Boucle d’ours de Stéphane Servant et Laetitia le Saux

IMG_2073Les albums des Editions Didier Jeunesse sont souvent un régal !!! Mon œil a tout de suite été attiré par Boucle d’ours sur les étagères de la librairie.

Attirée par le jeu de mot sur le titre, bien sûr ; mais aussi par la couverture, à l’illustration désuète. Sans compter que je connaissais Stéphane Servant pour ses romans ados et que c’était une surprise de voir son nom sur un album jeunesse.

Je l’ai donc ouvert, lu, dévoré, relu et  … adoré !!! Quelle étonnante découverte ! Un thème complètement dans l’air du temps, traité de manière originale.

Vite, vite, j’ai voulu partager cette lecture avec mes copinautes dA l’Ombre du Grand Arbre et vous faire profiter de nos échanges.

Sophie LJ ( La littérature Jeunesse de Judith et Sophie ), Nathan ( Bouquins en folie ), Céline ( Le tiroir à histoires) et Kik ( Les lectures de Kik )  ont répondu à l’appel et se sont joints à moi pour vous concocter cette lecture commune.

Bonne lecture de notre lecture !

*** Premier contact avec le livre, pourquoi vous a-t-il attiré ? ***

Nathan : Le nom de Stéphane Servant, la couverture rouge flamboyante, une rencontre au détour d’une allée du salon du livre de Paris …

Sophie : J’ai acheté ce livre pour le travail car je cherchais des livres « anti-sexisme » et je suis tombée dessus au hasard de mes recherches. Le nom de Stéphane Servant a largement contribué à mon choix et l’allusion au conte aussi.

Kik : Il était rouge. Les illustrations étaient originales. J’ai eu envie de l’ouvrir. Il m’a intriguée, cet ours avec des couettes. Alors j’ai ouvert le livre et j’ai bien rigolé !

Céline : En ce qui me concerne, les illustrations (en tout cas celle de la couverture) ne m’ont pas attirée d’emblée. J’avais repéré le livre car la thématique abordée m’intéresse toujours, et c’est le nom de Stéphane Servant qui m’a décidée !

*** Un ours avec des couettes, un thème d’actualité, une allusion au conte, une illustration qui interpelle (ou pas), c’est le moment du petit résumé de cet album pour que nos lecteurs s’y retrouvent….***

IMG_2084Sophie :  Pour le carnaval, la famille Ours cherche ses déguisements. Petit Ours choisit celui de Boucle d’Ours mais cela ne plait guère à son papa qui préfèrerait le voir en chevalier ou en ogre. Un garçon déguisé en fille, ce n’est pas envisageable pour lui… heureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde !

Nathan : Des dessins hauts en couleurs et une famille Ours soudée … qui pourrait bien vite voir son énergie débordante se mettre au service d’une dispute au sujet d’un simple déguisement de bal costumé !

Kik : À travers ce personnages d’ours, qui souhaite se déguiser en Boucle d’O(u)r(s), l’auteur mêle préjugés sur les garçons et les filles et les personnages de plusieurs contes pour rendre l’histoire drôle . Effectivement le loup, les petits cochons et le petit chaperon rouge sont de la partie. L’égalité garçon/fille est mise à rude épreuve avec le Papa. Ours lors de ces préparatifs du Carnaval, dans le choix du déguisement.

***Papa Ours, voilà bien le personnage qui est au cœur de cet album. Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur lui ? Quels qualificatifs lui  donneriez vous ? ***

Nathan : Papa Ours il a des préjugés, des opinions pré-conçues … mais je ne penseIMG_2087 pas qu’il soit véritablement méchant. Il est juste un peu bêta et suit ces préjugés mais au fond il est gentil: un bon gros nounours attachant en fait !

Sophie : C’est un papa ours un peu bourru mais pas méchant comme le dit Nathan. Pour lui un garçon c’est un garçon avec des muscles, qui joue à la guerre et surement pas un garçon qui porte une jupe, même pour un déguisement.

Céline : Alors moi, ce papa ours, il m’a un peu gênée à la première lecture, et je le trouvais un peu exagéré. Et en fait, il correspond tout à fait à un vrai papa, avec ses idées reçues, comme tout le monde. J’ai eu l’occasion de repenser à lui et il m’est devenu plus proche quand j’ai vu de vrais papas (pourtant très biens ) que je connais faire un peu la moue quand leur petit garçon voulait se déguiser en princesse… Ce papa ours est en fait assez représentatif des réticences que beaucoup de parents partagent encore face au jeu du travestissement.

*** Un papa ours soucieux de l’image véhiculée mais qui est lui même un stéréotype finalement…. Et maman ours dans tout ça ? Oui, car elle n’est pas bien loin…. Comment se positionne -t-elle ? Quelle est sa réaction ? ***

IMG_2094Sophie : Ahh maman Ours ! Ultra moderne dans sa première apparition occupée avec sa machine à coudre… pour terminer son costume de Belle au bois dormant ! Heureusement, elle se rattrape bien en prenant la défense de son fils et surtout dans les dernières pages.

Kik : Elle jouera le jeu, et décidera de changer son déguisement au dernier moment, pour quelque chose de beaucoup moins pailleté ! Une maman ourse qui sait se remettre en question pour montrer au Papa ours que tous les déguisements sont possibles pour tous. Car après tout se déguiser c’est être autre chose, différent de ce que l’on est dans la vraie vie.

Nathan : Se déguiser c’est montrer autre chose que ce qu’on l’est normalement ça c’est certain … mais c’est aussi peut-être montrer quelque chose de nous; ou en tout cas tout abattre: casser les frontières entre réalité et imaginaire … et entre les genres ! Dans cet album, la tolérance elle apparaît dans la figure de maman ourse !

Céline : Bien qu’elle évolue effectivement en un personnage plus positif, finalement elle obéit elle même aussi à une injonction de la société: dans la famille parfaite, la maman se doit être plus compréhensive, plus encline à comprendre son enfant…

Kik : C’est vrai ça … pourquoi cela serait toujours la maman la plus compréhensive ? … Je n’avais pas vu la question sous cet aspect. Il est carrément cliché en fait ce livre !

Nathan : Carrément cliché ? Je ne pense pas non … sinon, ne serait-ce pas une petite fille qui voudrait se déguiser en héros masculin ?

Céline : En fait, le livre se frotte au même paradoxe que beaucoup d’albums dés lors qu’ils entreprennent de lutter contre les stéréotypes : il en réaffirme certains (sans doute bien malgré lui).

*** J’aime quand le débat s’installe tout seul…et je trouve qu’une double page correspond tout particulièrement bien à vos réponses que ce soit dans le texte ( j’entends d’ici l’intonation de voix de la maman), ou bien dans les détails de l’illustration (la moue de la maman, le catalogue d’ours bricoleur, le tatouage sur l’épaule, le petit mot du linge à étendre, le gros bol et le petit bol…). Vous ne trouvez, pas ? C’est aussi le moment où l’histoire prend un tout autre tournant.
Qu’en pensez-vous ? Que vous inspire-t-elle de plus, cette illustration ?***IMG_2076

Sophie : C’est vrai, cette page marque le tournant du récit.  On est dans les clichés et en même temps, la mère en prenant position, pour son fils donc contre son conjoint, lance le chamboulement. C’est le personnage dont on ne voit que la main pour le moment, qui va terminer cette petite révolution.

Nathan : Je pense surtout que cet album utilise les clichés pour les renverser … l’image est bourrée de clichés et c’est pour ensuite mieux les fausser. D’ailleurs qui dit que le petit mot dans la panière n’aurait pas été écrit par la maman Ourse ? Et la suite le prouvera, il n’y pas que les OursEs qui sont prêtes à bousculer les choses …

Kik : Mais de qui parlez-vous ? À qui est cette main, dont vous parlez !?

Sophie : Ah cette main qui vient tout bouleverser, c’est celle d’un loup. Que dis-je, DU loup. Et je vous laisse devinez en quoi il est déguisé !

*** Si je pense que l’on en a déjà dit beaucoup du cet album et son contenu, venons-en aux illustrations  : qu’en pensez-vous, comment les qualifieriez vous, qu’apportent-elles au texte ?***

Sophie : Dans les illustrations, j’ai aimé le style en découpage/collage mais encore plus les scènes extérieures avec la forêt où les arbres en pastels ont de très jolies formes. Mais ce que j’ai préféré et ce qui apporte vraiment à l’histoire, ce sont les petits détails sur les contes bien sûr mais aussi sur le sexisme comme ceux qu’on a déjà abordés plus haut.

Nathan : Je suis du même avis, j’ai beaucoup aimé ce style entre collages et pastels … et la profusion de couleurs. Néanmoins, ça n’est pas agressif non plus et même pas vraiment multicolore: beaucoup de blanc, de gris, qui viennent contraster avec l’univers des contes tout en le rendant il me semble un peu plus réaliste …
Et puis il y a tout plein de détails dans certaines images et l’histoire est placée dans un univers de conte qui se heurte à un aspect un peu plus moderne …

IMG_2096

***Nathan et Sophie reviennent tous les deux sur ces allusions aux contes qui sont en filigrane tout au long de l’album, et pas seulement dans les illustrations mais aussi dans le texte. Je me rends compte, en remontant la conversation, que l’on a en effet abordé ce point sans réellement le creuser et pourtant, l’univers du conte est bien présent ….. et donne toute sa force à la chute !
Etonnant, non que finalement j’ai un petit peu relégué cet aspect au second plan ? Et vous, comment l’avez-vous ressenti/vécu  ? ***

Sophie : Ce livre je l’ai avant tout lu pour le message « anti-sexisme ». Le conte n’est ici qu’un prétexte car finalement, les contes sont souvent bien rempli de préjugés de ce genre, c’était donc un bon point de départ.

Nathan : Oui je pense que l’essentiel est là … moi-même je suis fasciné par l’univers des contes. Et c’est parce que c’est, il me semble, les récits les plus forts dans le message qu’ils ont à transmettre: l’histoire peut paraître simplette et merveilleuse, mais un conte est souvent en fait cruel et fondé sur une réflexion dénonciatrice.

Kik : La référence aux contes avec la réutilisation des personnages, le Méchant Loup, Les cochons, les ours, Boucle d’or, permet , je trouve, d’ajouter une touche d’humour. Ils se déguisent et prennent les rôles des uns et des autres.
C’est un aspect qui m’a beaucoup plu.

Céline : Oui, avec ces références aux contes, l’inter-texte apporte beaucoup, et crée une connivence heureuse avec le jeune lecteur. Le conte de Boucle d’Or (un des premiers accessibles aux plus jeunes) se prête particulièrement à un large éventail de relectures et de réécritures. Sa touche de légèreté est très bienvenue et permet un discours un peu plus décalé, un peu plus dénonciateur aussi tout en restant digeste et gai.

*** Un album sur/contre le sexisme, complètement dans l’air du temps, que S. Servant choisit de traiter avec humour et en faisant référence à des contes classiques. Que rajouter  de plus pour conclure cette lecture ? Je vous propose de jouer à me donner 1 mot (qui sera le mot de la fin) et qui est le premier mot qui vous vient à propos de cet album…… a vous de jouer …***

Nathan : Liberté

Kik : Rouge

Sophie : Conte (détourné)

Céline : Déguisement

Alice : Surprise

IMG_2079

Une lecture commune riche de débats ! Et pour aller plus loin ….retrouvez l’avis de

*Drawoua ( Maman Baobab) :

« […]…Stéphane Servant revisite les contes avec une touche anti-cliché, beaucoup d’humour et de bonne humeur, il est suivi dans cette aventure par Laetitia Le Saut qui s’en donne à cœur joie en offrant à l’album des illustrations riches et de grande qualité couleurs crayons et papiers découpés. … ! »

http://maman-baobab.blogspot.fr/2014/04/a-la-vanille-pour-les-petites-filles-au.html

* Sophie (La littérature jeunesse de Judith et Sophie)

« […]..C’est surtout le message anti-sexisme qui m’a intéressé dans cet album, avec le personnage de ce père un peu trop porté sur les préjugés, qui refuse un simple déguisement parce que c’est une tenue de fille. Le sujet est bien abordé avec une situation simple sans aller dans des réflexions trop lointaines autour du genre… »

http://litterature-jeunesse.over-blog.fr/2014/03/boucle-d-ours.html

Et d’Alice ( A lire aux pays des merveilles)

« […]..En s’amusant intelligemment avec des références aux contes classiques, voilà un album qui bouscule les convenances. Ca gratouille, ça chatouille, ça joue de la parodie et de l’humour …. Aaaaaaaaah, comme ça fait du bien ! … »

http://alireauxpaysdesmerveilles.blogspot.fr/2014/02/boucle-dours-stephane-servant-laetitia.html

.

.

Une réflexion au sujet de « Boucle d’ours de Stéphane Servant et Laetitia le Saux »

  1. Ping : Boucle d'Ours de Stephane Servant et Laetita Le Saux | Un Petit Bout de Bib(liothèque)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *