Lecture commune : Incroyable !

Incroyable de Zabus & Hippolyte, Dargaud, 2020.

Cet été, Colette la collectionneuse de papillons, Isabelle de L’île aux trésors et Frede Liraloin se rencontraient lors d’une journée plage et librairie autour de la littérature de jeunesse. De ces échanges, l’envie est née de proposer une prochaine lecture commune autour de la bande dessinée. Véritable coup de cœur pour Liraloin, Incroyable ! nous a fait rencontrer un personnage tout à fait original qui nous a entraînées dans une histoire… incroyable. Pour en savoir plus, c’est ci-dessous que se déroule la discussion…

******

LIRALOIN : Qu’avez-vous pensé de la couverture ? Quel genre d’histoire peut en émerger ?

LUCIE : Tous ces livres, ça m’a immédiatement donné envie de m’y plonger ! On sent bien l’atmosphère de (vieille) bibliothèque avec ces tons chaleureux jaunes et marrons. Il y a ces étoiles et ces planètes dont on se demande un peu ce qu’elles font là, pour moi elles annonçaient un personnage rêveur. Mais il y a aussi cet enfant seul sur lequel plane une ombre démesurée, peut-être inquiétante… Bref, une couverture intrigante à tous points de vue et aucune idée de l’histoire qui pouvait en émerger !

COLETTE : J’ai complètement craqué sur cette couverture : ce tout petit personnage au milieu de ces immenses murs de livres, je l’ai vu comme une invitation aux voyages, multiples et fascinants, que peut offrir la littérature. J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour les bibliothèques et notamment pour celles que l’on peut voir dans certains films où les livres montent jusqu’au plafond. L’exclamation du titre Incroyable ! a rajouté à ma fascination. J’ai adhéré tout de suite ! Mais j’ai été complètement surprise et déroutée par ce que j’ai trouvé derrière cette couverture. Ce n’était pas du tout l’histoire à laquelle je m’attendais !

LIRALOIN : Pour ma part, j’ai été de suite attirée par cette immense bibliothèque et ce personnage tellement petit au milieu de ces volumes ! Je n’ai pas repéré l’univers en bas de page. Du moins, je n’y ai pas fait assez attention. Et pourtant, ce détail a toute son importance.

ISABELLE : Moi non plus, je n’ai pas vu tout de suite les étoiles. Mais j’ai été happée par cette couverture lumineuse, la délicatesse du trait et la mignonnerie du minuscule lecteur. Colette, est-ce que tu faisais référence à la quatrième de couverture quand tu disais avoir été surprise ? Parce que je vous avoue que de mon côté, je n’ai pas été attirée par le résumé qui parle de TOC et d’hypocondrie et qui m’a semblé annoncer quelque chose de pesant. Heureusement que je me suis fiée à vos impressions, il aurait été dommage de rebrousser chemin !

COLETTE : Isabelle, je faisais référence à la multitude de livres sur la couverture qui pour moi annonçait une histoire sur le plaisir de lire… alors que ce n’est finalement pas du tout le sujet.

LIRALOIN : Maintenant, il nous faut parler de ce drôle de prologue ! Il est étonnant, décalé, drôle et donne un ton particulier, non ? Qu’en avez-vous pensé ?

ISABELLE : Tout à fait d’accord, voilà une entrée en matière tout à fait intrigante. Le narrateur nous parle de l’histoire et nous invite à l’inspecter d’abord “de l’extérieur”, brossant le décor (savoureusement belge), listant les personnages comme au début d’une pièce de théâtre, dont bien sûr le petit Jean-Loup. On prend une distance par rapport au récit avant d’y plonger. C’est un peu vertigineux lorsque le narrateur attire notre attention sur la conjonction improbable de contingences qui conduisent à la présence du petit bonhomme dans la bibliothèque où tout commence. Et en introduisant “l’accessoire” de la peau de banane assortie d’une citation de Tchekov qui suggère qu’elle aura forcément un rôle-clé, les auteurs placent le récit sous tension, avant même qu’il ne commence. J’ai trouvé ça malin et réjouissant.

