Passeuse d’histoire : Liraloin, bibliothécaire à ses nombreuses heures perdues

A l’Ombre du Grand Arbre, nous aimons créer de nouvelles rubriques. Avec les « passeurs d’histoires », les arbronautes vous proposent de découvrir les différents métiers du livre. Ce lundi nous commençons avec Liraloin qui le jour est une bibliothécaire-infiltrée dans un réseau.

Votre bibliothécaire croquée par une jeune lectrice lors d’une séance de lecture pour une classe et autre dessin réalisé par un ex-collègue !

Comment es-tu devenue bibliothécaire ? Est-ce une vocation précoce ou le résultat d’un cheminement, et lequel ?

Je n’étais pas très douée pour les études. J’adorais lire et rêver, beaucoup trop même. Je me dirigeais plus vers le métier de professeur car j’aimais l’histoire et surtout le français. Parallèlement je répétais souvent « j’aimerais travailler dans les livres… » mais en ne sachant pas quoi faire exactement. C’est ma p’tite maman qui s’est dit que d’aller rencontrer la bibliothécaire de la médiathèque de notre ville serait une bonne idée (cette médiathèque venait d’être créée). Et là, révélation : le cursus et le contenu m’ont parlé de suite. Je peux dire qu’à l’âge de 18 ans je savais que je voudrais être bibliothécaire.

Quelles sont les principales qualités à avoir pour envisager ce métier selon toi ?

Il y a différents niveaux de compétences pour exercer ce métier. Si l’on veut occuper un poste comme le mien (responsable d’une section jeunesse), il est impératif d’avoir plusieurs cordes à son arc. Après, la charge de travail correspond à l’équipe que l’on encadre (autonomie, prise d’initiative, suivi des collections et des actions culturelles….). La principale qualité c’est d’avoir un grand sens du service public, nous sommes là pour les usagers. Tout va découler naturellement de cette notion.

On imagine le métier de bibliothécaire en se disant qu’il permet de lire énormément et en voyant surtout ce que l’on expérimente en tant qu’usager : quelqu’un qui nous aide à trouver LE livre qui correspond à ce que l’on est venu chercher…

En fait, c’est une idée complétement biaisée du métier. En médiathèque on ne lit pas, on lit chez soi comme les usagers. Je lis les albums pour vraiment être certaine de ne pas me tromper dans les âges, « les 0-4 ans » et les « 5-8 ans ». Après, tout dépend de l’investissement de la personne. C’est un métier en perpétuelle mutation donc j’essaye, par le biais des formations ou de ma curiosité naturelle, d’en savoir toujours plus. Je me rends compte que je n’arrête jamais, il est tellement important de savoir mesurer l’impact du numérique tout comme comprendre le succès de tel ou tel courant littéraire…

Comment choisis-tu les livres que tu commandes ? Peux-tu nous raconter le parcours d’un livre entre le moment où il arrive et celui de sa mise en rayon ?
Dans ma carrière, j’ai occupé plusieurs postes dans différentes villes. On ne fait pas les mêmes acquisitions, il faut mesurer les attentes du public et aussi savoir « bouleverser » les attendus. Exemple : une fois par mois je propose aux jeunes parents une matinée sur la sensibilisation à la littérature de jeunesse. Les parents qui y viennent n’ont pas les mêmes attentes. Pour un couple qui lit régulièrement à son bébé, je vais sortir des sentiers battus en leur montrant des livres atypiques vers lesquels ils ne seraient peut-être pas allés. A contrario de parents qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’on peut lire à un bébé, là je vais aller vers des livres plus faciles d’accès en leur montrant comment lire… sans évidemment donner de leçons. La seule chose que je dis (pour tous) : « prenez plaisir à lire l’album ou chanter, l’enfant le sentira tout de suite ». (bon j’ai divagué sur l’action culturelle mais tout est très imbriqué !)
Pour les acquisitions, nous avons des statistiques : taux de rotation d’un livre durant un an (le nombre d’emprunts d’un livre), c’est en partie cela qui va déterminer l’orientation des collections. Est-ce que je développe plus d’albums pour les 0-3 ans ? Comment achalander une collection de documentaires ? Est-ce que je ne vais pas extraire les albums jeux des albums pour attirer des enfants qui lisent moins car j’ai une section jeux vidéo et que cela peut être cohérent ?
Comme j’ai une certaine expertise en éditions jeunesse, je fais la différence dans le travail de certaines maisons d’éditions. Attention également à bien équilibrer les collections et ne pas acheter que des livres élitistes… sachant que certains ouvrages sont peu empruntés (comme la poésie et le théâtre), c’est à nous de mettre les collections en avant et d’en faire la médiation (c’est un autre pan du métier).
Le livre est commandé chez un libraire (les médiathèques travaillent avec des prestataires qui répondent aux critères d’un marché établi par des collègues travaillant en politique documentaire – j’y ai travaillé également). Le livre peut arriver équipé ou nu selon les degrés de prestation. Pour un livre nu, il faut l’équiper : code-barre, estampillage (tampon de la médiathèque), pose de charnière et de filmolux (couverture avec un film plastique spécial), de la puce RFID (antivol) et de la cote du livre (son adresse : pour le retrouver en rayon). Ensuite il est catalogué (référencé dans le SIGB – le logiciel de la médiathèque). Chaque médiathèque a son SIGB et donc le développe selon les demandes hiérarchiques (tranches d’âges, genre des romans ou des films, section jeunesse ou ado, fonds spécifiques : parentalité ou FAL (Facile à Lire). Puis mise en rayon, en facing pour les mettre en valeur ou sur les tables de nouveautés ….

Quel aspect de ton métier préfères-tu ?

J’aime beaucoup ce que je fais au quotidien. Ce que je préfère c’est de monter des projets et des actions culturelles en direction des usagers et choisir les documents qui correspondent au public en attente. Pour moi, le seul fait qu’une maman me dise « je trouve vraiment tout ce que je veux dans cette médiathèque » me prouve que j’ai réussi à faire des acquisitions pertinentes. La communication est très importante, il ne faut rien laisser au hasard, elle passe autant par la médiation des collections (tables thématiques, mise en avant d’un auteur…), que par la médiation des actions (savoir reconnaître un usager qui serait intéressé par tel ou tel atelier…). C’est pour tout ce qui se passe dans les murs de la médiathèque car le travail hors les murs est aussi important, notamment les projets que l’on monte avec nos partenaires associatifs ou éducatifs.

Et, a contrario, y a-t-il des tâches un peu moins sympas dont les usagers n’ont pas conscience ?

Je dirais que c’est la difficulté de se faire entendre par la collectivité parfois. Il n’y a pas de tâches moins sympas, enfin pas à mon niveau. Par contre, je n’occuperai jamais un poste en direction : faire des plannings, gérer le bâtiment… ce n’est pas ce que je préfère.

Dans les inconvénients (mais c’est peut-être une vision biaisée du métier), une sous-question sur le poids de l’administratif ou des budgets à gérer peut-être ?

Cela dépend vraiment de la collectivité. J’ai connu des budgets très serrés comme le contraire. J’ai quitté un poste en politique documentaire principalement pour cet aspect. Gérer des commandes, passer des commandes…. Ce n’est pas très stimulant. Heureusement il y a d’autres tâches très bien en politique documentaire mais on est moins dans l’action auprès du public.

Comment conseilles-tu tes lecteurs et lectrices ? As-tu des valeurs sûres, ou essaies-tu de cerner leurs envies de manière très personnalisée ?

C’est très aléatoire je dirais. Le fait de créer une table thématique peut mener la lectrice-le lecteur à prêter attention à des livres vers lesquels il/elle ne serait pas allé/e. Ce que je préfère c’est surprendre l’usager !

Après il y a aussi le conseil individuel. C’est toujours agréable lorsqu’on range les étagères, souvent les lecteurs nous interpellent. Il m’arrive aussi de m’immiscer en toute discrétion pour un conseil comme ça : surtout quand une maman explique à son fils qu’elle en a marre car il ne lit que des mangas et qu’elle aimerait qu’il lise un roman, c’est classique et là bim… je m’adresse à l’enfant directement, le parent n’existe plus et je lui demande ce qu’il préfère : l’aventure, le suspens, avoir peur…. Généralement il ou elle repart avec LE roman. Comme toute bibliothécaire, j’ai des valeurs sûres.

Les bibliothèques peuvent jouer un rôle super important pour devenir ‘lecteur’, découvrir la littérature. As-tu une anecdote que tu voudrais nous raconter ?

Récemment une éducatrice d’un centre social (celui du quartier de la médiathèque) m’a demandé d’accueillir à la médiathèque des familles qui ne fréquentent pas le lieu. C’était un chouette moment, j’avais préparé des lectures pour les 5-11 ans, des valeurs sûres ! Lors du temps fort sur la restitution des actions menées par ce centre social, l’éducatrice m’a expliqué que les enfants et les parents avaient tellement adoré les histoires qu’elle avait envie de faire venir un conteur plutôt qu’un magicien. Elle m’a expliqué aussi que pour elle c’était le moment qu’elle avait préféré car le groupe était agité et que j’avais su capter leur attention. Il ne m’en faut pas plus pour être heureuse.

Et peut-être ta plus belle rencontre / ton plus beau souvenir ?

Je ne sais pas si j’ai un plus beau souvenir. Ce que je cherche dans ce métier c’est la décharge de bonheur que le conseil ou une situation peut provoquer. Le fait de voir qu’un enfant revienne à la bibliothèque avec ses parents car il n’arrête pas de parler « de la dame qui a raconté des histoires » durant un accueil de classe. D’être émue lorsque je vois les collégiennes et collégiens sauter de joie lorsque je leur annonce qu’une autrice va venir les rencontrer. De voir qu’un bébé de 2 ans lit le petit album que je viens de lui lire, à sa manière, et qu’il le refait 1.2.3 fois de suite laissant son parent complètement bluffé.

Après un de mes plus beaux souvenirs c’est d’avoir modéré un auteur lors d’une rencontre avec le public. C’est beaucoup de travail mais si satisfaisant !

Les projets dont tu es le plus fière et/ou que tu adores mener ?

Le projet que j’adore c’est la création du comité de lecture avec le collège de mon secteur et cette relation de confiance qui s’installe avec la professeure-documentaliste. Cette année, les élèves sont très motivées et surprenantes. Le fait d’avoir associé également les élèves du conservatoire de théâtre est une belle initiative (les comédiens et comédiennes interprètent les extraits des romans choisis pour donner envie aux jeunes de lire). J’adore aussi « Nos doudous aiment les histoires » : sensibilisation à la littérature de jeunesse. Un titre que j’ai choisi car ce qu’aime le tout-petit c’est raconter à son doudou. A chaque fois, je me sens utile, passeuse d’histoires…

J’ai adoré lorsque ces mêmes élèves du conservatoire sont venus à la médiathèque répéter des textes que j’avais choisis sur la thématique de la liberté dans le cadre de « Partir en livre 2023 », c’était émouvant, si heureuse que les textes leur aient plu !

Après j’ai adoré monter un Apéro-comics pour faire découvrir les comics aux usagers emprunteurs de BD et mangas (c’était en 2016). Un autre projet dont je suis fière aussi c’était que des jeunes d’un centre aéré puissent lire des textes mis en musique par un percussionniste et une comédienne.

Il y a eu aussi ces jeunes d’un lycée pro qui avaient monté un club mangas (on s’y rendait une fois par mois, on avait même fait un speed-booking) et qui sont venus à la médiathèque sur un temps fort autour de la SF (alors que ce n’est pas du tout mon rayon). Après, sans prétention, je n’ai peur de rien, je suis si passionnée que tout est un plaisir !

Le public que tu préfères ?

Je n’ai pas de préférence mais je dirais tout de même le public jeunesse (c’est mon secteur). Tous les âges sont sympas. Je suis aussi à l’aise avec le public handicapé que les personnes âgées ou les tout-petits.

Tu as travaillé dans différentes structures, dans des bibliothèques de village peut-être avant de travailler dans de plus grosses structures (ou inversement ) : qu’as-tu préféré ? Pourquoi ?

C’est vrai, j’ai eu la chance de travailler pour différentes collectivités. J’ai débuté dans une médiathèque qui appartenait à un réseau de trois médiathèques en plus de faire partie d’une agglomération de 13 communes qui avaient aussi leur propre réseau interne, ou une seule médiathèque pour les petites communes. Nous avions le catalogue en commun et une méthodologie de catalogage commune ainsi qu’une navette (circulation des documents réservés-retours). Nous ne travaillions quasiment jamais ensemble. Par contre, les trois médiathèques travaillaient ensemble et les agents étaient mobiles selon leurs missions. Après, j’ai travaillé dans une médiathèque dans une commune de taille moyenne et le travail était différent. On est certes assigné à un poste mais on est plus multitâches. J’ai aimé travailler dans ces deux collectivités même si j’ai eu une petite préférence pour la médiathèque n’appartenant pas à un réseau, j’étais plus libre de créer des projets… bon cela tient aussi aux orientations de la direction. Actuellement je travaille sur un réseau de six médiathèques mais il y a beaucoup de retard par rapport à ce que j’ai connu et c’est parfois difficile.

Comment envisages-tu ta mission auprès des classes ? (que dirais-tu du partenariat entre bibliothèque et Education Nationale ?)

Je fais des accueils de classes depuis mes débuts (2005) et j’ai connu de belles actions. J’ai connu le travail sur un projet durant une année entière ou bien sur une création avec une temporalité plus courte. Cette année, c’est la première fois que je ne fais pas d’accueil de classe (maternelle-élémentaire), je me consacre aux autres accueils (petite enfance – collège – autres partenariats…). Peu d’agents ont de l’expérience dans ces accueils donc … ça m’embête mais je ne peux pas être partout. C’est la deuxième année que je reçois les 10 classes de 6ème du collège de mon secteur et cela commence à porter ses fruits. Les collégiens viennent s’inscrire ou fréquentent la médiathèque plus assidument. La fidélisation prend du temps.
Le partenariat entre les médiathèques et l’Education Nationale dépend vraiment de plusieurs facteurs. C’est un peu complexe à expliquer ici. Pour conclure je dirais qu’il n’y a pas la même implication selon les collectivités. C’est terrible car j’ai l’impression que l’on est en perpétuel recommencement. Rien n’est jamais acquis. Dans ce métier il est aussi important de se faire entendre et, là aussi, c’est compliqué…

Et pour finir : du vocabulaire surprenant… « mais quel est ce terme ? »

Désherbage : au Canada les professionnelles utilisent le terme « élagage », cela consiste à enlever des livres des collections.

Refouler : c’est redresser une étagère de livres

Bulletinage : opération de pointage des périodiques (revues)

Exemplariser : le fait de rattacher un exemplaire à sa notice

Estampillage : apposer le tampon de la médiathèque sur la page de titre.

******

Quel beau métier que celui de bibliothécaire !

Merci Liraloin d’avoir répondu à nos questions pour ce premier article de notre nouvelle rubrique sur les acteurs du livre !

Lecture commune : PONY de R.J. Palacio

Notre récente sélection de Western, nous a donné envie de partager une lecture commune. Isabelle, Linda et Lucie se sont retrouvées pour échanger autour du dernier roman de R. J. Palacio, PONY, qui les a grandement enthousiasmées.

PONY de R. J. Palacio, Gallimard Jeunesse, 2023.

Lucie : Outre cette magnifique couverture, le nom de R. J. Palacio a-t-il joué dans votre envie de lire ce roman ?

Isabelle : Oui, absolument ! Je garde un souvenir très vif de son roman Wonder. Très original, plume jolie et je me souvenais de très beaux personnages de parents. J’ai été intriguée par ce qu’elle pouvait développer dans un contexte tout à fait différent (puisque Wonder joue dans les États-Unis d’aujourd’hui).

Linda : Pas du tout ! Je ne connaissais l’auteure que de nom et n’avais rien lu d’elle jusqu’ici.

Wonder de R.J. Palacio, Pocket Jeunesse, 2014.

Lucie : Ce roman joue sur un registre très différent de Wonder. D’après sa couverture, à quel type d’histoire vous attendiez-vous ?

Isabelle : La couverture m’a évoqué l’univers du western : le soleil couchant, les grandes plaines, le cheval sur lequel le titre attire l’attention. Je me suis attendue à une grande épopée, initiatique dans la mesure où on voit que le protagoniste est un enfant.

Linda : La couverture évoque le western bien sûr. Je m’attendais à une grande aventure à dos de cheval, un récit initiatique également vu que c’est un enfant qui est assis sur Pony.

Lucie : Cet enfant est donc le héros, Silas ; et on le rencontre à un moment très particulier de sa vie puisque après avoir perdu sa mère très jeune, son père est enlevé sous ses yeux. Qu’avez-vous pensé de cette entrée en matière ?

Isabelle : Comme je m’y attendais, ça démarre comme un western. Une nuit sombre, des inconnus qui débarquent, une existence d’enfant complètement bouleversée suite à l’enlèvement du père par ceux qui ressemblent à des truands. On est directement embarqués dans l’intrigue, les enjeux sont maximaux et les péripéties commencent à se succéder. En même temps, on perçoit assez vite que ce roman ne va pas être un western classique…

Linda : Ce n’est pas tant l’enlèvement du père qui m’a interpellé que l’entrée dans le récit, cette façon de nous présenter les personnages, leur façon de vivre, leurs particularités. Parce que, comme le dit Isabelle, l’enlèvement du père en pleine nuit est un démarrage très classique pour un western.


Ce fut à cette époque que nos vies basculèrent pour toujours, à la suite de la visite avant l’aube de trois cavaliers et d’un poney à la tête sans poils.


Lucie : C’est vrai que le lecteur est très vite happé par l’intrigue ! Ton intuition s’est révélée vraie Isabelle, quels indices t’ont laissé penser que l’histoire n’allait peut-être pas être exactement ce qu’elle semblait d’un premier abord ?

Isabelle : Il y a ce personnage au nom étrange, Mittenwool, qui est présent dès le début mais qui n’est pas introduit comme les autres. Mittenwool, c’est un prénom, ça ? En tout cas, ce personnage est là, interagit avec Silas, glane assez vite des informations importantes sur ce qui est en train de se dérouler, mais on ne sait pas qui il est. On hésite aussi, vu le contenu de ses interventions, entre un enfant et un adulte. C’est hyper intrigant et plonge d’emblée le roman dans une sorte de quatrième dimension vraiment à part. Comment avez-vous réagi par rapport à ce personnage ?

Linda : J’avoue qu’au tout début, au vu de ce prénom, j’ai pensé que c’était un natif américain, ce qui n’aurait pas été si surprenant vu qu’il s’agit quand même d’un western. Mais très rapidement on comprend qu’il est autre chose sans vraiment comprendre qui il est vraiment ni le pourquoi de sa présence auprès de Silas. Et à partir du moment où Silas part à la recherche de son père, Mittenwool m’est apparu comme un protecteur…

Lucie : Je me suis interrogée un moment sur la nature de ce personnage, en effet. Tu as raison, R. J. Palacio ne le présente pas comme les autres. Il semble être le meilleur ami de Silas mais il est clairement à part. Où vit-il ? Où est sa famille ? Pourquoi ses rapports avec les autres personnages sont-ils si étranges ? Cela m’a clairement interpellée. Et toi Isabelle, comment as-tu réagi face à ce personnage ?

Isabelle : Je trouve que c’est quelque chose qui nourrit le suspense dans le roman. Quand je l’ai lu avec mon fils de douze ans, il m’a arrêtée à la première mention et demandé : “Mittenquoi ? C’est qui ?” Il était un peu perturbé à chaque fois, mais très intéressé aussi. C’est un personnage qui finalement a énormément attiré sa sympathie, il l’a adoré et s’est presque mis à rêver d’une telle relation.

Lucie : Je comprends que ton moussaillon ait rêvé. Mittenwool est éminemment sympathique et je dois dire que, comme Linda, j’ai été bien contente de le voir accompagner Silas dans son aventure, quelque soit sa nature !

Linda : En fait c’est vraiment plus sa présence auprès de Silas qui m’a intriguée. J’avoue ne pas avoir eu plus que ça de questions à son sujet que de savoir pourquoi il ne quittait pas Silas. Quel était ce besoin qu’il a de toujours le protéger ?

Isabelle : C’est quelque chose qui est très réussi dans ce roman. Il y a les péripéties, l’aventure, les cliffhangers typiques du Western, mais il y a cette bizarrerie qui interroge, le mystère qui entoure plusieurs des personnages. Deux types de mises sous tension qui viennent se combiner pour nous captiver.


À l’amour. À ce qui nous transcende. L’amour nous guide. L’amour ne nous quitte pas. L’amour est un voyage sans fin.


Lucie : En effet, l’ambiance de ce roman est très particulière. Comment la qualifieriez-vous et qu’apporte-t-elle selon vous ?

Linda : Pour moi il y a, en plus de l’aventure, une dimension fantastique qui vient jouer sur la notion de vie et de mort, notion intéressante car je trouve que le thème principal du roman reste l’amour, celui qui justement perdure au-delà de la mort. 

Isabelle : C’est effectivement une atmosphère étrange puisque tout ce qui se passe ne s’explique pas (et je ne parle pas que de Mittenwool), et je dirais pour rebondir sur ce que dit Linda que ce roman est aussi infiniment mélancolique. Outre la réflexion sur les frontières entre vie et mort, le fait que des souvenirs de Silas avec son père fassent intrusion dans son esprit alors qu’on ne sait pas s’il retrouvera le père y contribue, forcément. Mais aussi ces vieux daguerréotypes en noir et blanc montrés entre les chapitres qui montrent les visages graves que prenaient les gens à cette époque et donnent une forme aux personnages. 

Lucie : Ces daguerréotypes m’ont semblé avoir un lien avec ce côté fantastique et la présence de fantômes. Pour moi ils illustrent le souvenir des disparus, puisque le procédé était rare et coûteux et que donc les gens n’avaient souvent qu’une seule image pour se souvenir d’une personne. Et dans le même temps, en prenant la pose on ne montre jamais qu’une facette de soi (et encore !) et cela illustre aussi la quête d’identité qui anime notre Silas. Enfin c’est l’interprétation que j’en ai faite  !

Linda : Absolument ! L’auteure dit les utiliser pour donner un visage à ses personnages et peut-être plus. Mais quand on sait que ce sont des portraits d’inconnus, cela vient appuyer le fantastique. C’est comme donner vie à des fantômes… 

Isabelle : J’ai fait des parallèles avec des personnages du chapitre respectif, donc j’ai eu l’impression que c’était leurs portraits. Je n’ai lu qu’après qu’il s’agissait de vrais portraits d’époque et j’ai été admirative du travail de recherche de l’autrice. Je me suis fait la réflexion aussi à propos de l’arrière-plan des États-Unis de 1860 qui vient donner de la densité, de la profondeur au propos, de l’ampleur aux enjeux. L’époque est rendue tout en finesse, non ?


Toute mon existence, j’ai croisé des individus dans son genre. Bornés et sans imagination. Sans aucune vivacité d’esprit. Alors ils essaient de limiter le monde à des choses dérisoires qui leur paraissent compréhensibles, mais le monde ne peut pas être limité. Le monde est infini ! Et toi, si jeune que tu sois, tu le sais déjà.


Lucie : C’est assez subtil parce que Silas traverse essentiellement des étendues naturelles et non des villes, qui auraient permis des rencontres peut-être plus parlantes sur le contexte historique. Mais tout de même, cette histoire de fantômes évoque immédiatement le passé sanglant de la conquête américaine et l’extermination des natifs amérindiens. Et puis nous avons les recherches techniques du père autour de la photographie, les références littéraires… Cela participe à un contexte riche sans qu’il n’ait besoin d’être trop appuyé, il me semble.

Linda : Oui, les faits historiques ou les avancées scientifiques sont intégrés au roman comme autant d’éléments qui viennent donner de l’épaisseur à l’univers que construit l’auteure et à ses personnages. Ainsi la capacité de Silas à communiquer avec les fantômes permet de donner une voix aux victimes des combats : massacre des Indiens, conquête de l’Ouest, esclavagismes… 

Isabelle : J’ai vraiment apprécié la manière dont ce contexte assez passionnant puisque les États-Unis sont au bord de la révolution industrielle et de la guerre de Sécession, est restitué de manière très fluide sans prendre le dessus sur l’intrigue. L’enthousiasme de Silas et de son père pour les sciences, dont tu parlais Lucie, est vraiment quelque chose que j’associe à cette époque (je sais que vous avez lu Calpurnia qui joue quelques décennies plus tard).

Lucie : Outre Mittenwool, un autre personnage a une place prépondérante bien que ce soit le grand absent de l’histoire : Pa, le père de Silas. Qu’avez-vous pensé de sa personnalité et de ses rapports avec son fils ?

Linda : Martin est un homme décrit comme très intelligent, curieux et désireux d’améliorer le quotidien de tout un chacun… Il a d’ailleurs inventé des bottes avec des talons spéciaux qui lui valent un succès commercial important. Mais c’est sa relation à Silas, la façon dont il choisit de l’éduquer, loin des bancs de l’école, loin des gens « bornés et sans imagination » qui m’a fascinée mais également interrogée. Comme tu le disais Isabelle, ils partagent une passion pour les sciences mais il y a aussi la passion pour la littérature, les grands classiques, notamment autour de la mythologie, qui nourrissent l’imagination de Silas, mais en même lui donnent une vision erronée de la réalité. Il s’en rend compte peu à peu. Il s’aperçoit que son père l’a vraiment protégé mais que, malgré toutes les connaissances qu’il lui a apportées, il ne l’a pas préparé à vivre dans la réalité du monde dans lequel ils évoluent.

Isabelle : Je te rejoins, Martin est un personnage vraiment fascinant et attachant, avec plein de facettes un peu surprenantes, cette intelligence alliée à un tempérament à la fois aimant et très déterminé… Pour moi, il restera comme l’une des plus belles figures de pères que nous avons rencontrées lors de nos lectures. Et en même temps, il a une part de mystère qui m’a taraudée sans cesse, je n’arrivais pas complètement à le cerner et cela a irrémédiablement piqué ma curiosité et alimenté mes spéculations avec mon fils. Et toi, Lucie, comment l’as-tu perçu ?

Lucie : Comme vous j’ai été très touchée par cet amour qui le lie à son fils, sa confiance en son intelligence et sa bienveillance. L’épisode de la lentille destinée à photographier la lune m’a beaucoup marquée, il est très parlant. Et dans le même temps, il a tellement voulu protéger son fils qu’il l’a nourri intellectuellement sans lui donner toutes les clés pour affronter un quotidien sans lui. Comme vous le disiez, la question de son identité reste en suspens jusqu’au bout : est-il ou non ce faussaire de génie que les bandits sont venus chercher ?

Linda : Oui, l’auteure a réussi à nous maintenir tout du long dans le secret de ce personnage. On s’interroge alors que Silas n’ose même pas penser à ce que son père pourrait lui avoir caché, à la vie qu’il pourrait avoir eu avant… C’est assez fascinant !


Eh bien, c’est un de mes livres préférés, rétorquai-je. Fénelon l’a écrit pour le roi de France, quand le roi était enfant. Pour lui, la guerre n’est juste que si elle est menée pour apporter la paix. Mais notre gouvernement ne se bat pas pour la paix. Il se bat pour des territoires.


Isabelle : Tu parlais aussi des lectures qu’ils ont partagées, Linda, c’est quelque chose que j’ai trouvé très joli. L’autrice s’est vraiment demandé ce qu’un tel duo aurait pu lire comme textes à cette époque ! On y trouve les mythes grecs et arthuriens, ou les écrits de Fénelon qui sont un texte assez fondateur de la littérature jeunesse. Chouette d’imaginer que des familles ont pu partager comme nous des lectures du soir il y a 150 ans.

Lucie : Oui, tout à fait ! Cet aspect m’a énormément plu aussi !

Linda : D’ailleurs il y a un passage vers la fin où Silas raconte les lectures à voix haute le soir avant le dîner, des moments qu’il aime particulièrement et j’ai vraiment aimé retrouver dans un roman, une activité que nous partageons également avec nos enfants.

Les Aventures de Télémaque de Fénelon, folio classique, 1995 (pour cette édition)

Lucie : Bien que s’éloignant du genre par l’aspect fantastique que nous avons évoqué et par cette figure de père que l’on pourrait qualifier d’amateur éclairé, on retrouve tout de même de forts marqueurs du western dans ce roman. Un cheval, le fameux Pony, un vieux marshall, un binôme de shérifs, des méchants plutôt redoutables, mais aussi des paysages grandioses. Aimez-vous les westerns et – que ce soit le cas ou non – quel aspect vous a le plus convaincues ?

Linda : Je lis assez peu de western, de même que j’en regarde très rarement. Et je crois que dans Pony c’est tous les aspects que l’on a évoqué qui m’ont convaincue, car c’est eux qui nourrissent la trame du récit et donnent envie d’avancer la lecture pour voir où l’aventure va les mener, pour savoir si l’auteure nous donnera les réponses aux questions qu’elle soulève…

Isabelle : J’aime les westerns parce qu’ils ont tout un ensemble d’ingrédients qui nous sont familiers tout en nous emmenant très loin. Je suis assez fascinée par l’histoire des États-Unis, notamment à cette époque, donc toujours intéressée d’y voyager par le biais de nos lectures. J’aime aussi les grands paysages américains. Il y a enfin le motif récurrent de la liberté, souvent le héros du western joue un peu sa vie sur une quête de liberté et ici aussi, Silas se met en danger mais trouve sa voix et sa voie sous nos yeux. Après, je trouve que le roman commence comme un western classique mais qui déraille assez vite vers autre chose quand des spirales de souvenirs assez longues font intrusion dans le récit et quand on glisse vers le fantastique. C’est déconcertant mais c’est ce qui fait, pour moi, que le roman n’est pas qu’un chouette récit d’aventure mais un coup de cœur qui m’a profondément émue.

Parlons donc un peu de Pony qui donne son nom au roman, non ?

Lucie : Au vu de la couverture et du titre, je pensais que la relation de Silas et Pony serait plus développée. Ce n’est pas forcément un regret ni un manque car cette histoire est déjà extrêmement riche, mais je ne me voyais pas faire figurer ce roman dans notre article sur l’amitié entre enfants et animaux par exemple. Pony est une présence constante, fiable, mais pas aussi flamboyante que son apparition et sa description auraient pu le laisser penser. 

Isabelle : C’est vrai que le choix du titre est un peu décalé par rapport au roman. Mais Pony reste une bestiole admirable qui est un peu le pendant de Silas : une créature étrange (j’ai eu du mal à m’imaginer la tête qu’il peut avoir avec son crâne rasé) mais pleine de ressources, qui double les plus grands des chevaux et semble avoir une perception arrêtée des humains. Ne sous-estimez pas Pony ! Vous imaginez bien que mon garçon et moi avons été sous le charme.

Lucie : Nous avons toutes les trois beaucoup aimé ce roman et je me demandais : à qui conseilleriez-vous ce roman ?

Isabelle : Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, mon fils de 12 ans a vraiment aimé ce roman. Je l’ai déjà offert à un copain du même âge. Je n’hésiterai pas à le proposer de nouveau à des enfants bons lecteurs, surtout s’ils ont une affinité pour les romans historiques (peut-être plus que les westerns). Et vous ?

Lucie : J’avoue l’avoir déjà pas mal prêté et conseillé. Ce roman m’a beaucoup plu et je le trouve à la fois assez trépidant pour plaire à nos lecteurs assez jeunes (mais tout de même aguerris parce qu’il fourmille de références) et à la fois assez dense pour satisfaire des adultes. Il me semble que le côté fantastique est assez léger pour ne pas rebuter ceux qui n’apprécient pas énormément l’intrusion du surnaturel. Aussi bien mon fils du même âge que le tien que ma mère (retraitée) l’ont aimé. On peut donc le conseiller sans risque !

Isabelle : Ha ha, je l’ai aussi recommandé à ma mère qui était assez partante !

Linda : Je ne l’ai pour le moment recommandé qu’à l’une de mes filles de 14 ans car c’est un texte qu’elle devrait aimer. C’est une lecture qui a de quoi séduire beaucoup de lecteurs pour peu qu’on aime l’aventure, les héros courageux, les contextes historiques (ça me semble même assez essentiel), et le fantastique à petite dose. Il y a beaucoup d’émotions ce qui n’enlève rien et les personnages sont quand même assez attachants, en plus d’être singuliers (le duo de shérif est quand même bien drôle).

******

Avez-vous lu PONY ? Qu’en avez-vous pensé ? Nous espérons vous avoir donné envie de découvrir ce roman !

Black History Month

Qu’est-ce que le Black History Month, appelé également African American History Month ?

Le Black History Month est une commémoration annuelle qui dure tout le mois de février. Il a pour but de rappeler l’histoire des Noirs aux Etats-Unis, du commerce triangulaire et de l’esclavage jusqu’à aujourd’hui. Avant d’être célébrée durant tout le mois de février, le Black History Month a d’abord été le « Negro History Week » (1926). En 1976, dans le cadre du bicentenaire des États-Unis, le président Gerald Ford appelle les Américains à « saisir l’opportunité d’honorer les réussites trop souvent ignorées des Noirs américains dans tous les domaines à travers notre histoire ». C’est en 1986 que le Congrès déclare le mois de février « National Black History Month ».
Par le biais de livres, films, documentaires, témoignages, expositions, etc, sont mis en avant des modèles, des traditions, des cultures, des luttes (notamment celle pour les Droits Civiques), des héritages mais aussi les discriminations et revendications qui n’ont pas cessé mais qui ont pu se transformer au fil du temps.

******

Esclavage, commerce triangulaire

Un roman-fleuve sur l’esclavage, en trois tomes et en vers libres, cela pique la curiosité ! Kwame Alexander, fervent défenseur de la poésie, a su donner à son texte un rythme tenant du récit oral, un peu comme une mélopée qui épouse parfaitement son propos.
Ce premier tome est composé de deux parties. La première consacrée à la présentation de Kofi : sa famille, son quotidien dans le Haut-Kwanta (libre réinterprétation du Ghana par l’auteur) au milieu du XIXème siècle. Riche en personnages au fort caractère, en couleurs et en lumières, elle rend la seconde partie d’autant plus violente puisqu’elle raconte sa capture et le commerce triangulaire, du point de vue des prisonniers. Un roman qui allie puissance narrative et poétique, à réserver aux lecteurs aguerris.

La porte du non-retour, Kwame Alexander, Albin Michel, 2023.

L’avis de Lucie.

*

Autre trilogie sur l’esclavage, dans un genre très différent mais tout aussi poétique : Alma de Timothée de Fombelle. Nous avions fait une lecture commune de ce roman au souffle épique porté par une jeune fille au fort tempérament. Si l’histoire débute dans une vallée enchanteresse (et imaginaire), la famille d’Alma se retrouve rapidement éparpillée aux quatre coins du continent africain, puis de part et d’autre de l’océan Atlantique. L’auteur, marqué dans sa jeunesse par la visite des forts parsemant la côte africaine, s’est considérablement documenté pour rendre justice aux hommes, femmes et enfants arrachés à leur terre, traités et vendus comme du bétail. Mais il a su fait oublier ce travail de recherche pour emporter ses lecteurs dans une fresque historique aussi époustouflante que nuancée. Ce n’est pas peu dire que nous attendons le troisième – et dernier – tome avec impatience !

Les avis d’Isabelle, Lucie et LiraLoin sur le tome 1 et de Lucie sur le tome 2.

*

Des sauvages et des hommes contribue à raviver la mémoire d’un phénomène historique terrible, mais longtemps refoulé : celle des zoos humains où des habitants de pays colonisés furent exposés sous couvert d’expositions d’ethnographie coloniale. Attiré par la perspective de voir du pays et la promesse de pouvoir présenter sa culture, Edou quitte la Nouvelle-Calédonie et embarque à bord du navire pour la France. Le groupe déchante rapidement lorsqu’il se retrouve installé dans un enclos affublé d’une pancarte : « CANNIBALES ». Edou est un beau personnage dont on partage les rêves et la curiosité, l’amour de sa mère, la désorientation, la peur, la révolte – bref, l’humanité. Une humanité qui nous renvoie à la sauvagerie des faits dont le roman reste très proche, soulignée par de saisissants documents d’époque insérés au fil des page. L’alternance de points de vue révèle aussi le cynisme méprisant des tenanciers de zoos humains et la curiosité malsaine des visiteurs (plus d’un milliard et demi entre 1810 et 1940 tout de même, nous dit l’historien Pascal Blanchard en post-face). Si les romans d’Annelise Heurtier sont si inspirants, c’est qu’ils évoquent toujours le courage infini de ceux qui osent ouvrir les yeux et s’exposer en première ligne pour repousser les obscurantismes et conquérir de nouveaux droits.

Les avis de Lucie, Isabelle et Liraloin

*****

Ségrégation

Glaçant, Missié est le récit tragique d’une époque pas si lointaine où la ségrégation avait court dans nombreux états américains. Si l’esclavage y était aboli depuis 1865, le racisme n’en était pas moins violent à l’égard d’une population privée de ses droits élémentaires et tenue responsable de tous les maux. C’est ainsi qu’en dix minutes à peine, Martin fut condamné à mort pour le meurtre de deux fillettes blanches.
Christophe Léon signe un roman, court et terriblement percutant, inspiré de l’histoire vraie de George Junius Stinney Jr., condamné en 1944 à la chaise électrique alors qu’il n’avait que 14 ans. Sans preuves, le jugement fut expédié et l’enfant fut exécuté trois mois plus tard sans avoir même pu revoir ses parents. Il reste aujourd’hui encore le plus jeune condamné à mort de l’histoire des Etats-Unis.
Le texte, écrit à la première personne du singulier, s’adresse directement au lecteur, l’immergeant complètement dans cette terrible époque, rythmé par les « missié » de Martin qui se répètent inlassablement comme une prière, un appel à l’aide qui résonnera encore bien après la lecture. Les illustrations sobres de Barroux viennent appuyer la dureté et la violence de certaines scènes.

Missié de Christophe Léon, illustré par Barroux, D’eux, 2022.

L’avis complet de Linda.

*

Née petite dernière d’une fratrie de quatre enfants, Katherine montre très vite des aptitudes hors normes en mathématique. Protégée, aimée et encouragée par sa famille, cette jeune femme modeste ira jusqu’au bout pour y arriver. Elle deviendra cette femme, celle de l’ombre qui jouera un rôle essentiel dans l’avancée des recherches de la conquête spatiale américaine. 
« Je ne suis pas meilleure que les autres, mais les autres ne sont pas meilleurs que moi » telle est la phrase que Katherine Coleman (avant de devenir Johnson) se répètera sans cesse pour lutter contre la ségrégation et enfin accéder à un métier où les femmes restent minoritaires surtout lorsqu‘elles sont de couleur.
Carole Trèbor nous livre un récit très bien documenté avec beaucoup de références sur la vie des Afro-Américains en 1930. La ségrégation, hélas, trop présente dans le système éducatif nord-américain. Les notes en bas de page apportent de l’éclaircissement. D’ailleurs l’histoire est ponctuée de références : « Elle gagnerait 50 dollars par mois. Une telle rémunération lui paraissait énorme ! Et lorsqu’une de ses amies de l’AKA lui avait proposé que l’Etat attribuait 65 dollars mensuels aux enseignantes blanches du comté, Katherine avait balayé cette réticence d’un revers de la main : elle avait pris la résolution de ne pas s’appesantir sur les aspects négatifs. »

Combien de pas jusqu’à la lune de Carole Trébor, Albin Michel – collection Litt, 2020

*

Dans Bluebird, Tristan Koëgel met en scène Minnie et son père chanteur itinérant alors qu’ils font escale dans une plantation. Minnie rencontre Elwyn, dont elle tombe amoureuse, mais se voit obligée de fuir dans le Nord suite au passage à tabac de son père par des membres du Ku Klux Klan. Voyage au cœur des Etats Unis du milieu du 20ème siècle, à la fois social et culturel. Le périple de Minnie permet au lecteur de traverser la campagne agricole, mais aussi les villes de plus en plus urbanisées grâce aux descriptions inspirées de l’auteur.
Ce roman aborde donc la ségrégation, mais aussi les débuts du Blues, musique éminemment liée à l’histoire afro-américaine.

Bluebird, Tristan Koëgel, Didier Jeunesse, 2015.

*

Ce joli roman graphique fait résonner le souvenir des aventures de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn : on y retrouve les rives du Mississippi, des répliques réjouissantes, des affaires louches et surtout des mouflets qui font les 400 coups et que les manigances des adultes laissent perplexes. Ces pages célèbrent la manière dont les amitiés enfantines transcendent les clivages sociaux et raciaux. Si vous craignez les chaleurs de plomb, les mocassins d’eau, les alligators et les bateaux hantés, passez votre chemin ! Mais ne vous y trompez pas, le graphisme rond et les blagues potaches des protagonistes masquent un propos plus grave. L’innocence des enfants agit comme un révélateur de la violence des rapports de classe et de race sudistes. Beau et émouvant.

L’avis d’Isabelle

*

Est-il encore besoin de présenter Sweet Sixteen, roman phare d’Anne-Lise Heurtier ?
1957, alors que la Cour Suprême vient de mettre légalement fin à la ségrégation raciale dans les écoles publiques américaines, neuf élèves noirs s’inscrive dans le lycée le plus prestigieux de Little Rock, jusque-là réservé aux Blancs. Il leur faudra faire preuve de courage et de ténacité pour faire face à l’hostilité des 2500 autres élèves et de leurs familles. Pour ce roman, l’auteure s’est inspirée de faits réels pour confronter les points de vues de Molly Costello, l’une des « neuf », à celui de Grace Sanders, jeune fille de bonne famille qui se retrouve dans la même classe. La ségrégation les sépare comme un fossé insurmontable, mais l’une comme l’autre voit l’année qui devait être celle de ses sweet sixteen complètement bouleversée.

Sweet Sixteen d’Annelise Heurtier, Casterman, 2013.

L’avis d’Isabelle et de Blandine

******

Lutte pour les droits civiques

Ce matin-là en classe l’enseignante présente un tableau à ses élèves et leur demande ce qu’ils voient et pensent de cette scène surprenante où l’on voit une petite fille encadrée de quatre adjoints du marshal. Ce tableau s’intitule The problem we all live with et a été peint par Norman Rockwell en 1964 durant le Mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. Il représente la petite Ruby Brigdes, protégée par les agents fédéraux, alors qu’elle se rend à l’école. La scène se déroule en Louisiane et dénonce la ségrégation, pourtant abolie, et la violence qui en découle au travers de cette enfant noire qui vient d’être admise dans une école jusqu’ici réservé aux seuls enfants blancs.
S’inspirant de ce tableau et de ce fait, Irène Cohen-Janca raconte l’histoire de la petite Ruby, qui du haut de ses six ans, ne comprend pas la situation qu’elle vit : elle ne sait pas la haine de l’homme blanc, elle ne comprend pas ce que font ces gens devant l’école chaque matin à crier et scander des messages de haine, elle n’a même pas conscience qu’ils sont là contre elle.
Avec pertinence et sensibilité, le message passe à l’enfant qui écoute le récit, l’enfant ne manque pas de s’interroger lui aussi sur cette situation. Qu’a donc bien pu faire cette petite fille pour être ainsi accompagnée à l’école ? Pourquoi ne peut-elle aller à l’école comme tous les autres enfants ? Message de tolérance, le texte est magnifiquement mis en images par Marc Daniau dont les peintures s’inspirent de celle de Rockwell et viennent lui rendre hommage.

Ruby tête haute d’Irène Cohen-Janca & Marc Daniau, Editions des éléphants, 2017.

L’avis de Blandine

*

S’il est une figure qui émerge instantanément à l’évocation de l’histoire des Noirs Américains, c’est celle de Martin Luther King. De nombreux livres de la littérature jeunesse le présente, lui et son engagement et lui rendent ainsi hommage.
Cet album se divise en deux parties. La première, biographique et dessinée, raconte en les croisant les parcours de Martin Luther King et de Rosa Parks. La seconde, documentaire, nous immerge dans cette époque par des photographies et des documents pour restituer le contexte historique avec les différences Nord/Sud, les lois Jim Crow, le Ku Klux Klan, les différents combats jusqu’à aujourd’hui (2008), l’hymne du mouvement pour l’égalité des Droits (« We shall overcome »). Un album essentiel !

Martin et Rosa. Raphaële FRIER et Zaü. Rue du Monde, 2013

L’avis de Blandine

*

Si Mohamed Ali fut un très grand champion de boxe, il fut aussi une figure de lutte pour les Droits Civiques. L’album reprend donc les grands moments de sa vie sportive comme ses prises de positions. Les mots, tout en rimes, se font poésie, comme un clin d’œil à ceux qu’il récitait inlassablement, pour déstabiliser, sur et hors du ring.

Mohamed Ali. Champion du monde. Jonah WINTER et François ROCA. Albin Michel Jeunesse, 2015

L’avis de Blandine

******

*

Et aujourd’hui ?

Le racisme et les combats pour l’égalité restent, plus que jamais, d’actualité. Pour le Black History month, pourquoi ne pas lire aussi des textes qui présentent le vécu et le point de vue de personnes racisées ?

Ghost, c’est une chouette leçon de vie signée Jason Reynolds. Il y est question de sport, de dépassement et de réalisation de soi, pour celui à qui la société et le sort n’ont pas donné les meilleures cartes. En rencontrant un coach et une équipe d’athlétisme, Ghost découvre que la course pourrait prendre un autre sens que celui de fuir pour sauver sa peau : une motivation puissante, l’intégration dans une équipe et, pourquoi pas, une source de fierté ! Mais l’adolescent parviendra-t-il à laisser derrière lui la violence et à canaliser sa rage pour parvenir à rester dans la course, déjouant ainsi les déterminismes sociaux et raciaux ? Malgré la misère, les stigmas sociaux et le poids du passé, Ghost fait tout ce qu’il peut pour trouver son chemin. Son histoire tient en haleine de bout en bout. L’auteur s’inspire de textes de rap, ses mots claquent et vont droit au cœur.

L’avis complet d’Isabelle

*

L’autrice de Signé poète X dédie ce roman en vers libres à ses élèves et aux « petites sœurs qui rêvent de se voir représentées ». Effectivement, Elizabeth Acevedo tend un miroir à celles qui ont trop peu l’occasion de se reconnaître en littérature – et, sans doute, encore moins en poésie. Mais c’est une lecture dont les autres ne devraient surtout pas se priver ! Car ce livre, c’est une fenêtre ouverte sur des mondes qui ne nous sont pas familiers – Harlem et les communautés américaines-dominicaines, le slam, la poésie. Une altérité qui n’empêche en rien de s’identifier à Xiomara, seize ans, qui grandit dans une famille d’immigrés dominicains et se pose de plus en plus de questions sur son corps qui change, sur ce Dieu qui préoccupe tant sa mère, sur la façon dont l’Église et la société traitent les filles, sur les garçons et le désir. Mais ses doutes et ses révoltes grondent en silence, sous une carapace bien verrouillée – qui, de toute façon, s’intéresse à ce qu’elle aurait à dire ? Un jour, cependant, se crée un club de slam dans son lycée. Et puis il y a l’attention d’une professeure, l’amour du frère jumeau, l’amitié de Caridad et la douceur d’Aman… Xiomara range ses bottes de combat, descelle ses lèvres et trouve peu à peu sa voix. L’intensité, les colères et bouleversements adolescents sont dits avec une férocité implacable mais souvent drôle. Mais Xiomara dit aussi et surtout, avec une justesse bouleversante, la libération de pouvoir les exprimer, d’être entendue et de renouer le dialogue. Impossible de ne pas vibrer passionnément pour elle, par la magie des mots, qu’on soit une femme, un.e ado dont le corps devient à la fois trop grand et trop étroit, ou tout simplement humain.

L’avis complet d’Isabelle

******

Voici l’histoire de Starr Carter, 16 ans, mais aussi de Kahlil, Maverick et Lisa, Seven et Sekani, Kenya, DeVante, Carlos, Maya, Chris, etc. Nous les suivons sur treize semaines, cinq parties et vingt-six chapitres.
Starr a 16 ans, jet est la fille d’un ancien membre respecté de gang, Maverick surnommé Big Mav’ qui tient une épicerie, elle habite à Garden Heights, un quartier ghetto décrépi. Mais elle va dans un lycée de Blancs à 45 mn de chez elle et sort avec un Blanc, Chris.
Alors qu’elle quitte une soirée où il y a eu des coups de feu avec son ami d’enfance Khalil, ils sont arrêtés par un policier. Ce dernier fait feu sur Khalil. Il meurt. Elle est la seule témoin. Starr accepte d’aller faire une déposition mais à aucun moment l’innocence de Khalil ou la culpabilité du policier, matricule cent quinze, ne sont mentionnées, envisagées. Starr va accepter de parler, de témoigner, pour qu’on rendre justice à Khalil, et d’une manière plus large, à la communauté noire, si souvent bafouée.
Le titre de ce roman est un hommage à Tupac Shakur, rappeur noir américain (1971-1996), fils de Black Panthers, et à l’origine de l’acronyme T.H.U.G. L.I.F.E (The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody, soit « la haine qu’on donne aux bébés fout tout le monde en l’air.« ) La « Thug Life » n’est pas une apologie de la violence mais bien une philosophie de vie, un appel à la tolérance, à l’égalité raciale et sociale, en s’élevant soi-même par l’effort, le travail et la résilience, mais aussi avec une action venant du monde politique.
Il y a donc tout ça dans ce roman. La ghettoïsation, le déterminisme social, les préjugés en fonction de la couleur de la peau, la haine raciale, le racisme ordinaire, les gangs, la violence latente, la drogue, l’argent (facile), mais aussi la volonté de changer les choses en agissant à son niveau et avec ses possibles. Il délivre différents messages de Lutte pour les Droits des Noirs et s’inspire d’autres figures historiques. Ainsi, Martin Luther King est à peine évoqué quand Malcom X ou Huey P. Newton (membre fondateur des Black Panther avec Bobby Seale) le sont tout du long.

The Hate U Give – La haine qu’on donne. Angie THOMAS. Nathan, 2018

L’avis de Blandine

*

Injustement accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Amal a été condamné parce qu’il était au mauvais endroit au mauvais moment. Depuis le centre pénitentiaire, le lycéen maintient son humanité au travers de son art qui s’exprime par la peinture et les mots. Et ce sont les mots qui nous happent ici puisque le texte, écrits en vers libres, nous raconte l’enfance, le procès mais surtout l’emprisonnement de ce jeune homme sensible condamné d’avance à cause de la couleur de sa peau…
Inspiré de l’histoire de Yusef Salaam, l’un de ses auteurs, le récit dénonce les violences raciales et les condamnations abusives contre la communauté afro-américaine, encore bien trop courantes aux Etats-Unis, et fait écho au mouvement Black Lives Matter. La puissance des mots se déverse dans une palette d’émotions qui renvoie à la force moral de son jeune héros qui tente de survivre à l’enfer du monde carcéral et de maintenir son humanité au travers de l’expression artistique qui l’anime. Puissant !

Mes coups seront mes mots d’Ibi Zoboi & Yusef Salaam, Gallimard jeunesse, 2021.

******

Connaissez-vous certains de ces titres ? En avez-vous à nous recommander ?

Nos Coups de Cœur de Janvier

Janvier, premier mois de l’année, nous a réservé bien des surprises et ce n’est pas la météo qui nous aura tenu loin de la bibliothèque. Bien au contraire, la saison se prête encore idéalement à la lecture confortablement installé sous un plaid, non loin d’une source de chaleur. Nous vous présentons nos derniers coups de cœur !

******

Il y a eu bien des lectures enthousiasmantes chez Linda en ce début d’année. Elle aurait pu glisser Pony de RJ Palacio ou Nous traverserons des orages d’Anne-Laure Bondoux, mais elle s’est dit qu’il serait bien de sortir de sa zone de confort en mettant en avant deux titres qui s’écartent clairement de ses lectures habituelles.
Pour commencer, Linda a donc choisi les deux premiers volumes d’une série manga qu’elle a adoré redécouvrir dans un nouveau format plus grand, plus épuré et enrobé de couvertures soignées qui viennent rehausser la beauté de chacun des tomes. Si l’histoire traite d’un premier amour entre deux adolescents que tout oppose, c’est la maitrise narrative et la complexité de ses personnages qui font l’intérêt de cette série qui reste un incontournable du genre. La force de leur attachement se fait dans la force qu’ils mettent à affronter les épreuves passées et le soutien indéfectible qui les unit et les pousse à se protéger mutuellement.

Retrouvez son avis complet ICI.

******

Et parce qu’elle lit peu d’album pour les tout-petits, Linda avait envie de présenter le dernier titre d’Anne Cortey qui a su la séduire par son format, ses illustrations colorées et son écriture poétique.
Il est ici question de l’enfant qui grandit et qui, petit à petit, quitte le cocon rassurant de son foyer et des bras de sa maman, pour aller à la découverte du vaste monde. Linda aime particulièrement l’idée de jouer sur la profondeur des plans pour montrer toute l’immensité du monde au regard de l’enfant dans des collages pétillants de couleurs. Mais c’est aussi la douceur du texte, mise à hauteur d’enfant, qui a su si bien la toucher en montrant la force et le courage qu’il faut au tout-petit de s’affranchir tout en gardant à l’esprit que maman n’est jamais bien loin.

Le monde est immense d’Anne Cortey et Marion Cocklico, Grasset Jeunesse, 2024.

Retrouvez les avis de Linda et LiraLoin.

******

17 millimètres, c’est minuscule mais c’est tout de même suffisamment grand pour bouleverser une vie. 17 millimètres, c’est la taille du problème de Mona, 16 ans, qui a fait l’amour avec son petit ami pour la première fois lors d’un camp de vacances. Ils ont pris leurs précautions, mais le préservatif a craqué et ils n’ont pas osé en parler. La voilà donc quelques semaines plus tard avec une dizaine de tests de grossesse positifs sur les bras, ne parvenant pas à réaliser. Mais il va falloir prendre une décision, la seule qu’elle envisage à son âge et dans sa situation : l’IVG. Où aller ? Par qui se faire conseiller et accompagner ?
Lucie a été séduite par ce texte en vers libres délicat et empathique. Refusant tout raccourci ou jugement, Florence Médina entraîne les lecteurs dans les pensées de son héroïne face à une situation douloureuse vécue par tant de femmes. Angoisses, regrets, rencontres culpabilisantes ou au contraire pleines d’humanité, le parcours est semé d’embuches, même en France. Et le passage à l’acte marque à vie. Un texte magnifique pour mieux comprendre et accompagner.

17 millimètres, Florence Médina, ScriNeo, 2024.

Son avis complet ICI.

******

Pour ce mois-ci Liraloin s’est plongée dans des souvenirs d’enfance avec la série animée Juliette je t’aime. Quels merveilleux moments partagés avec les membres de la Maison Ikkoku.

Yusaku Godaï est un jeune homme d’une vingtaine d’année qui essaye, tant bien que mal, de réussir un peu ce qu’il entreprend mais toujours maladroitement. Faut dire qu’il n’est pas aidé par son entourage proche un tantinet très envahissant. Si vous vous sentez seul(e), comptez sur Akemi la barmaid dont la nuisette est la tenue préférée, Mr Yotsuya l’étrange voisin dont on ne se sait rien à part qu’il aime écouter aux murs (creusés s’il vous plait) et Mme Ichinose qui a toujours un prétexte pour danser éventails déployés. Un trio infernal qui passe son temps à « fêter » tout et n’importe quoi dans leur lieu favori : la chambre de Mr Godaï. Tout ce petit monde est pensionnaire à la Maison Ikkoku une vieille bâtisse légèrement délabrée qui va accueillir incessamment sous peu une nouvelle gardienne : Kyoko Otonsahi jeune et jolie veuve…

Durant la lecture des dix volumes la le lectrice lecteur va s’amuser grandement entre les déboires de Mr Godaï, les réflexions complétement décalées du trio de locataires mais surtout prendre plaisir à se régaler des quiproquos et des situations loufoques parfois émouvantes qui vont se glisser quotidiennement entre les personnages. Chaque épisode connaît son lot de rebondissements mais cela je vous laisse le soin de le découvrir.

Maison Ikkoku – perfect édition- de Rumiko Takahashi, Delcourt-Tonkam, 2020 – 10 volumes

******

De l’aventure, des cascades spectaculaires, des secrets, des personnages délicieusement imprévisibles, des répliques cultes et un souffle épique – bref, de la fiction avec un grand « F » : La plus grande, le tout nouveau roman de Davide Morosinotto est aussi fabuleux que les précédents ! Isabelle et son moussaillon de 12 ans ont adoré voyager, par la magie des mots, dans la Chine du 18ème siècle. Une époque mouvementée où l’empereur ne règne que de loin, laissant libre-cours aux manigances des mercenaires, des « diables étrangers » et autres pirates. Dans ce monde impitoyable, l’orpheline Shi Yu semble bien vulnérable. Et pourtant… Son destin extraordinaire ressemble à une magistrale partie d’échecs qui la mènera à commander une immense flotte pirate, le tout dans un décor exotique où Hong-Kong est encore une baie sauvage, où l’on mange des racines de lotus et de la soupe de cuisse de grenouille, et où le cheongsam est la tenue de rigueur. Quel plaisir de voir Shi Yu déjouer tous les déterminismes et de se laisser porter par les ondes féministes et émancipatrices qui irriguent cette intrigue ! De quoi faire rêver d’être capable de pratique le Wushu de l’air et de l’eau, et donner envie d’en savoir plus sur Ching Shih, la pirate de légende qui a inspiré ce roman.

La plus grande, de Davide Morosinotto. Médium, L’école des loisirs, 2023.

*

Et en BD, c’est Pépin et Olivia qui a suscité le coup de coeur de l’équipage de L’île aux trésors qui n’a pas su résister aux réminiscences de Tom-Tom et Nana ni à la fantaisie inimitable du trait de Camille Jourdy. Pépin et Olivia forment un duo frère-sœur aussi ingénu que tonique. Si vous les entendez s’animer, attendez-vous à tout. Mais si cela fait trop longtemps que vous ne les entendez plus, imaginez le pire ! L’esprit d’enfance règne en maître sur ces pages et il ne fait aucun doute que les mouflets de tous âges rigoleront, histoire après histoire, des frasques des protagonistes. En tout cas ceux qui ont eu la manie d’égarer leur cartable, ceux qui aiment jouer avec un « J » majuscule, se laisser dépasser par leur propre imagination, célébrer des fêtes de rien du tout. Les adultes sont moins outranciers que dans la famille Dubouchon, on aime quand ils déraillaient un peu, eux aussi. En même temps, ce sont aussi eux qui permettent de très jolis moments de partage intergénérationnels. Adorable !

Pépin et Olivia : La grande fête de rien du tout, de Camille Jourdy. Éditions Dupuis, 2023.

******

Et vous, qu’avez-vous lu et aimé en ce mois de janvier ?

Nos classiques préféré.e.s : Un regard sur l’enfance avec Helen Oxenbury

Helen Oxenbury est une autrice et une illustratrice incontournable de la littérature jeunesse. Créatrice de la série emblématique Léo et Popi, elle s’illustre dans les albums pour les bébés et les jeunes enfants qui sont les héros aux joues rebondies des histoires qu’elle invente ou illustre pour d’autres auteur.e.s. Nous avons aussi grandi avec ses albums, c’est pourquoi il nous semblait impossible de ne pas l’inviter parmi nos classiques.

Voici une sélection de nos albums préférés.

******

Pour Linda, partir à La chasse à l’ours est une histoire de famille à partager sans limite. Un album qui mérite bien sa place ici pour au moins ces dix raisons…

La chasse à l’ours de Michael Rosen, illustré par Helen Oxenbury, Kaléidoscope, 2001.
  1. Pour la nostalgie que sa lecture procure, nous rappelant l’enfant que l’on a été ou celui/ceux que l’on a/a eu,
  2. Pour l’esprit de famille qui règne au fil des pages, et le partage de ce jeu de chasse à l’ours qui réunit toute la famille,
  3. Pour l’intemporalité de son récit, confirmé par le succès de cet album depuis sa première publication,
  4. Pour la musicalité de son texte qui se répète comme le ferait une comptine ou une ritournelle,
  5. Pour les onomatopées qui viennent plonger le lecteur dans la promenade en pleine nature,
  6. Pour le plaisir que procure l’écoute de la version anglaise interprétée et chantée par son auteur, Michael Rosen,
  7. Pour la tension qui monte crescendo face aux obstacles de plus en plus difficiles à franchir, plus effrayants aussi,
  8. Pour les émotions qui viennent animer la bouille des petits lecteurs, pas si éloigné de celles des personnages,
  9. Pour les illustrations tout en douceur qui alternent la couleur et le noir et blanc,
  10. Pour la chute surprenante qui laisse les plus petits stupéfaits.

******

Pour Isabelle, Helen Oxenbury, c’est notamment les illustrations de 2 petites mains et 2 petits pieds. Il y aurait au moins 10 raisons de penser à cet album qu’elle aime régulièrement offrir aux bébés de son entourage !

  1. Pour les bouilles réjouissantes des bébés célébrés, leurs adorables petites mains, leurs petits pieds. Leur venue au monde n’est-elle pas l’un des plus grands bonheurs qui soit ?
  2. Parce que les bébés aiment voir d’autres bébés dans les livres, les reconnaître au fil des lectures, s’amuser de leurs jeux et de leurs frasques.
  3. Pour la douceur des illustrations, si caractéristiques du style de Helen Oxenbury.
  4. Pour la joie de voyager autour du monde, dans des pays divers et variés, urbains, ruraux, nordiques ou orientaux…
  5. … et de découvrir à quel point les bébés du monde grandissent dans des conditions différentes
  6. Pour la manière dont cet album célèbre ce que tous ces bébés ont malgré tout en commun : « tous ces bébés, tout le monde le sait, ont deux petites mains et deux petits pieds » !
  7. Parce que malgré ce dépaysement, tous nos repères sont là. Grâce à la récurrence des adorables petites mains et petits pieds et de la petite phrase répétitive de l’album qui résonne comme une entraînante petite comptine que toute la famille entonne bientôt avec enthousiasme.
  8. Parce qu’au rythme de cette petite comptine, c’est joli de voir ces bébés grandir et être aimés.
  9. Pour la chute pleine de tendresse.
  10. Pour l’hymne réjouissant à la diversité, à la fraternité et aux câlins !

******

Pour Colette, Helen Oxenbury, c’est l’album créé en partenariat avec Phyllis Root, judicieusement intitulé Quand Big Mama a créé le monde. Un album qui résonne au moins pour 10 raisons !

Quand Big Mama a créé le monde…, Phyllis Root, Helen Oxenbury, Père Castor, 2002.
  1. Tout d’abord, voilà un album dont le titre résonne à la fois comme un pied de nez et un hommage aux forces démiurgiques, car oui, ce livre là n’est rien moins qu’une réécriture d’un des textes fondateurs de notre culture judéo-chrétienne puisque qu’il s’agit pour les deux artistes de revisiter le premier texte de la Bible : le livre de la Genèse.
  2. Mais voilà que dès les premières pages, on découvre un vibrant hommage au pouvoir incommensurable des mères qui sont des divinités à part entière car elles parviennent à créer des mondes tout en s’occupant de leur progéniture.
  3. Et cet hommage prend les traits d’une femme aux formes généreuses, comme sait si bien les dessiner Helen Oxenbury, aussi bien quand elle croque les bouilles des bébés que les belles hanches et la poitrine gourmande de notre Big Mama.
  4. Cet album est aussi un ravissement d’oralité, on y retrouve le rythme du texte d’origine, mais comme enrichi de l’expressivité de notre généreuse divinité : onomatopées, points d’exclamations et ce refrain qui sans cesse vient ponctuer la parole de Big Mama : « Beau travail, Beau travail, ma foi ! » Un album tout en optimisme, quoi !
  5. Et comme un écrin précieux à ce texte qui raconte tout de même comment notre monde fut créé, les illustrations d’Helen Oxenbury font la part belle aux couleurs : du bleu, puis du blanc, puis du noir, du jaune, du vert et peu à peu les couleurs se complexifient au fur et à mesure que de nouvelles créatures viennent habiter auprès de Big Mama.
  6. Cet album c’est aussi un hymne lumineux à la nature, aux animaux, et aux humains, un appel à regarder le monde avec tendresse et émerveillement.
  7. C’est aussi un bel hommage à ce qui fonde notre humanité – et qui nous est si cher à l’ombre du grand arbre : notre capacité à raconter des histoires pour nous tenir compagnie. Car oui quand Big Mama a été bien fatiguée au matin du sixième jour, elle a choisi de modeler des « gens ». « Et chacun avait une histoire à raconter à Big Mama. »
  8. Parce que vraiment quelle idée malicieuse de mêler les corvées de lessive et les ateliers pâtisseries à ce grand récit fondateur, une manière de redonner avec humour leur place aux femmes, aux mères en particulier, à toutes celles qui ont été effacées des récits de création.Une manière de répondre à cette question que je me suis souvent posée : pourquoi Dieu ne serait-il pas une figure féminine ?
  9. Parce qu’au final cet album invite à penser certaines questions philosophiques que les enfants ne manqueront pas de se poser : d’où venons-nous ? où allons-nous ? Quelle est l’origine du monde ?
  10. Un album tout en joie, qui invite à voir autrement les questions spirituelles, c’était un pari osé, ici parfaitement réussi !

******

Pour Liraloin, quel joie de relire cet album haut en couleur et en bonheur. Voici les dix raisons d’aimer cette histoire !

Très très fort ! de Trish Cooke & Helen Oxenbury, Père Castor, 1995
  1. Pour cette histoire en randonnée où le héros qui est au centre de toute l’attention est un tout-petit.
  2. Pour cet amour que les adultes et les jeunes enfants donnent à ce p’tit bonhomme !
  3. Pour le mouvement qui est donné par les illustrations d’Helen Oxenbury, les personnages ont une joie de vivre communicative, ils dansent presque…
  4. Pour ce défilé où tous les personnages ont un look particulier que la plupart de vos arbonautes ont connu : les couleurs vives des années 90’
  5. Pour la construction du texte : comme cette impression de lire une chanson, une ritournelle du bonheur qui donne envie de bouger et de s’émerveiller !
  6. Pour ces moments de respiration lorsque les personnages « ne font rien de spécial » à part attendre tranquillement. Chacun reprend son souffle.
  7. Pour ce véritable Vaudeville, cette porte qui ne cesse de s’ouvrir sur une tante, un cousin fou d’amour pour ce bébé.
  8. Pour cette couverture :  en 1994 (date de la première publication en Grande-Bretagne), c’est assez rare de voir un papa et son enfant.
  9. … comme il n’est pas banal de voir une famille à la peau noire héroïne d’un album jeunesse.
  10. Car lire cette histoire et faire défiler les superbes illustrations d’Helen Oxenbury nous donne une énergie folle !

******

Et vous, quel est votre album préféré d’Helen Oxenbury ?