Nos classiques préféré.e.s : Un regard sur l’enfance avec Helen Oxenbury

Helen Oxenbury est une autrice et une illustratrice incontournable de la littérature jeunesse. Créatrice de la série emblématique Léo et Popi, elle s’illustre dans les albums pour les bébés et les jeunes enfants qui sont les héros aux joues rebondies des histoires qu’elle invente ou illustre pour d’autres auteur.e.s. Nous avons aussi grandi avec ses albums, c’est pourquoi il nous semblait impossible de ne pas l’inviter parmi nos classiques.

Voici une sélection de nos albums préférés.

******

Pour Linda, partir à La chasse à l’ours est une histoire de famille à partager sans limite. Un album qui mérite bien sa place ici pour au moins ces dix raisons…

La chasse à l’ours de Michael Rosen, illustré par Helen Oxenbury, Kaléidoscope, 2001.
  1. Pour la nostalgie que sa lecture procure, nous rappelant l’enfant que l’on a été ou celui/ceux que l’on a/a eu,
  2. Pour l’esprit de famille qui règne au fil des pages, et le partage de ce jeu de chasse à l’ours qui réunit toute la famille,
  3. Pour l’intemporalité de son récit, confirmé par le succès de cet album depuis sa première publication,
  4. Pour la musicalité de son texte qui se répète comme le ferait une comptine ou une ritournelle,
  5. Pour les onomatopées qui viennent plonger le lecteur dans la promenade en pleine nature,
  6. Pour le plaisir que procure l’écoute de la version anglaise interprétée et chantée par son auteur, Michael Rosen,
  7. Pour la tension qui monte crescendo face aux obstacles de plus en plus difficiles à franchir, plus effrayants aussi,
  8. Pour les émotions qui viennent animer la bouille des petits lecteurs, pas si éloigné de celles des personnages,
  9. Pour les illustrations tout en douceur qui alternent la couleur et le noir et blanc,
  10. Pour la chute surprenante qui laisse les plus petits stupéfaits.

******

Pour Isabelle, Helen Oxenbury, c’est notamment les illustrations de 2 petites mains et 2 petits pieds. Il y aurait au moins 10 raisons de penser à cet album qu’elle aime régulièrement offrir aux bébés de son entourage !

  1. Pour les bouilles réjouissantes des bébés célébrés, leurs adorables petites mains, leurs petits pieds. Leur venue au monde n’est-elle pas l’un des plus grands bonheurs qui soit ?
  2. Parce que les bébés aiment voir d’autres bébés dans les livres, les reconnaître au fil des lectures, s’amuser de leurs jeux et de leurs frasques.
  3. Pour la douceur des illustrations, si caractéristiques du style de Helen Oxenbury.
  4. Pour la joie de voyager autour du monde, dans des pays divers et variés, urbains, ruraux, nordiques ou orientaux…
  5. … et de découvrir à quel point les bébés du monde grandissent dans des conditions différentes
  6. Pour la manière dont cet album célèbre ce que tous ces bébés ont malgré tout en commun : « tous ces bébés, tout le monde le sait, ont deux petites mains et deux petits pieds » !
  7. Parce que malgré ce dépaysement, tous nos repères sont là. Grâce à la récurrence des adorables petites mains et petits pieds et de la petite phrase répétitive de l’album qui résonne comme une entraînante petite comptine que toute la famille entonne bientôt avec enthousiasme.
  8. Parce qu’au rythme de cette petite comptine, c’est joli de voir ces bébés grandir et être aimés.
  9. Pour la chute pleine de tendresse.
  10. Pour l’hymne réjouissant à la diversité, à la fraternité et aux câlins !

******

Pour Colette, Helen Oxenbury, c’est l’album créé en partenariat avec Phyllis Root, judicieusement intitulé Quand Big Mama a créé le monde. Un album qui résonne au moins pour 10 raisons !

Quand Big Mama a créé le monde…, Phyllis Root, Helen Oxenbury, Père Castor, 2002.
  1. Tout d’abord, voilà un album dont le titre résonne à la fois comme un pied de nez et un hommage aux forces démiurgiques, car oui, ce livre là n’est rien moins qu’une réécriture d’un des textes fondateurs de notre culture judéo-chrétienne puisque qu’il s’agit pour les deux artistes de revisiter le premier texte de la Bible : le livre de la Genèse.
  2. Mais voilà que dès les premières pages, on découvre un vibrant hommage au pouvoir incommensurable des mères qui sont des divinités à part entière car elles parviennent à créer des mondes tout en s’occupant de leur progéniture.
  3. Et cet hommage prend les traits d’une femme aux formes généreuses, comme sait si bien les dessiner Helen Oxenbury, aussi bien quand elle croque les bouilles des bébés que les belles hanches et la poitrine gourmande de notre Big Mama.
  4. Cet album est aussi un ravissement d’oralité, on y retrouve le rythme du texte d’origine, mais comme enrichi de l’expressivité de notre généreuse divinité : onomatopées, points d’exclamations et ce refrain qui sans cesse vient ponctuer la parole de Big Mama : « Beau travail, Beau travail, ma foi ! » Un album tout en optimisme, quoi !
  5. Et comme un écrin précieux à ce texte qui raconte tout de même comment notre monde fut créé, les illustrations d’Helen Oxenbury font la part belle aux couleurs : du bleu, puis du blanc, puis du noir, du jaune, du vert et peu à peu les couleurs se complexifient au fur et à mesure que de nouvelles créatures viennent habiter auprès de Big Mama.
  6. Cet album c’est aussi un hymne lumineux à la nature, aux animaux, et aux humains, un appel à regarder le monde avec tendresse et émerveillement.
  7. C’est aussi un bel hommage à ce qui fonde notre humanité – et qui nous est si cher à l’ombre du grand arbre : notre capacité à raconter des histoires pour nous tenir compagnie. Car oui quand Big Mama a été bien fatiguée au matin du sixième jour, elle a choisi de modeler des « gens ». « Et chacun avait une histoire à raconter à Big Mama. »
  8. Parce que vraiment quelle idée malicieuse de mêler les corvées de lessive et les ateliers pâtisseries à ce grand récit fondateur, une manière de redonner avec humour leur place aux femmes, aux mères en particulier, à toutes celles qui ont été effacées des récits de création.Une manière de répondre à cette question que je me suis souvent posée : pourquoi Dieu ne serait-il pas une figure féminine ?
  9. Parce qu’au final cet album invite à penser certaines questions philosophiques que les enfants ne manqueront pas de se poser : d’où venons-nous ? où allons-nous ? Quelle est l’origine du monde ?
  10. Un album tout en joie, qui invite à voir autrement les questions spirituelles, c’était un pari osé, ici parfaitement réussi !

******

Pour Liraloin, quel joie de relire cet album haut en couleur et en bonheur. Voici les dix raisons d’aimer cette histoire !

Très très fort ! de Trish Cooke & Helen Oxenbury, Père Castor, 1995
  1. Pour cette histoire en randonnée où le héros qui est au centre de toute l’attention est un tout-petit.
  2. Pour cet amour que les adultes et les jeunes enfants donnent à ce p’tit bonhomme !
  3. Pour le mouvement qui est donné par les illustrations d’Helen Oxenbury, les personnages ont une joie de vivre communicative, ils dansent presque…
  4. Pour ce défilé où tous les personnages ont un look particulier que la plupart de vos arbonautes ont connu : les couleurs vives des années 90’
  5. Pour la construction du texte : comme cette impression de lire une chanson, une ritournelle du bonheur qui donne envie de bouger et de s’émerveiller !
  6. Pour ces moments de respiration lorsque les personnages « ne font rien de spécial » à part attendre tranquillement. Chacun reprend son souffle.
  7. Pour ce véritable Vaudeville, cette porte qui ne cesse de s’ouvrir sur une tante, un cousin fou d’amour pour ce bébé.
  8. Pour cette couverture :  en 1994 (date de la première publication en Grande-Bretagne), c’est assez rare de voir un papa et son enfant.
  9. … comme il n’est pas banal de voir une famille à la peau noire héroïne d’un album jeunesse.
  10. Car lire cette histoire et faire défiler les superbes illustrations d’Helen Oxenbury nous donne une énergie folle !

******

Et vous, quel est votre album préféré d’Helen Oxenbury ?

Nos classiques préféré.e.s : l’humour de Gilles Bachelet

Cela faisait longtemps que nous souhaitions vous partager nos albums favoris de Gilles Bachelet. Sous le grand arbre, nous sommes particulièrement friandes de son humour et des clins d’oeil qui parsèment ses illustrations. Nous nous étions d’ailleurs régalées en discutant de sa Résidence Beau Séjour.

Plus le propos est fantaisiste, plus le réalisme et le soin apportés aux détails me paraissent indispensables.

GIlles BAchELET, La ReVue Des Livres pour enfants N°301 (juin 2018)
Gilles Bachelet. source : site de son éditeur Seuil Jeunesse.

Si cet auteur illustrateur est surtout connu pour la série d’albums qu’il a consacré à son chat, voici ceux que nous préférons et pourquoi !

******

Pour Colette et ses Petits-Pilotes, XOX et OXO est vraiment l’album-remède-en-cas-de-coup-de-mou tellement il est jubilatoire !

Xox et Oxo, Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 2018.

Et voilà pourquoi :

  1. Pour son titre imprononçable et tellement visuel !
  2. Pour ses personnages extra-terrestres à l’étrange visage bleu, aux yeux transparents comme le verre des billes avec lesquelles hélas on ne joue plus dans les cours de récréation.
  3. Pour sa fascisante double page documentaire sur la machine à Glimouilles et puis oui, tiens d’ailleurs, pour toutes les glimouilles qui rythment cet album réjouissant !
  4. Pour la personnalité de XOX et OXO qui ont trouvé en eux les ressources pour ne plus s’ennuyer sur leur planète où résonne la solitude.
  5. Pour son discours joyeux et enthousiasmant sur la créativité.
  6. Pour son discours tout aussi joyeux et enthousiasmant sur l’inspiration, celle qui vient d’ailleurs, celle qui se nourrit de l’autre, des œuvres du passé, des œuvres contemporaines, cette inspiration que nourrit l’incroyable curiosité de nos protagonistes et que l’on souhaite à tous les enfants qui passeront le seuil de la planète Ö !
  7. Et en parlant d’art, quel plaisir de jouer à « Cherche-et-trouve-des-oeuvres-d’art-célèbres-qui ont-été-glimouillisées » dans l’atelier de XOX et OXO ! Dali, Rodin, Duchamp, De St Phalle, Degas… Nos extra-terrestres ont autant de génie que tous.tes nos artistes humain.e.s réuni.e.s.
  8. Pour le questionnement philosophique qui parcourt le livre jusqu’à la dernière page : mais à quoi sert l’art ? L’art peut-il nous rendre heureux, heureuse ? Faut-il qu’il ait un public pour que l’art soit reconnu ?
  9. Et bien sûr pour l’incroyable humour qui jalonne tout cet album, qui parvient à aborder tant de sujets en quelques pages colorées d’une extrême précision !
  10. Sans parler de l’invitation finale qui nous invite à « mettre le cap sur la constellation du Beignet aux Pommes » pour retrouver XOX et OXO et leur incroyable musée ! En avant toute !

******

Le choix de Liraloin s’est porté sur cette épopée qu’est Chevalier de ventre-à-terre. Et pourquoi aime-t-elle autant cette histoire à lire et à raconter ? C’est par ici…

Le chevalier de ventre-à-terre, Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 2021.
  1. Parce que je parie que vous n’avez jamais assisté à une bataille aussi inattendue qu’imprévisible
  2. Pour cette couverture à faire pâlir plus d’un auteur de saga chevaleresque. Quelle somptueuse armure dont est doté notre Chevalier de Ventre-à-Terre.
  3. Pour cette vie d’escargot-chevalier qui exige une stricte discipline de vie pour autant que l’on y ajoute le bisou baveux. D’ailleurs le lectorat, un tantinet très observateur, remarquera à quelle grande vitesse se prépare un chevalier prêt à en découdre !
  4. Pour toutes les références à la littérature de jeunesse, et il y en a un paquet : comment ça vous n’êtes pas jalouse de cette merveilleuse glacière à l’effigie d’Hello Kitty !! Petit indice : la chambre d’enfants en est truffée.
  5. Pour cette affiche, que personnellement, j’aimerais voir dans ma cuisine « 5 salades et champignons par jour ». N’est-ce pas la base d’une excellente alimentation d’escargot ?
  6. Pour l’illustration représentant le bureau du Chevalier, son équipement tout dernier cri afin de répondre en temps réel sur les réseaux sociaux. Tiens donc Saint-Procrastin a quitté mon foyer pour échouer ici… quel joli clin d’œil à l’auteur lui-même.
  7. Pour cette gigantesque épopée qui se trame sous vos yeux ébahis et qui se retrouvera surement gravé sur un champignon au détour d’un chemin.
  8. Pour ce suspens insoutenable : Chevalier de Ventre-à Terre va-t-il enfin croiser le fer avec ce malotru de voisin baveux grignoteur de fraises : le Chevalier de Corne-Molle ?
  9. Pour ce dénouement parfait et cette chute vertigineuse !
  10. Pour l’humour si particulier de Monsieur Gilles Bachelet. Des albums aux références qui parlent autant aux grands qu’aux petits.

******

Le choix de Lucie s’est rapidement porté sur Une histoire d’amour, voici pourquoi :

Une histoire d’amour, Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 2017.

1- Parce que cette histoire d’amour, comme celle de tous les couples heureux, est d’une banalité exemplaire…
2- Jusqu’à ce que l’on découvre ses personnages principaux !
3- Pour le voyage de noces exotique.
4- Pour cette brosse à ongles – chien, qui compte parmi les meilleures trouvailles.
5- Pour la réplique de Georges : « Des enfants ? Mais… nous avons déjà un chien ! »
6- Et l’illustration de la page suivante mettant en scène des familles d’objets usuels, du papier toilette au sèche cheveux.
7- Parce que Gilles Bachelet réussi le pari de faire vivre ses personnages dans un monde à échelle humaine, au milieu des objets du quotidien à taille réelle.
8- Pour les petits (ou gros) détails hilarants que recèlent les illustrations.
9- Parce que chez Georges et Josette, le partage des tâches semble fonctionner à merveille.
10- Et parce que le couple traditionnel n’est peut-être pas à la pointe de la modernité, mais que (comme le montre le doigt qui leur sert de tête) Georges et Josette s’en moquent.

*

Et vous, quel est votre album préféré de cet auteur fantastiquement fantasque ?

Nos classiques préféré.e.s : les facéties de Tomi Ungerer

« Si j’ai conçu des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis, et d’autres part pour choquer, pour faire sauter à la dynamique (sic) les tabous, mettre les normes à l’envers : brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités… ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs » (extrait du livret publié par l’école des loisirs – Tout sur votre auteur préféré).

Pas étonnant qu’un musée ait ouvert ses portes à Strasbourg il y a quelques années, lui qui a légué une multitudes de dessins à sa ville natale. Très prolifique, Tomi Ungerer a publié soixante-dix ouvrages, dont il a pour moitié écrit les textes également.

Nous n’avions que l’embarras du choix pour vous présenter les dix raisons qui nous poussent à préférer tel ou tel album.

*****

Pour cet album paru aux éditions l’école des loisirs pour la première fois en 1968, Liraloin a eu un très grand coup de cœur, il s’agit du titre Les trois brigands. Voici les dix raisons de lire et relire ce livre :

1– Pour cette première de couverture qui fait blêmir de peur plus d’un enfant et cela depuis des générations : focus sur les yeux menaçants et cette immense hache rouge.
2 – Pour le choix des couleurs primaires et surtout ce bleu qui domine faisant ressortir l’aspect lugubre de l’histoire. La seule pointe de lumière émane de la présence de Tiffany, petite fille blonde aussi précieuse que la lune et l’or…
3 – De mémoire de médiathécaire, les illustrations pleine page d’une telle noirceur n’était pas chose commune à l’époque.
4 – Pour ces attaques orchestrées, organisées et d’une rare violence. La double page montrant un des brigand casser la roue d’une carrosse est très angoissante !
5 – Pour ce trésor amassé depuis des années et des années, mais au juste à quoi sert-il exactement?
6 – Pour ce texte, ce conte qui se prête tellement à la lecture à voix haute, un régal !
7 – Pour cet étrange revirement de situation … les trois brigands auraient-ils un cœur finalement?
8 – Pour l’adaptation cinématographique qui reste, entre autre, fidèle aux jeux d’ombres de l’album.
9 – Pour son adaptation théâtrale vu un jour sur scène, d’une grande finesse dans la recherche des détails.
10 – Pour qu’à jamais cette histoire soit transmise aux générations futures de lectrices et lecteurs.

****

Otto, autobiographie d’un ours en peluche est peut-être le premier album qui a permis à Lucie de réaliser que l’on pouvait aborder des sujets extrêmement graves en littérature jeunesse : rien de moins que la Shoah, à hauteur d’enfant.

1– Car Tomi Ungerer détourne volontairement la figure de l’ours en peluche, symbole de la douceur de l’enfance pour la confronter aux horreurs dont sont capables les êtres humains.
2 – Pour cette phrase d’ouverture qui incarne immédiatement Otto dans ce qu’il a de commun avec les Hommes (ne pas se voir vieillir) mais aussi ce qui l’en éloigne (il peut être vendu) : « J’ai compris que j’étais vieux le jour où je me suis retrouvé dans la vitrine d’un antiquaire ».
3 – Parce que donner le rôle du narrateur à un ours en peluche offre un regard naïf et précieux sur l’enfance…
4 – … Mais fait aussi de lui une victime passive, tributaire des adultes comme le sont les enfants.
5 – Pour la période heureuse qui précède le drame, les jeux entre David et Oskar, les souvenirs, les aventures, l’encrier reçu sur la tête, le tatouant d’une tâche violette pour le restant de ses jours.
6 – Pour la beauté du geste de David qui confie Otto à son ami Oskar alors qu’il s’apprête à être déporté.
7 – Et pour le périple qui s’en suit, des Etats-Unis à une poubelle, et enfin l’espoir qu’il faut malgré tout conserver jusqu’au bout.
8 – Parce qu’Otto est, à sa manière, un héros de guerre lui aussi.
9 – Pour les indices délicatement distillés que perçoivent les grands enfants et les adultes et permettent un double niveau de lecture.
10 – Parce qu’Otto existe vraiment et que l’on peut le retrouver au musée Tomi Ungerer.

****

Pour Colette qui aime à faire découvrir à ses plus jeunes élèves les figures d’Ogres, d’Ogresses ou d’Ogrelets, il est un album incontournable d’Ungerer : Le Géant de Zéralada. Et voilà pourquoi !

Le Géant de Zeralda, Tomi Ungerer, L’école des loisirs, 1971.
  1. Pour cette première de couverture particulièrement ambigüe : quel duo étrange que cette petite fille blonde aux joues roses et cet homme à la barbe grisonnante aux sourcils sévères et aux dents acérés. Elle ne semble pas en danger et pourtant que dire de ce couteau à la lame tranchante qui occupe le premier plan ?…
  2. Parce que cette histoire possède tous les atours du conte traditionnel, de la calligraphie gothique du titre au célèbre « il était une fois » qui introduit le texte, en passant par les personnages traditionnels de l’ogre et de la fillette aimable à souhait !
  3. Parce que très vite, on comprend que l’auteur va jouer avec ces codes du conte traditionnel de manière subtile et originale ! Ici point de réécriture à la sauce contemporaine, mais plutôt un bel esprit de subversion : Zeralda aime faire la cuisine, oui, oui, et c’est là tout son pouvoir ! Et c’est grâce à ses talents de cheffe qu’elle va mettre KO notre géant car grâce à elle il va découvrir qu’il y a d’autres goûts dans la nature que celui de la chair fraîche !
  4. Parce que j’ai toujours adoré les listes, leur poésie si particulière, et dans cet album là, l’amatrice de listes est servie sur un plateau d’argent :  » Un potage de cresson à la crème, Des truites fumées aux câpres, Des escargots au beurre et à l’ail, Des poulets rôtis, Un cochon de lait »
  5. Des listes gourmandes vous l’aurez compris ! Car cet album est une véritable ode à la gourmandise, à la profusion, aux banquets, à la générosité ! Aussi bien au niveau du texte qu’au niveau des images, notamment avec cette double page au cœur de l’album qui présente le menu du « souper tout à fait moyen » préparé par Zeralda une fois rentrée au service du géant.

6. Parce que la véritable héroïne du conte, ce n’est pas le géant dont l’horrible figure trône sur la couverture mais cette petite fille de six ans, ingénieuse, créative et courageuse.
7. Parce que vraiment « Zeralda » c’est un joli prénom ! Et qui commence par un « Z » en plus !
8. Parce qu’on pressent que derrière cette histoire, il y a du lourd du côté de la psychanalyse, parce que, bon, quand même, Zeralda, 6 ans, va rester au service du géant rencontré par hasard un jour de marché et qu’elle va finir par l’épouser des années plus tard. Certes, elle est devenue adulte mais tout de même, Ungerer ici encore va bien au delà des codes établis. Sa princesse et son prince charmant sont d’un tout autre acabit que celles et ceux qu’on rencontre habituellement dans les histoires pour enfant.
9. Et puis parce qu’ici l’enfant guérit l’adulte et délivre d’une manière bien surprenante toute la ville de la menace que ce géant représentait tant qu’il se livrait à sa passion de la chair d’enfant.
10. Enfin parlons des couleurs et du trait de l’artiste : c’est un voyage dans le temps à chaque page ! Un temps où la littérature jeunesse osait la parabole, l’allégorie, le second degré, tout en gardant une apparence de naïveté.

******

Le maître des brumes fait partie des albums culte des moussaillons de L’île aux trésors qui en connaissent chaque détail. Un livre qui se relit avec un plaisir intact, pour au moins dix raisons !

Maître des Brumes, de Tomi Ungerer. L’école des loisirs, 2013.


1 – Pour l’Irlande un peu magique qui lui offre son décor de falaises et de prairies, de pubs et de marées.
2 – Pour les animaux qui peuplent ces pages : chien, chat, oies, cochons, moutons, mais peut-être aussi des bestioles plus inattendues ?
3 – Pour la jolie complicité frère-sœur qui traverse ces pages.
4 – Parce que s’imaginer pouvoir explorer les côtes irlandaises dans son propre curragh, what else ?
5 – Pour l’attrait magnétique et inquiétant exercé par l’île aux Brumes qui émerge des flots à l’horizon, « comme une vieille dent de sorcière ».
6 – Parce que les illustrations de Tomi Ungerer font VRAIMENT frissonner : cette brume dans laquelle la barque des enfants dérivent et dans laquelle on ne distingue plus rien, ces rochers qui semblent nous observer gravement, ces plantes grimpantes qui ressemblent à des griffes…


7 – Pour l’idée géniale et vertigineuse imaginée par l’auteur pour expliquer l’origine des brouillards, entre magie et rouages steampunk.
8 – Pour les doutes délicieux qui subsistent : tout cela s’est-il vraiment passé ?
9 – Parce que cette histoire, c’est finalement un peu l’anti-chèvre de M. Seguin. Explorer le monde, c’est certes dangereux, mais aussi captivant…
10 – Pour le bonheur immense de retrouver Papa et Maman après une aventure pareille.

******

Le choix de Blandine s’est porté sans hésitation sur Le Nuage Bleu.

Le Nuage Bleu. TomI UNGERER. Ecole des Loisirs, 2000
  1. Pour cette couverture, faussement candide, un brin facétieuse, et surtout libre
  2. Pour l’indépendance et l’optimisme de ce petit nuage qui va son chemin
  3. Parce qu’il ne se laisse pas influencer, quitte à être seul
  4. Pour la poésie utopiste qui s’en dégage
  5. Pour ses couleurs éloquentes
  6. Pour les nombreuses références, historiques, populaires, culturelles, littéraires
  7. Pour son message universel de paix, de tolérance et d’ouverture à l’Autre
  8. Pour le petit détail qui dit tout
  9. Pour la Différence nécessaire
  10. Un album pour donner envie de découvrir les autres de l’auteur

******

Et vous ? Avez-vous lu Tomi Ungerer et quel titre auriez-vous choisi ?

Lecture commune : Au début.

Aujourd’hui, on vous parle d’un album qui bouscule les codes à tous les niveaux et dont la lumière nous a toutes marquées durablement.

Au début, Ramona Badescu, Julia Spiers, Les Grandes Personnes, 2022.

Colette. – Quelles ont été vos premières impressions à la découverte de cet album extra-ordinaire ?

Lucie. – Un peu perplexe au début (héhé). Surprise par le peu de texte, par ces immenses illustrations… La forme inhabituelle m’a questionnée, tu as raison de parler de « forme extra-ordinaire ».

Frédérique(Liraloin). – Une belle impression, tout d’abord car il a été le cadeau d’anniversaire offert par mon fils cadet, sa couverture est très intrigante (de la première à la 4ème de couv) !

Colette. – J’ai tout de suite adoré le format, le toucher du papier de couverture, les couleurs pastels, le dessin de Julia Spiers reconnaissable entre mille et je me suis dit que cela devait être un livre sur les saisons ! Un album pour enfants qui chanterait le printemps, l’automne, l’été, l’hiver… J’ai été très surprise en l’ouvrant !

Fédérique.- Oh ! extra cette première impression, c’est vraiment ça, rien ne laisse présager une histoire de famille.

Blandine. – Une impression de beau. Le format est grand, agréable, et les couvertures sont magnifiques, emplies de nature, qui laissent imaginer le passage du temps et des saisons entre les fleurs, les fruits et les oiseaux. J’imaginais bien un album sans texte ou presque, mais pas avec des humains. Le titre attire, interroge, tout comme l' »encadré » en flèche dans lequel il se trouve.

Isabelle. – Tout comme vous ! J’ai repéré cet album dans la vitrine d’une librairie et il m’a immédiatement attirée avec ses couleurs chaleureuses mais douces. Et en passant la main sur la couverture cartonné, même impression de douceur ! J’ai lu l’album avec mon fils et l’incipit qui parle d’un grand arbre, d’une maison pleine de vie m’a tout de suite parlé et rappelé le lieu où j’ai grandi.

Colette. – Le titre du livre nous mettait quand même sur la voie : qu’est-ce que ces quelques mots vous ont inspiré ?

Lucie. – J’avais compris suite à nos échanges en amont que cet album allait retracer la vie d’une famille au travers de sa maison. Mais « Au début » est un titre très ouvert, il aurait aussi pu convenir à un livre sur la nature, le temps qui passe… Ce qu’il est aussi d’ailleurs !

Frédérique. – J’avoue que je n’ai pas fait attention au titre plus que ça, c’est plutôt l’illustration de la couverture qui m’a interpellée et ce détail, le triangle en forme de flèche, qui invite à ouvrir le livre.

Blandine. – Au début… Oui un commencement, mais de quoi ? Je ne me suis pas trop posé la question, je me suis laissé (em)porter.

Colette. – J’avoue que tout de suite ces quelques mots m’ont fait penser au poème biblique de la Genèse ! « Au début il n’y avait rien » C’est un texte que j’ai longtemps fait étudier à mes petits élèves de 6e, je l’ai toujours trouvé très réjouissant, ce grand rien qui se transforme en monde foisonnant ! Un peu l’histoire de notre album d’ailleurs !

Isabelle. – Je n’ai pas fait le rapprochement ! Mais ces mots m’ont intriguée. Difficile de savoir quoi s’imaginer : au début de quoi ? Après tout, il y a toujours un début plus antérieur… Rechercher « le début » est souvent un exercice vertigineux, tous les enfants qui aiment poser des questions et remonter la chaîne des causes le savent.

Colette. – Que diriez-vous que cet album raconte ? Une fois ouvert qu’avez-vous découvert ?

Blandine. – L’album et sa narration « à l’envers » sont assez déconcertants. Les phrases sont lapidaires et l’illustration, dominante, ne correspond pas toujours pleinement. C’est intéressant comme une toute petite phrase peut orienter notre regard sur un point/un aspect d’une grande image, et pourtant la décrire toute entière. Un peu comme dans l’album La Perle, il y a un rapport micro/macro.

Lucie. – Justement, j’ai mis un peu de temps à comprendre quel était le propos. Le temps passe lentement au début, puis les années passent plus vite… C’est un peu comme dans la vie, on ne sait pas à quoi s’attendre réellement, on a une vision d’ensemble que bien après la succession des évènements.

Frédérique. – Ce vert qui domine la couverture intérieure et puis cet incipit très intéressant, qui invite à rencontrer une famille, ça m’a fait penser au film Milou en mai immédiatement. Et cette petite pousse qui accompagne la page de titre, une petite vie qui s’installe finalement.

Blandine. – Il y a d’abord le petit poème qui donne des indices. C’est délicat.
Avec la première phrase, sous l’illustration pleine page « au début, on était tous là, dans l’ombre fraîche du vieux néflier », j’ai cru à une histoire de deuil. Parce qu’avec la formulation « au début », je m’attendais à un « après » ou « ensuite »… Une disparition en tout cas. J’ai vu la date, mais sans y prêter vraiment attention, jusqu’à ce qu’elle se répète, puis aille en décroissant. Cet album raconte deux histoires parallèles je dirais. Celle d’une famille, dont on remonte l’origine, mais surtout celle du néflier, à l’ombre duquel, elle s’est déployée, comme lui ses branches, ses feuilles, ses fruits, et qui nourrissent les enfants et les histoires (de famille).

Isabelle. – Voilà, on le pressent dans ce que dit Blandine, cette histoire prend de court parce qu’elle n’est pas racontée comme un récit classique avec un début, des péripéties et une fin. On part plutôt d’une scène qui pourrait être le début de quelque chose et on glisse vers un début antérieur. C’est un album à remonter le temps qui nous donne à voir les prémisses de la première scène, puis leurs propres origines, et ainsi de suite.

Blandine. – Et lorsqu’on arrive à la fin, et que tout fait sens, on veut reprendre l’album en le relisant à l’envers…. comme nous y invite d’ailleurs la couverture. Parce qu’on l’a lu dans notre sens de lecture, par habitude. Mais on aurait pu s’en affranchir et partir dans l’autre sens, sans être perdus. Et on aurait découvert l’histoire de cette famille (d’abord du coup) puis du néflier, dans un sens chronologique, « normal ». Il y a comme une invitation à bousculer les codes, à les renverser/inverser, sans pour autant tout déstabiliser.

Isabelle. – Vous avez tout de suite saisi le principe ?

Lucie. – Pas tout de suite mais assez rapidement. Le saut dans le temps de cinq ans en arrière et la présence de la grand-mère tout de même bien reconnaissable aide un peu. Mais comme tu le disais, Isabelle, cette histoire n’étant pas racontée de manière classique le lecteur est immédiatement mis dans une position active de chercheur. Il cherche les indices qui vont le guider au fil de cet album. En tout cas c’est ainsi que je l’ai vécu ! Et comme Frédérique cette recherche m’a empêchée de me laisser emporter dès la première lecture.

Blandine. – Je crois aussi que c’est une expérience de lecture unique pour chacun. Nos premières impressions sont aussi le reflet de nous-mêmes et de nos attentes/expériences.

Frédérique. – La première lecture n’a pas été évidente pour moi, il m’a fallu ce temps d’observation tout de même, sans doute que la chronologie orientait trop ma perception des choses, j’aime me laisser emporter et je n’aime pas le « contrôle » en littérature. Puis au fur et à mesure de l’histoire j’ai de plus en plus apprécié ce choix narratif et cet axe. Que ce soit le néflier le « héros » de cet album.

Blandine. – J’ai ressenti exactement la même chose. Une sorte de déstabilisation, puis en seconde lecture, la poésie.

Frédérique. – Tout à fait Blandine, l’intérêt de cette lecture est ici, le fait de pouvoir commencer par la fin si nous en avons envie : la petite pousse a donné un fruit.

Isabelle. – C’est vrai que c’est un album très subtil. Il montre presque imperceptiblement les membres de la famille qui rajeunissent, leurs relations parfois longues qui rétrécissent, les époques qui changent et que l’on peut reconnaître à certains objets ou vêtements… Mon fils a très vite repéré ces éléments anachroniques : « les ordinateurs étaient vraiment comme ça dans les années 1990 ? »

Frédérique. – Maintenant que tu en parles, Isabelle, nous avons eu la même réaction avec mon fils, nous avons cherché les modes et nos références à travers les années. Quelle nostalgie surtout en arrivant dans les années 70 et 80.

Blandine. – Pour moi, ça a plutôt été les années 90 !

Lucie. – Les ordinateurs, les vêtements (le jogging de 1993 !), le caméscope ! A eux seuls ces objets sont un voyage dans le temps. En tout cas pour nous parents qui ont vécu cette époque. Je ne l’ai pas lu avec mon fils mais je suis curieuse de savoir ce que vos enfants en ont pensé.

Blandine. – J’ai adoré ces retrouvailles « rétro »!! Je ne l’ai pas lu avec mes enfants, car uniquement sur mon téléphone (et feuilleté en librairie), ce qui n’est pas idéal pour une lecture même à deux.

Frédérique. – Lucas a bien aimé car après notre lecture, nous sommes revenus sur différents détails et nous avons remonter l’histoire pour mieux comprendre le rôle de chaque personnage : commencer par la fin notre deuxième lecture a été plus simple pour identifier les enfants qui deviendront parents, puis grands-parents….

Colette. – Mon Petit-Pilote-de-Trotinette lui a remonté le fil en cherchant à identifier un personnage principal, c’est-à-dire un personnage que l’on retrouverait du début à la fin et dont on découvrirait le visage changeant au fil des pages. Est-ce que vous aussi vous avez cherché à identifier un personnage en particulier ? J’ai trouvé l’exercice difficile mais vraiment réjouissant !

Frédérique. – Oui, et d’ailleurs j’ai un peu répondu à ta question plus haut, le fait d’identifier les personnages permet de s’imprégner et un peu faire partie de cette famille. Ce que j’ai le plus aimé, ce sont les pleines pages où l’on voit un élément de la nature en gros plan comme pour mieux s’arrêter deux secondes et prendre le temps de respirer dans cette chronologie qui va un peu vite.

Isabelle. – Oui, tout à fait. Ça a été notre réflexe aussi et c’est pour cela que nous avons fait les allers et retours dont je parlais toute à l’heure surtout au début de l’album, scrutant les chevelures, les silhouettes, les gestes plutôt fraternels ou plutôt amoureux pour nous repérer dans cet arbre généalogique et cette famille ! L’impression de mener l’enquête, comme tu le disais Colette.

Lucie. – Comme vous j’ai fait des aller-retours et cherché des ressemblances dans les personnages pour les identifier. L’exercice s’est d’ailleurs révélé assez amusant, comme quand on feuillette de vieux albums photos.

Isabelle. – C’est devenu un jeu de traquer ces objets : tissus, motifs, tourne-disque, téléphone filaire, voiture…

Blandine. – Je n’ai pas du tout fait de tels aller-retours pour traquer les personnages. Hormis le néflier peut-être ! Mes allers-retours étaient surtout sur les rapports micro/macro. Comme par exemple entre les pages 9-10-11 où l’on voit la petite fille montrer le néflier ou le ciel du doigt. Puis on voit un plan large avec le néflier, un avion qui passe au-dessus dans le ciel bleu. Et sur la dernière page, elle ramasse une coquille d’œuf, et l’on comprend ce qu’elle montrait réellement : le nid. J’ai adoré ces subtilités.

Colette. – Une quête vertigineuse des débuts, des histoires parallèles, celle d’une famille, celle d’un arbre : cet album raconte-t-il vraiment quelque chose ? J’ai vraiment eu l’impression que l’incroyable puissance de ce livre était que justement il ne racontait pas, mais qu’il était une expérience à lui tout seul, une expérience incroyable de voyage dans le temps. Avez-vous eu aussi cette impression ?

Isabelle. – Je te rejoins complètement Colette. Ce livre ne raconte pas vraiment quelque chose (même si on pourrait le prendre par un autre bout pour retomber sur nos pattes avec un récit plus classique, on y reviendra j’imagine !) mais pourtant il y a une tension narrative qui vient, je crois, de l’expérience dont tu parles. Il y a un côté expérimental (qu’est-ce que cela va donner, jusqu’où peut-on remonter ainsi ?) et un peu vertigineux qui rend cette lecture très intrigante et ludique.

Frédérique. – Oui, j’ai eu cette même impression que toi Colette, ici c’est le néflier mais ça aurait tout aussi bien fonctionné avec une maison de famille, un lieu…

Lucie. – Ce livre m’a semblé à l’image de la vie : on ne sait pas vers quoi elle nous entraine tant que l’on a pas avancé, ni quels éléments auront finalement leur importance. La vision globale n’est possible qu’une fois que l’album est terminé. C’est effectivement un voyage dans le temps un peu vertigineux !

Frédérique. – Exactement Lucie, c’est vertigineux et ce voyage dans le temps est très émouvant.

Blandine. – Je l’ai plus ressenti comme l’inverse, un retour aux sources: « voilà d’où on vient. Voilà comment tout a commencé ». Une expérience oui, mais qui raconte quand même trois histoires parallèles : celle de la famille humaine, celle de l’arbre, et celle des oiseaux que nous voyons dans l’œuf, nourris, voler…. Mais une histoire qui peut se passer de mots… et de dates. Elles semblent être là pour nos parts cartésiennes. Cet album me fait penser à un album photo.

Isabelle. – C’est quelque chose qui m’a touchée (il y a plein de choses qui m’ont émue dans cet album). Cette manière d’imbriquer les temporalités, celle plutôt courte du nid d’oiseau, celle plus longue des vies humaines et d’une famille qui se renouvelle et celle plus longue encore d’un arbre qui s’épanouit et semble veiller sur tout ce joli monde. Cette lecture m’a donné l’impression de voir ces vies condensées, cela passe finalement vite et en même temps, cet album est dense de moments marquants !

Colette. – Et parfois le temps s’allonge comme dans ces deux pages consacrées à décembre 1960. Le même jour pluvieux. Deux pages que c’est long dans cet album ! Un moment sans doute particulièrement marquant. Et pourtant aucune naissance, aucune rencontre. De l’ennui. L’attente d’un coup de fil… J’ai adoré comment la perception subjective du temps était ainsi orchestrée, pour moi vraiment c’est brillant !!!

Isabelle. – Oui ! Peut-être mes pages préférées – aussi parce que les années 1960… Il y a aussi ce jour de décembre 2010 où un bébé s’éveille alors que juste avant, il dormait, et pendant ce temps la neige enveloppe le néflier… Les grands moments familiaux alternent avec des instants qui pourraient sembler banals, de tâches quotidiennes, de jeux, de tendresse ou même tout simplement de sommeil. Une existence, en somme.

Colette. – Vous soulignez qu’il vous a fallu plusieurs lectures pour saisir la « substantifique moelle » de cet album hors du commun : combien de fois l’avez-vous relu et pourquoi en avez-vous eu besoin ? Que recherchiez-vous, chères enquêtrices ?

Frédérique. – Je l’ai lu souvent, je ne sais plus combien, comme j’étais très touchée par ce cadeau, je voulais en profiter encore et encore.

Isabelle. – Pour ma part, j’ai pris le temps de revenir en arrière dès la première lecture parce que j’étais avec mon moussaillon et que nous avions envie de comprendre. Nous avons feuilleté dans un sens et dans l’autre les premières pages, pris le temps de reconnaître les personnages à différentes dates, de nous repérer dans la famille et dans ce jardin. Puis assez vite, nous avons trouvé nos marques et avons joué à identifier les fils conducteurs d’une époque à l’autre – par exemple les animaux domestiques. Et aussi ce qui caractérise chaque époque, comme par exemple la chambre d’ado dans les années 2000 qui ressemble un peu à celle que j’avais. Et pendant ce temps, nous ne perdions pas de vue que tout cela allait nous mener quelque part, et que nous nous demandions bien où…

Blandine. – Je l’ai lu 3 fois. Il y a eu la découverte, déstabilisatrice : le rapport images/texte. La quête de sens: rechercher les détails, saisir ce que l’album nous raconte, le regard orienté, les petits détails. La poésie, se laisser porter et laisser aller les résonances…

Colette. – Comme toi Blandine, j’ai lu cet album comme une relecture de l’histoire de la femme que j’ai identifiée comme personnage principal, un retour aux sources, là où tout a commencé et au final le début c’est quand même le jour où cette femme a semé des graines de néfliers dans le jardin de la maison familiale. Quel acte hautement symbolique ancré dans l’enfance ! Que de poésie et de philosophie, là, à portée d’images ! Et contrairement à ce qui a été dit plus haut je pense que l’album n’aurait pas la même poésie sans les dates. Les dates participent de la poésie et de l’infinie profondeur de cet album. Qu’en pensez-vous ?

Lucie. – A vrai dire une fois lancée dans la « lecture » je n’ai pas vraiment prêté attention aux dates, excepté pour vérifier le sentiment d’une époque (donné grâce aux objets évoqués plus haut), au physique des personnages… Pour moi elles ne sont pas indispensables.

Frédérique. – Pour moi les dates sont là pour nous aider à nous repérer dans le temps. La poésie de cet album est plus ancrée dans ce temps qui passe et notre œil au bout d’un moment ne fait plus attention aux dates…

Isabelle. – Je pense qu’elles sont utiles pour se repérer pour celles et ceux qui, comme nos enfants, n’ont pas forcément les clés pour décoder les indices glissés dans les illustrations. Mais personnellement, j’adore les dates. Je les retiens facilement et il me suffit d’en lire une pour déployer tout un imaginaire dans ma tête. Je lis « septembre 1997 » et je me souviens des tubes qui passaient à la radio, des vieux ordis qu’il fallait connecter à Internet à l’aide d’un modem, du parfum de l’adolescence. Je lis années 1950, années 1960, et j’ai une foule de films, de photos, d’événements qui me viennent en tête. Et puis il y a quelque chose de berçant dans cette litanie de mois et d’années qui rythment les pages. Ou dans quel sens dirais-tu que cela participe de la poésie, Colette ?

Colette. – Il me semble que la perception subjective du temps qui passe est rendue par la précision des dates : regardons cet été 1952 qui « dure » dix pages ! N’est-ce pas une manière de rendre cette intensité du moment présent caractéristique de l’enfance. Un été qui dure, qui s’étire, un été merveilleux qui nous marquera toute la vie alors qu’il n’a en réalité duré que trois mois. Un rencontre dans les années 60 et le temps s’accélère. Voici venu l’âge adulte et son rythme infernal.

Blandine. – Tu as parfaitement retranscrit ce sentiment d’élasticité du temps, qui se dilate/se rétracte, et de la perception qu’on en a. Comme ces week-ends et vacances qui passent toujours trop vite, à l’inverse des moments ennuyeux, difficiles.

Lucie. – Tu as raison, cela fait sens présenté comme cela. Je pense aussi qu’Isabelle a raison : ces dates sont nécessaires pour les enfants qui n’ont pas du tout les mêmes repères temporels que nous.

Blandine. – Les dates apportent une structure. Parfois elles sont indiquées, parfois pas. Parfois le saut dans le temps est grand, parfois pas. Celles dont on se souvient, pour de grands évènements, et parfois pour des choses « insignifiantes ». J’aime !

Colette. – Comment avez-vous imaginé le travail des autrices pour cet album ? J’ai été très surprise de voir 2 noms sur la couverture car je n’ai pas accordé beaucoup de place au texte mais en effet il y a un véritable travail d’écriture dans ce livre, une écriture implicite mais exigeante.

Isabelle. – C’est sidérant de réaliser que le texte, en fait, ne raconte qu’une histoire : celle du néflier. C’est lui qui est raconté par la narratrice. Et en fait, tout ce que donnent à voir les illustrations, ce sont des sortes de scènes secondaires qui se greffent sur cette histoire au long cours !

Colette. – Exactement Isabelle ! Comme si la véritable histoire de ce livre, comme Frédé le dit depuis le début, c’était celle de l’arbre et pas du tout des humains. Et là j’y vois tout un message philosophique implicite sur la place de l’humain dans la nature, une place toute relative..

Frédérique. – Quel texte, elle est ici cette poésie, « Au début » ce titre introductif que l’on retrouve comme une ritournelle à chaque évènement important. Ce néflier, témoin de ces scènes de vies qui se jouent devant lui.

Blandine. – En effet, le format choisi doit être précis, impactant. C’est un exercice exigeant. Il n’y a qu’une phrase que de temps en temps, polysémique, mais qui ne concerne que le néflier donc… Mais que nous rapportons certainement à nous-mêmes, humains. Cette forme nous permet de nous remettre à notre place dans la Nature, son Cycle, la Vie.