LUCIE : J’ai beaucoup aimé aussi cette manière de nous inviter à découvrir le contexte de l’histoire. Et c’est une introduction décalée mais pertinente, car la Belgique (en tout cas son roi) va jouer un rôle déterminant et cette réflexion sur les conditions nécessaires à la naissance de Jean-Loup est vraiment liée à son mode de pensée.

COLETTE : Je soulignerais en plus le style graphique d’Hippolyte qui tient lui aussi du savant équilibre : sa manière de cadrer, son trait un peu flou, son utilisation de la couleur – parfois très peu, parfois beaucoup – , sa manière singulière d’utiliser le blanc de la page, de ne pas dessiner de cadre autour des vignettes, de ne pas délimiter les choses, introduit de manière esthétique tout ce qui va faire la poésie de Jean-Loup. Et quel bonheur de terminer le prologue sur ses deux pages teintées d’ocre avec cette fabuleuse bibliothèque de l’école St Vincent, celle-là même qui me fascinait déjà sur la couverture !

LIRALOIN : Le prologue se joue dès la couverture intérieure, cette poignée de porte avec un prénom et deux étoiles. Est-ce celui du personnage qui est sur la première de couverture ? Puis cette page de titre et oui, on retrouve cette petite tête blonde “qui plane dans le cosmos”… qui en dit long sur ce qui va se jouer ensuite. Quelle entrée en matière que ce levé de rideau ! Enfin quelle joie que cette histoire se déroule en Belgique, pays frontalier de mon enfance. Oui, tout à fait, c’est décalé et astucieux et longtemps dans ma lecture j’ai attendu “le moment de la banane” en référence à Tchekhov et enfin le lecteur comprend que ce p’tit gars s’appelle Jean-Loup et qu’il plane réellement.
Après le prologue, on a cette première formidable page d’ouverture de chapitre, en noir et blanc, qu’on retrouvera tout au long de la BD et qui témoigne d’une certaine virtuosité en matière de dessin ! J’ai adoré ces planches, presque documentaires, si élégantes ! Et vous ?

ISABELLE : Nous avons adoré aussi ces planches. La curiosité semblait déjà à son comble à la fin du prologue, elle monte encore d’un cran quand on tombe sur cette Fiche 965 qui semble effectivement tirée d’un ouvrage documentaire. Outre l’élégance du dessin, dont tu parlais, nous voilà confrontés, au fil de l’intrusion de ces fiches dans le récit ici et là, à des faits étourdissants et fascinants. Car là se trouve le fil conducteur – les fiches, c’est le grand dada de Jean-Loup…

COLETTE : Concernant les fiches, les informations que nous apprenons sur les acariens par exemple dans la fiche 2441, ont fait le tour de la famille ! Elles ponctuent le récit avec un humour décalé tout à fait délectable.

LUCIE : Pareil, nous avons beaucoup apprécié ces fiches. Les informations sont présentées avec un aspect concret qui plaît bien. Par exemple, cette première “fiche 965” (déjà ce nombre qui donne une idée de la passion de Jean-Loup !) ne se contente pas des “deux millions cinq cent mille litres de sang”, elle fait le lien avec les 4 piscine olympiques qui permettent de visualiser la quantité.

LIRALOIN : Comment avez-vous abordé la lecture du premier chapitre ? Est-ce que cela n’a pas été trop pesant?

COLETTE : Je me souviens surtout que je me suis demandée dans quel genre de narration je m’étais embarquée. Je n’arrivais pas vraiment à voir où les auteurs voulaient nous mener, c’était très intriguant ce petit bonhomme plein de TOC, si seul et pourtant tellement habité par ses fantômes, fantômes mystérieux, un brin absurdes, que ce soit son grand-père paternel ou le roi des belges. J’ai vraiment apprécié la manière dont les auteurs ont rendu palpable la vie intérieure et tourmentée de Jean-Loup. Et j’ai surtout totalement adoré la manière dont cet enfant résiste. Résiste à quoi ? Au chapitre 1, c’est encore un mystère…

LUCIE : Je ne savais pas trop à quoi m’en tenir : Jean-Loup est-il un enfant à l’imagination débordante qui met en place des challenges et des jeux sur la route du retour ? Ou est-ce plutôt des TOC envahissants qui le contraignent ? C’est à la page 17 que l’on se rend compte que ce n’est pas un jeu et que cette histoire de points a vraiment de l’importance pour Jean-Loup. Cela installe une certaine tension, qui s’accentue avec le “Papa sera content. Ou du moins, il ne se fâchera pas” et augmente encore avec cet ancêtre atroce qui lui dit cette phrase horrible “Tu es la honte de la lignée paternelle”.
Je te rejoins, Colette, les auteurs ont réussi à vraiment transmettre le désordre intérieur qui secoue Jean-Loup. Heureusement qu’il y a ce roi des Belges pour alléger l’atmosphère !

LIRALOIN : Tout comme vous j’ai été un peu mal à l’aise avec ce chapitre, c’est lourd cet héritage familial : être quelqu’un, devenir quelqu’un. Ce qui me frappe le plus, c’est cette solitude. Une solitude si pesante que Jean-Loup s’invente des personnages dont un cruel pour un enfant de son âge. Oui heureusement que le Roi des belges tant apprécié détend l’atmosphère.

ISABELLE : Je ne dirais pas pesant pour ma part. Plutôt déconcertant : on ne sait pas trop sur quel pied danser face à cet adorable énergumène. S’il s’agit d’un jeu, de troubles alarmants, d’une imagination absolument débridée ou, comme tu le disais Colette, d’une stratégie de résistance. On ne sait pas s’il faut pleurer, mais le rire n’est pas loin non plus.

LIRALOIN : Justement parlons un peu d’humour et comme le dit très bien Isabelle, on ne rigole pas pour le moment même si des situations font sourire comme les tocs de notre jeune héros. Le chapitre 2 nous fait entrer dans l’histoire autrement rien qu’avec l’évocation de la fiche 2639. Qu’en pensez-vous ?

COLETTE : La mort semble avoir une place prépondérante dans les préoccupations de notre jeune héros, mais sa manière de l’aborder à travers ses recherches sur les rites funéraires est vraiment passionnante ! Quant à l’humour, tu as raison, il s’immisce ici et là, dans la page d’ouverture du chapitre 2 – vive la trivialité qui nous fait redescendre sur terre- et dans les apartés du narrateur qui nous invitent à mettre de la distance et à ne pas sombrer dans le pathétique qui caractérise quand même le quotidien de Jean-Loup.

ISABELLE : Je vous rejoins, bien sûr, sur le fait que le quotidien de Jean-Loup s’avère tout de suite assez alarmant, mais j’ai trouvé que le rire était là aussi dès le tout début – au plus tard avec l’intrusion du roi des Belges dans l’histoire ! Son surnom, sa façon étrange de parler, sa manière ironique de célébrer la Belgique, et bien sûr les petites remarques du narrateur dont tu parlais Colette, tout cela est drôle et l’on rit d’autant plus volontiers que le contexte est angoissant. Tout cela va monter crescendo, mais en restant bien dosé. Alors que les défis de Jean-Loup se corsent, l’humour prend un autre tour avec la fiche 2639 que l’on va retrouver par la suite et qui confine au burlesque (je pense notamment à la scène dans les toilettes du palais).

LUCIE : Ce deuxième chapitre est très riche ! La trivialité de la fiche 2639 est effectivement assez représentative du ton de cette BD. On aborde des sujets graves, mais on ne se prend pas au sérieux, et l’humour permet clairement de désamorcer les tensions. Parce que niveau pathétique, il y a quand même du dossier entre ce père qui multiplie les “attends une minute Jean-Loup, j’arrive“, la résolution du mystère autour de cette boite et le mystérieux coup de téléphone qui semble récurrent. C’est confirmé, cet enfant n’est vraiment pas aidé !
Heureusement, l’exposé faussement improvisé, la passion de Jean-Loup pour ce sujet macabre emporte toute la classe le révèle, d’une certaine façon. Les ailes et l’élan que donne la réussite est vraiment bien transcrite je trouve. On a l’impression que Jean-Loup est enfin libéré, au moins pour ce moment, de tout ce qui lui pèse.
Vous souvenez-vous ce que vous avez pensé des coups de téléphone ?

ISABELLE : Le téléphone qui sonne sans personne d’autre au bout du fil d’une respiration faible contribue encore à instaurer un climat inquiétant. Je me suis demandée si j’avais à faire à un scénario de film d’horreur dans lequel quelqu’un s’attacherait à persécuter le pauvre Jean-Loup ou si c’était encore un effet de son imagination. Dans les deux cas, le malaise est là.

LIRALOIN : Mais justement l’humour prend le pas et Lucie a raison, la légèreté s’installe : “rentrant chez lui… Jean-Loup est tellement content… qu’il vole dans le ciel, embrasse les passants et engueule son père qui ne prend jamais le temps de l’écouter ! “, cette pleine page est un peu “tromperie sur la marchandise” ou “chasser le naturel, il revient au galop”, les angoisses reprennent le dessus.
Est-ce que vous pensiez, à ce moment de l’histoire, que Jean-Loup allait s’en sortir. Est-ce que l’arrivée du Parrain change les choses ?

LUCIE : Mais oui, l’arrivée du parrain change tout ! Bon, je ne suis pas très objective, j’adore ce personnage, mais quand même : enfin un adulte qui se préoccupe de Jean-Loup. À sa manière, maladroite, avec un humour bien gras et des goûts musicaux douteux, mais heureusement que ce parrain est là !

COLETTE : Comme Lucie, j’adore le personnage du parrain. Je trouve que ce parrain tient le merveilleux rôle de “consoleur”.

ISABELLE : Ce parrain, c’est aussi un peu tout le contraire de ce qu’on a vu jusque-là. La vie de Jean-Loup est solitaire, silencieuse et peuplée d’angoisses, son parrain est exubérant, volumineux et insouciant. Son intrusion bruyante détonne !

LIRALOIN : Son arrivée dédramatise la vie de Jean-Loup, je dirais : enfin une personne qui l’aime. Un instant le lecteur oublie le père hyper occupé et l’absence de la maman. Heureusement qu’il est là notre parrain rigolo !

ISABELLE : Cette BD est pleine de philosophie, non ? Il me semble que c’est quelque chose qui la traverse de bout en bout, j’aurais été intéressée d’avoir votre ressenti là-dessus !

LUCIE : Autant j’ai senti la résilience et la force de vie de Jean-Loup en dépit de toutes les difficultés auxquelles il fait face et aimé le rôle donné aux petits riens (la peau de banane, l’acarien…) autant je suis passée totalement à côté de la philosophie que tu évoques.

ISABELLE : Je faisais référence aux réflexions du narrateur et de Jean-Loup sur ce que la vie a de contingent. Dès le prologue, on est invité à s’étonner de la suite prodigieuse d’événements improbables qui aboutissent à l’existence-même de Jean-Loup. Il y a vers le milieu de la BD cette parenthèse philosophique. Cette exaltation sur ce que la réalité a d’incroyablement contingent revient dans les dernières pages, après le passage de la comète et dans le discours final. Tout cela a vraiment quelque chose de réconfortant, comme si les auteurs nous chuchotaient de ne jamais désespérer : la vie n’est-elle pas faite des développements les plus inattendus ? On peut avoir l’impression que le sort et les déterminismes (incarnés ici par l’ancêtre qui assène ses convictions sur ce qu’on fait et ne fait pas dans cette famille) s’acharnent, il faut se dire que le moindre petit acarien présent au bon endroit et au bon moment, la moindre petite peau de banane de Tchekov peut TOUT changer.

LIRALOIN : Je comprends ce que veut dire Isabelle, oui cette BD est très philosophique car pleine d’espoir. L’espoir de pouvoir réussir à dépasser ses névroses, à accepter d’avoir sa propre personnalité sans ressembler à son père ou sa mère !

LUCIE : Je vois aussi Isabelle, maintenant ! C’est peut -être ce à quoi l’Incroyable du titre fait référence d’ailleurs. Incroyable que nos ancêtres se soient rencontrés successivement pour aboutir à notre existence, incroyable comme un détail peut changer notre vie…
Et, je vous rejoins : beaucoup d’espoir. Heureusement vu la situation dans laquelle on découvre Jean-Loup !

COLETTE : J’ai pensé à tous les petits gestes de Jean-Loup que j’ai qualifié de toc dès le départ alors qu’en fait ils peuvent être vus comme des rituels qui assurent Jean-Loup et le rassurent, qui lui permettent de se lancer et d’avancer. Finie la vision misérabiliste de notre petit héros et vive cette vision enthousiasmante de la magie qu’il a su mettre dans sa vie malgré la solitude ! Je me suis dit que j’avais encore beaucoup de choses à apprendre de notre jeune héros.

LUCIE : Cela dit, il me semble qu’on est au-delà du rituel rassurant parce qu’il se met une grosse pression pour réussir ses challenges. Plus que les petits “jeux” qu’on peut mettre en place sur un trajet régulier, c’est cet aspect qui m’a questionnée tout de suite.
Nous qui vivons en république, nous ne sommes pas familières du rapport aux monarques. J’ai trouvé que Jean-Loup avait une relation très particulière au roi des Belges : il lui écrit, c’est la forme de son compagnon imaginaire, il compte sur lui pour trouver le sujet de son exposé… C’est un lien plutôt personnel, et il ne me semble pas que l’on ait ce type de rapport avec un président. Est-ce que ça vous a interpellées vous aussi ?

LIRALOIN : Je n’ai pas été plus étonnée que ça, les belges sont très attachés à leur roi. Après je dirais que son attachement est autre, comme Jean-Loup souffre de l’absence de ses parents, il le manifeste ainsi, en s’imaginant avec lui. Il est une figure paternaliste en quelque sorte.

COLETTE : J’ai trouvé cette relation très positive. Je me souviens avoir vu un épisode de Nus et culottés où Mouts et Nans, les deux protagonistes, étaient en Belgique et devaient rencontrer le roi des belges pour manger des chocolats avec lui. Et ils ont pu très facilement rencontrer des ministres belges, qui prennent le métro ou sortent dans la rue comme tout le monde. J’ai trouvé ça formidable, cette proximité dirigés/dirigeants.

LIRALOIN : Tout comme nous l’indique la fiche 2752, les hommes modernes n’occupent que 0.0001% de l’histoire de la Terre. Finalement celle de Jean-Loup n’est qu’une toute petite histoire d’enfant parmi tant d’autres et pourtant elle a bien alimenté nos conversations. Qu’allez-vous retenir de l’aventure de ce petit gars sur Terre ?

LUCIE : Je retiendrai cette espérance qui se dégage de la fin. Quand on rencontre Jean-Loup il cumule les difficultés familiales notamment mais pas que. Et en quelques jours, en quelques rencontres, il perçoit de la lumière. Tout n’est pas résolu pour autant, mais j’ai été soulagée de le quitter mieux accompagné et armé pour la suite. C’est une jolie histoire de résilience.

ISABELLE : Oui, l’humanité semble dérisoire, mise en perspective par rapport l’univers dans son entier. Et ce petit garçon plus minuscule encore. Mais justement, ses réflexions nous invitent à nous émerveiller des millions de petits hasards qui, parmi l’infinité des possibles, ont fait qu’on soit là tel qu’on est. Et à nous réconforter, quand la vie se montre dure, à l’idée des hasards futurs qui peuvent faire bifurquer la vie dans de chouettes directions.

COLETTE : Ce que je retiendrai c’est la force créative de ce petit humain que la vie malmène. Une force créative qui permet de sublimer l’obscurité de l’existence.

******

Et vous, avez-vous lu Incroyable ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *