Lecture Commune : Dans les yeux

Quel merveilleux titre pour une lecture commune, non ?

Il y a des albums qui vous remuent dès leur première lecture et cet album-là “Dans les yeux” de Philippe Jalbert chez Gautier-Languereau est de ceux-là.

Une lecture commune s’imposait de toute évidence…

Difficile néanmoins en quelques échanges virtuels de circonscrire toute sa richesse.

Si vous l’avez lu, vous êtes chaleureusement invité.es à nous faire part de votre ressenti !

 

Pépita : Dans les yeux…que vous a d’emblée inspiré la couverture de l’album ? Aviez-vous une idée ou pas de son contenu ? Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu’elle a évoqué pour vous en résonance avec les trois mots du titre ?

Sophie : J’avais pas vraiment d’a priori sur ce que j’allais lire. J’aime bien ouvrir un album sans réfléchir. D’ailleurs je ne crois pas que je savais qu’il s’agissait du Petit Chaperon Rouge, juste que c’était un album fort !

Colette : Un œil de bête, un œil de femme. Une confrontation, un affrontement des regards. Mais d’égal à égal comme semble le suggérer la symétrie qui structure la couverture. Des récits de combat entre des humains et des animaux, la littérature en est riche, ne restait plus qu’à suivre les pages pour savoir où mènerait ce combat.

Bouma : De manière globale, j’aime le travail de Philippe Jalbert et suis donc toujours curieuse de découvrir son dernier album. Pour celui-ci, en voyant la couverture, je me suis dit que deux points de vue allaient être proposés. Après à savoir s’il s’agissait d’une confrontation… ne me restait plus qu’à l’ouvrir !

Alice : Quels regards !!! On ne peut être que happé par ses yeux qui semblent vous interpeller et vous suivre quel que soit le sens dans lequel vous tenez le livre. Ils vous invitent à en tourner les premiers pages pour plonger au plus profond de leur âme. Une couverture sauvage et mystérieuse…

Pépita : Personnellement, j’y ai vu un œil d’enfant et un œil de bête, avec des couleurs inversées : du blanc et du noir. Du rouge intense comme un feu ardent. D’un côté l’innocence et de l’autre la sauvagerie. Comme toi Bouma, j’apprécie beaucoup le travail de cet auteur-illustrateur mais là, quelque chose me disait qu’il changeait de registre.
Alors oui, ouvrons ce livre ! Votre toute première impression sur cette construction pas banale à la fois dans le fond et la forme ?

Colette : Je me souviens très bien de ma bibliothécaire préférée complètement enthousiasmée par cet album qu’elle venait de découvrir et qu’elle tenait à me faire partager ! Ma première impression a été guidée par son regard, car comme à son habitude quand elle aime très fort un livre, elle l’a feuilleté pour moi en direct, en me lisant les premières pages de sa voix inimitable 🙂 L’alternance des pages noires et des pages rouges est particulièrement judicieuse et riche d’un point de vue analytique, le lecteur est plongé dans une double lecture dès le départ quant à l’image, même si la narration, elle, est linéaire – si mes souvenirs sont bons… Nous sommes obligés d’adopter un point de vue dédoublé ce qui crée le trouble.

Alice : La construction s’impose au lecteur assez facilement sans que des codes soient donnés. Finalement, cette alternance de point de vue et de prise de parole sans que les personnages ne soient identifiés, les rend tout de même identifiables. C’est assez finement joué par l’auteur. Je me suis d’ailleurs amusée la deuxième, troisième lecture de ne lire que les pages de droite ou que les pages de gauche … cela modifie toute l’ambiance !

Sophie : La couverture trouve son sens dans ces premières pages. On comprend alors les deux points de vue qui nous sont proposés progressivement : d’abord juste la page de droite puis les deux pages en vis-à-vis.

Pépita : Oui j’ai aussi été happée de suite par cette construction qui crée beaucoup d’implicite et une simultanéité dans l’instant vécu par chaque protagoniste.
Et comme toi Alice, j’ai fait la même chose : ne lire qu’une seule voix et c’est très troublant. Parce que quand même, outre la force de la mise en page, cet album ,c’est d’abord des voix et du bruitage. Des interpellations aussi qui créent encore plus de suspense dans ce qui va advenir.
Parce que disons-le : c’est du conte du petit Chaperon rouge qu’il s’agit ! Pensez-vous que cette version le renouvelle ou au contraire le prolonge ?

©Philippe Jalbert- Site : Gautier-Languereau

Bouma : Clairement, pour moi, Philippe Jalbert a réussi à détourner ce conte mythique de manière impeccable et dépoussiérée. Aborder le point de vie des deux personnages antagonistes, faire s’affronter leurs visions des choses, ça demande forcément au lecteur de trouver l’entre-deux. Et ça m’a rappelé une citation de Mark Twain “Il y a deux facettes à toute histoire et puis il y a la vérité.

Sophie : Pour moi c’est un prolongement du conte, dans le sens où on entre dans toute la subtilité des personnages. Si la personnalité du Petit Chaperon Rouge n’est pas une énorme surprise, pour le loup c’est différent. Je trouve que là où le conte traditionnel pose simplement un personnage de méchant, dans cette version on va plus loin. On voit le besoin de survie de l’animal, la nécessité de manger, cela nuance la méchanceté attitré du loup parce qu’on se met à sa place aussi.

Colette : Ce qui est toujours jouissif avec les albums qui revisitent les contes c’est d’abord le plaisir de la reconnaissance de la référence intertextuelle, le plaisir de la connivence avec les artistes à l’origine du livre ; c’est d’entrée de jeu comme si on se murmurait “oui, je vois très bien de quoi tu parles” et cette connivence pour le lecteur adulte ou enfant appelle aussitôt une interrogation sur ce qui sera nouveau cette fois. Ici c’est une réécriture très proche du conte de Perrault mais le jeu des points de vue auquel s’ajoute celui des paroles rapportées nous plongent dans une lecture très cinématographique et beaucoup plus agressive de l’histoire du petit chaperon rouge. En effet le jeu des cadrages est incisif, le rythme haché, une structure qui semble déjà contenir la violence finale.

Pépita : Moi aussi clairement, cette version là (mais s’agit-il d’une version ?) va bien au-delà. J’ai été bluffée par cette construction. par ses différents niveaux de positionnement, par son côté à la fois suggestif et cru.
Avez-vous remarqué un renversement au cours de l’histoire ou est-ce que je me trompe ?

Alice : SI je me souviens bien, le petit Chaperon rouge n’apparaît pas de suite mais est clairement identifiable grâce à son capuchon qui se détache dans une illustration très sombre. Ce n’est qu’à partir de ce moment là que le lecteur fait le rapprochement… Les points de vue sont en effet très pertinents et s’affrontent comme pour nous rendre l’histoire/ le conte encore plus concret. C’est à la fois surprenant et presque si évident …Un renversement ? Il Va falloir nous en dire plus…. Je ne vois pas …

Bouma : Après relecture je n’ai toujours pas vu ni lu cette inversion. Pour moi, on voit les scènes de gauche à travers les yeux du loup et celles de droite avec ceux du petit chaperon rouge. Normal donc que les images finales soient des gros plans sur la peur dans les yeux de la petite fille pour le loup et la gueule béante de l’animal pour elle. C’est un habile jeu de focale et de gros plans qui m’a franchement séduite.

Pépita : En fait, j’ai remarqué que du moment que le petit chaperon rouge entre dans la maison de sa grand-mère, elle se retrouve cette fois page de gauche et le loup page de droite, ce qui est l’inverse des pages précédentes. Comme un point de non retour. J’ai trouvé ce basculement très signifiant. Comme si elle était déjà avalée, qu’elle ne peut plus déjà sortir de l’illustration. Et tu le dis très bien Céline, elle apparaît d’abord comme un petit point rouge puis elle n’est suggérée que par une image avec une voix off, tout comme le loup, puis ils se retrouvent face-à-face, presque timidement et innocemment je dirais. Les personnages sont d’ailleurs au fur et à mesure de plus en plus imposants. Ce qui me permet d’aborder ce qui me semble être un autre élément essentiel de cet album : la PEUR.
Elle est partout, non ? C’est le “personnage” principal non ? Comment l’avez-vous ressentie ?

©Philippe Jalbert-Site : Gautier-Languereau

Sophie : C’est vrai que la peur est omniprésente tout du moins pour le lecteur. En fait au début, c’est surtout le loup qui a peur : peur des hommes, peur de perdre sa proie… Celle du Petit Chaperon Rouge n’arrive que tardivement car au début, elle est plutôt sereine. Elle prend les conseils de prudence de chacun mais ne montre pas vraiment d’inquiétude. C’est sûrement cette naïveté qui conduit à l’aboutissement.

Bouma : Je n’irai pas jusqu’à en faire le point central. Il y a une tension qui se développe et qui monte crescendo pour le lecteur. Pour moi, elle vient du décalage entre la lenteur de la petite fille qui parcourt la forêt et la rapidité du loup à arriver chez la grand-mère. Et comme en plus, on connait la fin de l’histoire… Mais c’est mon point de vue d’adulte et je comprends que les enfants y voient une peur inébranlable

Colette : Moi personnellement, j’ai surtout apprécié les cadrages plus ou moins resserrés, les premières pages, d’abord du noir, puis un flou, puis un paysage qui s’élargit de plus en plus, comme si le loup naissait à ce moment de l’histoire, comme s’il n’existait pas avant que le petit chaperon rouge ne sorte de chez lui, j’ai été particulièrement sensible à l’esthétique – les illustrations de Jalbert me rappellent les gravures du XIXe siècle dans leur souci du détail (j’aime tout particulièrement la page représentant l’oiseau sur une branche, quelle poésie)- j’ai été également sensible à la structure circulaire de l’histoire – on ouvre sur une page noire, on ferme sur une page noire avec cette inversion qu’a soulignée Pépita, comme si tout était voué depuis le début au néant, à l’obscur mais la peur je ne l’ai pas ressentie. Par contre, je peux témoigner que mon Petit-Pilote de 4 ans a complètement été terrorisé par cette histoire ! Il n’a plus voulu qu’on la relise et il a clairement identifié ce livre comme étant de ceux qui font VRAIMENT peur, pas la peur pour “de rire”, la peur telle qu’elle pourrait bien surgir s’il se promenait dans les bois et se retrouvait en tête à tête avec cette bête au regard rouge. Il y a un côté extrêmement réaliste dans cet album, dans ses illustrations, qu’on ne retrouve pas dans le conte traditionnel et qui visiblement amplifie le sentiment de peur de l’enfant.

Pépita : Et justement, tu me tends la perche Colette à propos des illustrations : il y a effectivement un mélange de modernité (les carrés) et de “désuétude” (les gravures) dans cet album. Est-ce que cela vous a à toutes élargit le regard ou au contraire avez-vous trouvé que c’était trop conceptuel ?

©Philippe Jalbert-Site : Gautier-Languereau

Colette : Cette alliance modernité / gravure c’est ce que j’ai préféré en tant qu’amatrice d’albums, je trouve que c’est l’originalité essentielle de ce livre qui pour moi est une ode aux regards pluriels que l’on porte sur le monde, la nature, l’autre et sur… l’art.

Sophie : J’ai beaucoup aimé les gravures. Je trouve que ça ramène un peu aux origines du contes avec les illustrations de Gustave Doré.

Bouma : J’ai trouvé que cela allait avec la veine des albums un peu “vintage” qui sortent en ce moment. Et je rejoins Sophie sur la référence à Gustave Doré. En fait, je trouve que ces gravures obligent le lecteur à une certaine attention du regard. On est obligé de faire attention à l’ensemble de la scène et à ses petits détails pour en comprendre toute la signification. Et s’il fallait rajouter quelque chose, je dirai que Jalbert a réussi à laisser transparaître malgré tout son trait si reconnaissable, ce qui n’est pas si évident quand on change de manière d’illustrer.

Pépita : Il y aurait beaucoup à analyser dans cet album si riche dans sa relecture prolongée de ce conte si célèbre, et vos réponses très précises en témoignent. Pour terminer, j’aimerais vous demander : qu’est-ce qui vous a le plus touchée à cette lecture ? Comment définiriez-vous cette émotion ?

Alice : Ce qui m’a plu c’est l’inattendu. L’inattendu pas dans le dénouement, certes… mais dans l’angle d’approche. Moi j’aime quand les albums me surprennent, m’amènent sur un chemin inhabituel, voire mieux que je ne peux pas imaginer l’histoire à la simple vue de la couverture, à la lecture du titre ou de la 4ème de couverture. Et c’est exactement ça ici ! J’aime aussi quand les albums sont intelligents. J’entends par là, que tout est suggéré mais que cela n’entrave en rien la compréhension, tout en laissant à chacun une porte ouverte vers l’imagination. J’apprécie ces albums ingénieux !

Colette : J’ai été impressionnée, comme lorsqu’on est au pied d’une oeuvre d’art beaucoup plus grande que nous, comme aux pieds d’un géant,chaque page était un peu comme un vertige. C’est difficile à expliquer mais c’est comme si cet album étirait notre champ de vision.

Bouma : En ce qui me concerne, c’est la curiosité qui a guidé ma lecture du début à la fin. Attendre avec impatience la page suivante, faire attention aux détails, prendre plaisir à lire et à redécouvrir plusieurs fois l’histoire… tout cela renforce mon appréciation de l’album. Et puis j’ai l’impression que Dans les yeux a capté mon propre regard pour me questionner sur ma compréhension et ma vision de ce conte classique.
Sophie : Pour moi, ce serait plus le point de vue du loup qui donne une autre perspective à ce personnage.

Pépita : Pour ma part, cet album a totalement changé mon regard sur ce conte le plus lu. Sa vision cinématographique offre un élargissement du regard tel qu’à la fin j’ai presque cru que le Petit chaperon rouge s’en est sorti, c’est vous dire ! Et puis non, le conte finit bien comme dans la tradition. Mais j’ai trouvé cela incroyable qu’il puisse changer votre perspective à ce point.

 

En prolongement à cet échange, nos chroniques respectives sur chacun de nos blogs :

Sophie pour La littérature de jeunesse de Judith et Sophie

Alice pour A lire aux pays des merveilles

Pépita pour Méli-Mélo de livres

 

**************************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *