Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2021 : Les lauréats et Gagnants du Concours

Voici enfin venu le moment de vous annoncer les lauréats du Prix ALODGA 2021 et les gagnants de notre concours associé !

Pour revoir les sélectionnés, cliquez sur les noms des catégories!

*****

Catégorie Brindille (album petite enfance)

Le jour où je serai grande, de Timothée de Fombelle et Marie Liesse – Gallimard Jeunesse. (49%, 20/41 votes)

Un hymne nostalgique à l’Enfance et à ce qui reste en nous d’Elle.

*****

Catégorie Petites feuilles (album pour “grands”)

Toi et moi, d’Oliver Jeffers – Éditions Kaleidoscope. (42%, 13/31 votes)

Une déclaration d’un parent vers son enfant, empreinte d’amour pour qu’il grandisse en confiance.

*****

Catégorie Racines (documentaire)

Tout nu ! Le dictionnaire bienveillant de la sexualité, de Myriam Daguzan Bernier et Cécile Gariépy – Ricochet. (54%, 15/28 votes)

Un documentaire parfait autour de la sexualité pour informer, rassurer et sensibiliser.

*****

Catégorie Branches dessinées (BD)

Nous avons un ex aequo – Deux BD aux histoires et ambiances très différentes!

Cachée ou pas, j’arrive, de Lolita Séchan et Camille Jourdy – Actes Sud Junior. (46%, 13/28 votes)

Une BD qui nous fait vivre une partie de cache-cache comme si on y était ! A vivre pleinement et à observer minutieusement !

Sœurs d’Ys, de M.T. Anderson et Jo Rioux – Rue de Sèvres. (46%, 13/28 votes)

Une légende bretonne qui laisse place à une interprétation scénaristique et graphique aussi prenante qu’envoûtante… Et d’avoir envie de la prolonger avec d’autres versions.

*****

Catégorie Grandes feuilles (roman jeunesse)

L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace, de Thomas Gerbeaux – La Joie de Lire. 76%, 69/91 votes)

Un roman rocambolesque issu d’une histoire vraie, sur l’amitié, l’entraide et la condition animale.

*****

Catégorie Belles branches (roman ado)

Deux fleurs en hiver, de Delphine Pessin – Didier Jeunesse. (60%, 39/65 votes)

Un récit de rencontre, de partages et de transmission entre une jeune adolescente qui se cherche et une vieille dame qui n’attend plus rien.

*****

Et maintenant, place aux résultats du concours et annonces des heureux gagnants !

ABC de la Nature : Bravo à Oliveetlou (Instagram)

Le jour où je serai grande : Bravo à Titi CB (Facebook)

J’ai vu un magnifique oiseau : Bravo à Des images pour être sage (Instagram)

La passoire : Bravo à Nicolas Dietenbeck (Facebook)

Toi et Moi : Bravo à Mamikilit (Instagram)

Tout nu! Bravo à Yvonne_camille (Instagram)

Sœurs d’Ys : Bravo à Aline Causse (Facebook)

Cachée ou pas j’arrive! Bravo à Elise Carlu Petit (Facebook)

Olive: Bravo à LetterBee (Twitter)

L’incroyable histoire du homard… : Bravo à Adamontclar (Instagram)

L’anguille : Bravo à amelimelo3383 (Instagram)

Une photo de vacances : Bravo à Patricia Sob (Facebook)

L’incroyable voyage de Coyote Sunrise : Bravo à Emilie Quillé (Facebook)

Deux fleurs en hiver : Bravo à Dominique Guinaudeau (Blog)

Steam Sailors – Tome 1 : Bravo à Véronique Lang (Facebook)

De la démocratie: Bravo à Les cahiers du coquelicot (Instagram)

De la dictature: Bravo à Les petits liserons (Instagram)

Félicitations à vous ! Merci de nous envoyer vos coordonnées postales (par mail ou en message privé sur les réseaux) afin de recevoir au plus vite votre livre.

Merci à tous d’avoir voté et tenté votre chance! Merci aux éditeurs de nous avoir permis d’organiser ce concours pour vous remercier!

Vive la littérature jeunesse et rendez-vous l’an prochain pour le huitième Prix ALODGA!

Prix A l’Ombre du Grand Arbre 2021 : Brindilles et Petites Feuilles

Une passion commune pour la littérature jeunesse, des découvertes perpétuelles, un émerveillement constant, des partages nourris et enrichissants, pour vous présenter les livres de 2020 qui nous sont allés au cœur afin que vous, grâce à vos votes, puissiez récompenser ceux qui ont eu votre préférence. Tel est l’objectif du Prix ALODGA depuis sept ans.

Nos échanges enthousiastes ont abouti à une sélection de trois titres pour chacune des six catégories.

Après vous avoir révélé celles des Grandes feuilles (romans jeunesse) et Belles Branches (romans ado), des Racines (documentaires) et Branches Dessinées (BD), voici celles des Brindilles (petite enfance) et Petites Feuilles (albums).

Deux sélections fortes de diversité, d’originalité et d’onirisme, portées par des approches graphiques aussi variées que marquées, qui confèrent à chacun des livres choisis une singularité propre.

Découvrez pourquoi nous les avons aimés et votez pour votre titre préféré ! Les votes sont ouverts jusqu’au 10 décembre et les gagnants annoncés dans la foulée, lundi 13 décembre.

*******

~ CATÉGORIE BRINDILLES (PETITE ENFANCE) ~

ABC de la nature. Bernadette GERVAIS. Editions Les Grandes Personnes, 2020

Les abécédaires sont toujours enthousiasmants : à partir d’un concept unique, leur réalisation est toujours différente. Celui-ci nous a conquises par son originalité avec son très grand format, idéal pour s’immerger ou la lecture en groupe, son papier épais, ses mots choisis, sa simplicité travaillée et son graphisme qui allie vintage, réalisme et modernité. Hommage à la nature végétale et animale, il donne envie d’aller à son contact.

Tous emmitouflés. Marie-Noëlle HORVATH. La Joie de Lire, 2020

L’hiver est là et son froid est redouté par les animaux qui cherchent à s’en protéger. Heureusement, un fil rouge les entoure, les réchauffe et les relie. Littéralement. Mais à qui est-il ? Métaphorique et étonnant, Tous emmitouflés est un petit album cartonné sur la solidarité qui se passe de mots. L’évidente, la spontanée, la naturelle. Son graphisme est aussi évocateur que tactile, contrasté entre le lin, le rouge de la broderie et le gris du crayon. Avec brio, il invite à lire l’image et à faire ses propres descriptions.

Le jour où je serai grande. Une histoire de Poucette. Timothée DE FOMBELLE et Marie LIESSE. Gallimard Jeunesse, 2020

Un album cartonné et solide, une couverture discrète, un clin d’œil à un conte pour un hommage à l’enfance, un thème si cher à Timothée de Fombelle, pour partager et transmettre. Avec ses mots empreints de poésie et de mélancolie, il s’adresse à l’enfant appelé à grandir, comme à celui resté au cœur de chaque adulte. Il invite chacun à créer de l’extraordinaire avec de l’ordinaire, à profiter des petits moments de bonheurs et à s’en souvenir par le prisme des émotions les instinctives, les pures, les vraies, pour garder et puiser spontanéité et émerveillement enfantins. Pour grandir mais pas tout à fait, pour grandir dans et par le cœur.

Pour l’accompagner, les magnifiques photographies de Marie Liesse qui joue entre flous et gros plans, lumière et couleurs, entre nature et contes. C’est beau, c’est doux, elles nous immergent et résonnent en nous.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Brindilles ?

  • Le jour où je serai grande, de Timothée de Fombelle et Marie Liesse (Gallimard Jeunesse) (49%, 20 Votes)
  • Tous emmitouflés, de Marie-Noëlle Horvath (La Joie de Lire) (27%, 11 Votes)
  • ABC de la nature, de Bernadette Gervais (Les Grandes Personnes) (24%, 10 Votes)

Total Voters: 41

Loading ... Loading ...

~ CATÉGORIE PETITES FEUILLES (ALBUMS) ~

Toi et moi. Ce que nous construirons ensemble. Olivers JEFFERS. Ecole des Loisirs, 2020

Dans un texte poétique et métaphorique, Oliver Jeffers aborde la relation entre lui et sa fille, entre un père et son enfant, entre êtres humains. Il use d’outils réels, tels scie, marteau et vis, pour l’imager, la construire, la renforcer, la réparer même. Inventions, ajustements, protection, compréhension, respect, il énumère de manière concrète tous ces concepts abstraits. Sans oublier de créer et de garder des souvenirs. Pour s’y réchauffer le cœur les jours de grand froid ou de difficulté.
Il y a beaucoup d’amour et beaucoup d’espoir dans cet album qui lie l’intime à l’universel.

La passoire. Clarisse LOCHMANN. Atelier du Poisson Soluble, 2020

Comment parler des rêves ? Comment représenter leur évanescence ? Cette impression de précision qui nous reste au réveil et pourtant cette impossibilité d’y poser des mots ? Par ses peintures aux contours flous, qui se mélangent ou, au contraire, qui se referment sur des espaces blancs et vides, Clarisse Lochmann saisit cette ambivalence, cette dispersion des rêves tel le sable entre nos doigts, cette impossibilité de cohérence verbale pour décrire les situations, lieux ou personnes qui peuplent nos songes. Et pourtant ! demeure cette impression de vague réalité qu’on voudrait retrouver, ne pas quitter, ne pas perdre surtout ! Cet album, c’est tout cela. Et c’est juste magnifique !

J’ai vu un magnifique oiseau. Michal SKIBINSKI et Ala BANKROFT. Albin Michel Jeunesse, 2020

Eté 1939, le jeune Michal est envoyé en pension familiale avec son frère et leur nourrice. Il a pour devoir de vacances de noter chaque jour une phrase dans son carnet, avec la date. Une activité, une visite, le quotidien et l’extraordinaire. Juste une phrase. Une illustration réalisée à la gouache l’accompagne, l’enveloppe, la représente, ou pas. Peu à peu, les phrases raccourcissent, les couleurs se ternissent, la nature laisse place à la guerre qui se profile, avant d’envahir chaque mot, chaque implicite, chaque teinte…

Cet album bouscule d’autant plus qu’il est inspiré d’une histoire vraie. L’auteur de ces quelques lignes, Michal Skibinski, polonais, avait huit ans lorsqu’il a écrit ces phrases, reproduites, avec son écriture au crayon à papier, à la fin du livre, accompagnées de son histoire. Elles ont inspiré Ala Bankroft qui nous restitue puissamment toute l’insouciance de l’enfance emportée trop vite par l’horreur de la guerre, conférant aux souvenirs précieux (mais abîmés) de l’enfance l’aura du témoignage.

Quel est votre titre préféré dans la catégorie Petites feuilles ?

  • Toi et moi, d’Oliver Jeffers (Éditions Kaleidoscope) (42%, 13 Votes)
  • J'ai vu un magnifique oiseau, de Michal Skibiński et Ala Bankroft (Albin Michel Jeunesse) (32%, 10 Votes)
  • La Passoire, de Clarisse Lochmann (Atelier du Poisson soluble) (26%, 8 Votes)

Total Voters: 31

Loading ... Loading ...

Quels livres vous ont le plus touchés, émus, attirés? Merci pour votre vote! Et n’hésitez pas à nous laisser un petit mot pour nous en dire plus!

Lecture commune : Forêt des frères – Yukiko NORITAKE

Un grand format qui immerge
Des couleurs qui attirent
Un titre intriguant qui fait des mystères
Une couverture sereine, apaisante, sensorielle

En ses pages, une forêt, deux frères, des choix différents qui dessinent deux modes de vies, qui deviennent deux sociétés (très) différentes, qui représentent toutes deux nos réalités, aspirations, idéaux.

Des illustrations, en plongée, qui nous happent.
Un texte, lapidaire, qui nous saisit.

C’est grâce à Colette que nous avons découvert cet album qui nous a toutes conquises, marquées, interrogées. Car il ne laisse pas indifférent.
Il nous pousse à nous questionner sur notre manière de vivre en tant qu’être humain, membre d’une famille et citoyen d’un pays, du monde, de la Terre.

Ensemble, nous avons échangé nos impressions et ressentis, partagé nos émotions et points de vue sur cette lecture qui se livre petit à petit.

Forêt des Frères. Yukiko NORITAKE. Actes Sud Junior, 2020

Blandine – Première question quant à l’objet-livre : quelles ont été vos impressions premières sur le format, la couverture, les couleurs, le titre ?

