Les livres d’où je viens – Sophie

A l’Ombre du grand arbre cet été, on va vous révéler un petit bout de nous, un petit peu de cette sève qui chacun(e) nous anime, un petit de peu de ce feuillage qui nous réunit.

Un brin nostalgique mais tout à fait réjouissant, chacun notre tour, nous allons vous dévoiler le livre qui a changé notre vie ou qui du moins, nous a beaucoup marqué, voire qui nous a donné envie de créer un blog.

Alors, revenez par ici chaque semaine de cet été, et laissez vous nous raconter  :

« Le livre d’où je viens »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La découverte des pages et des mots est profondément attachée pour moi aux lettres. Comme celles de l’alphabet, qui étaient affichées sur les murs de la classe, accompagnées de dessins. Alors voici un…

Abécédaire de mes premières lectures, ou de celles qui ont marqué mon enfance.

Bibliothèque rose ou verte. Celle de la commune aussi, premiers choix d’albums et de romans.

images

Chenille. La Chenille qui fait des trous d’ Eric Carle. Je la suivais, amusée, fascinée, éblouie par les couleurs des motifs et les pages poinçonnées.

Désolée, j’ai un trou de mémoire : j’ai oublié le premier livre que j’ai lu !

Ecole des Loisirs. Une collection de livres, à la jaquette blanc crème, que je convoitais quand mes parents m’emmenaient dans une librairie. Je me rappelle entre autres Baby-sitter blues de Marie-Aude Murail.

il-ne-faut-pasFaut pas ! Il ne faut pas habiller les animaux (de Judi et Ron Barrett). Une liste désopilante de situations embarrassantes pour la poule, le kangourou, le morse ou la chauve-souris. Ce petit album sur fond vert pomme me faisait tordre de rire.

Grenier. Non pas un livre, mais un lieu où, au milieu des valises, de piles de magazines et des matelas, je m’installais dans la chaleur douillette pour lire sous les combles.

Houhouhou ! hululait l’imposant hibou vert sur la couverture de l’album en carton Hiboux, poissons, souris et compagnie (de Giorgio Vanetti).

Inspecteur à suivre. Quand la lecture se mêle au jeu… J’adorais ces livres « dont vous êtes le héros », comme Le mystère de la Caméra et la bande des quatre, de Martin Waddell.

J‘aime Lire. Pour toutes les belles histoires que j’y ai découvertes. Et les tranches qui laissaient apparaître un motif quand tous les numéros de l’année étaient bien rangés sur mes étagères.

Moscan-J-Le-Petit-Monde-De-Luc-Et-Caroline---Methode-Mixte-De-Lecture---Livret-N-1-Livre-875217086_ML

K. Le K de Dino Buzzati. Un recueil de nouvelles qui a marqué mes années de lycée. Des textes qui me transportaient vers d’autres horizons et me faisaient frissonner.

Luc et Caroline. Ma méthode de lecture s’intitulait Le petit monde de Luc et Caroline  (par J. Moscan). Je me rappelle des phrases simples, où les nouvelles lettres à retenir apparaissaient en couleurs.

Moi, ma grand-mère… de Pef (un dessinateur et « imagicien » qui m’a fait découvrir une ribambelle de jeux de mots et une fantaisie verbale sans limites). Une grand-mère qui apprend à nager aux baleines, devient pilote d’essai ou cosmonaute. Un album qui avait de quoi développer l’imagination !

51L7yr3SPgL._SL500_AA300_Neuvième art. Mes lectures d’enfance, ce sont aussi des cases et des bulles, choisies dans la collection de la bibliothèque paternelle : Astérix, Tintin, Quick et Flupke,

Ombre. Lectures à l’ombre des grands arbres du jardin, sur une chaise longue ou sous un abri de fougères dans la forêt voisine.

Pêle-mêle. Comme j’ai pu m’amuser avec ces livres animés qui associaient de façon incongrue et cocasse des têtes, des torses et des jambes ! Dans mes pérégrinations sur le web pour tenter de trouver l’album de mon enfance, je suis tombée sur un bel exemple de pêle-mêle en ligne : http://www.bibliotheque.toulouse.fr/PELE-MELE-livresPopup.html

Quand je pense aux livres de mon enfance… je me dis qu’il manque les histoires écoutées sur radiocassette. Comme le Roman de Renart, lu par Philippe Noiret. Que d’après-midi passées à rêvasser en écoutant les mauvais tours de ce vilain goupil.

Recette de cuisine. 250 grammes de farine, 100 g de beurre, un œuf, 100 grammes de sucre, 50 grammes de raisins secs. Cette recette de scones aux raisins me vient d’un livre qui a aussi accompagné mon enfance : Les petits cuisiniers (publié par Unicef). Avec autant de gourmandise, je plongeais les mains dans la farine et le nez dans les livres.

Ségur. Je me souviens d’une vieille édition de poche des Malheurs de Sophie.

contes-tibet-1

Tibet. Comme ce grand livre, illustré par d’énigmatiques aquarelles, Contes du Tibet et d’autres pays d’Extrême Orient, que ma mère nous lisait au bord du lit, et qui délivrait des leçons de sagesse sur le monde ou nous emportait dans d’incroyables périples au sommet de mystérieuses montagnes.

Ungerer. Ce petit album aux trois inquiétantes silhouettes dans le bleu de la nuit. Une de mes premières trouvailles à la bibliothèque du village : Les Trois brigands. Un graphisme qui donnait envie d’entrer dans le repaire des brigands, de s’émerveiller devant leur trésor et de contempler le village étrangement chapeauté de l’histoire.

Voiture. Un autre lieu de prédilection pour lire pendant des heures, à l’occasion des voyages en famille. Les écouteurs du walkman vissés sur les oreilles, je lisais même dans la pénombre, jusqu’à ce que les lettres disparaissent totalement dans l’obscurité.

charlie

Willy Wonka. Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl. Quel univers magique ! Je me rappelle avoir fait la lecture de ce roman à ma sœur pendant tout un été.

X. La multiplication. C’était le titre d’un petit livre pop-up, peuplé de clowns, pour apprendre les multiplications. Beaucoup plus rigolo que les tables du cahier de brouillon !

Yoko Tsuno. Une héroïne de BD dont les aventures me faisaient rêver.

RO90073332

Zola. Parmi les livres d’où je viens, je n’oublierai pas les romans de Zola. Vaste monde : de La Terre au Bonheur des Dames, en passant par Le Ventre de Paris, ce sont bien là mes premières amours de littérature.

4 réflexions au sujet de « Les livres d’où je viens – Sophie »

  1. Ooooooh !!! Que de nostalgie en lisant ton article !! La chenille qui fait des trous ! Et moi, ma grand-mère !! Les malheurs de Sophie !!! Charlie et la Chocolaterie, j’avais la même couv’ en plus ! Et que dire des 3 brigands ! Oh là là… MErci pour cet article qui m’a rajeunie de plus de 20 ans ! 😀

    • Merci NosAmisLesMots !
      C’est vrai que c’est une bonne idée. C’est toujours sympathique à découvrir, ces souvenirs de livres, bien à l’abri dans notre mémoire. Et cette saga de l’été n’est pas terminée ! A suivre, sur ALODGA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *