De la page à l’écran : La fameuse invasion de la Sicile par les ours !

Publié pour la première fois en 1945, le roman jeunesse de Dino Buzzati ne sera adapté en film d’animation qu’en 2019, après que l’épouse de l’auteur se soit laissée convaincre d’en céder les droits. Franco-italien, le film reprend l’essence du roman et tente de conserver les nombreuses idées graphiques incluses dans le récit illustré par l’auteur.
Linda et Lucie vous livrent leurs échanges autour du livre et de son adaptation par Lorenzo Mattotti.

La fameuse invasion de la Sicile par les ours, Dino Buzzati, Folio junior, 2019 (pour la présente édition).

Linda : Lorsque j’ai vu le film en 2020, j’ignorais qu’il s’agissait d’une adaptation d’un conte de Dino Buzzati. Je me suis donc précipitée sur le livre après avoir adoré le film. 
Par quel format as-tu découvert cette histoire ? T’a-t-elle convaincue de poursuivre rapidement l’aventure en changeant de support ?

Lucie : J’avais retenu le titre (qui est quand même particulier !) parce que tu avais parlé de ton coup de cœur pour le film. Il se trouve que, par hasard, ce conte se trouvait dans le tome des œuvres complètes de Buzzati que j’avais emprunté pour lire le recueil Panique à la Scala que m’avait conseillé un copain. Ça a donc été un emprunt deux-en-un, et comme le film était disponible aussi ce jour-là, j’ai enchaîné les deux.

Linda : C’est vrai que son titre ne passe pas inaperçu. Pourtant le film n’a pas fait grand bruit à sa sortie en salle en octobre 2019. Cela m’avait surprise la première fois que je l’ai vu car, même s’il peine encore à sortir son épingle du jeu, le cinéma d’animation européen a su se créer une véritable identité graphique. 
Comment trouves-tu le film d’un point de vue strictement visuel : dessin des personnages, couleurs, animation…?

Lucie : Je l’ai trouvé très travaillé et très beau. Le graphisme change de ce que l’on a l’habitude de voir, les couleurs sont magnifiques, l’animation est soignée… Bref, c’est une belle représentation du cinéma d’animation européen, qui comme tu l’as dit est plutôt de qualité.
Et toi, qu’en as-tu pensé ? Et comme il n’a a pas eu beaucoup de promo, te souviens-tu comment tu l’as découvert ?

Linda : Mon mari est un grand amateur de films d’animation. Il apprécie tous les genres et cherche toujours à découvrir de nouvelles choses. Il est sensible à la diversité des styles graphiques et quand l’esthétisme est soigné, il n’hésite pas longtemps. C’est donc tout naturellement qu’il est tombé sur celui-ci et nous a proposé de le voir en famille. C’était en avril 2020, durant le confinement, une époque propice aux découvertes puisque nous étions limités dans nos activités.

Affiche du film de Lorenzo Mattotti.

Linda : Le récit se découpe en deux parties, avec une césure de plusieurs années entre les deux. Si la première est plus épique, le seconde a un côté plus politique. Peux-tu nous en dire plus ? Est-ce que cette double temporalité t’a semblée adaptée au format cinéma ?

Lucie : Cette double temporalité est nécessaire du fait de la disparition du fils du roi. Tu expliques parfaitement la différence de ton entre les deux parties, qui se complètent (et forment même une sorte de boucle) mais sont d’un ton très différent.
La première partie est consacrée à l’invasion de la Sicile par les ours au sens propre. Ils ne sont plus satisfaits de leur mode de vie et décident de descendre de leurs montagnes, ce qui va les amener à cohabiter avec les humains après moultes péripéties.
La seconde est justement le résultat de cette cohabitation, l’influence néfaste que notre mode de vie a sur les ours et particulièrement sur leur morale. J’ai nettement préféré cette seconde partie, tant du livre que du film.

Linda : Je te rejoins dans l’idée que l’ensemble forme un tout indissociable, le premier amenant inévitablement au second. Si j’ai aimé l’aspect fantastique de la première partie avec sa magie, ses rencontres improbables, j’ai aussi été plus intéressée par la seconde qui amène une réflexion sur la place de l’homme dans son environnement, son rapport à la nature et aux animaux, mais aussi aux autres humains. Mais on y dénonce aussi les travers de notre société qui offre bien des facilités. C’est un aspect du livre que le film retranscrit parfaitement d’ailleurs.
Le film introduit deux personnages qui n’apparaissent pas dans le livre, un homme et une fillette qui prennent le rôle de narrateur. Ce choix te semble-t-il pertinent ?

Lucie : Ha, la grande question des narrateurs qui enchassent le récit !
Je n’ai pas forcément trouvé leur présence indispensable, mais elle ne m’a pas gênée non plus (contrairement aux écureuils du Gruffalo par exemple, qui me semblent totalement inutiles). Les personnages sont bien caractérisés, ils sont sympas, font un lien avec le spectacle vivant et son artisanat. Mais ils n’apportent pas grand chose à l’histoire selon moi. Et toi, qu’en as-tu pensé ?

Linda : Je pense tout comme toi qu’ils n’apportent rien de plus rien de moins à l’histoire. J’avoue même m’être demandé si l’idée n’était pas aussi de glisser un personnage féminin car il n’y en a pas dans l’histoire… Mais quelque part ça permet aussi de créer du lien avec le spectateur et comme tu le dis, ils font un lien avec le spectacle vivant.
En parlant de personnage féminin, crois-tu qu’il soit indispensable d’en ajouter une ? N’est-ce pas simplement répondre à un courant féministe et une demande du public ?

Lucie : Très clairement l’influence de ce courant féministe sur la littérature et les films m’agace. Mais je ne suis pas certaine qu’il était si présent à ce moment là. Et autant la petite fille du duo de narrateurs n’apporte pas grand chose (tout comme l’homme, nous l’avons dit), autant la jeune complice du prince donne une vision moins négative des humains. Il y en a quand même quelques uns d’à peu près d’aplomb. Parce que le magicien est un figure très ambivalente !

Linda : Ce n’est pas faux mais je me demande si cela répond vraiment à un message que Buzzati souhaitait faire passer ou si c’est quelque chose qu’il faut montrer pour amener un regard moins manichéen. Car finalement dans le roman, les hommes ont tous les vices, alors que les ours sont bons par nature. C’est notre mode de vie qui les pervertit, notre argent. Le professeur De Ambrosiis est certes ambivalent quant à son allégeance mais n’est-ce pas surtout qu’il ne sert que ses propres intérêts ? 

Lucie : Je me faisais exactement la même réflexion. Cela correspond d’ailleurs aux nouvelles de Buzzati que j’ai pu lire. Il y épingle avec beaucoup d’acuité et d’humour les travers humains. Je dirais qu’à ce titre De Ambrosiis est tout à fait représentatif de la vision de l’humanité de Buzzati ! C’est un personnage vraiment intéressant par ses revirements… mais pas le plus aimable.
D’ailleurs, as-tu un personnage préféré ?

Linda : Le professeur De Ambrosiis sait rebondir face aux situations pour obtenir ce qu’il souhaite sans pour autant être dénué d’empathie. On sent qu’il apprécie vraiment les ours et le confort de vie qu’il a gagné à être avec eux. Mais de là à risquer tout perdre…
Autrement je n’ai pas vraiment de personnage préféré, il y a plusieurs ours que je trouve intéressants. J’aime la sagesse du vieil ours Théophile, l’objectivité et la droiture de Tonio et même Léonce est attachant. Il a certes ses faiblesses mais c’est un bon souverain qui veut ce qu’il y a de mieux pour son peuple. 
Et toi ? 

Lucie : Comme toi, je n’ai pas vraiment de préférence. Les personnages ont une caractéristique principale, un peu à la manière des contes, et il est intéressant de les voir collaborer ou se confronter. À ce titre, j’ai d’ailleurs beaucoup aimé la présentation des personnages qui ouvre le livre. Elle m’a vraiment amusée et j’ai regretté qu’elle n’ait pas été utilisée dans le film. 
Y-a-t-il d’autres éléments qui t’ont particulièrement manqués dans l’adaptation ?

Linda : Pas spécialement non. Il y a dans le roman une sorte de complicité tacite qui s’installe dès les premières lignes entre le narrateur et son lecteur, on a vraiment cette impression d’être pris à parti avec des dialogues qui nous sont clairement destinés. Ca aurait pu me manquer peut-être, si j’avais lu avant de voir… La présence de personnages « narrateurs » dans le film vient jouer ce rôle en quelque sorte.

Lucie : L’adaptation est plutôt réussie, elle ne trahit pas le roman original, le graphisme est original et les couleurs très lumineuses nous emmènent directement en Sicile. Excepté ce « doute » sur le duo de narrateurs, qui relève du pinaillage, on peut considérer que c’est une belle adaptation !

Linda : Complètement d’accord avec toi. Je me souviens aussi avoir lu que les ayants-droits de Buzzati ont longtemps refusé toutes adaptations et qu’il a vraiment fallu à l’équipe du film expliquer le projet qu’ils avaient pour que son épouse accepte. Il était essentiel pour elle que les valeurs transmises par son mari soient respectées.

Lucie : La relation père-fils est centrale dans cette histoire. 
Qu’as-tu pensé de la réaction du roi à la disparition de son fils ? Et de la réparation de leur lien au moment où ils se retrouvent ?

Linda : C’est assez surprenant car on sent combien Léonce est inquiet de la perte de son fils, il le cherche pendant un moment mais est finalement tellement honteux de ne pas avoir su protéger son enfant qu’il finit par rentrer chez lui sans vraiment expliquer ce qui s’est passé. Finalement il va se contenter d’attendre qu’on lui propose d’aller chez les hommes pour se remettre à espérer. Leurs retrouvailles sont bouleversantes parce qu’elles sont brutales, mais en même temps la scène permet de montrer combien Léonce aime son fils. Le problème est que l’on découvre rapidement qu’en grandissant parmi les hommes, Tonio a une perception du monde différente de celle de son père dont les œillères définissent une limite erronée entre les hommes et les ours.
Au final, Léonce ne demandera qu’une seule chose à son fils. Qu’as-tu pensé de ce retour à la nature ?

Lucie : Tout d’abord, cette différence de point de vue entre le père et le fils m’a semblée vraiment intéressante. Il est normal que Tonio, ayant grandit parmi les hommes, soit moins choqué par leur comportement. Et dans le même temps, la demande de Léonce est celle d’un bon souverain. Il a entrainé son peuple dans la quête de son fils, a pu constater les dégâts de la cohabitation entre ours et hommes et a l’intelligence de revenir sur sa décision. Pour moi, c’est la preuve qu’il place le bien des ours avant tout. Cela montre bien, comme nous le disions au début de cette discussion, que Buzzati place la nature au-dessus de l’espèce humaine.
Et toi, qu’as-tu pensé de cette fin ?

Linda : Ca semble une fin logique, un retour nécessaire à la nature où finalement l’animal est à sa place. Par extension, l’homme étant un animal, y a sa place également, mais son évolution a fait qu’il ne peut plus y vivre sans éprouver le manque de ce que la civilisation lui apporte. Comme tu le dis, Buzzati place la nature au-dessus de l’espère humaine, cela se ressent dès le début de son récit c’est pourquoi cette fin m’a semblé naturelle.
Merci pour cet échange !

******

Avez-vous lu et/ou vu La fameuse invasion de la Sicile par les ours ? Qu’en avez-vous pensé ?

Nos coups de cœur de mai !

Le soleil brille et vient apporter un peu de chaleur, nous poussant à passer plus de temps à l’extérieur. Mais cela ne gâte en rien notre plaisir de lire. Ses rayons éclairent nos pas et font briller nos yeux du plaisir de partager avec vous nos coups de cœur du mois de mai.

******

Pour Linda, la lecture du bel album de Sara Lundberg fut source de plaisir pour les yeux et d’ouverture culturelle. En effet, biographique, le récit nous emmène à la découverte d’une artiste peintre suédoise méconnue, Berta Hansson, dont l’enfance fut marquée par de biens douloureuses épreuves. Mais loin de se laisser aller, la fillette a su se battre pour prendre sa place dans le monde, bien loin du rôle de femme au foyer que son père lui destinait. De plus, l’écriture poétique et les magnifiques peintures décrivent le quotidien des paysans suédois du début du vingtième siècle.

L’oiseau en moi vole où il veut de Sara Lundberg, La Partie, 2022

Son avis complet est ICI ainsi que celui de Liraloin

******.

Coup de cœur de Liraloin pour l’album Tu es là de Laëtitia Bourget et Joanna Concejo où la poésie n’est pas seulement dans le texte mais également dans sa forme. La superposition des feuilles transparentes qui vont se poser les unes sur les autres au fur et à mesure du récit ne font qu’augmenter l’émotion transmise par l’écriture. Un effet de transparence où l’on devine la suite du souvenir où l’on voit la page se tourner sur un mot, une phrase terminée comme on essaye de clore une histoire. Un sentiment qui donne l’impression d’aller très loin en soi à la recherche de ce souvenir.

Tu es là de Laëtitia Bourget & Joanna Concejo, Les Grandes Personnes, 2022

Son avis complet est ici

******

Isabelle et ses moussaillons ont adoré faire « le tour du monde en 24 marchés » : douze mois, autant de pays et pour chacun, une double-page (lexique, aliments répandus, fonctionnement des marchés…) puis la présentation de deux marchés singuliers et de leurs spécialités locales que l’on est invité à chercher sur une grande illustration. Les dabo kolos éthiopiens, les pâtisseries du marché Levinsky de Tel Aviv, les variétés de cookies du marché d’Oxford, les crêpes de riz farcies à la noix de coco qui se dégustent au marché flottant d’Amphawa en Thaïlande ou les poissons fumés d’Astrkhan, en Russie donnent l’eau à la bouche. On voyage à travers des continents, des pays, des villes variés mais en parcourant les pages de cet album, on réalise à quel point les marchés traversent l’humanité. De quoi provoquer l’envie de bourlinguer, de cuisiner et surtout d’aller au marché ! Une vraie gourmandise qui mêle documentaire, livre de recettes et cherche-et-trouve.

Le tour du monde en 24 marchés, de Maria Bakhareya et Anna Desnitskaya, La Partie, 2022.

L’avis complet d’Isabelle et celui de Lucie et Liraloin

******

Et en romans, l’équipage de L’île aux trésors s’est laissé captiver dans l’Ouest le plus sauvage à la suite d’une improbable (mais inoubliable) famille : celle fondée par un Français exilé en plein Far West qui ne peut se résoudre à abandonner des orphelins à leur triste sort. Peu à peu, on découvre comment l’homme les a préparés à ce monde où la violence règne en maître, leur inculquant les bonnes manières mais aussi et surtout l’art d’observer les tensions humaines, la boxe, la chasse et la poésie. De quelle histoire trouble tire-t-il ces savoirs ? Dans quelles circonstances s’est-il retrouvé assorti d’une flopée de gamines ? Où vont-ils, que font-ils et que leur veulent ces cavaliers lancés à leurs trousses ? Vous découvrirez tout cela en vous plongeant dans Et le ciel se voila de fureur, récompensé de plusieurs prix dont le fameux Prix Sorcières et une mention spéciale du Prix Vendredi. L’atmosphère est électrique, la tension maximale, les péripéties vertigineuses. On s’accroche aux valeurs que Hidalgo s’efforce d’inculquer dans ce monde âpre. Et on se prend à imaginer que les liens familiaux pourraient être suffisamment forts pour affranchir les plus vulnérables de la terreur du plus fort.

Et le ciel se voila de fureur, de Taï-Marc Le Thanh, L’école des loisirs, 2022.

Les avis d’Isabelle et de Lucie

******

Voilà une BD qui aura pu se retrouver dans notre sélection de la semaine dernière : Libres de penser, dix femmes, dix vies philosophiques nous lance sur les traces de Cléobuline, d’Hypatie d’Alexandrie, de Sei Shônagon, d’Hildegarde de Bingen, de Christine de Pizan, de Gabrielle Suchon, de Louise Michel, de Nathalie Sarraute, de Simone de Beauvoir et d’Etty Hillesum. On y découvre des parcours fabuleusement inspirants, des chemins de traverse insoupçonnés, des manières de penser le monde qui donnent envie de s’aventurer en philosophie. Et oui même quand on est une fille ! Si ce livre ne se revendique pas féministe par la parole qu’il porte, il l’est parce qu’il « contribue à corriger un manque : celui de la place des femmes en philosophie. »

Libres de penser, dix femmes, dix vies philosophiques, Jean-Philippe Thivet, Anne Idoux, Marie Dubois, Jérôme Vermer, Rue de Sèvres, 2023.

******

Plus de vingt ans après sa parution, Lucie a voulu vérifier si La grammaire est une chanson douce méritait le bon souvenir qu’elle en avait, et si ce texte était adapté aux jeunes lecteurs. Et en effet, son loulou de 11 ans a apprécié la créativité et la poésie de ce joli texte.
Erik Orsenna (par ailleurs parrain du Prix de littérature jeunesse de l’UNICEF 2024) offre un conte qui fait de la langue française une héroïne vivante, fragile, multiple, plus que jamais d’actualité. Un coup de cœur renouvelé !

La grammaire est une chanson douce, Erik Orsenna, Stock, 2001.

Son avis ICI.

******

Pour Blandine, c’est « Le Poids des Héros » de David Sala qui emporte son cœur. A partir de son histoire familiale et de la manière dont il l’a connue et ressentie au fil des années, de son enfance à l’âge adulte, David Sala nous parle d’identité, de mémoire, de transmission, d’Histoire, de la valeur de la vie et de la manière dont on la perpétue et la lègue. Graphiquement, c’est splendide, des motifs et clins d’œil pour une immersion nostalgique, des couleurs éclatantes pour parer les douleurs, nous prenant à contre-pied pour mieux nous marquer.

Les avis de Blandine et Isabelle et Liraloin

******

Et vous, quels sont vos coups de cœur de ce mois de mai ?

ALOGDA s’engage – aux côtés de l’UNICEF pour son prix de littérature jeunesse 2023

Pour la quatrième année consécutive, nous avons fait le choix de nous engager aux côtés de l’UNICEF. Après une année de transition nécessaire au changement de leur emploi du temps pour s’adapter au calendrier scolaire, une nouvelle sélection a été proposée en juin dernier sur le thème « Un air de famille ». Cette thématique s’inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant et la sélection permet d’aborder des sujets essentiels tels que les différentes formes de familles, l’éducation et la transmission, la précarité, la violence, …
Les votes se clôturant ce dimanche 30 avril, nous en profitons pour vous présenter la sélection !

******

Catégorie 3-5 ans

Camille veut une nouvelle famille

Camille veut une nouvelle famille de Yann Walcker & Mylène Rigaudie, Auzou, 2013.

Camille trouve que sa maman lui donne trop de bisous, son papa n’est jamais disponible pour jouer avec lui et sa petite sœur est agaçante. Il décide alors de partir à la recherche de la famille idéale. Au fil des rencontres il découvre des familles monoparentales ou adoptives, des familles dans lesquelles les parents ont des origines différentes ou sont du même sexe, des familles différentes mais qui sont toutes idéales à partir du moment où l’amour est présent. Une jolie histoire qui parle de tolérance, de différence et de famille.

*

Attends je vais t’aider !

Attends, je vais t’aider ! de Charlotte Bellière & Orbie, Alice, 2021

Que c’est compliqué de se préparer le matin ! Il faut assortir la jupe avec les chaussettes, mais aussi avec le t-shirt… D’ailleurs, la maman de Lisette est tellement exigeante que la petite fille n’a jamais pu aller à l’école.
Un matin, à la grande surprise de sa maman, Lisette décide de se préparer toute seule et d’enfin aller à la rencontre de ses camarades. Même si elle ressemble à un épouvantail.
Un album qui invite les enfants à essayer de se débrouiller. C’est en essayant que l’on apprend, et quelle fierté de constater ses progrès !

*

Encore cinq minutes…

Encore cinq minutes… de Marta Altes, Circonflexe, 2019

Papa renard s’occupe beaucoup de ses petits renardeaux, mais il court sans cesse après le temps. Son aîné trouve d’ailleurs que son papa a une drôle de gestion du temps. « Papa a souvent du mal pour évaluer le temps. Papa pense qu’une heure c’est long mais c’est faux ! Une heure ce n’est pas très long : nous venons juste de commencer à jouer et papa dit toujours « il est temps de partir » alors que ce n’est pas vrai du tout. »
Un très joli album qui invite à réfléchir sur la perception du temps selon les moments de la journée, l’intérêt de l’activité… ou son rôle dans la famille !

*

Pépé Ours

Pépé Ours d’Elodie Balandras, Didier jeunesse, 2020.

Quelle belle relation que celle qu’entretiennent Petite Ours et Pépé Ours ! L’enjeu traditionnel de ce printemps et de décrocher une ruche pleine de miel. Mais voilà, Pépé Ours vieillit et cela va être l’occasion pour Petite Ours de montrer à quel point elle a grandi.
Une histoire tendre qui aborde l’inévitable vieillesse des grands-parents, mais aussi le rôle des petits enfants qui gagnent chaque année en autonomie.

******

Catégorie 6-8 ans

Mon premier demi-frère

Mon premier demi-frère de Davide Cali & Amélie Graux, Little Urban, 2019.

Mon premier demi-frère est issu d’une série de romans destinés aux nouveaux lecteurs sur des thèmes proches de leur quotidien.
Effectivement ce petit roman montre bien que la famille nucléaire n’est plus la norme, et les chamboulements que vit l’enfant quand son parent refait sa vie.
Si le but, louable, est de dédramatiser la situation, mettre en avant des avantages comme le nombre de cadeaux de Noël, la possibilité de manger plus de junk food ou de prétexter un oubli dans son autre maison lorsqu’on n’a pas fait ses devoirs n’est pas des plus pertinent. D’autant que la seule solution acceptable est que le demi-frère en question soit un camarade de classe, ce qui n’est pas la situation la plus fréquente.

*

Je m’appelle Wakawakaloch !

Je m’appelle Wakawakaloch ! de Chana Stiefel & Mary Sullivan, Circonflexe, 2020.

Heureusement pour les adultes qui lisent cet album aux enfants, il s’ouvre sur l’explication de la prononciation adéquate du prénom de la petite héroïne (Wa-ka-wa-ka-lokh) ! Et ce prénom, c’est justement le souci de Wakawakaloch : il est long, il est bizarre, et elle en changerait bien pour un banal Ogg ou Gloop… Jusqu’à ce qu’elle découvre l’origine de son prénom dans son histoire familiale.
On peut d’ailleurs regretter que cette histoire ne prenne pas plus de place dans le récit que le désir de Wakawakaloch de trouver un t-shirt avec son nom de dessus. Toujours est-il que les enfants apprécient l’humour des anachronismes glissés par Mary Sullivan dans les illustrations (l’occasion d’apprendre le sens de ce « mot savant » ?). Aux adultes ils rappelleront la mythique Famille Pierrafeu.

*

Barbouillé

Barbouillé d’Olivier Dupin & Quentin Zuttion, éditions petit lapin, 2020.

La famille mise en scène dans Barbouillé est pour le moins inquiétante. On y est maladroits et on s’y tâche très souvent. Or, une simple couleur peut revêtir un tout autre sens : un bleu de barbouillé est en réalité celui d’un maltraité, une ecchymose que l’on prend pour une peinture.
L’adulte comprend assez vite que ces tâches de peinture sont la symbolique de traces de coups. Car le père de famille bat sa femme et son fils. Celui-ci est le narrateur, ce qui permet d’aborder ce thème de la maltraitance à hauteur d’enfant.
Mais très clairement, il est indispensable d’accompagner cette lecture. Les quatre pages qui concluent l’album sont un début, mais il est préférable de laisser la place à un débat ou un réel temps d’échange avec les enfants sur ce sujet si délicat.
Le texte est simple, la métaphore très bien vue. Cet album prend aux tripes, c’est une vraie réussite.

*

La maison bleue

La maison bleue de Phoebe Wahl, éditions des éléphants, 2021.

Cet album raconte les liens d’un père et son fils face à une épreuve : un déménagement imposé. Que leur maison bleue est charmante ! Un peu vieillotte et mal isolée mais tellement mignonne. On comprend qu’ils aient du mal à la quitter, mais ces éléments nous donnent aussi des indices sur les difficultés financières du duo.
Les illustrations sont très mignonnes, avec un effet de profondeur grâce à la superposition d’éléments découpés. Et elles comportent un amusant jeu de piste de références musicales et littéraires auxquelles se prêter en famille.

******

Catégorie 9-12 ans

La colère de Rudy

La colère de Rudy de Sophie Rigal-Goulard, Rageot, 2021.

Un roman qui nous emmène sur les traces de Rudy qui vient d’être séparé de sa mère avec ses deux demi-soeurs, Hissa et Lilly pour aller vivre dans une maison situé à SOS Village d’enfants. Leur mère « SOS », Claire, les accueille avec chaleur et générosité mais Rudy refuse son aide. Nous suivons tout son cheminement intérieur au fil de ses premiers mois à SOS Village d’enfants, ses RDV chez la psychologue, ses premiers jours au collège, son amitié avec Gabin, ses tentatives pour récupérer la vie qu’on lui a volée… L’histoire de Rudy est vraiment poignante, intense, elle bouscule nos a priori sur ce qu’est une famille d’accueil, sur les règles qui les régissent, sur les liens qui s’y tissent. Sur le courage des femmes et des hommes qui choisissent cette mission, sur le courage des enfants qui leur sont confiés.

*

La famille Puzzle

La famille puzzle – Petites chroniques d’une famille recomposée de Pascale Bougeault, Rue de l’échiquier jeunesse, 2020.

Album documentaire, La famille puzzle aborde sous forme de récit illustré des situations propres aux familles recomposées, de la rencontre des amoureux aux présentations des enfants, l’installation dans un même foyer de deux familles en garde partagée.
L’ensemble est assez didactique mais ne manque pas d’intérêt. Les enfants lecteurs et leur famille ne manqueront pas d’y retrouver des situations qu’ils, ou leurs copains, connaissent bien. Le tout est abordé avec simplicité et humour pour bien dédramatiser.

*

Beurre breton et sucre afghan

Beurre breton et sucre afghan d’Anne Rehbinder & Vincent Bergier, Actes sud junior, 2021.

Les thèmes abordés dans Beurre breton et sucre afghan sont difficiles. Immigration, chômage, anxiété… Anne Rehbinder n’a pas choisi la facilité. Pourtant, elle les exploite sans tomber dans la facilité ni l’émotion forcée.
Il est ici question de famille de sang et de famille de cœur. Mais aussi d’ouverture aux autres et d’accueil de personnes issues d’une culture différente. Une lecture aussi douce et réconfortante qu’un kouign-amann à la fleur d’oranger.

*

Les fleurs de grand frère

Les fleurs de grand frère de Gaëlle Geniller, Delcourt, 2019.

Quand on est un enfant, on n’aspire souvent qu’à une chose : être normal. Alors imaginez qu’un beau matin, vous vous éveilliez et constatiez que vous êtes arbitrairement, mais néanmoins irrémédiablement différent. Et que cette particularité se révélait, aux yeux de tous ! L’histoire de Grand frère qui constate un beau matin que des fleurs ont poussé sur sa tête permet de traiter avec originalité de l’acceptation de soi et de ses différences. Le dessin est plein de grâce : tout en rondeur, doux et expressif. Il en émane une onde de mélancolie, mais aussi beaucoup de poésie et quelque chose de très enfantin. Et la métaphore fonctionne très bien, surprend, bouscule, réconforte, émerveille. Avec ses bulles concises et une atmosphère douce comme une élucubration enfantine, cette BD a beaucoup d’arguments pour séduire les jeunes lecteur.ice.s… particulièrement celles et ceux qui ont des fleurs dans les cheveux !

******

Catégorie 13-15 ans

Il était une forme

Il était une forme de Cruschiform, Maison Georges, 2021.

Voilà un album ingénieux qui nous invite à revoir notre vocabulaire géométrique ! Et si en effet derrière les triangles et autres parallélogrammes se cachait tout une réflexion métaphysique sur les rapports humains ? En reprenant la trame d’un conte classique mais à travers un dessin particulièrement graphique, des formes géométriques et un lettrage original, l’autrice nous invite à discuter des attentes qui pèsent sur nous, des conventions et autres limites à la liberté d’être soi. Et quelle audace de proposer un album dans la catégorie des 13-15 ans !

*

Grand appartement bizarre

Grand appartement bizarre, tome 1 : Plein de chambres à louer de Nathalie Stragier, Syros jeunesse, 2021.

Après la mort de ses parents, Gabriel ne peut envisager de quitter son Grand appartement bizarre. Désespéré, il va envisager toutes les solutions lui permettant de le garder… Y compris en louer une partie à une famille qui rencontre des difficultés à se loger.
Ce roman aborde le thème de la famille du côté de celle qu’on se construit hors de tout lien de sang. Les personnages sont attachants, bien croqués, et si l’intrigue est un peu cousue de fil blanc elle n’en est pas moins agréable.

*

Enterrer la lune

Enterrer la lune d’Andrée Poulin & Sonali Zohra, Alice, 2022.

Latika n’a qu’un souhait, enterrer la Lune, enterrer sa Lumière, ne plus voir ni ressentir la Honte qu’Elle dévoile, impudique. Car chaque nuit, Latika, sa sœur, sa mère, les filles et femmes de son village d’Inde convergent vers un champ pour s’y soulager. Et chaque jour, Latika redoute de voir arriver ses douze ans, qui l’empêcheront d’aller à l’école.
Un jour, un représentant-important-du-gouvernement est dans son village et demande aux villageois ce qu’ils veulent pour son village. Latika aimerait parler mais on en l’y autorise pas. Et c’est un puits qui sera construit. Alors Latika qui ne peut pas parler, à cause de la Honte, parce que c’est une fille, décide d’agir.
Ce roman rédigé en vers libres, comme pour en adoucir la dureté, aborde un sujet aussi délicat que terrible: l’absence de toilettes dans de nombreux villages, ici d’Inde, mais malheureusement encore partout dans le monde. Une absence qui entraîne ostracisation, maladies et décès, et souvent quasi qu’à l’encontre des filles et femmes. Ceci est tellement important qu’une Journée Mondiale des Toilettes a été instituée le 19 novembre.

*

Un grand-père tombée du ciel

Un grand-père tombé du ciel de Marc Lizano, d’après Yaël Hassan, Jungle Pépites, 2022.

Leah découvre qu’elle a un grand-père et que celui-ci va venir s’installer chez eux. D’abord impatiente de faire sa connaissance, elle se met vite à regretter ne pas avoir un papi plus sympathique. Pourtant, ils s’apprivoisent peu à peu et la fillette découvre que son grand-père porte une douleur encore vive sur le cœur.
Adaptation du roman éponyme, cette bande-dessinée aborde des thèmes divers comme celui de la famille mais surtout revient sur des événements historiques marquants et le poids qu’il a laissé sur des générations : la déportation des juifs, l’antisémitisme toujours existant…
Un récit sensible à portée des jeunes lecteurs.

******

Avez-vous lu certains de ces livres ? Avez-vous envie de les découvrir ? Nous vous invitons à guetter les lauréats de chaque catégorie sur le site my.unicef.fr.

Nos coups de cœur de Janvier !

Le premier mois de l’année est déjà achevé, mais l’hiver nous donne plus que jamais l’envie de rester sous un plaid avec un bon livre pour nous réchauffer. Voici nos derniers coups de cœur !

******

Linda a fait de bien jolies découvertes de mois-ci et parmi celles qui l’ont marquées, il y a eu un récit fantastique original qui prend la forme d’une réécriture des contes de notre enfance. Un réécriture qui, par ailleurs, nous perd à la frontière entre réalité et imaginaire et nous pousse à nous interroger sur les limites de notre existence.

L’apprenti conteur de Gaël Aymon, illustré par Siegfried de Turkheim, l’école des loisirs, 2022.

Retrouvez les avis complets de Frede, Linda et Lucie.

*

Mais Linda et sa Petite Demoiselle (plus si petite) ont aussi craqué pour l’aventure sauvage et la quête d’identité de George, jeune Lakota éduqué selon les préceptes de la Bible et formaté à devenir « presque aussi intelligent qu’un blanc ». Esthétiquement magnifique, ce roman graphique nous invite à parcourir les grandes plaines sauvages des Etats-Unis aux côtés d’un groupe Lakota-irlandais, nous poussant un peu plus, à chaque étape du voyage, à interroger notre rapport aux autres et à la nature.

HOKA HEY ! de Neyef, Label 619 (Rue de Sèvres), 2022.

Son avis complet est ICI.

******

Beaucoup de belles découvertes ce mois-ci chez Lucie, et notamment grâce aux copinautes toujours de bon conseil ! Le choix a donc été difficile, mais il était inenvisageable de ne pas parler d’Une histoire d’amour de Gilles Bachelet. Frédérique et la collectionneuse de papillons sont fans de l’univers de cet auteur, et il y a de quoi !
Dans le texte, rien que de très banal : un homme, une femme, une rencontre, un pique-nique, un mariage, des enfants… Mais, comme souvent chez Gilles Bachelet ce sont les illustrations qui apportent un twist inattendu. Car cette histoire se déroule entre deux… gants de vaisselle. Et de parsemer ses dessins d’objets du quotidien totalement détournés (mention spéciale pour la brosse à ongle canidé). Un délice d’humour !

Une histoire d’amour, Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 2017.

Son avis complet ICI.

*

Plusieurs lectrices du Grand Arbre ont aimé se flâner dans la National Gallery aux côtés d’Oscar Goupil. Il faut dire que Camille Guénot a su capter l’atmosphère du lieu et y élaborer une intrigue joyeusement fantastique. Car Oscar a un don familial très rare, celui de communiquer avec certains tableaux. Dans quelles aventures cette capacité va l’entrainer ? Il faut le découvrir dans ce London Mystery.
Lucie et son fils se sont régalés à chercher les figures d’artistes ayant inspiré les personnages, à chercher les tableaux évoqués et à imaginer où l’auteure les entraînerait. Merci à Linda pour ce joli cadeau !

Oscar Goupil, A London Mystery, Camille Guénot, L’école des loisirs, 2022.

Les avis de Linda, Isabelle et Lucie.

******

Pour Colette et son Grand-Pilote-de-VTT, Janvier fut dédié à Clémentine Beauvais ! Après avoir eu l’occasion de la rencontrer un soir d’hiver dans la très accueillante librairie des Chartrons à Bordeaux, toute la famille s’est plongée dans les méandres du rapport de service civique de Valentin. En effet dans son roman Âge tendre, l’autrice donne la parole à un jeune homme de 14 ans qui pendant une année doit faire son service civique dans une unité médicale un peu particulière, l’unité Mnémosyne , située à Boulogne-sur-mer. Il va devoir y relever de nombreux défis qui aident les vieux pensionnaires de l’unité à avoir l’impression de vivre dans les années 60-70. Et le livre que nous tenons entre nos mains est le fruit de son expérience, de ses rencontres, de ses introspections. Ce livre est vraiment déroutant, original, inspirant, musical, émouvant, complexe et joyeux tout à la fois car il alterne journal intime, notices techniques, allers-retours entre récits des expériences professionnelles du collégien et analyse rétrospective de ce que ces expériences ont apporté à celui qu’il est devenu. Dans une langue dont l’autrice semble explorer de nouvelles potentialités à chaque livre, nous voyageons à travers la France, les époques et les intériorités. C’est, comme souvent avec Clémentine Beauvais, une expérience jubilatoire !

Age tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane, 2020.

Et si vous voulez découvrir l’excellent trailer du roman où l’autrice joue elle-même un personnage clé de l’histoire, c’est par !

******

Janvier a été faste aussi sur L’île aux trésors ! Tout l’équipage a adoré voyager dans l’Angleterre victorienne en lisant à voix haute Griffes, le dernier roman de Malika Ferdjoukh. Un thriller qui cligne de l’oeil vers Conan Doyle et Jane Austen ! L’énigme embrouillée à souhait se déploie dans un réjouissant décor de 19ème siècle où l’on voyage en diligence et porte le tweed ou la dentelle sous l’œil d’animaux empaillés. Un duo d’enquêteur est dépêché par Scotland Yard vers Morgan’s Moor, bourgade du nord de l’Angleterre en proie au gel et à une sombre affaire : un drame ancien, une vision funestement prémonitoire, une griffe qui se lève pour frapper… Chacun semble avoir quelque chose à cacher, les personnages sont hauts en couleur et les dialogues réjouissants. Une gourmandise de saison, portée par une plume extraordinaire.

Griffes - Malika Ferdjoukh, François Roca - Ecole Des Loisirs - Grand  format - La Presqu'île STRASBOURG
Griffes, de Malika Ferdjoukh, L’école des loisirs, 2022.

L’avis complet d’Isabelle

*

Et en BD, Furieuse, revisite crash-féministe de la légende arthurienne a fait l’unanimité sur L’île aux trésors ! Isabelle et ses moussaillons se sont passionnés pour l’épopée d’Isabelle, infortunée fille du roi Arthur. Le temps des prouesses et des glorieuses conquêtes est loin pour celui-ci, il n’est plus que l’ombre de lui même. Victime collatérale de cette déchéance, la princesse se laisse convaincre par l’épée enchantée d’Arthur de déguerpir : une arme si puissance ne lui pourrait-elle pas lui permettre de s’émanciper ? Souffle épique, rebondissements ahurissants, dialogues désopilants, tout est au top dans cette parodie moderne et réjouissante du genre de l’heroic fantasy. En toile de fond, une critique de l’étroitesse des marges de manoeuvre laissées aux femmes, mais aussi des dérives du pouvoir. Furieusement chouette !

Bandes dessinées - Furieuse - DARGAUD
Furieuse, de Geoffroy Monde et Mathieu Burniat, Dargaud, 2022.

L’avis complet d’Isabelle

*

Pour Blandine, janvier a été un mois dédié à l’introspection pour mieux repartir, pour bien commencer l’année. Elle a eu beaucoup de belles lectures, des coups de cœur et au cœur, pas qu’en jeunesse, pas tous présentés sur son blog (le temps!!). Il a fallu faire un choix, que voici:

Peut-être. Kobi YAMADA et Gabriella BAROUCH. Le Lotus et l’Eléphant, 2021

Un titre qui intrigue et questionne, un sous-titre qui attire.
Une couverture aux couleurs enveloppantes rehaussées de détails dorés. Un texte en « tu », pour l’enfant lecteur et l’enfant resté en nous. Des illustrations tendres, métaphoriques, magnifiques.
Et nous voilà plongés dans cet album onirique sur les pouvoirs insoupçonnés, uniques, pas encore révélés, et pourtant présents, que nous avons tous en nous. Pour nous-mêmes. Pour les Autres. Pour cette place que nous occupons.

Sa chronique complète ICI.

*

Secrets d’Oracles. Suki FERGUSON et Ana NOVAES. De La Martinière Jeunesse, 2022

Dans la lignée du superbe album documentaire Secrets de Sorcières, Une initiation à notre histoire et nos savoirs, De La Martinière Jeunesse nous en propose un autre, tout aussi magnifique que fascinant ! Il nous explique ce qu’est le Tarot, ses origines, son utilisation, et nous détaille chacune des 22 Arcanes Majeurs, avant de nous délivrer des conseils et rituels pour nos tirages. Et quelle beauté dans ses illustrations!

Un album passionnant et riche à découvrir davantage dans son article LA!

******

Et vous, qu’avez-vous lu de beau en janvier ?

De l’intérêt de lire à Voix haute

Que ce soit dans l’intimité de notre foyer ou dans le cadre de notre travail, la lecture à voix haute est une activité que nous pratiquons toutes. Nous avions envie d’échanger sur ce sujet afin de savoir comment nos copinautes mettent en place cette activité dans leur quotidien, pourquoi, pour qui et ce que cela leur apporte.

******

Quand est-ce que vous lisez à haute-voix ? A qui ?

Frede : J’ai lu et je lis à voix haute très régulièrement surtout dans le cadre de ma profession.
J’ai lu énormément pour les enfants et adultes en situation d’handicap, pour les personnes âgées.
Maintenant ma lecture à voix haute se fait plus pour les enfants de 0 à 14 ans et toujours dans mon boulot. Cette lecture peut être en lien avec une thématique choisie : la dernière en date était sur le développement durable. Je me suis régalée à interpréter un extrait d’une pièce et lire Forêt des frères que nous avions beaucoup aimé ici. Ayant fait du théâtre lors de ma jeunesse, j’adore interpréter et moduler ma voix sans exagérer. J’ai eu la chance d’être formée à la lecture à voix haute par une comédienne lorsque j’étais bénévole pour l’association « Lis avec moi » à Lille. Puis avec une autre comédienne qui m’a appris à me déplacer lors de mes lectures, à « s’approprier l’espace scénique ».
Parfois je lis à voix haute pour moi, pour entrer dans le texte et pouvoir le lire sans difficulté lors d’un accueil de classe. De temps en temps je kidnappe mes grands ados pour leur lire un album coup de cœur.
Pour moi, la lecture à voix haute est essentielle et comme je le dis à mes collègues que je forme aux accueils de classe : il faut vivre le texte, faire passer les mots !

Linda : La lecture à voix haute a toujours été une activité partagée entre chacun de mes enfants et moi-même, dès qu’ils ont été capable de capter leur attention quelques minutes. C’est un moment que j’associe au calme et à l’échange. Je me souviens que chacun d’eux aimaient vraiment être collé à moi durant ce moment qui leur permettait de se poser tout en se faisant câliner. Avec l’âge et l’entrée progressive dans la lecture, chacun s’est détaché au moment de son choix, parfois un peu trop tôt à mon goût, parfois pas du tout mais finalement au moins qui leur a semblé être le bon. Mes filles aiment toujours la lecture à voix haute, malheureusement les emplois du temps de chacune ne facilitent plus une disponibilité commune et nous ont contraintes à presqu’abandonner cette activité. J’essaie encore de préserver cet intérêt car, à cette étape qu’est l’entrée dans l’adolescence, la lecture à voix haute revêt un intérêt différent : partager un temps de qualité ensemble, échanger autour d’un livre, des sujets qu’il aborde, débattre et ouvrir au monde. C’est par ailleurs une activité qui rassemble, qui développe et enrichie le vocabulaire et l’imagination et c’est aussi un formidable outil pour la concentration.

Lucie : Chez nous la lecture à voix haute est une tradition familiale. Mes parents nous lisaient des histoires (je me souviens que mon père faisait des voix différentes pour chaque personnage, j’adorais ça) et je ne me suis même pas posé la question de lire à mon tour des histoires à mon fils, ou d’écouter mon mari lui en lire (lui aussi fait des voix géniales). Mais la tradition ne se limite pas aux enfants. Il est arrivé que mon mari me lise des histoires, et j’ai appris que mon grand père faisait la même chose pour ma grand mère.
Effectivement, la question de continuer ou pas se pose quand les enfants grandissent et qu’ils deviennent bons lecteurs. Il est souvent arrivé que je commence un roman à haute voix avec mon fils et que le lendemain matin il en soit trois chapitres plus loin. C’est un peu frustrant quand c’est un livre que l’on découvre ensemble ! Mais il faut saluer les auteurs qui parviennent à créer des histoires tellement prenantes que l’on ne peut pas attendre pour en lire la suite.
Ce moment de partage autour du livre est précieux et ni lui ni nous ne sommes prêts à y renoncer. Même si parfois il s’agit seulement de lire des livres différents pelotonnés tous ensemble.

Dans ma pratique de maîtresse aussi la lecture est très importante. Il y a les lectures « suivies » que je propose en épisodes, et les lectures offertes (expression que j’aime beaucoup) en lien avec un thème travaillé en classe ou juste pour le plaisir.
Je suis pour ma part totalement convaincue par le quart d’heure lecture à condition que les élèves soient libres de choisir leurs lectures. Les études montrent bien que ce moment est source d’apaisement pour les élèves comme pour les enseignants.

Isabelle : Un peu comme Linda, j’ai lu à mes garçons, nés en 2009 et 2011, dès leurs tous premiers mois. Je me souvenais de moments fantastiques de lecture avec ma mère et de lectures offertes par mon instituteur de CM1, j’avais envie de proposer de tels partages à mes enfants. Nous avons donc instauré une sorte de rituel de lecture du soir. Mes moussaillons ont longtemps aimé lire et relire les mêmes livres, puis nous avons commencé à en découvrir de nouveaux, plus longs et immersifs. Nous n’avons pas eu envie de mettre fin à ce moment quotidien quand ils ont su lire seuls. Cela s’est fait naturellement avec l’aîné, vers 10 ans, lorsqu’il était trop absorbé par son roman du moment pour interrompre sa propre lecture. Cela ne l’empêche pas de nous rejoindre de temps en temps lorsque notre lecture du moment l’intrigue et nous avons développé de nouvelles formes de partage autour de lectures communes. Je continue de lire à voix haute presque tous les jours avec son frère qui aura bientôt douze ans. Je lis aussi de temps en temps avec les autres enfants de la famille, notamment mes neveux et nièces qui aiment tous ça !

Que pensez-vous que cette pratique de la lecture partagée ait apporté à votre famille ?

Linda : Je crois que cela a développé l’esprit critique de chacun, l’amour des mots, le plaisir d’être ensemble, d’échanger, d’argumenter autour de tout un tas de sujets. La lecture à voix haute nous a aussi permis de partager des intérêts communs pour les livres que, désormais, nous choisissons ensemble ou se recommandons mutuellement.

Colette : Avant toute chose, le rituel de la lecture partagée nous a apporté un moment de disponibilité réciproque. Pendant le moment de l’histoire du soir, nous nous retrouvons VRAIMENT tous les 4, pas de compromis possible, pas de diversion négociable : comme une promesse d’être entièrement présents les uns pour les autres. C’est un RDV que nous nous offrons et que nous ne manquerions pour rien au monde !

Frede : La lecture partagée est un moment de plénitude totale. Malheureusement dans la famille, nous lisons très peu ensemble, je l’ai énormément fait avec mes fils lorsqu’ils étaient petits. Je pense que le fait de lire pour une classe, un groupe m’apporte autant de satisfaction.
De plus, je lis beaucoup à voix haute pour moi-même, pour ressentir encore plus les mots. Mine de rien cet exercice n’est pas plus mal lorsque je dois lire devant un public surtout pour les 0-3 ans.
C’est un moment où toutes les oreilles sont attentives et captent la même histoire et où l’imagination n’appartient qu’à soi.

Lucie : Je te rejoins tout à fait : ce moment est très précieux chez nous aussi, et incontournable ! Une pause pour être ensemble et partager une histoire dans un quotidien où l’on court tous tout le temps. Nous y tenons beaucoup.

Isabelle : Je me retrouve dans vos réponses : ces moments d’attention exclusive dont tu parles, Colette, sont hyper précieux ! Je pense que c’est LA manière privilégiée de cultiver son goût de lire et de le transmettre à ses enfants. On s’extrait aussi, pour quelques minutes, du train-train de nos journées trop chargées. L’évasion dans un livre permet souvent de désamorcer les tensions et de prendre un peu de distance vis-à-vis des petits soucis du quotidien. C’est véritablement stupéfiant de voir à quel point quelques minutes de lecture permettent aux enfants les plus vifs et turbulents (et je sais de quoi je parle !) de se poser et de retrouver le calme avant d’aller dormir : cela vaut vraiment le coup d’essayer ! Comme le dit Linda, ces lectures donnent aussi souvent lieu à des confidences, des questions et des moments privilégiés d’échange que nous n’aurions pas forcément eus sinon. Il est parfois plus facile d’aborder certaines questions de façon indirecte, voire implicite, à travers une histoire que de manière frontale. Jour après jour, on apprend à mieux se connaître. Quand le goût de la lecture se transmet de génération en génération, cela peut enfin contribuer à créer une belle complicité autour de certains livres qui finissent par composer un univers de références partagées par toute la famille… Chez nous, nombreux sont les repas de famille où nous parlons de Karlsson sur le toit ou encore de Willy Wonka. Ces personnages ont presque partie de la famille, tout le monde les connaît ! 

Quelles sensations et quelles émotions apporte la lecture à haute voix ? Quel est le « supplément d’âme » de cette pratique d’après votre expérience ?

Lucie : En réalité, si j’aime ce moment je n’aime pas beaucoup lire à voix haute. Je le fais pour le partage du moment, mais je préfère nettement écouter !
Mais je suis curieuse de lire les réponses de celles qui sont à l’aise dans cet exercice.

Colette : Personnellement, j’aime beaucoup devoir moduler ma voix, jouer avec les différents personnages pour captiver mon petit public. Mais comme toi Lucie je préfère écouter les autres lire. J’ai découvert depuis peu la lecture audio. Nous avons écouté lors de longs trajets L’Ickabog lu par Aïssa Maïga ou encore Jefferson lu par JC Mourlevat et vraiment ce fut un régal. J’avoue que Jean-Claude Mourlevat lit vraiment bien ses textes : sa voix est riche des émotions de ses personnages, je ne sais pas si c’est lié à sa formation de comédien ou encore au fait qu’il connaisse parfaitement bien ses personnages, mais l’écouter lire est très enthousiasmant.

Et je rajouterai que « le supplément d’âme » que je trouve à cette pratique c’est la sensation de vivre une expérience collective à travers une activité qui est sinon très individuelle. Les échanges que l’on peut faire en classe après une lecture à haute voix sont très intéressants pour comprendre tous les mécanismes qu’implique la lecture qui est un acte tellement complexe. Et puis le silence qui règne dans un groupe à l’écoute d’une lecture à haute voix, c’est un silence magique !

Linda : Comme Colette, j’aime beaucoup devoir moduler ma voix, c’est une façon de s’approprier les personnages et de les rendre vivants et accessibles au petit public attentif. Je trouve aussi que cela donne vie aux mots, les fait danser, et puis cela dynamise la lecture et la rend tellement plus intéressante pour l’auditeur.
J’aime aussi, en tant que lectrice, observer les réactions que provoque la lecture, cela donne à réfléchir sur ce qu’elle apporte à chacun et facilite ensuite les échanges, à exprimer son ressenti et ses émotions. 

Frede : Je dirais que cette sensation est unique et apporte beaucoup de quiétude, de bien-être. J’aime ce moment où toutes les oreilles et les yeux sont rivés sur le livre que je suis entrain de lire. Peu importe la technique employée à ce moment là c’est véritablement un instant de véritable communion.

Isabelle : L’histoire du soir permet de redécouvrir la lecture, car on lit différemment quand on le fait à haute voix pour quelqu’un d’autre. Moi qui lis beaucoup et de manière un peu compulsive, j’ai redécouvert certains livres en les parcourant plus lentement, en prenant le temps de me représenter pleinement le texte afin de mieux le transmettre, de respecter les silences (voire les faire durer pour entretenir le suspense !), d’adapter mon intonation, de théâtraliser un peu la lecture où jouant sur des mimiques et des expressions, un ton ironique, des voix plus aiguës ou plus graves, voire même des accents ! Cela demande une concentration exclusive et a l’effet de me calmer. Rétrospectivement, j’ai le sentiment d’une qualité de lecture différente pour les livres lus comme cela. 

Pour vous, y a-t-il des supports qui se prêtent mieux à la lecture à haute voix que d’autres ? Vous est-il arrivé de tomber sur un livre particulièrement difficile à lire à haute voix ? Et, au contraire, avez-vous des « chouchous » que vous aimez lire à haute voix ?

Colette : Oui, clairement il faut des textes qui alternent récit et dialogues régulièrement. Les textes de théâtre se prêtent bien évidemment à la lecture à haute voix mais à peine ouverts, ils appellent à être joués et ils seront bien plus savoureux à plusieurs lecteurs, lectrices. J’aime beaucoup lire des albums, car on peut ménager de longues pauses de silence pour montrer les images qui les illustrent. Je n’ai pas beaucoup d’expérience de lectures à haute voix de textes longs. Quant aux BD c’est vraiment compliqué en groupe mais en tête à tête avec mon fils de 9 ans, c’est un genre qu’on adore lire ensemble. Les documentaires sont d’après moi les livres les plus difficiles à lire à haute voix mais certains s’y prêtent vraiment. Il faut une mise en page simple avec un objet par page ou double-page, au delà on s’éparpille. Pour la pratique de lecture à haute voix, ce que j’aime le plus, c’est ressortir le butaï que mon père a fabriqué à mon grand garçon pour ses 5 ans et lire des kamishibaï à ma petite famille. Le kamishibaï est une sorte de théâtre d’images où la voix accompagne les images que le public voit défiler devant ses yeux. Pour le baptême de mon filleul, j’ai lu « Il faudra » d’Olivier Tallec et Thierry Lenain en version kamishibaï et ce fut vraiment un très beau moment. Des phrases courtes. Poétiques. Percutantes. Qui touchent en plein coeur. Pour moi la poésie est le genre par excellence de la lecture à haute voix et certains albums sont de pures merveilles de poésie.

Lucie : Tous les supports type kamishibaï, tapis à histoire etc. sont extra pour la lecture à voix haute. Mais quand on n’a pas la chance d’avoir ce matériel, je trouve que l’album est le livre idéal. Nous n’avons jamais lu de poésie en famille, tu me donnes envie d’essayer.
En réalité, en posant cette question je pensais à un roman en particulier que nous avons arrêté car trop compliqué à lire à haute voix : « Réseaux » de Vincent Villeminot. En revanche, les auteurs qui jouent avec les mots et les sonorités (J.K. Rowling, Timothée de Fombelle, Flore Vesco, Roald Dahl ou Jean-Claude Mourlevat pour ne citer qu’eux) sont géniaux à lire à haute voix, même sur de longs textes.

Linda : Pour ma part j’aime lire tous les supports à voix haute, à l’exception de la bande dessinée. Je n’aime pas partager ce format de texte « fractionné » que j’aime pourtant lire en solo. Je lis des romans à voix haute et je les trouve tout aussi savoureux, voir plus parfois, que les albums. Peut-être justement car pour ces derniers, il faut régulièrement marquer une pause pour regarder les images et laisser la place à chacun de le faire dans le temps qui lui convient.
Dans les romans, c’est plus l’écriture qui va avoir un rôle dans le plaisir de lire. J’aime particulièrement la poésie et la musique des mots que certains auteurs savent poser sur le papier. Spontanément je pense à Flore Vesco, Bertrand Santini, Jean-Claude Mourlevat ou encore Roald Dahl… Mais parfois c’est plus le rythme de l’action et l’écriture qui est un véritable plaisir pour l’oreille ; ici je pense à des titres plus classiques comme Les aventures d’Arsène Lupin, la saga de Anne de Green Gables ou encore La ferme des Animaux. Sans oublier les textes qui font voyager au sens propre, comme au sens figuré. Pourtant parfois, alors que le sujet est intéressant et le livre vraiment bien écrit, ça fait flop. Je me souviens avoir vraiment peiné sur Le baron perché d’Italo Calvino, la faute aux phrases interminables qui faisaient trembler ma voix de fatigue. C’est pourtant un livre que nous avons aimé, les filles et moi, mais j’en suis ressortie épuisée.
Donc pour moi, tout livre vaut le coup d’être lu à voix haute, chacun trouvera ceux qui lui conviennent.

Frede : Je ne lis jamais de documentaires ou de BD en lecture à voix haute. Par contre j’adore lire du théâtre à plusieurs voix. Je me souviens encore du bonheur de lire Roméo et Juliette avec mon cadet en se répartissant les rôles à chaque début d’acte. Comme je lis l’histoire avant mon accueil je n’ai jamais de mauvaise surprise car il faut « maîtriser » son texte pour y mettre la tonalité et captiver son public. Mes chouchous sont essentiellement des albums comme De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, La souris et le voleur, tous les albums de Christian Voltz (je les connais presque par cœur), La moufle, le bateau de Mr Zouglouglou… mais j’ai un souvenir ému de ma lecture du petit roman La bergère qui mangeait ses moutons, lu sur scène pour les 20 ans de la médiathèque où je travaillais. Quel régal ! une comédienne nous avait aidé à « nous mettre en scène ».

Isabelle : Pas de support privilégié, même si comme Linda, je n’aime pas trop lire de BD à haute voix. Pour moi, cette mode de lecture est un test clé. Il y a les textes dans lesquels on entre tout de suite. C’est notamment le cas de ceux de Roald Dahl ou de Jean-Claude Mourlevat dont vous avez parlé. Ils ont un rythme et coulent de manière évidente, déployant dans nos imaginaires un univers dans lequel on se repère aisément, des personnages palpables dont on perçoit la consistance et qu’on a l’impression de connaître, des intrigues qui nous enveloppent et nous accrochent à tel point qu’il est difficile d’interrompre la lecture. Il nous est arrivé de lire plus d’une heure à la suite ! Les choses sont différentes avec les albums mais là aussi (encore plus, je trouve), on voit tout de suite comment fonctionnent les mots. D’autres textes sont plus durs à lire et à suivre, souvent c’est sans appel et tout le monde est d’accord ! À mon sens, la lecture à voix haute est aussi un moyen privilégié de faire découvrir des textes plus difficiles d’accès à ses enfants. Au fil des années, nous avons lu de nombreux classiques qui comportent des mots plus rares et exigent de connaître certains éléments de contexte : les romans de Stevenson par exemple (L’île au trésor, L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde), Moby Dick, Dracula ou le splendide Watership Down. Les enfants étaient super heureux mais ne se seraient sans doute pas lancés seuls.

Sur la base de vos expériences respectives, avez-vous des conseils particuliers à adresser à celles et ceux qui aimeraient se lancer dans la lecture à voix haute en famille ou dans un autre cadre ? Des trucs qui auraient bien marché chez vous ?

Isabelle :  Pour ma part, je conseillerais d’essayer de ménager ce moment qui n’a pas besoin d’être très long en veillant si possible à ne pas être dérangé. Et aussi de ne pas se formaliser si un enfant ne parvient pas à rester immobile en écoutant. Mes moussaillons ont souvent eu besoin de rester libres de leurs mouvements, de manipuler un objet… J’ai pris le parti de les laisser s’installer ou bouger comme ils le souhaitaient, tant que cela ne perturbait pas la lecture. Il leur est par exemple arrivé de faire des coloriages ou des perles à repasser pendant la lecture du soir, mais ils savent qu’ils ne peuvent pas faire de bruit ou s’agiter.

Linda : Je rejoins assez ce que dis Isabelle sur la disponibilité de l’enfant, l’importance de le laisser libre de ses mouvements. J’ajouterai qu’il ne faut pas se forcer à le faire ou s’imposer un moment précis, le plus important est que chacun soit disposé à partager ce moment ensemble.

Lucie : L’idéal est bien sûr de commencer avec un enfant tout petit. Mais ne pas l’avoir fait ne veut pas dire qu’il ne faut pas se lancer !
Nous avons vécu des moments de « pause » de ce rituel, qui m’ont chaque fois fait un pincement au cœur. Mais nous l’avons chaque fois relancé grâce à une lecture qui nous donnait envie, suite à un passage en librairie par exemple. Ne pas être trop rigide sur la forme (liberté de mouvement, durée…) pour garder le plaisir, partir de l’envie de l’enfant aussi, pour ne pas perdre son attention en route. Et s’autoriser à abandonner une lecture trop compliquée, contraignante en lecture à haute voix, ou finalement décevante.
Je crois en revanche qu’il est important de ritualiser, d’avoir un moment de la journée dédié pour lequel nous sommes totalement disponibles les uns et les autres.

Colette : Comme Lucie, je pense que la mise en place d’une lecture ritualisée est vraiment primordiale quand on veut instaurer un moment de lecture à haute voix dans le cercle familial. Pour ce qui est de la lecture devant un public, je conseillerai de se préparer à l’avance en s’enregistrant par exemple pour essayer de théâtraliser au mieux sa lecture. Ce sont deux types de lecture à voix haute assez différentes me semble-t-il : si la lecture à haute voix dans la sphère privée me semble pouvoir exister en toute liberté, dans la sphère professionnelle, elle n’en sera que plus savoureuse si la lectrice, le lecteur s’est bien entraînée avant.

Frede : L’important c’est de commencer avec un livre que l’on aime car c’est à ce moment là que tout va se faire : le plaisir de l’écoute et le plaisir de lire. Comme vous l’avez très bien dit, même si l’enfant bouge où n’est pas à 100% à votre écoute, il est tout de même attentif. Le plus beau est de transmettre par cette lecture peu importe le moment. Il faut juste être disponible en tant que lecteur et spectateur.

******

Et vous, lisez-vous à voix haute ? Quels bénéfices y trouvez-vous pour vous et pour ceux à qui vous faites la lecture ?