Nos classiques préféré.e.s : voyage au pays de l’enfance avec Astrid Lindgren

Les auteur.e.s classiques se démarquent par leur charme intemporel, leur capacité à résister au temps, et donc à réunir plusieurs générations de lecteur.ice.s. Prenez Astrid Lindgren, par exemple : le succès de ses livres ne s’est jamais démenti depuis de nombreuses décennies, faisant de cette autrice suédoise l’une des plus lues au monde – 165 millions de livres vendus en une centaine de langues ! On considère aujourd’hui qu’elle a contribué à l’autonomisation d’un genre littéraire destiné aux enfants. À tel point que l’équivalent jeunesse du prix Nobel de littérature (qui vient d’être décerné pour la première fois à un auteur français, Jean-Claude Mourlevat) porte son nom. Le secret de ce triomphe ? Des histoires racontées à hauteur d’enfant, d’autant plus captivantes et réjouissantes qu’elles n’hésitent pas à sortir des cases. Il souffle un vent de liberté, de rêve et même de folie dans les livres d’Astrid Lindgren qui font la part belle aux personnages féminins, souvent engagés contre les injustices et les règles absurdes. Des lectures malicieusement subversives qui ont la trempe de celles qui élargissent les horizons et les esprits. Autant dire qu’il était impensable de ne pas revenir sur cette œuvre dans le cadre de nos billets sur nos classiques préféré.e.s… C’est parti pour un tour d’horizon !

Astrid Lindgren. Source: Wikipedia

******

Comment ne pas évoquer son personnage le plus connu : Fifi Brindacier !

Chez nous, on est tous fans, des parents aux enfants devenus grands, et comme notre grande fille apprend le suédois depuis cette année, cela a été l’occasion de regarder les films en suédois, que mon mari regardait en téléfilm en Espagne enfant ! Voici pourquoi en dix raisons :

Fifi Brindacier, l’intégrale, Hachette romans
  1. Pour ses tresses !
  2. Et ses chaussettes dépareillées…
  3. La liberté totale qui émane de ces pages,
  4. La joie de vivre si communicative,
  5. L’anti-conformisme (les coups de pieds aux policiers, c’est vraiment marrant !),
  6. Sa tristesse d’être seule et son désir de trouver une famille : une grande souffrance en filigrane,
  7. La seule fille qui peut être forte et montrer aux garçons comment jouer,
  8. Le féminisme : le droit d’être des princesses-pirates !
  9. Ne pas avoir de parents : le rêve non ?
  10. Elle pense par elle-même Fifi et on l’adore !

******

En lisant l’œuvre d’Astrid Lindgren, on ne peut qu’être frappé.e par les très beaux personnages féminins nés de son imagination : Fifi, bien sûr, mais aussi Lotta la filoute ou encore la protagoniste du roman Ronya, fille de brigand, qui reste l’un des plus beaux souvenirs de lecture à voix haute de la famille d’Isabelle. Voici pourquoi, en dix raisons !

Ronya, fille de brigand. Le Livre de Poche, 2009 pour la traduction française.
  1. Avant tout, pour l’inoubliable Ronya, onze ans de débrouillardise, de loyauté et d’indépendance.
  2. Pour le territoire médiéval prodigieux dans lequel évolue la jeune fille : château aux multiples recoins, nature sauvage et envoutante…
  3. Pour la plume vive d’Astrid Lindgren qui insuffle vie, frémissements et même un peu de magie à ce décor. On s’y croirait !
  4. Pour cette rencontre à la lisière entre deux clans qui s’affrontent, un peu comme Roméo Juliette, version « brigande » et optimiste.
  5. Pour les jeux et aventures merveilleux de Ronya et de Rik qui conquièrent une grotte, apprivoisent des chevaux sauvages et se jouent des trolls et autres sylves griffues…
  6. Pour la liberté sans bornes qui règne en maître sur la vie de Ronya, dont on respire des goulées entières en parcourant chaque page.
  7. Pour cette bande de brigands certes un peu brutes, mais si tendres et attachants.
  8. Pour leurs dialogues réjouissants qui font de Ronya, fille de brigand une savoureuse lecture à voix haute.
  9. Pour la façon dont ce texte nous transporte, parfois d’un instant à l’autre, des rêves aux frissons, du rire aux larmes.
  10. Pour le magnifique message de paix, de fraternité et de respect qui traverse ce roman de bout en bout !

******

Colette, a choisi dans sa toute nouvelle collection de livres d’Astrid Lindgren, un album au titre énigmatique Lutin veille. Voici dix bonnes raisons de s’installer sous un plaid pour le déguster.

Lutin veille, Astrid Lindgren et Kitty Crowther, Ecole des loisirs, 2012.
  1. Parce que c’est l’histoire d’un lutin, petit être magique qui habite tant de folklores à travers le monde, si populaire qu’il nous semble particulièrement familier. Qui n’aimerait pas avoir un être de barbe blanche, au bonnet rouge, une lanterne à la main pour veiller sur lui ?
  2. Parce que le cadre de cette histoire nous invite au recueillement, au repli, au repos : une ferme, dans la montagne, l’hiver, la nuit. L’auteure nous attire hors du monde, dans un endroit reculé, à l’abri. Une véritable tentation.
  3. Parce que c’est un texte digne d’une fable, d’un poème avec sa langue claire et simple et ce refrain qui revient au rythme des animaux et des humains rencontrés : “Le lutin lui parle à la manière du lutin, une petite langue silencieuse que les moutons peuvent comprendre.”
  4. Parce que c’est un texte aux allures de conte intemporel, tout écrit au présent, un présent doux comme une vérité universelle, si rassurante dans un monde qui semble s’effriter.
  5. Parce que l’album se construit à la fois comme une promenade et une ritournelle : on va de l’étable à l’écurie, on passe par la bergerie pour rejoindre ensuite le poulailler, s’arrêter à la niche, entrer dans la maison des hommes pour retrouver le chat dans la maison du lutin. Chaque double page est à la fois une découverte et une répétition.
  6. Parce que c’est le monde de la nuit que chante ce texte, ce monde des vies parallèle, du surnaturel, un surnaturel bienveillant, un surnaturel ancestral (“C’est un vieux, vieux lutin et il a vu la neige de centaines d’hivers.”).
  7. Parce que les liens entre toux ceux qui habitent la terre y est chanté de manière respectueuse, apaisante : “Les hommes ne le voient jamais, mais ils savent qu’il est là. Parfois, le matin au réveil, ils voient les traces de ses petits pieds dans la neige. Mais personne n’a encore vu le lutin.”
  8. Parce que cet album chante le retour des saisons : “ J’ai vu les hivers venir et s’en aller, J’ai vu les étés venir et s’en aller, Et vous pourrez bientôt brouter dans l’enclos.” Même s’ il y a quelque chose d’inquiétant à ne pas tout à fait s’y retrouver à notre époque où les hivers ne sont plus tout à fait aussi froids et les étés plus tout à fait aussi généreux.
  9. Parce que c’est un album illustré par une autre de nos classiques préférées, dont nous aurons très vite l’occasion de vous reparler, Kitty Crowther, qui elle même a reçu le prix Astrid Lindgren en 2010.
  10. Parce que la deuxième et la troisième de couverture m’ont rappelé de beaux moments de mon enfance à plier et découper de jolis flocons de papier à coller aux fenêtres !

******

Lucie a choisi la suite des aventure de ce lutin bienveillant : Le Renard et le Lutin.

Le Renard et le Lutin, Astrid Lindgren et Eva Eriksson, Ecole des loisirs, 2018.

1- Pour les illustrations toutes douces d’Eva Eriksson.
2- Parce que le message de partage est parfaitement adapté au conte de Noël.
3- Pour la nuit claire et silencieuse, et ce ciel étoilé qui invite au rêve.
4- Parce qu’il a beau essayer de se faire discret, le renard est au centre du récit et qu’il est particulièrement attachant.
5- Pour le jeu sur ce personnage du renard tour à tour rusé ou piégé.
6- Pour cette illustration des poules dodues perchées dans leur poulailler, à l’opposé du renard qui a passé la tête et les pattes avant dans leur abri.
7- Pour le personnage du lutin, à la fois familier et folklorique.
8- Parce que ce sont les enfants, pourtant inconscients de ce qui se joue à l’extérieur, qui apportent la solution en toute insouciance.
9- Parce que ce lutin fait honneur à la tradition de partage et d’accueil de Noël.
10- Pour les guirlandes d’étoiles dans l’arbre effeuillé, très poétiques.

******

Et en bonus, un petit dernier plébiscité par les garçons d’Isabelle : les trois romans consacrés à l’incroyable Karlsson sur le toit, des livres lus et relus avec toujours le même succès. Vous vous demandez pourquoi ? Et bien, il y aurait au moins dix raisons !

1- Parce que quand, comme Petit Frère, on se sent parfois seul, il est si doux de trouver un ami, imaginaire ou pas.
2- Pour Karlsson. Comment vous dire… Un improbable bonhomme bavard, effronté, un peu vantard (sur les bords) et plein d’imagination. Ah oui, et doté d’une hélice lui permettant de voler et de rejoindre sa petite maison… sur le toit de l’immeuble !
3- Parce qu’avec Karlsson, chaque jeu est une aventure et TOUT est possible !
4- Pour les dialogues hilarants…
5- … et en particulier pour les répliques cultes du garnement : “à la fleur de l’âge”, “du calme, pas de panique” ou “tout ça, c’est purement matériel”…
6- Pour les téméraires qui s’efforcent de remettre nos amis sur le droit chemin. Et qui ne soupçonnent pas à quel point ils vont avoir fort à faire.
7- Parce que c’est un ravissement pour les enfants sages et modestes de voir quelqu’un se permettre sans vergogne tout ce qu’ils doivent s’interdire !
8- Pour le parcours de Petit Frère qui grandit au fil des tomes et apprend à s’affirmer au contact de son ami.
9- Pour les délicieuses spécialités suédoises qui donnent une saveur supplémentaire à cette série.
10- Pour le plaisir de voir que malgré tout, les idées farfelues de Karlsson finissent toujours par faire, un peu malgré lui, le bonheur de son entourage.

******

Et vous, avez-vous lu Astrid Lindgren ? Lequel de ses livres vous a particulièrement marqué.e ?

Nos classiques préféré.e.s : Timothée de Fombelle

© Chloé Vollmer-Lo

******************************

Tobie Lolness, Gallimard, 2006.

Sur L’île aux trésors d’Isabelle, Tobie Lolness, premier roman de Timothée de Fombelle, est une pépite tout à fait à part. Voilà pourquoi, en dix raisons !

1 – Pour ses premières pages haletantes qui happent le lecteur en le propulsant directement dans le feu de l’action.

2 – Pour la plume unique de Timothée de Fombelle : sensuelle, imagée, belle à couper le souffle.

3 – Pour le personnage de Tobie, un millimètre et demi de clairvoyance, de courage et de débrouillardise.

4 – Pour l’intrigue magistralement construite en spirales entre présent et passé, et les questions qui font tourner les pages en retenant son souffle : pourquoi Tobie fait-il l’objet d’une traque impitoyable ? Combien de temps survivra-t-il dans cette jungle semée d’embûches et de prédateurs terrifiants ? Sur qui peut-il vraiment compter ?

5 – Pour les illustrations belles et vives de François Place qui subliment le récit.

6 – Parce que l’arbre de Tobie, c’est tout un univers, un macrocosme segmenté, des Cimes ensoleillées et convoitées, aux Basses branches humides et sauvages, en passant un écheveau de rameaux réservant mille surprises…

7 – Pour la subtilité avec laquelle les dilemmes, les choix et les contradictions des différents personnages incarnent la façon dont les périodes de tourmente politique peuvent tordre les cheminements individuels.

8 – Pour la force avec laquelle la métaphore de l’arbre éclaire notre monde, le changement climatique, les clivages sociaux, les autoritarismes, les frontières et les dérives de la science.

9 – Pour le message lumineux et porteur d’espoir du roman en forme d’hymne vibrant à la vie.

10 – Pour l’évasion, le souffle épique et une sensation grisante de liberté.

******

Céleste ma planète, Gallimard, 2009

Les 10 raisons de lire Céleste ma planète d’après Alice.

1 – Car ce n’est pas sûrement pas le titre qui vous vient à l’esprit quand on vous parle de Timothée de Fombelle.

2 – Parce que c’est un conte magique et poétique qui nous plonge dans un univers futuriste, où un monde en survie meurt à petit feu.

3 – Malheureusement, car le sujet est terriblement d’actualité.

4 – Que ce texte nous fait, une nouvelle fois, prendre conscience que nos actes sur l’environnement n’est pas une morale mais une nécessité.

5 – Mais qu’il nous invite aussi à résister et à ne pas perdre espoir.

6 – Parce que le format est court et que l’histoire se lit d’un seul trait.

7 – Et que c’est aussi une jolie histoire d’amour…

8 – Parce que la plume de Timothée est définitivement inimitable.

9 – Parce qu’il a été réédité, c’est dire l’importance de ce texte et la place évidente qu’il doit avoir dans votre bibliothèque.

10 – Bref, un livre poétique et engagé.

******

Vango (2 tomes), Gallimard Jeunesse, 2010

Les 10 raisons de lire Vango d’après Bouma :

1 – Parce que c’est un roman d’aventures qui promet de nombreuses escales à travers l’Europe et le monde ;

2 – Parce qu’il commence dans les années 1930 et se finit sous l’occupation allemande, donnant une vision intéressante de l’Histoire dans l’histoire ;

3 – Parce qu’on s’attache forcément à Vango, cet adolescent pourchassé par un passé dont il ne sait rien ;

4 – Parce que l’on ne peut s’empêcher d’imaginer dix milles raisons différentes à cette chasse et que l’on est souvent loin de la vérité imaginée par Timothée de Fombelle ;

5 – Parce qu’il y a une belle ribambelle de personnages au-delà de Vango, que l’on suit dans leurs choix et dans leur vie ;

6 – Parce que l’auteur a choisi une construction complexe, faite de multiples points de vue et de morceaux de vie choisis, dans laquelle jamais on ne se perd mais qui épaissit à merveille le mystère autour de Vango ;

7 – Parce qu’il y a un zeppelin (et pas seulement sur la couverture) ;

8 – Parce que Timothée de Fombelle montre bien comment le destin d’un homme peut lui échapper non pas à cause de ses choix mais de ceux des personnes autour de lui ;

9 – Parce que ce roman est à lire sans limite d’âge tant il promet de retomber en enfance ;

10 – Parce qu’il en existe trois versions : en deux tomes grands formats, en intégrale ou en poche, permettant ainsi de se l’offrir quelle que soit sa bourse.

******

Le Livre de Perle, Gallimard, 2014

Les 10 raisons de lire Le Livre de Perle selon Lucie.

1 – C’est avec ce livre que j’ai découvert Timothée de Fombelle et, comme un premier amour, un premier roman ne s’oublie pas.

2 – Car l’énigmatique amoncellement de coffres et de valises en couverture intrigue : où Timothée de Fombelle va-t-il encore nous emporter ?

3 – Pour l’idée tellement poétique qu’il n’y a pas de pire punition que d’être exilé dans un monde où l’on ne croit ni aux contes, ni aux fées.

4 – Parce qu’Iliån et Oliå forment un couple de héros « fombelliens » par excellence : amoureux, audacieux, courageux, gentils, travailleurs et déterminés.

5 – Pour la fabuleuse histoire d’amour par-delà le temps et l’espace,

6 – Et les clins d’œil aux contes de fées disséminés dans le texte à la manière d’une chasse au trésor.

7 – Car Timothée de Fombelle a beau avoir une écriture extrêmement poétique, ses livres font toujours écho au le réel ; et que le contexte historique de l’Occupation est évoqué en quelques phrases d’une vérité troublante.

8 – Pour le personnage de l’écrivain évoqué à la première personne du singulier qui fait du Livre de Perle un roman méta,

9 – Parce que les valises de Timothée de Fombelle sont pleines de magies, et Le Livre de Perle est une magnifique métaphore pour expliquer d’où elle vient et sa vision de la littérature.

10 – Enfin, parce que ce roman est une ode au pouvoir de l’imagination.

******

La bulle, Gallimard Jeunesse, 2015

Les 10 raisons de lire La bulle selon Linda:

  1. Parce que c’est le premier album de Timothée de Fombelle, sa première collaboration sur un projet où le texte prend moins de place que les illustrations.
  2. Parce que les illustrations d’Eloïse Scherrer ancrent profondément le récit dans l’imaginaire de l’enfance.
  3. Parce que la rencontre de ces deux artistes donne naissance à un univers magique et intriguant.
  4. Parce que la bulle est une très belle métaphore de nos peurs et angoisses les plus intimes et les plus profondes.
  5. Parce que la peur est ici portée à son paroxysme, abordant le délicat sujet de la dépression infantile, un sujet rare en littérature jeunesse.
  6. Parce que Misha prend son courage à bras le corps et affronte héroïquement ses peurs. Elle devient actrice de son bien-être.
  7. Parce que le récit mêle réalité et imaginaire avec subtilité, dégageant de la poésie et un sentiment d’espoir encourageant.
  8. Parce que le combat de Misha est une véritable aventure, une épopée fantastique digne des légendes chevaleresques.
  9. Parce que la confiance en soi est un sujet universel qui parle autant aux enfants qu’aux adultes.
  10. Parce que Timothée de Fombelle, tout simplement…

******

Les 10 raisons de lire Capitaine Rosalie selon Pépita :

  1. Parce que je vais commencer par la fin : cette lecture m’a arrachée des larmes tant elle est émouvante,
  2. Parce que lue à haute voix, et je l’ai fait plusieurs fois, la qualité du silence qu’elle provoque immanquablement vous donne des frissons, par l’émotion palpable de l’auditoire,
  3. Parce que c’est une histoire universelle : celle de l’amour d’une petite fille pour son papa absent et du souci de protection de sa maman à tout prix de cette violence du monde,
  4. Parce que Timothée de Fombelle a l’art d’amener les choses tel un peintre sur un tableau : par petites touches et la lumière vous submerge tout à la fin,
  5. Parce que les illustrations d’Isabelle Arsenault apportent juste ce qu’il faut de profondeur bouleversante et toute en symboles,
  6. Parce que rien n’arrête un enfant dans son désir de vérité et que les adultes devraient s’en souvenir plus souvent,
  7. Parce que maîtriser les mots, c’est maîtriser le monde et combien cet aspect de cette histoire m’a touchée au plus haut point car c’est exactement ce que j’ai ressenti petite fille,
  8. Parce que “Capitaine, Ô Capitaine” : il est des combats silencieux bien plus forts que ceux qui font trop de bruit,
  9. Parce que tous les secrets finissent souvent par se révéler au moment où on s’y attend le moins et que l’enfance possède une forme d’intransigeance pour ça,
  10. Parce que ce livre m’a bouleversée et que je sais pourquoi…

******

Neverland, L’Iconoclaste, 2017

Les 10 raisons de lire Neverland selon Ada :

1 – Parce que ce livre est un précieux objet littéraire non identifié : entre l’essai, le journal, le conte et le poème. Entre littérature et philosophie. Un texte. Sans étiquette. Une parole. Libre.

2 – Parce que l’auteur s’y donne un objectif qui semble inatteignable : saisir l’enfance.

3 – Parce que, justement, il y parvient. Il cerne d’infiniment près ce qu’est l’enfance en nous, ce qu’il en reste en grandissant, il trace très précisément les contours de ce territoire que nous pensions disparu mais qui affleure à chaque mouvement, à chaque souffle.

4 – Parce que l’auteur y rend à chaque page un hommage juste et sincère aux membres de sa famille qui lui ont permis de goûter son enfance pleinement : grand-père, grand-mère, père, mère, frères et sœur.

5 – Parce que ce livre est l’histoire d’une quête, une quête bouleversante, comme dans tous ses autres livres, mais cette fois en sens inverse en quelque sorte : “J’avais deviné depuis longtemps qu’un continent immense dérivait sous tous les autres et soulevait par moments nos vies, même quand on a grandi. Ces jours-là, l’enfance en fusion coule sur nos pentes ou fait trembler la terre. J’étais parti à l’aventure. Je cherchais la lisière du pays perdu. Je le reconnaîtrais à sa lumière.”

6 – Parce que c’est beau. Tellement beau que j’ai eu envie de tout noter : “Je croise souvent des résurgences de ce temps dans ma vie. L’enfance affleure. Cela peut être l’engourdissement d’une sieste, le goût des larmes. Il y a des petites incisions dans ma peau et j’y colle les lèvres.”

7 – Parce que c’est vrai : “L’enfance n’habite pas la mémoire. Elle habite notre chair et nos os, même abîmés par elle, dressés contre elles, nous sommes faits de notre enfance, adossés à ses murs sombres. Elle est tout ce qui reste à ceux dont on dit qu’ils n’en ont pas eu.”

8 – Parce que l’auteur y partage un secret d’artiste infiniment délicat : “Je n’ai jamais essayé de retenir l’enfance ou de m’y attarder. J’ai simplement voulu faire grandir l’enfant en moi, le faire progresser, en le gardant vivant. Car, malgré les promesses que me faisait ce nouveau monde, le pays adulte, il y avait quelque chose que je n’abandonnerais pas : l’envie d’inventer et de créer. C’était un serment. Je ne renoncerais pas à l’imaginaire. Je ne perdrais pas le fil. Ce serait la continuation de l’enfance par d’autres moyens, le rêve de perfectionner éternellement l’enfance.”

9 – Parce que mes copinautes ont été vraiment adorables et ont tout de suite accepté que je vous parle du seul livre de Timothée de Fombelle qui n’est clairement pas destiné à la jeunesse, témoignant une fois de plus de leur belle ouverture d’esprit 🙂

10 – Parce que ce livre me bouleverse, que je n’ai toujours pas bien compris pourquoi, mais que j’aime ça, beaucoup, être bouleversée par un texte…

******

Ce tour d’horizon confirme toute la richesse de l’oeuvre de Timothée de Fombelle ! Nous resterons avec cet auteur la semaine prochaine, avec une lecture commune de son dernier roman, Alma. En attendant, n’hésitez pas à nous dire lequel de ses livres vous a le plus marqué(e) !