Nos voisins sont vieux et ronchons

Des voisins qui ronchonnent,
Des vieux du quartier, qui n’ont pas un air aimable,
Des personnes âgées, qui changent la vie d’un enfant ou d’un adolescent.

Pour une fois il y a plus de romans, que d’albums dans cette sélection. Il est question de très belles rencontres, d’échanges, de partages, entre des inconnus, entre plusieurs générations.

Des albums …

Mon secret rit tout le temps, Séverine Vidal, Vanessa Hié, Kilowatt.

C’est une petite fille qui parle. Lui, c’est un monsieur mystérieux, sans âge et sans famille, qui semble vivre là, et dont on lui a bien défendu de s’approcher.

Lu dans Le Tiroir à histoires, et par Kik.

 

 

Emile invite une copine, de Vincent Cuvellier et Ronan Badel, Gallimard Giboulées.

Les lecteurs d’Emile ont déjà pu le remarquer : quand Emile a une idée, elle est bien accrochée. Cette fois il invite une copine, elle n’est même pas dans son école. C’est une vieille dame et alors ? hein ? Emile a le droit d’avoir une copine vieille dame, non ? Elle n’est pas peut être pas spécialement plus aimable que lui, mais en tout cas ils se sont bien trouvés, et qu’est-ce qu’ils peuvent rigoler …!”

Lu dans Le Tiroir à histoires.

Mon voisin de Marie Dorléans avecGuillaume Galienne, éditions des Braques.

Un nouveau voisin ? Quelle aventure !

Lu par Kik, À lire au Pays des Merveilles et DéclicKids.

 

 

Des romans … 

Amaia cherche une grand-mère de Ghislaine Biondi, Oskar.

Loin de ses grands-parents, Amaia se cherche une mamie par “intérim” mais pas facile de trouver la bonne. Une histoire originale et touchante pour ce roman destiné à de jeunes lecteurs.

Lu par Sophie.

 

 

Cupidon Power, de Luc Blanvillain, L’école des loisirs.

Le héros collégien de ce roman hilarant hérite d’un super pouvoir bien encombrant :  en transmettant le message d’amour d’un garçon à une fille et vice et versa, hop, ils tombent instantanément amoureux. Il est bien entouré : son chien Tilby, son petit frère Milo, sa meilleure amie Dorothée qui le comprend mieux que personne, mais surtout Mme Yvonne, la voisine du quartier, toujours à sa fenêtre, un monument d’anthologie.

Lu dans Le Tiroir à histoires et par BoumaPépitaKik.

Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, d’Eric-Emmanuel Schmidt, Magnard.

Il y a des rencontres qui changent la vie !  Celle de Moïse, un jeune garçon juif de 11 ans privé d’amour, et de monsieur Ibrahim, “l’Arabe du quartier”, est de celles-là… De triste et terne, la vie va alors se parer de mille couleurs…

Lu par Céline.

 

La bulle de secrets de Sophie Bénastre, Oskar jeunesse.

De retour de son jogging matinal, Pierre-Yves, retraité, a la surprise de trouver un ado dans son salon et bien décidé à y rester ! La tchatche facile, qui frise souvent à l’insolence, de Polo, son “invité” surprise, va quelque peu décontenancer son “hôte”.

Lu par Pépita.

 

 

Clodomir Mousqueton de Christine Naumann-Villemin, illustré par Clément Devaux, Nathan.

Le livre du petit Marcel est arrivé par erreur chez son voisin, Clodomir Mousqueton. Le grincheux ne lit jamais, mais il refuse de rendre le bouquin: avec, il a enfin réussi à caler sa porte ! Mais le garçon ne va pas se laisser faire ! Entre Clodomir et lui, la guerre est déclarée !

Lu par Kik.

La fourmilière de Jenny Valentine, L’école des loisirs.

Personne ne choisit vraiment de vivre au 33, Georgiana Street. L’immeuble est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Seul avantage du lieu : Steve, le propriétaire, ne pose pas de questions. Pour un garçon de 17 ans qui a fugué, l’endroit est idéal. Sam s’est réfugié à Londres parce que, ici personne ne sait qui il est, ni ce qu’il a fait. Au 33, Georgiana Street, on évite de se mêler des affaires des autres. Mais Bohême va bouleverser la vie de l’immeuble. Elle a besoin d’un ami, et c’est Sam qu’elle a choisi.

Lu par Céline, Bouma, Kik, Pépita et à plusieurs dans une lecture commune, ici.

