3 ans, des prix et des réactions…

Quelques réactions à partager avec vous suite à l’annonce des lauréats du prix À l’ombre du grand arbre.

Belle gueule de bois

Belle gueule de bois

Pierre Deschavannes, auteur
Merci beaucoup à tous ! Je suis enchanté ! Je suis justement entrain de poster la nouvelle sur mon site ! Très bon weekend ! encore merci !

Pauline Parvan, attachée de presse
Bonjour
C’est super. On est très contents.
Merci infiniment !

 

Mots rumeurs, mots cutter


Mots rumeurs, mots cutter

Charlotte Bousquet, auteure
Merci à L’ombre du grand arbre et aux lecteurs qui ont aimé Mots rumeurs, mots cutter. Je suis très heureuse que Léa, Chloé et même cette peste de Solveig vous aient touchés !

 

 

Quand il pleut
Quand il pleut
Junko Nakamura, auteur et illustrateur
Bonjour,
Quel honneur ! Merci beaucoup !
Cela m’encourage beaucoup à continuer.
Bien cordialement
Christine Morault, éditrice
Bonjour,
Merci beaucoup ! Votre sélection est excellente, et je ne dis pas cela pour notre livre seulement !
Bien cordialement
Bestiaire des grands et des petits

Bestiaire des grands et des petits

Julie Colombet, auteure
Bonjour,
C’est super, je suis très contente!
Merci
Edmond

Edmond

Ingrid Chabbert et Guridi, auteure et illustrateur
Encore merci, on est ravis !!

 

Chat par-ci, chat par-là

Chat par ci, chat par là

Stéphane Servant, auteur
La littérature jeunesse est absente des grands médias traditionnels.
Il y a bien quelques lignes dans des journaux prestigieux, quelques minutes sur les ondes. Il y a bien des journalistes éclairés mais on leur concède si peu de place. Si peu.
Et les rares fois où on cause du livre jeunesse sur le papier ou à la radio , c’est pour l’accommoder à la sauce polémique ou pour lui dénier sa qualité de “littérature”.
Bien étrange, quand on sait que pour un enfant, ouvrir un premier livre, c’est s’ouvrir au monde. On pourrait d’ailleurs, à partit de ce constat, se questionner sur la place faite aux enfants dans notre société, mais c’est là un autre débat…
Heureusement, heureusement, il existe des espaces de liberté. Le web est un de ceux-là. On y trouve des lectrices et des lecteurs qui s’emparent de la parole et font entendre leur voix. Il y a des lectrices et des lecteurs. Des jeunes. Des vieux. Des très jeunes et des très vieux. Avec une même passion : la littérature jeunesse. Et une même exigence : la littérature jeunesse.
Dans cet espace-là, il n’y a rien à perdre, rien à gagner. Ni gloire, ni argent Rien à gagner si ce n’est un peu de plaisir. Celui de lire et de partager.  Et ça, c’est la meilleure façon de faire vivre les livres!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *