égarée qui, une fois revenue, amène la couleur dans les pages en même temps que de la lumière dans la vie de cet homme.

******

Mais il y a aussi le touchant roman d’Anne Cortey, Les désaccordés qui narre l’histoire de quatre adolescents, quatre tempos qui tendent à s’accorder sur un même rythme pour avancer côte à côte, car c’est bien connu, à plusieurs on est plus fort. On prend plaisir à suivre la balade de ces quatre jeunes qui se cherchent et se trouvent dans l’art. L’art qui prend différentes formes mais tient une place essentielle pour chacun d’eux, entraînant le lecteur sur son passage.
Outre la beauté du texte, Linda a aimé la justesse des émotions dépeintes dans ces figures de l’adolescence, de ces jeunes comme on aimerait en croiser plus dans la littérature jeunesse, des adolescents qui avancent malgré les coups durs, qui savent se prendre en main et s’entourer d’amis dont les notes résonnent en accords avec les leurs. L’univers artistique la touche tout particulièrement ainsi que la forme du texte qui se déroule aussi naturellement que l’attachement se fait entre les héros.
Par ailleurs, on peut aussi saluer le travail éditorial pour le choix de mettre des pages colorées, vertes en l’occurrence, pour marquer le changement de narration quand chacun des personnages se livre sur son histoire personnelle. Ca peut paraître simple mais ça fait un effet incroyable. Sans oublier les deux illustrations de Cyril Pedrosa, également artiste de la couverture, qui viennent apporter une forme de lumière artistique sur l’ensemble. L’effet est saisissant et fait de cet objet-livre une petite beauté.

Les désaccordés d’Anne Cortey, l’école des loisirs, 2023.

******

Pour Colette, fidèle à celle qui l’a fait entrer en littérature jeunesse il y a maintenant un sacré bout de temps, le coup de coeur de l’année ira à l’album Une Chose formidable de Rebecca Dautremer. Dans cette nouvelle aventure de Jacominus Gainsborough, la poésie se fait petite bête, café Joliette, blagounette et vieille recette. A la manière d’un conte en randonnée, le récit de Jacominus se cogne aux petits défauts de la mémoire et aux mains tendues de l’amitié. On voyage dans le temps et son épaisseur feuilletée. Pour un juste retour à l’enfance où tant de choses se jouent. C’est un délice presque aussi gourmand que le fameux gâteau aux pommes de Beatrix, la grand-mère de Jacominus. Et pour accompagner ce voyage temporel, l’autrice nous propose une mise en voix rehaussée par la musique de Nils Le Thanh, Martin Saëz, Philipe Morino, Arnaud Guillou et Camille Tirard. Un délice, vous dis-je, un délice…

Une Chose formidable, Rebecca Dautremer, Sarbacane, 2023.

******

Lucie ne s’est pas remise de sa lecture de Guerrière, déjà présenté en coup de cœur au mois de novembre. Ce roman poignant et extrêmement bien écrit sur les enfants-soldats marque ses lecteurs au fer rouge. Il avait toute sa place dans la sélection de l’année.

Son avis complet ICI.

Guerrière, de Cécile Alix, Slalom, 2023.

******

Et l’album qui l’a le plus marquée est peut-être Le destin de Fausto. Fausto, c’est l’être humain. Il arrive, sur de lui, et s’approprie tout ce qui l’entoure par la seule force de son (mauvais) caractère. Il ne connaît ni ne respecte pas les éléments qu’il rencontre ? Qu’importe, ils sont à lui.
Jusqu’à ce que l’océan lui résiste et que Fausto retrouve sa place légitime. Pour savoir où elle se situe, il faudra lire cette fable maligne qui invite à la réflexion. Lucie a aimé les illustrations minimalistes qui prennent peu à peu en ampleur et le jeu de la mise en page.
Encore une incontestable réussite d’Olivier Jeffers !

Le Destin de Fausto, Olivier Jeffers, Editions Kaléidoscope, 2020.

******

La désignation des lectures de l’année est revenue à un membre de l’équipage de L’île aux trésors, moussaillon de son état. En album, son choix s’est porté sur une BD dont deux tomes (sur trois) sont parus à ce jour : Magda, cuisinière intergalactique. Ça commence comme un concours top-chef retransmis en direct dans toute la galaxie mais qui révèle très vite des enjeux géostratégiques graves quand on s’intéresse à ce qui se trame en coulisse. Nicolas Wouters et Mathilde Van Gheluwe ont su reconnaître et exploiter tout le potentiel humoristique du monde de la cuisine. Mais pas que : leur album tourne en dérision la société du spectacle, dénonce les frénésies de conquête et d’exploitation des ressources qui détraquent le monde vivant et exacerbent les tensions. Une lecture stimulante mais néanmoins 100% plaisir, pour les voyages en tracteur spatial ou à dos de coléoptère, la merveilleuse faune et flore des différentes planètes et surtout les ingrédients et ustensiles qu’on rêverait d’avoir dans sa cuisine. Tout ça illustré avec une fantaisie qui rappelle à la fois le restaurant Tom-Tom et Nana et les curiosités des Sardines de l’espace !

******

Et en roman, le moussaillon de 12 ans a désigné Pony, un roman singulier qui l’a entraîné dans l’Ohio des années 1860. Pourquoi des truands sont-ils venus enlever le père de Silas ? Que lui veulent-ils, est-il en danger ? Et que fait ce poney sur le seuil du logis ? Silas n’écoute que son courage et se lance sur les traces de son père, dans un vrai décor de western. Après le magnifique Wonder, R.J. Palacio signe un texte aussi beau que singulier. La quête de Silas met l’intrigue sous tension mais, pourtant, le roman semble flotter dans une sorte de quatrième dimension qui n’appartient qu’à lui. Son étrangeté, à commencer par la présence de l’énigmatique Mittenwool aux côtés du garçon, pique la curiosité, crée une tension qui n’a rien à voir avec les cliffhangers pourtant redoutables qui ponctuent le récit. L’autre question qui nous taraude, à la lecture de ces pages, concerne ce père disparu : qui est-il vraiment ? R.J. Palacio brosse un portrait tout en facettes et nuances, celui d’un homme curieux et inventif, aimant et déterminé. L’arrière-plan historique donne de la densité, de la profondeur. Le contexte est celui des États-Unis au bord de la guerre de Sécession et à l’aube de la révolution industrielle. Chemin faisant, le garçon grandit, le mystère se dissipe et l’émotion nous étreint. Il y a des peurs terrifiantes, du rêve (imaginez avoir quelqu’un comme Mittenwool ou un animal comme Pony à ses côtés !), des tonnes de tendresse et de mélancolie, de vrais coups au cœur. Puissant !

******

S’il y a vraiment un livre jeunesse qui reste au cœur de Blandine, c’est celui-ci:

L’étrange voyage de Clover Elkin. Eli BROWN. Bayard Jeunesse, 2023

XIXe siècle – États Unifiés – 20 ans après la Guerre de Louisiane (cela vous rappelle vaguement quelque chose, c’est normal!)
Clover Elkin se retrouve brutalement sur les routes après l’assassinat de son père qui lui a révélé avoir gardé une seule curiosité « neobkhodimyy » et intimé d’aller à New Manchester, pour sa protection. Toutes ses certitudes volent soudainement en éclats.
Dans le monde de Clover, il existe des Curiosités, des objets ordinaires aux propriétés extraordinaires, des particularités qui peuvent être utiles, nécessaires ou discutables, selon qui les manipulent… Clover va croiser plusieurs d’entre Elles, et notamment le Colonel Hannibal Furlong, un coq parlant, à la tête de l’Armée du Sénateur Auburn, qui a combattu Napoléon et son « Accablante »
Cette première rencontre se révélera précieuse tout du long, même s’ils seront séparés.
Lors de cette quête, éminemment initiatique, Clover, bien que déjà mûre, va apprendre à s’affirmer, va connaître la trahison, devoir faire des choix, donner le pardon. Les personnages secondaires ont aussi une vraie densité et offrent un panel intéressant des émotions et comportements humains.
Ce voyage se fait aussi dystopie avec une réflexion sur le pouvoir et le politique.
Le contexte historique remanié est un régal à (re)découvrir.
Nous évoluons dans un monde aussi familier qu’inconnu, de par les insertions fantastiques apportés par l’auteur. Elles sont formidables, nous déstabilisent et sont fortement évocatrices.
Les descriptions sont minutieuses et fascinantes, tant celles des objets que des paysages traversés par Clover. C’est très immersif et visuel.

******

Et pour nous, « adultes », grands enfants que nous sommes restés, ce roman, aux chapitres courts. Un coup de cœur comme un coup au cœur, qui fait écho à Dickens, Andersen et Lindgren!

D’autres étoiles. Un conte de Noël. Ingvild H. RISHOI. Mercure de France, 2022

Ronya, 10 ans
Mélissa, 16 ans
Deux sœurs fusionnelles
Pas de mère, un père alcoolique
Veille de Noël
Une offre d’emploi pour être vendeur de sapins
Un rêve qui prend bientôt beaucoup de place
Et qui ouvre les yeux candides sur une réalité déchirante faite de précarité, d’espoirs déçus, de prises de conscience douloureuses, d’honteuses culpabilités et pourtant d’une certitude du meilleur à venir, de petits moments de joies qui illuminent un quotidien trop souvent terne
Ce conte de Noël contemporain et norvégien n’est certes pas toujours joyeux, mais il est beau, il en devient même tragique, et pourtant il est simplement magnifique !

******

Et vous, quels sont les livres qui ont marqué votre année 2023 ?