Lecture commune : “La leçon” de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo

Un loup et une maison sur la couverture, un homme armé d’un fusil dès les premières pages, un titre assez vague La leçon et une collection au nom très ouvert La question. Et pour tout ça un auteur Michaël Escoffier et une illustratrice Kris Di Giacomo pour un duo plutôt coutumier des livres humoristiques. Mais attention, là on change de style pour passer à une histoire plus sombre et philosophique…

Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo - La leçon.

Commençons avec l’auteur et l’illustratrice de cet album. Connaissiez-vous déjà Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo et en particulier les albums qu’ils ont déjà réalisé ensemble ? Qu’en pensiez-vous ?

Pépita : Oui je les connais et c’est toujours un duo de choc qui se complète à merveille.

Aurélie : Oui je les adore. J’ai pu travailler avec Kris di Giacomo il y a plusieurs années avec des classes. Des livres aux chutes incroyables.

Colette : Et bien non, à part La tarte aux fées que nous avons découvert dans un “casier surprise”, nous ne connaissions pas ce duo.

Penchons-nous maintenant sur la couverture. À quoi vous attendiez-vous avec cet album au titre énigmatique accompagné d’une silhouette de loup inquiétante ?

Aurélie : J’ai pensé à une histoire de bête un peu mystique, un peu à la manière de la bête du Gévaudan. J’aurais bien vu un conte reprenant cette histoire du XVIIIe avec des illustrations moins vieillottes.

Colette : Je m’attendais à une histoire de cauchemar car cette longue et immense ombre de loup qui encercle cette petite maison orange évoquait pour moi plutôt un danger irréel, fantasmé qui planerait, tel un fantôme, plutôt qu’une menace concrète.

Pépita : À une histoire de loup, d’inquiétude aussi, de mort même. À quelque chose amenant une réflexion aussi.

Effectivement, l’idée est de nous faire réfléchir. En lisant l’histoire, vous avez réfléchi sur quoi vous ?

Aurélie : L’histoire m’a fait réfléchir sur le fait qu’il y a toujours deux versions d’une même scène. Nous sommes focalisés sur notre vision des choses pensant être la bonne sans se mettre à la place de l’autre. Nous sommes souvent égocentriques en oubliant que l’autre agit parfois par nécessité et pas par pur envie de nous faire du mal.

Pépita : En lisant, j’avais toujours en tête le titre : La leçon. Et je m’attendais à la voir surgir d’un moment à l’autre. Et ce n’est pas tout à fait celle que j’attendais. Elle a dépassé mon intuition première, est allée beaucoup plus loin dans la complexité. Et je rejoins Aurélie sur les deux versions d’une même scène. Cela est renforcé par les illustrations et par les mots dits avec précision et justesse.

Colette : Comme une fable, cet album nous annonce d’entrée de jeu que nous allons recevoir une “leçon”. Pour l’enseignante que je suis la “leçon” est quelque chose d’éminemment sacrée. Dans une leçon on souhaite transmettre quelque chose, une vérité, une connaissance qui permettra à notre interlocuteur de progresser, d’avancer, de mieux connaître un aspect du monde. Et c’est effectivement ce qui se passe ici. Il y a les êtres et les préjugés qui les entourent, des préjugés véhiculés par l’expérience au départ, peut-être, puis bien souvent seulement par le bouche à oreille. Si on dit que la bête est dangereuse, c’est qu’elle doit être dangereuse, même si finalement on n’y a jamais été confronté… Et puis vient le jour de la rencontre véritable. Et dans la rencontre véritable apparaît la vérité. L’homme en fait l’expérience et sa réalité en est toute bouleversée. Il progresse. Je trouve cette “leçon” formidable, d’un optimisme incroyable malgré la noirceur des illustrations. Je m’accroche à cette petite lumière à la fenêtre sur la dernière page qui n’y était pas au début. La bête a gagné sur l’obscurantisme et c’est pour moi l’objectif principal des “leçons”.

Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo - La leçon.

©Librairie Decitre

Comme Colette, j’ai interprété la fin de l’histoire grâce à cette lumière à la fin. Mais tout le monde ne voit pas la même chose, qu’en avez-vous pensé ?

Pépita : On peut voir cette fin de différentes façons en effet. La lumière donne un indice par rapport à la première page qui a la même image. Ce que j’ai aimé c’est la force tranquille de la bête en contraste de l’absolue supériorité de l’homme qui ne croit pas ce qui va lui arriver. J’ai eu aussi le réflexe de me dire : oh non ! pas ça ! pas de violence ! tout ça pour posséder ! C’est une belle leçon en effet qui nous dit que tout peut être remis en cause à tout moment. Le suspense est à son comble à un moment donné, on a presque peur de tourner la page !

©Blog Vivrelivre

Aurélie : La leçon nous montre que nous ne sommes au-dessus du monde mais un maillon comme les autres, nous avons tous besoin les uns les autres. Si un maillon disparaît, l’équilibre est bouleversé. J’ai beaucoup aimé la façon dont les auteurs amènent la prise de conscience du lecteur. Elle est bouleversante mais progressive. Et la sagesse de la bête qui s’oppose tout à fait au nom qu’on lui donne. Ça me fait beaucoup penser à Yakouba de Dedieu.

J’aimerais revenir sur ce que dit Pépita au sujet de la violence. Elle est très présente dans cet album, déjà dans l’ambiance sombre et pesante, mais aussi très clairement avec le fusil, le sang, les pièges, le tir laissé en suspend… Qu’en avez-vous pensé ?

Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo - La leçon.

©Librairie Decitre

Pépita : C’est une violence à la fois symbolique (dans ce qu’elle suggère) et explicite (dans ce qu’elle représente) : l’effet est double je trouve, à la fois terrible au sens de ce qui va surgir et impensable au sens de ce qui ne peut se réaliser. Le lecteur oscille entre les deux et l’imaginaire fait le reste comme une soupape nécessaire.

Colette : Cette violence subtilement suggérée sert la leçon de manière symbolique. C’est très efficace sans être choquant.

Aurélie : Je partage l’avis de Colette, ils ont fait ça tout en finesse. La violence est là et bouscule juste comme il faut sans que cela choque. Je reviens juste sur le fait que c’est assez inhabituel dans l’univers des deux auteurs.

Je vous propose maintenant de conclure avec LE mot que vous a inspiré cet album.

Pépita : Liberté sera mon mot. Cette leçon interroge cette notion pour moi.

Colette : Altérité serait pour moi le mot-clé.

Aurélie : Respect, arrêtons de nous croire au dessus du lot.

 

Pour en savoir encore plus sur ce qu’on a pensé de cet album, retrouvez les avis de Pépita et Sophie.