Une semaine d’été avec Aurélie

Aurélie nous fait partager cette semaine le bazar de son atelier. A l’intérieur, sa pal d’été déjà bien commencée, des photos des bookfaces avec ses enfants qu’elle va essayer de faire tout l’été (pour du  haut niveau, n’hésitez pas à aller voir ceux de la librairie Mollat) et un livre qu’il lui a fait beaucoup penser au blog.

En effet, vous le voyez sans doute sur notre page Facebook, nous partageons nos trouvailles autour des arbres.

Près de mon coeur de Magali Clavelet-éditions cépages

 

Retrouvez le contenu de sa valise, certains livres sont déjà chroniqués :

 

Et des bookfaces chaque semaine, n’hésitez pas à nous faire partager les vôtres…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rendez-vous lundi prochain avec Chlop.

 

C’est l’été !

Chers lecteurs , c’est l’été et les arbronautes commencent déjà à réfléchir aux livres qu’elles vont embarquer dans leur valise et surtout à comment la fermer !

Durant ces deux prochains mois, nous vous tiendrons compagnie chaque semaine en vous partageant nos piles à lire d’été, des “grains de page” ensoleillés et bien d’autres choses.

Nous vous souhaitons de belles découvertes et n’hésitez pas à nous faire partager les vôtres !

Lecture Commune : Quand l’aube sera grandiose

Roman ado ayant reçu le prix Vendredi, L’aube sera grandiose d’Anne-Laure Bondoux chez Gallimard  raconte l’histoire d’une mère qui embarque sa fille de 14 ans, Nine à l’improviste. Elle l’emmène dans une cabane planquée dans la forêt. Nine sait qu’elle va être rejointe par trois personnes qu’elles ne connaît pas. S’en suit une longue nuit, sans réseau et sans batterie, c’est dur pour une ado qui devait passer la soirée à faire la fête avec ses amis et un certain Marcus. Titania auteure de romans, se lance alors dans un long récit qui doit permettre à sa fille de comprendre pourquoi elle sont venues ici et par qui, elles vont être rejointes le lendemain. Alternant le come-back dans les années 80 et le huit-clos nocturne, nous n’avons eu qu’une hâte : découvrir ce que cachait Titania.

****************************************************************************************************

 

Aurélie : Alors on va débuter par votre première impression en voyant la couverture ?

Sophie : J’ai vu l’aube en total accord avec le titre, belle et lumineuse. Je n’ai pas tout de suite fait attention à ces petits détails au centre : la maison, la voiture et les deux silhouettes.

Solectrice : Très attirée par cette image sereine aux couleurs douces, la couverture m’a vraiment incité à découvrir ce roman. Je me laissais déjà emportée par la promesse d’un mystérieux voyage, dans l’univers d’Anne-Laure Bondoux…

Aurélie : Moi j’ai été attirée par le ciel étoilé et comme toi Sophie, je n’avais pas fait attention aux détails : la maison et la voiture et tous ces éléments qui apparaissent dans le roman.

Céline du tiroir : Pareil, je suis passée un peu vite sur la couverture sans voir les détails. Le titre était prometteur, le nom d’Anne Laure Bondoux aussi…

Pépita : Plus que la couverture, c’est le titre qui m’a interpellé et la promesse d’un rendez-vous de lecture avec l’auteure.

Aurélie : Est-ce que le style du récit (allers-retours passé-présent) vous a tenu en haleine ?

Sophie : Oui totalement. On sait qu’il va se passer quelque chose dans le présent de Titania et Nine et on veut savoir. Et en même temps suivre l’histoire de Titania est aussi plein de suspense parce que la petite fille qu’elle décrit semble bien loin de la femme qu’elle est devenue et on veut comprendre.

Solectrice : J’aimais bien que le récit tienne sur une nuit mais j’ai parfois trouvé des longueurs dans les mises en attente de l’histoire. Ces allers-retours prenaient de l’intensité au fur et à mesure du récit et j’ai été plus captivée en approchant de la fin.

Pépita : Oui j’ai beaucoup aimé cette construction. On entre d’emblée dans cette histoire dans l’histoire.

Aurélie : Moi je l’ai dévoré en 48h, je me suis complètement plongée dans le récit de Titania et j’avais hâte de savoir l’impact que le récit aurait sur Nine.

Céline du tiroir : Oui, les allers-retours fonctionnent bien. C’est vrai que c’est un procédé qui tient le lecteur, on a hâte d’en savoir plus, de comprendre ce qui amène Titania a vouloir faire des révélations à sa fille dans cet endroit secret. En revanche, ce que j’ai trouvé moins réussi, c’est le côté “on recrée un décor années 80” pour bien montrer qu’on est dans le passé. Citer sans arrêt des marques et des objets devenus iconiques des années 80, j’ai trouvé ça vraiment lourd et artificiel, peu subtil, d’autant que ça n’apportait pas grand chose à l’intrigue. A vrai dire au bout d’un moment, ça m’a franchement agacée.

Aurélie :C’est un roman qui pose plein de questions : quête des origines, transmission, le bonheur, le statut de mère etc…, qu’est-ce qui a eu le plus impact dans votre lecture ?

Céline du tiroir : Le statut de mère et de femme, en effet. Les choix qu’on fait à certains moments de la vie, et qui auront des conséquences pour toujours…

Sophie : En fait, tout ce qui touchait à la famille m’intéressait donc quasiment tout concrètement : la relation de la mère avec ses enfants, son statut de mère célibataire, leurs relations entre eux, ce qu’ils créaient avec leurs beaux-pères, et puis bien sûr le lien entre Titania et Nine.

Solectrice : J’ai été particulièrement attentive au rapport mère-fille et à la construction d’une vie entre choix et fuites. La quête des origines résonnait moins en moi.

Aurélie : La position de la mère de Titania m’a particulièrement touchée, entre abandon et sacrifice, ça mets en lumière comme tu dis le fait d’être femme et mère.

Pépita : J’ai particulièrement aimé voir la fille et la mère se découvrir autrement. Et surtout cette filiation inconnue qui se dévoile : pour Nine d’abord, qui en une nuit découvre un passé plein de secrets et pour Titania, qui en délivrant sa mémoire par cette parole transmise, ravive et donne des couleurs à ses souvenirs. J’ai admiré cette femme tout du long !

Aurélie : En dévoilant, son récit, Titania sort Nine de son petit monde (la fête manquée et ses préoccupations), au fil des chapitres, avez-vous ressenti le rapprochement entre les deux personnages ?

Pépita : Oui elles se sont rapprochées avec émotion puis éloignées à nouveau a la fin : comme si le grand saut de Nine dans l’eau était une façon pour elle de s’approprier ce qui vient de lui être révélé.
Ce que contient cette cabane prend une autre dimension pour elle aussi. Elle a sa propre relecture de ses souvenirs à elle tandis que sa mère lui déroule l’histoire de sa famille. Et cette cabane, quel personnage à part entière !

Aurélie : Le saut de Nine, j’ai pris ça comme une prise à distance, le temps d’encaisser tout ça, de réaliser, ça doit donner un sacré coup. J’ai lu une présentation de l’oeuvre par l’auteure (ici), cette thématique du secret la passionne depuis que sa mère lui ait elle-même révélé un secret de famille. J’ai aimé la fin des deux secrets transmis de génération en génération: celui des origines de Titania et celui qu’elle a dû constituer devant sa fille (statut de fille unique, prénom).

Sophie : Oui elles se sont rapprochées et c’est probablement dû aussi au fait que Nine grandit avec cette histoire. En une nuit, elle évolue devant la révélation de son passé familial.

Solectrice : Les questions, l’instant partagé dans cette cabane-cocon, les sentiments dévoilés sont autant de ponts qui m’ont touchée.

Aurélie : Qu’avez-vous pensé de la quête de bonheur de Titania, et sa réussite en tant qu’auteure ?

Aurélie :  J’ai apprécié son détachement, aujourd’hui pour beaucoup la quête du bonheur passe par l’argent et Titania ne réussit en tant qu’auteure, qu’à partir du moment où elle se débarrasse de l’argent et de ce fait de ce qu’il symbolisait : son père. On voit bien la réaction de Nine.

Solectrice : A part la mise en abyme de ce métier pour l’auteure elle-même, je n’ai pas accordé beaucoup d’intérêt à cet aspect. Un peu perdue dans sa quête du bonheur, Titania m’a semblé aussi courageuse et déterminée à construire une vie sans ombre pour son enfant.

Aurélie : Dans ce roman, qu’avez-vous pensé de l’absence des pères ? Nous avons des beaux-pères mais autant pour Titania, que pour Nine, nous avons une famille monoparentale. Pensez-vous que ça joue beaucoup sur leur quête d’identité ?

Pépita : Je ne me suis même pas posée la question. Elles font sans pour moi.c’est une famille tellement dans le secret que finalement ils ne comptent que sur eux-mêmes.

Sophie : Désolée pour eux, mais je n’ai pas trouvé qu’ils manquaient. On a dans ce roman des femmes fortes ,qui vont se construire malgré les obstacles. En fait ce sont plus les conjoints qui sont absents, les hommes présents ont plus un rôle paternel que d’amant je trouve.

Solectrice : Lâches, violents, désinvoltes ou inconscients, parfois aimants, les hommes traversent le récit mais nous laissent une amertume. Les liens qu’ils auraient pu tisser manquent certainement à Titania et Nine pour les retenir et les réconforter.

Aurélie : Auriez-vous voulu que l’auteure aborde les retrouvailles ?

Pépita : Oui et non. Oui, parce qu’on devient curieux de ce destin familial hors norme mais non, parce que c’est une autre histoire qui s’ouvre.

Aurélie : Je suis de nature curieuse, juste un aperçu m’aurait permis d’avoir un côté “happy end”.

Sophie : Une peu comme Pépita, je suis partagée mais je pense aussi que c’est une autre histoire, un avenir avec tous les possibles.

Solectrice : Je trouve que la pirouette finale est bien trouvée, à l’image de cette fuite maternelle et des secrets enfouis, Nine ne peut trouver le courage d’affronter aussitôt cette famille dévoilée. Dès la couverture, cette fin ouverte me semble même attendue.

****************************************************************************************************

Après cette lecture commune, nous avons discuté de la réception de ce roman auprès des ados.

Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Si vous souhaitez lire nos avis complets  :

L’avis d’Aurélie,

L’avis de Sophie

L’avis de Pépita

 

 

 

Prix A l’ombre du grand arbre : tous les nommés par catégories !

Voici un récapitulatif des nommés pour la quatrième édition du prix A l’Ombre du Grand Arbre. Pour ceux qui n’ont pas encore voté, retrouvez les articles ci-dessus.

A vous de jouer !

http://alombredugrandarbre.com/wp-content/uploads/2015/06/Logoprix-300x300.jpg

                     Catégorie Grandes feuilles : Romans jeunesse jusque 11 ans

                     Catégorie Belles branches : Romans ados à partir de 12 ans

                                     Catégorie Brindilles : Albums petite enfance

                               Catégorie Petites feuilles : Albums pour les plus grands

                                     Catégories Branches dessinées : Bandes dessinées

                    Catégorie Sous-bois  : les Olnis  (Objets Littéraires Non Identifiés)

                                Catégorie Branches virtuelles :  applications numériques

 

Vous avez jusqu’au 7 mai pour vous prononcer.

Annonce des lauréats le 9 mai pour les 6 ans du blog !

********************

Prix A l’ombre du grand arbre : Branches virtuelles

Le prix À l’ombre du grand arbre poursuit le chemin de sa quatrième édition avec la  dernière catégorie : Branches virtuelles, qui concernent les applications.

http://alombredugrandarbre.com/wp-content/uploads/2015/06/Logoprix-300x300.jpg

Vous êtes mis à contribution pour voter pour votre préféré dans chaque catégorie à partir de nos sélections, après votes en interne sur des livres proposés par nous toutes.

La semaine prochaine, un article récapitulatif vous permettra d’avoir une vision d’ensemble et de vous rattraper au cas où…Vous avez jusqu’au 7 mai pour vous prononcer.

Annonce des lauréats le 9 mai pour les 6 ans du blog !

********************

~Catégorie Branches virtuelles~

tip tap, mon imagier interactif from louis rigaud on Vimeo.

Cache-cache-ville from vincent godeau on Vimeo.

Quelle est votre application préférée ? Catégorie Branches virtuelles

View Results

Loading ... Loading ...

À vos tablettes et… à vos votes !

Prochain rendez-vous le lundi 30 avril pour un récapitulatif.