Les coups de cœur d’octobre 2018

Le week-end dernier nous avons bénéficié d’une heure de plus (piètre consolation pour voir la nuit tomber une heure plus tôt en ce lundi) et nous l’avons passé à… lire bien sûr ! Et parmi nos lectures du mois, des coups de cœur se distinguent…

*************************************************************

Chloé (Littérature enfantine) a choisi un album tout simplement merveilleux. Qui montre tout un tas de sports également merveilleux. Qui donnerait presque envie de s’y mettre, c’est dire si c’est merveilleux. Vive le sport, Ole Koennecke, école des loisirs.

                              *************************************************************

HashtagCéline s’est fait agréablement surprendre par Christopher Bouix. Son roman bourré d’humour et de références aux années 90 lui a fait profiter d’une petite parenthèse ensoleillée très appréciable en ce début d’automne  : La théorie de l’iceberg paru aux éditions Gallimard.

                              *************************************************************

Isabelle (L’île aux trésors) a été bouleversée par la lecture de Sirius, de Stéphane Servant : une couverture magnétique, une écriture lumineuse, une quête captivante, des rencontres extraordinaires et un message d’espoir, une invitation à prendre conscience du caractère éphémère et précieux de notre monde…

                              *************************************************************

Alice (Alireauxpaysdesmerveilles) s’est laissée amuser par un drôle de conte en randonnée qui présente intelligemment la chaine alimentaire. Un album poétique et inattendu  qui se recommence à l’infini… D’une petite mouche bleue de Mathias Friman.

     *************************************************************

Colette, la collectionneuse de papillons, rêve d’aborder les rivages de l’art avec ses Petits-Pilotes à l’aide d’un bel album format paysage qui se déplie, dans lequel le lecteur crée sa propre exposition au gré des émotions que lui procurent les œuvres proposées sous formes d’autocollants repositionnables. Il s’agit de La Grande exposition des émotions de Claire Zucchelli-Romer publiées chez Palette…

*************************************************************

Aurélie a eu deux coups de cœur à mettre dans son atelier :

  • Le premier par sa forme atypique, Le livre du livre du livre de Julien Baer et Simon Bailly chez Hélium, qui met en abîme trois fois le même récit mais avec des illustrations différentes.
  • Le deuxième par l’envie irrépressible de lire à voix haute le très bon conte Le p’tit bossu qui en avait plein l’dos de Gigi Bigot et Pauline Comis chez Didier Jeunesse. Un album sur le harcèlement scolaire mais aussi sur le refoulement des soucis de la vie.

*************************************************************

Bouma (Un Petit Bout de Bib) a traversé l’Atlantique, est revenue quelques années en arrière, le temps de découvrir la Pension Giboulée et sa ribambelle de personnages sortie tout droit de l’Amérique des années 50. Avec Broadway Limited de Malika Ferdjoukh, elle a passé un superbe moment et vous conseille chaudement cette série de l’école des loisirs.

*************************************************************

Pépita de Méli-Mélo de livres a eu tellement de coups de cœur le mois dernier qu’il est très difficile de ne pas tous les mettre. Mais elle a été littéralement cueillie par ce sublime album “Capitaine Rosalie” de Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault chez Gallimard jeunesse, dont vous retrouverez une lecture en duo lundi prochain sur ce blog. Patientez jusque là !

*************************************************************

Yoko Lulu (Lectures lutines) a été charmée par les mystères et le suspense entourant le manga Orange d’Ichigo Takano chez Akata. Ses sept tomes abordent l’amour, le suicide et la téléportation d’une façon légère et agréable.

Résultats de recherche d'images pour « manga orange »

*************************************************************

Pour Sophie, c’est un coup de cœur pour un album d’une ancienne branche de l’arbre, Sandra Le Guen. Avec les illustrations pétillantes de Popy Matigot, elle propose un bel album sur l’envie de voyager jusqu’À l’horizon, publié chez Maison Eliza.

*************************************************************

Et Solectrice (Lectures lutines), a été attendrie par une bande dessinée sage et poétique. De brefs récits mêlant contes zen et attentions au monde qui nous entoure. La vie semble plus simple quand on la voit du bon côté ! Ainsi considère-t-on autrement la malchance avec Le jour où le bus est reparti sans elle de Béka et Marko chez Bamboo édition.

*************************************************************

Vous aussi, profitez pleinement de ces journées automnales, des veillées à lire et n’hésitez pas à partager avec nous vos impressions sur ces coups de cœur.

Petite lecture commune dégoûtante !

Non non, ne partez pas tout de suite, elle n’est pas si dégoûtante que ça cette lecture ! Tout ce que je vous dis, c’est qu’on va parler de la collection Les petits dégoûtants d’Élise Gravel, publiée aux éditions Le Pommier. Avant de dire beurk, lisez plutôt ce qu’on en a pensé…

* * * * *

Sophie : La collection Les petits dégoûtants, c’est peu ragoutant dit comme ça, mais c’est quoi exactement ?

Elise Gravel - Le rat.Pépita : Une collection de p’tits docs pour se réconcilier avec les p’tites bêtes et les plus grosses qui nous font un peu frissonner… mais en plus, on apprend plein de choses sur elles avec humour.

Kik : Une collection de livres pour parler de ces bestioles incontournables quand on est gosse, mais pour lesquelles on leur dit souvent : “Ahhhhh !!! Mais c’est sale !”

Céline du Tiroir : Des petits bouquins sympas pour ce réconcilier avec les rampants, les gluants, bref, ceux qu’on trouve souvent dégoûtants ! C’est court, c’est drôle et instructif. Des petits documentaires qui ne se prennent pas du tout au sérieux !

Sophie : Plein de petits dégoûtants donc. Mais qu’est-ce qui a bien pu vous donner envie de lire ces livres ?

Pépita : Les couvertures super rigolotes !

Céline du Tiroir : Justement, cette originalité ! : si les lapins, les adorables souris ou même les loups ou les cochons sont des stars de la littérature jeunesse, qui se soucie des limaces ou des poux ? C’est ce côté un peu décalé qui m’a tout de suite attirée !Elise Gravel - Le ver.

Sophie : Pour rendre sympathique ces petites bêtes, le gage de qualité, c’est l’humour incontournable d’Élise Gravel. Est-ce que vous connaissiez déjà cette auteure et est-ce qu’elle a changé votre vision de ces petits dégoûtants ?

Kik : À la découverte de cette collection et plus particulièrement avec le pou, je n’ai pas cherché à savoir ce que l’auteur avait publié auparavant et je ne la connaissais pas particulièrement. Le point que j’ai le plus apprécié est l’anthropomorphisation des animaux. La limace d’habitude gluante et plutôt repoussante, devient rigolote.

Pépita : Oui, je connaissais cette auteure avant et j’apprécie son trait et son humour toujours très décalés. Si mon regard a changé sur ces bestioles ? J’aimerais bien mais pas vraiment ! Par contre, j’ai appris une foule de choses sur leurs mœurs et finalement, même si je ne suis toujours pas copine avec elles, je les regarde un peu différemment quand même. Et je trouve que oui, ça peut changer le regard des enfants sur elles : elles sont présentées d’une façon tellement rigolote !

Elise Gravel - Le pou.Céline du Tiroir : Oui, c’est une auteure dont j’apprécie l’humour et l’énergie ! Heeuu… J’ai quand même toujours pas adopté de limace ! Je dis en riant que Le Pou a été une sorte de psychothérapie pour moi, mais c’est pas tout à fait faux dans la mesure où j’ai vraiment appris des trucs, et qu’on a toujours un peu moins peur de ce qu’on connaît mieux ! (Je garde quand même l’huile de lavande et les peignes à lentes prêts à être dégainés à la moindre alerte !)

Sophie : Cette collection, c’est aussi l’occasion d’aborder une question plus large autour des documentaires pour enfants. Il y a quelques années les documentaires étaient des livres un peu austères et pédagogiques. Aujourd’hui, on voit une belle évolution avec l’apparition de beaux livres pour les enfants et des livres comme ceux dont nous parlons. Ce sont des documentaires pour les plus petits, tournés beaucoup sur l’humour. Que pensez-vous de ce type de livres et surtout ont-ils encore un but documentaire ?

Pépita : Très bonne question ! C’est vrai cette évolution, ce type de livres se situeraient davantage entre l’album et le documentaire. Il y a de plus en plus de formes hybrides de nos jours. Je pense que c’est une offre qui s’adapte en quelque sorte à l’air du temps. Séduire les petits lecteurs (et leurs parents !) pour les amener à la lecture plaisir et ludique, sans contraintes et avec peu d’effort. On succombe plus de nos jours à l’aspect esthétique aussi (le culte de l’apparence). Les éditeurs l’ont bien compris. On peut en dire autant pour les premières lectures et les romans d’ailleurs. Mais franchement, ce sont des livres très plaisants et de qualité alors c’est le principal.

Kik : Différents livres pour différentes attentes. Dans le cas de cette collection, le “dégoûtant” devient un être à considérer avec beaucoup d’importance, car très intéressant même si dégoûtant. Il y a des mises en scène autour de ce pou ou de cette limace. Par contre, on ne trouve pas de données chiffrées, d’informations précises.
Le livre joue sur l’humour. Avant les documentaires étaient destinés aux scientifiques en herbe, maintenant ils peuvent s’adresser à de plus jeunes enfants, et ouvrent une porte. Si jamais un sujet en particulier les intéresse plus, il y a toujours les documentaires plus riches.

Elise Gravel - La limace.Sophie : Un petit mot sur les illustrations de ces livres. Elles ont une place très importantes au point que texte et images se confondent parfois. Vous les avez aimées ?

Pépita : Ah oui, elles sont trop top ! Ces bestioles peu ragoutantes dans la réalité sont ici montrées sous un jour bien plus sympathique si bien qu’on les adopterait ! Ce sont des dessins frais et humoristiques qui permettent de ne plus visualiser la sale bestiole. Elles ont un trait simplifié, des yeux rigolos, nous parlent, bref, des copines !

Céline du Tiroir : Ha oui, elles sont drôles comme toutes les illustration d’Elise Gravel, en rondeur, pleines d’énergie et de fraîcheur ! Et l’influence BD avec les petits bulles, ça en fait aussi un album très ludique je trouve !

Kik : Peu de couleurs, l’animal qui prend toute la place, les illustrations m’ont beaucoup plu. D’autant plus qu’elles sont associés à du texte avec des polices de caractères de différents styles et de différentes tailles.
Une mise en page réussie, pour happer le lecteur, et lui faire découvrir un “dégoûtant” tout en rigolant.

* * * * *

Ouf, vous êtes rassuré ? Ce n’était pas si dégoûtant que ça ! Bah non, au contraire, c’est parfait pour mieux connaître ces petites bêtes !

Et si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincus, jetez un œil sur les articles de nos blogs :

– Céline du Tiroir : Le pou
– Sophie : La limace, Le rat