De l’humour noir au rire jaune – grands lecteurs, grandes lectrices

Après la sélection sur l’humour pour les petits lecteurs, petites lectrices la semaine dernière, voici l’arc-en ciel des couleurs de l’humour pour les plus grands !

L’humour noir et l’ironie / le sarcasme

Calvin et Hobbes (22 tomes), Bill Watterson, Presses de la cité.

Comment ne pas parler de la série Calvin et Hobbes de Bill Watterson ? Dans ces bandes dessinées, l’humour noir est élevé au rang d’art.
Calvin est un petit américain de six ans qui porte sur le monde un regard acerbe. Hobbes, son tigre en peluche, prend vie quand ils sont seuls et participe activement aux bagarres, blagues et autres réflexions désespérées sur l’espèce humaine. Mordant, drôle, mais aussi plein d’humour et de réflexions pertinentes… Lucie et Blandine en sont fans.

*

La ferme des animaux, George Orwell, Le Livre de Poche Jeunesse, 2021.

Satire politique, La ferme des animaux d’Orwell utilise l’humour noir pour critiquer le régime stalinien et les états totalitaires en général. Il y dénonce notamment le pouvoir et la cruauté exercés par des tyrans. Publié pour la première fois en 1945, le récit n’a pas pris une ride et son sujet résonne encore avec le monde moderne. Le texte court et la format de fable animalière rendent la lecture accessible par les enfants dès l’âge de 10-11 ans pour les plus curieux.

L’avis de Linda, celui d’Isabelle et de Lucie. On pourra aussi lire l’avis d’Isabelle sur la version illustrée par Quentin Gréban ICI. Et l’avis de Linda et celui d’Isabelle sur l’adaptation en BD pour la jeunesse.

*

Pour Lucie, Roald Dahl est un maître incontesté dans le domaine. Que ce soit dans Matilda, La potion magique de Georges Bouillon, Les deux gredins, Un conte peut en cacher un autre ou son autobiographie Moi, Boy, l’auteur anglais a le chic pour croquer d’affreux personnages. On adore les détester et on rit, tellement !, de leurs mésaventures.

Retrouvez aussi les avis de Linda, Blandine, Isabelle sur ce génie de l’humour.

*

Les Willoughby : un roman abominablement écrit et ignominieusement illustré par l’autrice, Loïs Lowry – Ecole des loisirs, 2010 pour la première édition, 2019 pour l’édition collector

Les Willoughby ne sont pas une famille attachante. Les parents sont particulièrement odieux et les enfants sont agaçants. Cependant, ils ont tous un point commun : ils ne s’aiment pas. Alors c’est tout naturellement qu’un bébé abandonné sur leur perron se retrouve vite expédié chez le voisin, Mr Melanoff, un veuf inconsolable vivant dans une énorme maison-taudis !Le sort va-t-il s’acharner contre ce bébé ? De quels horribles moyens les enfants vont-ils user afin de se débarrasser de leurs parents et vice versa ?

L’ambiance de cette histoire a plongé Liraloin dans les romans de Roald Dahl mais aussi dans celle de Nanny McPhee. Tout va très vite et les évènements s’enchaînent un peu comme au théâtre. Les situations sont souvent loufoques et chaque personnage fait avancer l’histoire de manière maladroite. Une bonne dose d’humour noir et malgré tout, les ondes positives rayonnent dans ce roman farfelu.

*

Monstre effrayant avide de chair d’enfant, le Yark est aussi… un animal en voie d’extinction. C’est que la pauvre bête a l’estomac fragile et ne digère que les enfants sages. Cette créature pleine de scrupules préférerait mille fois se nourrir de gamins insupportables, elle n’a pas vraiment le choix. Comme beaucoup, donc, le Yark regrette amèrement les enfants bien élevés, propres et innocents de jadis et désespère de trouver de quoi se mettre sous la dent… Tout est génial dans cet album qui s’impose déjà comme un classique : l’objet livre est magnifique (encore plus la réédition de 2021), la couverture et les illustrations (signées Laurent Gapaillard) de toute beauté, les rimes audacieuses, les péripéties à hurler de rire. Incontournable dans une sélection sur l’humour !

Le Yark, de Bertrand Santini, illustré par Laurent Gapaillard. Grasset Jeunesse, 2011 (réédité en 2021).

L’avis d’Isabelle et de Linda

******

L’humour burlesque, le comique de situation

La souris et le voleur de Jihad Darwiche & Christian Voltz – Didier jeunesse, collection : A petits petons, 2002

Tout commence par un gros ménage de printemps chez la souris. Sous cette poussière, un p’tit trésor : un sou ! Alors, “Elle court chez le boucher. Elle lui donne sa pièce et revient chez elle avec un beau morceau de viande.” Notre souris, économe, décide que la moitié qui ne sera pas mangée régalera son p’tit bidon le lendemain. Malheureusement la nuit s’achève sur un réveil colérique : un voleur lui a piqué sa gourmandise. Elle va vite raconter ses malheurs au juge qui lui dicte cette drôle de formule-magique-spéciale destinée au voleur trop goulu : “Rentre dans ta maison. Mets du caca dans une assiette, pose l’assiette sur l’étagère, plante des clous à l’envers dans le mur, mets un serpent dans la bassine d’eau, cache un âne derrière la porte, accroche un coq au plafond et dors tranquille.” Bon s’il en est ainsi, allons-y! Alors quoi, vous ne devinez pas la suite….

Cette histoire est vraiment très drôle à lire et surtout à raconter (parole de pro du livre : les enfants aiment les histoires de caca). Le comique de répétition fonctionne à merveille. Le passage où notre pauvre voleur tombe sur tous les pièges laissés par la souris sont à mourir de rire. Les illustrations de Christian Voltz y sont pour beaucoup. Il alterne papier découpé et matériel de récupération donnant des expressions si farfelues aux personnages.

*

Le journal de Gurty (10 tomes), Bertrand Santini, Sarbacane, 2015.

A-t-on encore besoin de présenter Gurty, l’adorable petite chienne de Bertrand Santini ? Les enfants adorent lire son journal et ses réflexions sur la vie, le quotidien, son maître et ses rencontres. Le regard qu’elle porte sur son environnement (très premier degré) est hilarant !

Retrouvez les avis de Blandine, Lucie, Linda et Isabelle.

*

C’est qu’ils passeraient presque inaperçus, dans leur tranquille banlieue londonienne… Une famille qui déborderait certes d’énergie, dont les membres pourraient bien paraître un peu plus velus et dentus que la moyenne, mais alors vraiment en y regardant de près… La seule chose qui pourrait bien les trahir, c’est leur propension irrépressible à hurler de rire à la moindre occasion. Car oui, mais que cela reste entre nous, hein ! La vérité, c’est que les Zarnak sont une famille de hyènes ! Il souffle sur ce roman une loufoquerie toute britannique. Les péripéties des Zarnaks qui peinent à ne pas attirer l’attention, le comique de situation et les blagues intempestives de M. Zarnak sont désopilants. Et sur le mode du rire, ce roman invite à la réflexion sur les stéréotypes (car voyez-vous, les hyènes ne sont bien vues ni des hommes, ni des autres animaux), l’aliénation des humains passée au révélateur du regard des hyènes, leurs liens avec le monde animal, l’anticonformisme et la valeur de la tolérance. On en redemande !

Les Zarnak, de Julian Clary, illustré par David Roberts. abc melody, 2016.

L’avis complet d’Isabelle

*

Comment résister au bouc Cornebique, gaillard tout en jambes, doté d’un don pour le banjo, d’un solide appétit, d’une bonne dose d’auto-ironie et d’un cœur tendre à souhait ? Ravagé par un chagrin d’amour, notre héros se résout à quitter le pays des boucs, pourtant si sympathique. Il est loin d’imaginer les rencontres et les aventures extraordinaires que lui réserve cette ballade à travers le vaste monde… Jean-Claude Mourlevat est un conteur incroyable et la magie opère immédiatement : difficile de reposer le livre, une fois ouvert. Les dialogues sont mémorables, les frasques de Cornebique hilarants. Vous aimez la fête, la musique folk, les courses-poursuites et les concours en tous genres ? Ce livre est fait pour vous !

La ballade de Cornebique, de Jean-Claude Mourlevat. Folio Junior, 2003.

Les avis de Lucie et d’Isabelle

******

L’humour par l’absurde et le farfelu

Cochon-Neige, Vincent Malone, Seuil Jeunesse, 2004.

Cochon Neige est une réécriture de Blanche-Neige… avec un cochon dans le rôle-titre. Ce point de départ donne une assez bonne idée de la folie de Vincent Malone qui, non content d’offrir à son lecteur une parodie enlevée, multiplie les notes de bas de page toutes plus tordantes les unes que les autres.

L’avis de Lucie.

*

En colère, la petite Jo s’enfonce dans la forêt et emboite le pas à de curieuses petites créatures bavardes, quitte à entrer dans un tunnel obscur… pour déboucher dans un monde où souffle un vent de fantaisie, une sorte de quatrième dimension où l’univers des contes percuterait celui des années 1970. On y croise de petits enfants aux oreilles de chats côtoyer un cyclope en Birkenstocks et un crocodile en blouson de cuir, sous la direction musclée d’un renard mal léché. Tout ce petit monde a décidé de s’élever contre le despote qui terrorise le pays. Ce dernier organise justement un bal costumé : notre fine équipe ne devrait pas avoir de mal à s’infiltrer dans sa forteresse… Ce n’est pas une BD d’humour à proprement parler, mais elle fait beaucoup rire, par la malice du trait de Camille Jourdy, les clins d’oeil qui fourmillent un peu partout, les dialogues mêlant savoureusement l’ironie et l’absurde.

Les Vermeilles, de Camille Jourdy, Actes Sud, 2019.

L’avis d’Isabelle

*

Un enfant fait une rencontre extraordinaire : celle de Karlsson, petit bonhomme à la langue bien pendue, sûr de lui, débordant d’idées et d’imagination, et doté d’une hélice lui permettant de voler et de rejoindre sa petite maison… sur le toit de l’immeuble ! Le quotidien prend alors un tour inattendu. Karlsson se laisse complètement aller au jeu, expérimente tout ce qui lui passe par la tête sans tabou, se vante et ment sans vergogne, s’empiffre de sucreries, ne partage pas ses bonbons mais aime à jouer les justiciers… ravissant les petits lecteurs qui aimeraient parfois pouvoir se conduire ainsi. Les répliques du bonhomme (« Du calme, pas de panique ! » ou « Tout ça c’est purement matériel » quand il a détruit quelque chose…) sont vraiment cultes. Un classique suédois porté par l’humour d’Astrid Lindgren.

Karlsson sur le toit, d’Astrid Lindgren. Le Livre de Poche, 1955.

L’avis complet d’Isabelle

******

Les jeux de mots et l’humour par les mots

Histoires comme ça, Rudyard Kipling, Milan jeunesse, 2009.

Rudyard Kipling est un magicien des mots. Si son roman le plus célèbre est le Livre de la Jungle, ses Histoires comme ça sont un monument d’humour.
Jeux de mots, comique de répétition, comique de situation… Ecrit pour sa fille, qu’il interpelle régulièrement dans les nouvelles, ces contes des origines publiés en 1902 n’ont pas pris une ride et sont devenus incontournables chez Lucie !

Son avis complet ICI.

*

Comme Isabelle, Blandine, Linda et Frédérique, Lucie est séduite par la plume pleine de fantaisie de Flore Vesco. Depuis De cape et de mots jusqu’à D’Or et d’Oreillers, en passant par L’Estrange Malaventure de Mirella, l’auteure, véritable virtuose de la langue, joue avec le vocabulaire et les sonorités. Ses romans sont à la fois délicieux et pleins d’humour.

******

Et vous, quels auteurs vous font rire ? N’hésitez pas à partager vos coups de cœur !

De l’humour noir au rire jaune – petits lecteurs, petites lectrices

Le mois d’avril, ses poissons et ses farces nous ont donné envie de vous proposer une sélection autour de l’humour ! Riche thématique, que nous avons pensée comme un arc-en ciel des couleurs de l’humour, et en deux temps : petits lecteurs, petites lectrices aujourd’hui ; grands lecteurs, grandes lectrices lundi prochain.

******

L’humour burlesque et le comique de situation

Je mange, je dors, je me gratte, je suis un wombat, Jackie French, illustrations de Bruce Whatley, Albin MIchel, 2007.

Je mange, je dors, je me gratte, je suis un wombat est devenu un grand classique chez Lucie. Car si Jackie French se “contente” de relater la journée d’un wombat à la manière d’un journal, les illustrations de Bruce Whatley apportent un tout autre sens au texte, pour le plus grand plaisir des jeunes lecteurs !

Son avis complet ICI.

*

Essayez un peu de faire faire la course à des escargots ! Une chose est sûre : rien ne se passera comme prévu. Et on va bien rigoler. L’un ne peut s’empêcher de faire halte devant un cageot de salade, l’autre se trompe de route quand un autre encore creuse un trou… C’est un vrai plaisir de suivre ces escargots en pâte à modeler, photographiés dans des décors naturels que l’on redécouvre à hauteur de gastéropode. Et la chute est très bien trouvée. À lire à voix haute en prenant la voix d’un commentateur sportif !

L’avis d’Isabelle

*

Mina, Matthew Forsythe, Little Urban, 2021.

Mina est un album pour toute la famille dans lequel Matthew Forsythe s’amuse avec son lecteur dans un jeu de dupes compréhensible à tout âge. Le comique de situation se met en place dès les premières pages par l’intermédiaire de la fantaisie d’un papa aventurier qui n’aime rien tant que ramener les choses les plus farfelues chez lui.

Les avis complets de Linda, et d’Isabelle.

*

La boîte des papas, Alain Le Saux, école des loisirs, 2009.

D’autres livres qui mettent les papas à l’honneur dans des situations souvent à leur désavantage, sont ceux qui composent le coffret La Boîte des papas d’Alain Le Saux. On y suit les aventures quotidiennes d’un papa qui enchaîne les bourdes et les maladresses. Un régal à mettre en voix avec nos plus jeunes lecteurs et nos plus jeunes lectrices.

L’avis de Colette par là !

******

L’humour par l’absurde et le farfelu

Le livre le plus génial que j’ai jamais lu…, Christian Voltz, L’école des loisirs, 2008.

Si l’humour de Christian Voltz fait toujours mouche, Lucie adore les commentaires du petit personnage grognon qui interrompt sans cesse Le livre le plus génial que j’ai jamais lu. Le titre, la dédicace, la typographie, l’histoire… Il formule des remarques sur absolument tout et passe son temps à râler. Jusqu’à ce qu’il s’exclame finalement “Hééé ! C’est vraiment le livre le plus génial que j’ai jamais lu !”
Que s’est-il passé ? A vous de le découvrir !

Son avis complet ICI.

*

Gloups (histoire vraie), de Judith Chomel, Atelier du Poisson soluble, 2021.

Un moment d’inattention et GLOUPS ! Lili avale le précieux boulon qu’elle venait de ramasser. Que va-t-il se passer ? Son imagination se met aussitôt en branle, mais elle est loin (et nous avec) de pressentir ce qui l’attend… Cette histoire est complètement loufoque, captivante et magnifiquement mise en image. Chaque page est un vrai cabinet de curiosités, digne de la collection d’une chercheuse de trésors chevronnée : sur fond de tapisseries vintage, Judith Chomel entremêle joyeusement des photomontages faisant la part belle à des antiquités toutes plus rigolotes les unes que les autres (mais où les a-t-elle dénichées ?) et des dessins qui insufflent au récit la touche de fantaisie qui fait le sel des récits enfantins. C’est hyper réjouissant, intense comme les mômes vivent les choses.

L’avis d’Isabelle

Et cela fait parfaitement la transition vers la catégorie suivante qui est…

******

L’humour pipi-caca

Cet humour, universel, fait rire aux larmes les petits comme les grands.

Ni vu ni connu de Michaël Escoffier & Kris Di Giacomo, Editions Frimousse, collection : Maxi’Boum, 2009

Léon est un caméléon un peu gourmand et après une bonne sieste digestive, une belle envie de caca ne se fait pas attendre. Mais comment s’essuyer correctement et proprement lorsque le rouleau de papier toilette est vide ? « Tiens cette vieille culotte devrait faire l’affaire » après tout elle semble bien abandonnée… sauf que quelques temps après « Léon se sent tout bizarre ». N’aurait-il pas un petit souci avec sa conscience ?

Léon, le caca c’est son affaire mais attention à ne pas subtiliser ce qui ne lui appartient pas pour son propre contentement. Ici l’humour « pipi caca » sert d’amorce à un message plus fort : celui de respecter la propriété d’autrui. Le lecteur se régale de la trombine de Léon scrutant les environs pour comprendre et tenter de voir « sa conscience ». La chute est vraiment excellente. A lire, relire et faire découvrir !

*

Kiki King de la banquise fait caca de Vincent Malone & Jean-Louis Cornalba – Editions du Seuil, collection : l’Ours qui pète, 2013

Kiki est coincé sur sa mini banquise, l’auteur le croise alors que lui-même traverse « l’océan arctique aller-retour en canoë-kayak sans rames et sans escales pour une marque de camembert au lait cru… ». Kiki semble tenir le coup tout seul tandis qu’un étrange ballet sous-marin se joue. En effet, des requins « curieux en arctique » tournent autour de lui. Qu’attendent-ils et surtout pourquoi Kiki est tout crispé ? Est-ce la peur qui lui donne ce teint tout cramoisi ?

Les squales sont-ils crottivores ? Découvrez-le en lisant ce titre de la série Kiki. Tout le monde y va de son propre commentaire concernant l’état de Kiki. L’attaque imminente des requins à la mine patibulaire se fait sentir. Pauvre Kiki, personne ne le laisse tranquillement faire son affaire « faudrait des bouquins qui ferment à clef. »

*

De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, Werner Holzwarth, Wolf Elbruch, Milan, 1999.

Dans cette catégorie, pour nos tout-petits, il y a un album incontournable : De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête de Wolf Erlbruch et Werner Holzwarth. On y suit une petite taupe qui mène l’enquête pour savoir qui lui a fait caca sur la tête. La voilà qui interroge une ribambelle d’animaux alentour et chacun, pour témoigner de sa bonne foi, lui montre à quoi ressemble ses crottes. Il y a un petit côté apprenti naturaliste dans cette recherche des traces et l’humour à la pédagogie mêlé forment un cocktail détonnant.

******

L’ironie et l’humour noir

Pas toujours évident de manier l’ironie, le second degré, voire le sarcasme avec des tous petits ! Et pourtant, il n’y a pas d’âge pour commencer. La preuve : cet imagier qui annonce une trottinette et illustre une pomme. Puis décrit une saucisse alors que ce que l’on voit, c’est clairement… un véhicule. Complètement Toc-Toc et hilarant, pour les enfants qui connaissent déjà le sens des mots et saisissent le décalage.

L’imagier toc-toc, d’Edouard Manceau, Milan, 2018.

*

Avec Triangle, Mac Barnett et Jon Klassen signent un album inattendu et désopilant ! Une histoire d’arroseur arrosé où Triangle, habitant des contrées triangulaires, joue un tour à Carré. Le dessin minimaliste est follement expressif. Et sur le mode de la fable, l’album raille l’aspiration à ne côtoyer que ses semblables et peut donc être lu comme une ode aux échanges et métissages.

Triangle, de Mac Barnett et Jon Klassen, L’école des loisirs, 2018.

L’avis d’Isabelle

*

Regarde par la fenêtre, de Katerina Gorelik. Saltimbanque, 2021.

Admettez-le : difficile de résister à l’envie de glisser un regard curieux par une fenêtre ajourée. À partir de là, l’imagination peut s’emballer ! Mais attention, gardez à l’esprit que la façade peut être redoutablement trompeuse… Quel amusement de voir la réalité se révéler à mille lieux des apparences ! Regarde par la fenêtre a un charme vintage irrésistible, mais ne vous y trompez pas là non plus, tout cela est baigné d’une bonne dose d’ironie et d’humour noir. Isabelle et ses moussaillons ont eu un vrai coup de coeur pour les illustrations de Katerina Gorelik, ses clins d’œil décalés aux contes et son invitation malicieuse à ne pas juger à l’emporte-pièce.

L’avis d’Isabelle

******

Les jeux de mots et l’humour par les mots

Un album à tirettes que Colette a encore plaisir à lire avec ses Petits-Pilotes devenus grands, c’est Un jour à la maison d’Alain Pichlak et Elodie Durand. Les auteur.e.s y jouent avec les mots pour notre plus grand plaisir : grâce à un ingénieux système de tirettes, les lettres bougent sur la page et par la magie de la substitution, de drôles de jeux de mots viennent chatouiller notre imaginaire.

Un jour à la maison d’Alain Pichlak et Elodie Durand, De La Martinière jeunesse.

Son avis complet ici.

*

Claude Ponti est un roi de l’humour – et de l’humour par les mots en particulier. Un maître des jeux sur les sonorités des mots et des noms qu’il invente avec une imagination et une malice sans borne. Dans Ma Vallée, par exemple, les frères du narrateur s’appellent Olie-Boulie ou Fouchtri-Fouchtra. Et que dire des inventions géniales, comme la Balanquette – combinaison de balançoire et de banquette à laquelle il fallait décidément penser ! Cette histoire pourrait n’avoir aucun sens (ce qui n’est pas le cas, grâce à elle, vous saurez tout de l’univers des Touims), elle resterait jubilatoire pour cette drôle de musique qui résonne comme une comptine et qui ravit les enfants.

Ma vallée, de Claude Ponti. L’école des loisirs, 1998.

L’avis d’Isabelle

*

La série des P’tites poules pourrait entrer dans plusieurs catégories. Elle comporte d’ailleurs différents niveaux de lecture qui sauront amuser tant les enfant que leurs parents. Jeux de mots, comique de situation, références historiques, mythologiques, littéraires… Il y en a pour tous les goûts. La présentation des auteurs est à elle seule un monument.

Les p’tites poules (18 tomes), Christian Jolibois et Christian Heinrich, Pocket Jeunesse, 2005.

******

En attendant notre sélection consacrée au plus grands la semaine prochaine, racontez nous : de quel humour êtes-vous les plus friands ? Quel album vous fait rire aux éclats ?

Nos coups de cœur de février

Le printemps approche et les premiers bourgeons apparaissent déjà. Sous le soleil de février, découvrez les livres qui ont fait vibrer les blogueuses du Grand arbre !

******

Lucie a lu un certain nombre de romans et d’albums de François Place pour la préparation de l’article qui lui est consacré dans la rubrique “nos classiques préférés” et son interview. Et elle a eu un énorme coup de cœur pour Le vieux fou de dessin. Ce texte illustré consacré à Katsushika Hokusai aborde de thème de la transmission et d’une certaine vision de l’art. Dans le Japon du XIXème siècle, les illustrations de François Place se mêlent avec bonheur aux reproductions des estampes de l’artiste.

Le vieux fou de dessin, François Place, Gallimard Jeunesse, 2001.

Retrouvez les avis de Lucie et de Blandine.

******

Dans le même temps, Lucie a trouvé la lecture du troisième et dernier tome de la saga Steam Sailors particulièrement réjouissante. Pourtant, qu’il est difficile de mettre un point final à une épopée si créative, de conclure les fils narratifs patiemment tissés et de combler les attentes des lecteurs ! E. S. Green y parvient, et avec brio.

Steam Sailors, 3. Le passeur d’âmes, E. S. Green, Gulf Stream éditeur, 2021.

Retrouvez les avis de Linda, Isabelle et Lucie.

******

Pour Linda, les belles lectures ont été nombreuses en février et il n’a pas été facile de faire un choix. Très attachée à l’image, elle a mis l’accent sur les lectures de romans illustrés, mais c’est Kodi qui se démarque par son format. Ce roman graphique américain est l’œuvre de Jared Cullum, un artiste inconnu jusqu’alors en France. Son histoire est celle d’une rencontre entre une fillette introvertie et un ours kodiak solitaire qui deviennent amis et inséparables. Lorsqu’ils sont contraints de se séparer, Kodi quitte son Alsaka natal pour la ville de Seattle à la recherche de sa jeune amie humaine. C’est une histoire tendre et touchante à découvrir pour la beauté du trait et la richesse des émotions.

Kodi de Jared Cullum, Komics Initiative, 2021.

Son avis complet est ICI.

******

Et parce qu’il serait impossible de parler d’importance de l’image sans mettre en avant le travail du studio MinaLima, Linda a aussi eu un énorme coup de cœur pour leur adaptation illustrée et animée de Harry Potter à l’école des Sorciers. Redécouvrir le texte dans ce format richement décoré et valorisé par une édition de qualité fut un plaisir indescriptible. Il faut bien avouer que c’est une édition faite pour le collectionneur, sa fragilité n’en fait pas un livre que l’on peut feuilleter sans précaution mais elle rend la lecture jouissive.

Harry Potter à l’école des Sorciers, de J.K. Rowling, illustré par MinaLime, Gallimard jeunesse, 20220.

Son avis complet est ICI.

******

Pour Liraloin, le coup de cœur est pour un roman ado pas comme les autres. Il s’agit du titre Les derniers des branleurs de Vincent Mondiot.

Un roman où la vie se passe, s’expérimente et les où les connexions sociales ne sont pas toujours simples. Ce groupe d’ados qui va tenter d’analyser cette année de terminale et le chemin qui s’ouvre vers le monde des adultes. Rien ne va jamais très loin dans leurs réflexions mais c’est leur façon à eux de ressentir la vie, vivre l’amitié et l’amour en cette année si particulière. Un roman au ton et à l’humour bien tranchant qui rend cette histoire très juste.

Les derniers des branleurs de Vincent Mondiot, Actes sud junior, 2020

Son avis complet est ici.

******

Isabelle et ses moussaillons ont eu soif de merveilleux en ce mois de février. Alors ils ont adoré s’attacher, avec le jeune Jack, à un cochon en peluche délavé et rapiécé, puis le rechercher désespérément – quitte à devoir pour cela se rendre au pays des Choses perdues en compagnie d’un contrariant Cochon de Noël… Cette intéressante contrée nous donne à réfléchir à tout ce qui peut se perdre et, dans la masse, à ce qui revêt plus ou moins de valeur dans notre monde consumériste où les choses se jettent et se remplacent en un clin d’œil. Des objets utiles ou superflus, à valeur sentimentale ou absolument vitale. Mais aussi des principes. Ou l’inspiration. C’est malin et inventif, drôle et acéré.

Jack & la Grande aventure du Cochon de Noël, de J.K. Rowling, illustrations de Jim Field. Gallimard Jeunesse, 2021.

Les avis d’Isabelle, Blandine, Linda et Lucie.

******

Et en album, l’équipage de L’île aux trésors a craqué pour Mina, une souris casanière qui n’aime rien tant que sa petite bulle douillette. Ce qu’elle apprécie moins, c’est l’énergie bruyante de son baroudeur de père. Les choses se corsent le jour où il ramène ce qui serait d’après lui un écureuil… Au premier coup d’œil, on reconnaît avec plaisir le coup de crayon, la palette de couleurs chatoyante, l’univers et le bestiaire bien à lui de Matthew Forsythe. Impossible de résister à la douce fantaisie qui règne sur l’histoire et les dialogues. Ces pages laissent sur la rétine une agréable impression, un assouvissement né des couleurs fauvistes et du confort de ce petit monde de souris. Divertissant, plein d’imagination, tout simplement splendide.

Mina, de Matthew Forsythe, Little Urban, 2022.

******

Colette a enfin pris le temps de partager avec ses Petits-Pilotes le bel album Destins d’aventurières offert par Aude, sa work wife for ever, qui dresse le portait de 16 femmes hors du commun. Un album pour découvrir de nouveaux horizons et explorer le monde avec curiosité et enthousiasme. Un album qui pourra être mis à l’honneur demain pour la Journée internationale des droits des femmes.

Destins d’aventurières, Lucie Birba, Editions du trésor, 2020.

Et pour celles et ceux qui chercheraient d’autres livres sur ce sujet, n’hésitez pas à faire un tour sur notre article de l’année dernière dédiées aux femmes combattantes, inspirantes, innovantes : girl power !

******

En parlant de destin féminin, Blandine a eu un grand coup de cœur pour la biographie d’Alice Guy, réalisée par Catel et Bocquet.

Alice Guy. Catel & Bocquet. Casterman, 2021

Pionnière du cinéma, Alice Guy l’a inventé! Pas l’outil, mais bien la faculté qu’a le cinéma à nous transporter dans des ailleurs, à nous raconter des histoires à nous faire rire, etc. Alors que le tournant du XIXe-XXe siècle foisonne d’inventions, Alice Guy se fait une place dans un monde résolument masculin. Pourtant, son nom a été effacé. Découvrez pourquoi dans cette passionnante biographie!

La présentation complète de Blandine ICI

******

“Plus y a de musique dans le monde, et moins il est vide” a dit Ma Rainey, la “Mère du Blues” et avec ce petit album documentaire qui nous présente 40 chanteurs et groupes, le monde vibre, chante, danse, et s’émeut.

Black Music. Olivier CACHIN et Jérôme MASI. Gallimard Jeunesse, 2017

De la soul, au blues, au funk, au rock et jusqu’au hip-hop, “40 artistes de la musique noire” et si universelle nous sont présentés entre succès, influences et anecdotes. Et c’est passionnant! Le petit plus: avoir une application musicale à portée de main pour prolonger les (re)découvertes!

La chronique complète de Blandine LA

******

Isabelle et ses Moussaillons ont suivi Jack et le Cochon de Noël, Blandine a été voir si L’Ickabog existait, ou pas…

L’Ickabog. J.K. ROWLING. Gallimard Jeunesse, 2020

Une créature que l’on dit malfaisante et terrible, vivant dans des contrées éloignées, nourrissant histoires et légendes, une expédition qui tourne court et mal… et voilà comment les deux conseillers du roi Fred Sans Effroi ont fait mainmise sur le pouvoir du Royaume fort joli et prospère de la Cornucopia. L’Ickabog est un conte politique sur les abus de pouvoir, les manipulations et mensonges qui abusent et assujettissent le peuple, pour lui faire croire à un danger contre lequel il faut absolument se prémunir, moyennant impôts et mesures liberticides. Un conte très riche, servi par une écriture très visuelle et immersive, brillamment traduit par Clémentine Beauvais.

Les avis de Blandine, d’Isabelle, de Lucie

******

Et vous, qu’avez-vous lu de beau ces dernières semaines ?

Entretien avec François Place

Lire François Place, c’est accepter d’entrer dans un univers souvent merveilleux, pour partir dans un périple où le chemin sera éclairé de rencontres. Les valeurs humanistes portées par cet auteur nous touchent profondément.

Cela fait déjà quelques temps que nous souhaitions poser à François Place les questions que la lecture de ses albums et de ses romans ne manquaient jamais de nous inspirer. Ses romans, véritables invitations au voyage ; ses albums aux illustrations foisonnantes, ou ses collaborations avec des auteurs prestigieux, ont toujours su nous séduire. Et nous inviter à découvrir ses autres créations.
C’est finalement la préparation de l’article consacré à nos classiques préférés de cet auteur qui nous a poussées à nous lancer. Et quel plaisir de voir notre (très) grande curiosité satisfaite par cet artiste aux multiples talents !

source : francois-place.fr

François Place, en tant qu’auteur, vous écrivez des romans et des albums, vous êtes aussi illustrateur de romans, de documentaires et vous avez même écrit un atlas de pays imaginaires. D’où vient cet aspect « touche à tout » ? Avez-vous une préférence pour un genre particulier ?

Lorsque j’ai commencé comme illustrateur, j’ai illustré plusieurs livres documentaires sur la “découverte du monde” chez Gallimard jeunesse. Ces livres demandaient d’explorer la littérature de voyage et toute une iconographie spécifique : cartographie, bestiaires, atlas de plantes, paysages et relevés de côtes, etc. Et toutes ces formes, pourtant très différentes, me donnaient la même envie de dessiner. Et puis, en littérature, je ne suis pas non plus très “fixé”. J’aime autant les contes que les romans ou la poésie. J’ai du mal à suivre un seul sillon.

Atlas des géographies d’Orbae, François Place, Gallimard jeunesse, 2015.

Justement, de quelle manière s’articule votre travail comme auteur avec celui d’illustrateur ? Est-ce qu’un projet nourrit celui qui suit ? 

C’est assez variable. Souvent, je mène plusieurs projets en même temps, avec des pistes plus ou moins ouvertes, des notes qui aboutiront (ou pas)  à quelque chose de plus construit. Mais régulièrement, il faut entrer dans un projet “concret”, avec un texte et un format définis, des délais à respecter, un travail à effectuer au quotidien. Je passe de périodes de réalisation, denses et concentrées, à d’autres plus relâchées, pour des recherches “flottantes”. Quant aux projets eux-mêmes, ils peuvent être à l’initiative de l’éditeur, quand j’illustre un auteur, ou venir de moi. Et dans ce cas, il est bien difficile d’en établir la généalogie. Cela peut venir d’un dessin, d’une lecture qui remonte parfois à des années, d’une envie…

A propos de lecture, avez-vous des « livres de chevet » ? 

En ce moment je lis les livres de Baptiste Morizot et de Vintiane Despret sur les rapports entre les êtres humains et les animaux.

Vos livres s’inscrivent souvent dans des décors historiques (le XIXe siècle ou avant) et/ou sur des terres lointaines habitées par des peuples parfois imaginaires. D’où vient ce goût pour l’exotisme ? Ces mondes-là seraient-ils plus propices aux aventures ?

Je ne sais pas d’où vient cette difficulté à parler de mon environnement immédiat. Un décalage dans le temps ou dans l’espace constitue une bulle, un espace où toutes les situations deviennent envisageables. Ce décalage m’a permis de développer ce qui me séduisait dans la lecture de récits de voyages anciens : une force d’émerveillement intacte, presque naïve, devant un monde beaucoup plus vaste, avec des régions si lointaines et si mystérieuses qu’elles paraissaient inaccessibles.

Le prince bégayant, François Place, Gallimard jeunesse, 2006.

Des voyages réels inspirent-ils vos albums ou chacun de vos livres est-il le fruit de voyages imaginaires ?

Un voyage au Japon a conforté l’histoire que j’avais écrite à partir de la figure du dessinateur japonais Hokusaï (Le vieux fou de dessin). Mais, à part cet exemple, je n’ai jamais écrit d’histoire sortie de mes expériences de voyages. Sans doute parce que ces derniers, le plus souvent à but professionnel, ont été trop rapides. Je crois que je ferais un mauvais reporter.

Le vieux fou de dessin, François Place, Gallimard jeunesse, 2001.

Pourtant, le merveilleux n’empêche pas une réflexion sur le monde contemporain, et notamment un message de tolérance, de respect et d’ouverture. Est-ce conscient ou est-ce que ces éléments surgissent spontanément ?

Je lis un peu de tout : de la littérature, mais aussi des essais actuels sur l’anthropologie, l’histoire des sciences, l’histoire contemporaine ou politique. Je passe rarement une journée sans consulter la presse écrite. Ces allers-retours entre la réflexion et la rêverie imaginative me sont indispensables. J’en ai besoin pour avancer dans mon travail et pour ma vie personnelle. J’imagine que cela nourrit certains des thèmes qui me sont chers : les rencontres, la parole, l’écriture, la transmission.

Rois et reines de Babel, François Place, Gallimard jeunesse, 2021.

Pour qui écrivez-vous ? Avez-vous un lecteur idéal ?

Non, vraiment pas. Il me semble qu’un livre doit “s’adresser à”, sans que l’on puisse préciser exactement qui. Mais pour certaines histoires, destinées à un très jeune lectorat, le texte doit rester accessible.

Est-ce que l’écriture d’un livre vous a déjà transformé ? De quelle manière ?

Transformé non, mais le dessin ou l’écriture sont des pratiques à long terme. Je crois que j’en ai appris une forme de patience qui, dans mon cas, n’allait pas de soi.

Et il faut certainement faire preuve de patience et de minutie pour créer vos illustrations ! Ce sont souvent des plans d’ensemble fourmillants de détails. Comment les concevez-vous ?

Ce sont des mises en scènes successives : peu à peu, l’image vers laquelle je tends se met en place. Et c’est vrai que j’aime ces détails où l’on se perd (moi le premier).

Exposition mousquetaires, François Place, source : francois-place.fr

L’une des rédactrices du blog a eu la chance de vous voir dessiner lors d’une performance sur Alma et se demande ce que vous procurent les lectures-dessinées. Est-ce que vous improvisez un peu ou avez-vous “le chemin de fer” de votre futur croquis en tête ?

Pour une lecture dessinée, je dois avoir lu le texte avant, pour me faire une idée de son temps de lecture. Si cet extrait se termine par une chute, le dessin sera mieux réussi en le terminant avec une touche finale, correspondant  la chute.  Il faut aussi que je sache si le passage concerné est plutôt une scène d’action ou une scène d’ambiance. Improviser totalement pourrait lancer le dessin sur une fausse piste, voire un contre-sens. Je fais un ou deux croquis avant, au bon format, pour me le mettre à la fois en main et en mémoire (c’est différent de dessiner à plat sous une caméra ou verticalement sur un support de grand format, type affiche). Mais pendant la lecture, il ne reste plus que l’improvisation : pas de tracé au crayon, un trait au pinceau direct, et le risque de se planter, car y a toujours de  petits imprévus dans ce genre de prestation.

Qu’est-ce qui vous donne envie d’illustrer un roman écrit par quelqu’un d’autre ?

L’histoire écrite, et l’amitié avec l’auteur.

A ce sujet, recevez-vous le texte au fur et à mesure de son écriture ou une fois le roman terminé ?

Ce serait impossible d’illustrer un texte au fur et à mesure. Il faut le connaître dans son intégralité avant de commencer (du moins l’intégralité du volume concerné, quand il y a d’autres tomes qui sont prévus). Imaginons que l’auteur donne des précisions sur un personnage loin après le début du texte : dans ces cas-là, l’image qu’on s’est faite du personnage en se contentant des premiers chapitres pourrait se trouver en porte-à-faux, peut-être même  totalement hors-sujet.

Et comment se décident les scènes représentées et le nombre d’illustrations ?

En principe je fais d’abord une série de croquis qui illustrent l’ensemble du texte. L’éditeur me laisse le choix du rythme et des épisodes à illustrer. Je préfère mettre l’accent sur une ambiance ou un contexte, et préciser des éléments qui ne sont pas écrits : cela permet de fixer l’époque et les lieux. Mais je crois aussi que dans un roman, il faut laisser vivre le texte, c’est-à-dire ne pas trop empiéter sur l’imagination du lecteur. Il m’arrive souvent de laisser de côté une scène particulièrement impressionnante, qui serait jubilatoire à illustrer, pour laisser justement au lecteur le plaisir de l’imaginer lui-même.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos collaborations « phares » avec Michael Morpurgo et Timothée de Fombelle ?

Tous deux sont des amis et de fabuleux raconteurs d’histoire, et ils me laissent une grande latitude pour les illustrer. C’est toujours un peu intimidant, mais quelle chance de pouvoir me glisser entre leurs mots !

Quels sont vos projets à paraître ?

Dans l’immédiat, il n’y en a pas. Je fais des recherches.

Alors nous vous souhaitons de belles recherches, et nous avons hâte de découvrir vers quels horizons elles vous auront mené !

*

Merci infiniment à François Place d’avoir eu la patience de répondre à toutes nos questions. Nous espérons vous avoir donné envie de le (re)lire et d’admirer ses somptueuses illustrations !
Pour aller plus loin, n’hésitez pas à visiter son site internet.

Swap d’amour et d’amitié

Parce que la littérature et les échanges rapprochent, les branches du Grand arbre ont développé des sentiments d’amour et d’amitié les unes envers les autres. C’est donc le thème que nous avons choisi pour le swap de 2022.

Un tirage au sort désigne les duos de swapeuse/swapée. Chacune prépare un paquet plein de petites et de grandes attentions et l’envoie à l’autre bout de la France (voire au delà des frontières). Reste l’attente, de recevoir son colis et de découvrir la réaction de notre swappée. Voici donc ce qui a été échangé cette année !

******

Lucie (Les livres d’avril)

… Ce que j’ai envoyé

Linda se montre souvent réactive lors de la sortie des romans. Pas facile d’essayer de la surprendre, et surtout de trouver des ouvrages qui n’étaient pas encore tombés dans ses mains !

Je me suis donc aidée du site Ricochet pour trouver des romans récents sur le thème de l’amour et de l’amitié. En me renseignant sur Mis à nu, un été à Berlin et L’odeur de la pluie, j’ai pensé qu’ils avaient de quoi séduire ma copinaute. Je les ai accompagnés d’un petit album découvert grâce à Solectrice lors du SWAP 2021 et d’un recueil de la collection Philoado des éditions Rue de l’échiquier que je trouve très bien faite.

Une petite carte, une infusion, et de la crème pour les mains parce que j’adore ça, le colis était prêt à partir !

… Ce que j’ai reçu

Quel plaisir de trouver ce gros colis rouge en rentrant un soir ! Et les surprises concoctées par Colette ne faisaient que commencer.

Une multitude de citations de Paul Eluard, toutes plus belles les unes que les autres, des cœurs en origami à disperser autour de moi comme autant de graines d’amour à semer, des bulles à libérer à deux, une infusion pomme d’amour Colors of tea, des tatoos colorés, un marque-page fleuri, un bloc de post-it et un crayon pour « ériger des murs de poésie »… Mais aussi un prospectus « amours sincères » réalisé par les élèves de Colette, et une très jolie lettre accompagnaient trois romans glissés dans un sac en tissu, clin d’œil à notre grand arbre.

C’est avec bonheur que je vais découvrir les 3000 façons de dire je t’aime de Marie-Aude Murail, l’ouvrage collectif 16 nuances de première fois et Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier.

Mille mercis Colette pour cet envoi plein d’amour et de poésie !

******

Colette (La collectionneuse de papillons)

Ce que j’ai envoyé

De l’amour, de l’amour, de l’amour ! Quand on me dit Saint-Valentin, je cueille toutes les fleurs bleues de mon jardin secret, je décroche la lune et dessine des cœurs sur mon chemin ! Une des histoires d’amour les plus intenses qu’il m’ait été donné à lire en littérature jeunesse, c’est celle du héros de Claire-Lise Marguier dans Le Faire ou mourir, alors ce fut une évidence de la partager avec Lucie. Et puis je me suis dit que l’amour se décline en sept couleurs au moins, celles de l’arc-en-ciel, celles que m’ont appris à voir mes ancien.ne.s élèves de l’atelier “Amours sincères” et qu’il devait bien y avoir 3000 façons de dire “je t’aime”. Et puis je me suis souvenue d’une discussion autour des Liaisons dangereuses, on a beaucoup débattu avec Lucie sur ce sujet 😉 Il était donc évident que d’amour il serait question mais de sexe aussi et tant mieux quand les deux vont ensemble. Une question que pose très librement le recueil de nouvelles 16 nuances de premières fois. Le tout saupoudré de bulles de savon, de tatouages éphémères, de post-it poétiques-tic-tac et l’amour est dans le sac !

… Ce que j’ai reçu

Un colis comme un coffre aux trésors ! Un colis qui nous a fait pousser des “Ah !” , des “Oh !” et des “Wahouu ! C’est trop génial !”

4 albums et 1 roman, un sac à livre en tissu avec ses fleurs qui volent au vent, une crème pour les mains, un carnet recouvert de papillons d’un de mes illustrateurs préférés, Benjamin Lacombe, de la crème de châtaigne d’Au coin du bonheur, du thé du Palais des thés, un joli marque-page du prince au petit pois, une carte postale illustrée par Nadia Solntseva et un chauffe-tasse USB ! De quoi se sentir cocoonée pour passer de l’hiver au printemps sans en avoir l’air !

Un grand merci Blandine !

******

Frédérique (Liraloin)

…Ce que j’ai envoyé

C’est avec beaucoup de bonheur que, petit à petit, j’ai pensé à ce que j’allais envoyer à Isabelle du blog l’Ile aux Trésors. Le recueil Ronces de Cécile Coulon était une évidence, ces mots si forts pour une poésie qui résonne longtemps en soi. J’ai profité de mon rendez-vous annuel préféré : celui du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil pour aller rencontrer Fanny Ducassé dont j’admire énormément les albums et ainsi faire dédicacer Louve.

Pour terminer sur une note d’amitié, l’album Pikkeli Mimou d’Anne Brouillard me paraissait la p’tite note en plus, une amitié si forte que même la neige ne peut stopper.

Enfin pour compléter ces lectures, des gourmandises littéraires : un badge à l’effigie de Christine de Pizan tiré des illustrations de Claire Gaudriot Christine de Pizan, la clairvoyante. L’amour épistolaire n’attend pas d’où le papier à lettre et l’enveloppe inspiré d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen, illustré par Margaux Motin. Le tout accompagnée d’une carte « home made » aux fleurs tarabiscotées.

… Ce que j’ai reçu

Quelle joie d’aller chercher mon colis en ce jour de la St Valentin et quelle surprise en découvrant son contenu !

Une jolie carte inspirée d’une des œuvres de Banksy et à son verso un mot attendrissant, plein d’amitié. Plusieurs niveaux de régalades m’attendent : de savoureuses petites gaufres made in Dunkerque et des cœurs chocolatés à la guimauve. Des gourmandises qui vont accompagner le goûter tout en me remémorant ces belles années vécues à Lille.

Deux albums et deux romans, tous sous le signe de l’amour et de l’amitié. Amour et confettis du duo Emilie Chazerand (une de mes autrices chouchou) et Aurélie Guillerey. Autre duo impeccable formé par Séverine Vidal et Clémence Monnet avec le titre On a fait un vœu. Ensuite un roman au titre parfait de Marie Desplechin Une vague d’amour sur un lac d’amitié et pour terminer une série de 17 histoires courtes : Pas sûr que les cow-boy s’embrassent illustrées par Nathalie Choux et écrites par Henri Meunier dont j’admire également beaucoup le travail.

Un énorme merci à Linda !

******

Linda (sir this & lady that)

… Ce que j’ai envoyé

Pas facile de choisir comment gâter Frédérique qui, en tant que bibliothécaire, a accès à plein de titres divers et variés. Je me suis tournée vers des albums car je sais qu’elle est, tout comme moi, très sensible aux illustrations. Amour et confettis d’Emilie Chazerand et Aurélie Guillerey m’a semblé fort à propos avec ses confettis sur toutes les pages et son histoire d’amour qui transcende les différences et rend plus fort. Quant à On a fait un vœu de Séverine Vidal et Clémence Monnet, il s’est imposé comme une évidence. J’ai eu plus de mal avec les romans mais finalement j’ai choisi Pas sûr sur les cow-boys s’embrassent, un recueil d’histoires courtes d’Henri Meunier que j’ai beaucoup aimé et que je n’ai jamais vu sur la toile. Enfin, le petit roman de Marie Desplechin, Une vague d’amour sur un lac d’amitié m’a sauté dans les mains du fait de son titre qui était juste dans le thème. Enfin, pour accompagner tout ça j’ai mis quelques douceurs locales car je savais que Frede avait vécu sur Lille et en garde de bons souvenirs.

… Ce que j’ai reçu

Un joli colis qui m’a surprise par son arrivée (plus tôt que je ne pensais) et son contenu joliment coloré par du papier de soie. En écartant les feuilles, j’ai découvert une jolie carte homemade au doux message d’amitié, une infusion et une crème pour les mains (elle est très douce et dégage une odeur agréable). Il y avait ensuite quatre livres dont deux romans : L’odeur de la pluie de Gwendoline Vervel et Mis à nu, un été à Berlin d’Iva Procházková que j’ai hâte de découvrir. Il y avait aussi un essai de la collection philoado des éditions Rue de l’échiquier, Tomber amoureux, que mes filles m’ont déjà emprunté et que je suis curieuse de découvrir suite à leurs retours. Et enfin un petit album dont le titre est évocateur d’émotions fortes Boum boum et autres petits et grands bruits de la vie, de Mam’zelle Roüge et Catherine Latteux.

Je remercie Lucie de tout mon cœur !

******

Isabelle (L’île aux trésors)

… Ce que j’ai envoyé

Comme d’autres sous l’arbre, je me suis creusé la tête car ma swappée lit BEAUCOUP. Comment la surprendre et lui faire plaisir ? Evidemment en me laissant porter par le thème de l’amour et de l’amitié qu’il s’agissait de décliner de manière variée ! Les histoires d’amour que j’ai choisies sont placées à la fois sous le signe de l’adolescence (ou de la lisière avec l’âge adulte) et d’une sensualité exacerbée : Sous un ciel d’or de Laura Wood, transportera au coeur des années folles anglaises. Trois soeurs, le dernier roman de Stéphane Servant illustré par Lisa Zordan, parle d’amour là-encore – celui qui détruit, celui qui bouleverse, celui qui sauve. Et 72 heures, un roman qui me tient particulièrement à coeur car il s’agissait de ma première lecture À l’ombre du grand arbre : l’histoire d’une grossesse non-désirée, mais aussi de la découverte de la sensualité. Trois romans aux formes très différentes, plus classique pour le premier, poétique pour le deuxième, construit en spirales de pensées pour le troisième. Je sais que Blandine partage notre tendre respect pour les animaux, alors j’ai ajouté une histoire d’amitié inattendue entre humain et animal. Et bien sûr ce qu’il faut de douceurs bio et de tisane “de bonne humeur” pour agrémenter la lecture !

… Ce que j’ai reçu

Un concentré de bonnes ondes, de chaleur et de couleurs chatoyantes !

C’est bien simple, tout était minutieusement et merveilleusement bien choisi : l’adorable courrier qui m’est allé droit au coeur, la poésie de la talentueuse Cécile Coulon, que j’ai commencé à découvrir avec Une bête au paradis et Seule en sa demeure, mais dont je n’avais pas encore lu Les Ronces ; le délicieux Pikkeli Mimou, signé Anne Brouillard, qui respire l’amitié, le chaud parfum du feu quand il neige dehors et du gâteau au chocolat qui cuit au four ; et Louve, de la beauté à l’état pur condensée sous forme d’album, par une autrice que je ne connaissais pas du tout mais dont les graphismes m’ont immédiatement subjuguée. Quelle surprise de découvrir une dédicace dans l’album ! Et quelle belle trouvaille que ce pins à l’honneur de l’une des premières femmes de lettre et philosophes, Christine de Pizan ! Mille mercis Frédérique !

******

Blandine (Vivrelivre)

Ce que j’ai envoyé…

“D’Amour et d’Amitié”, le thème de notre swap m’a de suite enchantée et des évidences se sont très vite dessinées pour Colette avec qui je partage admiration et amour de plusieurs auteurs. J’y suis allée avec le cœur et l’émotion pour trouver LES livres et attentions qui feront battre le sien. Amour Amour bien sûr, Poésie, Bonheur(s), un brin de Folie, Confiance, petits et grands clins d’œil, cocooning, gourmandises et créations ont composé mon colis.

… Ce que j’ai reçu

C’est avec beaucoup d’impatience contenue que j’ai ouvert mon colis, lu avec délectation les petites étiquettes rédigée par Isabelle, et pris le temps de faire des photos avant d’ouvrir, des étoiles plein les yeux, chacun des paquets au joli papier coloré ! Chacun a été une surprise et j’ai aimé toutes les déclinaisons autour de l’Amour qu’Isabelle a su dénicher. Dans des histoires inspirées de vraies, d’ici ou d’ailleurs, d’hier ou d’aujourd’hui, sublimes ou déchirantes. Accompagnées de gourmandises en partie véganes (merci!) et d’une tisane “Bonne Humeur”! J’adore et me régale déjà! Un immense merci du fond du cœur Isabelle <3

******

De belles lectures d’Amour et d’Amitié nous attendent à l’Ombre de notre Bel Arbre. Et c’est le cœur ragaillardi et le sourire aux lèvres que nous nous en délectons déjà!