Renards, renardes et renardeaux

C’est l’automne !

Sous le Grand Arbre, les feuilles colorées de rouge, jaune et marron nous ont fait penser à la robe des renards. Autrefois appelés goupils, ils tiennent leur nom du fameux Roman de Renart paru au Moyen Âge, c’est dire l’importance de leur lien avec la littérature !

Mais elle leur a aussi accolé une réputation d’animal malin et filou. Nous vous proposons donc une sélection pour dépasser ou conforter les stéréotypes associés à cet animal.

******

Roule renard, Atelier SAJE, Didier Jeunesse, 2021

Roule renard est un album cartonné tout en longueur qui invite le tout petit à un terrifiant décompte : en effet une jolie portée de 5 renardeaux voit, page après page, chaque petit animal disparaître. Par un ingénieux mécanisme, le petit lecteur pourra activer la pirouette du renardeau qui le fera disparaître sous la page. Mais pas de panique, une surprise tout en douceur et en réconfort nous attend à la fin du livre.

******

Le Renard et l’étoile de Coralie Bickford-Smith, Gallimard Jeunesse, 2017

Le graphisme du premier album de Coralie Bickford-Smith est d’une créativité folle. Mais l’histoire n’est pas en reste : Renard  a peur de quitter son terrier jusqu’à ce qu’il rencontre Etoile, dont la lumière et la compagnie le rassure. Mais un jour Etoile disparaît. Désemparé, Renard part à sa recherche, puis sombre dans la mélancolie. Heureusement l’espoir renaît, il ne reste qu’à découvrir de quelle manière !

L’avis de Lucie.

******

La danse d’hiver de Marion Dane Bauer, Albin Michel, 2019

L’hiver approche. Les animaux se préparent chacun à leur manière : l’écureuil stocke des noisettes, l’oie prend son envol, l’ours hiberne… Le renard observe ce manège avec attention, mais il n’a pas du tout sommeil. Un album aux illustrations toutes douces, idéal pour découvrir les comportements des animaux de la forêt en automne.

L’avis de Lucie.

******

Jules et le renard de Joe Todd-Stanton, L’école des loisirs, 2019.

Jules et le renard est un bel album qui parle de différence et encourage à dépasser les idées reçues pour aller au devant des autres. Une histoire d’amitié née d’une rencontre fortuite entre les racines d’un arbre va unir deux être solitaires que le nature a placé comme ennemi de toujours. Une fable touchante au style graphique japonisant à découvrir avec les touts petits… et les plus grands.

Les avis d’Isabelle et de Linda.

******

Petit Renard, d’Edward van de Vendel et Marije Tolman. Albin Michel Jeunesse, 2019.

Le petit renard de cet album, adorable boule de poils orange vif, vagabonde dans un paysage côtier lorsqu’il chute et plonge dans un rêve bouleversant d’intensité : toute une vie de petit renard condensée sous forme d’impressions fortes. Chaque mot du texte résonne comme une petite comptine, porté magistralement par les illustrations de Marije Tolman qui mêlent la beauté de grandes photographies aux couleurs passées et la beauté de dessins vibrants de vie. Tout ceci fait de cet album une lecture à la fois moderne et intemporelle. Et émouvante, tant ce petit renard porte en lui de choses universelles.

L’avis d’Isabelle et notre lecture commune

******

Goupil ou face, comment apprivoiser sa cyclothymie, Lou Lubie, Delcourt, 2016.

Dans la BD, Goupil ou Face, il s’agit d’apprivoiser un animal sauvage assez dévastateur qui se tapit là où on ne l’attendait pas : au cœur de son propre corps, de son propre cœur. Lou Lubie retrace avec beaucoup de poésie et d’humour tout le chemin parcouru pour apprivoiser le renard parfois cruel parfois joueur qui lui met la tête à l’envers, un renard imprévisible qui a pour petit nom cyclothymie. Quand le renard devient un symbole, une métaphore à la fois tendre et piquante d’un trouble psychiatrique qui mérite d’être mieux connu, cela donne cette BD de vulgarisation scientifique passionnante !

******

Fantastique Maître Renard, de Roald Dahl, illustré par Quentin Blake. Gallimard Jeunesse / Folio Cadet.

Le protagoniste de ce roman de Roald Dahl figure en bonne place parmi les personnages de renard incontournables : une véritable obsession pour les trois fous furieux qui possèdent les fermes des environs et remuent ciel et terre dans une traque outrancière. Heureusement, l’ingénieuse bestiole a plus d’un tour dans son sac. À lire pour les personnages hilarants, les illustrations de Quentin Blake, les dilemmes moraux de Maître Renard et de son ami Blaireau. On appréciera aussi le suspense et le dénouement jubilatoire ! N’hésitez pas à découvrir également Fantastic Mister Fox la géniale adaptation cinématographique signée Wes Anderson.

Les avis d’Isabelle, de Linda et de Lucie.

******

Pax et le petit soldat, de Sarah Pennypacker, illustrations de Jon Klassen. Gallimard jeunesse, 2017.

Ce renard là est apprivoisé, mais séparé de son garçon par une guerre : parviendront-ils à se retrouver sains et saufs ? La route est parsemée de dangers, mais aussi de rencontres inattendues ! Impossible de ne pas fondre de tendresse pour ces deux personnages si attachants. À travers le destin de Pax et de Peter, Sara Pennypacker évoque des thèmes universels : la perte d’un proche, la solitude, l’expérience à la fois enthousiasmante et douloureuse de grandir, la difficulté de trouver sa voie par rapport à ses parents, l’épreuve mêlée d’exaltation du retour à la vie sauvage. On ne sait quasiment rien des ressorts de la guerre mais on observe son déroulement et ses conséquences immédiates et durables d’un regard innocent, à hauteur d’enfant et de renard. Ce livre est un vibrant hymne à la paix, étrangement empreint de douceur, à l’image des illustrations de Jon Klassen.

Les avis de Linda et d’Isabelle.

******

Rouge-Feuille. Eric WANTIEZ et Juliette PARACHINI-DENY. Éditions Cépages, 2016

Rouge-Feuille est le nom d’un petit renardeau dont le sens n’apparaît qu’une fois l’automne venu. Au cœur de la nature en rouges, jaunes et orangés, il se fond, se dissimulant des chasseurs. Un jour, il trouve un oisillon à l’aile cassée, Bleu. Ils deviennent amis, mais sa couleur attire l’œil… Cet album au graphisme aussi magnifique qu’original mêle dessins crayonnés, aquarelles et collages avec de vraies feuilles d’arbres aux multiples nuances. Avec beaucoup de délicatesse, il nous raconte une histoire d’amitié et d’entraide, de saisons et de préservation de la nature.

L’avis de Blandine

******

Le Renard Tokela. Pog et Marianne ALEXANDRE. Des Ronds dans l’O Jeunesse, 2016

Dans la tribu des Oceti Sakowin Oyate, une jeune fille se pose des questions. La coutume veut que les jeunes gens tuent chacun un animal pour en faire son totem et s’assurer ainsi de sa protection en revêtant sa peau. Cherchant un moyen d’y déroger, elle se retrouve nez à museau avec le Renard Tokela. Grâce à son aide, Winona rentre la tête haute. Grâce à son courage, tous comprennent que les traditions sont faites pour évoluer, pour être transformées. Entre conte et légende, les auteurs entremêlent la fiction à l’Histoire, pour nous délivrer un profond message de paix, de tolérance et de respect.

L’avis de Blandine.

******

Et vous, quelle aventure mettant en scène un goupil a votre préférence ?

C’est la rentrée ! Nos tables de chevet…

… s’écroulent sous le poids des lectures à venir. Entre la rentrée littéraire, le retour en médiathèque et les PAL déjà bien remplies, nous ne manquons jamais de livres.

Il y en a pour tous les goûts, dans les rayons jeunesse (ou non) et nous avions envie de partager avec vous les photos de nos tables de chevet et celle(s) de nos enfants : ces lectures que nous allons dévorer prochainement !

******

Sur Sirthis&Ladythat, la rentrée se prépare depuis un moment et les PAL de Linda et sa demoiselle sont déjà bien remplies. La priorité ira aux classiques entre l’étude du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux au programme de 4e (nous sommes en instruction à la maison) et la lecture de La ferme des animaux de George Orwell avant d’attaquer l’adaptation en BD aux éditions Jungle dans le cadre d’un partenariat et une adaptation plus libre Le Château des Animaux. Et c’est très probablement 1984, d’Orwell toujours, qui suivra, en roman et en BD. De son côté la demoiselle a déjà attaqué Le syndrôme du spaghetti de Marie Vareille dans sa version ebook et compte bien mener en lecture à deux voix La cité des livres qui rêvent de Walter Moers, La cavale d’Ulf Stark et Le phare aux oiseaux de Morpurgo. Elles ont aussi prévu quelques albums qui respirent encore l’été et les vacances ainsi que quelques romans graphiques que la demoiselle a déjà commencé à lire de son côté.

******

Chez la collectionneuse de papillons, la rentrée est toujours un évènement puisqu’il faut reprendre le chemin du collège et quoi de mieux que de puiser dans les livres des idées nouvelles pour susciter l’enthousiasme de ses futur.e.s élèves. Ce qui explique pourquoi les livres théoriques et les journaux de profs ont une place particulière dans sa PAL de septembre ! Mais la littérature jeunesse n’est pas en reste pour faire découvrir la langue, les grand.e.s auteur.e.s ou la mythologie grecque aux ados masqué.e.s qu’elle va rencontrer dans quelques jours !

Quant à son plus jeune fils, il a dévalisé la médiathèque pour faire le plein de livres sur… les animaux, encore et toujours ! Que de belles soirées lectures en prévision !

******

Dans la PAL de Lucie se trouvent les rescapés de son dernier passage en librairie : Esther Andersen, qui permettra de patienter jusqu’à la sortie du deuxième tome d’Alma et L’enfant, la taupe, le renard et le cheval dont les illustrations l’ont charmée. Le hasard y a aussi réuni deux romans en lien avec le Canada : le quatrième tome du Royaume de Pierre d’Angle et Sauvages. Et, pour finir, Sous un ciel d’or, un livre qui se trouve sur sa liste depuis la critique d’Isabelle.

Après avoir dévoré Esther Andersen et L’enfant, la taupe, le renard et le cheval, son fils a eu envie de faire durer l’ambiance sportive des JO en lisant des biographies de sportifs. Cette rentrée lui permettra de découvrir les parcours de Cristiano Ronaldo et d’Usain Bolt, mais aussi les toujours impressionnants Records du monde du football. La série des romans du Petit Nicolas, commencée cet été, lui permettra de comparer l’école et la société des années soixante avec sa propre expérience entre deux éclats de rire !

******

Pour la rentrée Liraloin a décidé de présenter une série d’articles sur le thème de la Lune. Pop-Up Lune de A. Jankeliowitch, O. Charbonnel et A. Buxton ainsi que Pleine Lune de A. Guilloppé viendront compléter d’autres lectures en cours.

Deux BD, pour varier les plaisirs :  Incroyable de Zabus & Hippolyte et sa superbe couverture d’un petit personnage lisant dans une immense bibliothèque. Elise de F. Menor au sujet, lui, plus grave.

Enfin, une série de romans conseillés, chroniqués par mes très chères copinautes du blog. La Maison au 36 clés de N. Debertolis et Tumée, l’enfant élastique de M. Achard tous deux font partie de la sélection Grandes Feuilles (romans jeunesse) du blog.

En mai 2021, Flore Vesco s’est amusée à répondre à nos questions et donc D’or et d’oreillers et venu s’installer sur ma table de chevet. Enfin pour compléter cette sélection, trois romans d’aventures tous très différents. Il s’agit de Robot sauvage de P. Brown que je ne connais qu’à travers ses albums jeunesse, vivement conseillé par Isabelle. Les Willoughby de L. Lowry car c’est un roman « abominablement écrit et ignominieusement illustré par l’autrice », intriguant non ? La Rivière à l’envers de J-C Mourlevat, un auteur incontournable dont je n’ai lu qu’un seul roman pour le moment, aïe : personne n’est parfait.

******

En période de rentrée comme le reste de l’année (avec seulement un peu plus de difficultés que d’habitude pour trouver du temps !), Isabelle se plonge avec curiosité dans les coups de cœur de ses enfants. Dans les semaines à venir, cela lui donnera le plaisir de découvrir Biotanistes, une dystopie ancrée dans une société matriarcale aux prises avec d’immenses défis, piquée à l’aîné des moussaillons, mais aussi la BD 5 mondes et le roman La folle épopée de Victor Samson, road-trip à travers le monde et l’histoire qui a enchanté son petit frère. Les lectures à voix haute ne seront pas en reste et navigueront entre mystère et louffoquerie, avec L’île aux mensonges de Frances Hardinge et Félicratie de H. Lenoir. Cerise sur le gâteau, deux guides parus récemment sur la littérature jeunesse et la littérature ado, indispensables pour les passionné.e.s que nous sommes !

Et de leurs côtés, les moussaillons continuent leurs explorations, chacun dans son univers à lui. En ce moment, l’un se régale de bandes-dessinées – prochaine sur la liste, Créatures, de Stéphane Betbeder – et de romans animaliers. Il a pour l’heure jeté son révolu sur le raton-laveur de Rascal, de Sterling North, en attendant de lire Le fils de l’Ursari de Xavier-Laurent Petit, que nous avons justement initialement découvert grâce à ses “histoires naturelles”. Son frère nage en pleine littérature de l’imaginaire, à la frontière entre dystopies – The Ones, Grisha – et science-fiction, un genre qu’il a découvert ces derniers mois et qu’il continue d’explorer avec le classique Dune et un titre plus récent de Brandon Sanderson, Vers les étoiles.

******

LA PAL de rentrée de Blandine est aussi haute et variée que réconfortante. Quel plaisir d’avoir un horizon de lectures! Autant de promesses d’évasions, d’ailleurs, de découvertes et de palpitations… Avec, toujours, une possibilité de surprise, d’imprévu!

Des lectures éclectiques, qu’elle compte bien partager avec ses garçons en lecture du soir (Sous les arbres, Malenfer ou Ne te retourne pas!); en Lecture Commune pour le challenge sur l’Inde qu’elle co-anime (Mes sacrées tantes); pour découvrir des destins (Eiffel ou Une fille en or); retrouver des plumes aimées et avoir les émotions chamboulées (Les fins de moi sont difficiles – non mais quel titre!!; Un simple soupçon, En finir avec le Groc, ou encore Faire chavirer les icebergs), lire un auteur adoré quand il signe de son nom et qui a “grandi” avec Six pieds sur terre; ou encore entretenir le suspense avec un titre mystère… Ce mois de septembre s’annonce vraiment très bien!

N’hésitez pas à partager vos lectures à venir avec nous !

Des figures paternelles enthousiasmantes.

A quelques jours de la fête des pères, en cette année qui verra à partir du 1er juillet 2021 le congé paternité enfin allongé, passant de 11 à 25 jours, nous avions envie de partager avec vous une sélection d’albums et de romans qui mettent en avant des personnages de pères curieux, ouverts, bienveillants et attentifs.

******

Pour les plus petits, Alain Le Saux décline toutes les potentialités d’un papa attentif et drôle dans sa fameuse Boîte des papas. Quatre titres en format cartonné idéal pour que les petites mains découvrent au fil des verbes un papa joueur et câlin qui a su soigner son âme d’enfant.

La Boîte des papas, Alain Le Saux, École des loisirs, 2009.

L’avis de Colette.

******

Ecrire permet souvent de déclarer son amour et cela fonctionne parfaitement dans cet album qu’Oliver Jeffers a écrit pour sa fille. Au fil des pages, il parle de transmission, des souvenirs que l’on se crée ensemble, du chemin que l’on parcourt côte à côte, main dans la main. Tout n’est pas toujours facile, mais à deux il est plus facile de se relever et d’avancer.

Toi et Moi – Ce que nous construirons ensemble, Oliver Jeffers. L’école des loisirs, 2020.

L’avis de Lucie.

******

Pour Liraloin c’est Papa ! ce grand classique de Philippe Corentin qui montre une figure paternelle très sympathique.

Ce que l’on remarque tout de suite c’est le visage transit de peur (bouche grande ouverte, cheveux dressés sur la tête) d’un petit garçon criant « Papa ! ». Une peur provoquée par cet étrange animal aperçu au dos du livre.

« Au lit, on lit » c’est bien connu qu’une bonne lecture est propice à un bon endormissement. Cependant, le réveil peut être brutal surtout lorsqu’un étrange petit garçon se retrouve dans le même lit. Quel est le monstre finalement ? Et si ce dernier était le fruit de notre imagination ?

Dans cet album, Philippe Corentin exploite la figure paternelle de façon très simple. Le papa est celui qui est appelé pour secourir ou éventuellement pour chasser l’horrible monstre du lit. C’est à lui qu’incombe le rôle salvateur alors que la maman est là pour rassurer et consoler ou pour faire la morale. Et oui, ce petit garçon s’est couché le ventre trop plein entrainant une mauvaise digestion et donc… Boum ! Cauchemar en action !

Papa ! est un album intemporel que les enfants ne cessent de réclamer. Cette histoire est drôle, rassurante et douillette. Après tout, il n’y a pas que le papa et la maman qui s’inquiètent du petit garçon mais tous les invités également.

Papa ! de Philippe Corentin. Ecole des loisirs, 1995

******

Si Roald Dahl s’amuse souvent au dépend des adultes en soulignant leurs travers et leurs contradictions pour notre plus grand plaisir, la figure paternelle de Danny champion du Monde est pour le moins enthousiasmante. Aimant, attentif, valorisant et plein d’humour, Lucie vous invite à (re)découvrir le papa de Danny !

Son avis ICI.

*****

Le père de Coyote, c’est tout un poème. Pieds nus, look de hippie, regard désarmant, tendresse infinie pour sa fille. Leur bus, qui leur sert de maison nomade, les transporte d’un bout à l’autre des États-Unis au gré de leurs inspirations. Rodéo partage avec sa fille le goût des livres et des histoires, l’envie de laisser des inconnus monter à bord et l’amour des sandwiches du Montana ! Mais il a aussi ses failles qui le rendent d’autant plus attachant. Si Coyote est le personnage principal du roman, son père reste une figure paternelle inoubliable parmi celles que l’on rencontre en littérature jeunesse.

L’incroyable voyage de Coyote Sunrise, de Dan Gemeinhart, PKJ, 2020.

Les avis d’Isabelle, Linda et Lucie

******

La forme du roman choral se prête également à évoquer une relation père-fils. Madeline Roth nous donne à entendre la voix de Lucas, seize ans, et de son père, qui ne se parlent plus depuis longtemps. Ce n’est pas qu’ils soient fâchés, mais les silences, leurs différences et le temps qui voit Lucas grandir et son père vieillir ont distendu le fil de leurs liens. Rassemblés pour une semaine de vacance dans un chalet perdu dans la montagne, ils n’ont guère le choix d’autre choix que de se faire face. S’ils ne pourraient guère être plus différents – l’un posé, habile de ses mains, taiseux, solitude, l’autre avide de vivre, de bruit, de contacts – ils se manquent l’un à l’autre et partagent plus qu’ils ne le pensent. Un beau texte sur le pouvoir qu’a l’amour de transcender les différences et sur l’urgence d’entretenir, mot après mot, geste après geste, les liens qui nous tiennent à cœur.

Mon père des montagnes, de Madeline Roth. Éditions du Rouergue, 2019.

L’avis d’Isabelle

******

En bonus, on vous conseille un film magnifique, captivant, déroutant, enthousiasmant qui dresse le portrait d’un père de 6 enfants parfaitement incroyable. Un Captain Fantastic qui sait nous interroger sur notre rapport à indépendance, aux savoirs, à la transmission, à l’amour.

Captain Fantastic, Matt Ross, 2016.

La bande annonce si ça vous tente !

******

Et vous, quel livre auriez-vous ajouté à cette sélection ? Quel livre a su témoigner du bonheur d’être parent ?

Parlons politique !

A la veille des élections régionales, Le Grand Arbre a décidé de vous proposer plusieurs articles dédiés aux sujets politiques. Et nous voulions commencer notre exploration de ce territoire de la littérature jeunesse en vous proposant une sélection de titres qui invitent à regarder de près le fonctionnement politique et qui font la part belle à des personnages engagés.

Des livres qui interrogent le fonctionnement politique

La fiction, et les dystopies en particulier, permettent d’imaginer une société ayant fait des choix politiques différents et ainsi de sensibiliser à l’importance de s’intéresser aux décisions. La série des Hunger Games est particulièrement intéressante de ce point de vue-là, et particulièrement le dernier tome paru l’année dernière : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur qui nous entraîne dans les coulisses des jeux.

Hunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur de Suzanne Collins, Pocket Jeunesse, 2020.

L’avis de Lucie ICI.

Mais certaines autres dystopies moins connues sont tout aussi pertinentes et questionnent ce que nous serions prêts à sacrifier pour une société pacifiée. C’est le cas d’Un bonheur insoutenable de Ira Levine ou encore du Passeur de Lois Lowry (qui a écrit quatre autres romans autour de l’univers qu’elle a créé).

******

Isabelle et ses moussaillons ont été très intéressés par l’adaptation sous forme d’album jeunesse de la fable politique Le Pays des Souris. Cette histoire de souris qui ont le droit de vote mais élisent systématiquement de vilains matous évoque, sur un mode outrancier, la question du pluralisme, invite à oser concevoir des alternatives hors des schémas existants, à rester attentifs à ce que font nos représentants entre deux élections. Et pose une question excellente : si les chats ne sont pas les mieux à même de représenter les souris, les majorités ne sont peut-être pas les mieux placées pour gouverner les minorités, voire les hommes pour parler au nom des femmes, les plus âgés pour agir au nom des jeunes, etc. Autant dire que les grands comme les petits trouveront matière à réflexion dans ces pages !

Le Pays des Souris, d’Alice Méricourt et Ma Sanjin. Éditions Père Fouettard, 2020.

L’avis d’Isabelle

******

Incroyable de voir à quel point les fables de la Fontaine peuvent encore résonner plus de trois siècles plus tard. Quelle idée de génie a eue Olivier Morel de donner à lire Les animaux malades de la peste à hauteur d’enfant, en jouant sur la typographie et des gravures très modernes ! Vous connaissez forcément cette fable dans laquelle on cherche un responsable du fléau de la peste. Si chaque animal bat sa coulpe, on ne peut pas vraiment dire que chacun soit logé à la même enseigne… Cette critique de la justice à géométrie variable exercée par les puissants est très percutante et ne manquera pas de parler aux plus jeunes. Une lecture puissante et réjouissante, qu’Isabelle et ses moussaillons aiment redécouvrir régulièrement.

Les animaux malades de la peste. Jean de La Fontaine, illustrations d’Olivier Morel. Éditions courtes et longues, 2013.

L’avis d’Isabelle

******

Comment imaginer que le décor bucolique de Watership Down puisse être le théâtre de d’événements terrifiants ? Ce conte fleuve est avant tout une extraordinaire intrigue à rebondissements qui se noue à partir de l’exil forcé d’une poignée de lapins suite à la prophétie de la destruction imminente de leur garenne. Mais on peut aussi voir une allégorie dans ces lapins qui s’efforcent de « faire société », une fable qui parle des migrations, des fondements (démocratiques ou autoritaires) du pouvoir, de rébellion, des vertus de l’entraide, des rapports entre humains et animaux. Un livre culte à découvrir absolument, réédité magnifiquement en 2020 par Monsieur Toussaint Louverture !

Watership Down, de Richard Adams. Monsieur Toussaint Louverture, 2020.

L’avis d’Isabelle

******

Des livres qui invitent à s’engager

Et si s’engager, aujourd’hui encore plus qu’hier, c’était désobéir ? Dans la collection “Nouvelles” de chez Thierry Magnier, un recueil de 8 nouvelles de Christophe Léon a particulièrement retenu notre attention, un recueil justement intitulé Désobéis ! Un vrai petit manuel de désobéissance civile, où peut-être trouver de quoi se former une âme de militant.e.

Désobéis !, Christophe Léon, Thierry Magnier, 2011.

L’avis de Pépita par là.

******

Et si pour encourager nos jeunes à agir nous éveillions leur conscience et les aidions à développer leur esprit critique? Dans le roman à 7 voix qu’est On n’a rien vu venir, les auteures présentent comment un état totalitaire se met en place insidieusement et combien il faut de courage et l’importance du soutien pour se lever contre les injustices.

On n’a rien vu venir, AG. Balpe, S. Beau, C. Beauvais, AL. Heurtier, A. Laroche, F. Robin, S. Vidal, Alice édition, 2012.

Les avis de Bouma, Linda et Pépita.

******

Et si agir, c’était réfléchir, s’engager au quotidien ? Un album qui invite à ne pas être des moutons…

On n’est pas des moutons ! Claire Cantais
et Yann Fastier, La ville brûle

L’avis de Pépita

******

4 destins de jeunes qui pourraient être ceux de jeunes d’aujourd’hui : des destins lumineux désireux de s’engager pour des causes importantes dans un esprit de solidarité et militant. Quand petite histoire et grande Histoire se rencontrent…

Camarades, Shaïne Cassim, EDL

L’avis de Pépita

******

Femmes combattantes, inspirantes, innovantes

Le 8 mars est la Journée Internationale pour les Droits des Femmes.

Officialisée en 1977, cette journée trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Pour les arbronautes que nous sommes, ce sera aujourd’hui l’occasion de vous proposer une sélection de livres de tous genres qui mettent en avant des femmes combattantes, inspirantes, innovantes ! Des femmes de science, des femmes engagées, des femmes artistes !

******

Dès le XIXe siècle, certaines femmes pionnières du féminismes eurent l’audace de trouver leur voie et de s’affirmer hors des carcans. S’il reste encore beaucoup à faire, les obstacles qu’elles rencontrèrent permettent à la fois de mesurer le chemin parcouru depuis et le courage nécessaire pour conquérir de nouveaux droits à l’encontre de normes qui semblent aller de soi… Rosa Bonheur qui parvint à devenir peintre, vécut avec une femme et obtint même l’autorisation de porter des pantalons est l’un des exemples les plus frappants. Quelle belle idée a eue Natacha Henry de lui consacrer un roman – roman dont on reparlera d’ailleurs très bientôt sous le grand arbre…

Rosa Bonheur, l’audacieuse, de Natacha Henry, Albin Michel.

Pour Linda, c’est également dans le passé, entre 19ème et 20ème siècle qu’a vécu l’une des femmes les plus inspirantes. Beatrix Potter est connue à travers le monde pour ses histoires mettant en avant de petits animaux dont Peter Rabbit est le plus célèbre. Mais son parcours est particulièrement inspirant pour le combat qu’elle a mené pour faire connaître son talent et être indépendante à une époque où les femmes dépendaient de leur père avant de dépendre d’un mari. Par ailleurs, son amour de la nature l’a conduite à acheter des terres et les fermes qui y étaient installées permettant la préservation d’un patrimoine. Sans son action, le Lake District n’aurait probablement pas l’aspect qu’on lui connait encore aujourd’hui.

Pour les jeunes lecteurs, l’album de Linda Elovitz Marshall et d’Ilaria Urbinati se veut une merveilleuse introduction à la découverte de cette femme peu ordinaire.

Amoureuse de la nature, l’incroyable destin de Beatrix Potter de Linda Elovitz Marshall et Ilaria Urbinati, Gallimard jeunesse, 2020.

Son avis est ICI.

Pour les plus grands, la biographie de Beatrix Potter écrite par Richard Maltby Jr, scénariste du film éponyme, est à découvrir pour en savoir plus sur l’éducation reçue par la jeune fille et ses difficultés avec l’amour.

Miss Potter, de Richard Maltby Jr, Mango, 2007.

Son avis à découvrir ICI.

Et n’hésitez pas non plus à découvrir Miss Charity, un merveilleux roman librement inspiré par la vie de Béatrix Potter. Un voyage inoubliable en pleine Angleterre victorienne, des personnages adorables et une existence placée sous le signe de l’indépendance !

Miss Charity, de Marie Aude-Murail, L’école des loisirs.

Les avis d’Isabelle, de Linda et de Lucie

******

Coups de cœur pour Marie Curie et Frida Khalo, deux titres parus dans La collection Les Grandes vies chez Gallimard jeunesse. Des vies exceptionnelles pour deux femmes inspirantes !

Les avis de Liraloin

******

Pour Liraloin c’est le destin de Katherine Johnson relaté par Carole Trébor qui remporte les suffrages pour cette journée de la Femme.

Née petite dernière d’une fratrie de quatre enfants, Katherine montre très vite des aptitudes hors normes en mathématique. Protégée, aimée et encouragée par sa famille, cette jeune femme modeste ira jusqu’au bout pour y arriver. Elle deviendra cette femme, celle de l’ombre qui jouera un rôle essentiel dans l’avancée des recherches de la conquête spatiale américaine. 

« Je ne suis pas meilleure que les autres, mais les autres ne sont pas meilleurs que moi » telle est la phrase que Katherine Coleman (avant de devenir Johnson) se répètera sans cesse pour lutter contre la ségrégation et enfin accéder à un métier où les femmes restent minoritaires surtout lorsqu‘elles sont de couleur.

Carole Trébor nous livre un récit très bien documenté avec beaucoup de références sur la vie des Afro-Américains en 1930. La ségrégation, hélas, trop présente dans le système éducatif nord-américain. Les notes en bas de page apportent de l’éclaircissement. D’ailleurs l’histoire est ponctuée de références : « Elle gagnerait 50 dollars par mois. Une telle rémunération lui paraissait énorme ! Et lorsqu’une de ses amies de l’AKA lui avait proposé que l’Etat attribuait 65 dollars mensuels aux enseignantes blanches du comté, Katherine avait balayé cette réticence d’un revers de la main : elle avait pris la résolution de ne pas s’appesantir sur les aspects négatifs. »

Au-delà des faits historiques, l’écriture de Carole Trébor ne transmet aucune empathie ni aucune colère. Les faits sont relatés tels quels, simplement. Le lecteur accompagne Katherine, l’œil bienveillant figé sur ce destin de femme exceptionnelle !

Combien de pas jusqu’à la lune de Carole Trébor, édition Albin Michel – collection Litt’, 2020

******

Pour Colette, les femmes les plus inspirantes sont celles en devenir, celles qu’elle côtoie tous les jours dans son métier d’enseignante. Avec elles, elle aime parler de Malala Yousafzai, de Wangari Maathai, de Marie Curie, de Greta Thunberg ou encore de Frida Kalho. On a déjà parlé des albums de la collection “Grands portraits” de chez Rue du monde qui dressent les biographies enthousiasmantes de Malala ou de Wangari.

Malala, pour le droit des filles à l’éducation, Rue du monde, 2015.
Wangari Maathai, la femme qui plante des millions d’arbres, Franck Prévot, Aurélia Fronty, Rue du monde, 2011.

D’ailleurs, pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus sur Malala, ne pas hésiter pour les plus grandes lectrices et les plus grands lecteurs à lire son autobiographie.

Moi, Malala,
Patricia McCormick, Malala Yousafzai, Hachette Jeunesse, 2014.

Et pour les plus jeunes, le très bel album Le crayon magique de Malala nous raconte à travers les douces illustrations de Kerascoët la vision de l’éducation que porte cette jeune femme si audacieuse qui a d’ailleurs créé sa propre fondation pour lutter pour que chaque fille dans le monde ait droit à l’éducation. C’est par !

Le Crayon magique de Malala,
Malala Yousafzai, Gautier Languereau, 2017.

******

Les jeunes femmes du XXIe siècle n’ont d’ailleurs de cesse de nous inspirer dans tous les domaines. Du côté de l’écologie, ne pas hésiter à lire le discours de Greta Thunberg intitulé Rejoignez-nous #grevepourleclimat !

Rejoignez-nous, Greta Thunerg, Kero, 2019.

L’avis d’Isabelle

Pour les plus jeunes, l’album Greta change le monde ! permet d’évoquer les actions menées par cette jeune suédoise très engagée.

Greta change le monde,
Gabriella Cinque, Vamille, Sarbacane, 2020.

N’hésitez pas non plus à découvrir Jamie Margolin, activiste américaine qui a publié en 2020 un manuel pour s’engager à ses côtés intitulé Le Pouvoir aux jeunes.

Le Pouvoir aux jeunes, Jamie Margolin,
Massot éditions, 2020.

******

Pour Pépita, deux romans viennent immédiatement à l’esprit : des destins de jeunes filles incroyables, la première dans le domaine sportif et la seconde dans le domaine scientifique. Et il en fallait de l’audace !

La fille d’Avril, Annelise Heurtier, Casterman

Les avis de Pépita et de Lucie

Les avis de Pépita LA et LA.

Un régal que ces sept contes de femmes “vives et vaillantes” ! : “Contrairement aux idées reçues, les jeunes filles dans les contes n’attendent pas qu’un prince vienne les sauver en les épousant, elles prennent leur destin en main pour devenir femmes…” Praline Gay-Prara

Vives et vaillantes, 7 héroïnes de contes, Praline Gay-Prara, Didier jeunesse

L’avis de Pépita

Pour rester dans le conte, je ne peux pas passer à côté du dernier roman de Flore Vesco “D’or et d’oreillers”, que je suis en train de lire avec un plaisir immense : je sens que Sadima va beaucoup me surprendre ! Un roman étonnant qui mêle statut de la femme au XIXème siècle en Angleterre, conte détourné, sexualité et magie !

D’or et d’oreillers, Flore Vesco, Ecole des loisirs, Médium

******

Cerise sur le gâteau – enfin sur la sélection, les deux tomes de la BD Les Culottées qui mettent en lumière les trajectoires de femmes qui, chacune à sa manière, résistent obstinément aux attentes et aux injonctions pour suivre leur voie. Chacune de ces histoires est saisissante, bouleversante, mais inspirante : il y a quelque chose de jubilatoire à voir ainsi ces femmes repousser de toutes leurs forces les limites de leur horizon – et du nôtre par la même occasion. Elles incarnent un spectre immense et grisant de vies de femmes. Et invitent à oser être soi-même et imaginer de nouveaux possibles.

Les Culottées, tomes 1 et 2, Pénélope Bagieu, Gallimard.

Les avis de Lucie et d’Isabelle

Existe aussi en DVD !

******

Et si vous voulez découvrir de manière ludique d’autres femmes combattantes, inspirantes, innovantes, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil du côté de la maison d’édition de jeux Toplatoys et notamment de sa collection de jeux sur l’égalité intitulée The Moon Project. Le jeu des 7 familles inspirantes est un très joli support pour découvrir des femmes pionnières dans le sport, l’art, la littérature, la politique, l’entreprenariat et les sciences.

Et pourquoi pas se laisser tenter par le magnifique jeu “Who’s she ?” de chez Playress pour découvrir d’autres figures emblématiques de l’Histoire des femmes ?

Avec elles, après elles, comme Clara Zetkin grâce à qui la Journée Internationale des droits des femmes a été crée, nous continuons de dire, au moins au fil de nos lectures :

“Je veux me battre partout où il y a de la vie.”