Isabelle. – J’ai perçu la même chose. Les générations vont et viennent sous le feuillage du néflier qui surplombe tranquillement tout ça. Il en a vu d’autres. Mais il y a quelque chose d’apaisant à voir que quelle que soit l’époque, les mésanges gazouillent, les fruits mûrs sont sucrés, les mouflets ont toujours joué et joueront toujours : « au début, on était enfants, et on n’a rien dit à personne. » Intemporel.

Frédérique. – C’est ce terme : intemporel qui définit parfaitement cet album tout comme cette nature qui sera toujours témoin d’une vie qui passe.

Colette. – Tout à fait ! Voilà un album qui nous invite à reconsidérer notre rapport au temps en mettant en parallèle la temporalité cyclique de la nature et l’horizontalité d’une vie humaine mais aussi à l’intérieur d’une vie humaine le ponctuel et l’intemporel. Un conte philosophique, une fable ordinaire, un album-à-voyager-dans-le-temps : voilà un livre difficile à faire rentrer dans une case !

******

Vous pouvez retrouver les avis d’Isabelle, Linda et Liraloin en suivant les liens !

Le prix ALODGA – Catégories Brindilles et Petites feuilles

Cette semaine, c’est la suite du Prix ALODGA !!! Après vous avoir dévoilé les sélections de romans, et de BD et documentaires, voici les sélections des deux dernières mentions du prix, dédiées aux albums ! Il y a ceux qui s’adressent aux tous petits et ceux qui feront de l’oeil aux (plus) grands. Le principe est toujours le même : vous parcourez les deux sélections ci-dessous et pour chacune, c’est vous qui désignez le titre lauréat par votre vote. À vos lectures, à vos votes – dès maintenant et jusqu’au 9 juin ! Les gagnants seront annoncés dans la foulée, lundi 12 juin.

******

Commençons avec la catégorie “Brindilles” qui s’intéresse à la petite enfance avec trois albums pour mettre les sens en émoi !

Catégorie Brindilles

Tout d’abord une petite merveille de poésie ! Dans cet imagier, Anne Crausaz associe chaque élément – l’air, la terre, l’eau et le feu- à nos cinq sens : sentir le feu, le voir, le toucher, l’entendre et le goûter ; sentir l’eau, la voir, la toucher, l’entendre et la goûter… Les images de cet album sont un appel à renouer avec ses sensations et à en saisir la quintessence, comme un trésor.

L’imagier des sens, Anne Crausaz, Askip, 2022.

*****

C’est à une autre promenade à travers les sens que nous invite le personnage au doux pelage de ce deuxième album, petit carré cartonné dont les pages regorgent de secrets !

Où nous emmène cette petite panthère ? C’est ce que vous découvrirez si vous osez vous laisser emporter dans son sillage, au milieu des fougères !

Petite Panthère, Chiara Raineri, Rue du monde, 2022.

L’avis d’Isabelle et de Liraloin.

*****

Tic-Tac, est-ce le bruit du cœur de maman et de son bébé battant à l’unisson ? Tic-Tac à l’image de cette première de couverture : un enfant qui s’élance sur une balançoire regardant haut dans le ciel. Cet enfant qui va grandir, de quatre pattes à la marche, du babillement au premier mot : seulement une seconde se sera écoulée. Désiré, aimé par ses parents, l’apprentissage de la vie chez le bébé s’accélère au rythme des baisers pour « mieux grandir ».

Cette histoire montre aux parents ce temps qui passe, bouscule et qui malheureusement va toujours trop vite. Tic-Tac, le doux son de cette horloge que l’enfant ne cesse de vouloir rattraper. Le texte de Corinne Dreyfus est un poème, hommage à la parentalité ponctué par des chansons si vivantes à l’image du duo d’Abracadabra Musiques.

Tic Tac, Corinne Dreyfus, Duo Abracadra Musiques, Benjamin Médias, 2022.

******

Après la sélection Brindilles, voici le trio de tête pour la catégorie “Petites Feuilles” qui célèbre nos albums préférés destinés à des lecteur.ice.s un peu plus grand.e.s !

À vous de jouer pour départager ces titres !

Quel est votre titre préféré dans la sélection "Brindilles" ?

  • Tic Tac, Corinne Dreyfus, Duo Abracadra Musiques, Benjamin Médias (82%, 106 Votes)
  • L'imagier des sens, d'Anne Crausaz, Askip (12%, 16 Votes)
  • Petite Panthère, Chiara Raineri, Rue du monde (5%, 7 Votes)

Total Voters: 129

Chargement ... Chargement ...

******

Catégorie Petites feuilles

Les deux premiers livres de notre sélection sont d’incroyables adaptations ! Tout d’abord voilà le pari osé relevé par Annelise Heurtier et Delphine Jacqot : celui d’adapter à travers un album la cruelle nouvelle de Maupassant.

La Parure, Annelise Heurtier, Delphine Jacquot, Thierry Magnier, 2022.

Retrouvez les avis d’Isabelle et de Linda.

*****

Un album à remonter le temps, ça existe ? Et oui, le voilà ! Au début n’est pas un livre comme les autres : très peu de texte, des dates qui s’égrènent au fil des pages, des couleurs incroyables, et au bout des doigts 68 ans d’une vie d’humaine, d’une vie d’arbre que l’on peut lire dans un sens puis dans l’autre.

Au début, Ramona Badescu, Julia Spiers, Les Grandes Personnes, 2022.

Les avis de Linda, d’Isabelle de Lucie et de Liraloin

*****

Tout commence dans le grenier d’une maison, une nuit. Le début idéal pour un conte initiatique pas comme les autres dont nous vous avons livré une lecture commune il y a peu et c’est par ici !

Une nuit, Grégoire Solotareff, Julien de Man, Ecole des loisirs, 2022.

Pour en savoir plus, les avis d’Isabelle et de Lucie.

À vous de jouer pour départager ces trois titres !

Quel est votre titre préféré dans la sélection "Petites feuilles" ?

  • La Parure, Annelise Heurtier, Delphine Jacquot, Thierry Magnier (74%, 49 Votes)
  • Au début, Ramona Badescu, Julia Spiers, Les Grandes Personnes (17%, 11 Votes)
  • Une nuit, Grégoire Solotareff, Julien de Man, L'Ecole des loisirs (9%, 6 Votes)

Total Voters: 66

Chargement ... Chargement ...

******

Quel album a votre préférence ? N’oubliez pas de voter dans chacune des catégories et de guetter l’annonce des lauréats le 12 juin !