Lecture commune : Nos chemins.

Et si aujourd’hui, en rentrant du boulot, vous fonciez dans la médiathèque la plus proche de chez vous, vous empruntiez l’album Nos chemins d’Irène Bonacina publié chez Albin Michel, vous rentriez chez vous avant l’heure du couvre-feu, vous vous installiez sous un plaid, une couverture, une couette bien douillette et partagiez cette lecture avec les enfants autour de vous. Et si après, vous profitiez de la chaleur des seules personnes avec qui il vous est permis d’avoir un contact physique pour discuter. Discuter de la direction à prendre. Comme nous l’avons fait avec Linda.

Nos chemins, Irène Bonacina,
Albin Michel, 2019.

Colette.Si le chemin est un lieu archétypal de la littérature, lieu de transition par excellence, lieu de tous les possibles, en général on l’envisage au singulier. Et là, dès le titre de l’album, le voici au pluriel. Que s’est-il passé dans ta tête quand tu as découvert ce titre associé à cet étrange duo d’ours blancs marchant dans cette magnifique nuit constellée d’étoiles arc-en-ciel ?

Ladythat.- J’ai été plus interpellée par l’illustration que par le titre. Ces deux ours m’ont semblé emprunter des chemins différents (rapports aux nombreuses couleurs qui se déploient à leurs pieds), éclairés par une lampe à huile et les étoiles de la nuit. Le titre pose cependant la question de ces chemins pluriels : sont-ils identiques à l’ourse adulte et son petit? Ou doit-on imaginer qu’ils vont chacun emprunter un chemin différent ?

Colette.– Tu soulignes d’entrée de jeu les nombreuses couleurs sous les pieds des deux ours, auxquelles s’ajoutent les nombreuses couleurs des étoiles au dessus de leurs têtes : je ne sais pas si tu es comme moi et que tu feuillettes d’abord les albums avant de t’y plonger, mais un des aspects qui m’a tout de suite ravie dans cet album, c’est la technique de l’illustratrice, Irène Bonacina, une technique qui permet à la lumière de jaillir littéralement du livre. Est-ce que tu veux bien décrire cette technique et partager l’impression que cela a créé en toi ?

Ladythat.– Je ne feuillette pas forcément un album avant de le lire, j’aime m’y plonger directement et laisser mes émotions venir comme elles se présentent. Et ici c’est clairement la luminosité des illustrations qui m’a attrapé et ébloui tout au long de ma lecture. Quand je parle d’illustrations ce n’est d’ailleurs pas le terme approprié car Irène Bonacina a choisi une technique de collages rétroéclairés par une boîte à lumière. L’association des dessins des ours et de cette superposition de papiers déchirés, collés et peints, est dynamisée par la lumière qui crée un jeu d’ombres et lumières particulièrement saisissant. J’ai d’ailleurs trouvé que la progression du gris vers les couleurs donne vraiment le rythme du cheminement de Petite Ourse. Qu’en penses-tu?

Colette.- Je viens de relire l’album à partir de ta remarque et tu as vraiment raison, on peut lire l’histoire de Petite Ourse à travers le cheminement et la progression des couleurs ! Du gris du début de la marche vers le jaune incroyablement chaleureux de la rencontre avec Oumi pour aller jusqu’au rouge brûlant de la solitude et terminer avec l’arc-en-ciel des retrouvailles finales ! Quelle prouesse esthétique ! Merci de me l’avoir fait remarquer et appécier ! J’ai commencé à dévoiler l’intrigue de cet album à travers le déploiement des couleurs, mais toi, comment le résumerais-tu ?

Ladythat. – Je dirais qu’il s’agit d’un récit initiatique au cours duquel Petite Ourse traverse des épreuves et fait l’expérience du deuil et de la solitude avant de se relever grâce à une rencontre, une amitié qui laisse place à l’espoir d’un avenir radieux. Un avenir qui sera riche des expériences passées et de la mise en commun de deux héritages différents. Je me trompe peut-être mais c’est “l’éveil de la lanterne” avec son double reflet qui me donne cette impression de passé/futur imbriqué au cœur de la lanterne – une symbolique du foyer ? – renforcé par l’invitation de Petite Ourse à Oumi de partager ses souvenirs.En parcourant à nouveau l’album j’en viens à me demander si les oiseaux qui viennent se mélanger aux couleurs arc-en-ciel ne sont pas la matérialisation des souvenirs de Oumi.

Colette.- C’est une très belle interprétation en tout cas, ces oiseaux-souvenirs qui se mêlent aux couleurs arc-en-ciel de la lanterne transmise par Mamie Babka à Petite-Ourse. Ce qui est aussi très original, me semble-t-il dans cet album c’est la perception de l’espace : c’est comme si on était plongé dans un espace immense, naturel, minéral où s’explorent le vide, l’eau, la lumière, dans une sorte de retour à un monde primordial, élémentaire. Un monde qui pourrait aussi être un monde intérieur. On oscille pendant toute la lecture entre dépaysement et retour aux origines, non ?

Ladythat. – Oui! Absolument. On ressent un sentiment d’immensité tout en cherchant quelque chose de plus exiguë, à l’image de l’amour entre Petite Ourse et Mamie Babka qui est énorme dans le ressenti, et plus intime puisqu’il n’appartient qu’à elles deux. Aussi, lorsque Petite Ourse se retrouve seule, elle se retrouve face à l’immensité du monde et des possibles tout en recherchant la chaleur d’un sentiment d’amitié ou d’amour à partager avec quelqu’un de spécial.

Colette.- Que penses-tu de la citation de Lhasa en exergue de l’album :
« Je poserai mon pied
Sur la route vivante
Et je serai portée d’ici
Jusqu’au cœur du monde »
En quoi cette citation résonne-t-elle pour toi avec cet album si particulier ?

Ladythat.- Il me semble qu’au même titre que l’histoire de Petite Ourse ou du titre de l’album, cette citation de Lhasa parle du voyage qu’est la vie.

*****

Et si, sous votre plaid, votre couverture, votre couette bien douillette, vous souhaitez prolonger ce moment hors du temps, à réfléchir à la bonne direction, la vôtre, on vous propose de vous plongez dans les méandres de la voix envoûtante de Lhasa.

ALODGA s’engage – aux côtés de l’UNICEF pour son prix de littérature jeunesse 2020.

Depuis 2016, l’UNICEF organise un prix de littérature jeunesse pour sensibiliser dès le plus jeune âge aux droits de l’enfant grâce à la lecture. Ce sont les jeunes lecteurs et lectrices, de 3 à 15 ans, qui votent pour leur livre préféré parmi une sélection d’ouvrages choisis en fonction d’un thème et répartis en 4 catégories d’âge, de la maternelle au lycée. Chaque année, les enfants et les adolescent.e.s peuvent participer en famille ou par le biais d’une collectivité.

La thématique de cette année ne pouvait que retenir notre attention, car elle permettait d’aborder un sujet qui est au cœur des préoccupations de nombreuses Terriennes et nombreux Terriens :

“Objectif Terre : lisons pour la planète !”

Nous vous présentons donc aujourd’hui, jour de la proclamation des résultats du vote des enfants, nos coups de cœur parmi cette sélection, en espérant vous donner envie d’aller en lire quelques uns en passant par le drive de vos médiathèques, en incitant vos enfants à flâner entre les rayonnages des bibliothèques de classes ou des CDI, pour que la lecture et les droits de l’enfant restent au fondement de nos préoccupations.

******

Dans la sélection des 3-5 ans…

Un album très coloré qui modernise les personnages de Franquin. L’auteur aborde la question du déménagement et plus largement de l’immigration, mettant en avant l’importance de l’accueil et de la solidarité.

Le nouveau nid des Petits Marsus de Benjamin Chaud, Little Urban, 2017

Pour aller plus loin : les avis de Pépita et de Linda.

******

Un album beau et très émouvant qui montre comment on peut parler à hauteur d’enfant des questions les plus terribles – ici, le fameux “continent” de plastique qui grandit dans l’océan Pacifique. Le souffle poétique, la densité du texte et la sensibilité des illustrations en font un modèle en la matière.

Sur mon île, de Myung-Ae Lee, La Martinière Jeunesse, 2019.

Pour en savoir plus : les avis d’Isabelle de Linda.

******

Un album foisonnant de couleurs, une invitation à l’imaginaire, à l’observation de la nature, à l’affranchissement des frontières. Un tour du monde animalier incroyable !

Jouer dehors, Laurent Moreau, éditions Hélium

L’avis de Pépita

******

Monsieur Toutenordre, comme son nom l’indique, aime l’ordre ! Rien ne dépasse dans sa maison. Pris de frénésie, l s’attaque à la forêt dérangeant les animaux dans leur habitat naturel. Une façon d’expliquer aux plus jeunes l’importance du respect de l’environnement avec des images qui leur parlent.

Tout en ordre, Christophe Ellegaard, les Fourmis rouges

******

Dans la sélection des 6-8 ans…

Album ludo-éducatif, Océans… et comment les sauver est un très bel ouvrage à conseiller aux jeunes lecteurs pour une découverte des écosystèmes marins et une sensibilisation à leur protection écologique. L’auteure apporte un regard optimiste et propose des actions applicables par tous depuis la maison.

Océans… et comment les sauver de Amandine Thomas, Sarbacane, 2019

L’avis complet de Linda est ICI.

******

Il y avait une maison de Philippe Nessmann et Camille Nicolazzi nous raconte le quotidien des habitants d’une “vaste maison perdue dans les montagnes. Elle y était si grande et si belle qu’une multitude d’animaux y avaient élu résidence.” On y découvre au fil des pages, les choix que font ses habitants de tout poil et l’impact de ces choix sur les autres habitants. Cette fable écologique sur la biodivesité est publiée par La Cabane bleue qui conçoit ses livres dans une démarche globale de développement durable. Une maison d’édition qui mérite toute notre attention.

Il y avait une maison, Philippe Nessmann et Camille Nicolazzi, La Cabane bleue, 2019.

Pour en savoir plus : l’avis de Linda.

******

Dans ce magnifique livre au format à l’italienne, on découvre tout un catalogue de métiers dont on aurait bien besoin pour notre futur : éleveur de forêts, conservateur d’espèces oubliées ou bien Planteur de lagon… Un imaginaire foisonnant que l’on découvre tout autant dans le texte poétique que dans les magnifiques illustrations qui l’accompagnent.

Le livre des métiers : un imaginaire pour demain de Julie Bernard, Zebulo éditions, 2018

Pour en savoir plus : l’avis de Bouma

******

Melle Coline, institutrice, a du pain sur la planche ! Quand elle s’aperçoit que ses élèves ne savent rien des légumes, elle se lance dans des semis avec sa classe. A travers ce projet, c’est tout un quartier qui va découvrir les bienfaits du jardinage pour un meilleur mode de vie. Un roman bien sympathique, à l’enthousiasme contagieux, qui donne envie de prendre sa bêche pour retourner la terre et voir pousser le fruit de son travail. Un roman qui s’attache à décrire une réalité.

Le jour des premières fois, Salades & cie, Marie Colot et Florence Weiser, Alice jeunesse, coll. Primo

******

Dans la sélection des 9-12 ans…

Livre de vulgarisation scientifique qui s’aborde comme une promenade au bord d’une rivière et la découverte de ses écosystèmes. Au fil des rencontres, Naïa, jeune collégienne qui prépare un exposé, s’interroge et trouve des réponses sous différents angles : géographie, théologie, philosophie et sciences pures. Des angles qui soulèvent l’importance de l’eau tout en soulignant l’inégalité de sa répartition naturelle.

Les mystères de l’eau de Blaise Hofmann, La joie de Lire, 2018

L’avis de Linda est ICI.

******

Livre de philosophie mais aussi livre d’art, Demain entre tes mains est une œuvre exigeante et belle qui nous interroge sur notre rapport à l’argent, à la consommation, à la nourriture, aux déplacements… Fruit de la rencontre entre deux personnalités engagées, Cyril Dion et Pierre Rabhi, ce livre croise contes, paraboles, textes documentaires et réflexions philosophiques. Il est magnifiquement illustré par 32 artistes de l’agence Costume 3 pièces, dont les images résonnent autant que les mots qu’elles accompagnent.

Demain entre tes mains, Cyril Dion, Pierre Rabhi, Actes Sud Junior + Costume 3 Pièces, 2017.

Pour en savoir plus : les avis de Linda et de Pépita.

******

Un récit de science-fiction comme on les aime qui met en scène la famille Karadine dont le père est laborantin en biotechnologie. Il a créé une bactérie qui dévore le plastique pour lutter contre la pollution. Mais le “Plastivorax” va échapper à son créateur et devenir extrêmement dangereux… Un récit au rythme haletant qui se lit d’une traite ! Ce fut le livre préféré des élèves de Colette qui participaient cette année au prix !

Plastique Apocalypse, Arthur Ténor, Le Muscadier, 2018.

******

30 jours sans déchets (ou plus) raconte le défi relevé par la famille Delamare qui rêve de surpasser ses voisins parfaits, les Bertin. Pour figurer dans le journal local, Austin décide de convaincre sa famille de vivre 30 jours sans faire de déchets. Le défi sera difficile à relever, mais c’est sans compter sur l’implication progressive de la famille, sur l’aide inattendue des voisins, sur la solidarité sans laquelle ce modèle écologique ne peut se mettre en place. Un livre qui non seulement raconte une belle histoire d’amitié et de famille mais qui donne aussi de nombreuses astuces pour soi-même initier ce défi dans sa famille ! A vos poubelles !

30 jours sans déchets (ou plus..), Sophie Rigal-Goulard, Rageot Editeur, 2019.

******

Dans la sélection des 13-15 ans…

Un roman d’anticipation engagé et percutant, entre utopie et dystopie. Tout s’articule à la perfection pour nous tenir en haleine et donner à réfléchir aux maux du monde et aux façons de le changer.

Nous sommes l’étincelle, de Vincent Villeminot, PKJ, 2019.

Pour en savoir plus : les avis de Linda, de Pépita et d’Isabelle, ainsi que l‘avis du jeune Antoine.

******

Bleu Pétrole est une bande dessinée qui revient sur les évènements survenus le 16 mars 1978 à Portsall dans le Finistère lorsqu’un pétrolier s’est échoué et a créé l’une des plus grande marées noires du siècle. Léon, maire de la commune décide de poursuivre les responsables et engage une lutte judiciaire qui va durer des années. L’auteure livre un témoignage basé sur les anecdotes et l’histoire de sa famille.

Bleu Pétrole de G. Morizur et F. Montgermont, Grand Angle, 2017

L’avis de Linda.

******

Quinze portraits qui permettent de rencontrer des jeunes et leur combat pour la planète, les droits des enfants, etc. Assez didactique, l’ouvrage se veut clair et appuie ces informations de chiffres qui soulignent la gravité et l’urgence de la situation.

Ces jeunes qui changent le monde de J. Canepa et P. Ducrozet, La Martinière jeunesse, 2019

L’avis de Linda est ICI.

******

Récit multi-genre, La dernière marée se situe entre dystopie, vie de famille ou romance adolescente. La mer recule laissant place à une plage immense, sa mère est dépressive, son père ne sait plus comment gérer, Elo se retrouve seule jusqu’à sa rencontre avec l’optimiste Hugo. Mais lorsque Hugo se met à douter de lui, Elo ne sait plus à quelle bouée s’accrocher…

La dernière marée d’Aylin Manço, Talents Hauts, 2019

A découvrir, les avis de #Céline et de Linda.

******

Avez-vous lu certains de ces titres ? Ou avez-vous des lectures coup de cœur à partager autour du thème de la protection de la planète ? En parlez-vous avec les enfants et les adolescent.e.s autour de vous ? N’hésitez pas à partager vos titres et surtout n’hésitez pas à vous inscrire au prochain prix de littérature jeunesse de l’UNICEF !

Lecture d’enfant #34 : Nous sommes l’étincelle

Antoine est un collégien qui adore se plonger dans de longues lectures. Comme beaucoup d’autres lecteurs de sa génération, il aime les romans d’anticipation, les dystopies et le suspense qui fait tourner les pages. Il a accepté de répondre à quelques questions sur son dernier coup de cœur : Nous sommes l’étincelle, de Vincent Villeminot.

Nous sommes l’étincelle, Vincent Villeminot, paru en 2019 chez Pocket Jeunesse

Qu’est-ce qui t’a donné envie de lire ce livre ?

Le résumé m’a intéressé, mais je trouve qu’il ne résume pas très bien l’histoire. Mais ce roman avait l’air captivant et la couverture m’intriguait. J’aime bien les histoires qui jouent dans le futur et les dystopies, donc j’ai pensé que ça pouvait me plaire.

De quoi ce roman parle-t-il d’après toi ?

De plusieurs époques futures et de plusieurs personnages qui en avaient marre du système et qui ont décidé de vivre dans la forêt. Enfin vivre, c’est parfois aussi juste survivre. Par exemple pour les trois enfants qu’on voit au début de l’histoire, qui se font enlever par des braconniers.

Qu’as-tu aimé dans cette histoire ?

L’intrigue était très prenante et j’avais toujours envie de tourner les pages pour savoir ce qui arriverait aux enfants. Je l’ai lu d’un seul trait ! C’était très intéressant et bien écrit. Ce futur semble très crédible.

Qu’est-ce que tu penses de cette idée de quitter la société pour vivre dans la forêt ?

Elle n’est pas mauvaise, je pourrais me l’imaginer. Cela me ferait envie de revenir à l’état sauvage, pour ne plus être contraint par la société moderne et polluer moins.

Ça ne te ferait pas peur ?

Non, pas trop. Bon, les sauvages du livre n’ont pas l’air cool, ça me ferait quand même un peu peur de tomber sur eux.

Tu as eu l’impression de comprendre des choses sur le monde en lisant ce livre, ou tu l’as lu comme une histoire ?

Je l’ai lu comme une histoire.

Quel est ton personnage préféré ?

Pib, car son histoire est passionnante : il participe à des manifestations, rejoint le village dans la forêt où il va rester pendant longtemps.

Quel est ton passage préféré ?

La scène du début avec les trois enfants qui pêchent dans la forêt m’a fait rêver. Sinon, j’ai bien aimé le chapitre sur les grandes manifestations, j’avais envie de savoir ce que ça allait donner.

As-tu envie de recommander ce livre à quelqu’un ? Que lui dirais-tu ?

Oui, à ma grand-mère qui aime que je lui donne des conseils de lecture ! Je lui dirais que c’est un livre captivant.

Pour en savoir plus sur ce roman, n’hésitez pas à consulter les avis de Pépita, Linda et Isabelle !

Nos coups de cœur du mois d’octobre.

Ca y est, l’automne est là. La déprime hivernale nous guette, le coronavirus avance toujours masqué, l’actualité est chaque jour plus violente… Mais dehors, les arbres se sont parés d’une lumière très particulière, les enfants ont hâte d’enfiler leurs bottes de pluies pour glaner ici ou là les seuls vrais trésors qui vaillent la peine qu’on lutte contre la morosité ambiante : bogues de châtaignes, petit caillou irisé, feuilles mortes écarlates et complicité retrouvée avec les gens qu’on aime.

Et si, cerise sur le gâteau, on partageait aussi des lectures réconfortantes, réjouissantes, enthousiasmantes ? Calé.e.s sous un plaid généreux, tête contre tête, place à nos coups de cœur du mois d’octobre !

**********

Pour Colette, la collectionneuse de papillons, enfin de retour sur son blog, le livre du mois sera un petit récit original qui renoue avec les textes de la mythologie grecque mais d’un point de vue très particulier : le point de vue de ses monstres. Il s’agit de Moi, Minotaure de Sylvie Baussier publié chez Srineo.

Son petit avis est par ici.

******

Pour Liraloin, il est question d’un album où la promenade entre sœurs devient un jeu qui parfois peut faire peur. Une histoire pour s’aérer et s’évader dans les bois aux couleurs changeantes et pleine de douceur.

Au fond des bois de Anne Cortey et Julia Wauters, Editions Sarbacane, 2017

******

Pour Pépita et son MéLI-MéLO de livres, c’est un doudou canard dans une nouvelle aventure qui est le coup de cœur du mois ! Si vous ne connaissez pas ses aventures, il est encore temps d’y remédier ! Julien Béziat excelle à raconter ces trucs TERRRRRIIIBLES ! qui lui arrivent. Publié par Pastel chez l’Ecole des loisirs.

L’oeil de Berk de Julien Béziat, Pastel-Ecole des Loisirs

Son avis ICI.

******

Le roman que vous propose Lucie n’est pas gai.
A l’approche du 11 novembre son choix s’est porté sur le Soldat Peaceful de Michael Morpurgo. Avec l’humanité qu’on lui connaît, l’auteur anglais nous entraîne aux côtés de Tommo à la veille d’un évènement qui va bouleverser sa vie. Un roman essentiel.

Soldat Peaceful de Michael Morpurgo, Gallimard Jeunesse

Son avis ICI.

******

Pour Linda et ses ladies, l’humour très second degré de ce recueil de nouvelles horrifiques a mis du rire dans la maison. Parmi ces vingt histoires, il n’y pas de place pour les cœurs sensibles qui ne peuvent supporter les pleures des petits pois, le bruit de la peau de la pomme qui craquèle sous la chaleur du four ou le cri de la carotte râpée dont les plaies béantes seront saupoudrées de sel. Âmes sensibles, vous êtes prévenues!

Le supplice de la banane et autres histoires horribles de Madlena Szeliga, Albin Michel Jeunesse

Son avis est ICI.

******

L’île aux trésors croule sous les pépites en ce mois d’octobre ! Mais s’il ne fallait en retenir qu’une, ce serait le dernier album des talentueux Fan Brothers. Un superbe objet livre qui donne à réfléchir sur les dérives de la quête de perfection, captive, enchante et réconforte.

Le projet Barnabus, des Fans Brothers, Little Urban.

Son avis est ICI.

******

Sur les étagères de son Petit Bout de Bib(liothèque), Bouma a choisi d’installer un album qui déploie son texte et ses couleurs comme autant de perles scintillantes. Un livre entre le conte initiatique et la critique sociétale à partager sans modération entre petits et grands.

Le Géant Chagrin de Carole Martinez et David Sala, Casterman, 2019

Son avis est ICI.

******

Et vous ? Quel serait votre coup de cœur à partager parmi vos lectures du mois d’octobre ?

Le Prix Vendredi est de retour !

Le Prix Vendredi devait être décerné le 2 novembre, mais nous venons d’apprendre qu’en soutien aux métiers du livre durement touchés par le nouveau confinement décidé cette semaine, la décision du jury ne sera connue que lorsque les librairies pourront rouvrir ! En attendant, nous partageant avec vous comme l’année dernière nos avis sur les dix romans sélectionnés pour cette quatrième édition !

******

Âge tendre est un roman atypique. Il se donne à lire comme… le rapport de stage de service civique de Valentin. Une expérience inoubliable qui nous entraîne, à sa suite, dans un établissement de soin à des personnes atteintes d’Alzheimer au concept peu commun : il s’agit de reconstituer le décor de leur jeunesse. Autrement dit, les années 1960 ! Un roman touchant et drôle sur « l’âge tendre » de l’adolescence – ce moment de prendre son envol, de réaliser que certaines choses sont plus nuancées qu’on ne le pensait et de partir à la recherche de son identité.

Âge tendre de Clémentine Beauvais.

N’hésitez pas à lire les avis d’Isabelle et de Linda pour en savoir plus !

******

Alma a été un des coups de cœur de l’été d’un grand nombre d’entre nous. Ce premier tome de la grande fresque sur l’esclavage de Timothée de Fombelle, illustré par son complice François Place, nous a tout simplement emportées. Nous avons retrouvé le souffle d’aventure que nous avons tant aimé dans ses précédents romans, des personnages au caractère fort mais nuancé et un contexte historique fouillé et passionnant.

Retrouvez les avis de Pépita, Isabelle et Lucie ainsi que notre lecture commune.

******

Et le désert disparaîtra, est un roman d’aventure et d’apprentissage emportant le lecteur dans une dystopie passionnante. Un ouvrage poétique, porteur d’espoir et très pertinent sur l’avenir de notre planète et de notre survie. L’auteure aborde la question de l’écologie, du féminisme, des traditions, de la survie de l’espèce humaine, animale et végétale. 

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko

Nous vous en avions proposé une lecture commune dès sa sortie tellement ce récit nous avait questionnées : vous retrouverez notre discussion ici .

N’hésitez pas à lire les avis de Claudia et de Pépita pour en savoir plus.

******

L’âge des possibles est un roman qui aborde le passage à l’âge adulte et les choix qu’il faut faire pour y entrer en toute conscience. L’écriture est douce, les héros issus d’une communauté amish sont une ouverture sur le monde bienveillante et bienvenue dans un monde où l’on peut se sentir agressé par le quotidien.

L’âge des possibles de Marie Chartres.

N’hésitez pas à découvrir les avis de Pépita et de Linda.

******

L’Attrape-Malheur est le premier volet d’une trilogie qui s’annonce déjà très originale et captivante. Portée par une plume très vivante et les illustrations crayonnées de Tom Tirabosco, l’intrigue de ce conte moderne est riche de péripéties, de dialogues savoureux et de personnages tous plus romanesques les uns que les autres. Et en toile de fond, des questionnements saisissants sur l’ambivalence du bien et du mal, de l’amour et du « progrès ».

L’Attrape-Malheur, de Fabrice Hadjadj, La Joie de Lire

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’avis complet d’Isabelle.

******

Les derniers des branleurs est un roman mordant, interpellant, brut, qui ne laisse pas indifférent. Beaucoup de thèmes sont évoqués de manière réaliste, ce qui en fait un ouvrage prenant et percutant. Au final, quatre gosses ordinaires, très attachants et cherchant un avenir ou une place, dans notre société actuelle. Les années lycée sont maintenant derrière eux, c’est une page qui se tourne… La fin de l’insouciance. Ce passage à l’âge adulte qui les effraie tant et vers lequel, ils ne se projettent pas du tout. A découvrir, à partir de 15 ans. 

Les derniers des branleurs de Vincent Mondiot

L’avis de Claudia est disponible ici.


******

Sans armure de Cathy Ytak est un roman d’amour touchant sur “une différence invisible” de l’une d’elles. Comment atteindre l’autre dans sa souffrance ? Comment faire grandir l’amour qu’on se porte malgré tout ? Un très beau roman porté par une plume sensible.

Sans armure, de Cathy Ytak, Talents hauts

L’avis de Pépita.

******

Soleil glacé : un roman magnifique sur la rencontre d’un frère et d’une sœur qui apprennent à se connaitre. Pierrot souffre du syndrome de l’X fragile. Luce va savoir le “bousculer” un peu avec sa franchise, son sens de l’observation, sa gentillesse bourrue, son ironie mordante. Ils sauvent tous les deux ce qu’on leur a volé.

Soleil glacé, de Séverine Vidal
R-Jeunes Adultes

L’avis de Pépita ici.

******

Tenir debout dans la nuit est un livre à mettre dans toutes les mains. Un roman abordant un thème essentiel et d’actualité  : Le consentement. Mais aussi, sur les violences faites aux femmes, les relations humaines, la question du respect, sur l’adolescence… C’est un texte intelligent, subtil et parfaitement destiné aux adolescents.

Tenir debout dans la nuit d’Eric Pessan

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire les avis de Claudia et de Pépita !

******

Touche-moi est le dernier roman de la prolifique Susie Morgenstern. Publié dans la nouvelle collection L’Ardeur de Thierry Magnier, il propose une vision de la sexualité adolescente à travers l’histoire de Rose, jeune lycéenne albinos.

L’avis de Lucie est disponible ici.

******

Et vous, lequel aurait votre préférence ?