Tant que nous sommes vivants

photo

Anne-Laure Bondoux, Gallimard jeunesse

Une fin d’année qui s’achève…

Dans quelques jours, l’aube d’une nouvelle…

Nous savons ce que la première nous a réservé : son lot de joies, de peines, de petits et grands bonheurs, pas seulement à notre échelle, mais aussi toutes ces catastrophes dans le monde, les guerres, les maladies, le terrorisme, les éléments déchaînés,…

Une nouvelle année pointe le bout de son nez : que va-t-elle nous réserver ?

Mais “Tant que nous sommes vivants”, il y a toujours de l’espoir, il y a toujours de l’amour…et la vie recommence…

Un roman époustouflant qui nous a tous séduits, autant que son auteure, Anne-Laure Bondoux, pour sa simplicité, sa gentillesse et son sourire si lumineux…malgré les zones d’ombre de sa vie (Nous vous invitons à lire “L’autre moitié de moi-même” chez Bayard).

En voici donc notre échange à cinq, vivant et palpitant, que nous avons mené à deux.

********************

Pépita : Il y a toujours un élément de départ qui fait qu’on a envie d’ouvrir un livre et de le lire…Concernant ce roman, quel a été le tout premier élément déclencheur, cette sorte d’élan irrépressible qui nous fait aller vers ces pages et pas d’autres à ce moment-là ?

Carole 3 étoiles : Une fois n’est pas coutume, je l’ai vu passer sur les réseaux sociaux et c’est précisément la couverture qui m’a attirée de suite. Je n’ai pas lu vos chroniques pour ne pas connaître le sujet, et je ne regrette pas : c’est le genre de roman qu’on laisse nous emporter les yeux fermés !

Nathan : Je venais de passer mon épreuve de bac de théâtre. Il ne me restait qu’un entretien oral le lendemain. Et quand je suis rentré chez moi, j’ai trouvé ce roman dans ma boîte aux lettres. La couverture non définitive pourtant déjà magnifique. Le résumé intriguant. La superbe et touchante lettre de l’auteure l’accompagnant. Alors j’ai révisé, mais le soir, j’ai craqué, j’ai lu quelques chapitres. Et une fois le bac définitivement terminé, j’ai dévoré le roman. Et mes espoirs n’ont pas été déçus …

Colette : Et bien c’est VOUS, jardiniers du grand arbre, qui m’en avez donné envie ! Vos petites phrases si laudatives sur ce roman glanées de ci de là m’ont vraiment intriguée et le hasard a voulu que ma collègue documentaliste, sous la pile de ses derniers achats, cachait ce trésor ! La magnifique couverture en papier découpé d’Hélène Druvert m’a complètement séduite !

Pépita : J’ai lu cette auteure pour la première fois en 2009 avec “Le temps des miracles” alors que je venais de me spécialiser comme bibliothécaire jeunesse. Et quelle rencontre ! J’ai lu ses autres romans depuis, j’ai été très attristée par sa panne d’écriture alors quelle joie de voir un nouveau roman sortir !

Pépita : Si vous deviez en un seul mot définir ce roman, quel serait-il ? Vous est-il possible de le développer ?

Nathan : Je dirais universel. Parce qu’il a cette profondeur des contes qui touche n’importe qui, parce qu’il a une dimension mythique, une dimension biblique, une dimension intemporelle qui le rapporte à tous les temps, tous les lieux, et il a cette sensibilité qui ne se destine pas seulement aux enfants ou aux adolescents mais à nous tous, lecteurs, parce que nous sommes humains.

Colette : C’est très beau ce que tu dis de ce roman, Nathan. Je dirai “étrange” quant à moi. Parce que tout y avait goût d’ailleurs : les peuples, la ville, la nature, les rêves et même l’amour… En plongeant dans ce récit, je suis tombé dans un pays des merveilles dont je n’arrivais pas à dessiner les contours, parce que tout m’y surprenait. J’ai adoré cette sensation !

Pépita : Je vous rejoins tous les deux. Je dirais “Métamorphose” : car le chemin de la vie nous transforme, nous construit, nous défait parfois comme pour mieux renaître. Tout comme les personnages de ce roman et comme la forge de Bo, lieu de toutes les transformations de la matière.

Céline du Tiroir : Envoûtant : pour cet ailleurs qui nous semblerait presque familier, pour cette révolution sourde qui gronde aussi au fond de nous, pour cet amour si pur, pour ces rencontres inoubliables, pour ce merveilleux, à la lisière du réel. Il y a dans Tant que nous sommes vivants un décor qui intrigue et une énergie qui nous happe, dés les premières lignes, et sans s’essouffler.

Carole 3 étoiles :  Complètement d’accord avec vous….et le mot qui me vient, c’est Alchimie… littéraire, celle qui consiste à transformer une histoire simple en fiction poétique. Car on ne peut faire l’impasse sur le style de l’auteure : une langue maîtrisée, un vocabulaire universel et symbolique, une syntaxe et une ponctuation cohérentes. En un mot un roman qui tire ses jeunes lecteurs vers le haut et leur ouvre, selon moi, les portes de la Grande Littérature.

Nathan : Même si on prendrait plaisir à discuter simplement du roman, à s’échanger nos impressions profondément surprenantes, comme l’a si bien remarqué Colette, j’ai aussi envie de situer un peu mieux les choses pour nos lecteurs. Vous parlez d’ailleurs, vous parlez de merveilles. Si on parlait un peu de ce décor et du temps de l’histoire ?

Céline du Tiroir : Le décor est changeant… comme le temps de l’histoire est un peu flou, d’ailleurs. Au début du roman, on pourrait être sous le Second Empire de Zola comme dans un futur bien sombre, mais on y retrouve un monde ouvrier intemporel, à la fois dans la dureté de ses conditions de vie, dans son côté “condamné”, et dans l’intensité des relations humaines. Le début de la lecture m’a intriguée, je cherchais justement à situer, reconnaitre ce cadre spatio-temporel, avant de comprendre que le roman dépassait ces cadres, et qu’on était aussi quelque part dans l’étrange et le merveilleux.

Colette : Une ville ouvrière, une forêt, des souterrains, un village de pêcheurs, une sorte de XIXe siècle en dehors des frises chronologiques… Un décor d’ombres chinoises, mouvant, en perpétuelle métamorphose pour reprendre le terme de Pépita… L’auteure ne semble pas avoir voulu fixer de cadres précis, cadres qui l’auraient sans doute privée de liberté dans la progression de sa narration.

Pépita : Je n’ai pas du tout cherché à situer l’histoire, je me suis laissée porter par ce style si envoûtant, par cette belle rencontre amoureuse si incongrue dans cet univers métallique gris fait de bruits et de poussière. Puis par les antagonismes des mots posés pour chaque chapitre, qui à chaque fois donnent à entrer dans un univers différent et cohérent. A l’image de la couverture : le clair et l’obscur, les ombres et la lumière, le cheminement sur le chemin de la vie si bien incarné par Bo et Hama. Donner à cette histoire un cadre spatio-temporel trop fermé lui aurait enlevé toute son universalité. Car c’est de l’Homme dont il est question dans ces pages, avec ses antagonismes.

Carole 3 étoiles : C’est exactement ça ! Ne pas fixer l’intrigue dans un cadre temporel précis pour en extraire l’intemporalité, et donc l’universalité. Toutefois, si on analyse les unités de temps et de lieu, on constate une jolie boucle : Tsell et Vigg marchent sur les pas de Bo et Hama, et refaire le chemin en arrière pour mieux aller de l’avant. Cela est simplement le cycle de la vie, non ? D’ailleurs, un conseil précieux est prononcé par l’un des petits membres de la Communauté de la forêt “Si tu ne sais pas où tu dois aller, cherche d’où tu viens”… Que de jolis mots dans ces pages !

 Pépita : Ce roman est traversé par des personnages uniques et irréels. On les suit pour certains d’entre eux à ce qui s’apparente à un chemin initiatique. Lesquels vous ont-le plus touché ? Qu’auriez-vous à en dire ? Vos impressions ?

Colette : Je ne sais pas pourquoi mais c’est le personnage de Bo qui m’a le plus envoûtée. A cause du théâtre d’ombres, peut-être, de ce magnifique cadeau d’amour terriblement gâché par la bêtise et l’obscurantisme. J’ai vibré avec lui quand il attendait Hama, qu’il transcendait son absence en tissant sa toile de métal, j’ai vibré avec lui quand il a découvert son message après la catastrophe, j’ai vibré avec lui quand il l’a enfin retrouvée et qu’il lui a raconté son histoire, enfin, une histoire qui allait se transmettre même contre son gré. Et puis après leur voyage jusqu’à la mer, je ne l’ai plus reconnu, comme cela arrive parfois même avec des amis très chers…

Pépita : Tout comme toi Colette, Bo m’a beaucoup bouleversée : cet amour inconditionnel pour Hama, sa volonté de fer pour vivre, pour être à la hauteur d’Hama. Et puis la déchéance, l’amertume, oui, dans tout cela aussi je ne l’ai pas reconnu. Hama est tellement intransigeante ! Tsell, je l’ai moins bien perçue. J’ai été absolument sous le charme des passages avec les petits hommes troglodytes : quelle bienveillance ! Quelle philosophie ! Quelle solidarité ! Et quel défaitisme par rapport à leur condition, acceptée comme telle. Ce que ne supporte pas Hama finalement. On peut comprendre aussi son traumatisme qui la rend dure avec les autres et elle-même. C’est ce qui est intéressant dans ce roman : c’est la métamorphose des êtres et la continuité de la vie malgré tout.

Nathan : Il est difficile de n’en citer qu’un. Bien sûr Bo m’a touché dans l’énergie et la force qu’il met à sauver Hama. Bien sûr cette dernière est bouleversante dans sa quête d’équilibre, malgré ce qu’elle a perdu, malgré la vie. Bien sûr Tsell et Vigg sont-ils attachants dans leur fougue et leur amour. Bien sûr les petits hommes troglodytes sont amusants et adorables et d’une sagesse remarquable. Mais il y a aussi tous ces personnages secondaires dont, des mois plus tard, j’ai oublié les noms, et Melchior me revient, qui apportent chacun leur touche, leur voix, leur conseil, leur pierre, leur expérience, leur vie. Il y a avant toute chose la danse de ces vies qui sont perdues dans un rythme effréné où toute chorégraphie est illusoire. C’est pour cela qu’elle est magnifique et authentique.

Carole 3 étoiles : En ce qui concerne les personnages, le roman est si dense qu’il est difficile d’en choisir un en particulier ! Hama et Bo m’ont touchées autant dans leur faiblesse que dans leur force, et leur amour aussi. Tsell est la somme de ces deux derniers et on le ressent. Les personnages plus secondaires ont tous aussi un rôle : toutes les rencontres éclairent les personnages, et les mettent en perspective. Ils sont tous nécessaires me semble-t-il. Enfin, il y a un autre personnage, plus discret mais qui sert de fil rouge au récit : le désir. Le désir d’aimer, le désir de survivre, le désir de réparer, le désir de savoir. Pour moi, c’est le moteur du roman. Sans lui, plus de lumière, plus d’audace, plus de vie.

Céline du Tiroir : J’ai été touchée par les mêmes personnages que vous et pour les mêmes raisons. Alors du coup pour ne pas tout répéter, je voudrais parler aussi de Titine-Grosses-pattes, la tenancière estropiée du cabaret, avec son passé douloureux et sa gouaille. Elle pourrait sortir tout droit d’un roman de Zola comme d’un film de Jeunet. Haute en couleur, un peu cabossée, c’est une figure maternelle et guerrière à la fois. Un personnage secondaire très réussi aussi.

Pépita : Ce roman est aussi rempli d’éléments naturels : métal, végétal, eau…et surtout le feu. Une belle alchimie. Quelle(s) symbolique(s) représentent-ils pour vous ? A votre avis, comment ces éléments servent-ils l’histoire ?

Céline du Tiroir : J’ai aimé aussi tous ces éléments, même si je ne saurais dire s’ils ont vraiment toujours une fonction dans le récit. Mais c’est sûr, le métal, la pierre, le feu participent à construire un décor puissant et marquant. Par contre, j’ai été très touchée par la symbolique de la forge et ce regard sur l’oeuvre de l’homme : dans des conditions extrêmes, réussir à changer les matières premières pour en faire des objets uniques : un théâtre d’ombres (magnifique, cette idée !!!), des mains articulées, une armure pour Tsell…

Nathan : C’est vrai que les éléments ont une place très importante, mais nul doute que c’est le feu qui m’a véritablement marqué. Le théâtre d’ombres oui, parce que l’ombre et la lumière. La forge, parce que nous nous créons. Et cette image continue du feu, cette flamme qui anime les personnages, l’espoir qui les fait vivre, l’amour qui les brûle, la colère qui les enflamme, la passion qui les traverse, la vie qui jaillit, tout simplement.

“Mais cela suffit à nous rappeler une chose essentielle: le feu qui brûlait dans le ventre de nos fourneaux brûlait encore dans nos veines.”

Pépita : Tout comme vous, j’ai été profondément marquée à la lecture de ce roman par les éléments. Ils rejoignent mon propos du début : la métamorphose. Ils ont une fonction symbolique extrêmement forte. Chaque personnage endosse un élément à sa mesure correspondant à son propre chemin initiatique, à ce qu’il a à résoudre sur lui-même. J’ai aussi aimé cet aspect selon lequel la nature nous domine et combien il est ardu de la domestiquer. Et j’ai trouvé aussi que faire quelque chose de ses mains est tellement créateur et salvateur ! Regardez Bo : il se réalise et cherche la perfection au point de se perdre…Et puis la forge est pour moi indissociable de mon grand-père qui était forgeron. J’ai eu la chance de le voir travailler, de le voir s’occuper des chevaux de trait. Quelle science ! Quelle patience ! Quelle bienveillance ! J’entends encore le bruit du soufflet, les coups de marteau précis sur la matière rougeoyante, l’odeur si caractéristique. C’est un roman splendide sur la création, et comme le dit Nathan sur l’ombre et la lumière qu’elle comporte inévitablement. J’ai aimé ce souffle de vie. Infiniment. Car il rejoint le désir dont parle Carole.

Carole 3 étoiles : Tout à fait d’accord avec vous concernant les éléments, et principalement le feu qui pour moi symbolise le désir…

 Nathan : On l’a dit, Tant que nous sommes vivants c’est la beauté des mots dits dans l’encre et le papier, c’est le conte qu’on se raconte au coin du feu, c’est un style envoûtant. Et je ne doute pas une seule seconde que nous retenons tous cette phrase, essentielle, centrale, qui a sans doute su nous toucher chacun à un endroit de nous: “Tu crois qu’il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?” Et si vous deviez retenir une autre citation que celle-ci, une seule, dites-moi ce serait laquelle …

Pépita : Je ne retiens que cette citation en fait. Elle a tellement trouvé un écho en moi qu’elle m’habite toujours depuis.

Colette : Idem… C’est comme un refrain lancinant, une sorte de mélopée qui habite le texte du début à la fin, une prière désespérée qui finit par envahir le lecteur autant que les personnages.

Carole 3 étoiles : Les mots qui m’ont bouleversée sont ceux-là :  ” Elle resta immobile devant lui, toute petite et tremblante, comprenant qu’il n’avait pas l’intention de disparaître de sa vie. C’était une étrange sensation pour elle qui avait été abandonnée par sa mère du jour au lendemain. Cela supposait qu’elle lui fasse entièrement confiance. C’était un risque qu’elle n’avait jamais pris avec personne.”

Nathan : Et moi je retiens l’espoir : «Ils virent quarante fois le soleil se coucher. Et les quarante levers de soleil furent autant de raisons d’espérer.»

Un roman au souffle unique qui nous permet de finir cette année en beauté…

Si vous ne l’avez pas encore lu, 2015 vous tend les bras…

photo

En attendant, vous pouvez aller écouter le podcast de la rencontre avec Anne-Laure Bondoux qui a eu lieu à Mollat le 22 Novembre dernier. C’était un beau moment, tout en intimité, avec quelques lecteurs et une libraire passionnée.

Il y a été question du temps qui passe, des choses qui changent, de ces parts de soi-même qu’on égare d’année en année. Il y a été question d’inspiration, d’écriture, de recherches et du don de soi. Il y a été question du désir, de ce feu qui nous brûle, de la vie qui nous pousse en avant vers ce feu d’espérances. Il y a été question de lecture aussi, d’un peu de cinéma, du passé, du futur, de la famille, des secrets, des histoires, des souvenirs, des racines.

C’était un beau moment, une belle rencontre, touchante et fébrile et profonde, comme son roman.

Le blog d’Anne-Laure Bondoux par ici.

**********************

Pour aller plus loin, nos liens :

Carole-3 étoiles

Nathan-Le cahier de lecture de Nathan

Pépita-Méli-Mélo de livres

Céline-Le tiroir à histoires

Une réflexion au sujet de « Tant que nous sommes vivants »

  1. Ping : Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux | Un Petit Bout de Bib(liothèque)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *