Nos coups de coeur de février

Qui dit février, dit toujours beaucoup de bouquins dévorés (y’a pas que les crêpes dans la vie !).

A l’ombre du grand arbre, nos piles à lire n’ont pas diminuées, mais on a toujours des coups de coeur à vous partager !

************************

C’est en profitant de la douceur de quelques journées ensoleillées qu’Alice  s’est envolée vers le Grand Ouest pour suivre les aventures d’Abigaël Stenson, femme hors-la-loi indomptable ! Kidnapping, règlements de compte, chevaux au galop, poussière, saloon, … pour au bout du compte prôner une seule vérité, celle de la liberté.

Marion Brunet ne se contente pas de l’a-peu-près, rien à dire, tout est parfait !

Sans foi ni loi de Marion Brunet. PKJ, 2019

(Pépite du Salon de Montreuil)

************************

Pépita dans son Méli-Mélo de livres a encore bien du mal à choisir car être déjà sélectif dans ses lectures, c’est toutes les aimer ! Mais quand même, le dernier roman de Gary D. Schmidt a encore fait mouche à travers cette relation hors-norme et pleine de subtilités entre un majordome anglais et un jeune garçon américain. Ajoutez une dose de cricket et le charme opère !

Le majordome et moi, Gary D. Schmidt, École des loisirs, 2020

************************

Après un mois de janvier placé sous le signe de La Passe-Miroir, la tétralogie de Christelle Dabos parue chez Gallimard Jeunesse, HashtagCéline s’était concoctée une PAL très variée pour le mois de février. Au final, c’est le roman d’Alexandre Chardin paru aux éditions Casterman qui va l’avoir le plus marquée. Le cercueil à roulettes est un texte difficile et émouvant, tendre et décalé qui aborde la mort et le deuil d’une façon assez inédite. Déroutant mais très touchant.

Le cercueil à roulettes d’Alexandre Chardin, Casterman, 2020

Son avis ICI.

************************

Bouma s’est plongée dans les zones les plus profondes de la mer avec des personnages marins aux ressources insoupçonnées. Entre Rencontre du troisième type et Sauvez Willy, Sigrid Baffert emmène ses lecteurs dans une aventure peu commune.

La Chose du MéHéHéHé de Sigrid Baffert, MeMo, 2019

Son avis ICI

************************

Que de trésors en ce mois de février ! Isabelle a adoré se faire prendre de court par ce road-trip captivant qui nous partage entre l’envie de tourner les pages pour connaître le fin mot de l’histoire de l’improbable duo de protagonistes, et celle de ralentir la lecture pour goûter la poésie de cette grande vadrouille, les dialogues ciselés et des personnages qui font voler en éclat tous les stéréotypes…

Nos mains en l’air, de Coline Pierré, Le Rouergue, 2019

Son avis ICI

************************

Et vous ? Quels sont les livres qui vous ont fait vibrer, trembler, rêver en février ?

Prix A L’Ombre Du Grand Arbre 2020 – Brindilles et Petites feuilles

C’est reparti pour une nouvelle année !

Vous connaissez le principe ? Ou peut-être pas ?
C’est donc l’occasion de vous rappeler comment fonctionne les Prix ALODGA.

Il s’agit d’une sélection de livres de jeunesse réalisée par les Arbronautes avec pour seul critère l’année d’édition (ici 2019). Le collectif se voit proposer un certain nombre de titres par ses membres, qui vont, par sous-commission, réduire la liste à 3 ou 4 titres par catégorie.

Ensuite, c’est au public de décider quel sera le gagnant du Prix en votant pour son titre préféré.

************

Prix Brindilles (Albums Petite Enfance)

Quel est votre album préféré parmi les Brindilles ?

View Results

Loading ... Loading ...

*************

Prix Petites Feuilles (Albums pour les plus grands)

Quel est votre album préféré parmi les Petites Feuilles ?

View Results

Loading ... Loading ...

*************

Merci pour votre participation.

On se retrouve le mois prochain pour deux nouvelles catégories.

Nos classiques préféré(e)s : Marie-Aude Murail

Nous poursuivons nos rendez-vous consacrés aux “classiques de la littérature jeunesse” avec Marie-Aude Murail. En réfléchissant aux classiques dont nous souhaitions parler, nous avons toutes immédiatement pensé à elle. Parce qu’elle écrit, avec une générosité sans bornes, depuis plus de trente ans (enfin elle publie, parce qu’il paraît qu’elle a commencé à écrire à douze ans !). Parce que les supports et les thématiques ont beau être très variés, reflétant de façon riche les évolutions de la société, le charme est toujours au rendez-vous et ses livres ne laissent personne indifférent !

************

Sur son île aux trésors, Isabelle a exhumé l’une des pépites les plus anciennes de sa collection : le petit roman Mystère (Gallimard Jeunesse), un merveilleux texte en forme de conte moderne, paru pour la première fois en 1987. Son premier livre lu, qu’elle connaît encore par cœur pour l’avoir écouté mille et une fois petite et qu’elle a été émue et ravie de redécouvrir avec ses enfants !

Dix raisons de sonder le joyeux mystère qui entoure l’héroïne de ce petit livre !

1 – Pour cette histoire intemporelle aux allures de conte – un roi et une reine attendent leur quatrième enfant, espérant avoir enfin un garçon, après la blonde Blondine, la rousse Roussotte et la brune Bruna. Mais malédiction, c’est encore une fille qui vient au monde et de surcroit, sa chevelure est bleue…
2 – Pour l’intrigue menée tambour battant et les péripéties rocambolesques.
3 – Pour la délicatesse et l’expressivité des illustrations de Serge Bloch.
4 – Pour le personnage de Mystère, fascinante fillette aux cheveux bleus qui vient à bout des épreuves les plus redoutables grâce à son audace, sa débrouillardise et sa vivacité.
5 – Pour la gaieté inébranlable de Mystère : elle hérite des robes usées par ses sœurs ? Très bien, elle peut grimper aux arbres sans arrière-pensée, ses vêtements ne risquant plus grand-chose !
6 – Pour les multiples clins d’œil aux contes traditionnels, de Cendrillon au Petit Poucet en passant par Le vilain petit canard, et beaucoup d’autres, que les enfants ont plaisir à reconnaître.
7 – Mais aussi pour la manière réjouissante dont Marie-Aude Murail fait voler en éclat les stéréotypes associés aux figures incontournables des contes – princesse, ogre, loup, sorcière…
8 – Parce que cette histoire est une ode à la différence et à la singularité.
9 – Pour le message d’émancipation féminine d’autant plus vibrant qu’il est transmis avec une bonne dose d’humour.
10 – Pour la fin (car tous les contes n’ont pas vocation à se terminer avec un mariage avec un prince charmant !)

************

Dans la vitrine de sa collection d’histoires précieuses, Ada a mis au premier plan un roman emblématique pour elle et qu’elle offre à tour de bras lors des SWAPs d’ALODGA : il s’agit de Vive la République ! 

Voilà pourquoi, en 10 raisons !

  1. Parce que ce roman, je l’ai découvert l’année où moi-même, comme Cécile Barrois, l’héroïne du livre, je me retrouvais devant mes premiers élèves ! Comme pour Cécile, ce fut un moment clé de mon existence, parce que face à une classe on se frotte à quelque chose d’infiniment précieux qui relève à la fois de la force collective et du pouvoir des vies minuscules.
  2. Parce qu’il y est question des valeurs républicaines pour lesquelles nombreuses et nombreux, nous nous engageons dans ce métier d’enseignant.e et que ces valeurs aujourd’hui sont en danger. Lire ce roman là c’est un moyen de se rappeler à quoi sert l’école, au delà des apprentissages. Un livre à glisser sur la table de chevet de notre ministre de l’éducation nationale, peut-être 😉
  3. Parce que l’auteure a un don incroyable pour mêler tous les registres littéraires à chaque page : l’humour, l’ironie, le lyrisme, le pathétique, le polémique… Le lecteur en prend plein le cœur à chaque page !
  4. Parce que ce texte est imprégné d’une véritable poésie du quotidien, il n’y a qu’à regarder de près les titres des chapitres : “où disparaissent les barquettes Trois Chatons de Chantal Pommier.”, “où Louis dit bonzour à madame la Mort.”
  5. Parce que l’auteure y chante l’enfance, son incroyable sincérité, sa capacité à se poser les bonnes questions et à tenter d’y répondre par tous les moyens, sans renoncer à rien.
  6. Parce que Marie-Aude Murail sait vraiment jongler entre les différents univers de ses personnages : leur monde intérieur, leur sphère professionnelle, amicale, familiale. L’auteure sait faire entendre l’incroyable “polyphonie” de la vie des humains. Ce que je veux dire, c’est que certes il y a toujours un personnage principal dans ses romans mais pourtant chacun a une telle consistance qu’il habite généreusement le texte, densifiant l’intrigue principale d’intrigues parallèles.
  7. Parce que ce roman est aussi un livre de combat et de solidarité, un appel à regarder de près ce qui se passe dans les écoles quand des enfants sans papier y trouvent refuge et que tout un éco-système se construit autour d’eux pour leur permettre de simplement continuer à vivre humainement.
  8. Parce que, comme toujours dans les romans de Marie-Aude Murail, se cache quelque part une histoire d’amour, qui se tisse délicatement quelque part sans qu’on y prenne garde !
  9. Parce que la parole se diffuse, irradie, dynamique et enthousiasmante dans les dialogues des personnages de ce roman.
  10. Parce qu’il y a 3 ans, j’ai eu l’immense chance, honneur, privilège, BONHEUR de la recevoir avec mes élèves de 6e au CDI de notre collège. On devait la retrouver à l’occasion d’un salon littéraire de la région. Elle n’avait pu venir à cause de grèves de train. Je lui avais alors écrit un mail, le plus sincère possible, pour reporter notre rencontre. Et cette femme, avec une incroyable simplicité, avait répondu présente et avait réussi à trouver un moment pour venir dans notre tout-petit village de Haute-Gironde pour parler littérature pendant 2 heures à mes élèves conquis. Ce fut la rencontre littéraire la plus riche et la plus intense de toute ma vie de prof ! A cette occasion d’ailleurs, Marie-Aude Murail m’a dédicacé … Vive la république !

******************

Dans son Méli-Mélo de livres, Pépita ne pouvait que choisir la formidable série de Sauveur & fils dont il existe 5 saisons à ce jour, publiées à l’École des loisirs.

Voilà pourquoi, en 10 raisons !

1. Parce que déjà faut le faire : prévoir une seule saison à l’origine et en être déjà à 5 pour le plus grand plaisir des lecteurs et apparemment de Marie-Aude Murail aussi !

2. Parce que des cochons d’inde sur chaque couverture alors que le seul animal (enfin presque !) qu’il y ait dedans, ce sont des hamsters ! Ça aussi, faut le faire !

3. Parce que chaque nouvelle saison vous fait hurler telle une groupie comme une ado à plus d’un demi-siècle en âge ! Et ça aussi faut le faire !

4. Parce que Sauveur Saint-Yves, quoi ! Vous ne le connaissez pas ? NAN ! (moi j’suis un peu amoureuse de lui mais chuuuut !)

5. Parce que sous l’humour , Marie-Aude Murail n’a pas son pareil pour aborder des sujets graves : celui des déviances humaines, celui  des secrets de famille qui font des ravages, celui des pertes de repères, celui de l’identité sexuelle, celui de ses origines.

6. Parce qu’au fil des saisons, le lecteur se réjouit de retrouver les personnages si réels et d’autres hauts en couleur, comme une famille dont il fait lui aussi partie.

7. Parce que ce que nous dit cette série, c’est que tout être humain est faillible et ça, ça fait du bien !

8. Parce que l’écoute de l’autre est une qualité qui s’oublie et que là, elle est remise à l’honneur de la plus belle des façons,

9. Parce que presque tous mes exemplaires sont dédicacés et que je garde de ces rencontres un souvenir si inoubliable : Marie-Aude Murail est vraiment une très grande dame !

10. Parce que pour cet article , j’ai demandé à mes copinautes de me laisser Sauveur et qu’elles l’ont fait, alors qu’elles mouraient toutes d’envie d’en parler , alors MERCI !

******************

Alice a choisi de parler d’un livre découvert un petit peu par hasard, alors qu’elle était à l’étranger et qu’elle avait épuisé la pile de bouquins amenés dans a valise. Il ne lui restait plus alors qu’à télécharger un livre numérique et c’est Maité coiffure qu’elle a choisi !

10 bonnes raisons de le lire !

1- Parce qu’il est question d’un stage de 3ème. et tout le monde se souvient de son stage de 3°, hein ?

2- Parce qu’il se passe dans un salon de coiffure, et c’est quand même un chouet’ endroit pour voir défiler de sacrés personnages  : une belle brochette de clients réguliers et des employés tous plus caricaturés les uns que les autres !

3- Parce que Madame Maïté est super sympa !

4- Parce que c’est Louis qui est en stage de coiffure. Et là, de suite, que ce soit pas une fille ça change tout.

5- Parce que son père est pas d’accord et que tu coup, le lecteur adore Louis et déteste son père psychorigide.

6- Parce que ce roman parle de la période importante qu’est l’orientation et que ce n’est pas simple, quand on a 16 ans.

7- Parce que Louis va découvrir les premiers prémices de l’amour.

8- Parce que tous les personnages sont finalement supers attachants.

9- Parce que c’est un très beau roman sur le savoir vivre ensemble et l’affirmation de soi.

10- Parce que …… Marie-Aude Murail, … et puis c’est tout.

******************

Dans les étagères de Solectrice où les romans de  Marie-Aude Murail sont en bonne place, Simple s’est imposé. Simple, le frère de Kléber, a 22 ans mais 3 ans d’âge mental. Alors quand Kléber le prend sous son aile, c’est une vie sans pauses qui commence pour lui, au rythme des caprices, des inventions et des tendresses de son frère.

10 raisons d’adopter Simple dans sa bibliothèque ou de le (re)lire  !

1. Parce que dans ce roman, la déficience mentale est dédramatisée, avec humour et sincérité, mais sans pitié.
2. Parce que Simple et son frère sont terriblement attachants.
3. Parce qu’on se retrouve colocataire avec Enzo et ses idées toutes faites que l’on voudrait bousculer, Aria et ses airs charmeurs, Emmanuel et son soutien ou Corentin et ses petits creux.
4. Parce qu’on suit avidement les aventures de Monsieur Pinpin, au gré des chapitres éponymes.
5. Pour les histoires d’amour qui s’entrecroisent et nous rappellent que ce sentiment nous emporte à tout âge.
6. Parce qu’on comprend le désarroi de Kléber quand une énième bévue de son frère le fait pester “Tu es odieux ! Odieux ! Je vais te perdre dans un bois, j’en peux plus de toi !”
7. Pour les dialogues savoureux qui se tissent d’un monde à l’autre : l’imaginaire de Simple et le pragmatisme ou l’incompréhension de ceux qui croisent son chemin.
8. Parce qu’on rit en découvrant les réparties fantasques de Simple, ses mots mêlés ou ses jeux. “T’approche pas le mirlitaire ! J’ai un vérolair !”
9. Parce que c’est tellement émouvant qu’on ne sort pas indemne de sa lecture.
10. Enfin pour la plume si vraie et touchante de Marie-Aude Murail !
******************

Pour HashtagCéline, avant Sauveur (qu’elle aime secrètement comme Pépita), Marie-Aude Murail, c’est Oh, Boy! un des romans les plus connus de l’autrice. Et s’il a rencontré autant de succès, c’est peut-être pour les raisons qui suivent.

10 bonnes raisons de le lire !

1- Parce que les Morlevent, fratrie composée de Siméon, Morgane et Venise, sont des personnages dont vous ne regretterez pas d’avoir fait la connaissance. Je peux vous garantir que je me souviens, quelques années après ma lecture, de leur histoire si touchante. “Les Morlevent ou la mort !”

2- Parce que ce roman parle des choses de la vie, les meilleures comme les pires, et qu’il fait vraiment du bien.

3- Parce que Marie-Aude Murail ne se pose aucune question concernant les sujets abordés : suicide, mort, maladie, abandon, violences conjugales, homosexualité, placement en foyer… Elle y parle de tout avec beaucoup de justesse, sans jamais rien cacher.

4- Parce que, si ce roman parle de choses graves et tristes, il est loin d’être déprimant. On ri énormément ! C’est tout le talent de Marie-Aude Murail.

5- Parce qu’on découvre une galerie de personnages hauts en couleurs avec notamment Barthélémy et Josiane, les deux “prétendants” à la garde des enfants Morlevent. Chaque rencontre dans ce livre apporte quelque chose.

6- Parce que Siméon, l’aîné des Morlevent, malgré l’accumulation des épreuves, fait preuve d’un très grand courage. Son comportement face à l’adversité est très inspirant.

7- Parce que Venise, la plus petite de la famille, est vraiment trop mignonne et désarmante. On a juste envie de la prendre dans nos bras.

8- Parce que ce roman laisse totalement la place au franc-parler et ça sonne très vrai. Les dialogues, les échanges des uns et des autres sont autant de réflexions qu’on a envie de noter…

9- Parce que c’est le genre de livre que l’on n’a pas envie de refermer. Et qu’on termine sans trop savoir si on doit rire ou pleurer.

10- Parce que Marie-Aude Murail ne triche pas avec ses lecteurs et lectrices. C’est pour ça qu’on l’aime tant !

******************

Pour Yoko Lulu, c’est le roman de Marie-Aude Murail qu’elle a lu le plus récemment, qu’elle vous recommande chaudemet : Miss Charity.

10 bonnes raisons de le lire !

1. Parce qu’on y découvre la vie de Beatrix Potter, une femme inspirante qui a réussi à vivre de ses passions, la peinture et l’écriture, sans se soumettre à la société masculine dans laquelle elle vivait.

2. Parce que ce roman est rempli de citations d’Oscar Wilde et de Bernard Shaw, qu’on trouve plaisir à (re)découvrir.

3. Parce qu’on y trouve plein d’animaux attendrissants, comme le lapin Cook ou le corbeau Petruchio, qui sont de compagnons de jeux formidables.

4. Parce que je me suis émerveillée devant tous les dessins magnifiques de Philippe Dumas qui enrichissent les pages du roman.

5. Parce que la jeune Charity trompe son ennui en apprenant des pièces entières de Shakespeare et je trouve que c’est une très bonne manière d’occuper ses journées !

6. Parce qu’on y apprend qu’il est bon de faire ce que l’on veut, et encore plus lorsque cela rend des gens heureux.

7. Parce que ce livre a une forme particulière, mêlant le roman et la pièce de théâtre, ce qui lui donne une allure étonnante.

8. Parce que Marie-Aude Murail nous fait une fois de plus passer du rire aux larmes, sans qu’on ne s’y attende.

9. Parce qu’on a tous une Charity Tiddler qui sommeille en nous, tempétueuse, créative, rebelle et débordante d’amour !

10. Parce que Marie-Aude Murail !

******************

Et si vous voulez en savoir plus sur Marie-Aude Murail, nous vous conseillons d’écouter l’excellent podcast Histoires de jeunesse qui lui est consacré. C’est par !

 

Histoires de migrants

Les migrants, un sujet dont s’est largement emparé la littérature jeunesse depuis quelques années. Aborder cette question par différents biais, selon différents points de vue… voilà sûrement un bon moyen pour répondre aux questions des jeunes lecteurs, citoyens d’un bel avenir pour mieux “vivre ensemble”.

Retrouvez quelques-uns de nos titres éclairés, dans la sélection ci-dessous.

**************

>Alice vous propose de suivre le parcours d’Alassane de la Côte d’Ivoire jusqu’à Lorient.

Il croit aux droits de l’homme, il a de l’espoir en cette terre d’accueil et, malgré les embûches, jamais il n’abandonnera.

Un roman inspiré à Sophie Adriansen par plusieurs rencontres et témoignages et offert par #céline à l’occasion d’un swap !

*Ailleurs meilleur de Sophie Adriansen aux éditions Nathan*

>D’un autre point de vue, on peut suivre l’engagement de Dinah, qui ne supporte pas le sort des migrants, notamment quand des policiers entrent dans des classes pour les renvoyer chez eux. Elle décide alors d’enlever Mihran et espère pouvoir l’accueillir chez elle… mais tout cela n’est pas si simple et cache un autre malaise.

*Sans un mot de Romuald Giolivo aux éditions Ecole des loisirs***************

>Yoko Lulu a choisi de vous parler d’une BD au titre clair : Migrant.

Eoin Colfer et Andrew Donkin y racontent avec sensibilité le périple d’Ebo, un jeune Nigérian qui quitte son pays natal pour rejoindre l’Europe.

Je vous le recommande fortement !

     *Migrant de Eoin Colfer et Andrew Donkin, illustré par Giovanni Rigano

aux éditions Hachette*

**************

>Solectrice vous propose, quant à elle, de découvrir un petit roman où une belle rencontre entraîne une jeune fille belge à la recherche d’un jeune Afghan, jusqu’aux plages du Pas-de-Calais. Fil tendu vers Alice, qui lui avait offert ce road trip à l’occasion d’un swap de Noël.

*La théorie de l’élastique d’Anne-Françoise De Bruyne. Editions le Muscadier.*

**************

>Sans trop en dévoiler, Pépita propose de suivre une hirondelle et le destin de deux autres personnages dans ce conte contemporain magnifiquement écrit et illustré.

*Quelqu’un m’attend derrière la neige de Timothée de Fombelle et Thomas Campi, Gallimard Jeunesse*

Mon avis et celui d’Isabelle

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/aa6/product_9782075093668_244x0.jpg

>On peut aussi se questionner en lisant Une caravane en hiver de Benoït Séverac, aux éditions Syros. Ce roman relate l’engagement d’un jeune homme de 16 ans auprès d’une femme syrienne et de son fils, réfugiés dans une caravane sur un terrain vague. Un roman qui nous met face à nos responsabilités.

Mon avis

Un roman écrit à 4 mains :  Les étrangers d’Eric Pessan et Olivier de Solminihac, Ecole des loisirs. Quand la vie de Basile bascule une nuit avec la rencontre d’un autre monde.

Mon avis

>Enfin, une autre lecture marquante : Ce que diraient nos pères de Pascal Ruter, Didier jeunesse. Un roman bouleversant sur le choix d’un jeune homme confronté à des situations trop grandes pour lui mais qui le font prendre en main sa vie.

Mon avis

**************

>Pour HashtagCéline, c’est au travers de deux textes plus énigmatiques qu’elle a eu l’occasion de se questionner sur le sujet.

On m’appelle Enfant i de Steve Tasane (Gallimard Jeunesse, 2019) décrit la vie d’un groupe d’enfants dans un camp de réfugiés. Dans ce récit, rien n’est vraiment précisé (ni le lieu, ni le moment, ni qui sont toutes ces personnes du camp). On découvre les conditions de vie difficile de ces mineurs qui ont tout perdu. Un texte à la narration déstabilisante mais originale.

Mon avis

>De l’autre, c’est encore un roman d’Eric Pessan, dont il a déjà été question plus haut, qui aborde ici de façon plus trouble, moins directe, la question des migrants. Dans L’homme qui voulait rentrer chez lui (Ecole des loisirs, 2019), le fantastique s’invite dans l’intrigue et nous pousse, lecteurs, à nous interroger plus largement sur la notion d’altérité.

Mon avis et celui de Pépita

**************

Aurélie a découvert ce premier album sur le blog de Pépita :

Partir au delà des frontières de Francesca Sanna  chez Gallimard, qui raconte la rencontre de l’illustratrice avec des populations fuyant leur pays.

Les avis d’Aurélie et Pépita

Aurélie a aussi découvert un carnet de route d’un sans-papier paru chez l’Atelier du poisson soluble, Demain je reviendrai de Karine Epenoy  avec le Réseau Education Sans Frontières.

*************

Isabelle a beaucoup aimé Et la lune, là-haut, de Muriel Zürcher (Thierry Magnier, 2019), qui évoque très bien la mort, la vie et les différences de tous ordres, notamment avec le beau personnage de Yaro, un sans-papiers dont on découvre petit à petit l’histoire et la personnalité. Un roman qui porte haut, jusque là-haut, de belles valeurs humanistes.

Son avis

**************

Sophie a aimé cette histoire d’amitié entre Jeannette et Iliana qui ont comme passion commune le ciel et les étoiles. Iliana va raconter son voyage, ce long et difficile voyage qui l’a amené jusqu’ici avec ses parents. Refuge est un bel album de Sandra Le Guen et Stéphane Nicolet aux éditions Les p’tits bêrets.

Son avis

**************

Et vous ? Quels livres auriez-vous envie de découvrir sur le sujet ? Avez-vous des références à partager pour enrichir encore cette sélection ?

Nos coups de cœur de janvier

Nouvelle année et nouvelles lectures en ce mois de janvier qui n’en finit pas de s’étirer !

……………………………………………

Alice a eu un joli coup de cœur pour La petite casserole d’Anatole d’Isabelle Carrier (Editions Bilboquet, 2009).

Délicatement, un album rassurant qui embellit les différences, qui dédramatise le handicap et qui est un beau message de tolérance, de bonté et de fidélité à ce que l’on est.

Le message est simple et  évident, mais libère d’un tel poids !

……………………………………………

Isabelle et ses garçons ont fondu d’enthousiasme pour Le fil d’Ariane, superbe album qui transcende les genres, invite à déambuler dans d’immenses labyrinthes où l’on prend plaisir à chercher son chemin tout en retrouvant ses épisodes préférés de la mythologie grecque. Beau, ludique, hypnotique !

L’avis d’Isabelle

……………………………………………

Pépita a beaucoup aimé se plonger dans un album qui fait l’éloge de la lecture à partir des différents endroits où elle peut s’installer : des endroits merveilleux, incongrus, confortables, rendus lumineux par les magnifiques illustrations. La lecture comme un voyage permanent où que l’on soit !

Où tu lis, toi ? De Cécile Bergame et Magali Dulain édité par Didier jeunesse

……………………………………………

Bouma a dévoré le deuxième tome de la série de Léa Mazé : Les Croques. Avec cette enquête un brin fantastique, on suit des jumeaux au quotidien difficile dont les parents sont croques-morts. Une série angoissante dans laquelle on se prend vite d’affection pour les personnages.

L’avis de Bouma

……………………………………………

Yoko Lulu a adoré lire Un si petit oiseau ce mois-ci. Cette première lecture de l’année lui a donné de l’espoir, de la force et lui a apporté un peu de chaleur. Abigail nous incite à nous battre contre les malheurs de la vie et à nous accepter que l’on est. Cette héroïne au grand cœur s’y connaît en drames, pertes de confiances en soi, déprimes, colères,… Mais grâce à la lecture, à une nouvelle passion et à quelques personnes, elle va réussir à se relever et à prouver que le pire des malheurs peut amener au meilleur des bonheurs.

Un si petit oiseau de Marie pavlenko

L’avis de Sophie, de HashtagCéline et de Pépita

……………………………………………

Le premier tome de Ceux qui ne peuvent pas mourir a immédiatement séduit HashtagCéline avec son ambiance fantastique et son intrigue captivante. Une belle découverte qui ne lui laisse qu’un regret : devoir attendre la suite.

Ceux qui ne peuvent pas mourir – Tome 1 La bête de Porte-Vent de Karine Martins Gallimard Jeunesse

L’avis de HashtagCéline

……………………………………………

Sophie a été séduite par la série de petits romans Taupe & Mulot de Henri Meunier et Benjamin Chaud aux éditions Hélium. Ces deux premiers tomes montrent une amitié loufoque et touchante où la myopie de l’un provoquera des quiproquos et des situations décalées et amusantes. Graphiquement c’est aussi superbe ! Voilà une belle série de premiers romans pour les jeunes lecteurs…

  

L’avis de Sophie.