Le coup de cœur de nos coups de cœur 2021 !

2021 se termine et nous laisse empêtrés dans ses points de suspension… Mais pour répondre à nos questionnements existentiels, sociétaux, politiques ou esthétiques, quoi de mieux que la lecture ? Alors aujourd’hui nous vous proposons nos coups de cœur de l’année 2021 pour transformer les points de suspension semés par 2021 en joli point d’exclamation !

******

Lucie a eu de nombreux coups de cœur en 2021, notamment grâce aux précieux conseils des abronautes toujours enthousiastes !
Et c’est à Isabelle qu’elle doit la découverte du renversant Là-Bas. Rebecca Young et Marc Ottley proposent un album abordant le thème de l’exil avec douceur et luminosité. Ils ne taisent rien des dangers et des peurs, mais choisissent l’espoir. Une véritable œuvre d’art qui laisse une marque indélébile. À mettre dans toutes les mains, pour aborder un thème toujours tristement d’actualité.

Là-Bas de Rebecca Young, illustrations de Matt Ottley, éditions Kaléidoscope, 2020.

Les avis de Lucie et d’Isabelle (avec un aperçu des magnifiques illustrations).

******

Pour Liraloin c’est lors d’un billet consacré à Jean-Claude Mourlevat que le coup de cœur est arrivé sans crier gare, une plongée dans un univers dont le lecteur ne sort pas indemne. Il s’agit du Chagrin du Roi Mort publié en 2009.

Aleksander et Brisco sont frères, inséparables compagnons de jeux. « Aleks seul était le fils de Selma. Elle l’avait mis au monde, au milieu de l’hiver, dix ans plus tôt, mais pas Brisco. Et cela vaut la peine de raconter dans quelles circonstances étonnantes. »

Le lendemain les deux frères se rendent à la bibliothèque royale et Brisco se fait enlever par une belle et terrible dame blonde. Pourquoi Brisco ? Quelle est la signification de la marque dans la paume de sa main ?

Un roman qui s’articule en deux parties : l’enfance, puis la guerre. Une première partie pour comprendre la fusion entre les deux jeunes garçons. Cette vie douce et paisible dans un cocon familial aimant. Une vie ponctuée de mystères, des récits empreints de sorcellerie permettant de mieux cerner les personnages et leurs rôles à venir dans la seconde partie. La guerre qui aura lieu. Un père qui voudra récupérer son fils. Un homme qui tentera d’être père. Deux garçons qui marcheront sur des chemins différents, bercés par l’amour.

Une histoire qui emporte très, très loin le lecteur, dans une contrée où la sorcellerie, la vengeance renforcent les liens. Le merveilleux, la dureté de la guerre et parfois la lutte contre soi-même bouleversent profondément. Jean-Claude Mourlevat est un formidable conteur.

Le chagrin du Roi Mort de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard jeunesse, 2009

******

Pour la collectionneuse de papillons, 2021 aura été l’année Séverine Vidal : entre Tu reverras ton frère, Mon héroïne, Des Astres, Soleil glacé et Sous ta peau le feu, Colette a eu l’impression de vivre mille vies, toutes plus intenses les unes que les autres. Comme il est vraiment extrêmement difficile de choisir dans une œuvre aussi dense, elle retiendra pour terminer l’année le dernier lu : la très belle BD Le Plongeon qui donne la parole à Yvonne, 80 ans, qui quitte son histoire, sa maison, sa chienne pour aller vivre en EHPAD. De ce déménagement, qui sera le dernier de toute une vie, que reste-t-il à notre héroïne ? Et bien l’essentiel : sa vie, sa vie sans rien d’autre autour, sans murs, sans les autres, sans bagages. Rien que sa vie. Et que l’on soit adolescent ou adulte, ce texte là est bouleversant. Il nous invite à plonger. En nous-mêmes. Pour voir ce qu’il reste quand le tourbillon de la société nous délaisse.

Le Plongeon, Séverine Vidal, Victor L. Pinel, Grand Angle, 2021.

******

2021 a été une année de lectures particulièrement riche sur L’île aux trésors. Mais s’il ne fallait retenir qu’un titre, ce serait La fleur perdue du chaman de K. Pour l’objet-livre hors du commun, le dépaysement puisque nous voilà en Amazonie, l’intrigue menée tambour battant, les personnages inoubliables, des dialogues délicieux, le vent d’aventure auquel il est tout simplement impossible de résister ! Ode à l’amitié et à l’espoir, un roman réjouissant et émouvant : de ceux qui peuvent susciter la passion de lire.

La fleur perdue du chaman de K. Un incroyable voyage des Andes jusqu’à l’Amazonie, de Davide Morosinotto. L’école des loisirs, 2021.

Les avis d’Isabelle et de Linda

******

L’année 2021 a été très riche en lecture et découverte mais pour Linda, c’est le récit poétique et féministe d’Elise Fontenaille qui a laissé l’emprunte la plus forte. En quelques cent pages, La Sourcière décrit la cruauté des hommes de pouvoir, dénonce les violences faites aux femmes et condamnent l’oppression qui annihile les libertés.

La Sourcière d’Elise Fontenaille, Rouergue, 2021

Son avis complet est ICI.

******

Aventure, péripéties, paysages magnifiques, nostalgie et ode à l’enfance… Voilà ce qui s’impose à Blandine au moment de désigner SON coup de cœur 2021 et qui la renvoie à L’Enfant PAN d’Arnaud Druelle. Un préquel à l’œuvre de JM Barrie qui l’annonce autant qu’il le prolonge tout en s’inscrivant dans un contexte historique prégnant. Juste magnifique!

L’Enfant PAN. Arnaud DRUELLE. Gulf Stream Editeur, 2021

Son avis complet ICI.

******

Est-ce qu’il y a une lecture qui a marqué votre année à vous ? En tout cas, toute l’équipe du grand arbre vous souhaite une année 2022 pleine de bonheur et de chouettes lectures !

Nos coups de cœur de novembre

Sous les belles branches de notre grand arbre fleurissent chaque mois des lectures inoubliables. Découvrez les livres qui ont fait chaviré nos cœurs de blogueuses en ce mois de novembre !

******

Pour Liraloin c’est un voyage hypnotique qui emporte le coup de cœur pour ce mois-ci. Il s’agit d’Odyssée de Peter Van Den Ende publié chez Sarbacane en 2020. Il s’agit d’un premier album.

Cet album sans texte est une formidable aventure à travers les mers. Les illustrations en noir et blanc pleine page soulignent une atmosphère propice à la rêverie.  Une route longue et fantastique s’ouvre devant un si petit bateau en papier, cet origami plié par des générations d’enfants. Justement, Peter Van Den Ende invite le lecteur à voyager dans son imagination, à trouver dans son odyssée des créatures qui rassurent ou qui font peur pour cheminer et arriver à bon port afin de grandir en étant son propre capitaine.

Odyssée de Peter Van Den Ende, Sarbacane, 2020

******

Chez Lucie, la sortie du deuxième tome d’Alma de Timothée de Fombelle était attendu avec impatience.

Si comme eux vous avez envie de retrouver les personnages qui vous ont fait vibrer, suivez leurs aventures entre la France, l’Afrique, l’Amérique et l’Australie dans un grand jeu de piste comme sait si bien en concevoir cet auteur malicieux. Alma : l’enchanteuse est un enchantement !

Alma : l’enchanteuse de Timothée de Fombelle, Gallimard Jeunesse, 2021.

Son avis ICI.

******

J’en rêvais depuis longtemps a aussi attiré l’attention de Lucie et de son fils. Par son format inhabituel tout d’abord, mais surtout par son contenu. Outre les illustrations toujours expressives et réjouissantes d’Olivier Tallec, il joue ici avec l’identité du narrateur de manière très amusante.

J’en rêvais depuis longtemps d’Olivier Tallec, Actes Sud Junior, 2021.

Son avis ICI.

******

Pour Blandine, le choix ne fut pas facile tant novembre lui a fait battre le cœur. Puisqu’il faut bien choisir, voici les deux livres qui résonnent particulièrement!

Le Passeur de fantômes – Tome 1. Alain GROUSSET et Johan HELIOT. Éditions Auzou, 2018

Malo emménage dans une nouvelle maison, que l’on dit hantée… à raison. Il y fait la connaissance de Jérémy, fantôme d’un garçon de son âge, amnésique et qui ne peut aller dans l’au-delà. Avec l’aide de Silène et d’Octave, son aïeul fantôme d’un Poilu de 1914, il lui vient en aide et se découvre un pouvoir.

Ce roman aborde des thèmes forts comme l’amitié, la culpabilité et l’entraide avec un peu d’Histoire Surtout, il nous permet d’entrevoir un univers riche autour de l’occultisme, sans aspect effrayant.

Son avis complet ICI.

*****

Les Croques – Tome 3
Léa MAZÉ. Éditions de la Goutière, 2020

Les Croques, ce sont Céline et Colin, deux jumeaux turbulents, harcelés au collège en raison du métier de leurs parents, croque-morts, et délaissés par ces derniers trop pris par leurs difficultés. Renvoyés une énième fois, les jumeaux se mettent en tête de résoudre un mystère après avoir vu des marques étranges sur certaines tombes… Ils s’attendaient à vivre une aventure palpitante, les voilà plongés au cœur d’une enquête haletante et pleine de dangers.

Avec son triptyque, Léa Mazé nous happe tout du long et nous plonge dans un thriller au cadre atypique: un cimetière! Elle joue sur les apparences et les cadrages, son travail autour des couleurs est magnifique. Nous sommes maintenus en haleine et ce troisième tome, avec sa double chute, clôt parfaitement la série!

L’avis complet de Blandine ICI.

******

C’est un voyage au Bois de Burrow qui a conquis Linda. Thibault Guichon utilise la fable animalière pour dénoncer les travers de notre société moderne : fashion addict, surconsommation ou encore addiction aux réseaux sociaux sont pointées du doigt dans un texte plein de poésie et d’humour. Superbement illustré par Frédéric Pillot dans un style noir et blanc proche des gravures du XIXe siècle, cet album très grand format est aussi un très bel objet-livre.

Les Fabuleuses Fables du Bois de Burrow de Thibault Guichon, illustrations de Frédéric Pillot, éditions Little Urban, 2021.

Son avis complet est ICI.

******

Pour Colette, le mois de Novembre fut l’occasion de renouer avec la Bande-Dessinée. Et c’est avec Nowhere girl de l’auteure Magali Le huche, qu’elle suit depuis si longtemps avec ses petits pilotes, qu’elle a redécouvert les plaisirs enchantés de ce genre si créatif. Dans Nowhere girl, Magali Le huche raconte son adolescence, et plus précisément son entrée au collège. Et l’impossibilité de s’y sentir en sécurité. Seule la musique, seuls les Beatles vont lui permettre d’ouvrir une brèche enchantée dans son quotidien angoissant. C’est avec eux, qu’elle traversera les route qui mène à l’âge adulte, confiante en ses dons, en sa créativité.

Nowhere girl, Magali Le huche, Dargaud, 2021.

Son avis complet est ici.

******

Isabelle n’a fait que des belles pioches ce mois-ci. En album, elle s’est régalée avec Tombée du ciel, la nouvelle pépite des frères Fan, dont on aime toujours autant la proposition esthétique et philosophique. Cette fable autour d’une Merveille colorée qui serait tombée du ciel dans un pré d’herbes folles évoque joliment ce que peut provoquer en nous la rencontre avec l’inconnu : la curiosité, la perplexité, les questionnements métaphysiques ou spirituels, la gourmandise ou la convoitise… Elle nous interroge sur les manies humaines de vouloir s’approprier et marchandiser tout ce qui pourrait rester commun. Un album à couper le souffle, entre poésie, perche tendue à notre conscience et hymne au partage.

Tombée du ciel, des Fan Brothers, Little Urban, 2021.

L’avis d’Isabelle ICI

Et en roman, Isabelle et son moussaillon cadet ont adoré lire à voix haute le deuxième tome de la série Angie ! de Marie-Aude et Lorris Murail. Une enquête policière de haut vol portée par des personnages qu’on est ravi.e de voir retrouver et voir évoluer. L’intrigue s’inscrit à la fois dans notre époque de pandémie et dans le temps long de l’histoire du Havre. Tout cela est pimenté d’humour et porté par une plume énergique, vivante et très visuelle. Un roman plein de vie !

Souviens-toi de septembre ! de Marie-Aude et Lorris Murail. L’école des loisirs, 2021.

Son avis complet ICI

******

Et vous, qu’avez-vous lu de beau ce mois-ci ?

Nos coups de cœur d’octobre

L’automne s’installe doucement avec ses couleurs chaudes et ses températures en baisse. C’est le moment idéal pour s’installer au coin du feu avec un bon livre. Pour accompagner ces moments de douceur, nous vous présentons, comme chaque premier lundi du mois, nos derniers coups de cœur. C’est promis, vous y trouverez de l’insaisissable, de la beauté, du merveilleux, de l’humour, de la douceur, des étoiles – et même des frissons !

******

Pour Linda, c’est un album à la couverture mystérieuse, sans titre, qui se hisse au rang de coups de cœur. Derrière cette couverture se révèle un album poétique au graphisme original. Isabelle Simler nous invite dans l’imagination et nous explique le cheminement de la pensée dans la construction des idées.

Les idées sont de drôles de bestioles d’Isabelle Simler, éditions Courtes et Longues, 2021.

Son avis complet est ICI, celui d’Isabelle .

******

Pour Lucie, c’est aussi un album qui sort des sentiers battus. Issu de sa PAL de rentrée, L’enfant, la taupe, le renard et le cheval n’a pas vraiment d’histoire. Entre questionnements et rencontres, Charlie Mackesy prend le lecteur par la main et l’invite à la bienveillance. Avec les autres mais aussi avec lui-même. Pour ne rien gâcher, les illustrations sont magnifiques. Réconfortant en ces temps de grisailles !

L’enfant, la taupe, le renard et le cheval de Charlie Mackesy, Les Arènes, 2020.

Son avis ICI.

******

Pour Liraloin c’est lors d’un billet consacré à Jean-Claude Mourlevat que le coup de cœur est arrivé sans crier gare. Il s’agit du Chagrin du Roi Mort publié en 2009.

Le Chagrin du Roi Mort de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard jeunesse, 2009

Aleksander et Brisco sont frères, inséparables compagnons de jeux. « Aleks seul était le fils de Selma. Elle l’avait mis au monde, au milieu de l’hiver, dix ans plus tôt, mais pas Brisco. Et cela vaut la peine de raconter dans quelles circonstances étonnantes. »

Le lendemain les deux frères se rendent à la bibliothèque royale et Brisco se fait enlever par une belle et terrible dame blonde. Pourquoi Brisco ? Quelle est la signification de la marque dans la paume de sa main ?

Un roman qui s’articule en deux parties : l’enfance puis la guerre. Une première partie pour comprendre la fusion entre les deux jeunes garçons. Cette vie douce et paisible dans un cocon familial aimant. Une vie ponctuée de mystères, des récits empreints de sorcellerie permettant de mieux cerner les personnages et leurs rôles à venir dans la seconde partie. La guerre qui aura lieu. Un père qui voudra récupérer son fils. Un homme qui tentera d’être père. Deux garçons qui marcheront sur des chemins différents, bercés par l’amour.

Une histoire qui emporte très très loin le lecteur, dans une contrée où la sorcellerie, la vengeance renforcent les liens. Le merveilleux, la dureté de la guerre et parfois la lutte contre soi-même bouleversent profondément. Jean-Claude Mourlevat est un formidable conteur.

******

Encore un livre hors du commun dans notre collection de coups de cœur d’octobre : Quel tableau ! de Julien Couty est vraiment déroutant. On y suit un père son fils au musée. Mais voilà, toutes les œuvres semblent avoir subi les effets néfastes du dérèglement climatique, de la mondialisation, du consumérisme, de la surpopulation. Un livre à la fois terriblement drôle et terriblement angoissant où les images se suffisent – hélas – à elles mêmes !

Quel tableau ! Julien Couty, Rouergue, 2020.

******

Vous souvenez-vous de Petit-Arbre? Jeune Chêne qui se sentait trop frêle et inutile, il a depuis bien grandi. Au fil des saisons, il a gagné en taille et accueilli beaucoup d’amis animaux.

Petit-Arbre est devenu grand. Nancy GUILBERT et Coralie SAUDO. Editions Circonflexe, 2021

Dans ce nouvel album aux couleurs d’automne qui illustrent le temps qui passe et le cycle de la vie, Petit-Arbre est grand à présent. Il est question de mort et de transmission, d’amitié et d’espoir. C’est beau, c’est doux, c’est tendre.

A nouveau, Blandine et ses enfants ont été conquis. Retrouvez son avis complet ICI.

******

Isabelle a été emportée par une BD au cheminement fragile, entre rire, larmes et réconfort : Incroyable ! de Zabus et Hippolyte. Un album très original et émouvant, dont la saveur a été d’autant plus grande que sa lecture a été partagée avec d’autres branches de l’arbre. On vous en reparle bientôt…

Incroyable ! de Zabus et Hippolyte, Dargaud, 2020.

Les avis complets d’Isabelle et de Lucie

Et dans la catégorie roman, le coup de cœur d’Isabelle est de circonstance en cette saison de Halloween : une maison isolée, cernée par un malaise intangible… Éric Pessan, de sa belle plume imagée, joue des codes du genre horrifique pour tirer sur toutes les cordes de notre paranoïa. Et pourtant, c’est sur un tout autre terrain qu’il nous entraîne finalement, suivant une partition inattendue mais d’autant plus glaçante, à la lisière entre le thriller, le conte, la poésie et le drame. Un roman hypnotique qui se dévore et nous laisse groggy, mais aussi étrangement apaisé.e. À faire découvrir à ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

La-Gueule-du-Loup, d’Éric Pessan, L’école des loisirs, 2021.

Son avis ICI.

******

Et vous, qu’avez-vous lu de beau en octobre ?

Nos coups de cœur de septembre !

Après vous avoir présenté nos tables de chevet débordant de piles de romans, albums et autres réjouissances, c’est le moment de partager nos coups de cœur au terme de ce joli mois à la charnière entre été et automne…

******

Pour Liraloin, une BD remporte les suffrages ! Incroyable ! débute comme une pièce de théâtre. En poussant la porte, le décor se plante et les personnages sont présentés tout comme la peau de banane qui aura son importance. Après tout, Tchekhov n’a-t-il pas dit : « Quand dans une pièce de théâtre, il y a un pistolet, il faut qu’il tire avant la fin… ». En attendant Jean-Loup, notre héros fait son entrée et ce petit garçon : « est un gamin un peu bizarre, qui du haut de ses 11 ans, s’est égaré quelque part entre son arrêt de bus… et le cosmos. »

Jean-Loup passe son temps à la bibliothèque, il aime rédiger des fiches sur les sujets qui éveillent sa curiosité. Cependant il se dépêche de rentrer chez lui en se lançant des défis et gagner des points. Mais Jean-Loup est seul, deux parents absents laissant place vide à d’autres personnes un peu trop envahissantes ou réconfortantes selon si ces dernières viennent de son imagination ou sont bien réelles.

Ce qui est Incroyable ! dans ce récit c’est cette force narrative qui joue avec les émotions du lecteur. J’ai adoré le personnage du Parrain qui dédramatise la vie de Jean-Loup et lui permet de remettre les pieds sur terre. Johnny Gala et ses chansons à l’anglais approximatif : « Ah, j’ai mon contrat… Tous les mercredis Johnny Gala est chez Cora. Cette semaine c’est au rayon petits pois. Y a une promo, j’ai une compo. I wrote a song… Enfin euh song… a Hit ! J’aime les pois les concassés. J’aime les pois même les entiers (sur la mélodie de « J’aime les filles » de Dutronc). »

Cette vie de petit garçon timide aux tocs comme pour combler un trop grand vide affectif vous touchera très certainement.

Incroyable ! de Zabus & Hippolyte, Dargaud, 2021

*******

Sur les étagères de La Collectionneuse de papillons, un album délicat à partager entre parents et enfants : Entre Toi et Moi du Dr Catherine Gueguen et Reza Dalvand. Un album qui met des mots sur les besoins d’attention de l’enfant de manière très simple. Catherine Gueguen est une pédiatre qui a beaucoup écrit sur les neurosciences affectives et sociales, et l’importance de la communication non violente au sein des familles et de l’institution scolaire. C’est toujours un bonheur de la lire car elle vulgarise une parole scientifique qui m’a permis, personnellement, en tant que mère et qu’enseignante, d’asseoir mes intuitions. L’album donne la parole à l’enfant dans de nombreuses situations déroutantes pour les parents : l’accès de colère, les chutes, les bêtises, la socialisation, les erreurs, les apprentissages difficiles… Avec cet album, l’enfant est encouragé à mettre des mots sur ce dont il a besoin pour se construire et s’émanciper. Une compétence primordiale pour nourrir l’estime de soi et la confiance dans un monde pourtant incertain.

Entre Toi et Moi, Dr Catherine Gueguen, Reza Dalvand,
Les Arènes, 2020.

******

Le coup de cœur de Lucie fait durer encore un peu l’été : c’est le magnifique Esther Andersen né de la collaboration entre Timothée de Fombelle et Irène Bonacina. Avec le talent qu’on lui connaît, l’auteur met des mots sur ces sensations d’éternité et d’immensité propres aux vacances d’enfance. Un jeune garçon passe ses vacances chez son oncle et circule librement dans la campagne environnante. Jusqu’à ce qu’il fasse une rencontre qui va le chambouler…
Les illustrations d’Irène Bonacina, qui ne sont pas sans évoquer Sempé, exploitent parfaitement ce grand format à l’italienne et élargissent toujours plus l’horizon qu’explore l’enfant sur son vélo rouge.

Esther Andersen de Timothée de Fombelle, illustrations d’Irène Bonacina, Gallimard Jeunesse, 2021.

Les avis de Lucie, d’Isabelle et de Linda.

******

Le coup de cœur de Linda tente, lui aussi, de retenir l’été et les vacances un peu plus longtemps. Un détour entraîne une famille à profiter un peu plus de la nature, de la quiétude des vacances et d’eux-mêmes avant d’affronter le retour si difficile à la maison. Le texte poétique et sensible de Stéphanie Demasse-Pottier et le trait flou de Clarisse Lochmann s’associent dans un album touchant qui laisse parler les émotions et prolonge les vacances pour notre plus grand plaisir.

Fin d’été de Stéphanie Demasse-Pottier, illustrations de Clarisse Lochmann, éditions l’Etagère du bas, 2021.

Son avis complet est ICI.

******

En revanche, c’est un album résolument automnal qui a conquis Isabelle et ses moussaillons ! En ces journées débordantes d’activité, ils ont savouré Un grand jour de rien. Des pages joliment détrempées de pluie qui raconte comment un enfant redécouvre le goût de la vie le jour où sa console termine au fond de la mare. Les illustrations de Béatrice Alemagna ont un charme singulier et mélancolique qui respire merveilleusement l’intensité de l’enfance. Elles nous font ressentir le désarroi de ce petit chaperon orange fluo, puis la manière dont il s’affirme au contact de la nature. De quoi nous donner envie de lever les yeux de nos écrans et de prendre un grand bol d’air. D’empoigner de la terre humide à pleines mains. D’explorer les environs, au gré des rencontres et de son imagination, à la recherche de petits trésors. Un album beau et profond à partager avec une tasse de chocolat chaud.

Un grand jour de rien, de Béatrice Alemagna, Albin Michel Jeunesse, 2016.

Son avis complet est ICI.

******

Et s’il ne fallait retenir qu’un roman, ce serait La vie en rose de Will, de Susin Nielsen. Un roman d’une grande tendresse – de ceux qu’on voudrait à la fois dévorer et lire plus lentement pour mieux le savourer !
Will n’a pas confiance en lui et les sarcasmes impitoyables du monde du collège n’aident pas à s’ouvrir aux autres. Un échange scolaire avec une classe française le place au pied du mur et fait débarquer Charlie dans sa vie. Heureusement, Will a pour lui une spontanéité désarmante, l’amour de ses deux mamans, l’enthousiasme de Templeton et l’amitié de Sal et Alex… On est dans la vraie vie, pas dans un de ces livres de développement personnel dans lesquels un peu de conviction et quelques recettes font des miracles. Mais c’est justement ce qui fait que chaque petit pas en avant est profondément émouvant. À la lecture, on se souvient combien l’adolescence peut être douloureuse. On traverse des états oxymoriques entre rire et larmes. On se love dans l’univers métissé et divers de l’autrice. On s’amuse du comique de situation, des répliques culte et des clins d’œil à la littérature et à la pop culture (l’occasion notamment de découvrir l’émission Queer Eye à côté de laquelle il aurait été dommage de passer !). On rigole du regard juste et décalé sur les Français. Et on se réjouit de célébrer l’amitié avec un grand A, avec des personnages qu’on voudrait ne jamais devoir quitter.

La vie en rose de Will, de Susin Nielsen, Hélium, 2021.

Son avis complet ICI.

******

Ce sont les bulles de deux albums résolument différents qui ont conquis le cœur de Blandine en septembre.

D’abord le doux, poétique et sensible Emouvantail avec sa rencontre avec un “oiseau bohême”. Un album quasi muet, un dessin au trait suranné, un clin d’oeil littéraire pour interroger notre altérité, notre désir de possession et notre définition de la liberté. Magnifique! Son avis ICI.

L’Emouvantail. 4-L’oiseau bohème. Renaud DILLIES. Éditions de la Gouttière, 2021

Et son cœur a fait “boum” pour ce roman graphique documentaire d’Aimée de Jongh qui nous entraîne auprès des fermiers du Dust Bowl durant la Grande Dépression. Aux côtés du tout jeune photoreporter John Clark, nous découvrons les si impressionnantes et destructrices tempêtes de sable qui précarisent tant leur vie. Un roman graphique saisissant qui interroge le pouvoir de l’image. Son avis complet LA.

Jours de sable. Aimée DE JONGH. Éditions Dargaud, 2021

******

Et vous, avez-vous fait de belles découvertes de rentrée ? Racontez-nous !

Nos coups de cœur de juin !

Un mois de juin déconfiné, un temps estival et une liberté retrouvée ont été propices à un retour à la nature et à la culture. Les lectures n’en restent pas moins essentielles et en cette veille de vacances, nous vous présentons nos coups de cœur du mois de juin !

******

Le merveilleux univers d’Alice et ses multiples interprétations graphiques et réappropriations fascinent Blandine qui a plongé dans les illustrations toutes de vert, rose et bleu de Valeria Docampo.

Alice au pays des merveilles. Lewis Carroll et Valeria Docampo. Alice Jeunesse, 2020

Son avis ici.

******

Dans la collection La vie secrète… des éditions Rue du Monde, Lucie a eu un coup de cœur pour La vie secrète des p’tits bobos. Question au combien essentielle pour les enfants, le bobo est expliqué, analysé et dédramatisé dans ce documentaire coloré. Incontournable !

La vie secrète des p’tits bobos, Ariadna Garcia Turon et Mariona Tolosa Sisteré,
Rue du Monde, 2021.

Son avis ici.

******

Après être entrée dans Le Jardin Secret de Frances Hodgson Burnett, Blandine a tourné les pages de la fidèle et superbe adaptation BD réalisée par Maud Begon. Ses dessins parés de vert et motifs floraux parsemés de symboles offrent un hymne à la nature bienfaisante et salvatrice.

Le Jardin Secret. Première partie. D’après Frances Hodgson Burnett par Maud Begon. Éditions Dargaud, 2021

Son avis ici.

******

Les corsaires de L’île aux trésors ont flashé sur le premier album de l’artiste Judith Chomel. Il est – et bien, à l’image de son incroyable couverture : complètement loufoque, captivant et magnifiquement mis en image ! Cette histoire de chasse aux trésors et de boulon avalé est allé droit au cœur des enfants d’Isabelle (l’album dit “histoire vraie”, il se pourrait bien qu’il ait réveillé de drôles de souvenirs chez eux…) qui ont tourné les pages les yeux écarquillés et le cœur battant.

Gloups (histoire vraie) de Judith Chomel, L’atelier du poisson soluble, 2021.

Son avis ici.

******

Christine de Pizan, la clairvoyante est le coup de cœur de Liraloin. Comment ne pas se plonger dans un destin de femme si incroyable !?

Christine de Pizan, la clairvoyante de Anne Loyer et Claire Gaudriot, A pas de loup, 2021

Son avis ici

******

Linda et ses ladies ont frissonné durant l’année de grâce qu’elles ont passé auprès d’une communauté de jeunes filles soumises par un régime patriarcal qui utilise la peur et l’assujettissement pour maintenir en équilibre une façon de vivre étouffante et brutale. Cette dystopie féministe s’adresse directement à notre conscience en invitant à la réflexion sur la condition des femmes de notre époque dans certains pays.

L’année de grâce, Kim Liggett, Casterman, 2020.

L’avis de Linda, d’Isabelle et de Lucie.

******

Sur un registre plus historique et de cape et d’épée, c’est aussi une histoire d’émancipation féminine qui a fait vibrer Isabelle et ses moussaillons. Le décor comporte ce qu’il faut de châteaux, de tavernes, de bandits et de chasses aux sorcières pour brosser une époque où l’on dispose des jeunes filles comme du bétail, qu’il s’agisse de les jeter au couvent ou de les marier. Mais Olympe semble indomptable. Elle a plus d’un tour dans son sac et un don pour se faire les alliés les plus improbables ! Un brillant récit d’aventure dont on ne fait qu’une bouchée.

Olympe de Roquedor, de Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place, Gallimard Jeunesse, 2021.

Son avis ici et celui de Lucie .

******

Colette, qui a toujours eu une fascination pour les écrits de l’intimité, s’est plongée dans une œuvre hybride intitulée D’après mon adolescence, journal intime de Caroline Solé. Dans ce récit à la première personne, l’autrice fait dialoguer dans un échange sans concession, l’adolescente qu’elle a été et l’adulte qu’elle est devenue autour d’un sujet qui, pour elle, a été central et pourtant souvent peu discuté : le sexe.

D’après mon adolescence : journal intime, Caroline Solé, Albin Michel, 2021.

******

Chez Linda, il y a aussi eu la lecture d’un guide à l’usage des jeunes filles qui apporte un éclairage sur les menstrues et dit tout ce qu’il faut savoir pour les vivre le plus sereinement possible sans tabou ni jugement. Le ton léger et l’humour permettent de répondre à toutes les questions sans complexe. Un must have !

Les règles… Quelle aventure! d’Elise Thiebaut et Mirion Malle, éditions La ville brûle, 2017.

L’avis de Linda.

******

Vous aurez noté que ces lectures font la part belle aux femmes, aux explorations de nouveaux territoires qui repoussent les frontières de la connaissance ! Et vous, qu’avez-vous eu envie de lire ce mois-ci ?