Histoires de dédicaces.

A l’ombre du grand arbre, on lit beaucoup d’histoires mais on s’en raconte aussi une multitude. L’histoire de nos vies, l’histoire de nos fulgurances et de nos ténèbres, l’histoire de nos enfants, l’histoire de nos familles. Et on se raconte aussi l’histoire de nos rencontres. Et c’est de nos rencontres littéraires qu’on voulait vous parler aujourd’hui à travers l’histoire de nos dédicaces. Tout est parti d’une discussion que nous avions eue sur un livre de Chabas que Colette avait glissé dans un swap pour Frédérique et qu’elle avait acheté sur un site de livres d’occasion. Quand elle l’avait reçu, incroyable surprise : il était dédicacé !!! Colette s’était étonnée que l’on puisse se séparer d’un livre dédicacé par un tel artiste et chacune a alors livré quelques anecdotes surprenantes !

*****

Du côté de chez Colette…

Je n’ai jamais été fan de dédicaces en fait avant de devenir maman. Avec mon mari, quand on a pensé la chambre de notre fils aîné, avant qu’il naisse, on a voulu lui créer un “mur des artistes” pour qu’il soit entouré de beauté partout où son regard neuf se poserait. Ma sœur, qui dessine beaucoup, m’avait offert une petite aquarelle me représentant enceinte avec elle à mes côtés et un doudou Totoro qu’elle avait cousu pour mon Théodore (c’était ses débuts en couture, il y a déjà 13 ans). Nous avions accroché son dessin dans la chambre de Théodore et puis on a eu l’idée d’accompagner ce dessin de croquis d’autres artistes.

Et à chaque rencontre, en librairie ou en salons du livre, nous demandions aux illustrateurs et illustratrices rencontré.e.s de faire un dessin pour “le mur des artistes” de notre fils. C’est ainsi que sur son mur, il y a désormais des dessins dédicacés de Claude Ponti (le premier !), Rebecca Dautremer, Geoffroy de Pennart, Hervé Tullet, Horne, Delphine Garcia, Marie Wabbes… Mais aussi d’une amie chère à mon cœur (des portraits de femmes inspirantes) et des aquarelles de ma sœur.

******

Du côté de chez Frédérique…

Quelques rencontres avec Timothée de Fombelle … et François Place. En février 2019, j’apprends par hasard que Timothée de Fombelle est invité dans une grande librairie de Toulon. Il est présent pour nous parler de son dernier livre qui sera un triptyque : Alma.

En attendant ce moment c’est avec beaucoup d’émotion que je l’écoute parler du travail et des recherches menés pour l’écriture de son roman. Des recherches qui l’on amené souvent à faire venir des documents de différents pays notamment des Etats-Unis. Fin de la rencontre qui aura duré une petite heure. Pas de foule immense à affronter, juste ma grande timidité.

D’ailleurs quel bonheur de le retrouver deux ans plus tard au Salon du Livre et de la Presse jeunesse de Montreuil durant une lecture dessinée avec François Place. Une lecture ponctuée d’une histoire qui a inspiré les personnages d’Alma et de son frère. Comment, Timothée de Fombelle a suivi la trace de deux enfants esclaves et retrouvé un des aïeux. Malgré l’agitation dû aux nombreuses manifestations du salon, l’assemblée était suspendue aux dessins de François Place. Voir les personnages prendre vie simplement, des gens d’une autre époque…

Et quel ne fût pas notre trouble lorsqu’une chanteuse apparaîtra pour déclamer des chants issus de cette période d’esclavage aux Etats-Unis. Des chansons pour tenir et vivre dans ces immenses champs de coton.

Du côté de chez Blandine

Ce que j’aime, ce sont les rencontres, ce petit moment suspendu partagé, que va prolonger la dédicace. Pourtant, je suis d’un naturel réservé, alors il me faut puiser un peu/beaucoup en moi pour “oser” me présenter. Passé le moment “rouge tomate”, on se confie, on s’ouvre un peu / beaucoup, et on partage autour du livre lu / en cours de lecture / ou à lire, et selon, cela peut influer sur la discussion puis sur la dédicace. Pour se transformer en beau souvenir!

Dédicaces au Festival du Livre Paris 2022

Un des plus forts souvenirs qui me restent est survenu en décembre 2012 lorsque j’ai appris le décès de Mario Ramos que j’avais eu la chance de rencontrer au Salon du Livre de Paris en mars de la même année (à la Porte de Versailles à l’époque). L’une de mes premières. Cela avait été bref (il y avait du monde) mais il prenait le temps d’échanger quelques mots avec chacun. Cette annonce m’a beaucoup touchée et peinée, et rendu ce moment encore plus précieux.

Dédicaces au Festival du Livre Paris 2022

Au Festival du Livre de Paris cette année, ce sont les potentielles dédicaces qui m’ont portée. J’y suis allée sans idée de quels auteurs y seraient et je me suis dirigée vers eux sans attente aucune, attirée par leur seule présence, un nom ou un titre reconnu, une couverture. Et cela m’a permis de découvrir des livres vers lesquels je ne serais pas allée sans, de faire de très belles rencontres et discussions avec des auteurs connus (François Roca) ou pas du tout (Astrid-Aimé), de partager des points communs ou des recommandations livresques, de connaître des histoires et de genèses de livres incroyables (tel le roman graphique “Des vivants : le réseau du musée de l’homme, 1940-42“).

Les moments forts, c’est aussi lorsque je reçois un mot d’un auteur ou d’une maison d’éditions, via les réseaux sociaux ou dans ma boîte aux lettres. Tous ces moments, vrais et virtuels, me restent au cœur et je leur suis infiniment reconnaissante <3

******

Du côté de chez Isabelle

Les dédicaces découlent de rencontres avec des auteur.ice.s. Comme je n’habite pas en France, je n’en ai pas souvent l’occasion et je trouve d’ailleurs cela un peu intimidant. Etrange aussi : on ne se connaît pas personnellement, mais écrire et lire est quelque chose d’assez intime et si on a déjà lu plusieurs livres de l’écrivain.e, on peut avoir l’impression d’avoir partagé quelque chose d’assez personnel. Mais avoir un blog donne parfois la chance de pouvoir dialoguer avec des auteur.ice.s. Beaucoup lisent les billets publiés autour de leurs titres et certain.e.s prennent le temps de réagir. Cela fait toujours immensément plaisir et donne l’impression d’être prise au sérieux par celles et ceux qui nous offrent les textes que nous aimons lire. Ils sont souvent curieux de sonder notre lecture personnelle, notre ressenti subjectif. Quelle surprise et quel bonheur quand, parfois, arrive un livre ou un dessin dédicacé par la poste !

Mon souvenir le plus sympathique, en la matière, concerne un jeune auteur-illustrateur pour lequel ma tribu avait eu un vrai coup de cœur, Cédric Philippe. Nous l’avions découvert en tant qu’illustrateur d’un roman génial d’Audren, La petite épopée des pions, qui mettait en scène des pions d’échec, le jeu préféré de mes moussaillons. Quelques mois plus tard, nous avons eu envie de lire Les fleurs sucrées des trèfles, roman publié cette fois en tant qu’illustrateur ET auteur. Le sujet de l’histoire était passionnant : la chance ! Ce roman fut l’un des plus étranges et des plus intéressants que nous avons lus : « Peut-être quelque chose à la frontière entre un conte, Alice au pays des Merveilles et un film de David Lynch ? », écrivais-je sur mon blog.

Quelques jours plus tard, Cédric Philippe m’écrivit non seulement pour me remercier pour ma chronique, mais pour demander si nous serions partants pour échanger un peu par mail sur nos impressions. Il s’intéressait particulièrement au ressenti de mes moussaillons et le cadet, qui avait particulièrement aimé le roman, accepta volontiers de répondre à quelques questions. L’échange fut fort sympathique et fut l’occasion, puisque nous aimions visiblement fréquenter les mêmes mondes littéraires, de partager des idées de lectures. Ce qui nous valut de nouveaux coups de cœur pour plusieurs romans animaliers, notamment Watership Down (un autre souvenir éblouissant) et Le vent dans les saules. Et la dédicace dans tout ça, me direz-vous ?

Et bien, figurez-vous que quelques temps plus tard, j’ai eu la surprise de recevoir par la poste ce dessin désopilant, représentant les bestioles que nous avions adorées dans Les fleurs sucrées des trèfles. Nous l’avons gardé précieusement. Je n’en reviens toujours pas de tant de gentillesse et de générosité !

******

Du côté de chez Linda…

Je n’en demande jamais, trop timide. Mais j’accompagne mes filles dans cette démarche. Leur première dédicace était de Mymi Doinet. Gabrielle y était allée avec un tome de la série “les animaux de Lou” et Juliette avec “La Tour Eiffel a des ailes”, elles étaient toutes petites encore et avaient adoré cette rencontre. Mymi avait collé des gommettes pailletées pour illustrer ses dédicaces et déjà Juliette hurlait que “c’est un truc de filles” ! Ensuite il y a eu Bertrand Santini et pour le coup nous avions eu un bel échange. Dernièrement Gabrielle a fait dédicacé Les Vigilantes par Fabien Clavel et elle espère avoir bientôt une dédicace de Valentine Goby.

******

Du coté de chez Lucie…

Plus que la dédicace, c’est la rencontre qui m’intéresse. Je vois plus la dédicace comme un petit souvenir de l’échange que comme un but en tant que tel.
Notre première dédicace, c’est Jean Claverie qui nous a prédit à mon amoureux et moi un bel avenir dans L’art des bises il y a près de 20 ans. Un joli souhait qui nous accompagne encore aujourd’hui !

Les deux dernières rencontres marquantes ont été Timothée de Fombelle, dont toute la famille est fan, et Clarisse Lochmann.
Pour le premier, mon fils avait préparé une petite boite d’éléments naturels auxquels il avait imaginé la fonction pour Tobie Lolness. Puis il lui a demandé de dédicacer son exemplaire déjà très usé par les relectures.

J’ai découvert la seconde grâce à Colette, et ça a été une évidence de lui faire dédicacer sa Passoire adorée… Ce qui l’a amenée à m’envoyer un exemplaire de Barbe Bleue dédicacé par François Roca !

Bien que n’ayant pas rencontré l’illustrateur, j’ai aimé cet échange passionné autour de la littérature jeunesse, si représentatif des attentions que nous avons les unes pour les autres sous ce bel arbre.

******

Du côté des anciennes…

Avant de partir, Pépita nous avait confié sa pratique des dédicaces :

“Ici je fais dédicacer pour mes… futurs petits-enfants ! ça plait beaucoup aux auteurs illustrateurs de voir que leurs livres iront dans les mains de futurs lecteurs ! Et moi ça me permet de me projeter dans du prochain bonheur de partages. Et ces dédicaces sont très touchantes ! Mais Covid est passé par là… et nos enfants ne se projettent plus comme parents. Mais ça peut changer ! On verra bien !”

******

Nous avons aussi eu la belle surprise de recevoir chacune de François Place une magnifique estampe de Olympe de Roquedor suite aux articles que nous lui avions consacrés (nos classiques préférés et un entretien).
Nous ne sommes toujours pas revenues de ce cadeau !

Et vous, avez-vous des histoires de dédicaces à partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *