Nos coups de coeur de mars

Le printemps est arrivé. Avec l’arrivée des beaux jours, les premiers bourgeons sortent et chez A l’ombre du grand arbre, c’est aussi le moment de présenter nos coups de cœur mensuels.

 

Pour Aurélie, ce fut la fraîcheur printanière dégagée par la premières lecture d’Emile Cucherousset, dernier opus de la collection polynie et elle fut séduite aussi par le couple du roman de Sara Barnard, qui évoque la rencontre d’un ado sourd et d’une jeune fille “muette”.

Pombo courage d’Emile Cucherousset et Clémence Paldacci-Collection Polynie-Mémo éditions

Et plus si affinités de Sara Barnard chez Casterman

Lire ses avis ici et .

**********************************************************

Pour Sophie, le printemps est signe de zénitude et de doigts de pieds en éventail ! Elle vous propose de découvrir le dernier album de Sandra Le Guen (une ancienne branche de l’arbre) avec vos tout-petits et leurs petons sûrement aussi joueurs que ceux de cette histoire !

“Les pieds en éventail” de Sandra Le Guen et Marjorie Béal chez Les p’tits bérets.

Son avis ICI.

**********************************************************

Pour Bouma, c’est une lecture pleine de compassion qui a retenu son attention. Sophie Adriansen sait parler des sujets difficiles avec délicatesse et empathie. Ici, elle livre l’histoire d’une jeune fille dont le papa, malade, perd peu à peu l’usage de son corps…

Papa est en bas de Sophie Adriansen chez Nathan, 2018

Son avis ICI.

**********************************************************

Pour Pépita, c’est un arbre qui a fait vibrer son cœur de lectrice en mars : un album aux illustrations si délicates qu’elles constituent des tableaux à elles seules et un texte si sensible sur la transmission entre une petite fille et sa grand-mère, autour d’un secret. Autre personnage et pas des moindres : un arbre confident, immuable dans sa beauté tranquille. Et quoi de mieux qu’un arbre sous l’Ombre du Grand Arbre !

L’arbre de Sobo, de Marie sellier et Charlotte Gastaut, Réunion des Musées Nationaux

Son avis ICI

**********************************************************

C’est sans conteste en lisant le très bel album La balade de Koïshi d’Agnès Domergue et Cécile Hudrisier paru chez Grasset Jeunesse qu’HashtagCéline aura eu ses plus belles émotions. Au gré d’une promenade, sur le chemin de la vie, en compagnie de ce petit personnage né d’un grain de riz, elle s’est émerveillée de la douceur et de la poésie de chaque mot, de chaque illustration. Un livre-objet magnifique à offrir, à s’offrir et à faire découvrir.

La Balade de Koïshi d’Agnès Domergue illustré par Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse

Son avis ICI.

**********************************************************

Sur l’île aux trésors, le coup de cœur a été unanime pour Les sept étoiles du Nord, premier roman de l’autrice écossaise Abi Elphinstone, tout juste paru chez Gallimard Jeunesse. Une lecture qui nous transporte pour des aventures palpitantes dans un univers de glaces, de forêts boréales et de tribus qui évoque la mythologie nordique !

Son avis ICI.

 

**********************************************************

Lecture commune: “Wonder”de R.J.Palacio

wonder pocket“Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire.”
Il y a des livres qui nous interpellent dès la couverture. Après vient la lecture, la magie opère ou pas. “Wonder” nous a plu, il a même été un coup de cœur pour certaines d’entre nous.

Sophie-La Littérature jeunesse de Judith et Sophie, Kik-Les lectures de Kik et Pépita-Méli-Mélo de livres ont accepté d’en discuter avec moi

Dorot’: Qu’est-ce qui vous a donné envie de lire ce livre?

Sophie: Ce qui m’a donné envie de lire c’est bien sûr l’avis unanime des blogueuses ici présentes. Leur enthousiasme était tel que j’ai été curieuse de savoir ce que ce livre avait de si bien. J’avais quand même une petite réserve parce que la quatrième de couverture annonçait un récit sur un enfant avec des malformations et j’avais peur qu’il soit trop dur par rapport à mes envies du moment.

Pépita: En faisant des recherches sur les nouveautés à paraître, je suis tombée sur ce livre et j’ai eu tout de suite envie de le lire : ma fibre maternelle sans doute…mais je suis aussi très sensible à tout ce qui touche à la différence.

Kik: J’ai vu cette couverture ça et là sur internet. Puis après quelques temps, j’ai lu la quatrième de couverture, et puis je me suis dit: “Je dois le lire.” En dehors du monde de la littérature pour la jeunesse, je vois des enfants toute la journée pour les soigner, notamment leur bouche. Alors pour moi, c’était comme une évidence. je devais lire ce livre, pour en discuter avec des enfants qui pourraient aborder le sujet avec moi. Je devais lire ce livre, car la personne principale pourrait être un de mes patients. Je devais lire ce livre, car il semblait être un livre incontournable en version originale. Je devais lire ce livre… Je l’ai lu. Il y a des dizaines d’autres raisons de lire ce livre, mais celles-ci étaient largement suffisantes pour l’apporter en vacances.

Dorot’: Un sujet difficile, malformation… en fait, il parle de quoi ce roman?

Pépita: Ce roman nous parle d’un jeune garçon, August, dit Auggie, qui effectivement souffre d’une malformation faciale depuis sa naissance. Il a subi de très nombreuses interventions chirurgicales et le fait qu’il soit en vie tient du miracle. Il n’a jamais été scolarisé. Cette année, il va entrer en sixième dans le collège de son quartier…Se confronter au regard des autres, c’est déjà très difficile mais là, c’est l’année du grand saut pour lui et sa famille, car il est très entouré.
Au-delà de cette malformation, c’est avant tout un livre qui nous dit à tous, car on est tous concernés, de ne pas juger sur les apparences. De voir au-delà. D’aimer les gens pour ce qu’ils sont. A l’intérieur. D’aimer avec son cœur et non pas avec ses yeux.

Sophie:  Pépita l’a très bien résumé. Je rajouterais juste que c’est un livre qui montre le pire comme le meilleur de l’être humain.

Kik: Le résumé de l’histoire a été fait. Sur ce point je n’ai rien à ajouter. Au delà des faits, il y a l’idée de gentillesse et d’altruisme (kindness en version originale). La fin du roman très poignante, mais dont je ne révélerai rien, fait ressortir ce lien entre les personnages. Ce roman fait réfléchir sur ses propres actes, et sur le regard que l’on peut porter sur les autres.

Dorot’: L’entrée au collège d’August ne se fait pas sans les préparations…Les trois collégiens choisis par le proviseur sont censés l’encadrer et  l’aider. Ça vous a plu cette façon de procéder?

Pépita: Dans l’esprit, j’ai trouvé cela plutôt louable de sa part, disons que ça part d’un bon sentiment. Mais on se rend bien compte que ça ne colle pas bien entre eux et pour Auggie, c’est assez terrible…Au lieu de les choisir lui-même, le volontariat aurait peut-être été préférable. C’est ce que m’a affirmé ma fille collégienne qui a lu le livre aussi… Je pense que pour certains, c’était plus qu’ils ne pouvaient assumer. Pas assez préparés ou alors aussi une question d’éducation (on le voit pour Julian). Pour d’autres,au contraire, cela leur a permis de s’affirmer par rapport aux autres et à eux-mêmes, je pense en particulier à celui qui va devenir le meilleur ami d’August. On peut difficilement juger ceci dit. Car soi-même, comment aurions-nous réagi ou nos propres enfants ? C’est une question que je n’ai pas cessé de me poser durant cette lecture.

Sophie: Comme Pépita, j’ai trouvé cette idée plutôt bonne. Ça aurait pu être une entrée en matière plus douce si ça s’était bien passée. Malheureusement, les élèves n’étaient vraisemblablement pas les bons.

Kik: Je n’y avais pas spécialement pensé en réalité. Ça ne m’a pas surprise. Je trouve bien de faire découvrir les lieux à un nouvel élève, comme les CM2 qui peuvent se rendre aux journées portes ouvertes du collège. Les relations entre enfants ne sont pas souvent ce que prévoient les adultes. Cela ne se passe pas si bien, mais d’un autre côté, comment cela aurait pu se passer parfaitement ? Il était évident que le sujet de son physique serait abordé, enfin pour moi, cela était évident.

Dorot’:  Kik l’a dit, l’inscription d’August au collège ne pouvait pas passer inaperçue, même si pas mal d’élèves le connaissaient déjà de vue…En même temps on l’a jamais préparé à ça…on ne lui a pas dit bien avant qu’il va falloir y aller…c’est un peu une surprise…bonne ou mauvaise pour Auggie?

Pépita: C’est vrai : tu as raison de soulever ce point Dorot. En même temps, je me dis que si ses parents n’avaient pas provoqué cette inscription au collège, Auggie n’y serait sans doute jamais allé. Sa première réaction, et on le comprend, est de refuser, surtout que ses parents lui ont caché leur démarche. C’est donc une mauvaise nouvelle pour lui. Mais très vite, il finit par accepter de rencontrer le directeur. C’est dur pour lui. Il sait qu’en faisant ce pas-là, il enclenche un changement dans sa vie, un changement important. Il veut encore reculer après cette entrevue si je me souviens bien. Mais ses parents insistent avec tact. Et il accepte. A contre cœur, mais il accepte. Comme si tous pressentaient que ce choix-là, très difficile, sera bénéfique pour lui. Lui y compris: il sait bien au fond de lui-même que ses parents ont “raison” même s’il préfère la sécurité de son cocon familial. N’est-ce pas le rôle des parents parfois que de savoir ce qui est bon pour leurs enfants par devers-eux, même s’ils savent les mettre en difficulté ?

Sophie: Je pense qu’au fond de lui, Auggie savait que c’était bon pour lui. Et puis c’est un pas de plus vers la normalité qu’il souhaite tant qu’on lui reconnaisse. Ne pas être scolarisé, c’était mettre l’accent sur la différence.
Mais Auggie avait aussi conscience des difficultés. C’est un garçon très intelligent, il connaissait le regard des gens dans la rue et il savait qu’à l’école, ce serait pareil et même pire, c’est pour cela que sa première réaction fût négative.
En fait, aller au collège, pour Auggie, c’était à la fois être un peu plus comme les autres enfants et en même temps se confronter aux regards sur sa différence.

Dorot’: La première année d’école d’August est racontée par des personnes différentes. Plus au moins proches de lui. Cette narration vous a plu?

Pépita: Oui, beaucoup car en alternant les points de vue, le lecteur peut faire des recoupements, et cela donne un rythme intéressant à l’histoire. On n’est pas focalisé aussi toujours directement sur August mais la voix des autres donne un éclairage particulier. Par exemple, j’ai beaucoup aimé les passages sur la souffrance culpabilisante de sa grande sœur. Et on s’aperçoit du coup que chacun, à sa façon, souffre dans son entourage.

Sophie: J’ai beaucoup aimé ce mode de narration aussi. Déjà j’ai trouvé intéressant que les passages se croisent. Ainsi on n’a pas x fois la même scène vu par des personnes différentes. Par contre, l’auteur a su doser, certains passages sont vus par plusieurs personnages avant de continuer l’histoire. En plus d’un point de vue autre que celui d’August, j’ai trouvé que ça permettait aussi d’alléger un peu ! Il faut l’avouer, la vie d’August n’est pas simple et peut-être que le roman entier vu par lui aurait été trop chargé d’émotions (qui ne manquent déjà pas).
En tout cas, cette narration est très bien menée et vraiment pertinente.

Kik: Comme Sophie, je pense qu’une narration avec le seul point de vue d’August, aurait été moins forte. Dans ce roman, l’alternance des points de vue, qui sont complémentaires et pas redondants, donne de la dynamique et un intérêt supplémentaire. Tous les lecteurs peuvent se retrouver dans au moins un personnage. J’ai bien aimé lire les narrations des amis, qui donnent un regard encore différent de celui de la famille.
Cette particularité du roman est quelque chose qui m’a beaucoup plu, lors de la lecture.

Dorot’: Les chapitres racontés par Olivia, la sœur d’August, m’ont beaucoup émue. J’ai trouvé qu’elle était un peu abandonnée à elle-même dans cette histoire…Le handicap d’August justifie tout ça selon vous?

Pépita: Tout comme toi, ces chapitres m’ont beaucoup émue aussi. Je les ai trouvés très juste. Ce n’est déjà pas simple une fratrie ! Olivia espérait une nouvelle vie pour elle au lycée, ne plus être la sœur de …Elle culpabilise énormément de prendre ce virage-là. Mais en même temps, c’est vital pour elle. Il me semble que sa mère ne l’a pas très bien compris (passage où elle s’aperçoit qu’Olivia ne leur a pas parlé du théâtre). Spontanément, on se dit que non, ce n’est pas justifié, pas à ce stade-là : August est plus grand, son état de santé s’est stabilisé semble-t-il, il serait normal que la grande sœur puisse aussi avoir sa place. Dans toutes les familles confrontées à la maladie ou au handicap d’un des enfants, les autres enfants en souffrent toujours. Dans mon entourage, j’en connais et c’est toujours le cas.

Kik: C’est difficile à dire. Je préfère ne pas me prononcer sur ce point car je n’ai pas dans mon entourage familial proche, de personnes atteintes d’une malformation corporelle aussi importante que celle d’August.
Personnellement même s’il est court et un peu inattendu, j’ai aimé le chapitre donnant le point de vue du petit copain de la sœur. Il n’est pas vraiment de la famille, mais il ressent le mal-être de la sœur et un besoin de protection né.

Dorot’ Un petit bilan de cette année de sixième d’August? Une bonne initiative de la part de ses parents? Un échec complet? Une année mitigée?

Sophie:  Les choses ne se sont pas faites sans mal mais cette année de sixième est un premier pas finalement assez positif dans son intégration sociale. Je concluerais en disant que les choses les meilleures pour nous ne sont pas toujours les plus faciles à réaliser.

Pépita: Je dirai que malgré les obstacles, oui, c’est une bonne année pour August. Il a non seulement réussi à faire changer le regard des autres sur lui mais il s’accepte aussi mieux lui-même.Cette année l’a fait grandir ainsi que son entourage.

Kik: Son visage n’a pas changé. Il a toujours les mêmes déformations. Il est toujours le même. Et pourtant les autres élèves de son école ne le regarde plus de la même manière. Il n’est plus la bête curieuse. Il est lui. Il a des amis. Il a mis le nez à l’extérieur de sa maison, et de sa famille.
La confrontation a été rude, mais il a franchi le pas. Malgré les difficultés je pense que cela valait le coup.
Une année forte en émotion pour toute la famille. Il ne doit pas être évident pour les parents de “lâcher ainsi dans la nature”, un enfant protégé pendant plusieurs années.
Pendant les semaines et même mois passés à l’hôpital, ils devaient se dire: “On fait tout ça, pour qu’il puisse un jour aller à l’école et avoir une vie sociale”.
Ce jour était arrivé. Il fallait se lancer. Il l’a fait.
Et ça donne une histoire, très forte.

Dorot’: Une belle conclusion, Kik. Pour finir, en quelques mots, quelle serait une bonne raison pour lire ce livre?

Kik: La découverte de l’autre, de la différence .

Pépita: Une leçon de tolérance.

Sophie: C’est une belle expérience humaine.

Merci les filles !
A lire également: la chronique de Pépita, Sophie, Dorot’