Premier chagrin, d’Eva Kavian, Mijade.

Sophie est plutôt fière d’elle lorsqu’elle répond à une petite annnonce pour du baby-sitting.  Elle a “l’impression d’avoir pris dix centimètres en un coup de téléphone”.  Mais les choses se corsent lorsqu’elle découvre que c’est une grand-mère qui a besoin de ses services…

Lu par Céline et Pépita.

 

Dur dur d’être une star d’Ingrid Thobois,Thierry Magnier.

Chanter, Mathis adore ça ! Être célèbre et riche, comme Justin Bieber, il en rêve. Encouragé par Simone, sa vieille voisine qui croit très fort en son talent, il va passer une audition. Et là ça se corse ! Pas si facile d’être une star …

Lu par Kik.

Souvenirs de ma nouvelle vie, de Marie Colot, Alice Jeunesse.

Plutôt que de s’enfermer dans le souvenir morbide d’un passé qui ne reviendra plus, Charlie s’évade et construit les souvenirs heureux de son avenir.  A travers ses expéditions des étages et des appartements de son immeuble, elle multiplie les rencontres riches en échanges et fait la connaissance d’une vieille dame particulièrement excentrique.
Lu par Céline, Pépita, et Kik.

Ce qui ne nous tue pas d’Antoine Dole, Actes Sud Junior.

Lola se perd dans les évènements de sa vie, dans les éclats de sa famille, dans ses émotions et en elle-même. C’est donc par hasard, égarée, affamée, qu’elle se retrouve dans l’appartement chaotique d’une vieille femme un peu folle, perdue elle aussi, seule. A elles deux, elles se créent une solitude rassurante.

Lu par Nathan, et Pépita.

Et il y a aussi … 
Mado m’a dit de Christophe Léon, La Joie de Lire.

Pour lequel vous pouvez lire les avis de Pépita, Alice et Kik, mais dont il sera question plus amplement en janvier prochain, avec une discussion entre ces trois blogueuses.

Et vous, vos voisins, ils sont vieux et ronchons ? 

Kik, son arrière-arrière-arrière-grand-père et la Première Guerre Mondiale

9e jour – Samedi 17 octobre 1914

La nuit a été calme, on n’a pas revu de Français. Ce matin on a essayé de cuire du pain sans levain au grand four. C’est du véritable tourteau. Il faudra bien s’en contenter et s’il y en a encore au boulanger, j’en doute, il n’y a plus moyen d’en aller chercher.

Vers huit heures on commence à entendre des coups de fusil dans la direction de Fromelles mais plus près; Il arrive maintenant des Français que l’on voit passer chez Fournier, il y en a en vélos, à pieds. Une mitrailleuse est portée au Boer, beaucoup se plaçant dans les fossés. Une fusillade continue depuis 9 heures. Passera-t-on la nuit prochaine au milieu des Allemands ou des Français ? Anxiété ! À 2h1/2, tout est noir. Troupes françaises sur le gravier jusqu’à chez Julien Leplus. La pâture de chez Fournier s’emplit, on les voit qu’ils portent des sacs pleins sur leur dos, qu’ils prennent chez Fournier.

Vers 3h les Anglais placent des canons vers l’estaminet du trou et bombardent le village de Fromelles pour y déloger les Allemands qui s’y sont fortifiés. Une mitrailleuse était montée au clocher. Ils ont aussi envoyé des bombes sur le vert touquet où des maisons ont eu à souffrir mais la plupart ont éclaté un peu en deçà.”

par Désiré Delporte – écrit d’octobre 1914 à mars 1917 –

Fromelle_panoramique1914

Deutsches Bundesarchiv – depuis Wikipédia

J’essaye de me repérer dans cette vue panoramique des alentours, lorsque Désiré Delporte note la direction quand laquelle il entend les combats. Il écrit chaque jour, sauf quand il est malade et doit garder le lit. Il note ce qu’ils mangent, le déplacement des troupes et se désole de cette guerre qui dure, des semis qui ne seront pas faits à temps.
Cet aïeul, je ne l’ai pas connu, par contre son petit fils, l’Oncle Joseph, je suis souvent allée prendre le goûter chez lui. Il y était là-bas à Fromelles, dans le nord de la France, en 1914.  Il était enfant, au milieu de la Guerre. En lisant les carnets de cette arrière-arrière-grand-père, je l’imagine sous les bombes à Fromelles, puis déporté à Lille. J’ai eu connaissance trop tard de ces carnets. J’étais trop petite pour faire le lien entre la Guerre des livres d’Histoire et cet oncle, là bien vivant. Lorsque j’ai lu ces carnets, il n’était plus là, pour répondre à toutes mes questions.

C’était un enfant pendant la Guerre. Comme ceux dont il est question dans cette émission de radio, il a peut être jouer aux tranchées, peut être …

La Grande Guerre à hauteur d’enfant
à écouter ICI
La Marche de l’Histoire du mardi 11 novembre 2014 sur France Inter –
avec Jean Lebrun et Manon Pignot

*****************************************************

Une adolescente qui s’engage et part au front, pour échapper à sa famille.
Un regard sur la société de 1914, sur la place d’une jeune fille au milieu de la Guerre.
Un roman que je vous conseille, car il y est aussi question de la vie à l’arrière du front.
Là où l’Oncle Joseph était, et attendait la fin de la Guerre.

Le choix d’Amélie de Catherine Cuenca, Oskar, 2014.

Avec des Photos – Pour les Grands

Hier, il était déjà question de photographies à l’Ombre du grand arbre,
Hier, il était question d’albums remplis de photographies,
Aujourd’hui, on a voulu aller plus loin,
Aujourd’hui, il est question de livres pour les plus grands.

Dans notre album-photo il y a  …

Deux documentaires qui aiguisent le regard du jeune lecteur, car les photos sont partout, et que bien souvent elles sont retouchées, ou “légèrement” sorties du contexte.

10175313_1490025867895332_472317739_n

Il y a des photos que tout le monde connaît, Il y a des photos qui se retrouvent partout, comme Einstein qui tire la langue, un groupe d’ouvriers qui mangent en hauteur sur une poutre métallique, ou encore ces deux amoureux qui s’embrassent devant l’Hôtel de Ville.

L’histoire vraie des grandes photos, – David Groison & Pierangélique Schouler, Actes Sud Junior, 2014.

 

……………..

Quand George Clooney prend un café avec des agriculteurs à la place de François Hollande, quand on veut rendre la princesse Kate Mindleton encore plus mince, quand on se rend compte qu’en 2011, au Japon, la retouche de photo a permis de conserver des souvenirs de famille …

PhotoschopéesLes images disent-elles la vérité ?  David Groison et de Pierangélique Schouler, Actes Sud Junior, 2013.

Deux romans, conçus autour de la photographie, comme matière première pour l’un et comme point de départ de l’histoire pour l’autre.

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été accueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants “particuliers”.

Ce roman a été construit autour de photographies réalisées, bien avant l’écriture du roman. L’auteur les a dénichées chez des collectionneurs, ou au détour d’un vide-grenier. Ces photographies qui ont été retouchées, alors que les ordinateurs n’existaient pas, donnent une touche très particulière à l’histoire.

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs, Bayard, 2012.

10375650_247028015504389_978357216_n

Pour faire passer son chagrin, un appareil photo sous le bras, Charlie part à la découverte de son immeuble. Il lui faut une excuse pour sortir de chez elle, prendre l’air, aller dire bonjour à ses voisins. Elle n’a pas le droit d’aller dehors, elle saura tout sur le dedans, et prendre une photo de l’extérieur depuis chaque fenêtre.

Souvenirs de ma nouvelle vie, de Marie Colot, Alice Jeunesse, 2013.

Lu aussi chez Pépita et Céline, qui en ont fait une lecture commune à l’ombre du grand arbre.

Deux applications, pour observer, et créer à partir de photographies, pour aller plus loin que la photo prise “vite fait, mal fait” avec son smartphone. 

ONF StopMo Studio est une application permettant de créer simplement et rapidement des animations en stop motion.

 

 

Mpro est une excellente application de prise de vue monochrome (en noir et blanc). Vraiment extra.

Avec des Photos – Pour les Petits

 Des photos, beaucoup de photos dans la sélection du jour, 
Elle n’est pas exhaustive, mais elle est la réponse à la question que j’ai posé au collectif:
“J’adore quand il y a de la photo dans les livres. Et vous ?”
Ils n’ont pas levé les yeux, ou soupiré un “Il est nul ton thème, Kik…”,
J’ai entendu un ” Moi j’ai lu un album, trop bien avec des photos qui …”

Derrière chaque photo, il y a un photographe …

La tête de l’emploi d’Antoine Sahler, Actes Sud Junior.
Comment une photographe en herbe découvre tous les métiers des voisins de son quartier …

Des photographies, comme une technique d’illustration, parmi d’autres… 

Le Petit Chaperon Rouge de Perrault et Sarah Moon, Grasset.
Les photos sont en noir et blanc, alors il n’est même pas jour ce Petit Chaperon, mais le loup fait toujours aussi peur. Une transposition urbaine, car vivre en ville, c’est comme être perdu en pleine jungle.

Les très petits cochons d’Angélique Villeneuve et Martine Camillieri, Seuil Jeunesse.
Un petit air de n’importe quoi, avec cette histoire illustrée par des photgraphies de jouets et d’objets du quotidien. – Lu aussi chez Kik –

Guili Lapin de Mo Willems, Kaléidoscope.
Sur un fond de photos sépias, qui évoquent le souvenir d’enfance, la petite bouille de Trixie se dégage, attachante et expressive. Mais Trixie ne sait pas encore parler et quand un drame à échelle d’enfant se produit, elle à bien du mal à le faire comprendre à son papa. – Lu aussi chez Kik et Sophie –

L’autre guili lapin de Mo Willems, Kaléidoscope.
Trixie est de retour et elle a bien grandi. Mais plus de photos sépias, on passe au noir et blanc, avec toujours les personnages dessinés par dessus et un travail de cadrage très soigné. Cette fois encore, guili lapin, le doudou est au cœur de l’intrigue. – Lu aussi chez Kik et Sophie –

Herman et Rosie pour la vie, de Gus Gordon, Gallimard Jeunesse.
Une histoire de musique. Un coup de blues. Une rencontre. Des illustrations qui associent des dessins et des photos de New York.

Pour regarder le monde, pour aiguiser le regard du jeune lecteur, pour le sensibiliser à ce qui nous entoure … 
… Lui-Même …

Beaucoup de beaux bébés de David Elwand,  L’école des loisirs.
Un incontournable …

10593533_1460713170850232_1938609188_n

Livre de Fesses de Stéphane Delabruyère et Jean-Marc Fiess, Thierry Magnier.
Ses fesses, celles des autres, et ce qui peut ressembler à des fesses si on regarde bien.

... Se figurer le temps qui passe … Avant, Maintenant, Après …

Les mots du temps de Catherine Grive & Janik Coat, Thierry Magnier.

Que s’est-il passé ? de Nicolette Humbert, La Joie de Lire.
Avant
 sur la page de gauche, Après sur la page de droite. Que s’est-il passé entre les deux photographies ?

Houblon-Marie-Mais-Que-Font-Ils-Livre-897168075_ML

Mais…que font-ils ? de Marie Houblon, Tourbillon.
Rire, rêver, voler, ouvrir, applaudir… une centaine de verbes illustrés par de nombreuses photos sur des pages colorées. Une invitation à observer ce qui nous entourer ou à imaginer tous ces mondes. Pour petits… et plus grands.

… Les couleurs, les formes des objets, avec des imagiers … 

 Couleurs de Grégoire Solotareff chez Ecole des loisirs.

Arti show de Claire Dé, Les grandes personnes.

Bric-à-Brac de Maria Jalibert, Didier Jeunesse.

Des couleurs et des choses, Tana Hoban, Kaléidoscope.
Noir sur Blanc
mais aussi Blanc sur Noir, Tana Hoban.

Noir sur blanc et Blanc sur noir captivent le regard des bébés, qui se concentrent, fixent et découvrent entre ces belles pages cartonnées les objets de leur quotidien sublimés par le noir et blanc. – Avec Colette qui nous conseille de lire cet article sur Tana Hoban –

…. La ville … 

La ville en toutes lettres, Biosphoto, Thierry Magnier.
Après avoir feuilleté cet imagier-photo, vous regarderez la ville …sous un autre angle. – Lu aussi chez Kik –

…. La Nature … 

Les gestes de la ferme de tout près de Nicolette Humbert, La Joie de lire.

À nous de choisir de Nicolette Humbert, La joie de lire.
Un album cartonné pour les tout-petits qui apprendront les petits gestes pour la nature à travers ses photographies.

Printemps, Eté, Automne, Hiver, Les P’tit land art, de Marc Pouyet, Plumes de carotte.
Voilà une collection de petits imagiers carrés et cartonnés à délicatement poser entre les mains des bébés ! Les tout-petits lecteurs pourront découvrir à travers les très belles créations de Marc Pouyet la nature qui les entoure et avec laquelle les belles photographies de ces albums leur donneront envie de jouer !

Le tout petit d’Anne Letuffe, Atelier du poisson soluble.
Un imagier photographique bluffant par sa beauté, sa narration et les correspondances induites.

Des photos, c’est aussi un support pour discuter entre petits et grands, car il y a comme un lien plus étroit avec la réalité. Une réalité qui nous entoure, en lien avec un passé commun, que l’on partage entre générations. 

Sans papiers, Texte de Rascal Photographies de Cendrine Genin Illustrations de Jean-François Martin, éd. Escabelle.
Un livre qui aborde avec justesse un problème de société d’aujourd’hui. Poignant.

Les étoiles sont tombées de François David, photographies d’Agnès Propeck, Motus, 2007.
C’est l’histoire d’un auteur qui tombe en admiration devant de sublimes photos et qui décide d’écrire un texte sur… la guerre. Sujet sombre me direz-vous, oui mais le résultat est beau ! Deux sensibilités différentes, deux regards qui se croisent en un même lieu. Ce n’est pas un album jeunesse à proprement parler, mais ce peut être un bon support de dialogue entre petits et grands sur un thème malgré tout universel et malheureusement toujours réel.

Quand tes grands-parents étaient enfants, Des images choisies par Marie Houblon, Tourbillon.
Un documentaire de photographies qui nous transporte dans les années 50 au temps où les grands-parents des enfants d’aujourd’hui étaient eux aussi des enfants. Un travail de sociologie photographique au charme certain et qui rapprochera les générations ou favorisera le dialogue ? – Lu aussi dans le Tiroir à histoires –

En bonus, un lien qui vous emmènera chez Chlop, pour découvrir d’autres livres remplis de photos, c’est par ici.

Le Livre d’où l’on vient … Kik

 

A l’Ombre du grand arbre cet été, on va vous révéler un petit bout de nous, un petit peu de cette sève qui chacun(e) nous anime, un petit de peu de ce feuillage qui nous réunit.

Un brin nostalgique mais tout à fait réjouissant, chacun notre tour, nous allons vous dévoiler le livre qui a changé notre vie ou qui du moins, nous a beaucoup marqué, voire qui nous a donné envie de créer un blog.

Alors, revenez par ici chaque semaine de cet été, et laissez vous nous raconter  :

« Le livre d’où je viens »

oooOOOooo

Désormais, je connais la date. Pour préparer ce billet, je savais quel livre sortir de ma bibliothèque, mais j’avais oublié cette annotation de ma maman.
Désormais, je connais la date. Je suis fan du Petit Nicolas depuis décembre 1992, j’avais 8 ans et demi.

Le Petit Nicolas, pour l’enfant que j’étais, ce sont ….

…. des histoires courtes, que l’on peut lire tout seul, même si on n’est encore qu’un lecteur débutant,
… des histoires drôles, avec lesquelles on passe de bons moments de rigolades,
… des histoires pleines de bêtises, et c’est bon !
… des histoires du quotidien, qui apportent des anecdotes sur les parents, les voisins, la maîtresse, les jeux dans la cour de l’école.
… des histoires qui se suivent, qui se ressemblent un peu, car on retrouve toujours la même bande de copains (J’adorais ça!), mais sans arrêt dans de nouvelles aventures.
… des histoires à découvrir, lors de leur parution, des sorties d’ouvrages à surveiller, pour essayer de compléter la bibliothèque.

Le Petit Nicolas, pour l’adolescente que j’étais, c’était un auteur : Sempé. De fil en aiguille, je me suis intéressée à ce qu’avait fait cet auteur en dehors du Petit Nicolas. J’ai découvert ses albums de dessins, avec ces personnages marqués, par leur métier ou leur lieu de vie. J’ai découvert aussi les dessins de presse, les messages glissés dans ces quelques traits que je croyais lancés à la légère.
L’album que je préfère, c’est sûrement Les Musiciens. J’adore ces instants captés avec justesse, alors que dans un livre, il n’y a aucune musique. J’ai eu l’impression de sentir vibrer les instruments dessinés par Sempé.

Alors des Histoires du Petit Nicolas, et des bouquins de Sempé, j’en ai quelques-uns

d280b0325d9b11e3aecf0ac913b3a2f4_8

BONUS… 
Récemment il avait été question du Petit Nicolas à la radio.
C’était sur France Info, c’était par ICI.