Passeuse d’histoire : Liraloin, bibliothécaire à ses nombreuses heures perdues

A l’Ombre du Grand Arbre, nous aimons créer de nouvelles rubriques. Avec les « passeurs d’histoires », les arbronautes vous proposent de découvrir les différents métiers du livre. Ce lundi nous commençons avec Liraloin qui le jour est une bibliothécaire-infiltrée dans un réseau.

Votre bibliothécaire croquée par une jeune lectrice lors d’une séance de lecture pour une classe et autre dessin réalisé par un ex-collègue !

Comment es-tu devenue bibliothécaire ? Est-ce une vocation précoce ou le résultat d’un cheminement, et lequel ?

Je n’étais pas très douée pour les études. J’adorais lire et rêver, beaucoup trop même. Je me dirigeais plus vers le métier de professeur car j’aimais l’histoire et surtout le français. Parallèlement je répétais souvent « j’aimerais travailler dans les livres… » mais en ne sachant pas quoi faire exactement. C’est ma p’tite maman qui s’est dit que d’aller rencontrer la bibliothécaire de la médiathèque de notre ville serait une bonne idée (cette médiathèque venait d’être créée). Et là, révélation : le cursus et le contenu m’ont parlé de suite. Je peux dire qu’à l’âge de 18 ans je savais que je voudrais être bibliothécaire.

Quelles sont les principales qualités à avoir pour envisager ce métier selon toi ?

Il y a différents niveaux de compétences pour exercer ce métier. Si l’on veut occuper un poste comme le mien (responsable d’une section jeunesse), il est impératif d’avoir plusieurs cordes à son arc. Après, la charge de travail correspond à l’équipe que l’on encadre (autonomie, prise d’initiative, suivi des collections et des actions culturelles….). La principale qualité c’est d’avoir un grand sens du service public, nous sommes là pour les usagers. Tout va découler naturellement de cette notion.

On imagine le métier de bibliothécaire en se disant qu’il permet de lire énormément et en voyant surtout ce que l’on expérimente en tant qu’usager : quelqu’un qui nous aide à trouver LE livre qui correspond à ce que l’on est venu chercher…

En fait, c’est une idée complétement biaisée du métier. En médiathèque on ne lit pas, on lit chez soi comme les usagers. Je lis les albums pour vraiment être certaine de ne pas me tromper dans les âges, « les 0-4 ans » et les « 5-8 ans ». Après, tout dépend de l’investissement de la personne. C’est un métier en perpétuelle mutation donc j’essaye, par le biais des formations ou de ma curiosité naturelle, d’en savoir toujours plus. Je me rends compte que je n’arrête jamais, il est tellement important de savoir mesurer l’impact du numérique tout comme comprendre le succès de tel ou tel courant littéraire…

Comment choisis-tu les livres que tu commandes ? Peux-tu nous raconter le parcours d’un livre entre le moment où il arrive et celui de sa mise en rayon ?
Dans ma carrière, j’ai occupé plusieurs postes dans différentes villes. On ne fait pas les mêmes acquisitions, il faut mesurer les attentes du public et aussi savoir « bouleverser » les attendus. Exemple : une fois par mois je propose aux jeunes parents une matinée sur la sensibilisation à la littérature de jeunesse. Les parents qui y viennent n’ont pas les mêmes attentes. Pour un couple qui lit régulièrement à son bébé, je vais sortir des sentiers battus en leur montrant des livres atypiques vers lesquels ils ne seraient peut-être pas allés. A contrario de parents qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’on peut lire à un bébé, là je vais aller vers des livres plus faciles d’accès en leur montrant comment lire… sans évidemment donner de leçons. La seule chose que je dis (pour tous) : « prenez plaisir à lire l’album ou chanter, l’enfant le sentira tout de suite ». (bon j’ai divagué sur l’action culturelle mais tout est très imbriqué !)
Pour les acquisitions, nous avons des statistiques : taux de rotation d’un livre durant un an (le nombre d’emprunts d’un livre), c’est en partie cela qui va déterminer l’orientation des collections. Est-ce que je développe plus d’albums pour les 0-3 ans ? Comment achalander une collection de documentaires ? Est-ce que je ne vais pas extraire les albums jeux des albums pour attirer des enfants qui lisent moins car j’ai une section jeux vidéo et que cela peut être cohérent ?
Comme j’ai une certaine expertise en éditions jeunesse, je fais la différence dans le travail de certaines maisons d’éditions. Attention également à bien équilibrer les collections et ne pas acheter que des livres élitistes… sachant que certains ouvrages sont peu empruntés (comme la poésie et le théâtre), c’est à nous de mettre les collections en avant et d’en faire la médiation (c’est un autre pan du métier).
Le livre est commandé chez un libraire (les médiathèques travaillent avec des prestataires qui répondent aux critères d’un marché établi par des collègues travaillant en politique documentaire – j’y ai travaillé également). Le livre peut arriver équipé ou nu selon les degrés de prestation. Pour un livre nu, il faut l’équiper : code-barre, estampillage (tampon de la médiathèque), pose de charnière et de filmolux (couverture avec un film plastique spécial), de la puce RFID (antivol) et de la cote du livre (son adresse : pour le retrouver en rayon). Ensuite il est catalogué (référencé dans le SIGB – le logiciel de la médiathèque). Chaque médiathèque a son SIGB et donc le développe selon les demandes hiérarchiques (tranches d’âges, genre des romans ou des films, section jeunesse ou ado, fonds spécifiques : parentalité ou FAL (Facile à Lire). Puis mise en rayon, en facing pour les mettre en valeur ou sur les tables de nouveautés ….

Quel aspect de ton métier préfères-tu ?

J’aime beaucoup ce que je fais au quotidien. Ce que je préfère c’est de monter des projets et des actions culturelles en direction des usagers et choisir les documents qui correspondent au public en attente. Pour moi, le seul fait qu’une maman me dise « je trouve vraiment tout ce que je veux dans cette médiathèque » me prouve que j’ai réussi à faire des acquisitions pertinentes. La communication est très importante, il ne faut rien laisser au hasard, elle passe autant par la médiation des collections (tables thématiques, mise en avant d’un auteur…), que par la médiation des actions (savoir reconnaître un usager qui serait intéressé par tel ou tel atelier…). C’est pour tout ce qui se passe dans les murs de la médiathèque car le travail hors les murs est aussi important, notamment les projets que l’on monte avec nos partenaires associatifs ou éducatifs.

Et, a contrario, y a-t-il des tâches un peu moins sympas dont les usagers n’ont pas conscience ?

Je dirais que c’est la difficulté de se faire entendre par la collectivité parfois. Il n’y a pas de tâches moins sympas, enfin pas à mon niveau. Par contre, je n’occuperai jamais un poste en direction : faire des plannings, gérer le bâtiment… ce n’est pas ce que je préfère.

Dans les inconvénients (mais c’est peut-être une vision biaisée du métier), une sous-question sur le poids de l’administratif ou des budgets à gérer peut-être ?

Cela dépend vraiment de la collectivité. J’ai connu des budgets très serrés comme le contraire. J’ai quitté un poste en politique documentaire principalement pour cet aspect. Gérer des commandes, passer des commandes…. Ce n’est pas très stimulant. Heureusement il y a d’autres tâches très bien en politique documentaire mais on est moins dans l’action auprès du public.

Comment conseilles-tu tes lecteurs et lectrices ? As-tu des valeurs sûres, ou essaies-tu de cerner leurs envies de manière très personnalisée ?

C’est très aléatoire je dirais. Le fait de créer une table thématique peut mener la lectrice-le lecteur à prêter attention à des livres vers lesquels il/elle ne serait pas allé/e. Ce que je préfère c’est surprendre l’usager !

Après il y a aussi le conseil individuel. C’est toujours agréable lorsqu’on range les étagères, souvent les lecteurs nous interpellent. Il m’arrive aussi de m’immiscer en toute discrétion pour un conseil comme ça : surtout quand une maman explique à son fils qu’elle en a marre car il ne lit que des mangas et qu’elle aimerait qu’il lise un roman, c’est classique et là bim… je m’adresse à l’enfant directement, le parent n’existe plus et je lui demande ce qu’il préfère : l’aventure, le suspens, avoir peur…. Généralement il ou elle repart avec LE roman. Comme toute bibliothécaire, j’ai des valeurs sûres.

Les bibliothèques peuvent jouer un rôle super important pour devenir ‘lecteur’, découvrir la littérature. As-tu une anecdote que tu voudrais nous raconter ?

Récemment une éducatrice d’un centre social (celui du quartier de la médiathèque) m’a demandé d’accueillir à la médiathèque des familles qui ne fréquentent pas le lieu. C’était un chouette moment, j’avais préparé des lectures pour les 5-11 ans, des valeurs sûres ! Lors du temps fort sur la restitution des actions menées par ce centre social, l’éducatrice m’a expliqué que les enfants et les parents avaient tellement adoré les histoires qu’elle avait envie de faire venir un conteur plutôt qu’un magicien. Elle m’a expliqué aussi que pour elle c’était le moment qu’elle avait préféré car le groupe était agité et que j’avais su capter leur attention. Il ne m’en faut pas plus pour être heureuse.

Et peut-être ta plus belle rencontre / ton plus beau souvenir ?

Je ne sais pas si j’ai un plus beau souvenir. Ce que je cherche dans ce métier c’est la décharge de bonheur que le conseil ou une situation peut provoquer. Le fait de voir qu’un enfant revienne à la bibliothèque avec ses parents car il n’arrête pas de parler « de la dame qui a raconté des histoires » durant un accueil de classe. D’être émue lorsque je vois les collégiennes et collégiens sauter de joie lorsque je leur annonce qu’une autrice va venir les rencontrer. De voir qu’un bébé de 2 ans lit le petit album que je viens de lui lire, à sa manière, et qu’il le refait 1.2.3 fois de suite laissant son parent complètement bluffé.

Après un de mes plus beaux souvenirs c’est d’avoir modéré un auteur lors d’une rencontre avec le public. C’est beaucoup de travail mais si satisfaisant !

Les projets dont tu es le plus fière et/ou que tu adores mener ?

Le projet que j’adore c’est la création du comité de lecture avec le collège de mon secteur et cette relation de confiance qui s’installe avec la professeure-documentaliste. Cette année, les élèves sont très motivées et surprenantes. Le fait d’avoir associé également les élèves du conservatoire de théâtre est une belle initiative (les comédiens et comédiennes interprètent les extraits des romans choisis pour donner envie aux jeunes de lire). J’adore aussi « Nos doudous aiment les histoires » : sensibilisation à la littérature de jeunesse. Un titre que j’ai choisi car ce qu’aime le tout-petit c’est raconter à son doudou. A chaque fois, je me sens utile, passeuse d’histoires…

J’ai adoré lorsque ces mêmes élèves du conservatoire sont venus à la médiathèque répéter des textes que j’avais choisis sur la thématique de la liberté dans le cadre de « Partir en livre 2023 », c’était émouvant, si heureuse que les textes leur aient plu !

Après j’ai adoré monter un Apéro-comics pour faire découvrir les comics aux usagers emprunteurs de BD et mangas (c’était en 2016). Un autre projet dont je suis fière aussi c’était que des jeunes d’un centre aéré puissent lire des textes mis en musique par un percussionniste et une comédienne.

Il y a eu aussi ces jeunes d’un lycée pro qui avaient monté un club mangas (on s’y rendait une fois par mois, on avait même fait un speed-booking) et qui sont venus à la médiathèque sur un temps fort autour de la SF (alors que ce n’est pas du tout mon rayon). Après, sans prétention, je n’ai peur de rien, je suis si passionnée que tout est un plaisir !

Le public que tu préfères ?

Je n’ai pas de préférence mais je dirais tout de même le public jeunesse (c’est mon secteur). Tous les âges sont sympas. Je suis aussi à l’aise avec le public handicapé que les personnes âgées ou les tout-petits.

Tu as travaillé dans différentes structures, dans des bibliothèques de village peut-être avant de travailler dans de plus grosses structures (ou inversement ) : qu’as-tu préféré ? Pourquoi ?

C’est vrai, j’ai eu la chance de travailler pour différentes collectivités. J’ai débuté dans une médiathèque qui appartenait à un réseau de trois médiathèques en plus de faire partie d’une agglomération de 13 communes qui avaient aussi leur propre réseau interne, ou une seule médiathèque pour les petites communes. Nous avions le catalogue en commun et une méthodologie de catalogage commune ainsi qu’une navette (circulation des documents réservés-retours). Nous ne travaillions quasiment jamais ensemble. Par contre, les trois médiathèques travaillaient ensemble et les agents étaient mobiles selon leurs missions. Après, j’ai travaillé dans une médiathèque dans une commune de taille moyenne et le travail était différent. On est certes assigné à un poste mais on est plus multitâches. J’ai aimé travailler dans ces deux collectivités même si j’ai eu une petite préférence pour la médiathèque n’appartenant pas à un réseau, j’étais plus libre de créer des projets… bon cela tient aussi aux orientations de la direction. Actuellement je travaille sur un réseau de six médiathèques mais il y a beaucoup de retard par rapport à ce que j’ai connu et c’est parfois difficile.

Comment envisages-tu ta mission auprès des classes ? (que dirais-tu du partenariat entre bibliothèque et Education Nationale ?)

Je fais des accueils de classes depuis mes débuts (2005) et j’ai connu de belles actions. J’ai connu le travail sur un projet durant une année entière ou bien sur une création avec une temporalité plus courte. Cette année, c’est la première fois que je ne fais pas d’accueil de classe (maternelle-élémentaire), je me consacre aux autres accueils (petite enfance – collège – autres partenariats…). Peu d’agents ont de l’expérience dans ces accueils donc … ça m’embête mais je ne peux pas être partout. C’est la deuxième année que je reçois les 10 classes de 6ème du collège de mon secteur et cela commence à porter ses fruits. Les collégiens viennent s’inscrire ou fréquentent la médiathèque plus assidument. La fidélisation prend du temps.
Le partenariat entre les médiathèques et l’Education Nationale dépend vraiment de plusieurs facteurs. C’est un peu complexe à expliquer ici. Pour conclure je dirais qu’il n’y a pas la même implication selon les collectivités. C’est terrible car j’ai l’impression que l’on est en perpétuel recommencement. Rien n’est jamais acquis. Dans ce métier il est aussi important de se faire entendre et, là aussi, c’est compliqué…

Et pour finir : du vocabulaire surprenant… « mais quel est ce terme ? »

Désherbage : au Canada les professionnelles utilisent le terme « élagage », cela consiste à enlever des livres des collections.

Refouler : c’est redresser une étagère de livres

Bulletinage : opération de pointage des périodiques (revues)

Exemplariser : le fait de rattacher un exemplaire à sa notice

Estampillage : apposer le tampon de la médiathèque sur la page de titre.

******

Quel beau métier que celui de bibliothécaire !

Merci Liraloin d’avoir répondu à nos questions pour ce premier article de notre nouvelle rubrique sur les acteurs du livre !

Nos coups de cœur de novembre

Novembre et la course aux cadeaux peut débuter ! Mieux vaut ne pas trop tarder pour dégotter de belles lectures à offrir aux personnes que l’on aime le plus et à soi-même également ! En toute modestie, voici de quoi piocher des belles idées…

******

Après avoir lu Incroyable ! c’est tout naturellement que Mademoiselle Sophie ou la fable du lion et de l’hippopotame ait élu ses quartiers dans la zone coup de cœur. Pour Liraloin ce titre est LE cadeau idéal !
Romain va bientôt pouvoir traverser la rue et ainsi se rendre au collège. En effet son école élémentaire se trouve juste en face mais en attendant il a encore une toute petite année à passer avec son institutrice Mademoiselle Sophie. Sauf que cette dernière a changé physiquement durant les vacances, en prenant beaucoup de poids, et cela inquiète Romain qui supporte mal les moqueries de ses camarades sur son institutrice préférée. Le jeune garçon a envie de la défendre et en même temps il se sent incapable d’accomplir cette action : « Punaise ! Je voudrais comprendre ce qui arrive à Mademoiselle Sophie pour l’aider… et je ne suis pas capable de comprendre ce qu’il m’arrive à moi… ». L ’adolescence pointe le bout de son nez avec, dans son sillage, son lot de changements. Heureusement que Romain peut compter sur sa grande sœur pour y voir plus clair dans ce monde d’adulte et bien évidemment enquêter sur l’état de santé de Mademoiselle Sophie.
Cette BD joue subtilement sur différentes préoccupations qu’un enfant pré-adolescent peut ressentir, le fait de grandir et d’entrer dans le monde « adulte ». Parallèlement, elle nous montre aussi la fragilité des adultes, qui eux aussi, ont des démons à combattre. « Moins on la voit plus elle prend de la place », le mal-être peut s’avérer compliqué pour un jeune garçon de 11 ans et pourtant…
Après le fabuleux titre Incroyable ! le duo Zabus & Hippolyte reprend du service pour aborder le mal-être, une souffrance compréhensible grâce à un scénario d’une belle finesse que les illustrations illuminent.

Mademoiselle Sophie ou la fbale du lion et de l’hippopotame de Zabus & Hippolyte, Dargaud, 2023

******

Le mois a été très faste sur L’île aux trésors mais il y a un album qui a fait particulièrement forte impression à Isabelle et ses moussaillons : La maison au bord du canal. Ce documentaire consacré à la maison d’Anne Frank se démarque par la puissance du message et la beauté de l’objet-livre. L’histoire par les lieux de vie se prête très bien à aborder une mémoire des plus douloureuses à hauteur d’enfant. Le temps long, restitué avec un sens aigu de l’atmosphère, permet de poser sur un regard plutôt optimiste sur l’Histoire. Il y a quelque chose d’émouvant à prendre conscience que tant de personnes ont existé, aimé et lutté dans ces murs au fil des siècles. Ces pages le montrent : aux temps durs ont succédé des jours meilleurs, les arbres ont continué de s’épanouir, les enfants de jouer, l’église de sonner tous les quarts d’heure. Si rien ne pouvait malheureusement rendre ses proches au père d’Anne, seul survivant, ce dernier a travaillé à ce que le monde n’oublie pas, faisant de la maison un musée visité chaque année par un million de personnes. Puisse ce livre contribuer à entretenir cette mémoire !

*

Et en roman, c’est l’imaginaire sidérant de Pascal Quiviger qui a eu les faveurs de l’équipage de L’île aux trésors. Elle nous entraîne dans un univers de mille et une nuits d’une densité incroyable, déchiré entre un pouvoir spirituel, un tyran et un vizir savant. Et donc truffé d’espions ! De sa plume vive, l’autrice déploie son intrigue tambour battant, distillant au passage de subtiles réflexions sur les fondements du pouvoir, la prédation des ressources naturelles, les dilemmes éthiques, l’amour et l’émancipation féminine. Un roman généreux et envoûtant, à proposer aux lecteurs et lectrices déjà aguerris !

******

Le mois a aussi été faste chez Lucie, notamment grâce aux suggestions des branches du Grand Arbre ! Deux ouvrages très différents parus ce mois-ci se distinguent pourtant.
Bien qu’abordant un thème « peu aimable », celui des enfants-soldats, pour Guerrière, Cécile Alix a su transcender la difficulté de son sujet.
Par sa délicatesse, le point de vue qu’elle adopte et son travail sur la langue, l’auteure parvient à insuffler des miettes de douceur, puis d’espoir au fil du parcours de ses personnages, grâce aux liens qui se tissent entre eux, au rapport à la nature (les chapitres chez le peuple des arbres sont merveilleux), les rencontres, et le bouleversant duo formé par les jumeaux Nekeli et Soulaï. Les expressions qu’elle a choisies pour les passages les plus terribles comme le « coucher-obligé » sont remarquables de justesse. Ils disent la violence avec des expressions enfantines, laissant le lecteur comprendre par lui-même l’horreur de l’acte. Car si l’auteure se met à hauteur d’enfant, elle ne cache rien des sévices subis.
Guerrière est un roman que l’on lit comme en apnée tant il est difficile de s’en échapper, et tout autant d’y revenir. Une expérience de lecture qui bouscule, interroge et pousse à remettre en question ses valeurs. Car si le meurtre ne peut être toléré, qu’en est-il de la responsabilité de ces enfants endocrinés ?

Guerrière, de Cécile Alix, Slalom, 2023.

*

Un nouvel album de François Place est forcément un évènement. Et quand en plus il aborde le thème de la peinture, autant se préparer à être ébloui !
Inspiré par Ricardo Cavallo, peintre qui compose des paysages gigantesques à partir d’une multitude de carrés, L’enfant, le peintre et la mer est – évidemment – somptueux.
Au départ, il y a la belle rencontre entre l’enfant et le peinture, qui va permettre d’aborder l’importance du regard de l’artiste et la transmission. Car Ricardo accueille petits et grands dans l’école d’art qu’il a créée, où il les encourage et les invite à se plonger dans l’histoire de l’art en leur prêtant ses livres. Un beau projet, qui existe réellement à Saint-Jean-du-Doigt.
Lucie a été particulièrement sensible au discours sur le rôle de l’art dans la vie. Ainsi, alors que le papa de Paul pense que le monde serait toujours le même sans art, sa maman pense que « [le monde] serait bien triste sans la poésie, la peinture, la photographie, la sculpture, la musique, la danse, le cinéma, le théâtre…« , vision que nous partageons totalement sous le Grand Arbre !

L’enfant, le peintre et la mer, de François Place, L’école des Loisirs, 2023.

******

Linda a eu un mois de novembre plutôt léger en lecture, mais l’album d’Angélique Villeneuve, Je suis ton manteau, l’a particulièrement touchée. Le texte amène une réflexion très intéressante sur le rôle des parents dans l’accompagnement de l’enfant pour l’aider à affronter ses peurs et à grandir en volant de ses propres ailes. La métaphore du manteau est particulièrement pertinente car, en plus de faire le lien entre le père et son fils, elle offre à ce dernier la confiance nécessaire à l’acquisition de l’autonomie dont il a besoin pour oser aller vers l’inconnu.
Sublimé par les illustrations de Julien Martinière, un brin rétro et aux douces couleurs de l’automne, l’album figure également la liberté par une nature prépondérante, presque sauvage, dans laquelle les personnages vivent comme isolé du reste du monde.

******

En France, il est rare de trouver des albums (et livres) sur La Befana, la Sorcière italienne « de Noël » qui endosse à la fois le rôle de Père Noël et de Père Fouettard, et qui passe dans la nuit du 5 au 6 janvier. Aussi quand Blandine a vu ce nouveau titre, n’a-t-elle pas hésité!
Dans une lettre adressée aux enfants, La Befana se présente par des mots tout en poésie et métaphores. Elle nous raconte d’où elle vient et quand elle vient, ce que cette Nuit apporte, d’abord aux enfants, ensuite à la Nature. Ses dires sont accompagnés et portés par des illustrations hybrides, combinant plusieurs styles et techniques, fortes de couleurs pimpantes qui mettent en avant l’élément végétal. L’album se clôt sur une présentation des sorcières, entre origines, particularités et liens avec la Nature, tout à fait dans l’air du temps, puisque cela vise à réhabiliter la place de la sorcière (et femme) dans la société. Cette présentation est donc très contemporaine tout en s’inscrivant dans une lignée et une histoire séculaires.

Befana la sorcière. Barbara CUOGHI et Elenia PERETTA. Cambourakis, octobre 2023

******

Quel plaisir pour Colette de retrouver au hasard des étagères de sa médiathèque préférée, les illustrations si particulières de Gérard DuBois dont elle avait adoré l’album Un pommier dans le ventre ! Cette fois, l’illustrateur s’allie à André Marois pour nous raconter une après-midi de jeu comme on les rêve quand on a vécu son enfance à une époque où les smartphones et autres tablettes ne rythmaient pas le temps libre des enfants… Avec un album intitulé On ferait comme si, c’est la malle aux trésors qui s’ouvre grand, là dans la tête, sous les paupières à demi-closes ! « Tu veux jouer à faire semblant ? » demande à son amie un petit garçon. Et voilà les deux acolytes emportés dans une aventure des plus rocambolesques à travers le potager, en passant par le clapier et les toilettes au fond du jardin. Si tout est complètement rétro dans cet album, c’est pour mieux nous saisir, là, à l’endroit où nostalgie et innocence forment un immense pays des merveilles jamais complètement désolé.

On ferait comme si, André Marois et Gérad DuBois, Grasset Jeunesse, 2022.

******

Et vous, quelles lectures ont enchanté votre mois de novembre ?

Entretien avec Chrysostome Gourio

Le 10 juillet nous avons publié une lecture commune du roman ultra sanglant intitulé des Zombies dans la prairie : la comédie horrifique qui vous fera voir les marmottes d’un autre oeil ! . C’est en toute simplicité que son auteur nous a accordé une interview sous le signe de musique métal et de conseils pour affronter ces satanés bestioles débarquant de l’Enfer ! Tout un programme…

Est-ce que vous avez toujours aimé écrire ou est-ce que ce besoin est venu avec le temps ?

J’ai eu la chance d’avoir des parents qui adoraient les livres (une mère documentaliste et un père bédéphile) et qui nous lisaient, à mes frères et moi, au moins une histoire chaque soir (ce que je fais encore avec mes propres enfants alors que ce sont presque des adolescents). Je me souviens de toutes les émotions, images, tensions, émerveillement que cela générait en moi et, très vite, j’ai eu envie de partager ça, de produire ça chez les autres. Il y a eu les dessins animés aussi, les bandes dessinées également (des heures de lectures allongé sur la moquette de la chambre de mes parents…). Je trouvais ça tellement extraordinaire : ces mondes que je découvrais, ces personnages que je rencontrais… Très tôt donc, j’ai voulu raconter des histoires. Comme je ne savais pas dessiner et que j’étais assez timide, comme j’étais fasciné par les phrases, leurs constructions, leur sonorité, dès que j’ai su écrire, j’ai écrit. Sans doute vers l’âge de 8 ans. D’abord des histoires de quelques lignes dans lesquelles je faisais appel à des personnages issus des univers qui étaient à ma portée, puis je les ai étoffés, améliorés, jusqu’à inventer les miens. Aujourd’hui l’écriture est devenue un véritable besoin : il ne se passe pas une journée sans que j’écrive.

Quels sont les auteurs qui vous inspirent ?

Elles et ils sont très nombreux, dans des domaines assez différents, à commencer par Edgar Allan Poe, H.P. Lovecraft, Alfred, Stephen King, Mary Shelley, Philippe Druillet, Jean-Bernard Pouy, Emilie Chazerand, Franck Miller, Jean-Claude Mourlevat, Leiji Matsumoto, Marine Carteron, Franck Herbert, Go Nagai, Sabrina Calvo, Joann Sfar, Alain Damasio, Chuck Palahniuk, Tim Burton, Marion Brunet, Osamu Tezuka, Cyril Pedrosa, Neil Gaiman, Ben Templesmith, China Mieville, Roald Dahl, Terry Pratchett, René Goscinny, J.R.R. Tolkien, Ursula K. Le Guin… Je suis un admirateur compulsif et je me nourris de tout ce qui passe entre mes mains. Ce que j’aime avant tout c’est qu’on me raconte des histoires, qu’on m’emporte et que ce soit fait de belle manière.

Vous avez commencé à écrire des romans policiers en direction du public adulte, pourquoi avez-vous eu soudainement envie d’écrire pour la jeunesse ?

C’est une envie qui me taraudait depuis très longtemps, j’avais plein d’idées mais je n’osais pas passer le cap. Je craignais de ne pas savoir faire, de ne pas avoir une forme d’écriture adaptée. J’ai alors eu la chance incroyable de rencontrer Marion Brunet sur un salon. C’est elle qui m’a poussé, encouragé à écrire un texte, au moins pour voir. A l’époque, elle travaillait comme lectrice chez Sarbacane et m’a proposé de le lui envoyer. Elle l’a trouvé suffisamment chouette pour le transmettre à son éditeur qui à son tour lui a trouvé suffisamment de qualités pour envisager de le publier. C’est comme ça qu’est né Rufus le fantôme ou la grève de la mort. Et je me suis tellement amusé que je n’ai pas eu envie de m’arrêter : j’ai eu l’impression de me raconter une histoire que j’aurais eu envie qu’on me raconte quand j’étais môme. Je me dis aussi que, peut-être, quelque part, il y a des enfants à qui mes romans donnent envie de lire, comme on m’a donné envie. Et ça c’est merveilleux.

Justement, comment vous est venue l’inspiration pour votre roman Rufus le fantôme ou la grève de la mort, paru en 2017 ?

Rufus le fantôme – Sarbacane, collection Pépix, 2017

C’est très compliqué d’expliquer comment les idées me viennent parce qu’elles arrivent au fur et à mesure de l’écriture. Quand j’attaque un roman, je n’ai pas de plan, pas de programme. J’ai un personnage, un titre, une vague idée, début de chemin, éventuellement je sais à peu près où ce chemin peut mener. Je mets donc mes personnages dessus et je l’arpente avec eux. Pour Rufus, au départ, je voulais raconter une histoire fantôme, un fantôme qui ne soit pas celui qu’on veut chasser d’une maison hantée et qui soit un héros. C’est pour ça qu’il devait habiter dans un cimetière plein de revenants différents. Je me suis dit que, comme tous les enfants, il allait à l’école et qu’il y avait forcément un meilleur copain, Octave (j’adore les zombies, ça permet de faire des trucs un peu dégueu qui font rire les enfants – et moi). Et puis, ainsi que tous les enfants, il avait un rêve pour plus tard : devenir la mort (qui, par chance, a un bureau dans le cimetière)… Au bout du compte, à force d’enchaîner les idées comme ça, je finis par écrire un roman.

En 2019, vous écrivez un autre roman qui reprend les mêmes personnages : Wilma la Vampire. Est-ce que c’était une volonté de votre part que le lecteur puisse retrouver les mêmes personnages ? D’ailleurs vous vous êtes lancé dans l’écriture d’une série : le Village sauve qui peut. Pourquoi et quelle est la différence dans l’écriture ?

J’avoue que c’était avant tout une envie très égoïste : après m’être autant amusé avec Rufus et Octave, j’avais envie de les retrouver et qu’on reparte à l’aventure en dehors de leur cimetière. Mais j’avais aussi envie de raconter une histoire dont le personnage principal soit une héroïne, parce que les garçons sont sympas, mais les filles encore plus . Et puis je voulais faire en sorte qu’on puisse entrer dans cette histoire sans avoir lu la précédente. C’est donc ainsi qu’est née Wilma, jeune vampire un peu timide et introvertie, qui va descendre aux Enfers chercher Lemmy, le chanteur de Mordörhead, le plus grand groupe de rock du moooonde.

Dans Le Village Sauve-qui-peut, je renoue en quelque sorte avec mes premières amours : le roman noir. Même si on reste dans le domaine fantastique (suite à une demande de mon éditeur), il s’agit avant tout d’enquêtes, menées à hauteur d’enfant (ce dont j’avais envie depuis très longtemps), dans un village où il se passe toujours des trucs bizarres. Là encore, on retrouve les mêmes personnages d’un roman à l’autre, mais je voulais qu’ils puissent se lire indépendamment et sans ordre particulier (avec une touche supplémentaire puisque chaque histoire est racontée par un personnage différent). Il n’y a pas de différences fondamentales dans le processus d’écriture entre ces livres et les précédents. Ce qui change surtout, c’est le rythme : avec une parution tous les 6 mois, il faut que je sois plus assidu et régulier. C’est pourquoi, pour la première fois, j’ai dû préparer en amont des sortes de synopsis afin de m’organiser. Pour quelqu’un qui écrit au fil de la plume, ça a été une sacrée révolution.

Cette même année vous sortez un titre pour les ados dans la collection Hanté chez Casterman. Est-ce qu’il y avait une contrainte d’écriture ?

La seule contrainte, c’est de faire peur… mais pas trop ! Cette collection se veut la grande sœur de Chair de Poule, celle qu’on lit avant d’attaquer Stephen King, pour tester ses limites. C’était très intéressant d’arriver à trouver le bon dosage, filer la pétoche sans effrayer au point que son/sa lecteurice ferme le livre. Comme j’aime bien le gore et que j’ai une imagination très cinématographique, j’ai tendance à beaucoup décrire, à mettre en scène, ce qui n’est pas évident quand on raconte une histoire d’horreur à des enfants entre 10 et 12 ans. On ne peut pas, par exemple, éviscérer des adolescents, faire tomber leurs boyaux à leurs pieds et planter leur tête sur la grille d’un cimetière… 

Est-ce que vous allez écrire une suite à La brigade des chasseurs d’ombres ?

La brigade des chasseurs d’ombre : Wendigo – Sarbacane, collection : Exprim’, 2019

J’aimerais beaucoup, j’ai d’ailleurs plusieurs idées pour des aventures différentes. Pourquoi pas créer une sorte de cycle avec des personnages différents qu’on pourrait recroiser de loin dans les différents romans… mais ça ne dépend pas que de moi. Le roman n’a pas aussi bien marché qu’on l’espérait mon éditeur et moi, il faut donc qu’on en discute pour voir ce qu’on peut mettre en place pour conserver cet univers et raconter quelque chose d’autre, lisible par des lecteurices qui n’auraient pas lu Wendigo. En tout cas, ça fait partie de mes projets.

L’humour est très présent dans vos romans notamment dans Des Zombies dans la prairie et nous avons relevé pas mal de scènes très cinématographiques. En quoi le cinéma peut-il être inspirant pour votre écriture?

Le cinéma est une forme d’écriture passionnante. Une écriture visuelle, en mouvement, avec un rythme narratif propre que j’essaye de transposer en littérature. J’ai une imagination très visuelle : dès qu’on me raconte une histoire, je vois ce qui se passe, dans ma tête. J’ai tout de suite des images mentales qui me viennent, vraiment comme dans un film. La lecture a toujours provoqué ça chez moi et c’est sans doute une des raisons pour lesquelles j’aime autant lire. Donc, quand j’imagine une scène, je la vois et je tente de la décrire avec suffisamment de détails à mes lecteurices pour qu’on puisse en avoir à peu près la même perception. De plus, comme je dévore films et séries, et que je suis une véritable éponge, dès qu’une référence fait sens, dès qu’un passage me fait rire, je ne peux m’empêcher de la partager dans un texte. L’écriture est pour moi, avant tout, affaire de partage, de connivence, de rencontre. Tout comme j’ai rencontré des auteurices au travers de leurs histoires (sans jamais les avoir rencontrés en vrai), je rêve de pouvoir rencontrer des lecteurices au travers des miens et de partager avec elleux. Pour ça, il n’y rien de mieux qu’un socle commun de références bien dosé et une bonne pincée de rire. Parce que le rire rapproche, fait du bien, apaise. Et on en a bien besoin.

Dans vos romans, on retrouve souvent des références à la musique métal. Est-ce que les jeunes lectrices et lecteurs en écoutent plus après lecture de vos romans ? Avez-vous eu des confidences là-dessus ?

Ce sont souvent les parents qui sont ravis de découvrir ces références dans les lectures de leurs enfants et qui en profitent pour les partager avec eux . Wilma, par exemple, a permis à des enseignant-es de travailler sur ce genre musical, notamment grâce à la discographie qui se trouve à la fin du roman. Ça a permis de chouettes discussions lors de rencontres dans des classes ou en salon, avec des enfants qui me donnaient leur avis, m’expliquaient leurs préférences… Donc je ne sais pas si certain-es en écoutent plus, mais ça a été un facteur de découverte, c’est sûr.

Vous changez de « cap » avec la publication du Cercle des mousquetaires. Comme pour la musique métal, avez-vous besoin de vous inspirer de vos passions pour écrire ?

Le cercle des Mousquetaires : en garde ! – Baribal, 2022

J’ai pratiqué beaucoup de sports différents : plongée, tennis, handball, pelote basque, parachutisme, badminton… mais je pratique l’escrime depuis que j’ai l’âge de 6 ans et même s’il y a eu plusieurs périodes de pause, c’est celui qui m’a toujours suivi. Alors quand les éditions Baribal m’ont proposé d’écrire une série sur un sport, je n’ai pas hésité une seconde. C’était effectivement l’occasion de faire découvrir ce sport qui n’est que peu médiatisé (sauf au moment des JO). De plus, nous avons monté ce projet en partenariat avec la Fédération française d’Escrime, ce qui permet une diffusion plus large : les jeunes lecteurices découvrent l’escrime en librairie et les jeunes tireur.ses ouvrent une porte sur la littérature. Cette histoire m’a permis aussi de retrouver un univers plus quotidien, plus réaliste, ce qui est assez agréable entre deux zombies et une marmotte décomposée.

Avez vous un petit scoop à nous partager sur l’écriture d’un nouveau roman peut-être?

Pour celles et ceux qui ont apprécié les aventures de Rufus et ses amis, vous pourrez normalement les retrouver en octobre 2024 pour un troisième et dernier roman : Octave le zombie ou un Halloween de la Mort !

Merci de nous avoir accordé du temps et on espère vous retrouvez bientôt pour de nouvelles aventures !

Les jardins dans la littérature jeunesse

Voilà une thématique qui inspire grandement vos arbonautes ! Le jardin, ce lieu d’évasion et si propice à l’observation. Suivez le guide de nos lectures qui risque de vous emporter dans des lectures aventuresques surprenantes peu importe la taille de son jardin !

******

Pour nos petits

Si Turbo l’escargot est un champion de la vitesse il n’en n’est rien de Bavou l’Escargot, un gastéropode un peu pépère tranquille, qui se promène dans un immense jardin (vraiment immense ???). Ce périple lui procurera plus d’une peur à surmonter. Les illustrations en gros plan apportent cette dimension vertigineuse à hauteur d’escargot bien évidemment. Un album pour nos tout-petits qui ne cesse, année après année, de les émerveiller.

Le voyage de l’escargot de Ruth Brown, Gallimard jeunesse, 2000

*

Dans cet album, une grande et belle double page s’ouvre sur quatre plants de fraisiers un peu fatigués d’avoir donné tout l’été. Insectes, oiseaux viennent trouver refuge dans ce jardin que Melvill affectionne particulièrement : « Tu veux nous aider ? On est en train de replanter quelques fraisiers. Ça nous fera plus de fraises cet été. Ils vont pouvoir s’enraciner avant l’arrivée des grands froids. » Accompagné de sa mère et de sa meilleure copine Lisa, Melvill s’en donne à cœur joie. Dans ce jardin, tour à tour terrain de jeu et lieu de vie animal et végétal, suivons l’évolution de ces fraisiers à travers les saisons.
De ma fenêtre de lecteur, j’ai observé ce doux balai saisonnier. La tentation est grande et la convoitise très forte : que de beaux fraisiers aux futurs fruits gouteux… Et quoi de mieux que d’en apprendre encore plus sur la nature et tous ces précieux insectes et animaux. Une belle réussite pour ce bel album immersif aux tendres illustrations.
Un grand et bel album qui a obtenu le Prix Sorcière en 2021 dans la catégorie « Carrément beau mini

Juste un fraisier d’Amandine Laprun, Actes Sud Junior, 2020

*

Dans cet album, le jardin est un lieu de mystère…
C’est dimanche et Clémentine passe la journée chez sa mamie en compagnie de ses parents. « Mamie a toujours plein de brindilles accrochées à ses cheveux. Et ça agace Clémentine. ». Le repas dominical terminé, mamie semble fatiguée et clémentine s’ennuie « quand soudain, elle découvre un trou dans la haie. ». Que va-t-elle découvrir de l’autre coté de cette végétation « dans ce jardin bien rangé » ? Et si les brindilles étalées dans la chevelure de sa Mamie avaient un lien avec ce qui se cache sans le trou-tunnel?
Tendresse et calme retentissent dans les illustrations de Fleur Oury. Le partage d’un moment passé ensemble, en famille. Le partage d’un secret que seule Clémentine découvrira. L’innocence, le jeu se mêlent aux couleurs vives et douces de cet album à lire pour s’évader.

Dimanche de Fleur Oury, Les Fourmis Rouges, 2019

******

Pour nos plus grands

Dans Plantes Intrépides, Fleur Daugey prend parti de faire des plantes les héroïnes de ses contes. Une gageure étant donné qu’elles ne peuvent ni bouger seules ni vraiment communiquer ! Heureusement, ces contes mettent aussi en scène des hommes ou d’animaux.
Ces histoires aux origines variées (Japon, Madagascar, Iran, Bulgarie et Amérique du Nord) sont un véritable dépaysement, d’autant que les illustrations de Chloé du Colombier sont charmantes et très colorées.

Plantes intrépides, Fleur Daugey, illustrations de Chloé du Colombier, Editions du Ricochet, 2023.

*

Suivre les nervures et les étincelles de pistil de la pensée, de l’immortelle, de l’éphémère, de l’amour-en-cage, de la rose de porcelaine… Voilà à quoi nous invite le magnifique album L’herbier philosophe. Au gré des fleurs, Agnès Domergue et Cécile Hudrisier captent la poésie de nos jardins.

L’herbier philosophe, Agnès Domergue et Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse, 2020.

*

Il est un jardin pas comme les autres, un jardin merveilleux, un jardin de lumières, de couleurs, d’odeurs et de bruits incroyables, un jardin nommé Eden. En ce jardin vivent le seigneur du lieu, un jardinier et sa femme. Et une bestiole. Celle qui donne son titre à l’album. Une bestiole qui va changer le cours de choses. De leur existence. Et de la nôtre aussi !

La Bestiole, Sylvie Delom et Judith Gueyfier, Didier Jeunesse, 2010.

*

Un jardin où se rassemble toute la famille : les grands-parents, leurs enfants adultes et leurs conjoints, les petits-enfants, le chien. On réalise bientôt qu’en réalité, il y avait un autre début avant celui-ci. Et un autre, encore avant. En tournant les pages, on remonte le temps, les dates défilent et on voit comment les choses ont débuté : l’histoire de ce couple d’oiseau qui niche dans le néflier, celle de cette famille qui voit ses enfants grandir, rencontrer l’amour et devenir parents à leur tour. Et celle de l’arbre qui évolue selon sa temporalité propre… On se prend au jeu de suivre la chronologie à rebours, voyant les personnages rajeunir à vue d’oeil et les époques défiler. C’est beau de voir que dans ce jardin, les mésanges ont toujours gazouillé, les mouflets ont toujours joué et se sont régalés de fruits sucrés. Et le mieux, c’est que quand vous aurez terminé la lecture, vous pourrez la refaire dans l’autre sens !

Au début, de Ramona Badescu et Julia Spiers. Les Grandes Personnes, 2022.

*

Monsieur Monet. Peintre-jardinier. Giancarlo ASCARI et Pia VALENTINIS. 5 Continents Editions, 2015

Dans ce bel album à la couverture toilée, l’Art, l’histoire et l’époque de Claude Monet s’entremêlent avec son amour pour son jardin, à Giverny et dont il prenait tant soin. L’objet-livre est aussi beau que ce qu’il nous montre, alliant plusieurs styles graphiques pour nous le présenter. Un album qui se laisse découvrir et redécouvrir et à prolonger en se rendant à Giverny, où l’on peut visiter les jardins comme la maison du peintre.

*

Il est certains jardins dont le mystère qui les entourent sont autant source de secrets que d’attractivité. Guidée par un rouge-gorge, la petite Mary découvre une porte cachée, dissimulée par des plantes qui ouvrent sur un jardin emmuré, laissé ainsi au décès de sa propriétaire car trop chargé de souvenirs, et qui revit grâce à la fillette, ce qui lui permet à elle de s’ouvrir et de s’épanouir, au fur et à mesure que le jardin se laisse apprivoisé et entretenir.

Maud Begon a parfaitement illustré le roman éponyme de Frances Hodgson Burnett qui célèbre la nature, l’amitié et les bienfaits physiques et émotionnels du jardin.

Le jardin secret. Maud BEGON. Editions Dargaud, mars 2021 pour le premier tome.

******

Pour nos très grands….

Le goût sucré de la peur démarre par une situation plutôt banale : des enfants se font des frayeurs en s’introduisant dans le jardin potager d’une supposée sorcière. Évidemment, la sorcière n’en est pas une, bien au contraire. La manière dont Jeanne se prête au jeu en incarnant le rôle de l’Ortie, avec lucidité et bienveillance est d’ailleurs très plaisante. Alexandre Chardin convie ses lecteurs à une belle amitié intergénérationnelle autour d’un jardin luxuriant, de celles qui s’installent l’air de rien mais changent profondément ceux qui la vivent. Les deux personnages principaux sont très attachants, et la famille de Louise (la petite brunette de la couverture) n’est pas en reste. Mention spéciale au grand frère croisé mouton.

Le goût sucré de la peur, Alexandre Chardin, Magnard Jeunesse, 2016.

*

L’oncle adoré d’Agathe souffre d’une maladie pratiquement incurable. Pratiquement ? Voici la petite fille partie explorer le jardin familial en quête de trèfles à quatre feuilles dont elle espère qu’ils lui permettront de forcer la chance… Le regard enfantin enchante chaque parcelle du jardin, révélant la mare sans fond, les trésors dissimulés dans la vase et entre les mousses, les tunnels et les cachettes, les arbres-mondes qui se penchent par dessus votre épaule pour se désaltérer dans votre verre, les tulipes imposantes comme des baobabs, les nuages et les nains de jardin qui n’attendent que vous tourniez les talons pour s’animer… Un milieu propice aux rencontres qui guident Agathe dans sa quête. Poisson-volant, canard, renard et tulipes, chacun y va de sa petite tactique personnelle pour trouver la chance : voir le verre un millionième plein, demander de l’aide, laisser du temps au temps, réaliser des actes de bonté, décrypter les signes, lâcher prise, ne rien laisser au hasard. Ainsi, on en revient toujours, d’une certaine manière, à la nécessité de faire des choix… Une lecture unique entre tous, à la frontière du conte, d’Alice au pays des Merveilles et des films de David Lynch !

*

Dans Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage, Paul Martin affirme ici, dans la droite ligne de Max et les Maximonstres ou d’Alice au pays des merveilles, le pouvoir infini de l’imagination contre les épreuves de la vie. Il suffit d’un jeu avec le chien Pavel pour que le jardin à l’abandon de la nouvelle maison de Violette laisse place au Jardin Sauvage : un lieu où Violette grandit, comprend comment construire des alliance et trouver des compromis, vit une aventure extraordinaire au cœur de la nature – des racines les plus profondes aux cimes les plus vertigineuses, de lacs habités par des êtres insolites à des entrelacs de tiges indociles… L’univers du Jardin Sauvage est merveilleux et inquiétant, dense et foisonnant, délicieusement absurde et parfaitement cohérent. Comme il est réjouissant de l’explorer et d’y trouver peu à peu ses repères ! Au fil des épreuves, Violette apprend à surmonter ses peurs et à s’affirmer, devenant sous nos yeux une héroïne exceptionnelle. Un roman fascinant comme une montre sans aiguille, féérique comme une pierre qui brille dans les ténèbres, qui fait intensément résonner notre imaginaire : l’un de ces trésors de l’enfance tout simplement indispensables !

*

Dans ce magnifique album longiligne, Chiara Mezzalama nous raconte un souvenir d’enfance qui s’est imprimé dans son cœur. Fille d’ambassadeur, elle part vivre avec ses parents à Téhéran. La propriété dans laquelle ils habitent est dotée d’un magnifique jardin qu’elle aime découvrir et parcourir avec son petit frère et où ils inventent mille histoires. Au-delà des murs, c’est la guerre, le chaos, la destruction. Mais un jour, ce dehors s’introduit dans ce dedans, ce huis-clos plein de verdure, d’innocence et de paix. Un garçon a passé le mur. Chiara plus curieuse qu’effrayée joue avec lui sans qu’ils ne parlent la même langue. Un jour elle lui fait un cadeau mais il disparaît pour ne revenir que bien plus tard…

Une grande poésie se dégage de cet album dans lequel le jeu et l’imagination sont indispensables pour se protéger et préserver la part d’enfance et d’innocence. Les illustrations surannées de Régis Lejonc sont splendides et nous font remonter le temps, partir dans un ailleurs. L’objet-livre est également magnifique avec son format atypique, ses pages épaisses et grainées, ce qui leur confère une couleur particulière.

Le jardin du dedans-dehors. Chiara MEZZALAMA et Régis LEJONC. Les Éditions des Eléphants, 2017

******

Et vous, dans quels jardins la littérature jeunesse vous a-t-elle emmenés? Qu’y avez-vous découvert?

Nos classiques préféré.e.s : les facéties de Tomi Ungerer

« Si j’ai conçu des livres d’enfants, c’était d’une part pour amuser l’enfant que je suis, et d’autres part pour choquer, pour faire sauter à la dynamique (sic) les tabous, mettre les normes à l’envers : brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités… ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs » (extrait du livret publié par l’école des loisirs – Tout sur votre auteur préféré).

Pas étonnant qu’un musée ait ouvert ses portes à Strasbourg il y a quelques années, lui qui a légué une multitudes de dessins à sa ville natale. Très prolifique, Tomi Ungerer a publié soixante-dix ouvrages, dont il a pour moitié écrit les textes également.

Nous n’avions que l’embarras du choix pour vous présenter les dix raisons qui nous poussent à préférer tel ou tel album.

*****

Pour cet album paru aux éditions l’école des loisirs pour la première fois en 1968, Liraloin a eu un très grand coup de cœur, il s’agit du titre Les trois brigands. Voici les dix raisons de lire et relire ce livre :

1– Pour cette première de couverture qui fait blêmir de peur plus d’un enfant et cela depuis des générations : focus sur les yeux menaçants et cette immense hache rouge.
2 – Pour le choix des couleurs primaires et surtout ce bleu qui domine faisant ressortir l’aspect lugubre de l’histoire. La seule pointe de lumière émane de la présence de Tiffany, petite fille blonde aussi précieuse que la lune et l’or…
3 – De mémoire de médiathécaire, les illustrations pleine page d’une telle noirceur n’était pas chose commune à l’époque.
4 – Pour ces attaques orchestrées, organisées et d’une rare violence. La double page montrant un des brigand casser la roue d’une carrosse est très angoissante !
5 – Pour ce trésor amassé depuis des années et des années, mais au juste à quoi sert-il exactement?
6 – Pour ce texte, ce conte qui se prête tellement à la lecture à voix haute, un régal !
7 – Pour cet étrange revirement de situation … les trois brigands auraient-ils un cœur finalement?
8 – Pour l’adaptation cinématographique qui reste, entre autre, fidèle aux jeux d’ombres de l’album.
9 – Pour son adaptation théâtrale vu un jour sur scène, d’une grande finesse dans la recherche des détails.
10 – Pour qu’à jamais cette histoire soit transmise aux générations futures de lectrices et lecteurs.

****

Otto, autobiographie d’un ours en peluche est peut-être le premier album qui a permis à Lucie de réaliser que l’on pouvait aborder des sujets extrêmement graves en littérature jeunesse : rien de moins que la Shoah, à hauteur d’enfant.

1– Car Tomi Ungerer détourne volontairement la figure de l’ours en peluche, symbole de la douceur de l’enfance pour la confronter aux horreurs dont sont capables les êtres humains.
2 – Pour cette phrase d’ouverture qui incarne immédiatement Otto dans ce qu’il a de commun avec les Hommes (ne pas se voir vieillir) mais aussi ce qui l’en éloigne (il peut être vendu) : « J’ai compris que j’étais vieux le jour où je me suis retrouvé dans la vitrine d’un antiquaire ».
3 – Parce que donner le rôle du narrateur à un ours en peluche offre un regard naïf et précieux sur l’enfance…
4 – … Mais fait aussi de lui une victime passive, tributaire des adultes comme le sont les enfants.
5 – Pour la période heureuse qui précède le drame, les jeux entre David et Oskar, les souvenirs, les aventures, l’encrier reçu sur la tête, le tatouant d’une tâche violette pour le restant de ses jours.
6 – Pour la beauté du geste de David qui confie Otto à son ami Oskar alors qu’il s’apprête à être déporté.
7 – Et pour le périple qui s’en suit, des Etats-Unis à une poubelle, et enfin l’espoir qu’il faut malgré tout conserver jusqu’au bout.
8 – Parce qu’Otto est, à sa manière, un héros de guerre lui aussi.
9 – Pour les indices délicatement distillés que perçoivent les grands enfants et les adultes et permettent un double niveau de lecture.
10 – Parce qu’Otto existe vraiment et que l’on peut le retrouver au musée Tomi Ungerer.

****

Pour Colette qui aime à faire découvrir à ses plus jeunes élèves les figures d’Ogres, d’Ogresses ou d’Ogrelets, il est un album incontournable d’Ungerer : Le Géant de Zéralada. Et voilà pourquoi !

Le Géant de Zeralda, Tomi Ungerer, L’école des loisirs, 1971.
  1. Pour cette première de couverture particulièrement ambigüe : quel duo étrange que cette petite fille blonde aux joues roses et cet homme à la barbe grisonnante aux sourcils sévères et aux dents acérés. Elle ne semble pas en danger et pourtant que dire de ce couteau à la lame tranchante qui occupe le premier plan ?…
  2. Parce que cette histoire possède tous les atours du conte traditionnel, de la calligraphie gothique du titre au célèbre « il était une fois » qui introduit le texte, en passant par les personnages traditionnels de l’ogre et de la fillette aimable à souhait !
  3. Parce que très vite, on comprend que l’auteur va jouer avec ces codes du conte traditionnel de manière subtile et originale ! Ici point de réécriture à la sauce contemporaine, mais plutôt un bel esprit de subversion : Zeralda aime faire la cuisine, oui, oui, et c’est là tout son pouvoir ! Et c’est grâce à ses talents de cheffe qu’elle va mettre KO notre géant car grâce à elle il va découvrir qu’il y a d’autres goûts dans la nature que celui de la chair fraîche !
  4. Parce que j’ai toujours adoré les listes, leur poésie si particulière, et dans cet album là, l’amatrice de listes est servie sur un plateau d’argent :  » Un potage de cresson à la crème, Des truites fumées aux câpres, Des escargots au beurre et à l’ail, Des poulets rôtis, Un cochon de lait »
  5. Des listes gourmandes vous l’aurez compris ! Car cet album est une véritable ode à la gourmandise, à la profusion, aux banquets, à la générosité ! Aussi bien au niveau du texte qu’au niveau des images, notamment avec cette double page au cœur de l’album qui présente le menu du « souper tout à fait moyen » préparé par Zeralda une fois rentrée au service du géant.

6. Parce que la véritable héroïne du conte, ce n’est pas le géant dont l’horrible figure trône sur la couverture mais cette petite fille de six ans, ingénieuse, créative et courageuse.
7. Parce que vraiment « Zeralda » c’est un joli prénom ! Et qui commence par un « Z » en plus !
8. Parce qu’on pressent que derrière cette histoire, il y a du lourd du côté de la psychanalyse, parce que, bon, quand même, Zeralda, 6 ans, va rester au service du géant rencontré par hasard un jour de marché et qu’elle va finir par l’épouser des années plus tard. Certes, elle est devenue adulte mais tout de même, Ungerer ici encore va bien au delà des codes établis. Sa princesse et son prince charmant sont d’un tout autre acabit que celles et ceux qu’on rencontre habituellement dans les histoires pour enfant.
9. Et puis parce qu’ici l’enfant guérit l’adulte et délivre d’une manière bien surprenante toute la ville de la menace que ce géant représentait tant qu’il se livrait à sa passion de la chair d’enfant.
10. Enfin parlons des couleurs et du trait de l’artiste : c’est un voyage dans le temps à chaque page ! Un temps où la littérature jeunesse osait la parabole, l’allégorie, le second degré, tout en gardant une apparence de naïveté.

******

Le maître des brumes fait partie des albums culte des moussaillons de L’île aux trésors qui en connaissent chaque détail. Un livre qui se relit avec un plaisir intact, pour au moins dix raisons !

Maître des Brumes, de Tomi Ungerer. L’école des loisirs, 2013.


1 – Pour l’Irlande un peu magique qui lui offre son décor de falaises et de prairies, de pubs et de marées.
2 – Pour les animaux qui peuplent ces pages : chien, chat, oies, cochons, moutons, mais peut-être aussi des bestioles plus inattendues ?
3 – Pour la jolie complicité frère-sœur qui traverse ces pages.
4 – Parce que s’imaginer pouvoir explorer les côtes irlandaises dans son propre curragh, what else ?
5 – Pour l’attrait magnétique et inquiétant exercé par l’île aux Brumes qui émerge des flots à l’horizon, « comme une vieille dent de sorcière ».
6 – Parce que les illustrations de Tomi Ungerer font VRAIMENT frissonner : cette brume dans laquelle la barque des enfants dérivent et dans laquelle on ne distingue plus rien, ces rochers qui semblent nous observer gravement, ces plantes grimpantes qui ressemblent à des griffes…


7 – Pour l’idée géniale et vertigineuse imaginée par l’auteur pour expliquer l’origine des brouillards, entre magie et rouages steampunk.
8 – Pour les doutes délicieux qui subsistent : tout cela s’est-il vraiment passé ?
9 – Parce que cette histoire, c’est finalement un peu l’anti-chèvre de M. Seguin. Explorer le monde, c’est certes dangereux, mais aussi captivant…
10 – Pour le bonheur immense de retrouver Papa et Maman après une aventure pareille.

******

Le choix de Blandine s’est porté sans hésitation sur Le Nuage Bleu.

Le Nuage Bleu. TomI UNGERER. Ecole des Loisirs, 2000
  1. Pour cette couverture, faussement candide, un brin facétieuse, et surtout libre
  2. Pour l’indépendance et l’optimisme de ce petit nuage qui va son chemin
  3. Parce qu’il ne se laisse pas influencer, quitte à être seul
  4. Pour la poésie utopiste qui s’en dégage
  5. Pour ses couleurs éloquentes
  6. Pour les nombreuses références, historiques, populaires, culturelles, littéraires
  7. Pour son message universel de paix, de tolérance et d’ouverture à l’Autre
  8. Pour le petit détail qui dit tout
  9. Pour la Différence nécessaire
  10. Un album pour donner envie de découvrir les autres de l’auteur

******

Et vous ? Avez-vous lu Tomi Ungerer et quel titre auriez-vous choisi ?