Lectures sur l’île papillon…

Contrairement à Mallarmé, jamais je ne me dis :

“La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres !”

Car à l’ombre du grand arbre sont nées des amitiés qui ne cessent de nourrir mon imaginaire d’une pagaille de récits, de contes, d’images et de poésies ! C’est donc les paupières gonflées de rêves de lectures que j’ai glissé dans ma valise 4 livres pour occuper mes soirées guadeloupéennes bercées par la “brise marine”. Oui car cette année nous avions décidé de “Fuir là-bas, fuir !” Et quel enchantement ! Pour vous dire vrai c’est la nature, ses chants incroyables, sa lumière enveloppante, sa végétation luxuriante qui, plus que les mots couchés sur le papier, m’ont fait cette année tourbillonner. Mais comme je n’arrivais pas à dormir, mes compères d’encre noire ont été de précieux compagnons de voyage, remplaçants les rêves vers lesquels je ne pouvais me laisser aller.

Il y a eu, tout d’abord, un roman de littérature générale dont on m’avait beaucoup parlé : La tresse de Laëtitia Colombani, publié chez Grasset, lu dans la galerie d’une jolie case créole de Saint-François. Puis il y a eu Gustave Eiffel et les âmes de fer, de Flore Vesco, terminé sur la plage de Malendure :

Et l’intense D’un trait de fusain, de Cathy Ytak, publié aux éditions Talents hauts, dévoré plusieurs nuits d’affilée dans notre chambre visitée par les anolis à Bouillante, au coeur de la forêt tropicaleAvant de rentrer, pour me reconnecter à nos projets familiaux, j’ai entamé non loin du magnifique jardin botanique de Deshais le best seller du zéro déchet, prêté par une amie, qui elle-même le tenait d’une amie :

Voyez un peu mes lectures hétéroclites de l’été ! Et je regrettai de n’avoir point emporté de poésie pour habiter ce fabuleux voyage, car sans cesse debout face aux paysages captivants de cette île papillon,

pensant à mes amies d’À l’ombre du grand arbre, j’entendais le chant de Baudelaire,  :

“Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas
vivre ensemble!
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble ! “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *