Lettre de la valise de Chlop

Salut, c’est la valise de Chlop.

Je vous écris cette année, parce que j’ai envie de vous parler de livres, il me semble que c’est votre truc, à l’ombre du grand arbre, les livres, je me trompe?

Vous ne le saviez peut-être pas, mais certaines valises adorent les livres. Si, si. En tout cas moi, je suis une grande lectrice.

Il faut dire que je ne manque pas de livres, pendant toute l’année, Chlop m’utilise essentiellement pour trimballer des kilos d’albums pour son boulot.
C’est bien simple, quand j’ouvre la bouche, la plupart du temps, je ressemble à ça:

N’allez pas y voir une gourmandise excessive, non, je lis tous les livres que je transporte. Oui, parce que nous, les valises, on est un peu comme les tortues, on vit dans notre carapace. Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas nos yeux qu’on n’en a pas. Les miens sont très performants, ils se glissent entre les pages pour déchiffrer les livres sans que personne ne s’en aperçoive.

Je me demande si Chlop sait que je lis les livres que je transporte. En tout cas, elle à la gentillesse de toujours prévoir certains classiques dont je ne me lasse pas (comme Quel radis dis donc par exemple, que je connais par cœur depuis bien longtemps mais que j’aime toujours relire) et des nouveaux que je découvre avec plaisir.

Tenez, il y a peu de temps, j’ai vu arriver Une super histoire de cow-boy. Je me demande bien ce qu’elle attend pour le chroniquer sur son blog celui là. C’est bien simple, c’est mon coup de cœur du moment. Le texte dit un truc, l’image dit autre chose. La première fois ça m’a déstabilisée mais ensuite j’ai trouvé ça très savoureux. Il faut dire que nous, les valises, on comprend très bien le second degrés et on n’est pas insensibles à l’humour.

Maintenant que les vacances arrivent, je vais devoir transporter maillots et serviettes de bain (pleins de sable au retour, berk), des tubas, des robes colorées et des sandalettes. Avouez que c’est beaucoup moins fun tout de même!

Mais je ne m’inquiète pas, je sais qu’il y aura toujours quelques lectures au milieu des chiffons. L’autre jour, j’ai entendu Chlop demander à sa mouflette “Il est bien? Tu me le prêteras quand tu l’auras fini?” Je sais qu’elle parle de livre. C’est comme ça que j’ai pu lire Oh boy, ou encore La déclaration.

Un été j’ai même eu la mythologie grecque en cent épisodes à porter pendant toutes les vacances, j’en lisais quelques chapitres par jour et, croyez-moi ou pas, mais je l’ai terminé avant le retour à la maison. Cet été, je ne serais pas étonnée de lire Swimming pool, la mouflette semble avoir beaucoup aimé. Et puis Chlop, l’autre jour elle a dit qu’elle avait super envie de lire The hate you give, à mon avis, dès qu’elle croise une librairie elle ressort avec.

          
Donc vous voyez, je ne suis pas à plaindre, je vais encore passer un bel été, même si je n’aime pas trop l’idée de voyager dans le coffre d’une voiture en compagnie de sacs de couchages (ceux là, ils n’ont aucune conversation, d’ailleurs c’est bien simple, ils ne savent pas lire, c’est tout juste si ils écoutent les histoires du soir que Chlop lit à sa cadette).

 

J’espère que de votre côté vous donnerez de beaux ouvrages à vos bagages, ils vous en seront reconnaissants. Et que vous passerez un bel été, bien entendu.

Signé: Valise A Roulette.

Les coups de cœur de Mars 2018

Chaque mois les arbronautes vous livrent leurs coups de cœur, le choix est tantôt évident, tantôt très difficile mais nous nous prêtons toujours au jeu avec plaisir pour partager avec vous le meilleur de la littérature jeunesse du moment.

**************************

Chez Chloé, c’est un véritable petit vaudeville pour les bambins, une pièce de théâtre avec son lot de péripéties et rebondissements inattendus:

La recette miracle, Delphine Bournay, L’école des loisirs

……………………………………..

Chez Alice, c’est un roman sous forme épistolaire plein de fraîcheur et d’authenticité qui nous parle d’amitié et de ces liens si forts et essentiels dés l’enfance.

Tu vois, on pense à toi ! Cathy Ytak, Syros

……………………………………..

Chez Pépita, c’est une nouvelle collection de la maison d’édition MeMo, une collection au titre évocateur : Petite Polynie. Deux titres lus pour l’instant et qui m’ont enchantée sur le fonds et la forme !

La petite épopée des pions, Audren, illustrations de Cédric Philippe

Truffe et Machin, Emile Cucherousset, illustrations de Camille Jourdy

……………………………………..

Dans le Tiroir à histoires de Céline, c’est un grand album à la croisée entre mythologie romaine et conte poétique qui a fait mouche. Ou la légende de Rémus et Romulus vu à travers les yeux de leur Maman Loup.

Maman Loup, de Géraldine Elschner et Elodie Nouhen chez L’Elan Vert.

Maman Loup……………………………………..

Chez Sophie, le choix n’a pas été simple… d’ailleurs elle n’a pas choisi ! Voilà donc ces deux coups pour le mois de mars.

Caché !, de Corinne Dreyfuss chez Thierry Magnier
Un roman pour les bébés : il fallait oser et c’est une réussite. Un livre sans image sur le jeu de cache-cache. Ludique et très vivant, les enfants ne s’en lasse pas !

Une histoire d’amour, de Gilles Bachelet au Seuil jeunesse
Un coup de foudre entre deux gants de cuisine, qui pourrait croire que ça ressemblerait à la vraie vie ! Et pourtant, cette histoire ferra certainement écho pour plus d’un lecteur, enfant comme adulte.

……………………………………..

Aurélie s’est laissée emporter par une fable poétique. Une envie pressante de printemps assouvie grâce aux illustrations champêtres de cette histoire d’amitié.

Le renard et l’étoile de Coralie Bickford-Smith chez Gallimard jeunesse.

……………………………………..

Bouma a été complètement fascinée par ce début de série dystopique. Original, intense et captivant sont les trois mots maîtres de cette histoire. Donc si vous avez aimé Hunger Games ou Divergent, ce roman est fait pour vous !

La Faucheuse T.1, de Neal Schusterman chez Robert Laffont

……………………………………..

Pas facile de choisir dans ces lectures du mois, mais que nous conseilleriez-vous, vous ?

Coups de cœur de janvier 2018

Vous les attendiez avec impatience, ils sont enfin là, ce sont les tout premiers coups de cœur de l’équipe pour l’année 2018 !

Chloé a choisi un livre hors du commun, entre poème, album et texte illustré. Le genre de livre inclassable dont on espère qu’il trouvera son public, parce qu’il le mérite, vraiment. Cavale, Stéphane Servant, Rebecca Dautremer, Didier jeunesse

 

Alice s’est laissé emporté par une gomme et un crayon qui, sous ses yeux éblouis, l’ont emporté vers un monde tout en courbe et en circonvolutions. De l’art !

Lignes de Suzy Lee, Albin Michel

 

Pépita a pris comme un véritable coup de poing cette adaptation plus qu’audacieuse du conte le plus connu. Quel renouvellement du genre !

Dans les yeux de Philippe Jalbert, Éditions Gautier Languereau

 

Sophie a traversé la vie de Titania au côté de Nine pour découvrir son grand secret familial.

L’aube sera grandiose de Anne-Laure Bondoux, Gallimard jeunesse

 

Bouma a partagé en famille ce magnifique OLNI (Objet Livresque Non Identifié) qui mélange les codes de la bd, de l’album et du documentaire pour magnifier le travail d’Anne Brouillard.

La Grande Forêt, le pays des Chintiens d’Anne Brouillard, L’école des loisirs

Aurélie s’est plongé dans la ressource Storyplay’r et a trouvé pleins de petites pépites comme Cache-Cache.

Cache-cache de Song Hyunjoo chez les éditions amaterra.

Nous espérons que vous avez eu la chance vous-aussi de découvrir un livre qui a retenu votre attention. Sinon, ce sera peut-être le mois prochain…

Coups de cœur d’octobre 2017

Ce mois-ci, nous avons eu une heure de plus pour lire, youpi, et plein de coups de cœur pour fêter ça.

 

Chez Littérature enfantine, c’est un très joli pop-up qui a fait mouche, pour la grande qualité de ses découpes et l’histoire poétique :

 La noisette, Anne-Florence Lemasson, Dominique Ehrhard, Les grandes personnes

 

 

Chez MéLi-MéLo de livres, beaucoup de bons romans lus le mois dernier, moins d’albums mais celui qui reste est une magnifique histoire d’empathie :

 Jusqu’ici, tout va bien de Gary D. Schmidt, Ecole des Loisirs, Médium+.

 

Du côté de l’atelier de cœurs, la découverte d’une petite série BD rafraîchissante pour se détendre durant ce mois bien rempli.

L’Étrange boutique de Miss Potimary dIngrid Chabbert et Séverine Lefèbvre, Jungle éditions.

.

Dans le Tiroir à histoires, c’est avec beaucoup de joie que les papooses ont retrouvé Sophie et ses courges, dans cette épreuve délicate et intense qu’est la rentrée. Un très bel album, plein de fantaisie et de justesse.

Les courges de Sophie vont à l’école, de Pat Zietlow Miller et Anne Wilsdorf,  Kaléidoscope.

.

Au pays d’Alice, peu de lectures en octobre et déjà l’appel de l’hiver qui arrive et de la montagne enneigée avec ce beau premier album :

L’ascension de Saussure de Pierre Zenzius. Editions du Rouergue

Dans le Petit Bout de Bib(liothèque) de Bouma, c’est une adaptation en bd du roman de Julia Billet qui a retenu l’attention. Une belle épopée à fuir les Nazis dans une France qui sait malgré tout garder son humanité.

La Guerre des Catherine de Julia Billet et Claire Fauvel. Rue de Sèvres. 2017

 

Un nouvel album a trouvé sa place dans la collection de papillons de Colette :

Le jour de l’âge de raison de Didier Lévy, illustré par Thomas Baas

publié chez Sarbacane.

Chez Sophie, on s’est plongé dans cette belle aventure post-apocalyptique contée par un auteur de talent !

Sirius de Stéphane Servant publié au Rouergue.

 

Et vous, quelle lecture aurez vous retenu ce mois-ci ?

La littérature jeunesse dans la petite lucarne

S’il y a bien une chose dont on est convaincues, à l’ombre du grand arbre, c’est qu’il n’y a rien de tel que de partager un moment de lecture avec son enfant. C’est avant tout un grand moment de plaisir partagé mais aussi un soutien de poids pour tous les apprentissages (on ne va pas vous faire la liste de tout le bénéfice de la lecture dans le développement de l’enfant, on parie que vous êtes déjà convaincus de cela).

Évidemment, en ce qui concerne les écrans, on est plus mitigées.  Nous connaissons les problèmes de concentration, de sommeil ou autre, liés à une fréquentation excessive des écrans, notamment chez les plus jeunes.

Alors, faudrait-il brûler les télés? Sans doute pas, mais en limiter l’accès et, au passage, privilégier le meilleur de la production. De nombreux dessins-animés ou films d’animation de grande qualité sortent chaque année.
Aujourd’hui, nous avons choisi de vous présenter ceux qui sont issus d’une œuvre littéraire.

De quoi occuper agréablement les dimanches d’hiver.

Les albums filmés de l’école des loisirs. Présentés ici par Pépita et  ici par l’atelier de cœur.

Une bien belle idée et fort réussie dans la réalisation que de filmer les incontournables albums de l’école des loisirs, comme si on racontait l’histoire en tournant les pages.

Ernest et Célestine, version grand écran d’abord, avec la très belle adaptation de Daniel Pennac, présentés ici par Pépita

Mais aussi l’adaptation plus récente pour le petit écran, visible dans l’émission Les Zouzous. Cette série est bien plus proche des albums de Gabrielle Vincent, on y retrouve l’ambiance si chaleureuse des livres et la très grande affection qui lie ce grand ours à cette petite souris.

Sur les Zouzous toujours, une série vraiment réussie et étonnante, Yetili, dans la quelle un yéti raconte à deux petites souris des albums jeunesses. Classiques ou perles rares, les livres sont toujours bien choisis et les réactions et commentaires des souriceaux sont toujours bien vus.

Un peu dans le même esprit, La cabane à histoire met en scène des enfants qui lisent, là encore des albums que l’on peut ensuite retrouver en librairie.

Enfin, indémodable mais qui a toujours autant de succès, les histoires du père castor semblent traverser les temps sans prendre une ride.

Nous savons aussi que la série de petits romans Chien pourri sera bientôt adaptée pour le petit écran, de même que les albums Émile, nous sommes impatientes de les découvrir à la télévision.
Et vous, quels sont vos dessins animés préférés, issus de la littérature jeunesse?