Prix A l’ombre du Grand Arbre 2022 : Petites Feuilles

Comme annoncé lors de l’anniversaire de notre grand arbre, nous vous proposerons au fil de l’été notre sélection pour le prix A l’ombre du grand arbre 2022. Ainsi vous pourrez, au fil de vos lectures estivales, égrainer les petites perles de la littérature jeunesse que nous avons sélectionnées pour vous, les savourer, les humer, les caresser puis venir voter ici pour vos titres préférés ! Les votes sont ouverts à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 20 août. Les gagnants seront annoncés dans la foulée, lundi 22 août.

******

Après la sélection Brindilles présentée la semaine dernière, voici le trio de tête pour la catégorie “Petites Feuilles” qui célèbre nos albums préférés destinés à des lecteur.ice.s un peu plus grand.e.s !

******

Esther Andersen

Esther Andersen surgit comme un titre de film au doux parfum de carte postale envoyée lors des vacances. Un album sur l’été qui ne semble ne jamais finir, les premiers émois amoureux et les rencontres estivales bouleversantes. L’écriture du texte épouse parfaitement les illustrations d’où émanent une légèreté enfantine amoureuse.

Esther Andersen de Timothée de Fombelle et Irène Bonacina, Gallimard jeunesse, 2021

Retrouvez les avis de Lucie Livres d’Avril, Linda, Isabelle et Frédérique

****

Les idées sont de drôles des bestioles

Bienvenue dans le monde de l’imaginaire. Quels chemins prennent nos pensées pour construire nos idées ? Des idées qui se métamorphosent en bestioles hybrides incomplètes ou inattendues. Ici, les mots et les images permettent de restituer ce qui aurait pu être insaisissable. Un album à mettre entre les mains d’enfants qui aiment créer, inventer et attraper des idées au vol.

Les idées sont de drôles de bestioles d’Isabelle Simler, Editions Courtes et Longues, 2021

Retrouvez notre lecture commune et les avis de Lucie Livres d’Avril, Isabelle et Linda

****

Peut-être

Trébucher, rêver, être humain… Essayer, réussir… ou non ! Et si chacune et chacun avait en soi un potentiel insoupçonné ? Pas besoin d’être un super-héros pour essayer de réaliser ses rêves. Dans cet album les dessins illustrent bien la poésie d’un texte positif. Une lecture qui fait du bien aux petits comme aux grands.

Peut-être de Kobi Yamada et Gabriella Barouch, Le Lotus et l’Éléphant, 2021

Une sélection créatrice, poétique et rêveuse !

Alors, alors !

Quel est votre titre préféré dans la sélection “Petites feuilles” ?

View Results

Loading ... Loading ...

Histoires de dédicaces.

A l’ombre du grand arbre, on lit beaucoup d’histoires mais on s’en raconte aussi une multitude. L’histoire de nos vies, l’histoire de nos fulgurances et de nos ténèbres, l’histoire de nos enfants, l’histoire de nos familles. Et on se raconte aussi l’histoire de nos rencontres. Et c’est de nos rencontres littéraires qu’on voulait vous parler aujourd’hui à travers l’histoire de nos dédicaces. Tout est parti d’une discussion que nous avions eue sur un livre de Chabas que Colette avait glissé dans un swap pour Frédérique et qu’elle avait acheté sur un site de livres d’occasion. Quand elle l’avait reçu, incroyable surprise : il était dédicacé !!! Colette s’était étonnée que l’on puisse se séparer d’un livre dédicacé par un tel artiste et chacune a alors livré quelques anecdotes surprenantes !

*****

Du côté de chez Colette…

Je n’ai jamais été fan de dédicaces en fait avant de devenir maman. Avec mon mari, quand on a pensé la chambre de notre fils aîné, avant qu’il naisse, on a voulu lui créer un “mur des artistes” pour qu’il soit entouré de beauté partout où son regard neuf se poserait. Ma sœur, qui dessine beaucoup, m’avait offert une petite aquarelle me représentant enceinte avec elle à mes côtés et un doudou Totoro qu’elle avait cousu pour mon Théodore (c’était ses débuts en couture, il y a déjà 13 ans). Nous avions accroché son dessin dans la chambre de Théodore et puis on a eu l’idée d’accompagner ce dessin de croquis d’autres artistes.

Et à chaque rencontre, en librairie ou en salons du livre, nous demandions aux illustrateurs et illustratrices rencontré.e.s de faire un dessin pour “le mur des artistes” de notre fils. C’est ainsi que sur son mur, il y a désormais des dessins dédicacés de Claude Ponti (le premier !), Rebecca Dautremer, Geoffroy de Pennart, Hervé Tullet, Horne, Delphine Garcia, Marie Wabbes… Mais aussi d’une amie chère à mon cœur (des portraits de femmes inspirantes) et des aquarelles de ma sœur.

******

Du côté de chez Frédérique…

Quelques rencontres avec Timothée de Fombelle … et François Place. En février 2019, j’apprends par hasard que Timothée de Fombelle est invité dans une grande librairie de Toulon. Il est présent pour nous parler de son dernier livre qui sera un triptyque : Alma.

En attendant ce moment c’est avec beaucoup d’émotion que je l’écoute parler du travail et des recherches menés pour l’écriture de son roman. Des recherches qui l’on amené souvent à faire venir des documents de différents pays notamment des Etats-Unis. Fin de la rencontre qui aura duré une petite heure. Pas de foule immense à affronter, juste ma grande timidité.

D’ailleurs quel bonheur de le retrouver deux ans plus tard au Salon du Livre et de la Presse jeunesse de Montreuil durant une lecture dessinée avec François Place. Une lecture ponctuée d’une histoire qui a inspiré les personnages d’Alma et de son frère. Comment, Timothée de Fombelle a suivi la trace de deux enfants esclaves et retrouvé un des aïeux. Malgré l’agitation dû aux nombreuses manifestations du salon, l’assemblée était suspendue aux dessins de François Place. Voir les personnages prendre vie simplement, des gens d’une autre époque…

Et quel ne fût pas notre trouble lorsqu’une chanteuse apparaîtra pour déclamer des chants issus de cette période d’esclavage aux Etats-Unis. Des chansons pour tenir et vivre dans ces immenses champs de coton.

Du côté de chez Blandine

Ce que j’aime, ce sont les rencontres, ce petit moment suspendu partagé, que va prolonger la dédicace. Pourtant, je suis d’un naturel réservé, alors il me faut puiser un peu/beaucoup en moi pour “oser” me présenter. Passé le moment “rouge tomate”, on se confie, on s’ouvre un peu / beaucoup, et on partage autour du livre lu / en cours de lecture / ou à lire, et selon, cela peut influer sur la discussion puis sur la dédicace. Pour se transformer en beau souvenir!

Dédicaces au Festival du Livre Paris 2022

Un des plus forts souvenirs qui me restent est survenu en décembre 2012 lorsque j’ai appris le décès de Mario Ramos que j’avais eu la chance de rencontrer au Salon du Livre de Paris en mars de la même année (à la Porte de Versailles à l’époque). L’une de mes premières. Cela avait été bref (il y avait du monde) mais il prenait le temps d’échanger quelques mots avec chacun. Cette annonce m’a beaucoup touchée et peinée, et rendu ce moment encore plus précieux.

Dédicaces au Festival du Livre Paris 2022

Au Festival du Livre de Paris cette année, ce sont les potentielles dédicaces qui m’ont portée. J’y suis allée sans idée de quels auteurs y seraient et je me suis dirigée vers eux sans attente aucune, attirée par leur seule présence, un nom ou un titre reconnu, une couverture. Et cela m’a permis de découvrir des livres vers lesquels je ne serais pas allée sans, de faire de très belles rencontres et discussions avec des auteurs connus (François Roca) ou pas du tout (Astrid-Aimé), de partager des points communs ou des recommandations livresques, de connaître des histoires et de genèses de livres incroyables (tel le roman graphique “Des vivants : le réseau du musée de l’homme, 1940-42“).

Les moments forts, c’est aussi lorsque je reçois un mot d’un auteur ou d’une maison d’éditions, via les réseaux sociaux ou dans ma boîte aux lettres. Tous ces moments, vrais et virtuels, me restent au cœur et je leur suis infiniment reconnaissante <3

******

Du côté de chez Isabelle

Les dédicaces découlent de rencontres avec des auteur.ice.s. Comme je n’habite pas en France, je n’en ai pas souvent l’occasion et je trouve d’ailleurs cela un peu intimidant. Etrange aussi : on ne se connaît pas personnellement, mais écrire et lire est quelque chose d’assez intime et si on a déjà lu plusieurs livres de l’écrivain.e, on peut avoir l’impression d’avoir partagé quelque chose d’assez personnel. Mais avoir un blog donne parfois la chance de pouvoir dialoguer avec des auteur.ice.s. Beaucoup lisent les billets publiés autour de leurs titres et certain.e.s prennent le temps de réagir. Cela fait toujours immensément plaisir et donne l’impression d’être prise au sérieux par celles et ceux qui nous offrent les textes que nous aimons lire. Ils sont souvent curieux de sonder notre lecture personnelle, notre ressenti subjectif. Quelle surprise et quel bonheur quand, parfois, arrive un livre ou un dessin dédicacé par la poste !

Mon souvenir le plus sympathique, en la matière, concerne un jeune auteur-illustrateur pour lequel ma tribu avait eu un vrai coup de cœur, Cédric Philippe. Nous l’avions découvert en tant qu’illustrateur d’un roman génial d’Audren, La petite épopée des pions, qui mettait en scène des pions d’échec, le jeu préféré de mes moussaillons. Quelques mois plus tard, nous avons eu envie de lire Les fleurs sucrées des trèfles, roman publié cette fois en tant qu’illustrateur ET auteur. Le sujet de l’histoire était passionnant : la chance ! Ce roman fut l’un des plus étranges et des plus intéressants que nous avons lus : « Peut-être quelque chose à la frontière entre un conte, Alice au pays des Merveilles et un film de David Lynch ? », écrivais-je sur mon blog.

Quelques jours plus tard, Cédric Philippe m’écrivit non seulement pour me remercier pour ma chronique, mais pour demander si nous serions partants pour échanger un peu par mail sur nos impressions. Il s’intéressait particulièrement au ressenti de mes moussaillons et le cadet, qui avait particulièrement aimé le roman, accepta volontiers de répondre à quelques questions. L’échange fut fort sympathique et fut l’occasion, puisque nous aimions visiblement fréquenter les mêmes mondes littéraires, de partager des idées de lectures. Ce qui nous valut de nouveaux coups de cœur pour plusieurs romans animaliers, notamment Watership Down (un autre souvenir éblouissant) et Le vent dans les saules. Et la dédicace dans tout ça, me direz-vous ?

Et bien, figurez-vous que quelques temps plus tard, j’ai eu la surprise de recevoir par la poste ce dessin désopilant, représentant les bestioles que nous avions adorées dans Les fleurs sucrées des trèfles. Nous l’avons gardé précieusement. Je n’en reviens toujours pas de tant de gentillesse et de générosité !

******

Du côté de chez Linda…

Je n’en demande jamais, trop timide. Mais j’accompagne mes filles dans cette démarche. Leur première dédicace était de Mymi Doinet. Gabrielle y était allée avec un tome de la série “les animaux de Lou” et Juliette avec “La Tour Eiffel a des ailes”, elles étaient toutes petites encore et avaient adoré cette rencontre. Mymi avait collé des gommettes pailletées pour illustrer ses dédicaces et déjà Juliette hurlait que “c’est un truc de filles” ! Ensuite il y a eu Bertrand Santini et pour le coup nous avions eu un bel échange. Dernièrement Gabrielle a fait dédicacé Les Vigilantes par Fabien Clavel et elle espère avoir bientôt une dédicace de Valentine Goby.

******

Du coté de chez Lucie…

Plus que la dédicace, c’est la rencontre qui m’intéresse. Je vois plus la dédicace comme un petit souvenir de l’échange que comme un but en tant que tel.
Notre première dédicace, c’est Jean Claverie qui nous a prédit à mon amoureux et moi un bel avenir dans L’art des bises il y a près de 20 ans. Un joli souhait qui nous accompagne encore aujourd’hui !

Les deux dernières rencontres marquantes ont été Timothée de Fombelle, dont toute la famille est fan, et Clarisse Lochmann.
Pour le premier, mon fils avait préparé une petite boite d’éléments naturels auxquels il avait imaginé la fonction pour Tobie Lolness. Puis il lui a demandé de dédicacer son exemplaire déjà très usé par les relectures.

J’ai découvert la seconde grâce à Colette, et ça a été une évidence de lui faire dédicacer sa Passoire adorée… Ce qui l’a amenée à m’envoyer un exemplaire de Barbe Bleue dédicacé par François Roca !

Bien que n’ayant pas rencontré l’illustrateur, j’ai aimé cet échange passionné autour de la littérature jeunesse, si représentatif des attentions que nous avons les unes pour les autres sous ce bel arbre.

******

Du côté des anciennes…

Avant de partir, Pépita nous avait confié sa pratique des dédicaces :

“Ici je fais dédicacer pour mes… futurs petits-enfants ! ça plait beaucoup aux auteurs illustrateurs de voir que leurs livres iront dans les mains de futurs lecteurs ! Et moi ça me permet de me projeter dans du prochain bonheur de partages. Et ces dédicaces sont très touchantes ! Mais Covid est passé par là… et nos enfants ne se projettent plus comme parents. Mais ça peut changer ! On verra bien !”

******

Nous avons aussi eu la belle surprise de recevoir chacune de François Place une magnifique estampe de Olympe de Roquedor suite aux articles que nous lui avions consacrés (nos classiques préférés et un entretien).
Nous ne sommes toujours pas revenues de ce cadeau !

Et vous, avez-vous des histoires de dédicaces à partager ?

Billet d’été : D’Arbres en Arbres

Dernière arrivée à l’Ombre du Grand Arbre, jeune bourgeon qui souhaite devenir vieille branche, vous parler d’arbres, de feuilles et de racines, m’a semblé évident. Voici donc une sélection pour vous emmener en balade, pour découvrir des arbres d’ici et d’ailleurs, des arbres fascinants ou métaphoriques, des arbres qui suscitent de multiples émotions ou favorisent les imaginations.

Se promener en forêt, en humer les odeurs, observer les différentes ramées… et ne pas toujours les reconnaître ! Avec ces deux albums, il devient aisé d’apprendre à les différencier et nommer.

Je découvre LES ARBRES. Claire LECOEUVRE et Laurianne CHEVALIER. Circonflexe/Millepages, 2016

Après nous avoir présenté ce qu’est un arbre, ce qui le compose, comment reconnaître feuilles et fruits, les autrices nous détaillent en mots et en dessins 24 espèces que nous pouvons facilement retrouver dans nos forêts et balades : érable, if, sapin, bouleau, pommier, robinier…

Chaque arbre se voit mis à l’honneur avec informations descriptives et géographiques, sur son bois, sur son “talent caché” et son “petit secret”. Un petit pas-à-pas nous apprend à dessiner sa feuille ou son fruit.

Regarde ce que j’ai trouvé dans les bois. Moira BUTTERFIELD et Jesús VERONA. Editions Père Castor, – 2020

Cet album nous invite à suivre trois amis qui s’en vont se promener en forêt. Chemin faisant, ils observent, ramassent, comparent ce qu’ils trouvent pour nous permettre de connaître les arbres, leurs particularités et bienfaits, comme la vie qui y fourmille, au fil d’illustrations minutieusement détaillées.

L’histoire se double d’un cherche-et-trouve et s’alterne avec des pages documentaires riches d’informations dessinées sur des feuilles à petits carreaux.

Un album pour apprendre, aimer et donner envie de préserver la forêt.

Mon avis ICI.

Il y a les arbres qui nous sont familiers, et tous ces autres qui parent d’autres contrées, qui forment d’autres légendes ou traditions. Etonnants, passionnants, l’album de Nancy Guilbert et Anna Griot nous emmènent à leur rencontre.

L’Arboretum. Voyage au pays des arbres. Nancy GUILBERT et Anna GRIOT. Courtes et Longues, 2018

Par une nuit étoilée, un enfant est guidé par un oiseau à la découverte des arbres, de leurs formes, de leurs couleurs et de leurs particularités.
Servie par des mots-poèmes et des illustrations chatoyantes, cette histoire onirique se double d’un herbier que remplit l’enfant au fil de son merveilleux voyage.

Un album sensible pour découvrir, partager, respecter et être en lien avec la Nature qui nous entoure.

Mon avis ICI.

Dans le vaste et foisonnant monde des livres, les Arbres occupent toujours une place de choix, bienveillante, salvatrice et gardienne. Ils sont le symbole de l’équilibre et de la verticalité, de la vie, dans son évolution comme dans sa régénération, ce qui leur confère tant de sagesse.

Les livres dont je vous parle ci-après mettent à l’honneur cette vie, ce lien et cette transmission.

Petit-Arbre veut grandir. Nancy GUILBERT et Coralie SAUDO. Éditions Circonflexe, 2015

Dans cet album aux illustrations délicatement travaillées, nous accompagnons un arbrisseau impatient de grandir. Au fil du temps qui passe et de sa croissance, sa confiance en lui s’accroît grâce à l’enseignement du Grand-Chêne comme des animaux qui viennent le solliciter.

Un album aux mots rimés pour aborder l’estime de soi, l’appartenance au monde et le sentiment d’utilité, comme le cycle de la vie et la ronde des saisons.

Mon avis ICI.

Sous les Arbres – Un chouette Été. Dav. Les Editions de la Gouttière, 2021

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud, et dans la forêt, résonnent des cris joyeux.
Trois enfants jouent dans un plan d’eau, mais leurs bruits exaspèrent M. Hibou et M. Crapaud qui le font savoir chacun à leur manière.
Pourtant, peu à peu, chacun va s’adoucir et se souvenir.

Une petite BD au format à l’italienne, quasi muette, qui fleure bon l’enfance et sa nostalgie, comme les petits bonheurs estivaux.

Mon avis ICI.

Tobie Lolness. Timothée de FOMBELLE. Gallimard Jeunesse, 2016

Le père de Tobie Lolness a fait une découverte scientifique qu’il refuse de révéler, ayant compris combien son invention pourrait être détournée de manière néfaste pour l’Arbre, ses habitants et leur Monde.
A cause de cela, Tobie est contraint de fuir et nous le suivons dans son périple et ses découvertes.

Timothée de Fombelle nous entraîne dans un passionnant roman d’apprentissage qui entremêle aventure et écologie.
Il a créé toute une société autour de l’Arbre dont ses habitants ne mesurent que quelques millimètres de haut.
Ainsi découvre-t-on sa géographie, sa hiérarchie sociale, ses valeurs, ses croyances, ses craintes, les différents dangers, les ambitions dévorantes de certains, les comportements (humains) dans toute leur diversité, les théories quant à la nature de ces “Hommes” et à celle de l’Arbre.
L’écriture de Timothée de Fombelle s’attache au sens des mots, est immergeante et très visuelle, empreinte de poésie et de clins d’œil.

L’arbre-lit. Silène EDGAR et Gilles FRELUCHE. Éditions La Cabane Bleue, 2020

Valentine a grandi et son père décide de lui fabriquer un nouveau lit. Pour ce faire, il utilise le bois du vieux poirier malade qui se trouve dans le jardin. Lorsqu’il est fini, Valentine est heureuse de s’endormir dedans quand une voix profonde et chaleureuse la réveille doucement.

Chaque nuit, cette voix lui raconte des histoires des temps passés devenues contes et légendes, lui permettant de rencontrer différents êtres et personnages.
Mais voilà qu’un soir, l’arbre se tait. Son absence désempare le rossignol. Son silence soudain attriste l’enfant. Une larme coule de sa joue au bois de son lit. Et durant son sommeil, une branche feuillue grandit jusqu’à surplomber sa tête.
Aussitôt, Valentine la plante dans le jardin.

Depuis, chaque soir, avant d’aller dormir, Valentine conte une histoire à l’arbrisseau pour l’aider à grandir.

Voici une délicate histoire de cycle, de transmission et d’écologie, très joliment illustrée.

Pour conclure ce billet au pays des Arbres, je vous emmène là où leurs symboles prennent sens, forces et formes. Où les feuilles deviennent feuillets et pages, où grâce à eux les histoires commencent et où nous remontons le temps pour découvrir nos racines. Ainsi l’Arbre devient libre, ainsi devient-il généalogique.

archives DÉTECTIVE. Nancy GUILBERT et Anna GRIOT. Editions Courtes et Longues, 2021

Un enfant se rend avec ses parents dans le bâtiment des Archives.
Ses doigts compulsent des documents anciens, sauvegardés, enluminés, restaurés. Ses yeux découvrent des lieux, des noms, des histoires, des identités. Lui n’en recherche qu’une seule.
Au fil des pages du livre que nous tenons, lui remonte les branches du temps et d’un Arbre.

Nancy Guilbert et Anna Griot nous convient à vivre un voyage merveilleux, auréolé de mystères et de découvertes, vibrant de couleurs et de détails.
Avec délicatesse et poésie, elles nous apprennent, ou nous rappellent, toutes les professions qui entourent et font vivre les Archives.
Et nous encouragent, nous aussi, à y mener notre propre (en)quête.

Mon avis ICI.

Je vous souhaite une belle balade auprès des Arbres et des pages.
N’hésitez pas à me/nous dire quels sont vos livres adorés en rapport avec eux.
Bel été,
Blandine

Nos classiques préféré.e.s : Timothée de Fombelle

© Chloé Vollmer-Lo

******************************

Tobie Lolness, Gallimard, 2006.

Sur L’île aux trésors d’Isabelle, Tobie Lolness, premier roman de Timothée de Fombelle, est une pépite tout à fait à part. Voilà pourquoi, en dix raisons !

1 – Pour ses premières pages haletantes qui happent le lecteur en le propulsant directement dans le feu de l’action.

2 – Pour la plume unique de Timothée de Fombelle : sensuelle, imagée, belle à couper le souffle.

3 – Pour le personnage de Tobie, un millimètre et demi de clairvoyance, de courage et de débrouillardise.

4 – Pour l’intrigue magistralement construite en spirales entre présent et passé, et les questions qui font tourner les pages en retenant son souffle : pourquoi Tobie fait-il l’objet d’une traque impitoyable ? Combien de temps survivra-t-il dans cette jungle semée d’embûches et de prédateurs terrifiants ? Sur qui peut-il vraiment compter ?

5 – Pour les illustrations belles et vives de François Place qui subliment le récit.

6 – Parce que l’arbre de Tobie, c’est tout un univers, un macrocosme segmenté, des Cimes ensoleillées et convoitées, aux Basses branches humides et sauvages, en passant un écheveau de rameaux réservant mille surprises…

7 – Pour la subtilité avec laquelle les dilemmes, les choix et les contradictions des différents personnages incarnent la façon dont les périodes de tourmente politique peuvent tordre les cheminements individuels.

8 – Pour la force avec laquelle la métaphore de l’arbre éclaire notre monde, le changement climatique, les clivages sociaux, les autoritarismes, les frontières et les dérives de la science.

9 – Pour le message lumineux et porteur d’espoir du roman en forme d’hymne vibrant à la vie.

10 – Pour l’évasion, le souffle épique et une sensation grisante de liberté.

******

Céleste ma planète, Gallimard, 2009

Les 10 raisons de lire Céleste ma planète d’après Alice.

1 – Car ce n’est pas sûrement pas le titre qui vous vient à l’esprit quand on vous parle de Timothée de Fombelle.

2 – Parce que c’est un conte magique et poétique qui nous plonge dans un univers futuriste, où un monde en survie meurt à petit feu.

3 – Malheureusement, car le sujet est terriblement d’actualité.

4 – Que ce texte nous fait, une nouvelle fois, prendre conscience que nos actes sur l’environnement n’est pas une morale mais une nécessité.

5 – Mais qu’il nous invite aussi à résister et à ne pas perdre espoir.

6 – Parce que le format est court et que l’histoire se lit d’un seul trait.

7 – Et que c’est aussi une jolie histoire d’amour…

8 – Parce que la plume de Timothée est définitivement inimitable.

9 – Parce qu’il a été réédité, c’est dire l’importance de ce texte et la place évidente qu’il doit avoir dans votre bibliothèque.

10 – Bref, un livre poétique et engagé.

******

Vango (2 tomes), Gallimard Jeunesse, 2010

Les 10 raisons de lire Vango d’après Bouma :

1 – Parce que c’est un roman d’aventures qui promet de nombreuses escales à travers l’Europe et le monde ;

2 – Parce qu’il commence dans les années 1930 et se finit sous l’occupation allemande, donnant une vision intéressante de l’Histoire dans l’histoire ;

3 – Parce qu’on s’attache forcément à Vango, cet adolescent pourchassé par un passé dont il ne sait rien ;

4 – Parce que l’on ne peut s’empêcher d’imaginer dix milles raisons différentes à cette chasse et que l’on est souvent loin de la vérité imaginée par Timothée de Fombelle ;

5 – Parce qu’il y a une belle ribambelle de personnages au-delà de Vango, que l’on suit dans leurs choix et dans leur vie ;

6 – Parce que l’auteur a choisi une construction complexe, faite de multiples points de vue et de morceaux de vie choisis, dans laquelle jamais on ne se perd mais qui épaissit à merveille le mystère autour de Vango ;

7 – Parce qu’il y a un zeppelin (et pas seulement sur la couverture) ;

8 – Parce que Timothée de Fombelle montre bien comment le destin d’un homme peut lui échapper non pas à cause de ses choix mais de ceux des personnes autour de lui ;

9 – Parce que ce roman est à lire sans limite d’âge tant il promet de retomber en enfance ;

10 – Parce qu’il en existe trois versions : en deux tomes grands formats, en intégrale ou en poche, permettant ainsi de se l’offrir quelle que soit sa bourse.

******

Le Livre de Perle, Gallimard, 2014

Les 10 raisons de lire Le Livre de Perle selon Lucie.

1 – C’est avec ce livre que j’ai découvert Timothée de Fombelle et, comme un premier amour, un premier roman ne s’oublie pas.

2 – Car l’énigmatique amoncellement de coffres et de valises en couverture intrigue : où Timothée de Fombelle va-t-il encore nous emporter ?

3 – Pour l’idée tellement poétique qu’il n’y a pas de pire punition que d’être exilé dans un monde où l’on ne croit ni aux contes, ni aux fées.

4 – Parce qu’Iliån et Oliå forment un couple de héros « fombelliens » par excellence : amoureux, audacieux, courageux, gentils, travailleurs et déterminés.

5 – Pour la fabuleuse histoire d’amour par-delà le temps et l’espace,

6 – Et les clins d’œil aux contes de fées disséminés dans le texte à la manière d’une chasse au trésor.

7 – Car Timothée de Fombelle a beau avoir une écriture extrêmement poétique, ses livres font toujours écho au le réel ; et que le contexte historique de l’Occupation est évoqué en quelques phrases d’une vérité troublante.

8 – Pour le personnage de l’écrivain évoqué à la première personne du singulier qui fait du Livre de Perle un roman méta,

9 – Parce que les valises de Timothée de Fombelle sont pleines de magies, et Le Livre de Perle est une magnifique métaphore pour expliquer d’où elle vient et sa vision de la littérature.

10 – Enfin, parce que ce roman est une ode au pouvoir de l’imagination.

******

La bulle, Gallimard Jeunesse, 2015

Les 10 raisons de lire La bulle selon Linda:

  1. Parce que c’est le premier album de Timothée de Fombelle, sa première collaboration sur un projet où le texte prend moins de place que les illustrations.
  2. Parce que les illustrations d’Eloïse Scherrer ancrent profondément le récit dans l’imaginaire de l’enfance.
  3. Parce que la rencontre de ces deux artistes donne naissance à un univers magique et intriguant.
  4. Parce que la bulle est une très belle métaphore de nos peurs et angoisses les plus intimes et les plus profondes.
  5. Parce que la peur est ici portée à son paroxysme, abordant le délicat sujet de la dépression infantile, un sujet rare en littérature jeunesse.
  6. Parce que Misha prend son courage à bras le corps et affronte héroïquement ses peurs. Elle devient actrice de son bien-être.
  7. Parce que le récit mêle réalité et imaginaire avec subtilité, dégageant de la poésie et un sentiment d’espoir encourageant.
  8. Parce que le combat de Misha est une véritable aventure, une épopée fantastique digne des légendes chevaleresques.
  9. Parce que la confiance en soi est un sujet universel qui parle autant aux enfants qu’aux adultes.
  10. Parce que Timothée de Fombelle, tout simplement…

******

Les 10 raisons de lire Capitaine Rosalie selon Pépita :

  1. Parce que je vais commencer par la fin : cette lecture m’a arrachée des larmes tant elle est émouvante,
  2. Parce que lue à haute voix, et je l’ai fait plusieurs fois, la qualité du silence qu’elle provoque immanquablement vous donne des frissons, par l’émotion palpable de l’auditoire,
  3. Parce que c’est une histoire universelle : celle de l’amour d’une petite fille pour son papa absent et du souci de protection de sa maman à tout prix de cette violence du monde,
  4. Parce que Timothée de Fombelle a l’art d’amener les choses tel un peintre sur un tableau : par petites touches et la lumière vous submerge tout à la fin,
  5. Parce que les illustrations d’Isabelle Arsenault apportent juste ce qu’il faut de profondeur bouleversante et toute en symboles,
  6. Parce que rien n’arrête un enfant dans son désir de vérité et que les adultes devraient s’en souvenir plus souvent,
  7. Parce que maîtriser les mots, c’est maîtriser le monde et combien cet aspect de cette histoire m’a touchée au plus haut point car c’est exactement ce que j’ai ressenti petite fille,
  8. Parce que “Capitaine, Ô Capitaine” : il est des combats silencieux bien plus forts que ceux qui font trop de bruit,
  9. Parce que tous les secrets finissent souvent par se révéler au moment où on s’y attend le moins et que l’enfance possède une forme d’intransigeance pour ça,
  10. Parce que ce livre m’a bouleversée et que je sais pourquoi…

******

Neverland, L’Iconoclaste, 2017

Les 10 raisons de lire Neverland selon Ada :

1 – Parce que ce livre est un précieux objet littéraire non identifié : entre l’essai, le journal, le conte et le poème. Entre littérature et philosophie. Un texte. Sans étiquette. Une parole. Libre.

2 – Parce que l’auteur s’y donne un objectif qui semble inatteignable : saisir l’enfance.

3 – Parce que, justement, il y parvient. Il cerne d’infiniment près ce qu’est l’enfance en nous, ce qu’il en reste en grandissant, il trace très précisément les contours de ce territoire que nous pensions disparu mais qui affleure à chaque mouvement, à chaque souffle.

4 – Parce que l’auteur y rend à chaque page un hommage juste et sincère aux membres de sa famille qui lui ont permis de goûter son enfance pleinement : grand-père, grand-mère, père, mère, frères et sœur.

5 – Parce que ce livre est l’histoire d’une quête, une quête bouleversante, comme dans tous ses autres livres, mais cette fois en sens inverse en quelque sorte : “J’avais deviné depuis longtemps qu’un continent immense dérivait sous tous les autres et soulevait par moments nos vies, même quand on a grandi. Ces jours-là, l’enfance en fusion coule sur nos pentes ou fait trembler la terre. J’étais parti à l’aventure. Je cherchais la lisière du pays perdu. Je le reconnaîtrais à sa lumière.”

6 – Parce que c’est beau. Tellement beau que j’ai eu envie de tout noter : “Je croise souvent des résurgences de ce temps dans ma vie. L’enfance affleure. Cela peut être l’engourdissement d’une sieste, le goût des larmes. Il y a des petites incisions dans ma peau et j’y colle les lèvres.”

7 – Parce que c’est vrai : “L’enfance n’habite pas la mémoire. Elle habite notre chair et nos os, même abîmés par elle, dressés contre elles, nous sommes faits de notre enfance, adossés à ses murs sombres. Elle est tout ce qui reste à ceux dont on dit qu’ils n’en ont pas eu.”

8 – Parce que l’auteur y partage un secret d’artiste infiniment délicat : “Je n’ai jamais essayé de retenir l’enfance ou de m’y attarder. J’ai simplement voulu faire grandir l’enfant en moi, le faire progresser, en le gardant vivant. Car, malgré les promesses que me faisait ce nouveau monde, le pays adulte, il y avait quelque chose que je n’abandonnerais pas : l’envie d’inventer et de créer. C’était un serment. Je ne renoncerais pas à l’imaginaire. Je ne perdrais pas le fil. Ce serait la continuation de l’enfance par d’autres moyens, le rêve de perfectionner éternellement l’enfance.”

9 – Parce que mes copinautes ont été vraiment adorables et ont tout de suite accepté que je vous parle du seul livre de Timothée de Fombelle qui n’est clairement pas destiné à la jeunesse, témoignant une fois de plus de leur belle ouverture d’esprit 🙂

10 – Parce que ce livre me bouleverse, que je n’ai toujours pas bien compris pourquoi, mais que j’aime ça, beaucoup, être bouleversée par un texte…

******

Ce tour d’horizon confirme toute la richesse de l’oeuvre de Timothée de Fombelle ! Nous resterons avec cet auteur la semaine prochaine, avec une lecture commune de son dernier roman, Alma. En attendant, n’hésitez pas à nous dire lequel de ses livres vous a le plus marqué(e) !