Lecture commune : Le coeur des louves

Entrez donc au coeur de ce village perdu dans la montagne … sentez sous vos pieds les pierres qui roulent en bas des chemins, armez-vous de bonnes chaussures de marche pour les arpenter et ouvrez grands vos yeux aux rues escarpées, aux arbres qui règnent sur la vallée, au seul toit qu’est le ciel, et aux merveilles dont regorge la nature.

Ou alors retirez ces chaussures, munissez-vous d’un seul habit léger et laissez vos pieds caresser la terre et l’herbe et l’eau et les chemins, sentez contre vous le vent de la montagne, entendez son chant éternel qui se mêle à celui de la nature et humez les senteurs humides de la forêt … et celles du règne animal.

Entrez dans l’univers foisonnant de Stéphane Servant …

Nathan: Le cœur des louves, une lecture intense et éprouvante qui a su tous nous toucher au plus profond de nous … une seule sensation que vous retenez de ce moment de lecture ?

Pépita: Quelques semaines après cette lecture très marquante, j’entends un seul bruit : un cœur qui bat, qui bat, qui bat, qui bat…BOUM BOUM BOUM, celui de la forêt, celui du torrent qui dévale la montagne, celui des loups, celui des hommes mus par la haine et l’amour, deux sentiments ambivalents qui ne font finalement plus qu’un dans ce roman qui palpite comme la vie elle-même.

Kik: Le froid de la forêt et son humidité m’ont remplie au fil du roman. Je me suis sentie au milieu des arbres, avec le personnage. Cet endroit m’a paru hostile, tout en demeurant un lieu de refuge.

Carole: Pour moi, ce qui reste encore palpable plusieurs mois après la lecture, c’est la tension : tension de la Nature qui reprend ses droits, tension intérieure du personnage-narratrice Célia, tension-survie de la grand-mère, tension entre les personnages du passé et du présent, et enfin tension, la mienne, à la lecture de ce roman qui est venu subtilement me toucher là où ça fait mal parfois, tension des secrets, tension de la nuit, tension de la filiation, tension des émotions fortes.

C dans le Tiroir: Si je devais retenir une sensation, ce serait un son : Le hurlement des loups continue de résonner longtemps après la lecture… c’est un son à la fois inquiétant et hypnotisant, à l’image de cette nature qui comme l’a dit Kik est à la fois hostile et réconfortante. C’est la tentation du retour à la nature, au primitif, le besoin de réveiller nos instincts animaux, de se libérer aussi.
Pour ce qui est du visuel, c’est le noir qui prédomine. La pénombre de la forêt, l’obscurité de la grotte, mais aussi évidemment la noirceur des hommes et de leurs secrets…

Nathan: Le noir, le froid, la tension … un roman sombre et dur selon vous ?

Carole: Sombre ? non. Dur ? non. Eprouvant, troublant, époustouflant : oui

Kik: Oui, sombre et dur pour moi mais aussi troublant, crispant, prenant, … Il est difficile de définir ce roman. Il y a beaucoup de sentiments ou sensations différents.

Pépita: Sombre et dur, je ne dirais pas ça non plus. Ce roman a le souffle d’une épopée, une épopée familiale comme il en existe tant mais à replacer dans son contexte. C’est un roman grandiose.

C dans le tiroir: Sombre : oui, évidemment, mais pas éprouvant, au contraire, en ce qui me concerne, je n’ai pas pu le lâcher, et malgré la tension palpable, il ne m’a jamais mise mal à l’aise. Et puis sous la noirceur, il y a aussi la pulsion de vie, la transmission, l’amour des femmes pour leurs enfants, donc quelque chose de plus lumineux, “la vie qui palpite”, pour citer Pépita.

Sophie LJ: Pour moi, ces trois mots résument bien l’ensemble de l’histoire. Il est sombre et dur mais dans le bon sens du terme, il y a beaucoup d’émotion dans ce roman et toutes ses vies qui tournent et souffrent autour de ces secrets, elles en deviennent passionnantes car ce sont des vies de battantes !

Nathan: La vie qui palpite … le roman alors, malgré sa noirceur, malgré certains moments éprouvants, regorge de vie.
Mais quelle est-elle pour vous ? Une légende de montagne, une histoire de générations … et de femmes, un hymne à l’amour, l’amitié, la famille, le passage d’une adolescente à l’âge adulte … quel est le message, l’histoire que vous retenez ?

Pépita: Avant tout, une histoire de secrets. Et les secrets finissent toujours par déborder, comme les ruisseaux se transforment en rivières. Ils finissent par vous rattraper. Célia le sent. Célia veut savoir. Et sa grand-mère a tout fait pour qu’un jour elle puisse en trouver les clés. Car elle savait elle aussi la force des secrets.

Carole: J’emprunte à Sören Kierkegaard cette sublime citation “la nature féminine est un abandon sous forme de résistance” : c’est une histoire de femmes sur plusieurs générations, une histoire d’abandon de soi et surtout une histoire de résistance au temps, aux secrets, à la cruauté. Entre survie, abnégation et résilience.

Sophie LJ: L’histoire que je retiens, c’est principalement celle de Tina et donc dans la logique celle de cette famille avec ces femmes si proches et si lointaines à la fois.

Nathan: Pour décrire ce roman de sens et d’émotion, ce roman sombre et plein d’espoir, ce roman de vie, je vous propose de lui associer des images, couleurs, etc …
Alors pour vous, quelle est la couleur de ce roman ?

Pépita: J’en choisirais deux : le noir et le rouge. Mais un noir sombre et soyeux à la fois, comme la forêt mystérieuse dans les montagnes et le lac étincelant sous la lune, et un rouge comme le sang de la vie et de la mort, comme celui qui coule dans nos veines et qui est plus fort que tout ou arrêté dans son élan de vie par la folie des hommes.

C dans le Tiroir: Oui, noir et rouge, un peu comme la couverture. Ou noir et blanc, comme les vieilles photos cachées, comme le corps nu d’une fille la nuit dans un lac, comme des hommes armés dans la neige…

Carole: Le noir pour la part de sombre de chacun, et le blanc pour la lumière de la Lune…comme une vieille photographie gardée précieusement.

Nathan: Moi j’aurais dit le vert … celui de la forêt, et celui de l’espoir.

Une odeur ?

Kik: Quand je pense à ce roman, je sens l’odeur du feu. Car ça brûle, il y a des incendies criminels et on a aussi l’impression que le cœur des personnages brûle. Ça flambe ou ça fume, comme un feu qui ne veut pas s’éteindre.

Pépita: Ce serait plutôt pour moi l’odeur de l’humidité : celle de la forêt, du lac, de la maison fermée depuis longtemps, …et le froid qui pénètre partout à cause d’elle et qui endurcit les cœurs.

Sophie LJ: J’aurais dit l’odeur du froid, de la montagne, de la neige…

Carole: Celle de la rosée du matin, l’herbe qui repousse, la mousse dans la forêt….quand tout (re)naît après la tempête.

Nathan: Une sensation tactile ?

Pépita: Ce que j’imagine être le contact d’une peau de bête sur un corps nu…

Sophie LJ: La sensation que je retiendrais est plus extérieure car il s’agit du frisson : celui provoqué par la montagne, par la peur, par la colère…

Carole: La peau, le contact entre les mains d’une grand-mère et de sa petite-fille.

Nathan: Un son ?

Pépita: La rivière qui dévale de la montagne.

Sophie LJ: Je pense au cri des loups dans la nuit.

Kik: J’entends une course effrénée dans la forêt , avec des bruits de branches cassées sous les pas du fugitif.

C dans le Tiroir: Un hurlement de loup, à la fois terrifiant et libérateur, et aussi le battement d’un coeur au rythme d’une cavale dans les bois, bien sûr, je crois encore l’entendre d’ailleurs…

Carole: Les craquements de la forêt.

Nathan: Une image ?

Pépita: Plus difficile tant les images me viennent…Je dirais : le mystère de la chambre de Tina et tout ce que cela représente en interrogations pour Célia sur le passé de sa famille. C’est aussi pour moi une résonance plus personnelle et j’ai eu longtemps peur pour elle.

Sophie LJ: Je vois celle de la grotte où se réfugie Tina pendant plusieurs mois.

C dans le Tiroir: celle de la photo de Tina tondue dans la neige s’est hélas imprimée dans mon esprit comme si c’est moi qui l’avait découverte !

Carole: Ces mots qui m’ont bouleversée et qui résonnent encore “Ces femmes qui ont dans le cœur un éclat de nuit qui les pousse à marcher à côté du monde.”

Pour en savoir un peu plus sur le roman à travers nos avis: Nathan, Pépita, Sophie LJ, Kik, C dans le Tiroir, Carole

Une réflexion au sujet de « Lecture commune : Le coeur des louves »

  1. Très belle lecture commune !
    Un roman que j’ai également beaucoup apprécié, un vrai coup de cœur.
    Personnellement, j’ai surtout été touchée par l’histoire de ces femmes, par leurs luttes.
    Je connaissais Stéphane Servant comme auteur d’album (notamment avec Ilya Green), là j’ai découvert qu’il était aussi un grand romancier.

Répondre à Eze3kiel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *