Histoires de migrants

Les migrants, un sujet dont s’est largement emparé la littérature jeunesse depuis quelques années. Aborder cette question par différents biais, selon différents points de vue… voilà sûrement un bon moyen pour répondre aux questions des jeunes lecteurs, citoyens d’un bel avenir pour mieux “vivre ensemble”.

Retrouvez quelques-uns de nos titres éclairés, dans la sélection ci-dessous.

**************

>Alice vous propose de suivre le parcours d’Alassane de la Côte d’Ivoire jusqu’à Lorient.

Il croit aux droits de l’homme, il a de l’espoir en cette terre d’accueil et, malgré les embûches, jamais il n’abandonnera.

Un roman inspiré à Sophie Adriansen par plusieurs rencontres et témoignages et offert par #céline à l’occasion d’un swap !

*Ailleurs meilleur de Sophie Adriansen aux éditions Nathan*

>D’un autre point de vue, on peut suivre l’engagement de Dinah, qui ne supporte pas le sort des migrants, notamment quand des policiers entrent dans des classes pour les renvoyer chez eux. Elle décide alors d’enlever Mihran et espère pouvoir l’accueillir chez elle… mais tout cela n’est pas si simple et cache un autre malaise.

*Sans un mot de Romuald Giolivo aux éditions Ecole des loisirs***************

>Yoko Lulu a choisi de vous parler d’une BD au titre clair : Migrant.

Eoin Colfer et Andrew Donkin y racontent avec sensibilité le périple d’Ebo, un jeune Nigérian qui quitte son pays natal pour rejoindre l’Europe.

Je vous le recommande fortement !

     *Migrant de Eoin Colfer et Andrew Donkin, illustré par Giovanni Rigano

aux éditions Hachette*

**************

>Solectrice vous propose, quant à elle, de découvrir un petit roman où une belle rencontre entraîne une jeune fille belge à la recherche d’un jeune Afghan, jusqu’aux plages du Pas-de-Calais. Fil tendu vers Alice, qui lui avait offert ce road trip à l’occasion d’un swap de Noël.

*La théorie de l’élastique d’Anne-Françoise De Bruyne. Editions le Muscadier.*

**************

>Sans trop en dévoiler, Pépita propose de suivre une hirondelle et le destin de deux autres personnages dans ce conte contemporain magnifiquement écrit et illustré.

*Quelqu’un m’attend derrière la neige de Timothée de Fombelle et Thomas Campi, Gallimard Jeunesse*

Mon avis et celui d’Isabelle

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/aa6/product_9782075093668_244x0.jpg

>On peut aussi se questionner en lisant Une caravane en hiver de Benoït Séverac, aux éditions Syros. Ce roman relate l’engagement d’un jeune homme de 16 ans auprès d’une femme syrienne et de son fils, réfugiés dans une caravane sur un terrain vague. Un roman qui nous met face à nos responsabilités.

Mon avis

Un roman écrit à 4 mains :  Les étrangers d’Eric Pessan et Olivier de Solminihac, Ecole des loisirs. Quand la vie de Basile bascule une nuit avec la rencontre d’un autre monde.

Mon avis

>Enfin, une autre lecture marquante : Ce que diraient nos pères de Pascal Ruter, Didier jeunesse. Un roman bouleversant sur le choix d’un jeune homme confronté à des situations trop grandes pour lui mais qui le font prendre en main sa vie.

Mon avis

**************

>Pour HashtagCéline, c’est au travers de deux textes plus énigmatiques qu’elle a eu l’occasion de se questionner sur le sujet.

On m’appelle Enfant i de Steve Tasane (Gallimard Jeunesse, 2019) décrit la vie d’un groupe d’enfants dans un camp de réfugiés. Dans ce récit, rien n’est vraiment précisé (ni le lieu, ni le moment, ni qui sont toutes ces personnes du camp). On découvre les conditions de vie difficile de ces mineurs qui ont tout perdu. Un texte à la narration déstabilisante mais originale.

Mon avis

>De l’autre, c’est encore un roman d’Eric Pessan, dont il a déjà été question plus haut, qui aborde ici de façon plus trouble, moins directe, la question des migrants. Dans L’homme qui voulait rentrer chez lui (Ecole des loisirs, 2019), le fantastique s’invite dans l’intrigue et nous pousse, lecteurs, à nous interroger plus largement sur la notion d’altérité.

Mon avis et celui de Pépita

**************

Aurélie a découvert ce premier album sur le blog de Pépita :

Partir au delà des frontières de Francesca Sanna  chez Gallimard, qui raconte la rencontre de l’illustratrice avec des populations fuyant leur pays.

Les avis d’Aurélie et Pépita

Aurélie a aussi découvert un carnet de route d’un sans-papier paru chez l’Atelier du poisson soluble, Demain je reviendrai de Karine Epenoy  avec le Réseau Education Sans Frontières.

*************

Isabelle a beaucoup aimé Et la lune, là-haut, de Muriel Zürcher (Thierry Magnier, 2019), qui évoque très bien la mort, la vie et les différences de tous ordres, notamment avec le beau personnage de Yaro, un sans-papiers dont on découvre petit à petit l’histoire et la personnalité. Un roman qui porte haut, jusque là-haut, de belles valeurs humanistes.

Son avis

**************

Sophie a aimé cette histoire d’amitié entre Jeannette et Iliana qui ont comme passion commune le ciel et les étoiles. Iliana va raconter son voyage, ce long et difficile voyage qui l’a amené jusqu’ici avec ses parents. Refuge est un bel album de Sandra Le Guen et Stéphane Nicolet aux éditions Les p’tits bêrets.

Son avis

**************

Et vous ? Quels livres auriez-vous envie de découvrir sur le sujet ? Avez-vous des références à partager pour enrichir encore cette sélection ?

Swap de Noël 2019 !

Tous les ans, on en donne du boulot à nos chers postiers !

A partir de mi-décembre, les colis voyagent de copinaute en copinaute, traversent même les frontières, juste pour le plaisir d’offrir, la joie de partager et l’excitation de déballer.

La surprise est totale jusqu’au bout puisque c’est un tirage au sort gardé secret qui a déterminé la swappeuse et sa swappée. Et pour pimenter cette année, chacune avait aussi un thème “imposé”, histoire de toujours se renouveler !

Alors, les voici, les voilà, nos colis tout fraîchement déballés !

***********

Alice a été largement gâtée par Isabelle

Sous un beau papier rouge franc, se cachaient des lectures engagées, comme une belle promesse pour répondre  à cette question : “Et demain ?”. Récits de société, réflexions, combats, investissement … comme des envies d’un monde meilleur et singulier.

***********

La collectionneuse de papillons a été invitée par Alice à réfléchir

à ce que Grandir veut dire !

Grandir…

Se questionner, se mesurer, tomber, se relever, apprendre, comprendre, semer, pousser, s’émerveiller, échanger, accueillir ses fragilités, se poser, pardonner, découvrir, s’affermir, évoluer, s’envoler….

… s’aimer…

***********

Colette a gâté Aurélie sur le thème “Au coin du bois”

Dans son colis Colette avait glissé des caramels pour la gourmandise mais aussi des feuilles d’érable de son voisin. Les arbres pour nous c’est sacré. Avec du bon thé et des marques pages à gratter, trois livres : un manga, un album et un roman afin de voyager. Trois livres à dévorer durant les vacances !

***********

Bouma a été gâtée par Aurélie

et dès le colis le thème était donné : “Si j’avais des ailes ?”

Au final, des albums et un roman qui l’emmèneront vers d’autres cieux et une superbe tasse qui a déjà trouvé sa place dans son placard. Maintenant, il ne reste plus qu’à prendre le temps de découvrir en détail tout cela avec un bon thé !

***********

Bouma a gâté Sophie sur le thème “Féminité et virilité”

Deux romans et un album avec des filles et des garçons pour apprendre à vivre ensemble et enfin reconnaître qu’il n’y a rien destiné uniquement aux filles ou aux garçons. Trois histoires à déguster autour d’un thé et d’une bonne tablette de chocolat ! Et évidemment, quelques décorations de Noël pour le sapin et les vêtements.

***********

#Céline a envoyé un swap à Pépita sur le thème “LA VIE EST BELLE !”

Un carton méli-mélo avec au moins 6 livres tous aussi bien que les autres, mille attentions comme je les aime avec tableau en bois et ses belles lettres annonçant le thème, des cookies, sachets d’infusion bio, petite bouillotte pour les mains, magnets cœur à messages tout doux, un joli carnet clin d’œil à la revue Page des libraires, un pin’s chat, un tote bag SLPJ ! , une jolie carte ! Oui, tout ça, le tout emballé joyeusement avec plein de petits messages chaleureux LA VIE EST BELLE ! Mille mercis pour ce colis qui me va droit au cœur !

Avant !

Après !

 

***********

Yokolulu a gâté HashtagCéline sur le thème “ROMANTIQUE”

C’est avec beaucoup de joie que l’heureuse swappée a ouvert tous les paquets que cachait ce colis mystère. Guidée par les lettres épinglées à chaque cadeau, son coeur a littéralement fondu face à toutes ces jolies attentions. Deux albums, deux romans, un recueil de poésie accompagnés de petites douceurs et petits plus craquants ! Un très beau Noël avant l’heure pour HashtagCéline et un grand merci à Yokolulu !

***********

Sophie a comblé Isabelle avec un SWAP débordant de flocons de neige et de surprises, sur le thème “d’un monde à l’autre” ! De la terre ferme aux mondes marins, de la réalité aux mondes imaginaires, du monde de l’enfance à celui de l’adolescence, il n’y a manifestement qu’un… livre ! Plusieurs très beaux livres en l’occurrence, très bien choisis et même des dédicaces. Généreusement accompagnés de ce qu’il faut de marque-page et de gourmandises en tous genre pour de telles expéditions. Mille mercis à Sophie !

***********

Carole a envoyé à Yoko Lulu un swap au saveurs espagnoles sur le thème “Au chaud sous la couette”. A l’intérieur d’un tote-bag se trouvaient deux romans dévorés très rapidement, un album avec une très belle couverture, un carnet et un stylo pour raconter un prochain voyage en Espagne, une tablette de chocolat appétissante, une multitude de marque-pages et des spécialités sucrées espagnoles. Merci pour ce swap parfait pour l’hiver !

 

Lecture commune : “Du haut de mon cerisier”

Ouh la la, tant d’émotions pour un si joli roman ! Nos yeux ont un peu piqué à la dernière page tournée !

Un livre tellement poétique et bouleversant qu’il fallait à tout prix que l’on partage ensemble ce qui nous avait tant touché.

Du haut de mon cerisier de Paola Peretti. Editions Gallimard, 2019

Alice- Qui veut bien nous en dire plus sur cette petit bouille qui se cache derrière les branches d’un cerisier ?

Pépita : Cette petite bouille a pour prénom Mafalda et elle a son univers : l’école, son chat, ses listes rassurantes, un papa, une maman, une dame à l’école qui l’aide et l’aime beaucoup. Mais surtout elle sait qu’elle va perdre la vue. Quand ? Elle aimerait repousser cette échéance qui la terrifie alors elle invente comme des relais talismans : surtout ce cerisier dans la cour de l’école. Qui est pour elle un repère. Elle compte les pas pour le toucher. Elle sait qu’il sera toujours là pour elle. C’est une petite fille de 9 ans désarmante de sincérité et de sensibilité. Aux sens aiguisés. Elle retient tout. Elle veut tout comprendre. Elle veut dompter ce noir qui l’attend. Elle veut la vérité. Elle met souvent les adultes face à leurs contradictions. Elle veut garder sa liberté. Et pour ça, elle a sa logique. Qui est implacable.

Alice : Joli résumé, tout est dit !
Et si on en reste sur le premier contact avec ce livre, je trouve la couverture superbe et très parlante. On y découvre cette omniprésence de l’arbre, ces yeux symboliquement cachés derrière les feuilles, ces cerises, fruit délicat, incarnation d’un renouveau et d’une renaissance, ce sourire optimiste… J’adore !

Comme tu le dis Pépita, elle est pas mal entourée Mafalda. Chacun l’accompagne face à la noirceur qui assombrit peu à peu sa vue. On parle un peu plus de ces personnages secondaires ? Lequel souhaiteriez -vous nous présenter ?

Pépita : Personnages secondaires… Ils sont tous principaux non ?
Estella m’a beaucoup touchée car elle sait si bien s’adresser à Mafalda. Elle la guide tout en lui laissant son autonomie, leurs échanges sont des perles de philosophie. On a tous connu une personne extérieure qui nous a aidé à un moment de notre vie, en-dehors de nos proches et qui est comme un phare dans la nuit. Estella, qui signifie étoile, joue ce rôle-là, de confidente, de repère. Compréhensive mais jamais directive. Elle laisse à Mafalda faire ses choix et Mafalda sait qu’elle est là. De plus, son histoire à elle n’est pas simple non plus. C’est sans doute pourquoi elle est si forte.

#Céline : Filippo ! J’ai beaucoup aimé ce garçon que tout le monde voit comme un gros dur alors qu’en fait, il cache un cœur tendre et quelques fêlures. Il va être un autre soutien de poids pour notre jeune Mafalda. J’ai trouvé que la relation qui s’installait entre eux était intéressante, entre amour et amitié sans que l’un ou l’autre prenne le dessus. C’est bien aussi.

Alice : C’est vrai que Mafalda est vraiment bien entourée. Sa vie est belle de rencontres généreuses. Les liens humains sont a la fois si simples et si beaux que ça fait sacrément du bien … à Mafalda … et à nous, lecteur… Chacun d’entre eux participent à leur manière (même le chat !) à une acceptation optimiste du handicap. Vous ne trouvez pas ?

Pépita : Oui, c’est vrai, mais tout de même : mon cœur de maman était serré à cette lecture… On sent comme une menace sourde, qui plane, comme Mafalda, on voudrait faire reculer ce noir. C’est un roman qui évoque beaucoup la lumière dans les relations mais aussi son pendant, l’obscurité. Cependant, parmi les personnages, je voudrais évoquer les parents de Mafalda : ils m’ont mise un peu “mal à l’aise”. Ils veulent protéger leur fille, c’est normal, ils ne voient que le côté pratique des choses, il n’y a pas beaucoup d’émotions entre eux, mais je ne sais pas, j’arrive pas à me l’expliquer. J’ai lu ces passages comme en apnée. Je garde la lumière d’Estella, la détermination de Mafalda et son immense solitude, où seule son amie a su l’atteindre. Mais pas ses parents. Estella est malade aussi. Est-ce cela qui les rejoint ? Est-ce que ça veut dire qu’on ne peut jamais vraiment aider ceux dans la souffrance ? Ou faut-il se protéger de la souffrance de l’autre pour continuer à vivre ? Mais on fait comment alors pour continuer ?

#Céline : Je rejoins un peu Pépita sur cette question. J’ai été assez oppressée pendant cette lecture, le décompte des pas et de la distance à laquelle Mafalda pouvait encore voir le fameux cerisier de son école, a joué sur mon moral. Mais je crois que c’est justement parce que l’autrice nous met parfaitement dans la peau de l’héroïne, que j’ai pris tout cela tellement à cœur. Le côté progressif de la perte de la vue est déstabilisant. Mais il permet aussi à Mafalda de cheminer doucement sur la route qui la mène à l’obscurité. C’est une belle leçon que nous donne la jeune fille et son entourage.

Alice : C’est vrai qu’elle est super cette gamine. Depuis le début de notre conversation, on ne manque pas de qualificatifs sur cette petite personne : désarmante, sincère, sensible, libre, mature… N’oublions pas qu’elle n’a que 9 ans ! Je crois que le lecteur l’aime aussi parce que malgré toutes ces éloges, elle n’est pas parfaite et, surtout, l’auteur ne nous plonge jamais dans le pathos et on apprécie que Mafalda aime le foot !
Tout ça, c’est la personne et l’entourage de Mafalda, mais son histoire ne serait rien sans toutes les références au héros d’Italo Calvino. On en parle un peu ?

Pépita : Oui, tu as raison de souligner l’allusion au “Baron perché”. Cependant, les enjeux ne sont pas du tout les mêmes. Et nul besoin d’avoir lu ce livre pour comprendre l’histoire de Mafalda. Néanmoins, l’ouverture demeure et on peut aussi le lire (ou le relire) du coup !

#Céline : Pour ma part, je n’ai toujours pas lu ce classique de la littérature italienne. Alors avec ou sans les références, j’ai tout de même apprécié ma lecture. Et surtout, maintenant, j’ai une nouvelle histoire à découvrir : celle de ce fameux “Baron perché” !

Colette : C’est chouette de vous lire, je renoue avec mes impressions de lecture à travers vos mots. J’avais trouvé ça génial que le père de Mafalda lui ait lu “Le Baron perché” alors qu’elle était enfant. C’est un livre exigeant auquel notre héroïne peut pourtant sans cesse se référer au point de transformer la parabole de l’exil du baron dans l’arbre en réalité. Je suis absolument fan des liens intertextuels que les livres entretiennent, à travers les époques, les genres, les publics. Dans le quotidien angoissant de Mafalda il y a cette trouée vers l’imaginaire permis par la littérature qui sublime la maladie et l’avenir qui se dessine et la rend un peu plus acceptable…

Pépita : Oh que oui ! pour moi le baron perché est passé en arrière-plan tellement j’ai été happée par ce noir qui allait arriver.C’est la relation avec Estella qui m’a emportée. Beaucoup moins avec les parents de Mafalda.

Alice : Qu’auriez vous envie de préciser/de rajouter pour donner envie à nos lecteurs de se ruer vers ce livre ?

Colette : Est-ce que vous pensez qu’il est pertinent de parler du fait qu’à travers Mafalda, Paola Peretti raconte sa propre histoire et la maladie génétique dont elle souffre depuis des années ? Je trouve que cela renforce l’espoir que l’on peut lire dans ce livre que de savoir que l’auteure s’est construit une vie de femme accomplie et engagée (elle enseigne l’italien à des enfants migrants) malgré son handicap. C’est tellement inspirant de lire l’histoire de personnes conquérantes malgré les embûches de la vie !!!

Pépita : Complètement Colette ! Le fait de savoir que cette histoire s’inspire de la vie de l’autrice, cela m’a permis d’avoir un espoir pour Mafalda.

Alice : Qu’auriez vous envie de préciser/de rajouter pour donner envie à nos lecteurs de se ruer vers ce livre ?

Pépita : Et bien justement que cette histoire s’inspire de la vie de l’autrice.

#Céline : Je leur dirais qu’ils pourraient bien être surpris de toute la lumière qu’ils pourront trouver dans ce roman où l’héroïne plonge dans l’obscurité.

Alice : Pas de doute, a lire tous nos échanges,  nous avons toutes été sous le charme ! Et nous espérons que cette lecture résonnera aussi en vous, aussi longtemps qu’elle nous a habitées.

********************

Ravies, avant de boucler cette article nous apprenons que Du haut de mon cerisier est pré-sélectionné pour le Prix des librairies du Québec  -catégorie 6-11ans

On croise les doigts !

********************

Merci  Pépita, #Céline et Colette

pour leur participation et leurs avis convaincants.

La chronique de Pépita-Mélimélodelivres

et celle de #céline

 

Des arbres et des livres

A l’ombre du grand arbre, on aime se poser, se promener, discuter, échanger …

A l’ombre du grand arbre, on aime se retrouver, se rassurer, s’épauler …

A l’ombre du grand arbre on aime bien sûr lire et bouquiner ….

Hommage à cette force de la nature, à ces racines bien ancrées et à ces rencontres étoilées : un peu d’arbres dans la littérature jeunesse…

 

******************************

Pour Alice, l’arbre est synonyme de cachette et d’évasion avec :

Du haut de mon cerisier de Paola Peretti, Gallimard, 2019

Ou l’histoire de la courageuse Mafalda, pleine de joie, de chagrin, de colère qui avec son imagination nous apprend à voir le monde autrement alors que la maladie est en train de lui ôter la vue.

Ma fugue dans les arbres d’Alexandre Chardin, Magnard, 2019

Après, une nouvelle colère de son père, Tine décide de fuguer dans les arbres. les aventures ne font alors que commencer pour cette enfant sauvage que rien n’arrête !

Un roman plein d’humour et de délicatesse aussi !

******************************

Pour Pépita et son Méli-Mélo de livres, l’arbre est synonyme de connivences et de racines avec :

L’arbragan de Jacques Goldstyn, La Pastèque, 2015.

Une merveille de sensibilité et de poésie entre ce jeune garçon et son chêne, dans lequel il trouve refuge, en toutes saisons. Son avis.

Un arbre une histoire de Cécile Benoist et Charlotte Gastaut Actes sud junior, 2018
http://www.actes-sud-junior.fr/files_asj/couvs/500/9782330111458.jpgUn magnifique album entre conte et documentaire qui associe une histoire à chaque arbre présenté : l’effet montre combien les arbres sont liés à l’humanité. Un bijou ! Son avis.
******************************
 Pour Ada, la collectionneuse de papillons, l’arbre est devenu un compagnon, un être vivant dont la générosité sans faille est à protéger absolument. C’est cet amour que suggérait Shel Silverstein dans son album devenu un classique de la littérature jeunesse intitulé L’arbre généreux publié par L’école des Loisirs pour la première fois en 1982.
L’avis d’Ada par là.
******************************
Pour Aurélie, ce fut aussi le prétexte d’une belle rencontre d’auteure lors d’un salon autour du livre “Le dernier arbre” d’Ingrid Chabbert chez Frimousse.
 Deux jeunes garçons découvrent le dernier arbre de leur ville, qui risque d’être détruit. Ils prennent alors à coeur  la mission de lui trouver un nouveau refuge. C’est album émouvant est illustré par Guridi.
Son avis et celui de Pépita.
******************************
 Pour Bouma, l’arbre est un symbole de sagesse. Ancestral, patient, les générations filent devant lui.
Il était un arbre d’Emilie VastMeMo, 2012
Comme l’arbre de cette histoire qui voit passer les saisons, il faut prendre le temps de lire avec les yeux cet album aux multiples détails… Son avis complet.
Le jour où le grand chêne est tombé de David et Caudry. Thierry Magnier, 2017
 
Une histoire presque mythologique aux préoccupations écologiques qui résonnent comme un cri d’alarme. Son avis ici.
******************************
Yoko Lulu et Solectrice aiment les arbres dans leur jardin. C’est pour cela qu’elles ont aimé cet album qu’elles vous invite à découvrir ici.
Le Jardin voyageur de Peter Brown. Nord Sud, 2010
 
On vous recommande aussi ce roman, qui se passe dans la forêt japonaise de l’île d’Hokkaido. C’est un coup de cœur pour Yoko Lulu, elle a adoré ce récit d’un garçon perdu dans une forêt !
Dans la forêt de Hokkaido d’Eric Pessan, Ecole des Loisirs, 2017
******************************
L’arbre qui pousse peut aussi être une jolie métaphore… Isabelle a énormément aimé celle que proposent Nadine Brun-Cosme et Christine Davenir dans Le troisième fils de Monsieur John (Sarbacane, 2018).
 À la naissance de chacun de ses trois fils, Monsieur John plante une graine et un arbre grandit. Tous admirent le bel arbre qui pousse bien droit, emplissant de fierté le papa jardinier. Mais le troisième arbre est à l’image du dernier-né : il pousse à sa façon, déployant ses branches tordues dans tous les sens et suscitant la perplexité des voisins… Son avis et celui de Bouma.
******************************
L’arbre offre aussi évidemment un terrain de jeux que les uns trouveront merveilleux, les autres… vertigineux ! Pombo Courage, d’Émile Cucherousset (Éditions MeMo, collection Petite Polynie, 2019), c’est une couverture ravissante, une histoire en forme de conte, un roman dans lequel on entre avec le sentiment réjouissant de renouer intensément avec l’enfance. Les avis d’Isabelle, d’Aurélie, d’#Céline et de Pépita.
******************************
Au pied de notre arbre, nous vous souhaitons avec cette sélection, un beau voyage livresque ….

Lecture commune : P.O.V. de Patrick Bard

Il est de ces lectures dont vous sortez un peu abasourdie.

Vous êtes un peu comme le héros du livre que vous venez de refermer :  vous avez le sentiment d’avoir vécu une expérience nouvelle dont vous avez du mal à vous relever. 

Dans ces moments là, sans nul doute, au sein de ce blog collectif, une lecture commune s’impose.

P.O.V. de Patrick Bard. Editions Syros, 2018

 

Alice : P.O.V. un titre en forme d’acronyme, qu’il est peut être nécessaire de développer et d’expliquer au regard de la thématique du livre. Qui se lance ?

HashtagCéline : Avant de lire ce roman, j’avoue que “P.O.V.” ne m’évoquait rien. Pour le rendre plus explicite, je trouve que cet extrait du roman est parfait : «Ce qui l’a excité, c’est justement que, du coup, la fille le regardait dans les yeux. Du moins en a-t-il eu l’impression. Il ne savait pas encore qu’on appelait de telles vidéos des POV, point of view, terme anglo-saxon pour « caméra subjective ». Il ne comprenait pas non plus que l’homme forniquait tout en cadrant et en tenant la caméra. Deux emplois pour une seule personne, ça permet de réduire les coûts et d’optimiser les bénéfices. Mais de cela, Lucas ne savait rien alors, pas plus qu’il ne comprenait le sens réel de l’image qu’il voyait. » P.O.V. de Patrick Bard, c’est ça. Le ton est donné.

Solectrice : Ce titre ne m’évoquait rien non plus, pas plus que le grand X rose sur fond noir de la couverture (imperceptible si on ne connaît pas déjà le sujet). Seul le téléphone m’invitait à considérer le sujet : réseaux sociaux, objet de manipulation,… ? J’ai vraiment découvert cet univers du cybersexe, estomaquée, au fil des pages.

Alice : En effet, j’aime beaucoup ton extrait Céline, très intéressant. On comprend qu’il s’agit d’un gamin naïf qui tombe par inadvertance sur une video porno . Mais cela va plus loin, ce n’est pas une simple expérience, c’est un rendez-vous qui va se réitérer . Vous m’en dites un peu plus ?

Carole  : Oui, expérience qui va assez rapidement se transformer en véritable addiction. Et qui dit addiction dit chronophagie, obsession, frustration, insatisfaction, engrenage. Lucas tombe dans une spirale qui l’engloutit, à la recherche incessante de sensations originelle et nouvelle, et qui de facto va avoir des conséquences sur sa vie personnelle et familiale. Avec une écriture ultra-réaliste, l’auteur nous embarque alors avec lui et par répercussion avec ses parents.

Solectrice : L’adolescent découvre ainsi par étape, guidé par sa curiosité, par son excitation, un incroyable choix de vidéos pornographiques. Il découvre des anatomies, des pratiques et des postures qu’il ne soupçonnait pas. Il s’en nourrit, jusqu’à la boulimie. Et le lecteur le suit dans cette dimension, jusqu’à l’écœurement

Alice : Les parents, parlons en des parents. J’ai deux questions qui viennent à mon esprit :
– leur rôle tout d’abord dans ce roman. Leur attitude face un sujet tabou et à l’addiction de leur fils, les différentes phases qu’ils traversent. Vous nous en dites plus ?
-Et puis je pense aussi au parent que je suis (ou dans lequel vous pouvez vous transposer), le parent qui est l’adulte qui lit ce livre, l’adulte qui découvre un monde qu’il n’avait pas imaginé, l’adulte qui est porteur d’une éducation et qui se trouve confronté à une terrible réalité. Je crois que c’est dans ce rôle que ce livre m’a le plus chamboulé. Et vous comment l’avez vous vécu ?

HashtagCéline : L’attitude des parents peut paraître étonnante. On les sent détachés et on a surtout l’impression qu’ils prennent les problèmes apparents de leur fils (prise de poids, fatigue, chute des notes) à la légère. Il y a des signes ! Lucas est un ado et je pense que cela justifie beaucoup de choses à leurs yeux. Sa mère le dit lors d’un rendez-vous avec le prof principal “Tous les ados sont un peu comme ça, non?” Il a 16 ans et ce n’est plus un petit garçon que ses parents peuvent sans arrêt surveiller. Le père qui découvre le problème pense que grâce à son sermon et le visionnage d’une vidéo sur les dessous du porno, Lucas va passer à autre chose. Mais non. Je crois surtout que si l’on peut envisager certaines choses, l’addiction et l’ampleur de celle du héros est inimaginable. Et ses parents sont loin d’avoir saisi à quel point leur fils était accro. A quel moment un comportement devient véritablement inquiètant? Des modifications dans le comportement de Lucas donnent pourtant l’alerte mais je crois que ses parents n’ont pas envie de voir ou pas envie de croire que le problème est plus profond. Ca passera… Et puis, l’adolescence est une période trouble.
J’ai souvent eu envie de leur dire :”Mais vous ne voyez rien? Vous ne voyez pas comme votre fils est obsédé par son écran et ses vidéos??” Mais en même temps, malgré tout, je me disais qu’eux, à l’inverse de moi lectrice, n’avaient pas toutes les cartes en main. Mais j’avoue que ça m’a beaucoup fait réfléchir également. J’ai repensé à mon comportement d’ado envers mes parents et celui que j’aurai quand mes enfants seront ados eux-mêmes. On ne peut pas tout contrôler et il faut l’accepter. Et être très vigilant quoi qu’il arrive. C’est tellement compliqué !

SolectriceLes parents…
Le père semble prendre les choses en mains, à sa façon : il réagit en confisquant le téléphone et l’ordinateur, en imposant des images fortes pour culpabiliser son fils. Puis il redonne sa confiance, sans voir le malêtre de son fils, jusqu’au déni. Il refuse de questionner, d’échanger, de recourir à une aide. La mère, elle, paraît d’abord désemparée. Puis, comme elle a connu une dépression, elle cherche à tendre la main à son fils, voudrait l’emmener consulter un psychologue, mais elle abandonne face à la détermination de son mari, qui s’est toujours occupé de l’éducation de leur fils.
Quant à la mère que je suis, bien sûr, j’ai reçu ce livre en pleine face. J’ai pensé aux échanges fréquents que j’ai avec mes filles sur l’utilisation d’internet, aux limites que je pose comme l’extinction et la mise à distance des objets connectés la nuit. J’ai pensé aussi aux parents démunis ou insouciants que je croise et qui n’ont pas conscience de ces risques.

Alice : Je comprend leur désarroi, mais ils ont eu un côté culpabilisateur en montrant cette video, non ? Je rajouterai que pour moi, ils n’ont pas forcément était à l’écoute ou du moins dans la communication. Privé l’ado des moyens techniques, et alors ? Ne fallait -il pas plutôt l’informer, l’éduquer différemment ? Ce sevrage brutal n’a finalement pas pu éviter la “rechute” ?

Ce livre est clairement en deux partie : après l’addiction, il ya le sevrage. Lucas change d’environnement, de fréquentation. que diriez-vous de cette période ?

Solectrice : J’étais soulagée en lisant la deuxième partie : autant je me sentais étouffer dans le huis clos tragique de la première partie, autant j’ai aimé vivre la renaissance de Lucas par son ouverture aux autres, par la bienveillante présence de la mer, par le recours à la psychologie, par l’atelier d’écriture. Cette période est aussi l’occasion de confronter différentes addictions et d’envisager l’espoir d’en sortir.

HashtagCéline : C’est ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman. Il y a la descente aux enfers, un moment-choc puis la lente reconstruction. L’auteur aborde l’addiction et le sevrage avec le même franc-parler. Après une première partie oppressante, dérangeante et inquiétante, j’étais moi aussi soulagée, une fois remise de mes émotions, que Lucas soit enfin pris en charge. Confronté à des adolescents de son âge, il découvre que l’addiction peut toucher n’importe qui et prendre sa source dans beaucoup de choses. Jeux vidéo, nourriture, cannabis, alcool… J’ai trouvé ça vraiment intéressant de parler de toutes les formes que pouvait prendre la dépendance. Et aussi de montrer que s’en sortir était possible sans cacher les difficultés rencontrées lors d’un sevrage, quel qu’il soit. Patrick Bard n’édulcore pas trop la réalité.

Alice : Certes cette deuxième partie est rassurante mais elle a quand même un peu continué à me secouer. C’est là que l’on se rend compte des dommages collatéraux (comme on dit), et notamment la vision faussée que Lucas a de la femme, de la sexualité et des rapports sexuels. Le choc du virtuel qui ne se transpose pas dans la réalité, c’est rude !
Et malgré tout je pense que c’est cette confrontation et cette innocence qui rendent Lucas touchant. Il est hyper attachant, vous ne trouvez pas ?

SolectriceLucas m’a touchée aussi mais j’avais du mal à comprendre que la relation amoureuse ne le transforme pas aussitôt. Ses progrès dans la réalité et ses rapports aux autres sont très justement abordés.

HashtagCéline : Oui, la seconde partie reste tout de même assez perturbante, on ne peut pas le nier. Lucas est un personnage qui, même si on a bien compris l’engrenage dans lequel il est tombé, nous déstabilise tout au long de ce roman car on le sent complètement déconnecté de la réalité. Et outre son addiction qu’il doit combattre, il doit aussi réapprendre à vivre avec les autres. Il n’a pas les codes! Et son rapport avec les filles et les relations qu’ils imaginent vivre avec elles sont effectivement complètement déplacées. Mais Lucas est une victime, formatée par les images avec lesquelles il s’est construit une vision fausse de la femme et de la sexualité. Oui, il est touchant car il a tout à réapprendre pour espérer avoir une relation amoureuse et plus largement une vie normale. Je ne sais pas si je me suis vraiment attachée à Lucas mais son histoire m’a bouleversée.

Alice : Oui c’est ça, c’est un roman bouleversant sûrement par le sujet traité (de mes souvenirs jamais abordé en littérature jeunesse) mais aussi par le traitement qui en est fait. Un sacré défi relevé haut la main par Patrick Bard, vous ne trouvez pas ? 

HashtagCéline : Honnêtement, j’étais plus que sceptique en débutant ce livre. Je me disais que clairement cela allait être difficile de parler de cybersexe sans tomber dans le glauque voire peut-être un côté racoleur… Et pas du tout! J’ai eu certains moments difficiles pendant ma lecture mais j’ai trouvé que Patrick Bard savait nous parler de ce sujet très “casse-gueule” avec beaucoup de réalisme et de justesse. J’ai refermé ce livre avec l’impression d’avoir lu un véritable témoignage. Il y a des détails, mais pas un étalage de tout et n’importe quoi. L’auteur a su nous en dire assez pour que l’on comprenne cette addiction aussi grave que toutes les autres et dont il est très difficile de parler. Et ce roman surtout, il fallait aussi avoir le courage de l’écrire. Bravo vraiment à Patrick Bard!

Alice : Oui, voilà, un livre qui a eu un accueil particulier auprès de nous, adultes. Mais qu’en est-il des ados ? Qui a déjà conseillé ce livre ? Personnellement, cela me pose question, car je ne pense pas qu’il puisse être conseillé ” à partir de …” mais plutôt en connaissance de la maturité de l’ado, de son éducation, … et tout cela est bien subjectif. Avez vous vendu/ prêter/conseiller ce livre ? Quel en a été le retour ?

HashtagCélineC’est tout le problème avec ce livre. J’avoue que je ne l’ai pas dans la Médiathèque où je travaille. Je n’ai pas eu de retour sur ce titre de la part des ados. C’est donc mon ressenti et mon regard d’adultes qui sont les seuls juges de ce livre. Et c’est vraiment dommage. Et c’est à cause de cela que contrairement à d’autres romans, je pense que spontanément, je ne me verrais pas l’offrir ou le conseiller en premier lieu. Sauf si on me demande un roman sur le sujet de l’addiction ou une histoire qui se rapproche d’un témoignage. C’est idiot au final car je suis sûre d’une chose : ado, j’aurais adoré lire un texte comme POV…

Alice : Qu’aurai je oublié de dire que vous souhaiteriez ajouter ? Un petit mot pour la fin ?

HashtagCéline : Rien de plus à dire si ce n’est que ce texte difficile et compliqué à conseiller est un roman qui a tout à fait sa place dans les rayons des librairies et bibliothèques. C’est pour moi presque une nécessité.

Alice : Bien d’accord avec toi !

 

***********

Retrouvez nos avis pour ce roman sur nos blogs :

HashtagCéline