Colette: J’ai tout de suite été séduite par le format incroyable de l’album. C’est d’ailleurs un des aspects du livre qu’il fallait que vous découvriez par vous-même. Un format qui souligne l’importance de la matérialité de l’objet-livre. Un format qui, je l’imagine, suggère quelque chose de l’immensité de la nature, de la forêt dont il va être question. Une immensité qui sera peut-être ici sublimée, là tristement rognée…

Liraloin: J’aime les albums à la première et quatrième de couverture parlantes. Ici, deux hommes se reposent sur une plage. À gauche une jeune femme entourée d’arbres et d’animaux. Lorsqu’on déplie la première et la quatrième de couverture pour en faire un tableau, on découvre que ces hommes viennent de la mer à bord d’un kayak. C’est un grand format d’où cette impression d’immensité dans l’image, on devine une forêt dense.

Isabelle : C’est justement ce grand format qui m’a fait forte impression. J’ai été intriguée par le titre : était-il à comprendre au sens que cette forêt était celle des frères, leur propriété ? Et par les couleurs étranges de ce paysage de forêt. Bref, cette couverture a tout suite piqué ma curiosité.

Livres d’Avril: Certains albums nécessitent un grand format. Comme l’élément principal est une forêt, il était important de montrer son immensité, tous les possibles qu’elle contient. Cette couverture m’a, moi aussi, tout de suite attirée : cette plage, ces sapins, cette eau verte… Une invitation à se poser pour découvrir cette “Forêt des frères”. Comme Isabelle, je me suis tout de suite demandé qui étaient ces “frères”.

Blandine: J’adore les albums grand format qui nous transportent en leurs pages. Le titre m’a immédiatement plu et interrogée alors même que son illustration n’augure rien du contenu.

Blandine: Que pensez-vous des illustrations intérieures ? De leur place dans la page, de leur apparente symétrie, de leurs détails et couleurs ? De l’atmosphère qu’elles dégagent?

Colette : Au départ, je ne comprenais pas trop où cet album allait me mener car les deux premières pages sont semblables, aussi bien au niveau du texte que de l’illustration. Enfin c’est ce que j’ai cru car en le relisant, je me suis rendue compte que les hommes dessinés à l’orée de la forêt étaient en fait habillés différemment : l’un de blanc et de noir, l’autre de noir et de blanc. Comme s’ils étaient le négatif l’un de l’autre. Puis dès la page suivante, des choix s’opèrent qui vont façonner le paysage, transformer cette si belle “forêt des frères”. Cet album semble raconter une histoire qui au départ est la même pour tous, mais qui au fil de nos décisions modifient en profondeur le monde. L’histoire que raconte les images semble anecdotique, celle de deux hommes anonymes, uniques, mais le texte lui, avec ses infinitifs, nous racontent une histoire universelle. Une histoire qui me chagrine, m’inquiète, l’histoire de la relation de l’Homme avec la Nature.

Liraloin: Cette vue en plongée nous incite de suite à poser notre regard sur tous les détails pour comprendre.

Isabelle : Effectivement, on voit le paysage de haut, mais dans ses détails qui sont représentés finement et de façon assez réaliste. La texture du feuillage des arbres, les vêtements des personnages, les animaux, tout cela est dessiné en détails et invite à laisser promener son regard dans cette forêt aux couleurs douces. Cela m’a fait penser aux jeux vidéo qui consistent à développer une civilisation en partant de l’âge de pierre. Leur perspective ressemble tout à fait à celle du livre et après tout, le parallèle n’est pas si absurde…

Livres d’Avril: J’ai trouvé les illustrations simples et belles, très cohérentes avec le propos de l’album. La symétrie est étonnante au début, mais on comprend rapidement que les choix vont être différents. Je rejoins Colette sur les personnages en négatif : c’est pour moi la grande qualité de cet album. Un simple regard suffit à saisir son message. Le choix du cadrage me semble important. Le lecteur est placé suffisamment loin pour avoir une vue d’ensemble, tout en ayant accès à certains détails. Cette plongée donne l’impression d’emprunter le point de vue d’un oiseau. Cela peut donner l’impression que la nature elle-même nous observe. Je n’avais pas pensé aux jeux vidéos, mais maintenant que tu le dis je suis tout à fait d’accord avec toi, Isabelle !

Blandine: J’ai tout de suite été séduite et immergée dans cette forêt partagée, dans laquelle les détails, subtils puis plus éloquents, illustrent les divergences des frères. Tout est en délicatesse et suggestion : par exemple, sur la double page de la nuit où chacun festoie avec des amis, à sa façon. À gauche, autour du feu de camp, l’obscurité et le bleu de la nuit, enveloppent les personnages. Quand, à droite, il sont “combattus” par une forte quantité de lumière, artificielle. Il y a le vert de la forêt, des arbres, naturel. Et celui, recréé, millimétré, de l’environnement urbain (dernière double page). Ce souci du détail est impressionnant! Et ton parallèle avec les jeux vidéos très pertinent, Isabelle!

Blandine: Le choix des mots, aussi concis que précis, laisse cependant place à une grande discussion/débat sur ces choix individuels, puis collectifs, jusqu’à devenir de société. Qu’en pensez-vous?

Colette : Pour moi, c’est la grande force de cet album : ce texte, concis, ciselé. Ces infinitifs qui se répondent et se contredisent. Il y a quelque chose de manichéen à présenter les choses sous cet angle mais en même temps, cela permet en un coup d’œil de percevoir ce qu’est un choix et les conséquences immédiates de ce choix.

Blandine : Je te rejoins Colette sur cette force des mots. Leur sobriété, leur polysémie, parfois une seule lettre diffère et c’est tout le message qui prend un autre sens. Ces mots, ces phrases sont-ils la transcription d’un caractère, d’une décision, la conséquence d’un choix ou “simplement” une description? Je pense qu’ils sont un peu tout cela à la fois. Le texte illustre l’image, parfois s’en éloigne, va plus loin, ou fait silence pour qu’on l’observe davantage.

Isabelle : Cela m’a semblé très fort. Avec quelques images et finalement très peu de mots, l’album donne aussi à voir comment des choix de vie qui peuvent au départ paraître infimes finissent par façonner une société dans son ensemble. Les choix différents faits par les deux frères les entraînent sur une sorte de pente, de sentier qui va les conduire vers des modes de vie radicalement opposés. C’est vraiment inspirant, même si on sait que ce ne sont pas seulement les choix individuels qui façonnent la société, mais aussi les choix collectifs et politiques. Cet album n’est absolument pas manichéen.

Liraloin : Je dirais même plus, l’Homme a le choix. Quel aurait été le destin de cette femme si elle avait choisi tel ou tel homme? Et bien Noritaki y répond parfaitement en juxtaposant ces deux destins.

Livres d’Avril : D’ailleurs, il me semble que la compagne du frère de droite s’enfuit en même temps que les animaux. Je ne la retrouve pas sur les illustrations des pages suivantes. Ce serait peut-être le seul passage manichéen parce que cela sous-entend que la décision s’est prise seul et que la femme n’y adhère pas (alors qu’on sait toutes combien beaucoup de femmes seraient ravies d’avoir une villa avec piscine au bord de l’eau, n’est-ce pas ?! – rires). Comme Colette, j’apprécie beaucoup que le texte suggère plutôt que d’insister, il est très didactique. C’est minimaliste mais très efficace. J’aime l’idée qu’un mot, une petite expression change tout. Dès “se faire une petite place” / “se faire de la place”, on sent la différence de conception des deux frères, dont va découler tout le reste. Pour moi, il n’y a pas de jugement, juste deux conceptions qui s’opposent. On peut parfaitement comprendre que les enfants soient attirés par les choix du frère de droite (la grande maison, la piscine, la fête…) malgré ses effets désastreux pour la nature. Et c’est ce qui m’a plus, Yukiko Noritake n’impose pas une vérité.

Pour revenir au texte, j’ai aussi trouvé le passage “admirer le résultat” / “faire voir le résultat” très pertinent. Cela m’a renvoyée à cette mise en scène de sa vie, de son quotidien sur les réseaux sociaux notamment. Ce besoin du regard de l’autre est associé au frère de droite, alors que le frère de gauche se satisfait de son propre travail. Pareil pour “se rapprocher” / “s’entourer”, cela m’a évoqué les multiples “amis” sur ces mêmes réseaux.

Blandine : Ce parallèle avec les réseaux sociaux est très intéressant, mais ne concerne pas simplement le frère de droite à mon sens. Tous, nous mettons notre vie en scène, en en exposant ou taisant certains aspects (peut-on le supposer pour le frère de gauche?). Pour autant, Il ne ressort de cette album aucune injonction pour un modèle ou un autre.

Lucie, tu as raison concernant la jeune femme de droite, elle disparaît assez vite et apparaît pour la dernière fois avec “Faire ce qu’on fait ailleurs”. Les attitudes de ces deux compagnes sont d’ailleurs fortes de sens. Le jeune homme de gauche agit de concert avec son amie, celui de droite n’en a finalement que faire (la femme serait-elle finalement qu’une consommation comme une autre?) et son attitude autocentrée me semble montrée dès le début sur la page “Penser à la suite” où il tourne le dos à la jeune femme dans une attitude presque de défi, quand elle semble catastrophée par ce comportement et ses actions. L’éditeur indique à propos des jeunes femmes : “une mystérieuse jeune fille est là pour les accueillir, symbole de l’esprit de la nature.” Cela apporterait une dimension spirituelle, ésotérique à l’album.

Isabelle : J’ai fait les mêmes associations. Mais j’ai trouvé chacune de ces oppositions interpellantes : prises ensemble, elles dessinent des systèmes. Elles permettent de prendre conscience des impensés derrière des choix qui n’apparaissent pas forcément problématiques à première vue : avoir envie de planifier, d’accumuler, de consommer… Des mécanismes au fondement du capitalisme. Mettre le doigt sur le comportement miroir met en relief ce que tout cela implique : une difficulté à vivre dans l’instant et en harmonie avec la nature, une dilution des liens et une frustration permanente qui empêche de se contenter de ce qui est là plutôt que de chercher à en faire voir une surface bien vernie. Et qui justifie de plier notre environnement à nos envies et nos humeurs du moment.

Blandine : Le mot “frère” du titre ne m’a sauté aux yeux qu’après coup. Je l’avais pris dans un sens large, celui de Frères en humanité, et non deux frères d’une même famille. Ce qui est encore plus fort et dit beaucoup de nos caractères et différences individuels alors même que nous nous pensons semblables et élevés de la même façon, parce que de la même famille.

Liraloin : Il se peut que ces deux hommes soient simplement amis, c’est mystérieux. Mais si tu fais le choix qu’ils le soient, oui, la question se pose. Une fratrie élevée avec les mêmes valeurs peut, à un moment, prendre des chemins très différents.

Isabelle : Très bonne question que je ne m’étais pas du tout posée, partant du principe que les deux protagonistes étaient des frères au sens familial. Comme tu le dis Liraloin, cela souligne qu’on a beau être frères, on peut faire des choix radicalement différents – on en revient à la responsabilité individuelle dont nous parlions précédemment. Cela m’a rappelé ces contes où des frères (ou sœurs) prennent des chemins divergents. En même temps, l’idée de fraternité a une dimension de solidarité, je trouve. Cette forêt est la leur, il me semble que ces frères devraient se sentir responsable de la préserver de façon solidaire.

Colette : Je comprends complètement cette hypothèse mais je n’ai pas lu l’album avec ce regard là. Les deux personnages masculins ne se ressemblent pas (je sais bien que ce n’est pas une condition suffisante) alors je ne les ai pas vus comme deux frères issus d’une même famille. Pour moi ce livre se lit vraiment comme un livre de philosophie et par conséquent les personnages en sont des “concepts”.

Livres d’Avril : Le résumé indique : “Au commencement, il y a deux frères : un sur chaque page. Chacun hérite de la moitié d’une forêt. ” Ce seraient donc deux frères “de sang” faisant des choix de vie radicalement différents. Comme le dit Liraloin, cela ne me semble pas si improbable. En revanche, le lien avec l’humanité est très clair : ils ont hérité d’une forêt, comme nous avons hérité de la Terre. A chacun de faire ses choix en fonction de ses convictions pour “se nourrir” ou “s’enrichir”. J’aime bien l’idée de Colette de lire cette histoire comme un conte philosophique dont les deux personnages ne seraient que des concepts. Cela invite aussi à plus de nuances : dans notre quotidien nous naviguons évidemment d’un frère à l’autre, même si nous tendons idéalement à nous rapprocher du frère de gauche !

Blandine : Je trouve le fait qu’ils soient des “frères de sang” davantage enrichissant. Nous sommes de la même famille mais nous sommes d’abord des individus indépendants avec des opinions, des choix, des actes qui nous sont propres, nous laissant rapprochés ou nous éloignant.

Blandine: Quelle a été la réaction de vos enfants?

Isabelle: Même si cet album n’est pas manichéen, mes enfants ont très vite eu envie de souligner énergiquement leur approbation des choix du frère “de gauche”.

Blandine: Mes garçons, eux aussi, ont de suite adhéré au “modèle” de gauche tout en reconnaissant que l’un et l’autre comporte avantages et inconvénients, et que la société dans laquelle nous vivons est plutôt celle de droite. Dès lors, que faire? Ils se sont beaucoup interrogés sur la manière d’allier les deux modèles plutôt que d’aller vers l’un ou l’autre.

Pour aller plus loin, découvrez les avis de BlandineLindaLivres d’Avril

******

Et vous, quelles sont vos impressions sur cet album qui ne se lasse pas d’être lu, admiré, commenté, et de nos échanges? N’hésitez pas à nous les partager!

Billet d’été : D’Arbres en Arbres

Dernière arrivée à l’Ombre du Grand Arbre, jeune bourgeon qui souhaite devenir vieille branche, vous parler d’arbres, de feuilles et de racines, m’a semblé évident. Voici donc une sélection pour vous emmener en balade, pour découvrir des arbres d’ici et d’ailleurs, des arbres fascinants ou métaphoriques, des arbres qui suscitent de multiples émotions ou favorisent les imaginations.

Se promener en forêt, en humer les odeurs, observer les différentes ramées… et ne pas toujours les reconnaître ! Avec ces deux albums, il devient aisé d’apprendre à les différencier et nommer.

Je découvre LES ARBRES. Claire LECOEUVRE et Laurianne CHEVALIER. Circonflexe/Millepages, 2016

Après nous avoir présenté ce qu’est un arbre, ce qui le compose, comment reconnaître feuilles et fruits, les autrices nous détaillent en mots et en dessins 24 espèces que nous pouvons facilement retrouver dans nos forêts et balades : érable, if, sapin, bouleau, pommier, robinier…

Chaque arbre se voit mis à l’honneur avec informations descriptives et géographiques, sur son bois, sur son “talent caché” et son “petit secret”. Un petit pas-à-pas nous apprend à dessiner sa feuille ou son fruit.

Regarde ce que j’ai trouvé dans les bois. Moira BUTTERFIELD et Jesús VERONA. Editions Père Castor, – 2020

Cet album nous invite à suivre trois amis qui s’en vont se promener en forêt. Chemin faisant, ils observent, ramassent, comparent ce qu’ils trouvent pour nous permettre de connaître les arbres, leurs particularités et bienfaits, comme la vie qui y fourmille, au fil d’illustrations minutieusement détaillées.

L’histoire se double d’un cherche-et-trouve et s’alterne avec des pages documentaires riches d’informations dessinées sur des feuilles à petits carreaux.

Un album pour apprendre, aimer et donner envie de préserver la forêt.

Mon avis ICI.

Il y a les arbres qui nous sont familiers, et tous ces autres qui parent d’autres contrées, qui forment d’autres légendes ou traditions. Etonnants, passionnants, l’album de Nancy Guilbert et Anna Griot nous emmènent à leur rencontre.

L’Arboretum. Voyage au pays des arbres. Nancy GUILBERT et Anna GRIOT. Courtes et Longues, 2018

Par une nuit étoilée, un enfant est guidé par un oiseau à la découverte des arbres, de leurs formes, de leurs couleurs et de leurs particularités.
Servie par des mots-poèmes et des illustrations chatoyantes, cette histoire onirique se double d’un herbier que remplit l’enfant au fil de son merveilleux voyage.

Un album sensible pour découvrir, partager, respecter et être en lien avec la Nature qui nous entoure.

Mon avis ICI.

Dans le vaste et foisonnant monde des livres, les Arbres occupent toujours une place de choix, bienveillante, salvatrice et gardienne. Ils sont le symbole de l’équilibre et de la verticalité, de la vie, dans son évolution comme dans sa régénération, ce qui leur confère tant de sagesse.

Les livres dont je vous parle ci-après mettent à l’honneur cette vie, ce lien et cette transmission.

Petit-Arbre veut grandir. Nancy GUILBERT et Coralie SAUDO. Éditions Circonflexe, 2015

Dans cet album aux illustrations délicatement travaillées, nous accompagnons un arbrisseau impatient de grandir. Au fil du temps qui passe et de sa croissance, sa confiance en lui s’accroît grâce à l’enseignement du Grand-Chêne comme des animaux qui viennent le solliciter.

Un album aux mots rimés pour aborder l’estime de soi, l’appartenance au monde et le sentiment d’utilité, comme le cycle de la vie et la ronde des saisons.

Mon avis ICI.

Sous les Arbres – Un chouette Été. Dav. Les Editions de la Gouttière, 2021

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud, et dans la forêt, résonnent des cris joyeux.
Trois enfants jouent dans un plan d’eau, mais leurs bruits exaspèrent M. Hibou et M. Crapaud qui le font savoir chacun à leur manière.
Pourtant, peu à peu, chacun va s’adoucir et se souvenir.

Une petite BD au format à l’italienne, quasi muette, qui fleure bon l’enfance et sa nostalgie, comme les petits bonheurs estivaux.

Mon avis ICI.

Tobie Lolness. Timothée de FOMBELLE. Gallimard Jeunesse, 2016

Le père de Tobie Lolness a fait une découverte scientifique qu’il refuse de révéler, ayant compris combien son invention pourrait être détournée de manière néfaste pour l’Arbre, ses habitants et leur Monde.
A cause de cela, Tobie est contraint de fuir et nous le suivons dans son périple et ses découvertes.

Timothée de Fombelle nous entraîne dans un passionnant roman d’apprentissage qui entremêle aventure et écologie.
Il a créé toute une société autour de l’Arbre dont ses habitants ne mesurent que quelques millimètres de haut.
Ainsi découvre-t-on sa géographie, sa hiérarchie sociale, ses valeurs, ses croyances, ses craintes, les différents dangers, les ambitions dévorantes de certains, les comportements (humains) dans toute leur diversité, les théories quant à la nature de ces “Hommes” et à celle de l’Arbre.
L’écriture de Timothée de Fombelle s’attache au sens des mots, est immergeante et très visuelle, empreinte de poésie et de clins d’œil.

L’arbre-lit. Silène EDGAR et Gilles FRELUCHE. Éditions La Cabane Bleue, 2020

Valentine a grandi et son père décide de lui fabriquer un nouveau lit. Pour ce faire, il utilise le bois du vieux poirier malade qui se trouve dans le jardin. Lorsqu’il est fini, Valentine est heureuse de s’endormir dedans quand une voix profonde et chaleureuse la réveille doucement.

Chaque nuit, cette voix lui raconte des histoires des temps passés devenues contes et légendes, lui permettant de rencontrer différents êtres et personnages.
Mais voilà qu’un soir, l’arbre se tait. Son absence désempare le rossignol. Son silence soudain attriste l’enfant. Une larme coule de sa joue au bois de son lit. Et durant son sommeil, une branche feuillue grandit jusqu’à surplomber sa tête.
Aussitôt, Valentine la plante dans le jardin.

Depuis, chaque soir, avant d’aller dormir, Valentine conte une histoire à l’arbrisseau pour l’aider à grandir.

Voici une délicate histoire de cycle, de transmission et d’écologie, très joliment illustrée.

Pour conclure ce billet au pays des Arbres, je vous emmène là où leurs symboles prennent sens, forces et formes. Où les feuilles deviennent feuillets et pages, où grâce à eux les histoires commencent et où nous remontons le temps pour découvrir nos racines. Ainsi l’Arbre devient libre, ainsi devient-il généalogique.

archives DÉTECTIVE. Nancy GUILBERT et Anna GRIOT. Editions Courtes et Longues, 2021

Un enfant se rend avec ses parents dans le bâtiment des Archives.
Ses doigts compulsent des documents anciens, sauvegardés, enluminés, restaurés. Ses yeux découvrent des lieux, des noms, des histoires, des identités. Lui n’en recherche qu’une seule.
Au fil des pages du livre que nous tenons, lui remonte les branches du temps et d’un Arbre.

Nancy Guilbert et Anna Griot nous convient à vivre un voyage merveilleux, auréolé de mystères et de découvertes, vibrant de couleurs et de détails.
Avec délicatesse et poésie, elles nous apprennent, ou nous rappellent, toutes les professions qui entourent et font vivre les Archives.
Et nous encouragent, nous aussi, à y mener notre propre (en)quête.

Mon avis ICI.

Je vous souhaite une belle balade auprès des Arbres et des pages.
N’hésitez pas à me/nous dire quels sont vos livres adorés en rapport avec eux.
Bel été,
Blandine