Le Top 5 de littérature enfantine

5? Seulement 5? Vraiment? Quelle drôle d’idée nous avons eu là, je me demande quand même si c’est bien raisonnable! Mais nous aimons les défis alors c’est parti pour seulement 5 albums qui, à mes yeux, sortent du lot.

1

Le premier s’est imposé, je l’adore parce qu’il permet une multiplicité des interprétations et qu’on peut le relire à de multiples reprises sans s’en lasser. On peut y voir une histoire sur l’amitié, l’amour, l’absence, la capacité à ouvrir son cœur à l’inconnu. Ou tout autre chose encore.

John Brown, Rose et le chat de minuit Jenny Wagner, Ron Brooks, âne bâté

2

Après ce formidable album, il faut être à la hauteur! Le suivant est également très symbolique, on peut aussi y retrouver une allégorie des relations entre un parent et son enfant. Au fil des ans, c’est devenu un classique et je le relis toujours avec la même émotion.

L’arbre généreux Shel Silverstein L’école des loisirs

3

Restons dans les relations familiales, avec à présent un album qui aborde l’épineuse question de la naissance d’un cadet. Ici la sensibilité et l’humour se côtoient avec beaucoup de justesse.

Lettres à mon cher petit frère qui n’est pas encore né Frédéric Kessler, Alain Pilon, Grasset jeunesse

4

Il faut bien sûr un récit initiatique, pour compléter cette liste. Celui là est un régal que je ne me lasse pas d’offrir, il fait vraiment partie à mes yeux des livres qui aident les enfants à grandir. Quelle joie de voir la petite Nao s’exclamer « Je peux faire du camping comme une grande! »

Le premier camping de Nao Akiko Hayashi école des loisirs

5

Et enfin, il fallait que je mette un livre qui joue à faire peur aux enfants, tant ils aiment cela. Trembler de frayeur tout en ressentant la sécurité offerte par le livre est une expérience que les enfants recherchent avec avidité. Cet album nous plonge en peu de mots dans l’univers du petit chaperon rouge, et se termine par une improbable histoire d’amour.

Et la galette dans tout ça? Jean-Philipe Lemancel Christophe Alline Didier jeunesse

Coups de cœur de juin 2017

Ce mois-ci, ça ne vous aura pas échappé, il a fait chaud, très chaud, parfois trop chaud.

Pas un temps à faire du sport ça, ni à faire le ménage, ni même à travailler. Non, aucun doute, c’est un temps à la lecture ! Dans un jardin, dans un bain frais ou dans une bibliothèque, la lecture nous a, comme toujours, accompagnés ce mois- ci, voilà les titres que nous avons préférés.

Dans les coulisses du monde d’Alice :

Barracuda for ever de Pascal Ruter. Didier jeunesse, 2017

Où il est question de Claude François, de danse, de soirées de bowling, de taxi, de boxe, de chaussures à bout carré, de maison de retraite, …..d’aventures rocambolesques entre un grand-père et son petit fils ….

Un roman qui donne envie de rire aux éclats et qui émeut jusqu’aux larmes.

Son avis complet

Dans les coulisses de l’Atelier de cœurs :

Le chien de Céline Lamour-Crochet.Editions Mouk,2017

Un album cartonné en noir et blanc qui raconte les aventures d’un petit chien. La particularité de cet ouvrage c’est que chaque objet ou personnage est dessiné par les lettres du mot dont il est composé. 

Son avis complet

Du côté de littérature enfantine :

Bébé va au marché, Atinuke, Angela Brooksbank, éditions des éléphants

Avec son adorable petite frimousse, bébé séduit tous les marchands, sans que sa mère ne s’en aperçoive le coquin va déguster avec gourmandise une orange, une banane, des gâteaux… Un album à compter tendre et joyeux.

Son avis complet

Du côté de Méli-Mélo de livres :

La princesse de l’aube, Sophie Bénastre et Sophie Lebot, De la Martinière jeunesse

Un album-conte à la réflexion philosophique et écologique dans un écrin d’illustrations à couper le souffle ! Lumière et ombre se côtoient pour aboutir à un message qui fait réfléchir à la relation de l’homme avec la nature.

Son avis complet

Sur les étagères de la collectionneuse de papillons, d’étranges créatures ont été épinglées :

Que caches-tu dans ton dos ? de Lena Sjöberg publié aux éditions Rue du monde.

Un album tout en longueur pour jouer au fameux jeu des devinettes avec petits et grands !

Son avis complet

Sur les étagères d’Un Petit Bout de Bibliothèque :

Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker. Gallimard jeunesse, 2016

Une écriture fine et solide pour dire l’absurdité de la guerre qui détruit autant les hommes que la nature. Une amitié hors du commun entre un enfant et un renard, leur voix qui se répondent au delà de la séparation et les illustrations sensibles de Jon Klassen, comme une touche de douceur dans un monde brutal et incertain.

Son avis complet

Dans la bibliothèque de La littérature jeunesse de Judith et Sophie :

Koi ke bzzz ? de Carson Ellis. Hélium, 2016

Un album sur le cycle de la vie en langage insecte ! Une belle surprise qui laisse la place à l’interprétation des enfants et à la lecture des illustrations. Un album intelligent, drôle et beau !

Son avis complet

A partir de la semaine prochaine, et tout au long de l’été, chacune d’entre nous établira son TOP 5 en littérature jeunesse !

Ne nous perdez pas de vue !

Résultats du jeu des 5 ans

Animation Exercise #50!! ““Opening ‘The best gift ever’ and reacting” ” View PostIl y a un mois on fêtait les 5 ans de notre grand arbre avec un petit jeu pour vous remercier de votre fidélité.

Merci à ceux qui ont joué le jeu et nous ont bien voulu partager avec nous leurs livres fondateurs. Comme promis, nous avons tiré au sort dix d’entre vous.

Sans plus attendre, voilà la liste des gagnants.

 

Virginie

Violaine

Isabelle

Ambre

Mathilde

Stéphanie

Othondo

Katy

Blandine

Denise

Félicitations à vous.

Merci de nous faire part te votre adresse postale à cette adresse: contact@alombredugrandarbre.com , en nous précisant l’âge de l’enfant à qui vous destinez le livre (vous avez aussi le droit de vouloir un livre pour vous, nous savons bien sous l’arbre qu’on n’est jamais trop grand pour la littérature jeunesse) et tout élément utile sur ses goûts, afin que nous choisissions avec soin ce qui lui correspond.

Et nous espérons vous compter parmi nous pendant les 5 prochaines années!

 

 

Cinq ans, ça se fête avec des cadeaux !

Comme vous le savez (ou pas) notre blog collectif fête ses 5 ans cette année. Pendant ces années, le blog a évolué, il a grandi, il a pris son caractère. Il y a eu presque 400 articles publiés, des coups de cœur en pagaille, des débats parfois vifs et une équipe toujours motivée pour faire vivre tout ça. Cette équipe, elle a changé, il y a eu des départs et des arrivées, au gré des aléas de la vie. Mais toujours pour points communs la passion pour la littérature jeunesse et le désir de partage. Aujourd’hui, nous nous apprêtons à accueillir une nouvelle venue, vous la croiserez bientôt par ici, en attendant, vous pouvez aller visiter son blog :  atelier de cœur.

Mais, comme annoncé dans le titre, un anniversaire, c’est avant tout des cadeaux.

Alors, nous avons décidé de vous gâter. Après tout, ces cinq années d’existence, c’est un peu à vous que nous les devons et nous vous en sommes reconnaissantes.

Vous vous en souvenez peut-être, à  l’été 2014 nous avons fait une série de billets où chacun d’entre nous (à l’époque l’équipe était encore mixte) racontait le livre d’où il vient. Ce livre particulièrement marquant, dont on peut dire qu’il y a un avant et un après sa lecture. Le genre de livre qu’on offre à tour de bras, qu’on a tellement envie de faire connaître.

Aujourd’hui, pour gagner un livre, nous vous proposons de prendre la plume à votre tour (oui, bon, le clavier, mais c’est moins poétique) et de nous raconter en commentaire le livre d’où vous venez. Un titre de livre, un petit souvenir marquant, une anecdote à son sujet, ce que vous voulez !

Les gagnants seront tirés au sort parmi les commentaires. Oui, LES, car ce sont dix livres que nous mettons en jeu. Les titres des livres sont une surprise, nous les choisirons soigneusement en fonction des gagnants. Album, BD, roman, nous ferons au mieux pour plaire à celui ou celle qui le recevra !

Le jeu est ouvert aux résidents de la France métropolitaine (c’est pas de notre faute, c’est la poste…), vous pouvez partager sur les réseaux, cela nous fera plaisir, mais ce n’est pas obligatoire.

Le tirage au sort aura lieux dans un mois, soit le 29 juin, ainsi les gagnants pourront partir en vacances avec un nouveau livre (ou se consoler de ne pas avoir de vacances en lisant un nouveau livre, ce qui est toujours d’un grand réconfort).

Vous pouvez préciser en commentaire l’âge de l’enfant auquel vous destinez le livre mais si vous voulez le garder pour vous, c’est autorisé aussi. Dans tous les cas vous pouvez préciser le genre de livre que vous souhaitez recevoir.

Alors, à vos commentaires et merci de votre confiance !

… ça trompe, ça trompe…

Il y a les animaux emblématiques de la littérature jeunesse: les loups, les ours, les lapins par exemple. Et puis il y a ceux qui sont moins attendus mais néanmoins très présents. Les éléphants sont de ceux-là. Allez savoir pourquoi, de Babar à Pomelo, l’éléphant surgit de façon récurrente dans les albums pour les petits. Est-ce parce qu’il peut représenter à la fois la force et l’élégance (si, si)? Parce qu’il peut être très expressif? Parce qu’il peut à la fois impressionner et rassurer? Quoi qu’il en soit, puisque le pachyderme est apprécié à la fois des illustrateurs, des auteurs et des enfants, nous avons pensé qu’il méritait bien une petite sélection thématique.

Pomelo, Ramona Badescu, Benjamin Chaud, Albin Michel jeunesse

Un petit éléphant de jardin, si petit qu’il peut dormir sous un pissenlit, mais qui vit de grandes aventures!

Le billet de Chloé.

Fanfan de Marie Sellier et Iris Fossier. Editions Courtes et longues, 2012

Eléphant ou autruche ? Ce superbe album album met en scène un éléphant adopté qui se pose des questions sur ses origines et son identité. Un chef d’oeuvre !
Le billet de Bouma et celui d’Alice

.
Un éléphant dans mon arbre de Barroux. Kilowatt, 2014

Les branches de cet arbre abritent un monde plein de surprises. Cette petite fille y a même rencontré un éléphant qui tricote en attendant son train…

Le billet d’Alice

.

.

.
C’est l’histoire d’un éléphant d’Agnès de Lestrade et Guillaume Platevin. Sarbacane, 2012

C’est l’histoire d’un éléphant qui a mal dormi … et qui met tout le monde mauvaise humeur .
Trop drôle !

Le billet de Chloé et celui d’Alice

.

.

Uma la petite déesse, de François Roca et Fred Bernard, aux éditions Albin michel.

Le billet de solectrice et celui de bouma

.
Circus Mirandus de Cassie Beasley. Editions Auzou.
Le billet de Solectrice
.

Mon chagrin éléphant de Cécile Roumiguière et Madalena Matoso, Editions Thierry Magnier :

un album métaphore très bien vu sur le deuil à hauteur d’enfant et d’éléphant.

Le billet de Pépita et celui de  Bouma

.


Vacarme de Gaëtan Dorémus, Editions Notari L’oiseau sur le rhino

Un petit éléphant souffre énormément du bruit qui l’entoure. Un album qui aborde avec justesse la perception des choses différente d’un individu à l’autre et qui rappelle combien c’est parfois difficile à hauteur d’enfant.

Le billet de Pépita

Jojo l’Ombrelle de Didier Lévy et Nathalie Dieterlé

Un album en lice pour le Prix des Incorruptibles catégorie CP cette année, et qui met en scène un malicieux éléphant dans une savane en proie aux cris et aux bagarres.

Le billet de Bouma

.

.

Interdit aux éléphants de Lisa Mantchev et Taeeun Yoo (aux éditions des éléphants, justement)
Qu’il est craquant, cet éléphant, avec sa petite mine dépitée quand on lui fait savoir qu’il n’est pas accepté. Qu’il est charmant, cet album tout en tendresse
Le billet du tiroir

.

.

Petit Elliot dans la grande ville, Mark Curato
C’est un éléphant, mais un tout petit éléphant… Tout petit et tout timide aussi. C’est difficile de trouver sa place dans le monde. Et pourtant parfois, un ami tout petit est juste à côté de soi

Le billet du tiroir

.

 

Au moment de boucler cette sélection thématique, on me souffle dans l’oreillette qu’il y manque Mon Chat, qui est pourtant un coup de cœur pour nombre d’entre nous. Loin de moi l’idée de jouer la maîtresse d’école qui fait remarquer à  l’élève distrait qu’il a mal lu l’énoncé. Cependant nous faisons ici une sélection qui concerne les éléphants et non les chats. D’ailleurs, vous pouvez trouver l’étonnant félin de Gilles Bachelet dans la sélection ad hoc En attendant, merci de ne pas m’interrompre quand je rédige un billet. Vous me le copierez 100 fois. Merci. Et n’y revenez pas.

Ombres et reflets

Bien avant d’en produire eux même, les hommes ont eu accès à ces images là. (Journée de sensibilisation « Langue, langage, images », organisée par l’agence Quand les Livres Relient, vidéo en ligne sur son site)

Cette petite phrase, entendue dans la bouche de la plasticienne Katie Couprie à propos des ombres et des reflets m’a donné très envie de m’intéresser à ces deux formes d’images dans la littérature jeunesse.

Je pensais au travail de la photographe Tana Hoban, à celui de l’illustrateur Hervé Tullet, aux photogrammes de Katie Couprie elle même, dans « Oh la vache! » ou dans « Tout un monde », bref, je pensais avant tout à des albums. Quand j’ai soumis l’idée à la bande du grand arbre, non seulement elles m’ont proposé plein de titres d’albums qui ne m’étaient pas venus à l’idée mais aussi des romans. Cette capacité qu’ont les arbronautes  à toujours me surprendre et à enrichir chaque proposition qui leur est faite m’émerveillera toujours.

Voilà donc notre sélection d’ouvrages qui montrent ou abordent les ombres et les reflets dans la littérature jeunesse.

Quand il fait nuit Akiko Miyakoshi.-Syros

Quand la nuit prend son habit de nuit et que la lumière des hommes s’infiltre dans son voile noir. Un album sublime sur le ressenti d’un petit lapin entre chien et loup. Chronique de Pépita et d’Alice

Jeu de reflets de Hervé Tullet, Panama, 2008 (maintenant édité par Phaidon)
Juste des formes en noir et un papier miroir dans cet album cartonné. Pour jouer avec les lumières et les reflets. Chronique de Sophie

Les aventuriers du soir Anne Brouillard Éditions des éléphants : quand le soir arrive sur le jardin et la maison, l’atmosphère change. Un album entre lumière et ombres pour mieux saisir la tombée du soir

Chronique de Céline, de Sophie  de Chloé et de pépita

Le noir Lemony Snicket Jon Klassen Milan : Un album très réussi pour apprivoiser le noir et s’en faire un ami. Chronique de Bouma et de pépita

L’heure bleue d’Isabelle Simler. Editions courtes et longues, 2015
Un instant seulement, juste cet entre-deux avant la nuit où la lune éclaire de son halo la nature qui s’endort.
Ombre du jour, lumière de la nuit, émouvant moment paisible et merveilleux.

Chronique  de Bouma, de Sophie de Chloé et d’Alice

Tam tam boum boum de Kim Jong-do
Quand les ombres prennent vie le temps d’une ronde sous la lune pour le plus grand plaisir des petits curieux. Chronique de Bouma

Nuit de Rêve de Laurent Moreau
Imaginez quel territoire devient votre chambre une fois la lumière éteinte…. et observez.

Chronique de Bouma

nuit de reveDans le noir de John Rocco
Un classique de la littérature jeunesse américaine qui fait passer une panne d’électricité pour un spectacle de magie. Chronique de Chloé et de Bouma

dans le noir

 

Le petit curieux de Édouard Manceau, Milan, 2014
Un album qui invite à regarder le monde différemment. Parfois rien de mieux qu’un miroir comme la couverture qui reflète ce qui nous entoure. Chronique de Sophie

 

Tant que nous sommes vivants Anne-laure Bondoux Gallimard jeunesse : Un roman qui prend très rapidement des allures de conte initiatique où le noir et le blanc, l’ombre et la lumière se disputent tout simplement la vie. Chronique de Bouma, de Sophie et de pépita

Le voleur d’ombres de Marc Levy, Robert Laffont

Le voleur d’ombres a une capacité, celle d’emprunter les ombres des personnes qu’il approche et pouvoir, en dialoguant avec elles, découvrir ce qui les fait souffrir. Une réflexion sur les stades de la vie et sur ce qui fait le sel de notre existence : l’Amour et l’Amitié !

Chronique de Céline

Rencontre avec Gilles Bachelet

Vous le savez, à l’ombre du grand arbre nous avons lu et aimé l’album de Gilles Bachelet Les coulisses du livre jeunesse. Pour prolonger le plaisir de sa lecture et en savoir un peu plus sur sa genèse, j’ai posé quelques questions à Gilles Bachelet qui a aimablement accepté d’y répondre et même de m’envoyer ce dessin, publié sur sa page facebook après la sortie de l’album mais qui reste tout à fait dans le thème.

 

 

Voilà ses réponses.

Cet album reprend des dessins d’abord publiés sur facebook, au départ c’était juste un délire comme ça ou il y avait déjà l’idée d’une publication ?

Non, je n’avais aucune intention d’en faire un album et ces dessins étaient destinés à mes “amis facebook” qui, pour une bonne partie, ont une activité ou une passion qui tourne autour du livre jeunesse. Je les faisais d’ailleurs sur des carnets de croquis, dans l’esprit de ce que je fais habituellement dans ce contexte, c’est à dire avec beaucoup plus de liberté et de relâchement que pour l’illustration de mes albums. Après les premiers posts sur Facebook, Fred Ricou du site “Les Histoires sans Fin” m’a demandé l’autorisation de les utiliser, puis le Salon de Montreuil qui, cette année-là avait pour thématique “l’Étoffe des Héros” m’a proposé de les inclure dans une exposition. Ce n’est que plus tard qu’Olivier Belhomme de l’Atelier du Poisson Soluble à qui je les avais montrés, a pensé que cela pourrait devenir un album. J’ai alors complété la série dans cette idée.

Comment se sont construites chaque vignette, image d’abord, texte ? Et le fait de mettre plusieurs références sur une même image, c’est venu naturellement ?


Sans méthode particulière. L’idée pouvait venir d’un simple rapprochement graphique, d’une envie de dessiner tel ou tel personnage, d’une complicité avec un autre illustrateur ou, à l’inverse, de l’énervement que peuvent susciter certains personnages de la littérature jeunesse dite “commerciale”. Le premier dessin de la série présent dans l’album, “Le Tailleur”, vient tout bêtement de la similitude de couleur entre le costume de Babar et celui du Petit Prince… de là à imaginer qu’il proviennent du même coupon de tissu…

En fait, je n’ai jamais eu l’impression de commencer une série. Tous ces dessins rentraient dans la continuité des nombreux échanges facebook que je faisais depuis un bon moment avec des collègues illustrateurs, notamment Benjamin Chaud, et dans lesquels j’avais déjà fait subir les pires traitements à Pomelo, bien sûr, mais aussi à Babar, Elmer, Le poisson Arc-en-Ciel, Géronimo Stilton et quelques autres…

Ce livre vous a-t-il valu de nouveaux amis ? Ou de nouveaux ennemis ? Comment a-t-il été reçu par vos confrères qui y sont cités ? Et ceux qui n’y sont pas ?

J’ai l’impression qu’il a été globalement très bien accueilli. Je ne me faisais aucun souci par rapport aux auteurs que je connais mais j’étais plus inquiet concernant certains autres (je pense à Nadja, que je ne connais pas et dont j’ai utilisé le Chien Bleu ou à David McKee, le papa d’Elmer). Pour autant que j’en sache, je ne me suis pas fait d’ennemi déclaré et personne n’est venu se plaindre non plus de ne pas y figurer. La question s’est posée avec l’éditeur de savoir si nous demandions des autorisations ou si cela relevait du droit à la citation. Finalement nous avons décidé de ne rien demander à personne et, à ce jour, tout se passe bien.

L’album a été un succès et a même donné lieu à une exposition, vous vous y attendiez ?

Non. J’ai même été surpris quand Olivier Belhomme m’a dit qu’il avait fait un tirage de 5000 exemplaires. Cela me paraissait énorme pour un album que je jugeais confidentiel. Je suis moins étonné par les nombreuses demandes d’expositions dans les médiathèques ou à l’occasion de salons du livre car on reste là dans le cadre bien spécifique de la littérature jeunesse auquel je le destinais.

Mais au fait, à qui plaît- il le plus, aux enfants ou aux adultes ?

Les dessins que je mets sur ma page facebook ne sont pas au départ spécialement destinés aux enfants. L’album reste dans cet esprit et touche principalement, je pense, les acteurs de ce petit microcosme qu’est le livre jeunesse : auteurs, illustrateurs, bibliothécaires, libraires, enseignants et parents curieux. Je suis très heureux pourtant de voir, sur les salons ou lors de rencontres scolaires, que pas mal d’enfants qui ont déjà une certaine culture dans ce domaine prennent beaucoup de plaisir à le regarder et à y retrouver leurs personnages préférés. On va donc dire que l’album s’adresse aux amoureux de la littérature jeunesse en général…

Enfin, une dernière question, certes hors sujet mais qui me brûle la langue : Sur Facebook, Benjamin Chaud et vous semblez former un duo de choc, à quand un album en commun ?

On en a souvent parlé, entre nous et avec nos éditeurs respectifs… Y a plus qu’à….

Nous l’attendons avec impatience !

Merci beaucoup Gilles Bachelet, de nous avoir accordé ce temps. Au plaisir de vous suivre, sur facebook et dans les librairies.