Lecture en duo : Zoé Zizanie

Une lecture commune en duo, oui, on aime bien changer le format de temps en temps !

Colette et moi-même, des blogs La collectionneuse de papillons et MéLi-MéLo de livres, on a lu et échangé sur cet album : ZOE ZIZANIE de Yann Walcker et Tristan Mory, Milan.

Pépita : Qu’est-ce qui t’a attirée d’abord dans ce livre ?

Colette : J’avoue le titre : j’adore les allitérations rares et celles en [z] ont toujours exercé une grande fascination sur moi ! J’aime le prénom Zoé et encore plus le mot étrange, un peu zigzagant de « zizanie », il a quelque chose d’un peu désuet ce mot et surtout de terriblement enfantin ! Et toi Pépita, qu’est-ce qui t’a attirée dans ce livre ?

Pépita : Pas la couverture c’est certain ! mais le titre plein de punch ! et qui donne déjà une petite idée sur les jeux de mots qu’on va trouver à l’intérieur. Et justement, qu’est-ce qu’on y trouve ?

Colette : On y trouve cinq petites aventures vécues par notre dynamique Zoé qui prend tout au pied de la lettre ! Quand au réveil, sa voix est toute bizarre, et qu’on luit dit qu’elle a « un chat dans la gorge », la demoiselle se met à préparer tout ce qu’il faut pour accueillir le petit félin caché au fond de son gosier ! Alors quand ensuite on lui annonce qu’elle a un « appétit d’oiseau », que son oncle « un vrai ours » débarque ou encore qu’elle a « des fourmis dans les jambes », son imagination ne fait qu’un tour et toute l’animalerie des expressions françaises prennent corps dans son quotidien joyeux ! Au début je me suis dit « c’est du déjà vu » car pendant un trimestre quand mon Grand-Pilote-de Balançoire était en GS on a du écouter en boucle « Quelle Chatastrophe » de Maureen Dor qui joue sur le même principe. Et puis le fait d’enchaîner 4 petites scénettes change la donne et on se laisse séduire par cette petite Zoé à l’imagination si fertile. Il y a quelque chose de jubilatoire dans ce personnage.

Pépita : Oui je me suis faite la même réflexion : c’est l’enchaînement des petites histoires autour des expressions qui rend le procédé vraiment intéressant. Zoé arrive à nous emmener dans le tourbillon de son imagination, à donner corps à ces phrases bien énigmatiques avouons-le ! Ce regard d’enfant permet à nous adultes d’être plus à l’écoute et de se mettre à leur hauteur dans l’appropriation du langage et ça j’ai trouvé ça chouette ! Et les illustrations, t’en as pensé quoi ?

Colette : Je dois avouer que je ne suis pas fan du tout… j’ai trouvé très étrange que l’illustrateur colle un gros nez rond et rose au milieu de la figure de notre petite Zoé… est-ce pour accentuer son côté « clownesque » ? Dans la mise en page, j’aime la dynamique qui se joue des codes de la bd et de l’album, je trouve ce mélange intéressant même si du coup une telle « complexité  » ne rend pas la lecture facile pour de jeunes enfants. Par contre je l’ai lu à mon Grand-Pilote-de Balançoire alors qu’il ne regardait pas les images et il a goûté à l’humour du texte. Et toi tu les trouves comment les illustrations ?

Pépita : J’ai nettement préféré le texte aux illustrations mais bon, ce n’est que mon avis. Ceci dit, c’est gai et coloré, ça attire l’œil, c’est déjà ça. Peut-être que c’est voulu ce côté décalé pour mieux faire passer un texte sur des jeux linguistiques. Moi ce qui m’a gênée, même si c’est détourné, c’est l’allusion à des marques de produits mais peut-être que je suis ringarde….tu as eu ce sentiment aussi ?

Colette : J’avoue que cela ne m’a pas frappée. J’ai trouvé le format proche de la BD très agréable à lire. Une jolie lecture pour se divertir mais pas de celles qui me font réfléchir.

Et vous, vous l’avez-lu ?

La chronique de MéLi-MéLo de livres 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *