Nos imagiers préférés !

Les imagiers sont “ces livres très français, hérités de la collection du Père Castor qui en inventa le principe comme le terme en 1957” comme le précise Sophie Van der Linden dans un article qu’elle consacre à une des artistes phare du genre, Bernadette Gervais. Ce sont des livres qui s’adressent donc en premier lieu au tout-petit pour lui permettre d’ouvrir une première porte de papier sur le monde qui l’entoure afin d’apprendre à le nommer, pièce par pièce. Mais les imagiers sont de plus en plus le lieu où s’élaborent de véritables visions du monde, sous forme de galerie d’art, dans lesquelles le tout-petit est amené à se promener et à se délecter de belles images toutes plus originales les unes que les autres. Nous vous présentons aujourd’hui nos préférés !

******

Les éditions Thierry Magnier sont, pour Colette, les reines en matière d’imagiers originaux et dépaysants. Lors de son immersion dans le monde de l’édition, il y a maintenant 20 ans, elle a découvert le magnifique Tout un monde d’Antonin Louchard et Katie Couprie. Le titre a lui seul est une promesse incroyable ! On y découvre au fil des pages des photos, des gravures, des peintures, des collages qui représentent au fil des techniques des visages amis, des situations quotidiennes. Sans qu’aucun mot ne les accompagne. L’enfant en prend donc plein les yeux à travers ce petit bijou au format carré qui se lit dans tous les sens. Ou plutôt qui se vit dans tous les sens. En 2018, les éditions Thierry Magnier ont réédité l’album avec un coffret collector dans lequel on trouvera 30 illustrations tirées du livre au format carte à jouer. Une invitation à mettre en image le monde à notre portée.

Tout un monde, Katy Couprie, Antonin Louchard,
Le coffret collector, Thierry Magnier, 2018

*

Chez le même éditeur, on pourra découvrir les audacieux imagiers de Véronique Joffre : L’imagier mouillé, L’imagier mouvementé et L’imagier caché. Trois manières de regarder le monde en suivant une ligne, un horizon à travers des illustrations très graphiques, sobres mais malicieuses.

*

Lucie est fan du travail de Xavier Deneux. Ses illustrations très rondes sont parfaitement adaptées aux tout-petits. Il propose aussi bien les fameux imagiers à toucher, dont les petites mains sont si friandes, que de curieux imagiers gigognes. Tous aux éditions Milan.
Outre les larges surfaces de matières et des pages cartonnées, l’avantage de Mon grand imagier à toucher est de faire le tour des objets du quotidien. Regroupés par thème (les transports, les animaux) ou par pièce (la cuisine, la salle de bain), l’enfant ne peut que reconnaître les objets qui l’entourent. Classique mais efficace !

Mon grand imagier à toucher, Xavier Deneux, Milan, 2016.

*

Plus éloigné du quotidien (encore que) mais aussi plus poétique, l’album Les contraires invite l’enfant à mettre des mots sur des notions plus abstraites telles que “grand”, “petit”, “vide” ou “plein”, etc. Les deux notions contraires sont disposées face à face, l’une présentant un relief qui s’emboite dans le creux de l’autre lorsque l’on tourne la page.

Les contraires, Xavier Deneux, Milan, 2012.

*

Liraloin apprécie beaucoup le travail des éditions Phaïdon et cet imagier en particulier. Dans ce gros livre aux pages glacées et cartonnées, l’enfant découvre que les formes qui l’entourent peuvent former des motifs. Ici ce n’est pas banal : motifs écossais, chevrons, damiers… vont se succéder. Ainsi chacun d’entre eux se retrouvent insérer dans un paysage que le tout-petit va reconnaître : le parc, la plage, la ville…

Cet imagier est inventif et tout à fait original. Les scènes représentées sont dessinées façon sérigraphie. Les couleurs acidulées nous transportent dans un univers amusant. Une belle réussite.

Mon premier livre de motifs de Bobby et June George & Boyoun Kim, Phaïdon, 2017

*

Blandine adore la diversité et l’originalité qui se cachent derrière le concept de l’imagier, à la fois unique et toujours inattendu, pour toujours plus de découvertes.

Les Objets de mon petit monde. Sandra LE GUEN et Popy MATIGOT. Casterman Jeunesse, janvier 2022

Un petit cartonné et des pages épaisses pour nous présenter en dessins facétieux et en mots emplis de poésie trente objets qui font le quotidien, et le monde, des tout-petits. Des objets communs ou inattendus, des objets jolis ou usuels, des objets usés ou vénérés. Tous ces objets qui l’entourent, le rassurent, lui dessinent des contours, l’encouragent, l’aident à grandir, et lui font vivre mille aventures.

La présentation de Blandine ICI

*

Les imagiers peuvent aussi se faire abécédaires. Ici aussi, la singularité et la fantaisie permettent d’explorer et de prolonger le genre.

Mon ABéCéDaire. Céline LAMOUR-CROCHET. Editions Les Minots, 2017

Mon ABéCéDaire allie inventivité, ingéniosité et Art pour nous présenter des mots attendus ou plus exotiques. Tous sont écrits avec trois graphies : majuscule d’imprimerie, script et cursive. Et avec trois couleurs : noir, blanc et gris pour jouer avec les contrastes, les creux et les pleins, pour distinguer les lettres et découvrir le calligramme du mot. C’est beau et ludique !

La chronique de Blandine LA !

*

Isabelle Simler a élargi le champ de l’imagier en l’associant au jeu et à la déduction. Avec ses crayons de couleurs aux traits aussi délicats que colorés, elle a eu la merveilleuse idée d’aborder les contes par un angle inédit !

Dans les poches d’Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… Isabelle SIMLER. Éditions Courtes et Longues, 2015

Qui n’a pas mis, enfant, dans ses poches, mille trouvailles glanées, ramassées ? Ces petits riens accumulés disent beaucoup de nous. C’est ainsi qu’Isabelle Simler a choisi de nous évoquer les contes. Etalés sur la double page, ces trésors présentés en poésie ne demandent qu’à retrouver leur propriétaire ! Si la tâche n’est pas si aisée, le plaisir de la recherche, de l’observation et de la “restitution” rendent cet album extraordinaire !

La chronique de Blandine ICI

*

Isabelle a trouvé que dans cet article, il fallait parler du grand imagier des petits, de Ole Könnecke. Un album tendre et complet qui s’est imposé comme un classique du genre grâce à ses multiples qualités. D’abord, le charme de ses graphismes, si pleins de douceur et d’humour. Ensuite, son format cartonné si généreux permettant d’offrir une somme très complète de termes qui ravira les enfants passionnés par les outils ou les instruments de musique – et ceux qui aiment les mots réjouissants comme « excavatrice ». Mais aussi et surtout ces détails et historiettes qui fourmillent et insufflent un supplément de vie.

Le grand imagier des petits, de Ole Könnecke. L’école des loisirs, 2011.

Chronique sur L’île aux trésors

*

Le ruban d’Adrien Parlange offre une proposition peut-être plus subjective, certainement singulière parmi la profusion d’imagiers. Cet album se démarque par la classe de ses illustrations stylisées, jaunes sur fond bleu. Mais surtout par ce ruban qui vient prolonger l’image, donner au lecteur la chance de compléter le tableau en disposant cet accessoire de façon à lui donner la forme du ruban d’une ballerine, d’un lacet défait, de la queue d’une souris ou encore d’un éclair d’orage. Ludique et beau !

Le Ruban, d’Adrien Parlange. Albin Michel Jeunesse, 2016.

******

Et vous, quels imagiers avez-vous aimé mettre dans les mains de vos tout-petits ?

Nos classiques préféré.e.s : au fil des vagabondages de François Place.

Depuis les années 1980, François Place nous entraîne dans ses incroyables voyages à l’aquarelle, aussi bien à travers les livres des autres qu’il illustre avec brio qu’à travers ses propres récits qui nous propulsent vers des ailleurs où la délicatesse se mêle à l’exotisme. Sélectionné cinq fois au prestigieux prix international suédois Astrid-Lindgren, il a conquis plusieurs générations de rêveuses et de rêveurs.

source : https://www.francois-place.fr/

******

Pour Colette, aucun doute, Les Derniers géants occupent une place privilégiée dans son palmarès des œuvres de François Place.

Les Derniers géants, François Place, Casterman, 1992, réédité en 2008.

Voici pourquoi, en 10 raisons !

  1. Parce que le format à l’italienne de cet album est à lui seul une invitation au voyage.
  2. Parce qu’il y a quelque chose d’éminemment classique dans la manière dont ce récit de voyage est construit et que ce qui est classique renferme quelque chose d’universel qui me touche toujours en plein cœur.
  3. Parce qu’au fil des illustrations, nous traversons d’incroyables paysages, du Londres parfaitement domestiqué aux cascades impétueuses des jungles asiatiques, aucun paysage ne résiste au pinceau de l’artiste.
  4. Parce que ce n’est pas qu’un récit de voyage, mais bien un récit d’apprentissage, celui de Léopold confronté à lui-même et à la cruauté des hommes quand il s’agit de se mesurer à l’autre, cet “étrange étranger”.
  5. Parce que ce n’est pas qu’un récit d’apprentissage, mais aussi un texte profondément philosophique qui nous interroge sur ce qui fait notre humanité, comme a pu le faire, en son temps, la Controverse de Valladolid, une question qui demeure d’actualité malgré le temps qui passe.
  6. Parce que cet album est une ode à l’art du tatouage ! Quand les peaux s’écrivent, que c’est poétique !
  7. Parce que ce que c’est aussi une histoire d’amitié sensible et terrible.
  8. Parce que la bibliothèque de Léopold est incroyable, particulièrement appétissante.
  9. Parce que la fin est formidable et ouvre à tous les possibles (je verrai bien Leopold se réincarner dans la peau de L’homme à l’oreille coupée de Jean-Claude Mourlevat !)
  10. Parce que c’est un savant mélange des genres, entre récit de voyage, conte philosophique et revue scientifique, à la frontière entre le réel et le merveilleux. Une oeuvre complète, à la fois familière et originale !

******

Pour Lucie, parce qu’il faut bien en choisir un, ce sera le dernier : Rois et reines de Babel, qui a fait l’objet d’une lecture commune avec Colette.

Rois et reines de Babel, François Place, Gallimard Jeunesse, 2021.

Voici pourquoi en 10 raisons !

  1. Parce que le grand format laisse tout l’espace à François Place de revisiter le mythe de Babel…
  2. … Et de glisser une multitude de détails dans les illustrations !
  3. Pour la succession de rois dont la personnalité influe sur la vie du peuple,
  4. Et l’arrivée des reines qui élargissent l’horizon de leur cité.
  5. Pour le rôle essentiel donné à l’éducation et à la culture.
  6. Parce que c’est une fable sur le pouvoir et la vision des dirigeants.
  7. Pour l’intrigante figure du cerf blanc, que l’on s’amuse à chercher dans les premières pages, qui disparaît et surgit de nouveau alors qu’on ne l’attendait plus.
  8. Pour la découverte de ce peuple aux chevelures-grappins, exemple parfait du goût de l’auteur-illustrateur pour les civilisations imaginaires.
  9. Parce que la fin, imprégnée de mysticisme, laisse au lecteur la liberté de l’interprétation.
  10. Et surtout, parce qu’on retrouve dans Rois et reines de Babel  tout ce qu’on aime dans l’œuvre de François Place : un voyage merveilleux aux confins de l’imagination, illustré de manière grandiose !

******

L’année dernière, Isabelle et ses moussaillons n’ont fait qu’une bouchée à voix haute d’Olympe de Roquedor, brillant récit d’aventure que François Place a co-signé Jean-Philippe Arrou-Vignod. Pour au moins dix raisons :

Olympe de Roquedor, Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place. Gallimard Jeunesse, 2021.
  1. Pour le décor merveilleusement décrit qui évoque notre Sud-Ouest natal avec ses châteaux et ses paysages escarpés.
  2. Pour l’hommage aux feuilletons populaires et aux romans de cape et d’épée du 19ème siècle. Mais aussi pour la façon dont ce roman bouscule leurs codes en donnant le premier rôle à une jeune fille qui porte le prénom de l’une des premières féministes, Olympe !
  3. Pour la flamboyance d’Olympe, prête à tout pour conserver la maîtrise de ses choix face à ceux qui voudraient la jeter au couvent ou la marier.
  4. Pour les alliés improbables et pleins de mystère que la jeune fille a le don de rencontrer.
  5. Parce qu’il est question d’un trésor…
  6. Parce qu’il s’agit d’une collaboration entre deux de nos auteurs préférés qui ont si bien su accorder leurs splendides plumes qu’il est impossible de savoir qui a écrit quoi.
  7. Pour les dialogues sont plus vrais que nature, dignes d’Alexandre Dumas ou même de Molière.
  8. Pour les illustrations pleines de vie qui finissent de nous transporter complètement.
  9. Pour la façon dont ce roman mêle souffle et mystère, péripéties et subversion.
  10. Pour le final, juste parfait !

L’avis complet d’Isabelle ICI.

******

Pour Linda, ce sera Le Marquis de la Baleine, une pièce lue à voix haute en famille qui nous a tous fait bien rire.

Le Marquis de la Baleine – Comédie tragique en six actes pour trois personnages et une baleine, de François Place, Gallimard, 2018.
  1. Pour le grand format qui permet à l’illustrateur de pleinement exprimer son talent,
  2. Pour la beauté des illustrations minutieuses et poétiques qu’on prend plaisir à observer,
  3. Pour la langue insolente et l’humour absurde,
  4. Pour la vanité et la bêtise des personnages dont les dialogues sont délicieusement drôles,
  5. Pour le plaisir de déclamer le texte à voix haute seul ou en famille,
  6. Parce que le théâtre se vit et se partage,
  7. Parce que c’est un format qui dynamise le récit et la lecture,
  8. Pour le message satyrique qui dénonce le pouvoir et la folie des grandeurs,
  9. Parce qu’on ne rit jamais assez,
  10. Et parce que François Place, tout simplement.

******

C’est en visitant le Musée de l’illustration jeunesse basé à Moulins que Liraloin est tombée en admiration devant les immenses fresques de Le Roi des Trois Orients. Voici les dix raisons d’apprécier la longue et haletante aventure d’une caravane tout à fait spéciale.

Le Roi des Trois Orients de François Place, Rue du monde, 2006
  1. Pour cette caravane, la Grande Ambassade, qui n’a qu’un seul but : rendre hommage au Grand Roi, le Roi des Trois Orients « qui règne tout là-bas, à l’autre bout du monde. »
  2. Pour ce village nomade que forme la Grande Ambassade, des vies étroitement liées les unes aux autres.
  3. Pour cette solidarité entre les hommes et les animaux, fabuleux guides lorsque le temps est peu clément ou le chemin difficile : « On a confié les enfants parce qu’ils savent mettre leur pas dans les traces de ceux qui les ont précédés. »
  4. Pour les doutes et les pertes que peuvent subir cette étrange caravane. Va-t-elle s’en sortir à chaque difficulté ?
  5. Pour l’émerveillement et l’imagination ! Que contiennent véritablement ces coffres jalousement gardés et tous destinés au Roi ?
  6. Pour ces rencontres et l’admiration que suscite la Grande Ambassade, elle semble intouchable pour le commun des mortels.
  7. Pour cette histoire d’amour naissante entre un musicien et une belle cavalière.
  8. Pour cette fresque qui se déroule, spectacle happant aux milles et un détails, à la manière des premiers livres chinois (rouleaux).
  9. Pour les paysages véritables fils conducteurs d’un voyage à travers le désert, les montagnes ou encore les plaines.
  10. Pour le Roi que tous les membres de la Grande Ambassade rêvent de rencontrer. Se montrera-t-il à la hauteur de leur espérance?

******

A vous de choisir votre aventure ! Quelle sera-t-elle? Faites nous part de votre livre préféré et n’hésitez pas à visiter le beau site de François Place.

Nos classiques préféré.e.s : suivre le trait de Kitty Crowther.

L’univers de Kitty Crowther est d’une poésie incroyable. L’artiste belge, née en 1970 d’une mère suédoise et d’un père anglais, nous questionne sans cesse dans ses albums où la nature toute entière semble animée. Son œuvre originale a d’ailleurs été récompensé en 2010 par le prestigieux prix Astrid Lindgren. Nous partageons aujourd’hui avec vous nos coups de coeur parmi les titres de sa bibliographie.

Source : L’école des loisirs.

******

La visite de la Petite Mort a été le premier album de Kitty Crowther lu par Blandine. Il a été une évidence et une rencontre. Découvrez pourquoi en dix points.

La visite de la Petite Mort. Ecole des Loisirs, Pastel, 2004
  1. Pour son sujet, peu traité au moment de sa parution.
  2. Pour la douceur qui émane de son titre et de sa couverture.
  3. Pour ce sujet difficile abordé avec pudeur.
  4. Car la Mort fait peur et est tristesse, mais peut aussi être espoir et délivrance.
  5. Pour son trait délicat et le jeu discret de couleurs.
  6. Pour le détail et les références de ses illustrations.
  7. Pour les autres thèmes évoqués : solitude, maladie, amitié.
  8. Pour les émotions transmises.
  9. Pour les discussions que cet album permet.
  10. Pour ses mots qui rendent la Mort à la Vie.

******

La Collectionneuse de papillons a choisi de vous présenter les dix endroits qui la lient à Mère méduse.

Mère méduse, Kitty Crowther, Pastel, 2014.
  1. Quel titre incroyable ! Avec sa musicalité particulière, il nous guide déjà vers l’ambivalence assumée du personnage principal.
  2. Un album tout entier dédié à la maternité, une maternité qui n’est pas idéalisée, une maternité enveloppante, sécurisante, exigeante. Peut-être un peu trop envahissante…
  3. La magnifique et généreuse chevelure de Mère Méduse est une terrible et formidable métaphore de tout ce qui se trame dans la relation mère-enfant. Quel génie d’avoir su, par ce détail hautement poétique qui a été un topos littéraire de la littérature médiévale au surréalisme, rendre visible les liens qui se nouent, se serrent et se desserrent, étouffent et élèvent. Sans avoir besoin de le dire, de l’écrire. L’image se suffit à elle-même.
  4. Parce que c’est un album qui parle aussi bien aux enfants qu’aux mères.
  5. Pour la beauté du prénom de l’enfant : “Irisée”.
  6. Parce que cet album dit aussi le cycle de la vie familiale : la naissance, les premiers pas, l’apprentissage, le besoin d’autonomie, et tout ce qui peut changer quand on est attentif à l’autre.
  7. Parce que le style de l’artiste est vraiment singulier et unique, son trait est comme animé, le mouvement envahit la page, que ce soit à travers les minéraux, les végétaux, les visages. Tout tremble !
  8. Parce que cette histoire se passe au bord de l’eau, élément de rêverie qui entoure la méduse d’une aura lumineuse.
  9. Pour la très belle citation en exergue de l’album, hommage à une autre grande autrice de littérature jeunesse, Tove Jansson : “Une méduse, c’est un corps transparent avec un coeur de fleur.”
  10. Parce que c’est un album que l’on peut lire et relire sans jamais en épuiser le sens. Gage même d’un grand classique !

******

Lucie a découvert Kitty Crowther en préparant ce article. Et le premier album a été le bon : elle a été conquise par Le petit homme et Dieu, voici pourquoi.

Le petit homme et Dieu, Kitty Crowther, Pastel, 2010.
  1. Pour ce Dieu, tout en rondeurs,
  2. Et le décor de forêt fourmillant de détails en arrière-plan.
  3. Pour cette rencontre hors-norme et pourtant évidente.
  4. Car l’auteure joue avec humour avec la figure divine,
  5. Par exemple lors de la réaction de Dieu à la description du petit homme qui s’attendait à un personnage “grand, vieux, avec une longue barbe blanche, un air sévère et une tunique bleu ciel”.
  6. Pour cet orange fluo qui infuse discrètement les illustrations au fur et à mesure de l’histoire.
  7. Pour les moments de partage entre les deux personnages, tout en simplicité.
  8. Pour la chute étonnante, amusante, intrigante.
  9. Parce qu’“il y a des jours comme ça qui vous changent pour l’éternité”,
  10. Et que c’est aussi le cas de certaines lectures !

******

Pour Linda, la découverte de Kitty Crowther s’est faite durant les jeunes années de ses petites demoiselles par la lecture de Poka & Mine. Pour préparer cet article, c’est le thème de la culture qui est venu lui rafraîchir la mémoire avec une visite Au musée et Au cinéma.

  1. Pour la diversité et l’université des thèmes choisis. Des thèmes qui en font une série traditionnelle dans laquelle les héros vivent des aventures proches du quotidien des enfants.
  2. Mais ici l’originalité des personnages va à contre-courant. Alors que les auteurs utilisent souvent des mammifères assez proches des enfants (ours ou lapin en peluche par exemple), dans Poka & Mine, il n’y a que des insectes.
  3. Pour la tendresse et la bienveillance qui unissent les deux personnages.
  4. Pour la poésie et la magie des illustrations qui fleurtent agréablement avec l’imaginaire et l’enfance.
  5. Pour les palettes de couleurs, toujours différentes d’un album à l’autre mais toujours en adéquation avec le thème et les émotions.
  6. Pour la beauté de la relation entre Poka et Mine, un adulte et un enfant, placés sur un pied d’égalité.
  7. Parce que l’histoire ne va pas toujours dans la direction qu’on attendait (par exemple dans “Au cinéma”, Mine ne verra pas le film mais passera un super moment quand même).

******

Pour Liraloin l’univers de Kitty Crowther est une plongée dans un univers coloré-crayonné aux petits détails uniques. Petites histoires de nuits sont de jolies fables sur le sommeil et le bienfait de la lecture avant d’aller faire un gros dodo.

Petites histoires de nuits, L’école des loisirs, Pastel, 2017
  1. Pour ce joli album à la maquette soignée qui attire l’œil du lecteur et pour cet incipit : « Pour Sara Donati, qui dormi chez moi une nuit et a rêvé que je faisais un livre rose, dont le titre « Petites histoires de nuit », était écrit à la main. »
  2. Pour ce petit ourson qui ne réclame pas une ni deux mais bien trois histoires : « S’il te plaît, s’il te plaît et s’il te plaît. J’ai dit s’il te plaît trois fois ! »  
  3. Pour qui ne pourrait pas entendre le doux son du gong de la gardienne de nuit, un instrument appelant le sommeil.
  4. Pour être à la place de Zhora et son épée, rencontrer Jacko Mollo la chauve-souris, monsieur de la nuit.
  5. Pour l’amitié entre Bo et Otto, bien attentif aux soucis de son ami. Bo finira-t-il par retrouver le sommeil grâce aux bienfaits des pierres-mots ? A vous de le découvrir.
  6. Pour que le sommeil envahisse enfin ce petit ourson ainsi que la gardienne de nuit, Zhora et Bo confortablement installés dans leurs lits douillets.
  7. Pour avoir le temps de choisir son étoile avant se d’endormir, sourire aux lèvres.
  8. Pour l’univers rosé-coloré de cette autrice. Des couleurs qui dynamisent ces trois histoires tout en gardant cette quiétude propice au calme et à l’endormissement.
  9. Pour cette bienveillance présente chez la gardienne de nuit dont émane une douceur amicale envers les animaux de la forêt. Cette même douceur que l’on retrouve entre Zohra et Jacko Mollo. Enfin Bo, très chanceux d’avoir un ami à l’écoute comme Otto.
  10. Pour que ces petites histoires de nuit accompagnent longtemps notre petit ourson et nos enfants.

******

Isabelle n’a étrangement découvert Kitty Crowther que très récemment, avec son dernier album paru l’année dernière. L’histoire de Millie qui aime, adore les chiens. Le jour où sa mère la surprend en disant “oui”, la voici au refuge. Elle ne soupçonne pas ce qui l’attend avec le cabot qu’elle décide d’adopter… Une lecture épatante, pour dix raisons, au moins !

Je veux un chien et peu importe lequel, L’École des Loisirs, 2021.
  1. Parce que faute de céder aux pressions des enfants pour prendre un animal domestique, on peut de bonne grâce leur lire des histoires de bestioles…
  2. … surtout lorsqu’elles sont aussi adorables que les cabots de tous poils de cet album : barbus, chevelus ou tout nus, en forme de grosse peluche, de saucisse ou de pudding (enfin c’est notre interprétation).
  3. Pour l’émotion et ce regard triste des toutous qui vous serrent le coeur et lancent une perche à votre conscience.
  4. Pour l’étrangeté des illustrations. Elles ont la vivacité et la virulence des dessins enfantins.
  5. Pour le jeu sur les couleurs et cet orange fluo inattendu qui fait irruption sur certaines pages.
  6. Parce que l’esprit de l’enfance en maître sur cet album.
  7. Pour l’intensité avec laquelle Millie vit les choses : son envie de s’intégrer dans le groupe à l’école – quitte à devoir accepter des normes idiotes pour cela…
  8. …mais aussi et surtout sa façon de laisser libre cours à son imagination et à son amour pour une petite boule de poil.
  9. Pour croire, le temps d’un livre, avoir l’âge de Millie, rêvant avec elle d’un ami canin unique qui allume une étincelle de magie dans notre vie. Et d’un monde où personne ne songerait à abandonner son animal.
  10. Parce que cet album a DU CHIEN !

******

Et vous ? Avez-vous lu Kitty Crowther ? Lequel de ses albums auriez-vous mis en avant ou auriez-vous envie de découvrir ?

Le coup de cœur de nos coups de cœur 2021 !

2021 se termine et nous laisse empêtrés dans ses points de suspension… Mais pour répondre à nos questionnements existentiels, sociétaux, politiques ou esthétiques, quoi de mieux que la lecture ? Alors aujourd’hui nous vous proposons nos coups de cœur de l’année 2021 pour transformer les points de suspension semés par 2021 en joli point d’exclamation !

******

Lucie a eu de nombreux coups de cœur en 2021, notamment grâce aux précieux conseils des abronautes toujours enthousiastes !
Et c’est à Isabelle qu’elle doit la découverte du renversant Là-Bas. Rebecca Young et Marc Ottley proposent un album abordant le thème de l’exil avec douceur et luminosité. Ils ne taisent rien des dangers et des peurs, mais choisissent l’espoir. Une véritable œuvre d’art qui laisse une marque indélébile. À mettre dans toutes les mains, pour aborder un thème toujours tristement d’actualité.

Là-Bas de Rebecca Young, illustrations de Matt Ottley, éditions Kaléidoscope, 2020.

Les avis de Lucie et d’Isabelle (avec un aperçu des magnifiques illustrations).

******

Pour Liraloin c’est lors d’un billet consacré à Jean-Claude Mourlevat que le coup de cœur est arrivé sans crier gare, une plongée dans un univers dont le lecteur ne sort pas indemne. Il s’agit du Chagrin du Roi Mort publié en 2009.

Aleksander et Brisco sont frères, inséparables compagnons de jeux. « Aleks seul était le fils de Selma. Elle l’avait mis au monde, au milieu de l’hiver, dix ans plus tôt, mais pas Brisco. Et cela vaut la peine de raconter dans quelles circonstances étonnantes. »

Le lendemain les deux frères se rendent à la bibliothèque royale et Brisco se fait enlever par une belle et terrible dame blonde. Pourquoi Brisco ? Quelle est la signification de la marque dans la paume de sa main ?

Un roman qui s’articule en deux parties : l’enfance, puis la guerre. Une première partie pour comprendre la fusion entre les deux jeunes garçons. Cette vie douce et paisible dans un cocon familial aimant. Une vie ponctuée de mystères, des récits empreints de sorcellerie permettant de mieux cerner les personnages et leurs rôles à venir dans la seconde partie. La guerre qui aura lieu. Un père qui voudra récupérer son fils. Un homme qui tentera d’être père. Deux garçons qui marcheront sur des chemins différents, bercés par l’amour.

Une histoire qui emporte très, très loin le lecteur, dans une contrée où la sorcellerie, la vengeance renforcent les liens. Le merveilleux, la dureté de la guerre et parfois la lutte contre soi-même bouleversent profondément. Jean-Claude Mourlevat est un formidable conteur.

Le chagrin du Roi Mort de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard jeunesse, 2009

******

Pour la collectionneuse de papillons, 2021 aura été l’année Séverine Vidal : entre Tu reverras ton frère, Mon héroïne, Des Astres, Soleil glacé et Sous ta peau le feu, Colette a eu l’impression de vivre mille vies, toutes plus intenses les unes que les autres. Comme il est vraiment extrêmement difficile de choisir dans une œuvre aussi dense, elle retiendra pour terminer l’année le dernier lu : la très belle BD Le Plongeon qui donne la parole à Yvonne, 80 ans, qui quitte son histoire, sa maison, sa chienne pour aller vivre en EHPAD. De ce déménagement, qui sera le dernier de toute une vie, que reste-t-il à notre héroïne ? Et bien l’essentiel : sa vie, sa vie sans rien d’autre autour, sans murs, sans les autres, sans bagages. Rien que sa vie. Et que l’on soit adolescent ou adulte, ce texte là est bouleversant. Il nous invite à plonger. En nous-mêmes. Pour voir ce qu’il reste quand le tourbillon de la société nous délaisse.

Le Plongeon, Séverine Vidal, Victor L. Pinel, Grand Angle, 2021.

******

2021 a été une année de lectures particulièrement riche sur L’île aux trésors. Mais s’il ne fallait retenir qu’un titre, ce serait La fleur perdue du chaman de K. Pour l’objet-livre hors du commun, le dépaysement puisque nous voilà en Amazonie, l’intrigue menée tambour battant, les personnages inoubliables, des dialogues délicieux, le vent d’aventure auquel il est tout simplement impossible de résister ! Ode à l’amitié et à l’espoir, un roman réjouissant et émouvant : de ceux qui peuvent susciter la passion de lire.

La fleur perdue du chaman de K. Un incroyable voyage des Andes jusqu’à l’Amazonie, de Davide Morosinotto. L’école des loisirs, 2021.

Les avis d’Isabelle et de Linda

******

L’année 2021 a été très riche en lecture et découverte mais pour Linda, c’est le récit poétique et féministe d’Elise Fontenaille qui a laissé l’emprunte la plus forte. En quelques cent pages, La Sourcière décrit la cruauté des hommes de pouvoir, dénonce les violences faites aux femmes et condamnent l’oppression qui annihile les libertés.

La Sourcière d’Elise Fontenaille, Rouergue, 2021

Son avis complet est ICI.

******

Aventure, péripéties, paysages magnifiques, nostalgie et ode à l’enfance… Voilà ce qui s’impose à Blandine au moment de désigner SON coup de cœur 2021 et qui la renvoie à L’Enfant PAN d’Arnaud Druelle. Un préquel à l’œuvre de JM Barrie qui l’annonce autant qu’il le prolonge tout en s’inscrivant dans un contexte historique prégnant. Juste magnifique!

L’Enfant PAN. Arnaud DRUELLE. Gulf Stream Editeur, 2021

Son avis complet ICI.

******

Est-ce qu’il y a une lecture qui a marqué votre année à vous ? En tout cas, toute l’équipe du grand arbre vous souhaite une année 2022 pleine de bonheur et de chouettes lectures !

Concours : remportez les livres du prix ALODGA !


Cette année encore, À l’ombre du grand arbre célèbre les pépites de la littérature jeunesse avec son prix ! Avez-vous découvert les merveilleux livres en lice dans les catégories album, romans, BD et documentaires ? C’est à vous de les départager pour désigner les lauréats du prix !

Pour fêter ça, nous nous associons aux éditeurs pour vous proposer de remporter un des livres de la sélection parmi ceux qui sont présentés ci-dessous


Pour participer, c’est très simple :
* Partagez cet article sur vos réseaux sociaux, le bouche à oreille fonctionne aussi très bien.
* Indiquez en commentaire de cet article quel(s) titres vous désirez remporter (vous pouvez en mettre plusieurs, ou même tous !)
* Courrez voter pour votre favori sur le site dans les catégories

Nous tirerons quinze noms au sort, un pour chaque livre en jeu. Vous pouvez multiplier vos chances en participant également sur Twitter et Facebook.

Concours ouvert du 1er au 10 décembre minuit, pour la France métropolitaine. Les gagnant.e.s seront annoncé.e.s par ici et contacté.e.s par MP si vous avez joué via un réseau social ou via l’adresse mail que vous aurez laissée sur le blog.

On compte sur vous !