Prix À l’Ombre du Grand Arbre 2024 : les lauréats !

À l’ombre du grand arbre célèbre la littérature jeunesse avec un prix qui distingue les titres pour lesquels vous avez votés, parmi ceux que nous avons sélectionnés dans nos toutes nos lectures parues l’année précédente. Ce prix, c’est…

… six catégories regroupant des genres s’adressant de la toute petite enfance aux ados

… trois titres sélectionnés dans chaque catégorie (cliquez sur le nom des catégories pour les retrouver)

… 265 votes donnés, merci à vous !

Et maintenant, roulement de tambour, le grand arbre tremble de fierté des racines à la cime au moment d’annoncer LES LAURÉATS !

Catégorie Brindille : album petite enfance

Un album pour avoir peur et frissonner avec nos « plus petits » comme il se doit !

Il y a des monstres dans ma chambre ! de Fanny Pageaud, A pas de loup, 2023

Catégorie Petites feuilles : album pour « grands »

Un album poétique et d’une belle finesse pour donner confiance à nos « plus grands »…

Je suis ton manteau d’Angélique Villeneuve et Julien Martinière, Etagère du bas, 2023

Catégorie Grandes feuilles : romans jeunesse

Une lecture de haut vol pour ce roman où un jeune homme est repéré, et invité à rejoindre Crookhaven, une mystérieuse école… qui lui permettrait de développer ses talents de voleurs bien évidemment !

CrookHaven-l’école des voleurs de J.J. Arcanjo, Pocket Jeunesse, 2023

Catégorie Belles Branches : roman ado

Guerrière, c’est un roman que nous avons lu en apnée, qui nous a chamboulées, un texte qui bouscule, puissant, émouvant.

Guerrière de Cécile Alix, Slalom, 2023

Catégorie Branches dessinées : BD jeunesse

Une lecture libératrice et savoureuse (nous pesons nos mots) qui vous donne envie d’enfourcher votre vélo et de laisser opérer la magie !

Les petites reines de Magali Le Huche d’après le roman de Clémentine Beauvais, Sarbacane, 2023

Catégorie Racines : Documentaire

Riche en informations, ce documentaire délivre avec humour et un aspect ludique toute la passion de ses auteurs pour le fromage… et les bons mots !

Balade en fromagie de Bernard Friot et Aurore Paillusson, illustré par Thomas Baas et Charlotte Fréreau, Milan, 2023

******

Un grand bravo aux lauréats ! Et merci de concentrer tout ce qu’on aime à l’ombre du grand arbre : des couleurs et du rythme, une fenêtre ouverte sur le monde, un souffle de liberté, des perches tendues qui invitent à la réflexion et des plumes vraiment singulières.

Nos coups de cœur d’avril

En avril, le temps maussade nous a convié à rester sous notre plaid bien douillet. Quoi de mieux que de belles lectures réconfortantes pour accompagner un petit thé fruité et fumant ?! En attendant de retrouver le soleil, voici nos nombreux coups de cœur !

******

Pour Liraloin c’est une déconnexion totale qui s’est opérée après la lecture du magnifique album le Voyage de Shuna de l’immense Hayao Miyazaki.

« Ces évènements ont pu se dérouler il y a fort longtemps, ou bien allaient-ils se produire dans un lointain futur ? Plus personne ne le sait vraiment. » Sur une terre aride la force humaine est mise à rude épreuve, les récoltes ne sont que désolation. Ici vit Shuna, jeune prince héritier de la couronne qui, au détour d’un chemin, recueille un étranger : un vieillard à l’article de la mort. Usant ses dernières forces, ce dernier lui narre son épuisant périple à la recherche d’un trésor inestimable. Une richesse qui pourrait sauver les habitants de toutes les contrées. Intrigué et téméraire, Shuna décide de partir à la poursuite de ce trésor…
Véritable quête initiatique, Shuna se retrouvera plus d’une fois à prendre des décisions qui bouleverseront ses convictions en son for intérieur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y trouver une résonnance avec le fabuleux roman de Damasio : La Horde du Contrevent. Les éléments de la nature, le vent, le sable ne sont que douleurs pour les personnages, les poussant au bout de leurs forces physiques et psychologiques.  Le chemin est infini…

Le Voyage de Shuna de Hayao Miyazaki, Sarbacane, 2023

******

De son côté, Lucie avait noté La Parure suite à un billet d’Isabelle et elle n’a pas été déçue ! Cette réécriture du classique de Guy de Maupassant par Annelise Heurtier est extra. Elle répond de manière étonnante à une autre réécriture de l’auteure, Combien de terres faut-il à un homme ?, sur le thème de la pléonexie. Les héros de ces deux albums ne se satisfont pas de leur quotidien et vont le risquer en tenant de s’élever (socialement, financièrement). Ce « plus » était-il indispensable à leur bonheur ? Eux le pensent, le lecteur est invité à y réfléchir. Tout d’abord déstabilisée par les illustrations de Delphine Jacquot qui a fait le choix de l’anthropomorphisme, Lucie a finalement trouvé qu’il permettait d’installer une certaine distance qui aidera sans aucun doute les enfants à entrer dans le récit et à se questionner.

La Parure, Annelise Heurtier d’après Guy de Maupassant, illustrations de Delphine Jacquot, Thierry Magnier, 2022.

Les avis complets d’Isabelle, Linda, Blandine et Lucie.

******

Si le premier tome était déjà impressionnant (voir la lecture commune qu’en avaient fait les copinautes ICI), le second tome de la saga Pallas, Sur les flancs de l’Ida est encore un cran au-dessus d’après Lucie. Peut-être parce que les personnages sont plus familiers et que l’échéance de la guerre de Troie approche. Au cœur des intrigues, comme l’a si bien dit Isabelle dans sa critique du premier tome : amours, trahisons, vengeances, c’est « Dallas » dans la Grèce antique. Et les femmes sont bien entendu les premières victimes des hommes comme des dieux. Pas une n’est épargnée par la violence, que celle-ci la touche directement ou soit dirigée vers ses enfants. Cette série est clairement à réserver aux plus grands tant la brutalité irrigue toutes les relations entre les personnages. Ceci posé, Lucie est admirative de la manière dont l’auteure a su créer des liens et des intrigues entre ses célèbres protagonistes. Tout est clair, implacable et brillant. La guerre de Troie approche, elle est inéluctable et nous sommes impatientes de lire de quelle manière Marine Carteron l’utilisera dans le troisième (et dernier) tome de cette série.

Pallas, Sur les flancs de l’Ida, Marine Carteron, Le Rouergue, 2024.

Les avis de Lucie et Frédérique.

******

Héloïse (ileautresor) a eu envie de partager son coup de cœur pour Médiévalmania. Cet album grand format avec rabats permet de faire connaissance avec le Moyen-âge. Le château fort apparaît à travers un jeu de volets : le pont-levis se déplie et permet d’accéder au château. Ce livre permet d’aborder la vie des personnes à l’époque médiévale. Au Moyen-âge, se construisent aussi les villes toute en verticalité avec leurs tours et leurs clochers. Elles réunissent de multiples fonctions (politique, économique, militaire, festive, religieuse et créative) et sont bâties en aspirant à la beauté. A la fin, l’album évoque de nombreuses inventions (imprimerie, boussole, poudre à canon, horloge, lunettes, caravelle). Il est aussi question de figures comme Jeanne d’Arc ou le roi Arthur. En bref, Médiévalmania est un album pour mieux comprendre la période médiévale et la saisir dans toute sa finesse à travers toute la beauté de pages animées.

Médiévalmania, Emma Giuliani et Carole Saturno, Éditions Les Grandes Personnes, 2023.

Son avis complet ICI.

******

Pour Séverine, le coup de cœur d’avril, c’est pour un roman ados d’un auteur trop peu (re)connu, à savoir Hervé Giraud. Publié chez Thierry Magnier quand il s’adresse aux adolescents, et plus récemment chez Seuil Jeunesse pour la collection « Le grand bain » destinées aux enfants de 8-10 ans, il compte à son actif une dizaine de romans, où se mêlent toujours profondeur et fantaisie, le tout agrémenté d’un humour fin et subtil, y compris dans ses œuvres les plus sombres.

Celui-ci ne fait pas exception, on valse sans cesse entre sourires et émotion. Il est d’autant plus intéressant qu’il traite de sujets peu vus en littérature jeunesse : la vie au sein d’un cirque familial itinérant, la condition animale dans les parcs animaliers, le trafic d’animaux sauvages et plusieurs autres thématiques contemporaines, telle la solitude, la solidarité, le respect… Le roman est plein de rebondissements et de suspense, il est peuplé de personnages hauts en couleur, puisqu’on y rencontre entre autres un yogi philosophe fan de Johnny, une chienne obéissante et une grand-mère qui n’a pas froid aux yeux…Mais surtout, on s’attache énormément à son jeune héros, Angelino, dont le meilleur ami est n’est autre que le  tigre du Bengale avec lequel il a grandi et qui lui est enlevé, parce que les lois ont changé et que les animaux sauvages sont désormais interdits dans les cirques. Révolté par cette situation au début du roman, il fera tout pour pouvoir récupérer KroK, en prenant des risques, en surmontant ses peurs, prise de conscience au passage, et il aura une autre vision sur les animaux privés de liberté à la fin de l’histoire. Il sortira grandi de son aventure, et peut-être même un peu amoureux…

Séverine a retrouvé dans ce roman toute la saveur de la sauce Giraud ! Elle pique un peu, avec une pointe de causticité, juste ce qu’il faut pour donner un goût de reviens-y. Mais son ingrédient secret est cette tendresse omniprésente pour les jeunes gens bousculés par les décisions des adultes, les coups du sort, la solitude parmi leurs pairs, pour des raisons qui tiennent au hors normes, ou la sauvagerie du monde. Bref, elle se délecte à chaque fois de sa plume aiguisée, pointue, mais qui, toujours, sait aussi rentrer les griffes pour se faire poésie, douceur et pattes de velours.

KroK, Hervé Giraud, Editions Thierry Magnier, 2024

L’avis complet de Sev se livre.

******

De son côté Linda a fait de bien belles découvertes dont un très joli roman d’apprentissage découvert au hasard de ses pérégrinations libraires. Ainsi, Madou en 5 actes lui a littéralement tendu les bras après que sa couverture lui ait fait pétiller la rétine.
Dans ce roman en cinq actes, Guillaume Nail dresse le portrait d’une adolescente qui porte en elle les doutes et questionnements de se génération, en proie à une inquiétude permanente de trouver sa place dans un monde en plein changement, et à l’intérêt de faire des études qui ne la conduiront nulle part.
Récit initiatique, Madou en 5 actes est un roman qui se révèle exaltant dans les passions de son héroïne et dans l’écriture moderne de son auteur, dont les descriptions de paysages sont une invitation au voyage, et dont la poésie se fait la fenêtre d’une âme luttant avec un puissant désir de liberté.

Madou en 5 actes de Guillaume Nail, Milan, 2024.

L’avis complet de Linda est ICI, et celui de Séverine .

******

Mais c’est aussi Une aventure au royaume de porcelaine qui a su la toucher par la puissance de ses illustrations élégantes, exécutées avec une précision incroyable qui donne vie à l’histoire dans une succession d’obstacles et d’étapes à franchir pour parvenir à la suivante.
Album sans texte, on y découvre le parcours de son héros à la poursuite de son chapeau emporté par le vent au-travers d’un service en porcelaine qui enchante par sa diversité et fait voyager par son style asiatique.
Katerina Illnerova a été récompensé du Prix du Silent Book Contest 2022 pour ce premier album, alors qu’elle était encore étudiante.

Une aventure au royaume de porcelaine de Katerina Illerova, Obriart, 2024.

Son avis complet est à lire ICI.

******

Pour Colette, le mois d’avril a le goût particulier du silence, un silence noir et blanc, rythmé comme une danse que l’on commence à deux sur un rythme endiablé pour la terminer à la cadence de son propre souffle, alenti par le temps qui creuse rides et cernes au visage comme au cœur. Duo mambo de Wei Middag et Aurèle Arima est un album de peu de mots, qui commence par une naissance et les pirouettes de deux bébés. Puis les bébés se lèvent, grandissent, se rencontrent, leurs mouvements se font glissements, battements, élans, frissons, leurs mouvements se font sensuels, étreintes, embrassades, leurs mouvements se font famille. Puis les corps se courbent, se raidissent, s’éloignent, se séparent. Et commence un voyage à travers le temps. Voilà un petit album qui laisse le souffle coupé. Un album épuré, d’une grande simplicité qui raconte quand il se tait. Un album de toute une vie comme Colette les aime tout particulièrement.

Duo mambo, Wei Middag, Aurèle Arima, La Joie de lire, 2023.

******

Pour Héloïse (helolitlà), Avril a été l’occasion d’une belle rencontre printanière, celle d’Auguste, le renard qui n’aime pas les surprises. Or, son amie Suzy, l’intrépide écureuille, lui en a promis une. Le voilà qui stresse, prévoyant le pire…

La grande angoissée qu’est Héloïse a énormément aimé cet album adorable, qui lui a beaucoup parlé. Elle a craqué devant ses couleurs vibrantes, ses illustrations printanières qui rendent hommage à la nature dans toute sa splendeur. C’est pour elle un ouvrage idéal pour dédramatiser ces peurs incontrôlées, pour apprendre à lâcher prise.

Et puis, une surprise… peut aussi se révéler être un joyeux moment de partage !

Je n’aime pas les surprises, Myriam Bos, Bayard Jeunesse. Mars 2024

Son avis complet ICI.

******

Côté romans, Héloïse a fait de beaucoup de très belles lectures, dont l’envoûtant De délicieux enfants, de Flore Vesco. Et la lecture-doudou, le roman qui revisite habilement la mythique école de sorciers version pickpocket, ce fut le premier tome de Crookhaven.

Gabriel est un voleur hors-pair. Orphelin, il grandit dans la pauvreté avec sa grand-mère. Repéré pour ses talents hors norme, il est invité à Crookhaven, une mystérieuse école…

Héloïse est retombée en enfance le temps de cette lecture passionnante. Dans cette école de voleurs au grand cœur, elle a retrouvé avec joie tous les ingrédients du genre : cours originaux, amis hauts en couleurs, bibliothèque, épreuves qui sortent de l’ordinaire, grands méchants… et surtout, elle a découvert un texte addicitif qui pose de belles interrogations sur la justice et la répartition des richesses.

Crookhaven, tome 1 : L’école des voleurs, de J.J. Arcanjo, Pocket Jeunesse. Mai 2023

Son avis complet ICI, celui d’Isabelle, de Linda et de Lucie.

******

Pour Blandine, ses coups de cœur sont autant affaires de visuels, de visions que d’originalités narratives.

Cet album carré au touché velouté nous permet de connaître les différents noms que l’on attribue aux groupes d’animaux. Entre sobriété et originalité, la découverte est de mise! Et le parti-pris illustratif est génial: Les animaux sont représentés minimalistes, en perles à repasser.

Un troupeau de moutons. Jean DA ROS. La Partie, mars 2024

******

Cet album nous permet de voir passer une vie

À travers les barreaux d’un lit, d’une fenêtre
À travers le prisme d’une loupe, d’un télescope
À travers l’écran d’une télévision, d’un ordinateur
À travers le verre d’une serre, de jumelles

À travers le temps qui passe et ses changements
Subtils, délicats, évidents, difficiles, lumineux
À travers les décisions prises, choisies, subies, révélées
À travers l’âge qui change les données
À travers la vie qui se poursuit sous ses différentes formes

La couverture toute en sobriété donne le ton grâce à sa découpe
Entre ses pages, nul autre texte qu’une date qui égrène les années une à une, et un lieu
Chaque double page nous offre deux visions: le personnage principal avec ce qui l’entoure, et ce que lui voit
Une palette de couleurs restreinte, et pourtant très évocatrice, qui permet de fines et ingénieuses mises en perspective, des détails en apparence anodins, une ombre qui veille, d’autres vies qui bruissent
De l’infiniment petit à l’infiniment grand

Un album d’une grande maîtrise, silencieux et pourtant puissamment évocateur.

A travers. Tom HAUGOMAT. Thierry Magnier, septembre 2018

L’avis complet de Blandine ICI

******

Ce mois-ci, Isabelle (ileauxtresors) s’est laissé désarmer par un splendide roman graphique venu du Québec. Le pèlerinage d’une jeune femme dans sa maison d’enfance ravive les souvenirs, ceux d’une vie de famille comptant un enfant différent. Son petit frère, surnommé Major Tom – le petit astronaute, c’est lui. Outre le poids du handicap qui entrave la communication et la mobilité du garçon, la société ne facilite pas les choses pour les enfants comme Tom. Ces pages évoquent un sujet douloureux avec beaucoup de poésie (en cela il rappelle le roman S’adapter, de Clara Dupont-Monod, paru la même année). Elles ouvrent notre horizon, serrent le cœur tout en sachant nous réconforter par la tendresse qui les imbibe. Jean-Paul Eid compose notamment un splendide personnage de grande sœur, solaire, dans sa vie de petite fille qui grandit, mais attentive et aimante. Impossible de ne pas être bouleversé en comprenant, au détour de la dernière page, que cette BD lui a été inspirée par sa propre expérience familiale.

Le petit astronaute, de Jean-Paul Eid, La Pastèque, 2021.

******

Et vous, qu’avez-vous lu en avril ? Quels ont été vos coups de cœur ?

Notre auteure essentielle : Joanna Concejo

Joanna Concejo est une autrice-illustratrice qui a publié presque une vingtaine d’albums. Si parfois elle laisse « les commandes » à d’autres auteur.e.s tels que Sébastien Joanniez, Olga Tokarczuk ou encore Laetitia Bourget, son travail d’illustration se remarque par son trait de crayon floral et les reproductions de photographies qui illuminent les écrits.

Voici donc les œuvres que nous avons aimés, présentées selon le goût de chacune : sous la forme de lettre, de poème, de récit-souvenir ou d’un abécédaire .

******

Blandine a choisi Sénégal

Sénégal. Arthur SCRIABIN et Joanna CONCEJO. L’Atelier du Poisson Soluble, 2020

Souvenir d’une neige unique et improbable au Sénégal
Enfance qui sent et ressent sans avoir encore les mots
Nostalgie sans tristesse de la mère au chant larmoyant
Eparpillement et entremêlement des réminiscences
Galerie d’objets et d’émotions qui recomposent le passé, fait de photographies, fleurs séchées, anecdotes et symboles
Aux dessins de crayons de couleurs au charme délicatement suranné se joignent la poésie et la sensibilité des mots
L‘envoûtement de cet album se fait aussi poignant que saisissant

******


Liraloin a choisi M comme la mer.

M comme la mer de Joanna Concejo, Format, 2020

M comme la Mer où comment assister au spectacle d’une danse entre un enfant et l’infini bleuté.

C’est au loin sur la plage que je l’ai aperçu la première fois, immobile comme s’il attendait une réponse de l’océan. La mer était scintillante si belle dans cette tenue, on aurait dit que des milliers d’écailles tentaient de recouvrir sa surface.

L’enfant, lui, tout à coup s’est mis à bouger, à shooter dans le sable, à courir puis s’est arrêté pour ramasser des coquillages et autres merveilles. De loin je l’ai observé jouant avec le sable et tous les petits cailloux granuleux. Je l’ai vu parler à la mer, le vent a emporté ses paroles. Mer confidente, à jamais tu emportes d’importants et mystérieux mots.

En revenant à moi, une fois rentrée, j’ai ouvert cette boîte à photos qui trainait depuis des lustres sur ma table de chevet : mes fils étaient de nouveau enfants, petits. J’ai joué longtemps avec les coquillages en repensant à ces instants à jamais figés, en repensant à cet enfant que moi-même j’avais été.

******

Linda a choisi Une âme égarée.

Une âme égarée de Olga Tokarczuk, illustré par Joanna Concejo, Format, 2018.

A trop COURIR, l’homme a tendance à passer à côté de l’essentiel,
Et finit dans l’OUBLI de sa propre identité.
Il lui suffit pourtant de prendre le TEMPS,
Pour que son ÂME, depuis longtemps distancée, ne lui revienne.

Invitation à RALENTIR, Une âme égarée est un album à deux voix,
Dont celle des ILLUSTRATIONS de Joanna Concejo offre
Le plaisir de SE POSER pour un plaisir contemplatif,
Qui laisse la porte grande ouverte au retour des SOUVENIRS.

******

Lucie a choisi le conte d’Andersen Les cygnes sauvages

Les cygnes sauvages de Hans Christian Andersen, illustré par Joanna Concejo, Notari Editions, 2011.

Chère Elisa,

Quelle triste histoire que la tienne ! Séparée de tes frères à cause de ton affreuse belle-mère, qui non contente de t’envoyer loin du château de ton père t’a enlaidie au point qu’il ne t’a plus reconnue… Heureusement, dans ses illustrations, Joanna Concejo a su t’entourer de diverses plantes pour adoucir ton malheur. Mais même ces plantes ont été utilisées contre toi, puisque pour sauver tes frères te voilà obligée de tisser des tuniques d’orties pour chacun de tes onze frères. Et en silence encore ! Courage et abnégation seront tes maitres mots pour parvenir au bout de ta tâche, ce qui force mon admiration. Tu auras bien mérité la fin heureuse que t’a réservé Hans Christian Andersen, dans la plus pure tradition du conte de fée. Auras-tu toi aussi beaucoup d’enfants ? Le veux-tu ?

Je te souhaite une longue et belle vie entourée de ceux que tu aimes, Lucie.

******

Colette a choisi Entrez !

entrez !, Sébastien Joanniez, Joanna Concejo, Rouergue, 2010.

Chère Joanna,

J’aime bien laisser entrer dans mon cœur les petits dessins au crayon à papier, presque invisibles que vous avez glissés ici ou là entre les pages,

les petites additions, les phylactères, les nuages gris de pluie, le petit cheval en cavale.

J’aime bien laisser entrer les papillons rouges qui remplissent les tasses du goûter sur l’herbe, que votre narrateur, son père et sa mère improvisent dans le jardin. Non loin du cerisier.

J’aime bien le vent dans les jupes de la maman, la chemise à fleurs du papa, le pied nu du petit garçon.

J’aime bien vos dessins, Joanna. Ce sont autant de miettes de plaisirs minuscules, des miettes d’amour, des miettes de poésie dont on fourre nos poches pour les semer sur les chemins qu’il nous reste à parcourir.

J’aime bien le petit univers qui pousse sous vos crayons, qu’ils soient gris ou de couleur. Un univers comme un millefeuille à déguster tout doucement, lors des goûters sur l’herbe qu’on va s’inventer dès que la pluie aura cesser. Quand on ouvrira les grilles du jardin et qu’à la cantonade, on criera : « Entrez ! »

******

Pour aller plus loin

  • à propos de sa façon de travailler et de tout ce qui l’inspire, c’est ici

******

Et vous, quel album de Joanna Concejo préférez-vous ?

Passeuse d’histoire : Liraloin, bibliothécaire à ses nombreuses heures perdues

A l’Ombre du Grand Arbre, nous aimons créer de nouvelles rubriques. Avec les « passeurs d’histoires », les arbronautes vous proposent de découvrir les différents métiers du livre. Ce lundi nous commençons avec Liraloin qui le jour est une bibliothécaire-infiltrée dans un réseau.

Votre bibliothécaire croquée par une jeune lectrice lors d’une séance de lecture pour une classe et autre dessin réalisé par un ex-collègue !

Comment es-tu devenue bibliothécaire ? Est-ce une vocation précoce ou le résultat d’un cheminement, et lequel ?

Je n’étais pas très douée pour les études. J’adorais lire et rêver, beaucoup trop même. Je me dirigeais plus vers le métier de professeur car j’aimais l’histoire et surtout le français. Parallèlement je répétais souvent « j’aimerais travailler dans les livres… » mais en ne sachant pas quoi faire exactement. C’est ma p’tite maman qui s’est dit que d’aller rencontrer la bibliothécaire de la médiathèque de notre ville serait une bonne idée (cette médiathèque venait d’être créée). Et là, révélation : le cursus et le contenu m’ont parlé de suite. Je peux dire qu’à l’âge de 18 ans je savais que je voudrais être bibliothécaire.

Quelles sont les principales qualités à avoir pour envisager ce métier selon toi ?

Il y a différents niveaux de compétences pour exercer ce métier. Si l’on veut occuper un poste comme le mien (responsable d’une section jeunesse), il est impératif d’avoir plusieurs cordes à son arc. Après, la charge de travail correspond à l’équipe que l’on encadre (autonomie, prise d’initiative, suivi des collections et des actions culturelles….). La principale qualité c’est d’avoir un grand sens du service public, nous sommes là pour les usagers. Tout va découler naturellement de cette notion.

On imagine le métier de bibliothécaire en se disant qu’il permet de lire énormément et en voyant surtout ce que l’on expérimente en tant qu’usager : quelqu’un qui nous aide à trouver LE livre qui correspond à ce que l’on est venu chercher…

En fait, c’est une idée complétement biaisée du métier. En médiathèque on ne lit pas, on lit chez soi comme les usagers. Je lis les albums pour vraiment être certaine de ne pas me tromper dans les âges, « les 0-4 ans » et les « 5-8 ans ». Après, tout dépend de l’investissement de la personne. C’est un métier en perpétuelle mutation donc j’essaye, par le biais des formations ou de ma curiosité naturelle, d’en savoir toujours plus. Je me rends compte que je n’arrête jamais, il est tellement important de savoir mesurer l’impact du numérique tout comme comprendre le succès de tel ou tel courant littéraire…

Comment choisis-tu les livres que tu commandes ? Peux-tu nous raconter le parcours d’un livre entre le moment où il arrive et celui de sa mise en rayon ?
Dans ma carrière, j’ai occupé plusieurs postes dans différentes villes. On ne fait pas les mêmes acquisitions, il faut mesurer les attentes du public et aussi savoir « bouleverser » les attendus. Exemple : une fois par mois je propose aux jeunes parents une matinée sur la sensibilisation à la littérature de jeunesse. Les parents qui y viennent n’ont pas les mêmes attentes. Pour un couple qui lit régulièrement à son bébé, je vais sortir des sentiers battus en leur montrant des livres atypiques vers lesquels ils ne seraient peut-être pas allés. A contrario de parents qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’on peut lire à un bébé, là je vais aller vers des livres plus faciles d’accès en leur montrant comment lire… sans évidemment donner de leçons. La seule chose que je dis (pour tous) : « prenez plaisir à lire l’album ou chanter, l’enfant le sentira tout de suite ». (bon j’ai divagué sur l’action culturelle mais tout est très imbriqué !)
Pour les acquisitions, nous avons des statistiques : taux de rotation d’un livre durant un an (le nombre d’emprunts d’un livre), c’est en partie cela qui va déterminer l’orientation des collections. Est-ce que je développe plus d’albums pour les 0-3 ans ? Comment achalander une collection de documentaires ? Est-ce que je ne vais pas extraire les albums jeux des albums pour attirer des enfants qui lisent moins car j’ai une section jeux vidéo et que cela peut être cohérent ?
Comme j’ai une certaine expertise en éditions jeunesse, je fais la différence dans le travail de certaines maisons d’éditions. Attention également à bien équilibrer les collections et ne pas acheter que des livres élitistes… sachant que certains ouvrages sont peu empruntés (comme la poésie et le théâtre), c’est à nous de mettre les collections en avant et d’en faire la médiation (c’est un autre pan du métier).
Le livre est commandé chez un libraire (les médiathèques travaillent avec des prestataires qui répondent aux critères d’un marché établi par des collègues travaillant en politique documentaire – j’y ai travaillé également). Le livre peut arriver équipé ou nu selon les degrés de prestation. Pour un livre nu, il faut l’équiper : code-barre, estampillage (tampon de la médiathèque), pose de charnière et de filmolux (couverture avec un film plastique spécial), de la puce RFID (antivol) et de la cote du livre (son adresse : pour le retrouver en rayon). Ensuite il est catalogué (référencé dans le SIGB – le logiciel de la médiathèque). Chaque médiathèque a son SIGB et donc le développe selon les demandes hiérarchiques (tranches d’âges, genre des romans ou des films, section jeunesse ou ado, fonds spécifiques : parentalité ou FAL (Facile à Lire). Puis mise en rayon, en facing pour les mettre en valeur ou sur les tables de nouveautés ….

Quel aspect de ton métier préfères-tu ?

J’aime beaucoup ce que je fais au quotidien. Ce que je préfère c’est de monter des projets et des actions culturelles en direction des usagers et choisir les documents qui correspondent au public en attente. Pour moi, le seul fait qu’une maman me dise « je trouve vraiment tout ce que je veux dans cette médiathèque » me prouve que j’ai réussi à faire des acquisitions pertinentes. La communication est très importante, il ne faut rien laisser au hasard, elle passe autant par la médiation des collections (tables thématiques, mise en avant d’un auteur…), que par la médiation des actions (savoir reconnaître un usager qui serait intéressé par tel ou tel atelier…). C’est pour tout ce qui se passe dans les murs de la médiathèque car le travail hors les murs est aussi important, notamment les projets que l’on monte avec nos partenaires associatifs ou éducatifs.

Et, a contrario, y a-t-il des tâches un peu moins sympas dont les usagers n’ont pas conscience ?

Je dirais que c’est la difficulté de se faire entendre par la collectivité parfois. Il n’y a pas de tâches moins sympas, enfin pas à mon niveau. Par contre, je n’occuperai jamais un poste en direction : faire des plannings, gérer le bâtiment… ce n’est pas ce que je préfère.

Dans les inconvénients (mais c’est peut-être une vision biaisée du métier), une sous-question sur le poids de l’administratif ou des budgets à gérer peut-être ?

Cela dépend vraiment de la collectivité. J’ai connu des budgets très serrés comme le contraire. J’ai quitté un poste en politique documentaire principalement pour cet aspect. Gérer des commandes, passer des commandes…. Ce n’est pas très stimulant. Heureusement il y a d’autres tâches très bien en politique documentaire mais on est moins dans l’action auprès du public.

Comment conseilles-tu tes lecteurs et lectrices ? As-tu des valeurs sûres, ou essaies-tu de cerner leurs envies de manière très personnalisée ?

C’est très aléatoire je dirais. Le fait de créer une table thématique peut mener la lectrice-le lecteur à prêter attention à des livres vers lesquels il/elle ne serait pas allé/e. Ce que je préfère c’est surprendre l’usager !

Après il y a aussi le conseil individuel. C’est toujours agréable lorsqu’on range les étagères, souvent les lecteurs nous interpellent. Il m’arrive aussi de m’immiscer en toute discrétion pour un conseil comme ça : surtout quand une maman explique à son fils qu’elle en a marre car il ne lit que des mangas et qu’elle aimerait qu’il lise un roman, c’est classique et là bim… je m’adresse à l’enfant directement, le parent n’existe plus et je lui demande ce qu’il préfère : l’aventure, le suspens, avoir peur…. Généralement il ou elle repart avec LE roman. Comme toute bibliothécaire, j’ai des valeurs sûres.

Les bibliothèques peuvent jouer un rôle super important pour devenir ‘lecteur’, découvrir la littérature. As-tu une anecdote que tu voudrais nous raconter ?

Récemment une éducatrice d’un centre social (celui du quartier de la médiathèque) m’a demandé d’accueillir à la médiathèque des familles qui ne fréquentent pas le lieu. C’était un chouette moment, j’avais préparé des lectures pour les 5-11 ans, des valeurs sûres ! Lors du temps fort sur la restitution des actions menées par ce centre social, l’éducatrice m’a expliqué que les enfants et les parents avaient tellement adoré les histoires qu’elle avait envie de faire venir un conteur plutôt qu’un magicien. Elle m’a expliqué aussi que pour elle c’était le moment qu’elle avait préféré car le groupe était agité et que j’avais su capter leur attention. Il ne m’en faut pas plus pour être heureuse.

Et peut-être ta plus belle rencontre / ton plus beau souvenir ?

Je ne sais pas si j’ai un plus beau souvenir. Ce que je cherche dans ce métier c’est la décharge de bonheur que le conseil ou une situation peut provoquer. Le fait de voir qu’un enfant revienne à la bibliothèque avec ses parents car il n’arrête pas de parler « de la dame qui a raconté des histoires » durant un accueil de classe. D’être émue lorsque je vois les collégiennes et collégiens sauter de joie lorsque je leur annonce qu’une autrice va venir les rencontrer. De voir qu’un bébé de 2 ans lit le petit album que je viens de lui lire, à sa manière, et qu’il le refait 1.2.3 fois de suite laissant son parent complètement bluffé.

Après un de mes plus beaux souvenirs c’est d’avoir modéré un auteur lors d’une rencontre avec le public. C’est beaucoup de travail mais si satisfaisant !

Les projets dont tu es le plus fière et/ou que tu adores mener ?

Le projet que j’adore c’est la création du comité de lecture avec le collège de mon secteur et cette relation de confiance qui s’installe avec la professeure-documentaliste. Cette année, les élèves sont très motivées et surprenantes. Le fait d’avoir associé également les élèves du conservatoire de théâtre est une belle initiative (les comédiens et comédiennes interprètent les extraits des romans choisis pour donner envie aux jeunes de lire). J’adore aussi « Nos doudous aiment les histoires » : sensibilisation à la littérature de jeunesse. Un titre que j’ai choisi car ce qu’aime le tout-petit c’est raconter à son doudou. A chaque fois, je me sens utile, passeuse d’histoires…

J’ai adoré lorsque ces mêmes élèves du conservatoire sont venus à la médiathèque répéter des textes que j’avais choisis sur la thématique de la liberté dans le cadre de « Partir en livre 2023 », c’était émouvant, si heureuse que les textes leur aient plu !

Après j’ai adoré monter un Apéro-comics pour faire découvrir les comics aux usagers emprunteurs de BD et mangas (c’était en 2016). Un autre projet dont je suis fière aussi c’était que des jeunes d’un centre aéré puissent lire des textes mis en musique par un percussionniste et une comédienne.

Il y a eu aussi ces jeunes d’un lycée pro qui avaient monté un club mangas (on s’y rendait une fois par mois, on avait même fait un speed-booking) et qui sont venus à la médiathèque sur un temps fort autour de la SF (alors que ce n’est pas du tout mon rayon). Après, sans prétention, je n’ai peur de rien, je suis si passionnée que tout est un plaisir !

Le public que tu préfères ?

Je n’ai pas de préférence mais je dirais tout de même le public jeunesse (c’est mon secteur). Tous les âges sont sympas. Je suis aussi à l’aise avec le public handicapé que les personnes âgées ou les tout-petits.

Tu as travaillé dans différentes structures, dans des bibliothèques de village peut-être avant de travailler dans de plus grosses structures (ou inversement ) : qu’as-tu préféré ? Pourquoi ?

C’est vrai, j’ai eu la chance de travailler pour différentes collectivités. J’ai débuté dans une médiathèque qui appartenait à un réseau de trois médiathèques en plus de faire partie d’une agglomération de 13 communes qui avaient aussi leur propre réseau interne, ou une seule médiathèque pour les petites communes. Nous avions le catalogue en commun et une méthodologie de catalogage commune ainsi qu’une navette (circulation des documents réservés-retours). Nous ne travaillions quasiment jamais ensemble. Par contre, les trois médiathèques travaillaient ensemble et les agents étaient mobiles selon leurs missions. Après, j’ai travaillé dans une médiathèque dans une commune de taille moyenne et le travail était différent. On est certes assigné à un poste mais on est plus multitâches. J’ai aimé travailler dans ces deux collectivités même si j’ai eu une petite préférence pour la médiathèque n’appartenant pas à un réseau, j’étais plus libre de créer des projets… bon cela tient aussi aux orientations de la direction. Actuellement je travaille sur un réseau de six médiathèques mais il y a beaucoup de retard par rapport à ce que j’ai connu et c’est parfois difficile.

Comment envisages-tu ta mission auprès des classes ? (que dirais-tu du partenariat entre bibliothèque et Education Nationale ?)

Je fais des accueils de classes depuis mes débuts (2005) et j’ai connu de belles actions. J’ai connu le travail sur un projet durant une année entière ou bien sur une création avec une temporalité plus courte. Cette année, c’est la première fois que je ne fais pas d’accueil de classe (maternelle-élémentaire), je me consacre aux autres accueils (petite enfance – collège – autres partenariats…). Peu d’agents ont de l’expérience dans ces accueils donc … ça m’embête mais je ne peux pas être partout. C’est la deuxième année que je reçois les 10 classes de 6ème du collège de mon secteur et cela commence à porter ses fruits. Les collégiens viennent s’inscrire ou fréquentent la médiathèque plus assidument. La fidélisation prend du temps.
Le partenariat entre les médiathèques et l’Education Nationale dépend vraiment de plusieurs facteurs. C’est un peu complexe à expliquer ici. Pour conclure je dirais qu’il n’y a pas la même implication selon les collectivités. C’est terrible car j’ai l’impression que l’on est en perpétuel recommencement. Rien n’est jamais acquis. Dans ce métier il est aussi important de se faire entendre et, là aussi, c’est compliqué…

Et pour finir : du vocabulaire surprenant… « mais quel est ce terme ? »

Désherbage : au Canada les professionnelles utilisent le terme « élagage », cela consiste à enlever des livres des collections.

Refouler : c’est redresser une étagère de livres

Bulletinage : opération de pointage des périodiques (revues)

Exemplariser : le fait de rattacher un exemplaire à sa notice

Estampillage : apposer le tampon de la médiathèque sur la page de titre.

******

Quel beau métier que celui de bibliothécaire !

Merci Liraloin d’avoir répondu à nos questions pour ce premier article de notre nouvelle rubrique sur les acteurs du livre !

Nos coups de cœur de novembre

Novembre et la course aux cadeaux peut débuter ! Mieux vaut ne pas trop tarder pour dégotter de belles lectures à offrir aux personnes que l’on aime le plus et à soi-même également ! En toute modestie, voici de quoi piocher des belles idées…

******

Après avoir lu Incroyable ! c’est tout naturellement que Mademoiselle Sophie ou la fable du lion et de l’hippopotame ait élu ses quartiers dans la zone coup de cœur. Pour Liraloin ce titre est LE cadeau idéal !
Romain va bientôt pouvoir traverser la rue et ainsi se rendre au collège. En effet son école élémentaire se trouve juste en face mais en attendant il a encore une toute petite année à passer avec son institutrice Mademoiselle Sophie. Sauf que cette dernière a changé physiquement durant les vacances, en prenant beaucoup de poids, et cela inquiète Romain qui supporte mal les moqueries de ses camarades sur son institutrice préférée. Le jeune garçon a envie de la défendre et en même temps il se sent incapable d’accomplir cette action : « Punaise ! Je voudrais comprendre ce qui arrive à Mademoiselle Sophie pour l’aider… et je ne suis pas capable de comprendre ce qu’il m’arrive à moi… ». L ’adolescence pointe le bout de son nez avec, dans son sillage, son lot de changements. Heureusement que Romain peut compter sur sa grande sœur pour y voir plus clair dans ce monde d’adulte et bien évidemment enquêter sur l’état de santé de Mademoiselle Sophie.
Cette BD joue subtilement sur différentes préoccupations qu’un enfant pré-adolescent peut ressentir, le fait de grandir et d’entrer dans le monde « adulte ». Parallèlement, elle nous montre aussi la fragilité des adultes, qui eux aussi, ont des démons à combattre. « Moins on la voit plus elle prend de la place », le mal-être peut s’avérer compliqué pour un jeune garçon de 11 ans et pourtant…
Après le fabuleux titre Incroyable ! le duo Zabus & Hippolyte reprend du service pour aborder le mal-être, une souffrance compréhensible grâce à un scénario d’une belle finesse que les illustrations illuminent.

Mademoiselle Sophie ou la fbale du lion et de l’hippopotame de Zabus & Hippolyte, Dargaud, 2023

******

Le mois a été très faste sur L’île aux trésors mais il y a un album qui a fait particulièrement forte impression à Isabelle et ses moussaillons : La maison au bord du canal. Ce documentaire consacré à la maison d’Anne Frank se démarque par la puissance du message et la beauté de l’objet-livre. L’histoire par les lieux de vie se prête très bien à aborder une mémoire des plus douloureuses à hauteur d’enfant. Le temps long, restitué avec un sens aigu de l’atmosphère, permet de poser sur un regard plutôt optimiste sur l’Histoire. Il y a quelque chose d’émouvant à prendre conscience que tant de personnes ont existé, aimé et lutté dans ces murs au fil des siècles. Ces pages le montrent : aux temps durs ont succédé des jours meilleurs, les arbres ont continué de s’épanouir, les enfants de jouer, l’église de sonner tous les quarts d’heure. Si rien ne pouvait malheureusement rendre ses proches au père d’Anne, seul survivant, ce dernier a travaillé à ce que le monde n’oublie pas, faisant de la maison un musée visité chaque année par un million de personnes. Puisse ce livre contribuer à entretenir cette mémoire !

*

Et en roman, c’est l’imaginaire sidérant de Pascal Quiviger qui a eu les faveurs de l’équipage de L’île aux trésors. Elle nous entraîne dans un univers de mille et une nuits d’une densité incroyable, déchiré entre un pouvoir spirituel, un tyran et un vizir savant. Et donc truffé d’espions ! De sa plume vive, l’autrice déploie son intrigue tambour battant, distillant au passage de subtiles réflexions sur les fondements du pouvoir, la prédation des ressources naturelles, les dilemmes éthiques, l’amour et l’émancipation féminine. Un roman généreux et envoûtant, à proposer aux lecteurs et lectrices déjà aguerris !

******

Le mois a aussi été faste chez Lucie, notamment grâce aux suggestions des branches du Grand Arbre ! Deux ouvrages très différents parus ce mois-ci se distinguent pourtant.
Bien qu’abordant un thème « peu aimable », celui des enfants-soldats, pour Guerrière, Cécile Alix a su transcender la difficulté de son sujet.
Par sa délicatesse, le point de vue qu’elle adopte et son travail sur la langue, l’auteure parvient à insuffler des miettes de douceur, puis d’espoir au fil du parcours de ses personnages, grâce aux liens qui se tissent entre eux, au rapport à la nature (les chapitres chez le peuple des arbres sont merveilleux), les rencontres, et le bouleversant duo formé par les jumeaux Nekeli et Soulaï. Les expressions qu’elle a choisies pour les passages les plus terribles comme le « coucher-obligé » sont remarquables de justesse. Ils disent la violence avec des expressions enfantines, laissant le lecteur comprendre par lui-même l’horreur de l’acte. Car si l’auteure se met à hauteur d’enfant, elle ne cache rien des sévices subis.
Guerrière est un roman que l’on lit comme en apnée tant il est difficile de s’en échapper, et tout autant d’y revenir. Une expérience de lecture qui bouscule, interroge et pousse à remettre en question ses valeurs. Car si le meurtre ne peut être toléré, qu’en est-il de la responsabilité de ces enfants endocrinés ?

Guerrière, de Cécile Alix, Slalom, 2023.

*

Un nouvel album de François Place est forcément un évènement. Et quand en plus il aborde le thème de la peinture, autant se préparer à être ébloui !
Inspiré par Ricardo Cavallo, peintre qui compose des paysages gigantesques à partir d’une multitude de carrés, L’enfant, le peintre et la mer est – évidemment – somptueux.
Au départ, il y a la belle rencontre entre l’enfant et le peinture, qui va permettre d’aborder l’importance du regard de l’artiste et la transmission. Car Ricardo accueille petits et grands dans l’école d’art qu’il a créée, où il les encourage et les invite à se plonger dans l’histoire de l’art en leur prêtant ses livres. Un beau projet, qui existe réellement à Saint-Jean-du-Doigt.
Lucie a été particulièrement sensible au discours sur le rôle de l’art dans la vie. Ainsi, alors que le papa de Paul pense que le monde serait toujours le même sans art, sa maman pense que « [le monde] serait bien triste sans la poésie, la peinture, la photographie, la sculpture, la musique, la danse, le cinéma, le théâtre…« , vision que nous partageons totalement sous le Grand Arbre !

L’enfant, le peintre et la mer, de François Place, L’école des Loisirs, 2023.

******

Linda a eu un mois de novembre plutôt léger en lecture, mais l’album d’Angélique Villeneuve, Je suis ton manteau, l’a particulièrement touchée. Le texte amène une réflexion très intéressante sur le rôle des parents dans l’accompagnement de l’enfant pour l’aider à affronter ses peurs et à grandir en volant de ses propres ailes. La métaphore du manteau est particulièrement pertinente car, en plus de faire le lien entre le père et son fils, elle offre à ce dernier la confiance nécessaire à l’acquisition de l’autonomie dont il a besoin pour oser aller vers l’inconnu.
Sublimé par les illustrations de Julien Martinière, un brin rétro et aux douces couleurs de l’automne, l’album figure également la liberté par une nature prépondérante, presque sauvage, dans laquelle les personnages vivent comme isolé du reste du monde.

******

En France, il est rare de trouver des albums (et livres) sur La Befana, la Sorcière italienne « de Noël » qui endosse à la fois le rôle de Père Noël et de Père Fouettard, et qui passe dans la nuit du 5 au 6 janvier. Aussi quand Blandine a vu ce nouveau titre, n’a-t-elle pas hésité!
Dans une lettre adressée aux enfants, La Befana se présente par des mots tout en poésie et métaphores. Elle nous raconte d’où elle vient et quand elle vient, ce que cette Nuit apporte, d’abord aux enfants, ensuite à la Nature. Ses dires sont accompagnés et portés par des illustrations hybrides, combinant plusieurs styles et techniques, fortes de couleurs pimpantes qui mettent en avant l’élément végétal. L’album se clôt sur une présentation des sorcières, entre origines, particularités et liens avec la Nature, tout à fait dans l’air du temps, puisque cela vise à réhabiliter la place de la sorcière (et femme) dans la société. Cette présentation est donc très contemporaine tout en s’inscrivant dans une lignée et une histoire séculaires.

Befana la sorcière. Barbara CUOGHI et Elenia PERETTA. Cambourakis, octobre 2023

******

Quel plaisir pour Colette de retrouver au hasard des étagères de sa médiathèque préférée, les illustrations si particulières de Gérard DuBois dont elle avait adoré l’album Un pommier dans le ventre ! Cette fois, l’illustrateur s’allie à André Marois pour nous raconter une après-midi de jeu comme on les rêve quand on a vécu son enfance à une époque où les smartphones et autres tablettes ne rythmaient pas le temps libre des enfants… Avec un album intitulé On ferait comme si, c’est la malle aux trésors qui s’ouvre grand, là dans la tête, sous les paupières à demi-closes ! « Tu veux jouer à faire semblant ? » demande à son amie un petit garçon. Et voilà les deux acolytes emportés dans une aventure des plus rocambolesques à travers le potager, en passant par le clapier et les toilettes au fond du jardin. Si tout est complètement rétro dans cet album, c’est pour mieux nous saisir, là, à l’endroit où nostalgie et innocence forment un immense pays des merveilles jamais complètement désolé.

On ferait comme si, André Marois et Gérad DuBois, Grasset Jeunesse, 2022.

******

Et vous, quelles lectures ont enchanté votre mois de novembre ?