Billet d’été : traverser la mer…

Il y a d’abord la joie de découvrir une enveloppe épaisse dans sa boite aux lettres et ensuite le plaisir de décacheter chaque paquet et d’envisager de futures nouvelles lectures. Et le voilà ! Le livre inattendu et inconnu qui a vite fait de trouver sa place au dessus de ma PAL.

Quand ce Greenswap est arrivé, je me suis dis que j’avais de la chance de vivre cette aventure épisto-littéraire A l’ombre du grand arbre. Alors c’est à travers ce blog collaboratif, pour saluer le travail participatif engagé de tous/tout.es et son esprit généreux, que j’ai choisi de vous présenter ce roman envoyé par l’Atelier de coeurs.

[Entre crochet vous trouverez donc des liens vers des articles parus sur le blog A l’ombre du grand arbre. N’hésitez pas à cliquer].

Ceux qui traversent la mer reviennent toujours à pied

Quel titre ! Une affirmation ? Comme une évidence ? Sera-t-il fidèle à l’histoire ? En tout cas, il m’interpelle, il me questionne… Je le trouve à la fois significatif et pas banal. J’ai hâte de mieux comprendre comment il faut réellement le décrypter.

[Choisir un titre n’est pas anodin, cette étiquette qui lui collera à la peau tout au long de sa vie ne se décide pas d’un simple coup de baguette magique ! Sujet intéressant à retrouver dans l’article Des livres et des titres]

Vais-je faire un long voyage sur l’eau ? Embarquer sur un voilier ? Partir pour un périple avec des escales ? Je pars en mer et j’ai envie de me laisser porter par les flots. Je sais que le voyage ne sera pas tranquille et que cette lecture “de vacances”, ne sera pas paisible et ressourçante.

[Malgré tout, parce que c’est la période, je vous propose quelques lectures légères aux saveurs et aux couleurs de l’été qui sentent bon Le ciel, le soleil et la mer…”]

Dès les premières pages tournées, je suis en compagnie de Julien, 18 ans, jeune ado à la rue qui tombe sur un drôle de gars, Bardu, alors qu’il fait du stop. Il est évident que ces deux là sont faits pour s’entendre. Dans leur solitude respective, ils vont vite trouver comment s’aider, se réconforter et entre eux se tisse une relation quasi filiale qu’aucun des deux n’espérait plus. Sous nos yeux se nouent des liens à la fois forts et tout en retenue. La génétique ne fait pas tout dans une relation père/fils…

[La figure paternelle, tantôt haïe, tantôt adorée, souvent compliquée… une sujet souvent abordé en littérature jeunesse que je vous invite à découvrir dans cette sélection].

Nos deux rescapés de la vie embarquent alors sur le Meursault, le voilier de Bardu sur lequel il importe du cannabis du Maghreb jusqu’au sud de la France. L’aventure s’annonce rock’nroll dans ce monde de mafieux. Let’s go, embarquons avec eux !

[Je suis prête à quitter la terre ferme et à larguer les amarres. J’aime les road trip qui font souffler dans un coin de ma tête un esprit de liberté. Vous aussi ? Laissez vous inspirerSur la route.]

Sept ans plus tard, on retrouve notre duo à Parlerme, Bardu a un orteil cassé, Julien a quelques appréhensions et Exaucée, une jeune congolaise, a une bonne raison de monter avec eux à bord du Meursault. Et c’est là que tout va commencer.

Ça parle de mer, de pêche, de voyage, de tempêtes…

Ça parle de rencontres improbables, d’engagement, de changement, de frontières qui n’existent plus, de revanche sur la vie…

Ça parle de trafic de drogue, de mafia, de colère, de situation écologique et surtout cela porte un autre regard sur l’immigration.

Ce personnage d’Exaucée m’a vraiment séduite : forte, franche, indépendante, parfois brûlante, toujours en mouvement, elle est un véritable rayon de soleil farouche, mais indispensable qui donne un nouveau rythme au récit.

Elle nous met face à la dure réalité de la traversée de la Méditerranée par les réfugiés tout en gardant un optimisme respectable.

[J’ai aimé ce point de vue intéressant qui complète parfaitement les titres listés dans Histoires de migrants]

Un aventure pas banale, plutôt originale et qui donne l’opportunité de réfléchir sur des questions de société. Plutôt bien vu !

Merci ! J’aime découvrir des livres que de moi-même je n’aurais pas lu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *